Macro stress tests bancairEs             Du sang et des larmes             Les macro stress tests                         ...
risques                          &          réglementation        référEncEs     n Bagehot W.     (1873), Lombard         ...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Article Macro stress bancaires Alexandre Kateb Revue Banque février 2011

800 views

Published on

Article sur les macro stress tests bancaires publié dans Revue Banque (février 2011) Article on macro stress tests for the banking industry

Published in: Economy & Finance, Business
1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • Introduction to Bank Recapitalization

    http://iakal.wordpress.com/2014/05/12/bank-recapitalization/
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
800
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
56
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Article Macro stress bancaires Alexandre Kateb Revue Banque février 2011

  1. 1. Macro stress tests bancairEs Du sang et des larmes Les macro stress tests Un chantiEr poUr caractère opérationnel de ces modè- la rEchErchE économiqUE les en cas de crise est limité, en rai- européens prévus pour les Et financièrE son de leur mode de construction prochains mois devront Sur le plan théorique, la réalisa- déterministe. En outre, ces modèles imposer des épreuves tion de macro stress tests crédibles ne tiennent pas compte du caractère beaucoup plus dures pour nécessiterait d’une part de disposer endogène du risque en période de de modèles macrofinanciers com- stress, ni de l’incohérence temporelle les banques, en tenant plets intégrant à la fois des variables associée aux réactions des autoritésalexandreKateb compte du risque de économiques (croissance, inflation, publiques [5].Directeur liquidité et des interactions chômage, taux d’intérêt), financières Une autre approche consiste à délais- entre l’économie réelle et le (prix des actifs financiers et immo- ser l’inférence statistique, fondéecompétencefinance biliers, liquidité sur les marchés), et sur des probabilités objectives, au secteur financier. Ils devront comportementales (aversion pour profit de méthodes reposant sur des s’accompagner d’une le risque), et d’autre part de faire le probabilités subjectives. Il s’agit de véritable recapitalisation lien entre le court terme et le long recalibrer a posteriori, sur la base d’un des banques les plus terme. Or, de telles représentations « jugement d’expert », des relations holistiques de la réalité économique structurelles identifiées a priori entre fragiles. n’existent pas encore [2]. Les effets différentes variables [6]. Cela permet de feedback – ou « effets retour » – du de sortir du « carcan » d’un modèle À la différence des stress tests système bancaire sur l’économie pré-déterminé pour tenir compte pratiqués dans le cadre (c’est-à-dire la capacité de réaction des relations non linéaires entre les du Pilier II de Bâle II sur des banques aux évolutions écono- variables et de la présence éventuelle une base ad hoc et bottom miques qui influe en retour sur ces de « changements de régime » (voir up, la crise a mis en évidence la dernières) ne sont pas bien pris en encadré 1). nécessité d’une évaluation systé- compte par les modèles actuels, matique, top down, des vulnéra- même si des travaux pionniers [3] Un jEU rEstrEint bilités sous-jacentes au système vont dans ce sens. C’est là un grand D’hypothèsEs bancaire [1]. Un tel exercice ne chantier pour la recherche économi- Dans la pratique, les scénarios de peut faire abstraction des inter- que et financière. macro stress tests retenus par les régu- dépendances complexes entre les Une alternative consiste à développer lateurs se réduisent à un jeu restreint différents acteurs, à travers l’ex- des scénarios sur la base de modè- d’hypothèses (PIB, chômage, taux position au marché monétaire et les économétriques – de forme réduite d’intérêt, taux de change) dont les les effets associés à la faillite d’un – qui modélisent les relations entre interactions sont modélisées à travers établissement à caractère systémi- variables économiques et financiè- des modèles standard (NIGEM [7], que. La faillite de Lehman Brothers res à partir de données historiques par exemple), auxquelles s’ajoutent en septembre 2008 a montré qu’un (modèles VAR et VECM [4]). Mais le des hypothèses séparées sur les prix tel « scénario catastrophe » n’avait rien d’utopique. [2] ainsi, le modèle d’équilibre général d’arrow- [5] ces dernières n’ont pas intérêt à s’engager ex Debreu, fondé sur l’hypothèse de complétude des ante sur un sauvetage des institutions en difficulté, marchés, exclut la possibilité de défauts exogènes afin de limiter l’aléa moral au sein du système des agents sur leurs obligations financières. financier, même si elles procèdent au sauvetage [1] En considérant un scénario macroéconomique, [3] Voir bardsen G., lindquist K-G. et tsomocos p. ex post. les macro stress tests différent des tests de sensibilité (2006). [6] Voir rebonatto r. (2010). usuels qui « stressent » un seul facteur de risque [4] Vector autoregression ; Vector Error correction [7] national institute Global Econometric model : (un choc sur les taux d’intérêt par exemple). model. modèle macro-économique multinational. février 2011 n° 733 Revue Banque 53
  2. 2. risques & réglementation référEncEs n Bagehot W. (1873), Lombard des actifs. L’impact d’un choc macro- Street. Des crises financier sur les variables microéco- QUELQUES LIMITES DES STRESS TESTS ACTUELS financières et du moyen d’y remédier, Payot, nomiques (probabilités de défaut, Risque endogène et effets feedback 2009 (traduction). pertes en cas de défaut) est modé- Data generating Exposures and Liquidity n Bardsen G., lisé par des régressions logistiques Process of Systematic Risk Measure Risk Lindquist K-G., (loi de Poisson [8]) calibrées sur une Risk Factors Tsomocos P. (2006), base historique [9]. Stress test • Endogenous • Endogenous « Evaluation of Scenario macroeconomic Les régulateurs testent l’impact d’un Behaviour (CB) Behaviour (PB) choc sur l’actif de la banque (ris- • Non-linearities models for financial stability analysis », ques de crédit et de marché) [10], Data Macro Feedbacks Working Paper, plus rarement sur le passif (risque Ano 2006/1, Norges Bank. de liquidité) ou sur les deux (risque Note : Words in italics indicate challenges for stress testing models. Source : Drehmann (2008). de taux d’intérêt). L’inclusion dans n CEBS (2010), un même scénario des risques de « Aggregate outcome of the 2010 crédit et de marché pose problème EU wide stress test en raison des horizons distincts de bénéfices de la transparence, avec zone euro a été exclue, alors qu’un exercise coordinated chaque risque (un an pour le cré- la publication de la méthodologie tel scénario demeure plausible [18]. by CEBS in coopera- dit, dix jours pour le risque de mar- des tests trois semaines avant l’exer- En outre, le risque de liquidité n’a tion with the ECB », 23 juillet 2010. ché), et des différences de traitement cice. A contrario, lors des stress tests pas été pris en compte en dépit de sa comptable (coût historique versus réalisés en 2010 par le CEBS [15] et centralité [19]. Cela suppose que la n Diamond D.W., Dybvig P.H. (1983), juste valeur). Le risque de liquidité la BCE, les hypothèses détaillées BCE interviendra toujours pour sou- « Bank runs, deposit est quant à lui difficile à modéliser, n’ont été dévoilées qu’au moment tenir les banques de la zone, même insurance, and en raison des externalités négatives de la publication des résultats. Le en cas d’insolvabilité de ces derniè- liquidity », J. Pol. Econ associées aux comportements indi- fait que sept banques seulement res [20]. Dans le cas des banques 91 (3). viduels [11], aboutissant à des équi- sur les 92 testées aient présenté un espagnoles par exemple, le manque n Drehmann M. libres multiples et à des « prophéties besoin de recapitalisation – pour un d’informations sur les expositions (2008), « Stress tests: Objectives, autoréalisatrices » [12]. montant cumulé de 3,5 milliards à l’immobilier commercial et sur la challenges and d’euros, soit dix fois moins que les valorisation de ces actifs suscitent modelling choices », la créDibilité besoins réels de recapitalisation des des interrogations tant sur leur sol- Economic Review of the D’Un Macro stress test banques irlandaises – a contribué à vabilité que sur leur liquidité. Riksbank, 2-2008. Indépendamment des considéra- discréditer ces stress tests [16]. Les prochains macro stress tests devront n Haldane A.G. tions méthodologiques, la crédibi- remédier à ces lacunes en impo- (2009), « Why banks failed the stress lité d’un macro stress test repose sur la rEméDiEr aUx lacUnEs sant des épreuves beaucoup plus tests », speech given capacité des régulateurs à convain- Six mois après cet exercice, la BCE dures pour les banques, en tenant at the Marcus- cre de la sévérité du choc imposé. fait preuve d’un étonnant « déni compte du risque de liquidité et Evans Conference Autrement dit, un tel exercice pour de réalité » quant à son manque de des interactions entre l’économie on Stress-Testing, février 2009. être crédible, doit délivrer « du sang crédibilité [17]. À sa décharge, les réelle et le secteur financier. Ils et des larmes » [13]. À cet égard, les stress tests se limitaient aux risques devront s’accompagner d’une véri- n Rebonatto R. (2010), Coherent stress stress tests réalisés aux États-Unis en de crédit et de marché, avec notam- table recapitalisation des banques testing. A Bayesian 2009 – le SCAP [14] – montrent les ment l’imposition de décotes sur les les plus fragiles car la solidité du approach to the expositions aux obligations corpo- secteur bancaire est fondamentale analysis of financial rate et souveraines. Toutefois, une pour renouer avec une croissance [8] loi des phénomènes rares de petite probabilité. risk, Wiley. [9] Voir Wilson t.c. (1997) qui est à l’origine de la restructuration de la dette souve- durable en Europe. n n Wilson T. C. plupart des méthodologies utilisées actuellement. [10] Voir Drehmann m. (2008). raine d’un ou plusieurs pays de la (1997), « Credit [11] les épisodes de paralysie sur le marché Portfolio Risk (I) », interbancaire montrent l’importance des [18] par exemple Kenneth rogoff, joseph stiglitz ou Risk Magazine, externalités négatives, le comportement de [15] committee of European banking supervisors. encore Georges soros. octobre 1997. « défiance » de quelques banques pouvant [16] De plus, les ratios tier 1 testés intègrent des [19] Voir les numéros de décembre 2010 de la revue provoquer une crise de confiance généralisée. aides publiques à hauteur de 120 points de base en de stabilité financière de la bank of England et de la [12] Voir Diamond (1983). moyenne. riksbank. [13] Voir haldane a.G. (2009). [17] Voir le numéro de décembre 2010 de la revue de [20] contrairement aux préconisations de bagehot [14] supervisory capital assessment program. stabilité financière de la bcE. W. (1873) qui distingue illiquidité et insolvabilité.54 Revue Banque n° 733 février 2011

×