Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Conference sap esoppe

2,327 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Conference sap esoppe

  1. 1. Domotique et prévention de la perte d’autonomie Outils et évaluation médicale *** Quelques résultats de l’expérimentation EsoppePr Thierry DantoineDr Achille TchallaMédecine Interne GériatriqueEquipe de Recherche EA 6310 HAVAEUniversité de Limoges – CHU de LimogesAlain RoquejoffreSociologue
  2. 2. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
  3. 3. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance 1. Interphonie déportée: communication avec la personne 2. Bracelet ou pendentif électronique: alerte de secours 3. Tirette de douche: permet de donner l’alerte depuis la salle de bain (permet de secourir ou de rassurer en cas de risque de chute ou de chute) 4. Chemin lumineux: Aide au repérage nocturne (prévient les chutes nocturnes) 5. Détecteur de fumée et de gaz: signalent les fuites de gaz ou incendie 6. Détecteur d’activité: signale la présence de la personne à son domicile (alerte de fugue) 7. Centre de télé-assistance: appels de convivialité et gestion des alarmes
  4. 4. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
  5. 5. Esoppe : principes de l’évaluation médicale  Justification médico-légale et éthique – Ne pas mettre danger la santé de la personne âgée fragilisée par le vieillissement – Technologie innovante dans son usage  Evaluation de l’efficacité – Impact sur les principaux déterminants de la perte d’autonomie – Impact sur la prise en charge globale de la personne – Modélisation des paramètres technologiques pour optimiser l’efficacité  Evaluation de la tolérance – Déterminer les Evènements Indésirables (EI) liés aux équipements – Modélisation des paramètres technologiques pour diminuer les EIs  Evaluation du coût-efficacité – Comparer les bénéfices et risques – Impact médico-économique pour un déploiement de masse
  6. 6. Esoppe : acceptabilité des dispositifs domotiques  Le Taux d’Acceptation Domotique (TAD) – C’est le rapport du nombre de sujets ayant accepté l’équipement sur le nombre de sujets a équiper initialement – TAD = 97,3% – Pour les refus, la domotique était considérée comme « trop intrusif dans leurs intimités »  Cette bonne représentation de la domotique par les personnes âgées a été confortée par l’évaluation sociologique
  7. 7. Esoppe : impact sur les chutes Contexte − Problème majeur de santé publique (Insee, 2009) − 1/3 chuteur entre 65 - 80 ans, ½ chez les + de 80ans (Tinetti, N Engl J Med 1988; Painter et al, J Allied Health. 2009) − Gravité des chutes: 55000 fractures, 9000 décès, 1 millions de chutes /an (Dress, 2009) − Coût moyen de 8000 euros/chute soit 2 milliards /an (Dress, 2009) Objectifs − Diminuer le risque individuel de chute d’au moins 20% − Diminuer le risque individuel de chute grave d’au moins 15%
  8. 8. Interventio n DSTAAugmentation Augmentatiode la durée de n de la duréeséjour au sol de séjour au sol Modélisation de la chute à domicile et ses conséquences
  9. 9. Esoppe : impact sur les chutes Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au moins 30% 60 50 − OR= 0,33 IC95% [ 0,17 -0,65] 50 − NNT= 5 (5 équipés, un chuteur évité) 40 30,9 30 20 10 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Chute à domicile Paramètres Odds ratio 95% IC P-value Domotique et téléassistance avancée 0.33 [0.17 – 0.65] 0.0012 Age en dizaine d’années 2.82 [1.57 – 5.01] 0.0005 Type d’habitation 0.0329 Foyer logement 1.00 - Individuelle 2.14 [1.02– 4.48]
  10. 10. Esoppe : impact sur les chutes / hospitalisation Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au moins 30% − OR= 0,30 IC95% [ 0,12 -0,74] 30 − NNT= 6 (6 équipés, un chuteur évité) 25 25 20 15 9,3 10 5 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Chute à domicile avec hospitalisation Paramètres Odds ratio 95% IC P-value Domotique et téléassistance avancée 0.30 [0.12 – 0.74] 0.0091 Age en dizaine d’années 2.37 [1.15 – 4.86] 0.0190 Type d’habitation 0.0371 Foyer logement 1.00 - Individuelle 3.61 [1.08– 12.06] Comorbidités ( ≥3) 2.78 [1.02– 7.55] 0.0456 Milieu de résidence 0.0511 Rural 1.00 - Urbain 2.42 [1.00– 5.86]
  11. 11. Esoppe : impact sur la dépression  Contexte − 25% de personnes âgées en situation d’isolement, − Prévalence de13% en population générale (étude PAQUID) − Surmortalité de 10% à un an par rapport aux non déprimés  Objectif − Améliorer significativement la thymie des personnes âgées  Hypothèses d’action − Rupture de l’isolement 80 72,3 − Réassurance 70 64,6 − Stimulation des appels de convivialité 60 54,7 50 46,2  Résultats bruts de l’évaluation 40 − ↓ 26% dans le groupe DSTA 30 − ↓ 10% dans le groupe sans DSTA 20 − Réduction significative (p< 0,001) 10 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Dépressifs avant lexpérimentation Dépressifs après lexpérimentation
  12. 12. Esoppe : impact sur l’organisation des aides à domicile  Contexte − La dépendance financée par la branche de l’assurance-maladie (39 %), − Les départements (18 % via l’APA), − la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (10 %). − Les 33 % restants sont à la charge des familles. − Destiné en grande partie aux aides à domicile  Objectif − Aider à une meilleure organisation et coordination des aides à domicile 94 Pourcentage  Hypothèses d’action 92 91,5 − Moins de stress pour les aidants 90 − Sécurisation de l’environnement 88 86,7 86,5 − Moins de sollicitation de l’aidant 86 − Stimulation de la personne âgée 84 82 81,3  Résultat de l’évaluation 80 78 − ↓ 5% du recours à l’aide (groupe DSTA) 76 − ↑ 5% dans le groupe sans DSTA Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique − Réduction significative (p< 0,05) Aide à domicile au début de lexpérimentation Aide à domicile à la fin de lexpérimentation
  13. 13. Esoppe : impact sur l’autonomie Au début de léxpérimenation  Contexte 70 58,3 − Problème majeur de santé publique 60 47,9 − Nombre (Insee): 800.000 (2000), +50% (2040) 50 40 – Prise en charge publique:19 milliards € soit 1 30 23,4 % du PIB (2005) et 1,5 % PIB (2025) 20 15,6 19,2 12,5 13,5 9,6 10  Objectif 0 − Prévenir le déclin de l’autonomie fonctionnelle GIR 3 GIR 4 GIR 5 GIR 6 Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique  Hypothèses d’action − Stimulation à l’activité physique − Moins de chute => moins de syndrome post chute et de régression psychomotrice A la fin de lexpérimentaion 57,1 − Moins de syndromes anxio-dépressifs 60 − Amélioration de la qualité de vie 50 45,9 40 30  Résultat de l’évaluation 20,4 20 14,3 − Réduction non significative (p > 0,05) 6,1 8,2 7,1 10 4,1 − Durée d’expérimentation trop courte 0 − Utilité+++ de la grille SMAF ( à 2 ans) GIR 3 GIR 4 GIR 5 GIR 6 Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique
  14. 14. Esoppe : utilité chez les malades d’Alzheimer  Contexte − Problème majeur de santé publique − Incidence des chutes plus élevée chez les déments • Risque multiplié par 3 voire 4 ( van Doom et al, 2003) − Déclin cognitif très associé à l’augmentation du risque de chutes ( Allan et al, 2005)  Objectif − Améliorer la qualité de vie − Aider au maintien à domicile − Prévenir le déclin cognitif rapide  Hypothèses d’action − Stimulation affective − Prévention du syndrome confusionnel secondaire aux affections intercurrentes (chutes à domicile, hospitalisation…) − Détection rapide des fugues − Réassurance des patients et des familles
  15. 15. Esoppe : cas pratique chez le malade d’Alzheimer Mme X Mr Y  85 ans, veuve  72 ans, célibataire sans enfants  Seule à domicile à Clergoux (19)  2 nièces dans le Cantal  2 enfants à Paris  Aide ménagère 2h/j x 5  Aide ménagère 2h/j x 3  ATCD  ATCD – FDR cardio-vasculaire – Syndrome dépressif – Chutes à répétition – Maladie d’Alzheimer au stade de – Maladie d’Alzheimer au stade démence légère de démence modérée  Début expérimentation: MMS = 21  Début expérimentation: MMS =18  Équipée en DSTA /12 mois  Équipé en DSTA  Quels apports de la DSTA?  Quels apports de la DSTA? – Pour Mme X – Pour Mr Y – Pour les aidants professionnels – Pour les Nièces – Pour les enfants – Pour les aidants professionnels
  16. 16. Esoppe : solutions  Mme X à 12 mois  Mr Y à 12 mois  3 chutes graves évitées /12 mois  Délai de prise en charge plus – Dont 2 avec séjour au sol de rapide, Hospitalisation pour un moins de 5 minutes infarctus (par alerte DSTA) • Hospitalisation évitée  Amélioration de la thymie (GDS (traumatisme, passant de 21 à 1/30) Rhabdomyolyse…)  Moins isolé (plusieurs appels de – 1chute grave avec risque de convivialités) fracture du col de fémur évitée  Sentiment de réassurance => (Sur un escarbot pour un incitation à l’activité physique rangement de livre) (marche, jardinage…)  Amélioration de la thymie (GDS  MMS à 19 et toujours à domicile passant de 25 à 5/30)  Sécurisation du domicile  MMS à 22 et toujours à domicile  Nièces très rassurées et moins  Fils rassurés moins épuisés, épuisées économie (frais de 12 mois) pour  Admission en Institution retardée le placement => Maintien à domicile
  17. 17. Remerciements  Michel Billé, Alain Roquejoffre et Mylène Salle, sociologues  Conseil général de la Corrèze  Corrèze TéléAssistance (CTA) , Etablissement de la Fondation Caisse d’épargne et solidarité  Instances locales de Corrèze (coordinations gérontologiques, …)  Médecins libéraux de Corrèze  CHU de Limoges  L’Université de Limoges  Autonom’lab
  18. 18. Equipe de recherche HAVAEPr. T. Dantoine / Dr. A. Tchallathierry.dantoine@unilim.frachille.tchalla@unilim.frTél: 05 55 05 65 81Autonom’labp-merigaud@autonom-lab.frTél: 05 87 21 21 68

×