Successfully reported this slideshow.
Your SlideShare is downloading. ×

Une introduction à la redirection écologique - Bastien Marchand

Ad

BASTIEN MARCHAND | Octobre 2021
UNE INTRODUCTION
À LA REDIRECTION
ÉCOLOGIQUE
1
63 pages pour tout comprendre

Ad

Sommaire
2
Tentative de définition : l’Anthropocène p.3
4 stratégies écologiques p.9
Critiques de la transition écologique...

Ad

3
TENTATIVE DE
DÉFINITION :
L’ANTHROPOCÈNE
Partie 1

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Ad

Upcoming SlideShare
Media book closing worlds
Media book closing worlds
Loading in …3
×

Check these out next

1 of 63 Ad
1 of 63 Ad

Une introduction à la redirection écologique - Bastien Marchand

Download to read offline

Une introduction à le redirection écologique : tentative de définition de l'Anthropocène, critiques de la transition écologique, explications de la redirection écologique (apprendre à hériter, à se détacher de la technosphère, à renoncer et à fermer des entités) et sources pour aller plus loin.

Une introduction à le redirection écologique : tentative de définition de l'Anthropocène, critiques de la transition écologique, explications de la redirection écologique (apprendre à hériter, à se détacher de la technosphère, à renoncer et à fermer des entités) et sources pour aller plus loin.

Advertisement
Advertisement

More Related Content

Advertisement

Une introduction à la redirection écologique - Bastien Marchand

  1. 1. BASTIEN MARCHAND | Octobre 2021 UNE INTRODUCTION À LA REDIRECTION ÉCOLOGIQUE 1 63 pages pour tout comprendre
  2. 2. Sommaire 2 Tentative de définition : l’Anthropocène p.3 4 stratégies écologiques p.9 Critiques de la transition écologique p.13 La redirection écologique p.32 • Technosphère : déconnexion en cours p.39 • « Renoncez, pauvres fous ! » p.43 • Planifier des fermetures : anti-TINA p.51 • Outils et exemples p.56 Aller plus loin p.61 Bastien Marchand | Octobre 2021
  3. 3. 3 TENTATIVE DE DÉFINITION : L’ANTHROPOCÈNE Partie 1
  4. 4. Tentative de définition L’Anthropocène 4 La notion de « crise climatique » a inondé le débat public. Pourtant, elle véhicule une vision très réductrice de la situation écologique. À la place, utilisons ici le terme d’ « Anthropocène ». Encore débattu par les scientifiques, il désigne l’époque géologique dans laquelle nous entrons. L’ « Anthropocène » serait marqué par l’importance des activités humaines, devenues capables de modifier le fonctionnement (biologique, chimique, physique, etc.) du système-Terre. L’ « Anthropocène » se manifeste de plusieurs façons : réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité, raréfaction des ressources naturelles , artificialisation des sols, etc. Il est important de noter que le réchauffement climatique ne constitue qu’une seule des facettes de l’Anthropocène. Bastien Marchand | Octobre 2021
  5. 5. Tentative de définition L’Anthropocène La date précise du début de l’Anthropocène est encore discutée par les scientifiques. Néanmoins, il est devenu courant de le faire démarrer au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. On appelle cette période la « grande accélération » : c’est le moment où un ensemble d’indicateurs (économiques et écologiques) a commencé à croître de manière exponentielle : ⬇ 5 Bastien Marchand | Octobre 2021
  6. 6. Tentative de définition L’Anthropocène 6 Source : La « grande accélération », Cécile Marin, Le Monde Diplomatique, « Manière de voir » #144, décembre 2015 - janvier 2016 Bastien Marchand | Octobre 2021
  7. 7. Tentative de définition L’Anthropocène 7 « Anthropocène » est un terme problématique car il semble sous- entendre que tous les humains seraient responsables de manière équivalente du désastre écologique actuel (anthropos signifie « Homme » en grec ancien). Or, d’un point de vue historique, les responsabilités varient considérablement d’un pays à un autre et d’une classe sociale à une autre. C’est pourquoi les scientifiques ont proposé plusieurs concepts alternatifs pour souligner les différences de responsabilité : urbanocène, technocène, capitalocène, occidentalocène, etc. Toutefois, « Anthropocène » est le terme le plus répandu. Nous l’utiliserons donc ici par souci de clarté, avec la précaution que ces limites conceptuelles exigent. Bastien Marchand | Octobre 2021
  8. 8. Tentative de définition L’Anthropocène 8 Aujourd’hui, les catastrophes écologiques dues à la « grande accélération » menacent les conditions d’habitabilité de la planète. Le CO2, l’eau, les animaux, les plantes, les microbes ou les virus ne font pas que « vivre » sur Terre. Ils la composent et la transforment pour la rendre plus ou moins apte à accueillir la vie. Ce sont les conditions mêmes du développement et du maintien de la vie sur Terre. En déséquilibrant la composition chimique de l’atmosphère ou en détruisant la biodiversité, les activités humaines sont en train de rendre la planète invivable donc inhabitable. Pour y faire face, nous avons des objectifs précis de réduction de notre empreinte écologique. Par exemple, les émissions de gaz à effet de serre d’une personne française moyenne doivent être divisées par 5. Source : Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l’État face à l’urgence climatique, César Dugast et Alexia Soyeux, Carbone 4, juin 2019 Bastien Marchand | Octobre 2021
  9. 9. 9 4 STRATÉGIES ÉCOLOGIQUES Partie 2
  10. 10. Face au constat de l’Anthropocène, et pour maintenir une partie de la Terre habitable, 4 stratégies écologiques sont aujourd’hui en concurrence : 1. La révolution ou la fuite (zad, exode urbain) veulent faire table rase du passé et repartir de zéro. Ces stratégies sont séduisantes mais ne proposent pas de solutions convaincantes vis-à-vis de nos infrastructures : on ne peut pas simplement les abandonner. 2. Les philosophies de reconnexion au vivant (qui expliquent la catastrophe écologique par le fait que nous avons perdu nos liens avec la nature et qui cherchent donc à nous y reconnecter) et le droit de la nature (qui utilise l’outil juridique pour forcer la prise en compte de la nature par nos systèmes économiques et politiques) sont indispensables mais ne prennent pas non plus en compte la question de nos infrastructures techniques (voir partie 5). 3. La transition écologique réduit l’Anthropocène à une crise dont il s’agirait de sortir en modifiant nos technologies. Cette pensée réformiste et conciliatrice est vouée à l’échec (nous y revenons longuement dans la partie suivante). 4. La redirection écologique apprend à hériter de tout un patrimoine et estime qu’il faut désormais apprendre à fermer tout un ensemble d’activités humaines (c’est le sujet de ce document, voir à partir de la page 32). 10 4 stratégies écologiques Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  11. 11. DISCONTINUITÉ PATRIMONIALE CONTINUITÉ POLITIQUE DISCONTINUITÉ POLITIQUE CONTINUITÉ PATRIMONIALE (RÉFORME ET MAINTENANCE) CONTINUITÉ PATRIMONIALE (HÉRITAGE) Reconnexion au vivant Droit de la nature Révolution (tabula rasa) Fuite, exode urbain, zad Redirection écologique Développement durable Transition écologique RSE Héritage et fermeture 11 4 stratégies écologiques Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  12. 12. Aujourd’hui, c’est la stratégie de la transition écologique qui domine parmi nos dirigeant·e·s politiques et économiques. En fait, elle fait plus que « dominer » : c’est la seule que les pouvoirs publics et les entreprises envisagent sérieusement. Pourtant, elle pose de nombreux problèmes et les preuves de son inefficacité s’accumulent. ⬇ 12 4 stratégies écologiques Bastien Marchand | Octobre 2021
  13. 13. 13 CRITIQUES DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE Partie 3
  14. 14. Les 4 mythes de la transition 14 La transition écologique se fonde sur (au moins) 4 mythes, auxquels on peut objecter un certain nombre de critiques. ⬇ Critiques de la transition écologique Bastien Marchand | Octobre 2021
  15. 15. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 15 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. »
  16. 16. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 16 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. »
  17. 17. « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer » 17 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Critique 1 - L’Anthropocène n’est pas une « crise » à traverser et dont on pourra sortir. Au contraire, c’est le nouvel état du monde, qui est là pour durer et dans lequel on va devoir apprendre à vivre. Critique 2 - Ce mythe revient à réduire le monde à un ensemble d’objets aux contours bien définis et à supposer leur réversibilité. Au contraire, notre monde est composé d’objets entremêlés, hybrides au sein de combinaisons humaines (culturelles, techniques, etc.) et naturelles. On ne peut pas leur appliquer une vision gestionnaire simpliste à laquelle on fait référence avec les mots « problèmes » et « crise ». Mythe 1/4 Bastien Marchand | Octobre 2021
  18. 18. 18 Exemple 1 - L’entreprise SAP, qui développe des logiciels pour gestion d’entreprises, souhaite « protéger les éléphants et les rhinocéros à l’aide de drones, de données numériques et de l’internet des objets ». La protection des espèces en voie d’extinction est ici réduite à un simple problème à résoudre par la seule voie technologique (source)*. Exemple 2 - La compensation carbone a un sens économique mais est un non-sens écologique. Planter une forêt en Éthiopie et détruire un bocage normand n’ont pas d’équivalence ni de symétrie écologique. D’ailleurs, la chercheuse anglaise Bonnie Waring a montré en 2020 qu’ « il n’y a pas assez d’arbres sur Terre pour compenser les émissions humaines - et il n’y en aura jamais assez » (source). Mythe 1/4 « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer » * Voir l’analyse dans Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  19. 19. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 19 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » L’Anthropocène n’est pas une crise Le monde n’est pas composé d’objets réversibles aux contours bien définis « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. »
  20. 20. Mythe 2/4 « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser » 20 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Critique 1 - Les finalités de notre modèle de développement économique ne peuvent pas être décorrellées des moyens techniques qui le soutiennent. Critique 2 - Les optimisations techniques promues par la transition sont nécessaires mais se heurtent à un plafond de verre, qui ne nous permet pas d’atteindre nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. ⬇ Critique 3 - Les promesses techniques promues par la transition écologique posent un problème de temporalité. ⬇ Critique 4 - Les optimisations techniques sont en général annulées par des effets rebond. ⬇ Bastien Marchand | Octobre 2021
  21. 21. Critique 2 - Le plafond de verre Exemple - Les piscines publiques pèsent beaucoup dans l’empreinte carbone des collectivités territoriales. Pour la réduire et limiter la facture énergétique, ces dernières s’en tiennent à des optimisations techniques. Ces optimisations permettent d’économiser environ 13% d’énergie. Ensuite, elles atteignent un plafond de verre. Par conséquent, il faut trouver d’autres moyens de réduire notre empreinte écologique. Économies d’énergie Régime d’efficience de la transition écologique Quel autre régime d’efficience appliquer pour s’affranchir de ce plafond de verre ? Optimisations techniques 21 Source : mission de redirection écologique menée par Origens Médialab et la Ville de Grenoble Mythe 2/4 PLAFOND DE VERRE Bastien Marchand | Octobre 2021
  22. 22. Critique 3 - Le problème de temporalité 22 Exemple - Les innovations techniques sur lesquelles se fonde la transition écologique posent un problème temporel. Les objectifs mondiaux de lutte contre le réchauffement climatique et l’effondrement de la biodiversité sont généralement énoncés pour 2030 - 2050. Or, à l’instar de l’hydrogène vert, les technologies sur lesquelles mise la transition écologique ne seront pas prêtes. Nous n’avons donc pas le temps d’attendre qu’elles arrivent à maturité (si tant est que cela soit une bonne idée). Source : The Guardian, 20 août 2021 Source : BFM TV, 10 juin 2021 Mythe 2/4 Source : Sud Ouest, 10 septembre 2020 Bastien Marchand | Octobre 2021
  23. 23. Critique 4 - L’effet rebond 23 Exemples - L’effet rebond, aussi appelé Paradoxe de Jevons, a été observé dès 1865 par l’économiste anglais William Stanley Jevons à propos du charbon. Mieux qu’une définition théorique, voici deux exemples d’effets rebond actuels : • Les avions d’aujourd’hui sont plus efficaces que ceux des années 1960. Paradoxalement, les émissions de gaz à effet de serre liées au trafic aérien ont explosé, car le nombre d’avions a lui-même explosé. • La consommation d’électricité par vidéo regardée sur Netflix diminue. Paradoxalement, la consommation d’électricité totale consommée par l’entreprise a explosé, car son nombre d’utilisateur·ice·s a explosé. La transition écologique s’en tient à une optimisation unité par unité tout en souhaitant préserver la croissance du nombre d’unités (nombre d’avions ou d’utilisateur·ice·s)… qui annule en retour les optimisations. Mythe 2/4 Bastien Marchand | Octobre 2021
  24. 24. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 24 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » L’Anthropocène n’est pas une crise Le monde n’est pas composé d’objets réversibles aux contours bien définis « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » On ne peut pas décorréler les fins et les moyens de notre modèle de développement Les optimisations techniques se heurtent à un plafond de verre Les promesses techniques posent un problème de temporalité Les optimisations techniques sont annulées par les effets rebond « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. »
  25. 25. Critique - Développement durable, croissance verte, capitalisme soutenable… La transition écologique se fonde sur des « oxymores » que les sciences n’arrivent pas à prouver - voire parviennent à infirmer. Exemple - La tentative de conciliation la plus connue, c’est celle du découplage entre croissance économique et destructions environnementales. En 2020, un article académique a analysé 179 publications scientifiques publiées entre 1990 et 2020 à la recherche de preuves empiriques d’un découplage « absolu, global, suffisamment rapide et qui dure dans le temps » (tout autre forme de découplage serait insuffisante). Sa conclusion ? « La charge de la preuve demeure sur la possibilité abstraite du découplage ; une possibilité abstraite qu’aucune preuve empirique ne vient infirmer mais qui, en l’absence de preuve empirique robuste ou détaillée et de plans concrets, repose en partie sur la foi. » Mythe 3/4 « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique » 25 Source : Vaden et al., Decoupling for ecological sustainability: A categorisation and review of research literature, Environmental Science & Policy, 2020 Bastien Marchand | Octobre 2021
  26. 26. De nombreuses études scientifiques montrent les limites de cette croyance : 26 Mythe 3/4 « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique » Bastien Marchand | Octobre 2021
  27. 27. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 27 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » L’Anthropocène n’est pas une crise Le monde n’est pas composé d’objets réversibles aux contours bien définis « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » On ne peut pas décorréler les fins et les moyens de notre modèle de développement Les optimisations techniques se heurtent à un plafond de verre Les promesses techniques posent un problème de temporalité Les optimisations techniques sont annulées par les effets rebond « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » Pour l’instant, nous n’avons pas de preuve de découplages suffisants « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. »
  28. 28. Mythe 4/4 « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature » Critique - La transition écologique confond « conséquences » et « conditions ». Elle considère comme des conséquences ou des externalités négatives des éléments qui en réalité conditionnent l’existence même des secteurs économiques qu’elle cherche à optimiser. ⬇ 28 Source : Les « communs négatifs ». Entre déchets et ruines, Alexandre Monnin, revue Études, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  29. 29. Mythe 4/4 Exemple 1 - L’esclavage des enfants n’est pas une conséquence tragique de l’industrie des smartphones telle qu’on la connaît. C’est une de ses conditions d’existence. Combattre sérieusement l’esclavage d’enfants dans le monde reviendrait à rediriger en profondeur l’industrie mondiale des smartphones. Exemple 2 - La pollution de l’air due au transport aéronautique n’est pas une conséquence délétère de l’industrie floricole telle qu’on la connaît (90% des fleurs vendues en France sont importées par avion). C’est une de ses conditions d’existence. Combattre sérieusement la pollution de l’air due au transport aéronautique reviendrait à rediriger en profondeur l’industrie floricole. Exemple 3 - La destruction des écosystèmes marins n’est pas une conséquence malencontreuse du transport maritime tel qu’on le connaît. C’est une de ses conditions d’existence. Combattre sérieusement la destruction des écosystèmes marins reviendrait à rediriger en profondeur l’industrie maritime. 29 « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature » Bastien Marchand | Octobre 2021
  30. 30. Les 4 mythes de la transition Critiques de la transition écologique 30 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021 MYTHES CRITIQUES « La situation écologique est un ensemble de problèmes à régler ou une crise à gérer. » L’Anthropocène n’est pas une crise Le monde n’est pas composé d’objets réversibles aux contours bien définis « La situation écologique est avant tout un problème de moyens techniques qu’il faut optimiser. » On ne peut pas décorréler les fins et les moyens de notre modèle de développement Les optimisations techniques se heurtent à un plafond de verre Les promesses techniques posent un problème de temporalité Les optimisations techniques sont annulées par les effets rebond « La transition écologique peut concilier développement économique et mode de vie écologique. » Pour l’instant, nous n’avons pas de preuve que des découplages sont possibles. « La transition écologique peut se faire en réglant les conséquences malencontreuses des activités humaines sur la nature. » La transition confond conditions et conséquences
  31. 31. Les 4 mythes de la transition Un modèle insuffisant Selon un rapport des Nations Unies publié le 17 septembre 2021, les engagements climatiques actuels des États nous mèneraient sur une trajectoire de réchauffement climatique de 2,7°C d’ici à 2100. Pour rappel, les Accord de Paris, signés en 2015, fixaient pour objectif un réchauffement climatique limité en-deçà de 2°C, si possible de 1,5°C. Cet échec est celui du modèle de la transition écologique, dont il faut sortir. 31 Source : Le monde sur le chemin « catastrophique » de 2,7 °C de réchauffement climatique, Le Monde, 17 septembre 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  32. 32. 32 LA REDIRECTION ÉCOLOGIQUE Partie 4
  33. 33. Une quatrième voie La redirection écologique La redirection écologique prend acte des limites et des échecs de la transition écologique pour proposer une quatrième stratégie face à l’Anthropocène. Selon la stratégie de la redirection écologique, il faut apprendre à fermer les choses qui détruisent les conditions d’habitabilité de la Terre. Elle met en avant les questions d’héritage et de fermeture. 33 Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  34. 34. La redirection écologique Une quatrième voie On hérite d’un ensemble de choses (entreprises, institutions et politiques publiques, chaînes de valeur, chaînes logistiques, modes de consommation, modes de production, systèmes énergétiques, infrastructures de transport, etc.) dont on dépend pour notre subsistance à court terme, mais qui nous condamnent à moyen terme. Et ce, pour une raison simple : ces entités détruisent les conditions d’habitabilité de la planète Terre. On parle généralement d’ « attachements » : nous sommes attaché·e·s à ces choses-là, dans tous les sens du terme (affectif, matériel, professionnel, etc.). Or, on ne peut pas simplement les abandonner : ces entités sont là, elles structurent nos quotidiens et trament notre sol - chaque jour un peu plus. Elles dépendent de nous autant qu’on dépend d’elles. Il faut en hériter et s’en occuper. 34 Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  35. 35. Contrairement au modèle de la transition écologique, pour la redirection écologique : 1. Il n’est plus question de « problèmes » mais d’ « issues » : il s’agit de trouver des portes de sortie à des situations écologiques critiques. 2. La question des fins est intimement liée à celle des moyens. La redirection écologique revient à la racine des désastres écologiques et souhaite avant tout travailler à une nouvelle direction. C’est à la fois une opération stratégique et technique. 3. Le monde n’est pas composé d’objets isolables, aux contours bien définis, mais d’entremêlements écologiques et techniques. 4. Les optimisations techniques nous maintiennent dans une trajectoire de destruction des écosystèmes et ne permettent pas d’aligner nos organisations avec les limites planétaires. 35 Source : « Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires », hors-série printemps 2021, Horizons Publics Une quatrième voie La redirection écologique Bastien Marchand | Octobre 2021
  36. 36. La redirection écologique Puisque les optimisations techniques promues par la transition écologique ne suffisent pas, que nous reste-t-il comme option stratégique ? Il faut apprendre, et c’est l’ambition de la redirection écologique, à fermer les choses qui détruisent l’habitabilité de la planète. 36 Une quatrième voie Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  37. 37. La redirection écologique : objectifs Pour ce faire, la redirection écologique cherche à développer des concepts et des outils pour apprendre à : • Hériter des choses dont on dépend mais qui détruisent l’habitabilité de la Terre en décrivant selon quelles modalités nous y sommes attaché·e·s, • Trier entre ce que nous pouvons conserver et ce à quoi nous devons renoncer, • Mener effectivement et opérationnellement des renoncements et des fermetures à l’aide d’arts et de sciences de l’arbitrage. Cet apprentissage doit se faire sans liquider les enjeux démocratiques et sociaux. Les concepts et les outils conçus par la redirection écologique s’adressent d’abord aux entreprises et aux institutions publiques. 37 Une quatrième voie Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  38. 38. Tableau comparatif Transition écologique vs redirection écologique TRANSITION ÉCOLOGIQUE REDIRECTION ÉCOLOGIQUE La « crise écologique » est avant tout un problème de moyens (énergie, consommation, modes de vie, etc.). L’Anthropocène est avant tout un problème de direction. Les fins et les moyens sont liés. Un horizon de conciliation est naturellement possible, voire souhaitable, entre développement économique et écologie. Un horizon d’arbitrages est nécessaire. La conciliation passe d’abord par un alignement des entreprises et des institutions publiques avec les limites planétaires et les milieux écologiques. La transition débouche sur une ingénierie de l’optimisation. La redirection débouche sur des arts et des sciences de fermetures et de renoncements. La transition confond les « conditions » et les « conséquences » des activités humaines. La redirection travaille sur les conditions d’existence des activités humaines. La transition est techniquement possible sans renoncement et fermeture. La redirection est techniquement impossible sans renoncement et fermeture. 38 Source : Monnin, Landivar & Bonnet, What the Anthropocene does to organizations, 2019 Bastien Marchand | Octobre 2021
  39. 39. 39 TECHNOSPHÈRE : DÉCONNEXION EN COURS Partie 5
  40. 40. Définition de la technosphère Technosphère : déconnexion en cours Le désastre écologique n’est pas seulement dû à notre rapport à la nature (auquel la stratégie n°2 tente de répondre). Il est aussi dû aux relations que nous entretenons avec nos constructions physiques et matérielles, nos infrastructures, nos machines, etc. (c’est l’objet de la redirection écologique). En 2017, des géologues ont calculé le poids de ce qu’on appelle la Technosphère, « l’ensemble des traces matérielles laissées par l'activité humaine contemporaine » : elle représenterait une masse cinq fois plus importante que la « biomasse » (la masse du « vivant » sur Terre). C’est le maintien (et le développement, cela va sans dire) de la technosphère qui détruit les conditions d’habitabilité de la planète. Pour se reconnecter au vivant et s’engager sur une trajectoire écologique, il faut d’abord qu’on apprenne à se déconnecter et à se détacher des entités de la technosphère. C’est sur cette déconnexion et ce détachement que la redirection écologique met l’accent. 40 Source : Zalasiewicz et al., Scale and diversity of the physical technosphere: A geological perspective, 2016 Bastien Marchand | Octobre 2021
  41. 41. Technologies zombies Technosphère : déconnexion en cours La Technosphère est aujourd’hui quasi exclusivement composée de « technologies zombies ». Voici comment nous pourrions les définir, par opposition aux « technologies vivantes » : RESSOURCES FONCTIONNEMENT FIN DE VIE EXEMPLE TECHNOLOGIES ZOMBIES Stocks finis (épuisement sur le long terme) Durée de vie minimale en état de marche Durée de vie maximale sous forme de déchet Smartphones TECHNOLOGIES VIVANTES Flux renouvelables Durée de vie maximale en état de marche Durée de vie minimale sous forme de déchet Sols de l’agriculture extensive 41 Sources : Héritage et Fermeture, Bonnet, Landivar, Monnin, Divergences, 2021 ; Au-delà du low tech : technologies zombies, soutenabilité et inventions, Passerelle n°21, Monnin, Halloy, Nova, 2020 Bastien Marchand | Octobre 2021
  42. 42. Technodiversité Technosphère : déconnexion en cours L’un des enjeux de la redirection écologique, c’est de fermer les technologies zombies pour faire advenir des technologies vivantes, conçues en accord avec leur milieu écologique (selon les configurations géologiques, climatiques, énergétiques d’un territoire, selon les compétences et les savoir-faire qui y sont présents, selon les matériaux qu’on y trouve, selon la biodiversité qui le compose, et selon les manières dont tous ces aspects sont vécus). À cet égard, la redirection écologique ne défend ni une posture low-tech ni une posture technophobe, mais plutôt une « technodiversité ». 42 Sources : Wild-Tech & Milieu-Tech, conférence de Victor Petit & Yann Philippe Tastevin à l’isdaT, disponible sur YouTube ; La mésologie, un autre paradigme pour l’Anthropocène ?, éditions Hermann, 2018 Bastien Marchand | Octobre 2021
  43. 43. 43 « RENONCEZ, PAUVRES FOUS ! » Partie 6
  44. 44. Une histoire de renoncements « Renoncez, pauvres fous ! » Si on prend au sérieux la question écologique, le dilemme est le suivant : Va-t-on choisir ou subir les renoncements qui arrivent irrémédiablement ? Et comment (selon quelles modalités démocratiques) les choisira-t-on ? La notion de renoncement soulève souvent beaucoup de discussions quand on présente la redirection écologique. Pourtant, on renonce à plein de choses en permanence, depuis toujours. C’est l’idéologie du progrès économique qui nous a fait croire qu’on pouvait s’affranchir de ces renoncements et qu’on pouvait tout faire advenir sans conséquence. 44 Bastien Marchand | Octobre 2021
  45. 45. Une histoire de renoncements « Renoncez, pauvres fous ! » Par exemple, le pont d’Avignon : construit à la fin du 12ème siècle, il est sans cesse détruit par les puissantes crues du Rhône. Au 17ème siècle, le pouvoir avignonnais décide de renoncer à son incessante reconstruction. Il faudra attendre le début du 19ème siècle pour voir s’ériger un nouveau pont à quelques centaines de mètres du pont Saint-Bénézet (le vrai nom du pont d’Avignon). En réalité aujourd’hui, l’Anthropocène impose déjà une multitude de renoncements subis (c’est juste qu’ils ne sont pas perçus comme tels) : ⬇ 45 Source : Françoise Chauzat, « Le pont d’Avignon sauvegardé au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17 septembre 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  46. 46. Exemples de renoncements RENONCEMENT DÉCISIONNAIRE PROTOCOLE DÉMOCRATIQUE À Taiwan en 2021, à cause de la sécheresse, des millions de personnes ont en partie renoncé à l’accès à l’eau courante et potable (par rationnement) pendant plusieurs semaines au profit de l’industrie de production de micro-processeurs, très gourmande en eau. État Inexistant Dans les Pouilles, en Italie, à l’été 2021, on a renoncé au travail dans les champs aux heures les plus chaudes de la journée. Élu local Inexistant Dans les grandes aires urbaines, on a renoncé à respirer un air sain (en France, on compte chaque année 48 000 mort·e·s et d’innombrables cancers dus aux particules fines des véhicules thermiques). Industrie automobile, législateur Inexistant Dans tout l’Occident, on a renoncé à pouvoir admirer les étoiles. Puissance publique (aménagement du territoire) Marginal En Californie à l’été 2021, pour faire face à la sécheresse et sauvegarder l’eau, de nombreux·ses maraîcher·ère·s ont été contraint·e·s de renoncer (en les arrachant) à des milliers d’arbres fruitiers. Marché économique Inexistant 46 « Renoncez, pauvres fous ! » Bastien Marchand | Octobre 2021
  47. 47. Renoncements & privilèges À ce stade, il est important de préciser une chose. Dans l’immense majorité de la population mondiale et dans l’immense majorité de la population française, on renonce constamment à tout un tas de choses. Tout simplement parce que les situations politiques, sociales, financières, infrastructurelles ne permettent pas de faire telle ou telle activité. L’aversion au renoncement est une parenthèse anthropologique propre au capitalisme et un privilège bourgeois. 47 « Renoncez, pauvres fous ! » Bastien Marchand | Octobre 2021
  48. 48. Échange de droits Finalement, renoncer pourrait peut-être être vu comme l’échange d’un droit contre un autre : • En obtenant le droit à se déplacer sans contrainte grâce à des véhicules polluants, nous avons renoncé à notre droit à respirer un air pur. • En obtenant le droit au commerce et à la publicité (enseignes lumineuses), nous avons renoncé à notre droit à l’obscurité et à admirer les étoiles. • En obtenant le droit à entreprendre sur un marché libre et à créer des entreprises multinationales (comme l’élevage intensif), nous avons renoncé à notre droit à manger de la viande saine. La redirection écologique permet de rediscuter démocratiquement ces échanges. Renoncer à certains droits qui peuvent aujourd'hui passer pour des privilèges au profit d’autres droits (vitaux) que l'Anthropocène réduit, empêche, neutralise ou obère. 48 « Renoncez, pauvres fous ! » Bastien Marchand | Octobre 2021
  49. 49. Questions redirectionnistes Les questions que travaille la redirection écologique et pour lesquelles elle propose des concepts, des outils et des protocoles sont donc : • Comment peut-on démocratiquement choisir ce à quoi on tient trop pour y renoncer et ce à quoi on peut renoncer ? • Comment apprendre à se détacher des choses auxquelles on est attaché·e·s ? • Que peut-on encore faire grandir et que doit-on réduire ? • Que ne faut-il surtout pas faire advenir ? (voir page suivante) 49 « Renoncez, pauvres fous ! » Bastien Marchand | Octobre 2021
  50. 50. Renoncer à des futurs obsolètes Si la redirection écologique s’intéresse aux fermetures de choses existantes, un autre aspect est central. Elle cherche à apprendre à fermer un certain nombre de futurs en germe, en cours de conception mais déjà obsolètes, avant même d’advenir. Pour la redirection écologique, il faut apprendre une forme de sobriété dans ce qu’on s’autorise à imaginer et produire pour le futur. Là encore, le fait de vouloir ouvrir le plus de futurs possibles constitue une parenthèse anthropologique propre à la modernité. Il est par exemple prouvé que les Aztèques connaissaient la roue en tant qu’objet (les anthropologues en ont retrouvées sur des jouets d’enfants) mais ont refusé de l’utiliser pour des activités productives et logistiques. 50 « Renoncez, pauvres fous ! » Sources : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Bonnet, Landivar, Monnin, Divergences, 2021 ; Une histoire politique de la roue, Raphaël Meltz, Vuibert, 2020 Bastien Marchand | Octobre 2021
  51. 51. 51 PLANIFIER DES FERMETURES : ANTI-TINA Partie 7
  52. 52. There is no alternative Les dirigeant·e·s politiques et économiques savent très bien fermer des activités productives devenues non rentables : mines, manufactures, usines, centres logistiques, etc. Le problème, c’est que ces fermetures - alors qu’elles sont attendues depuis plusieurs années au moins - sont gérées au dernier moment, quand l’entreprise n’a, selon elle, plus d’autres choix pour « sauver le site » que de licencier des salarié·e·s. On justifie alors ces fermetures et leurs dégâts sociaux avec la fameuse phrase de Margaret Thatcher : « There Is No Alternative » (TINA, ou « il n’y a pas d’alternative »). En 2021, la fermeture du site Bosch de Rodez, qui produit des pièces pour véhicules diesel, est éclairante. Le marché du diesel décroît depuis une décennie mais l’entreprise n’a pas su planifier la redirection de ses activités. Résultat, la seule solution selon la direction de l’entreprise, c’est de licencier des centaines de salarié·e·s. 52 Anti-TINA Source : La crise du diesel décime l’usine Bosch de Rodez, Le Monde, mars 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  53. 53. There are many alternatives Au contraire, la redirection écologique nous maintient dans une pluralité d’alternatives et évite de trancher trop rapidement. Son ambition est de choisir et de préparer démocratiquement et avec les premier·ère·s concerné·e·s les redirections imposées par l’impératif écologique. Par exemple, la conclusion d’un travail de redirection écologique peut très bien être : « L’entité dont il est question est trop vitale pour les personnes qui en dépendent, on ne peut pas y renoncer ». Cela signifie simplement qu’il faudra renoncer à autre chose pour rentrer dans les limites planétaires. La question qui suit est « à quoi ? ». 53 Anti-TINA Bastien Marchand | Octobre 2021
  54. 54. Actions redirectionnistes En réalité, ces redirections écologiques ne se réduisent pas uniquement à des fermetures et des renoncements (même s’ils sont nécessaires et centraux). Le schéma qui suit propose une typologie des actions redirectionnistes : ⬇ 54 Anti-TINA Bastien Marchand | Octobre 2021
  55. 55. Actions redirectionnistes COMPATIBLE AVEC LES LIMITES PLANÉTAIRES INCOMPATIBLE AVEC LES LIMITES PLANÉTAIRES ÉMERGENT EXISTANT Démanteler Renoncer Fermer Décommissionner Désinvestir Déscalariser Réduire Ne pas faire advenir Destaurer Revaloriser Requalifier Réaffecter Créer Inventer Imaginer Anti-TINA 55 Source : sinonvirgule, publication LinkedIn Bastien Marchand | Octobre 2021
  56. 56. 56 OUTILS ET EXEMPLES Partie 8
  57. 57. Les stations de ski Outils et exemples « Le ‘’problème’’ des stations de ski a été associé à une question de moyens. Si l'on manque de neige, on produit de la neige artificielle. S’il fait trop chaud pour produire de la neige artificielle, on diversifie les activités quatre saisons. Si l'on n’atteint pas de compensation économique en été faisant suite à un hiver sans neige, alors on organise un grand festival de musique électronique. Si…etc. » Une attitude réellement écologique (redirectionniste) consisterait à anticiper la fin du ski à cause du réchauffement climatique et à se poser de nouvelles questions stratégiques. Quelle relation souhaite-t-on entretenir avec nos montagnes ? Comment un territoire peut-il sortir de sa dépendance au modèle de l’attractivité touristique ? Aujourd’hui, toutes nos entreprises et institutions publiques réfléchissent comme des stations de ski de moyenne altitude. Elles s’en tiennent à une réflexion sur les moyens techniques à mettre en oeuvre pour faire perdurer leur compétitivité. 57 Source : Cas d’étude : le devenir des stations de ski dans l’Anthropocène, Emmanuel Bonnet, 2021 (dans Horizons Publics, hors-série printemps 2021) Bastien Marchand | Octobre 2021
  58. 58. Deux outils majeurs « Les mains dans le cambouis » de la Technosphère, des entreprises privées et des institutions publiques, la redirection écologique est un cadre tourné vers l’action. C’est pour cela que le design occupe une place centrale dans les protocoles de redirection écologique : il permet d’imaginer rapidement des façons concrètes de faire, et d’éviter de s’en tenir aux belles idées. L’autre outil majeur de la redirection écologique, c’est l’enquête : pour identifier et analyser nos attachements, il faut enquêter, comme un·e journaliste ou un·e anthropologue, afin de comprendre ce qui se joue. 58 Outils et exemples Source : Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 Bastien Marchand | Octobre 2021
  59. 59. Exemples de redirections en cours Dans le cadre de la formation « Stratégie et Design pour l’Anthropocène », qui vise à former à la redirection écologique, plusieurs travaux sont en cours : • Redirection écologique d’infrastructures de stationnement, • Redirection écologique de piscines municipales, • Redirection écologique de la construction neuve, • Redirection écologique d’une entreprise de textile, • Redirection écologique d’une industrie manufacturière, • Redirection écologique d’un terminal d’aéroport, • Redirection écologique des institutions d’une métropole française, • Redirection écologique de nos relations avec les requins, • Etc. 59 Outils et exemples Ces travaux sont développés dans le hors-série du printemps 2021 de la revue Horizons Publics Bastien Marchand | Octobre 2021
  60. 60. La fresque du renoncement Pour présenter la redirection écologique et donner à voir ce qu’elle implique concrètement, le laboratoire de recherche Origens Médialab a mis au point une « fresque du renoncement », un atelier en trois étapes : • Décrire dans le détail une entité sujette à une proposition de renoncement (viande rouge, aviation, voiture individuelle, smartphones, etc.) ; • Comprendre les attachements de différents collectifs (humains et non- humains) vis-à-vis de l'entité choisie ; • Imaginer des trajectoires concrètes pour se détacher et renoncer, totalement ou partiellement, à l'entité choisie. 60 Outils et exemples Source : lafresquedurenoncement.xyz Bastien Marchand | Octobre 2021
  61. 61. 61 ALLER PLUS LOIN Partie 9
  62. 62. Aller plus loin • « Closing Worlds », initiative lancée en 2016 par Origens Médialab, à l’origine de la redirection écologique • « Stratégie & Design pour l’Anthropocène », formation ouverte en 2020 dédiée à la redirection écologique • Héritage et Fermeture. Une écologie du démantèlement, Emmanuel Bonnet, Diego Landivar, Alexandre Monnin, éditions Divergences, 2021 • Engager la redirection écologique dans les organisations et les territoires, Horizons Publics, Hors série printemps 2021 • « Inaugurer le temps des arbitrages où tout ne pourra, heureusement ou malheureusement, être maintenu », tribune d’Origens Médialab dans Le Monde, 5 juin 2020 • « Les grandes écoles doivent former à la “redirection écologique” », tribune d’Origens Médialab dans Le Monde, 4 octobre 2019 • Zoom sur la redirection écologique, la méthode qui nous invite à renoncer aux technologies zombies, interview d’Origens Médialab par Nastasia Hadjadji pour L’ADN, 2 juillet 2020 • « Il faut renoncer aux futurs déjà obsolètes », interview d’Origens Médialab par Usbek & Rica, 1 mai 2020 62 Bastien Marchand | Octobre 2021
  63. 63. MERCI 63 bastienmarchand@protonmail.com LinkedIn | Twitter | Site personnel | Carnet

×