Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Les français et
la mobilité professionnelle
Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015 :
ils disent « oui » po...
LA MÉTHODOLOGIE D’ENQUÊTE
Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la
mention complète suivante ...
324e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
Les Français et la mobilité profession...
4 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
Le regard de BPI group
sur les résult...
524e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
C’est également de la responsabilité d...
6 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
DES SALARIÉS QUI SE DÉFINISSENT GLOBA...
724e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
UN CONSTAT VÉRIFIÉ DANS LA PRATIQUE AV...
8 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
02 • L’EXPÉRIENCE DE LA MOBILITÉ
PROF...
924e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
AVEC LE RECUL, LA MOBILITÉ EST LARGEME...
10 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
03 • LES ASPIRATIONS ET LES PERSPECT...
1124e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
A CONTRARIO, LA PERSPECTIVE D’UNE BAI...
12 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
QUATRE SALARIÉS SUR DIX VOUDRAIENT P...
1324e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE, UNE OPÉR...
14 24e
Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité
EXPÉRIENCE
DE LA MOBILITÉ
PERCEPTION...
www.bpi-group.com
A PROPOS DE BPI group
Spécialiste de l’accompagnement RH des transformations, BPI group imagine et conço...
24è Observatoire du Travail - Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

24è Observatoire du Travail - Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015

524 views

Published on

Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015
Ils disent « oui » pour changer de métier, ou d’entreprise, mais à certaines conditions.
Même si un salarié sur deux exerce le même métier depuis plus de 10 ans, la mobilité professionnelle est une option acceptée pour plus de la moitié d’entre eux dans un avenir proche, mais à certaines conditions : une meilleure qualité de vie au travail, une amélioration de leur salaire et un accompagnement plus soutenu de leurs entreprises dans cette démarche.



Les résultats de cette enquête soulignent clairement un paradoxe : des salariés stables alors que la sécurisation des parcours professionnels est essentielle dans un contexte économique mouvant et que l’allongement des carrières requiert une anticipation de la mobilité par tous les acteurs, salariés, entreprises, syndicats et Etat. Cette étude a été réalisée par l’Observatoire du Travail BPI group auquel se sont associés Opinionway et Liaisons sociales Magazine en septembre 2015 ; l’échantillon représentatif interrogé sur tous les enjeux de la mobilité professionnelle est de 2039 salariés sur tout le territoire.

Published in: Recruiting & HR
  • Be the first to comment

24è Observatoire du Travail - Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015

  1. 1. Les français et la mobilité professionnelle Salariés et mobilité professionnelle en France en 2015 : ils disent « oui » pour changer de métier, ou d’entreprise, mais à certaines conditions. Résultats de l’enquête Novembre 2015 En partenariat avec : et 24e Observatoire du Travail
  2. 2. LA MÉTHODOLOGIE D’ENQUÊTE Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « BPI group - OpinionWay » et aucune reprise de l’enquête ne pourra être dissociée de cet intitulé. Dessins de Jean-Michel Milon, Coach chez LEROY Dirigeants. Etude réalisée auprès d’un échantillon représentatif La représentativité de l’échantillon est assurée selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle, de taille d’entreprise, de secteur d’activité de l’entreprise, de statut de l’employeur (public/privé) et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview). Le terrain a été réalisé entre le 4 et le 15 septembre 2015. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et les règles de la norme ISO 20252 Sommaire Les Français et la mobilité professionnelle 3 Les principaux résultats de l’enquête 3 Le regard de BPI group sur les résultats 4 Les enseignements de l’Observatoire 6 01 • La sensibilité des salariés à la mobilité 6 02 • L’expérience de la mobilité professionnelle 8 03 • Les aspirations et les perspectives de mobilité professionnelle 10 04 • L’accompagnement dans la mobilité professionnelle 12 Infographie des principaux résultats 14 Pour aller plus loin 16
  3. 3. 324e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité Les Français et la mobilité professionnelle Même si un salarié sur deux exerce le même métier depuis plus de 10 ans, la mobilité professionnelle est une option acceptée pour plus de la moitié d’entre eux dans un avenir proche, mais à certaines conditions : une meilleure qualité de vie au travail, une amélioration de leur salaire et un accompagnement plus soutenu de leurs entreprises dans cette démarche. Les résultats de cette enquête soulignent clairement un paradoxe : des salariés stables alors que la sécurisation des parcours professionnels est essentielle dans un contexte économique mouvant et que l’allongement des carrières requiert une anticipation de la mobilité par tous les acteurs, salariés, entreprises, syndicats et État. Cette étude a été réalisée par l’Observatoire du Travail BPI group auquel se sont associés OpinionWay et Liaisons sociales magazine en septembre 2015 ; l’échantillon représentatif interrogé sur tous les enjeux de la mobilité professionnelle est de 2039 salariés sur tout le territoire. DES SALARIÉS QUI SE CONSIDÈRENT STABLES ET OPTIMISTES Lorsque l’on interroge les salariés sur leur parcours professionnel, on constate une certaine stabilité : près de 6 sur 10 d’entre eux sont depuis 5 ans dans la même entreprise (59 %) et plus encore dans le même même métier depuis plus de 10 ans. Quant à leur avenir, les salariés se projettent dans la même entreprise pour 66 % d’entre eux et pensent exercer le même métier dans les 5 ans (72 %), hormis les salariés des secteurs banque assurance et informatique qui sont plus nombreux à s’imaginer changer de métier. À LA MOBILITÉ, ILS RÉPONDENT OUI, MAIS À CERTAINES CONDITIONS… 58 % des salariés considèrent la mobilité comme une opportunité, l’occasion de découvrir de nouveaux en- vironnements et nouvelles activités. Mais, ils émettent clairement certaines conditions : 69 % d’entre eux sont prêts à changer de métier pour rester sur leur bassin d’emploi ou pour gagner en qualité de vie au travail, seuls 41 % d’entre eux acceptent l’idée de « s’expatrier » dans une autre région pour conserver leur métier… à moins que cela ne soit en dehors du territoire français, 40 % des salariés dé- clarent être prêts à travailler à l’étranger, principale- ment en Europe. Quant à changer d’entreprise, leur LA MOBILITÉ, UNE EXPÉRIENCE RÉUSSIE… NON SANS DIFFICULTÉS Les salariés français tirent un bilan positif de leurs expériences de mobilité et la considèrent comme un atout pour leurs carrières, qu’il s’agisse de changement d’entreprise (91 %) ou de changement de métier (92 %). Toutefois pour 39 % d’entre eux, ce accéder plus facilement à une formation aurait pu faciliter le changement de métier (54 %), de même que de pouvoir échanger avec des pairs (50 %). ACCOMPAGNEMENT DANS LA MOBILITÉ DES SALARIÉS : PEUT ET DOIT MIEUX FAIRE ! Les salariés pensent à 90 % qu’une formation devrait être proposée par leur employeur et que c’est d’ailleurs le rôle de l’entreprise que d’aider les salariés à développer leur potentiel (à 91 %). Leur avis sur les universités d’entreprise est d’ailleurs sans appel : pour 61 % des salariés disposant d’une telle structure, celle-ci n’a été d’aucune utilité pour favoriser leur mobilité professionnelle. Toutefois, les salariés sont conscients pour 73 % d’entre eux qu’ils doivent se prendre en main en acquérant de nouvelles compétences et en suivant des formations, même s’ils estiment (83 % d’entre eux) que les entreprises devraient encourager leurs salariés à changer de poste en interne. Un peu plus des trois quarts d’entre eux sont d’accord avec métier favorise l’employabilité des salariés (76 %). LES PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE
  4. 4. 4 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité Le regard de BPI group sur les résultats par Sabine Lochmann, Présidente du Directoire, BPI group UNE ACCULTURATION À LA MOBILITÉ NÉCESSAIRE POUR FAIRE ÉVOLUER EN COMPÉTENCES Les salariés ont à faire grandir dans leurs gènes la culture de la mobilité. La mobilité repose sur « l’envie de », la « capacité à », « l’assurance pour… », voire, leur « foi en… ». Il semble nécessaire de coupler des facteurs de tension et d’attractivité pour mettre les salariés en mouvement. Mais les entreprises aussi ont à le faire de leur côté via notamment la ligne managériale… : les expériences réussies chez nos clients indiquent que la mobilité fait partie de la culture d’entreprise, elle doit s’inscrire dans les politiques RH comme une gestion naturelle de carrière. Elle permet d’une part d’accroitre les compétences et les perspectives du salarié et, d’autre part, de donner à l’entreprise une meilleure chance d’adaptabilité face à un environnement complexe. Le collaborateur doit être actif dans son parcours professionnel mais le manager/RH doit aussi être exemplaire et porteur d’évolution professionnelle pour les membres de son/ses équipe/s (c’est-à-dire en acceptant la mobilité même quand il s’agit de son meilleur collaborateur). soient sur la même longueur d’onde, les acteurs institutionnels de l’économie et de l’emploi du territoire dans le cadre de démarches de GPECT (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriales) pour accompagner le développement de cette culture sur les territoires. UNE MEILLEURE VISIBILITÉ DES OUTILS, MOYENS ET DISPOSITIFS MIS EN PLACE Les outils et dispositifs en place pour favoriser la mobilité (CEP, CPF, GPEC, CPA)* semblent illisibles pour les salariés : les entreprises ont à redoubler d’effort pour informer et communiquer sur ces dispositifs qui doivent avant tout faire du sens pour eux. Or trop souvent, ces outils paraissent n’être utilisés qu’en cas de crise : anticiper est le mot clef d’une mobilité professionnelle réussie. Ainsi, 80 % des salariés d’après le dernier rapport de l’IGAS (2014), déclaraient ne pas connaître les même, BPI group constate trop souvent que peu de moyens sont alloués pour promouvoir la mobilité et les réussites. Il semble ainsi nécessaire de réduire la zone d’incertitude et la distance perçue entre les emplois et les personnes qui demeurent convaincues qu’hors de Aider les français à réussir leur mobilité, qu’elle soit volontaire ou subie, apparaît être un objectif majeur des politiques publiques (cf. les conclusions de la dernière Conférence Sociale sur l’Emploi du 19 octobre 2015).
  5. 5. 524e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité C’est également de la responsabilité des entreprises et des partenaires sociaux que de mettre l’information à disposition voire de l’accompagner auprès des salariés, voire des Écoles et Universités dans lesquelles passent les futurs professionnels. Le numérique peut être une réponse pour anticiper les enjeux de mobilité et accompagner plus vite ces changements pour le salarié, avec par exemple des solutions qui s’appuient notamment sur le Big Data et qui donnent une visibilité forte sur les opportunités d’emploi sur les territoires, dans les entreprises et branches. DE NOUVEAUX CHAMPS DE COLLABORATIONS ENTRE PME ET GRANDES ENTREPRISES français à changer d’environnement personnel comme professionnel. Il est préoccupant de voir qu’entre salariés de grands groupes et PME, les passerelles ne sont pas évidentes et que « le chacun chez soi » quand on sait que les créations d’emploi se trouvent plutôt dans les PME ? Les territoires ont certainement un rôle primordial à jouer comme celui de donner le maximum de visibilité au marché du travail ce qui permettra de susciter davantage de mobilités et de préparatifs de qualité en amont pour les réussir. années, sur plusieurs bassins d’emploi, des expérimentations de transferts de salariés de grands groupes vers des PME, avec pour objectif de donner à ces salariés l’occasion de mieux faire connaître l’environnement de la PME et d’envisager l’éventualité d’une poursuite de carrière ailleurs. simplement à l’échelle du pays, mais en osant faire du sur-mesure, pour tenir compte du lieu de vie, des secteurs d’activité en tension ou encore de la catégorie des entreprises en recherche de nouvelles compétences. Sabine Lochmann Présidente du Directoire de BPI group *CEP : Conseil en Évolution Professionnelle – CPF : Compte Personnel de Formation – GPEC : Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences CPA : Compte Personnel d’Activité
  6. 6. 6 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité DES SALARIÉS QUI SE DÉFINISSENT GLOBALEMENT COMME STABLES Vous êtes quelqu’un de … 68% 30% 2% Stable prudent, avec les pieds sur terre 40 ans et plus : 70% Moins de 30 ans: 39% Moins de 30 ans: 61% 40 ans et plus : 27% Curieux qui s’ennuie vite et n’hésite pas à prendre des risques 01 • LA SENSIBILITÉ DES SALARIÉS À LA MOBILITÉ Les enseignements de l’Observatoire
  7. 7. 724e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité UN CONSTAT VÉRIFIÉ DANS LA PRATIQUE AVEC UNE VRAIE STABILITÉ DANS L’ENTREPRISE ET DES SALARIÉS QUI SE PROJETTENT PEU Ancienneté dans l Moins de 5 ans 41% Plus de 5 ans 59% TPE : 51% Grandes entreprises : 72% des salariés se projettent facilement dans la même entreprise dans 5 ans Grandes entreprises : 71% TPE / PME : 61% Moins d’un an Entre 1 et 5 ans Entre 5 et 10 ans Plus de 10 ans 66% 13% 28% 18% 41% UNE MAJORITÉ DES SALARIÉS EST DANS SON MÉTIER DEPUIS PLUS DE 5 ANS ET NE SE PROJETTE PAS À MOYEN TERME DANS LE MÊME MÉTIER QU’AUJOURD’HUI des salariés se voient dans le même métier dans 5 ans72% 7% 22% 20% 51% 40 – 49 ans : 76% Banque / Assurance : 58% Moins de 30 ans : 68% Informatique : 62% Moins d’un an Entre 1 et 5 ans Entre 5 et 10 ans Plus de 10 ans Moins de 5 ans 29% Plus de 5 ans 71%
  8. 8. 8 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité 02 • L’EXPÉRIENCE DE LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EN MOYENNE, LES SALARIÉS ONT CONNU PRÈS DE 4 ENTREPRISES AU COURS DE LEUR CARRIÈRE Une seule réponse possible n’ont connu aucun changement17% des salariés ont changé au moins une fois d’entreprise au cours de leur carrière 83% Ouvriers : 4,9 Cadres : 3,1Moins de 30 ans : 2,7 40 ans et plus : 4,4 Ouvriers : 4,9 Cadres : 3,1Moins de 30 ans : 2,7 40 ans et plus : 4,4 3,9 Changements d’entreprise connus en moyenne dans leur carrière LE CHANGEMENT DE MÉTIER, UNE EXPÉRIENCE PLUS LIMITÉE MÊME SI MAJORITAIRE Une seule réponse possible n’ont connu aucun changement31% des salariés ont changé au moins une fois de métier / voie au cours de leur carrière 69% 2,2 Changements de métiers en moyenne dans leur carrière Grandes entreprises : 2,6 TPE : 1,7
  9. 9. 924e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité AVEC LE RECUL, LA MOBILITÉ EST LARGEMENT PERÇUE COMME UNE EXPÉRIENCE POSITIVE Aux salariés ayant changé d’entreprise ou de métier au cours de leur carrière Une seule réponse possible des salariés ayant changé d’entreprise au cours de leur carrière en tirent un bilan positif avec le recul Employés : 88% Cadres : 96% Au final, une meilleure rémunération, la possibilité de faire des heures supplémentaires et la reconnaissance de mon employeur sur ma personnalité, le fait d’accepter le changement et surtout d’en tirer profit en apprenant plus de choses. J’ai eu envie de me lancer un défi, envie de me remotiver. Je cherchais un emploi stable, j’ai eu un poste en CDI au sein de ma nouvelle affectation. Envie de changer de domaine professionnel en me rapprochant de mon métier rêvé, envie de gagner plus. des salariés ayant changé de métier au cours de leur carrière font un bilan positif de cette expérience avec le recul Employés : 88% Cadres : 95% Paroles de salariés 91% 92% MAIS UNE EXPÉRIENCE DU CHANGEMENT QUI NE SE FAIT PAS SANS DIFFICULTÉS POUR LES SALARIÉS AYANT CHANGÉ DE MÉTIER AU COURS DE LEUR CARRIÈRE 7% 32%60% 1% 39% Non, aucune difficulté Oui, des difficultés importantes Oui, quelques difficultés Cadres : 45% TPE / PME : 44% Se remettre en cause, apprendre un métier totalement différent, trouver un travail en redémarrant de zéro. Réapprendre un nouveau métier et abandonner un confort d'habitude pour l'acquisition de nouvelles compétences. Ma hiérarchie n'a pas voulu me libérer de mon précédent poste dans un délai raisonnable. Travailler avec que des hommes alors que je suis une femme... travailler en 2/8 et travailler dans la poussière, le bruit, port de charge lourde... Le fait qu'en France, le CV importe plus que les compétences réelles. Paroles de salariés
  10. 10. 10 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité 03 • LES ASPIRATIONS ET LES PERSPECTIVES DE MOBILITÉ PROFESSIONNELLE LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE, D’ABORD PENSÉE COMME UNE OPPORTUNITÉ Une seule réponse possible 58% 30% 12% Un risque, la possibilité de perdre vos acquis et votre confort Une opportunité, l’occasion de découvrir de nouvelles choses Une nécessité, pour maintenir votre employabilité et rester « compétitif » 18 ans et 29 ans : 64% Cadres : 64% 50 ans et plus : 35% Ouvriers : 34% TPE : 16% L’ARGUMENT FINANCIER, PREMIÈRE MOTIVATION AVANCÉE POUR LES ENVIES DE MOBILITÉ Plusieurs réponses possibles p p 51% 37% 29% 27% 21% 21% 15% 9% 8% 4% La perspective d'une meilleure rémunération Vous épanouir dans un travail / des missions plus intéressantes Un meilleur équilibre vie pro. / vie perso, une charge de travail moins lourde, moins de stress Avoir de meilleures perspectives d'évolution de carrière Des raisons personnelles L'envie de voir / faire autre chose, l'ennui dans votre entreprise Déménager, vivre dans une ville / région / pays qui vous fait rêver depuis longtemps Un meilleur environnement de travail, moins bruyant ou à l'extérieur Découvrir de nouvelles personnes, changer de collègues Autre raison Au cumul Une meilleure rémunération 37% Épanouissement dans son travail / avoir des missions plus intéressantes 36% De meilleures perspectives d’évolution de carrière 26% L’envie de voir, faire autre chose, l’ennui dans son entreprise 25% Un meilleur équilibre vie pro. / perso. Une charge de travail moins lourde 22% Les motivations en pratique * * La question était posée uniquement aux salariés ayant changé de métier au cours de leur carrière. Le libellé était le suivant : « Vous avez changé de métier à un moment dans votre vie professionnelle, qu’est-ce qui a motivé ce changement ?
  11. 11. 1124e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité A CONTRARIO, LA PERSPECTIVE D’UNE BAISSE DE LA RÉMUNÉRATION CONSTITUE LE PRINCIPAL FREIN À LA MOBILITÉ Plusieurs réponses possibles 48% 33% 32% 29% 27% 18% 13% 8% 2% 2% Une baisse du niveau de rémunération Tomber dans une entreprise / un métier en difficulté et dans une mauvaise situation économique La peur de l'inconnu, prendre le risque d'atterrir dans une situation moins favorable Devoir déménager, quitter un endroit où vous êtes bien et d'où vous n'avez pas envie de partir Le risque de perdre votre confort professionnel actuel Vous ennuyer dans un nouveau métier / votre nouvelle entreprise La peur de baisser en compétences, d'avoir des difficultés dans votre nouveau métier / entreprise Avoir de moins bonnes perspectives d'évolution de carrière Ne plus voir vos collègues, ne plus avoir d'amis au travail Autre raison DES SALARIÉS PRÊTS À CHANGER MAIS QUI ESTIMENT QUE CELA EST TROP RISQUÉ AUJOURD’HUI Une seule réponse possible 20% 45% 24% 8% 3% 65 32 % D’accord % Pas d’accord Non réponseTout à fait d’accord Pas du tout d’accord Plutôt d’accord Pas vraiment d’accordT Pl P d N Cadres : 57% Employés : 69%
  12. 12. 12 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité QUATRE SALARIÉS SUR DIX VOUDRAIENT POUVOIR CHANGER DE VOIE MAIS N’OSENT PAS Une seule réponse possible 10% 31% 39% 8% 12% 41 47 % D’accord % Pas d’accord Moins de 30 ans : 48% 50 ans et plus : 29% Non réponseTout à fait d’accord Pas du tout d’accord Plutôt d’accord Pas vraiment d’accordT Pl P d N CHANGER DE MÉTIER, UNE ÉTAPE DIFFICILE À ENVISAGER AUJOURD’HUI Une seule réponse possible 3% 33% 51% 12% 1% 36 63 % Facile % Difficile Moins de 30 ans : 57% 50 ans et plus : 72% Cadres : 57% Employés : 69% Non réponseTrès facile Très difficilePlutôt facile Plutôt difficileT Pl P T N 04 • L’ACCOMPAGNEMENT DANS LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE
  13. 13. 1324e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE, UNE OPÉRATION GAGNANT / GAGNANT POUR LES ENTREPRISES ET LES SALARIÉS 35% 36% 26% 21% 16% 91% 90% 83% 76% 73% C'est le rôle des entreprises que d'aider ses salariés à atteindre et développer leur potentiel via la formation professionnelle Une formation devrait être proposée par les entreprises aux salariés souhaitant évoluer vers un nouveau métier Les entreprises devraient davantage encourager les salariés à changer de poste via la mobilité interne Changer régulièrement de poste et de métier favorise l'employabilité des salariés Pour être autonome professionnellement, c'est au salarié de se prendre en main en apprenant de nouvelles compétences et en suivant des formations %D’accord Tout à fait d’accord Plutôt d’accord
  14. 14. 14 24e Observatoire du Travail - Novembre 2015 - Les salariés français et la mobilité EXPÉRIENCE DE LA MOBILITÉ PERCEPTIONS & ASPIRATIONS L’ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ MOBILITÉ ENTREPRISES MOBILITÉ MÉTIERS 3,9entreprises connues au cours d’une carrière 58%pensent que changer de métier serait une opportunité (découverte de nouveaux environnements et nouvelles activités) 2,2métiers connus au cours d’une carrière 2,6pour les salariés de grandes entreprises 64%chez les plus jeunes 91% considèrent le bilan très positif et l’expérience enrichissante 92% considèrent l’expérience comme très positive 69%des salariés ont connu un changement de métier dans leur carrière 60%n’ont éprouvé aucune difficulté dans leur mobilité Part des salariés dans la même entreprise 41% Y sont depuis 10 ans et plus 59% Y sont depuis 5 ans et plus 66% S’y voient dans 5 ans Part des salariés dans le même métier 71% Y sont depuis 5 ans et plus 72% S’y voient dans 5 ansTOUTES MOBILITÉS 40%se déclarent prêt à travailler à l’étranger 65%Pensent que « c’est risqué de changer aujourd’hui » 90%pensent qu’une formation devrait être proposée par l’employeur 52%chez les cadres 41%déclarent souhaiter changer de métier mais ont peur et n’osent pas le faire 73%de nouvelles compétences et en suivant des formations pensent que c’est aux salariés de se prendre en main en apprenant BÉNÉFICESRISQUES 48%ont peur de voir leur rémunération baisser L’âge premier frein au changement COMMENT RÉUSSIR SA MOBILITÉ ? 51%motivés par la perspective d’une meilleure rémunération 37%ont changé dans la perspective d’une meilleure rémunération 37% motivés par la perspective d’un meilleur épanouissement 63%pensent que changer de métier ou de voie profession- nelle sera difficile 57% des moins de 30 ans 72% des plus de 50 ans 91%pensent que l’entreprise doit aider les salariés à développer leur potentiel 76% pensent que changer régulièrement de poste et de métier favorise l’employabilité 83%pensent que les entreprises doivent encourager leurs salariés à changer de poste Infographie des principaux résultats
  15. 15. www.bpi-group.com A PROPOS DE BPI group Spécialiste de l’accompagnement RH des transformations, BPI group imagine et conçoit les solutions et processus RH autour de quatre domaines d’intervention : optimiser l’emploi dans l’entreprise, le maintenir sur le territoire, réussir des projets de transformation et développer les talents. 1 500 consultants sont mobilisables dans le monde pour intervenir tant en conseil aux personnes qu’en conseil aux organisations avec un souci constant de l’innovation continue dans la recherche de solutions. BPI group développe un ancrage territorial, auprès de ses clients avec 26 bureaux permanents en France. Le groupe accompagne par ailleurs et en Espagne et un réseau adapté dans plus de 40 pays. A l’initiative de la création de l’Observatoire du Travail, BPI group entend jouer un rôle d’observateur assumé du monde www.bpi-group.com/fr L’OBSERVATOIRE DU TRAVAIL DE BPI group Créé en octobre 2003, l’Observatoire du Travail de BPI group, sonde et analyse annuellement l’état d’esprit de plus d’un millier de salariés français, du public et du privé. Chaque Observatoire du Travail comprend : une partie attachée à un thème d’actualité ou à fort enjeu RH et une partie attachée à des indicateurs « barométriques », suivis dans le temps. Ces données font de l’Observatoire du Travail un outil précieux de perception de l’opinion des salariés dans leurs tendances et leurs évolutions. www.bpi-group.com/fr/qui-sommes-nous/notre-think- tank/observatoire-du-travail.html CONTACTS MÉDIAS SANDRINE PLACE sandrine.place@rep-publica.com www.rep-publica.com Tel +33 6 84 20 65 24 STÉPHANIE BARRAT stephanie.barrat@bpi-group.com www.bpi-group.com Tel +33 6 18 49 60 87 Pour aller plus loin

×