Successfully reported this slideshow.
Your SlideShare is downloading. ×

Rapport du groupe de projet Shift1Team

Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad
Ad

Check these out next

1 of 32 Ad

Rapport du groupe de projet Shift1Team

COMMENT FAIRE ÉVOLUER LES COMPORTEMENTS DE SES PROCHES VERS DES PRATIQUES
MOINS CARBONÉES ?
Sources:
https://www.carbone4.com/wp-content/uploads/2019/06/Publication-Carbone-4-Faire-sa-part-pouvoir-responsabilite-climat.pdf
https://www.yumpu.com/fr/document/view/64970015/shift1team-rapport-final

COMMENT FAIRE ÉVOLUER LES COMPORTEMENTS DE SES PROCHES VERS DES PRATIQUES
MOINS CARBONÉES ?
Sources:
https://www.carbone4.com/wp-content/uploads/2019/06/Publication-Carbone-4-Faire-sa-part-pouvoir-responsabilite-climat.pdf
https://www.yumpu.com/fr/document/view/64970015/shift1team-rapport-final

Advertisement
Advertisement

More Related Content

Similar to Rapport du groupe de projet Shift1Team (20)

More from BERNARD Paquito (9)

Advertisement

Recently uploaded (20)

Rapport du groupe de projet Shift1Team

  1. 1. COMMENT FAIRE ÉVOLUER LES COMPORTEMENTS DE SES PROCHES VERS DES PRATIQUES MOINS CARBONÉES ? Rapport du groupe de projet Shift1Team Psychologues, formateurs, chercheurs en sciences cognitives, Pr de sociologie, Synergologue, chercheurs en psychologie sociale, éthologie Paquito BERNARD
  2. 2. COMMENT FAIRE ÉVOLUER LES COMPORTEMENTS DE SES PROCHES VERS DES PRATIQUES MOINS CARBONÉES ? 2 phases Lectures, consultations d’universitaires Scénarisation et expérimentation de cas concrets Guide pour intervenir “auprès de personnes connues et proches, mais aussi déjà au moins partiellement convaincus”
  3. 3. Comportements individuels NON NEGLIGEABLES (si on se concentre sur les comportements clés) Comportements individuels SEULS sont insuffisants “La part restante de la baisse des émissions relève d’investissements et de règles collectives qui sont du ressort de l’État et des entreprises.”
  4. 4. Posture héroique Comportements individuels représentent environ 1/2 de la baisse de l’empreinte carbone des français
  5. 5. Posture réaliste Comportements individuels (-10%), Comportements individuels basés sur des investissements (-10%) environ 1/4 de la baisse de l’empreinte carbone des français
  6. 6. Objectif Réaliser l’étude la plus exhaustive possible sur ce qui forme et déforme nos comportements et de présenter de manière concrète comment ces informations peuvent faciliter l’accompagnement de proches vers un changement de comportement vertueux
  7. 7. Pourquoi les individus changent peu ? Responsabilisation accrue des individus / empreinte carbone Raisons politiques/environementales
  8. 8. 10
  9. 9. 11
  10. 10. Althoff et al. 2017. Large-scale physical activity data reveal worldwide activity inequality. Nature
  11. 11. 14
  12. 12. Pourquoi les individus changent peu ? Responsabilisation accrue des individus / empreinte carbone Raisons individuelles « biais de surconfiance » & biais de confirmation » nous poussent à privilégier les informations qui vont dans le sens de nos perceptions personnelles de la réalité « biais de disponibilité » tendance à ne prendre en compte que les dernières informations disponibles sans prendre appui sur l’ensemble des informations auxquelles nous avons eu accès par le passé, provoquant une vision court-termiste. https://www.visualcapitalist.com/11-cognitive-biases-influence-politics/
  13. 13. Pourquoi les individus changent peu ? Responsabilisation accrue des individus / empreinte carbone Raisons cognitives, individuelles https://inertian.wixsite.com/codexbiais/hd
  14. 14. Pourquoi les individus changent peu ? Responsabilisation accrue des individus / empreinte carbone Raisons individuelles https://inertian.wixsite.com/codexbiais/hd
  15. 15. Pourquoi les individus changent peu ? Kahneman a théorisé ce phénomène en décrivant deux modes cognitifs qui façonnent nos comportements. Le « système 1 », expérientiel, intuitif, préconscient, rapide, automatique et le « système 2 », conscient, analytique, lent et rationnel. Ces 2 systèmes sont concurrents en termes de fonctions cognitives et n’utilisent pas les mêmes. Avant d’être à l’aise d errière un volant, il a d’abord fallu réussir à coordonner le mouvement de vos mains et de vos pieds, faire attention à la route, tout en vous rappelant vos leçons de code. C’était nouveau, lent et épuisant. Mais à force de pratique, le cerveau a transféré ces compétences du système 2 au système 1, la conduite devenant progressivement automatique et confortable et vous pouvez facilement discuter avec un passager tout en passant les vitesses sur un rond-point . Biais de jugement
  16. 16. Pourquoi les individus changent peu ? 2 types de normes définissent nos comportements et nos attitudes : les normes de jugement, (ce qu’il est « bien vu » de penser) les normes de comportement (ce qu’il est « bien vu » de faire) Issus du contrôle social, qui s’exprime par l’approbation ou désapprobation de nos congénères et de l’imitation . et donnent des sommes plus importantes18. Le groupe renforce également la puissance des stéréotypes. Déjà évoqués précédemments, les stéréotypes sont les impressions que partagent l’ensemble des membres d’un groupe à propos de l’ensemble des membres d’un autre groupe ou du sien propre. Des recherches récentes sur cette notion ont montré que l’existence d’un Biais de jugement
  17. 17. Pourquoi les individus changent peu ? Théories Implicites de la Personnalité (TIP) cherchent à expliquer la manière dont nos représentations systématiques (catégories ou théories) influencent la manière dont on va juger la personnalité de quelqu’un d’autre a priori La psychologie détermine 4 matériaux de base qui influencent nos impressions : le comportement (perception de quelqun toujours en retard ?), L’apparence (effet de halo), la familiarité (plus sensible à ce qui nous parraît proche) la communication non-verbale (synergologie) Biais de jugement
  18. 18. Le contexte dans lequel nous sommes placés influence nos jugements et nos comportements. Effet de dotation c’est à dire la tendance à surestimer la valeur de quelque chose quand on la possède la perte est plus douloureuse que le gain n’est agréable Effet d’ancrage. Manière de présenter les choses influence les comportement Choisir entre fromage OU dessert, (vous avez ancré leurs choix potentiels) La naturalisation Naturaliser le comportement de quelqu’un comme si c’était une partie intégrante de sa personnalité « Je savais que tu ferais un effort pour prendre moins ta voiture, tu as toujours été quelqu’un de responsable ! ». Biais de jugement
  19. 19. Présenter les choses sous leur meilleur jour Principe de rareté les occasions nous paraissent plus intéressantes lorsqu’elles sont perçues comme rares Principes de cohérence désir quasi-obsessionnel qu’ont les individus d’être et d’apparaître cohérents dans leurs comportements nous pousse autant que faire se peut à respecter nos engagements (surtout faits en public) Biais dans nos attributions : Biais d’auto-complaisance ou d’estime de soi, la tendance des gens à attribuer la causalité de leur réussite à leurs qualités propres Biais de jugement
  20. 20. Connaissances Le savoir ne déclenche pas le changement de comportement Adapter le format et le contenu de l’info à transmettre en fonction de l’interlocuteur Motivation W.F. Lamb identifie 4 grandes catégories« climato-procrastination » La déresponsabilisation (« je ne suis qu’un individu, ça ne changera rien ») L’abandon (« de toute façon c’est déjà trop tard ») La mise en avant des mauvais côtés (« si on mets en place des solutions, c’est toujours les mêmes qui vont devoir faire des sacrifices ») La mise en avant de solutions non-transformatrices (« pas la peine de changer le modèle et de sortir des fossiles, on créera des dispositifs technologiques pour extraire le CO2 de l’atmosphère ») Locus de contrôle interne/externe Action Risque d’effet rebond, effet de débordement.... Freins psychologiques au changement
  21. 21. Culture « architectures invisibles ». Notre culture conditionne, souvent sans contrôle formel, notre manière de penser, de nous comporter et de communiquer. Freins psychologiques au changement
  22. 22. 25 Qui faire changer ? Se lancer sur 1 ou 2 personnes à la fois Famille (couple, enfants, parents) Amis d’enfance, de longue date Amis, voisins (on les voit + souvents) Collègues de travail Auditoire déjà sensibilisé Etre co-acteur du scénari (trajet à vélo ensemble, prépa d’un plat végétarien) Valoriser les points positifs Expérience >>> pédagogie Changer un comportement est long et difficile, l’echéc est normal Valoriser l’action
  23. 23. 26 Bien connaître le sujet Trouver l’état d’esprit (clame, absence d’attentes) Chercher la sympathie de l’auditoire ressemblance à l’auditoire compliments, renforcer la valeur de l’auditoire recours à des ‘figures’ d’autorité, ou ses propres compétences (socialement reconnues) Attention à l’attitude (horizontalité dans les échanges) Exemples (plus c’est local, mieux c’est + expérience perso) Rendre situation agréable (verbalisation des émotions, attitude de reflet, sujets plaisirs de l’interlocuteur)
  24. 24. 27 How to have impossible conversations, 2019
  25. 25. 28 Se préparer Trouver l’entrée en matière (un article, un témoignage, utiliser visuel/odorat) Choisir un comportement avec le + faible coût Question très ouverte pour introduire le CPT, tu crois que tu serais capable de .... ? Proposer le changement personne doit se sentire à l’origine de son changement de CPT ordonner propositions Changement très important, NON, donc changement plus abordable Changement de faible impact à court terme, pour arriver à un changement important à long terme Amener l’individu à s’engager ‘devant public’
  26. 26. 29
  27. 27. 30
  28. 28. 31 Réciprocité (prêtes le livre) Métro == temps de lecture Radio == temps croissante bouchons Repas avec une personne qui a shifté Empathie ++ Etiquetage du shifter Proposition d’essaisavec le shifter Echanges sur +/- Favoriser engagement ‘public’
  29. 29. 32 Limites du rapport Assez disparate sur les disciplines utilisées Peu d’utilisation des données probantes en terme d’efficacité des techniques Vision ‘neutre’ des individus (pas d ‘affect, vision politique), cibler des sous-groupes Les auteurs alarment les lecteurs sur l’absence d’efficacité de l’intervention sur les comportements dits de haut impact (exemple : conduite automobile). Il parle de « faible plasticité comportementale ». Il suggère que les interventions comportementales devraient être accompagnées de mesures multisectorielles pour être efficaces https://doi.org/10.1038/s41467-019-12457-2 Sorell S Energy Res. Soc. Sci. 64, 101439 (2020)

×