Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Le tourisme en montagne post-crise du covid-19

5,622 views

Published on

Quel est l'état du tourisme en montagne en France ? Quels impacts la crise du covid-19 a-t-elle sur les destinations touristiques de montagne ? Comment vont-elles sortir de cette crise ? Quel plan d'actions peut-on déployer ? Comment pourra-t-on pratiquer le tourisme sur les massifs français dans les 6 à 24 prochains mois ? Et d'ici 15 à 30 ans ?
Voici quelques éléments d’analyse pour mieux appréhender cette crise sanitaire et décrypter l’avenir du tourisme en montagne dans l'hexagone.

Published in: Marketing
  • Be the first to comment

Le tourisme en montagne post-crise du covid-19

  1. 1. LE TOURISME EN MONTAGNE EN FRANCE POST-CRISE DU COVID-19 ÉTAT DES LIEUX, GRANDES TENDANCES, PLAN D’ACTIONS POUR PRÉPARER L’AVENIR & PROSPECTIVE POUR 2035-2050
  2. 2. SOMMAIRE 003_ Avant-propos 004_ Données de cadrage sur le tourisme en montagne avant la crise du covid-19 017_ Données de cadrage sur le tourisme en montagne pendant la crise du covid 19 021_ Données de cadrage sur le tourisme en montagne après la crise du covid 19 030_ Tendances pour le tourisme en montagne post-crise du covid-19 054_ Recommandations 059_ Plan d’actions & Exemples de bonnes pratiques 083_ Prospective sur le tourisme hivernal en montagne d’ici 6 à 24 mois 088_ Prospective sur les stations de montagne en 2035-2050 100_ Conclusion 102_ Agence & Sources 109_ Contacts
  3. 3. AVANT-PROPOS Armelle Solelhac PDG de SWiTCH Mardi 05 Mai 2020 Comme de nombreux professionnels du tourisme en montagne, nous nous posons la question de la survie de nos entreprises, car notre secteur a été très durement impacté depuis la mi-mars 2020 par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Nous nous demandons bien entendu si les visiteurs domestiques seront au rendez-vous cet été, à défaut de pouvoir accueillir aussi les touristes internationaux? Dans quelles proportions ? Selon quelles modalités ? Quels seront leurs besoins, leurs attentes et leur état d’esprit ? Comment mettre en marché nos destinations en cette période si troublée ? La montagne sera-t-elle perçue par le public – et les media – comme une véritable valeur refuge parmi l’offre estivale pléthorique de séjours en France et en Europe ? C’est en tous cas une occasion unique pour nos massifs de faire (re)découvrir leur richesse, leur singularité et leurs nombreux atouts : grands espaces, air pur, gastronomie généreuse avec des produits du terroir issus de circuits courts d’approvisionnement, patrimoine culturel, architectural, naturel, traditions séculaires, activités sportives, de bien-être ou contemplatives, etc. pour ne citer que quelques exemples. En tant qu’agence, notre métier est d’accompagner nos clients dans les moments où ils en ont le plus besoin. Notre objectif est simple : aider les destinations de montagne à anticiper l’avenir pour mieux s’y préparer… et, comme nous aimons le répéter depuis 2008, transformer le pépin en pépite ! Pas simple d’anticiper en période d’incertitude et bien malin celui qui saura prévoir comment nous allons sortir de cette crise sanitaire, puis de la crise économique qui en découle déjà. Dans cette période où les cartes sont rebattues et les jeux brouillés, il faut donc faire preuve d’humilité, de sobriété et de prudence. Loin de nous l’idée de prétendre détenir la vérité. Alors nous n’exprimons ici que des convictions. Certains aiment nous faire peur avec des discours grandiloquents construits sur un champ lexical guerrier, avec des images sensationnelles et des témoignages dégoulinants d’émotions. D’autres produisent de grands modèles de prévisions collapsologiques du futur en jouant la stratégie du choc, à grand renfort de chiffres, de graphiques animés et de flèches rouges sang qui plongent vers le bas. On nous martèle partout depuis plusieurs semaines qu’il y aura « un avant et un après COVID-19 ». C’est un leurre. Non, la grande révolution de notre économie n’aura pas lieu. Et pour cause, une « révolution » est un retour au point départ. Cette crise mondiale n’est qu’un catalyseur. Sans tomber dans la prédiction bon marché, il apparaît évident que certaines tendances et signaux faibles que nous observons depuis 2015 – et même avant pour certains d’entre eux – vont simplement s’accélérer et s’amplifier après la sortie de quarantaine d’une grande partie de la population mondiale. Ils vont se réaliser concrètement dans nos vies dans les mois qui viennent… et c’est une très bonne nouvelle ! Bonne lecture à tous et prenez soin de vous.
  4. 4. DONNÉES DE CADRAGE
  5. 5. L’HIVER
  6. 6. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19 Stations massifs de journées-skieurs en 2018/2019, dont 15 millions sont réalisées dans 13 stations par rapport à 2017/2018 de touristes l’hiver, dont de pratiquants de sport d’hiver de clients étrangers (UK 10%, Bel 5% & NL 3%) des français pratiquent le ski/snowboard de CA emplois directs dépensés en forfait RM = 6 € en station investis sur les domaines skiables en 2018/2019 de nuitées en stations l’hiver dépensés en moyenne par jour et par personne en station* Prix moyen du forfait journée adulte 325 5 53,4 millions -1% 10 millions 7 millions 28% 6 à 8% 10 milliards € 120 000 1€ 334 millions € 67,6 millions Entre 73€ et 82€ 26,60 € è Marché arrivé à maturité et clientèle vieillissante, qui peine à se renouveler. * Chiffres variables selon les études Source : Retour sur le congrès annuel de Domaines Skiables de France à Besançon du 30 septembre au 2 octobre 2019, SWITCH Quelques chiffres clés pour les stations de montagne françaises en hiver :
  7. 7. COURT PORTRAIT DES STATIONS DE SKI FRANÇAISES En France, l’exploitation des remontées mécaniques est toujours considérée comme un service public, et certaines des sociétés exploitantes (par délégation de service public) peuvent être en partie détenues ou même directement gérées par les communes. En termes d’exploitation, la France est le seul pays européen avec un opérateur aussi dominant que la Compagnie des Alpes. Celle-ci gère la quasi-totalité des plus grands domaines skiables du pays, soit 15 millions de journées-skieurs vendues sur les 13 plus grandes stations de ski. Il existe également quelques autres opérateurs plus modestes qui gèrent les remontées mécaniques de plusieurs domaines skiables, comme Labellemontagne et Altiservice. Savoie Stations Ingénierie Touristique est une entreprise publique-privée qui détient des intérêts dans une vingtaine de domaines skiables et stations Une autre particularité des stations françaises est la proportion extrêmement élevée des hébergements en appartement offrant un niveau de confort toujours basé sur les normes des années 1970, avec un important phénomène de « lits froids », aussi appelé « volets clos », ce qui pèse lourdement sur la rentabilité des infrastructures. Les hôtels tendent à disparaître peu à peu. Bien que la France soit la première destination touristique mondiale en termes d’arrivées de visiteurs internationaux, les stations de montagne hexagonales restent fortement fréquentées par la clientèle domestique. On note cependant une légère tendance à la baisse du nombre de skieurs nationaux depuis l'hiver 2012/13. Parallèlement, 28% des skieurs des stations françaises viennent de l’étranger chaque hiver. Leur nombre tend à augmenter et à compenser la perte de clients nationaux. Les Britanniques représentent en moyenne 10%, suivis des Belges (5%), des Néerlandais (3%), des Italiens et des Russes. Ces derniers devenaient de plus en plus nombreux en hiver et représentaient 7% à 9% des nuitées dans les hôtels avant la crise ukrainienne. La fréquentation moyenne sur les cinq dernières années est légèrement à la baisse, à l’image de la tendance générale en Europe. Si les conditions météo étaient meilleures en 2018/19, la fréquentation a diminué de 0,8% par rapport à l'année précédente principalement en raison de périodes de vacances défavorables. D’après Laurent Vanat, la moyenne des visites de skieurs sur 5 ans légèrement à la baisse met en évidence la tendance générale en Europe. Le nombre de clients nationaux et étrangers diminue et il sera impératif dans un très proche avenir de trouver de nouvelles façons d'introduire de nouvelles clientèles au ski si les stations françaises souhaitent faire perdurer leur business model en l’état. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19 Sources : Armelle Solelhac & Christopher Hautbois, Management & Marketing des stations de montagne, Ed. Territorial, Coll. PUS, oct. 2019 Laurent Vanat, International Report on Snow Tourism, Avril 2020
  8. 8. L’ÉTÉ
  9. 9. Plus de 7 Français sur 10 partent en vacances l’été, pour 2 semaines en moyenne. En 2019, 24% sont partis en montagne (+5 pts vs. 2018). La consommation touristique en montagne pèse autour de 20 milliards €/an, dont ~10 milliards € l’été avec une répartition spatiale beaucoup plus large que l’hiver. L’été génère plus de nuitées marchandes et plus de dépenses globales que l’hiver, car les séjours sont longs : s’il y a plus nuitées en été (38% vs 33% l’hiver), celles-ci sont principalement hors station. En station, le poids de la saison estivale est très hétérogène d’un site à l’autre : à Avoriaz ou à Val Thorens, elle avoisine les 6% de la fréquentation annuelle, alors qu’au Grand-Bornand c’est 38%. Pour beaucoup de socio-professionnels, la saison d’été permet de constituer de la trésorerie pour l’hiver. Près de 2/3 des clients réservent plus d’un mois avant le départ (dont 29% plus de 3 mois avant), 15% entre 15 et 30 jours avant et 21% moins de 14 jours avant le départ. Les réservations hivernales sont plus anticipées : un quart des séjours est réservé plus de 3 mois avant et seulement 13% quelques jours avant le départ. L’âge moyen des visiteurs en montagne l’été est de 46 ans : on observe un peu plus de 18-40 ans chez les partants et davantage de plus de 60 ans chez les non- partants. Les partants résident majoritairement dans des zones proches des massifs. Il y a une surreprésentation des professions intermédiaires et cadres (revenu 3000€+/mois) parmi les visiteurs estivaux en montagne. Les Français attirés par la montagne valorisent systématiquement 3 grandes tendances en développement dans la société aujourd’hui : l’autonomie, le besoin de sens et la vitalité. Toutes les générations de visiteurs en montagne ont des aspirations communes : fonctionnalité, simplicité, confort, prix, sécurité, services et accessibilité. Mais dans le détail, comportements et attentes diffèrent. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  10. 10. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19 Détail des dépenses des clients en séjour (hors package) Le budget moyen d’un séjour en montagne est en 2ème position par rapport aux autres destinations estivales en France : - Un budget moyen de 1188€ par séjour (vs. 1600€ l’hiver). - Une dépense moyenne par nuit et par personne de 49€ (vs. 82€ en hiver). - Comme en hiver, le premier poste de dépense est l’hébergement.
  11. 11. Quelle que soit la saison, l’attractivité de la montagne repose surtout sur ses paysages et sa nature, son calme et la qualité de son air, ici associés au bien-être et au ressourcement. La dimension sportive, les traditions, l’identité forte, le repos et les niveaux de prix sont moins présents dans l’esprit des visiteurs. Ressortent également : une destination familiale, un lieu de retrouvailles et de partage. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  12. 12. Des freins (fantasmés ou réels) spécifiques à l’espace montagne empêchent la concrétisation de l’attirance en fréquentation : - La pente et l’altitude. - Peu rassurant pour les familles : crainte de l’ennui, météo capricieuse, complexité de l’organisation avec de jeunes enfants. - Des contraintes matérielles, physiques et psychologiques imposant une préparation et interdisant l’improvisation. - Le danger et l’obligation d’encadrement (seul 1 client sur 10 a recours à un encadrant professionnel l’été). - La dimension marchande : toutes les activités sont payantes, à l’exception de la promenade. - Les prestations perçues comme inadaptées : l’offre est conçue et dimensionnée pour l’hiver, en particulier en station, et peut être décalée ou incomplète pour l’été, donnant l’impression d’une prestation au rabais. - L’isolement vs. envie de convivialité. - L’accessibilité ne paraît pas évidente et est questionnée. è La montagne propose des offres perçues comme « hyper actives, sérieuses et « marchandes » qui peuvent intimider les vacanciers potentiels. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  13. 13. Les 4 défis de la montagne pour les années à venir : 1. Les impacts du changement climatique Le rapport spécial du GIEC sur le changement climatique et les terres émergées est sans équivoque : - nous aurons perdu -10% à -40% d’enneigement naturel d’ici à 2050 ; - si aucune mesure efficace de lutte contre le réchauffement climatique n’est mise en œuvre d’ici là, alors nous perdrons entre -50% et 90% d’enneigement naturel d’ici à 2100. - Quel que soit le scénario climatique, un taux de couverture de 45 % de neige de culture permet de maintenir des conditions d’enneigement comparables à celles que nous avons connu entre 1986- 2005. Un enneigement défavorable demeure possible certaines années, mais pas plus souvent que pendant la période de référence. La clientèle choisit de plus en plus sa destination en fonction de l’impact climatique que le déplacement va engendrer, de l’impact écologique que l’exploitation touristique du lieu provoque et de l’impact sociétal, car elle ne veut pas cautionner des pratiques qui portent atteinte aux personnes, notamment aux employés. Certains vont même jusqu’à dénoncer une situation critique avec les mouvements de « Name & Shame » et de « Flight Shaming ». è Nécessité de CHANGER DE BUSINESS MODEL et passer du mono-activité au multi-activités. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  14. 14. Les 4 défis de la montagne pour les années à venir : 2. Le déclin, la conversion et le renouvellement de la clientèle en hiver L’évolution de la pyramide des âges des pratiquants de sports d’hiver montre que la génération des baby-boomers continue de vieillir et va à terme cesser de skier. Les différentes études montrent que le nombre de pratiquants va diminuer de 2,5% par saison si aucun effort n’est fait par les différents acteurs des stations. En outre, pour la France, les classes de neige et les colonies à la montagne disparaissent faute d’hébergements adaptés et d’encadrants motivés. Si le sujet est encore trop peu traité en Europe, les stations nord-américaines ont quant à elles développés depuis 15 ans différentes opérations pour (re)mettre leurs clients sur les skis : - Création de la Conversion Cup par la NSAA (USA & Canada) - Bring a Friend Program (USA) - Mise en place du Passeport des Neiges (Canada) DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  15. 15. Les 4 défis de la montagne pour les années à venir : 3. L’évolution des aspirations et des attentes de la clientèle en hiver Evolution des motivations et des modalités de séjour : séjours mid-week, slow tourism, staycation, bleisure, worliday, etc. è Gestion de flux et non de stock ! è Besoin de satisfaire la quête de sens des touristes. Les « 3 R » sont toujours d’actualité, avec une consommation « à la carte » d’activités physiques et culturelles. Actuellement, voici comment les touristes occupent leurs journées en vacances l’hiver : 4h00 sur les pistes ; 2h30 à réaliser des activités hors-ski outdoor ; 2h00 à faire la sieste ; 1h30 au restaurant ; 1h15 à faire la cuisine ; 1h00 à faire des activités indoor (piscine/spa, etc.) è C’est la fin du mythe de l’excitation permanente ! è C’est désormais la FIN DE L’HÉGÉMONIE DES SPORTS D’HIVER et le début d’une nouvelle ère avec l’adoption d’autres activités en montagne (yoga, bien-être, VTTAE, « escape wild game » grandeur nature, découverte du patrimoine et des savoir- faire, etc.). DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19
  16. 16. DONNÉES DE CADRAGE AVANT LA CRISE DU COVID-19 Les 4 défis de la montagne pour les années à venir : 4. Le recrutement et la fidélisation des talents Principaux freins : - Tendance au recrutement « entre soi » et manque d’ouverture pour les profils « hors sérail » - Aversion au risque en matière marketing, communication et commerciale, donc peu de projets porteurs et innovants - Salaires pas toujours attractifs, surtout pour les postes de direction - Pénibilité de certains métiers (froid, bruit, vibration, risques naturels, etc.) - Manque de perspectives et d’opportunités d’évolution professionnelle - Difficulté à trouver des logements + taille limitée - Contraintes fortes pour la vie de famille - Absence d’animation et fermeture des commerces en dehors des périodes touristiques - Phénomène de « vase clos » & Ambiance parfois pesante (jeux de pouvoir, jalousie & ragots, etc.) Opportunité : - Générations Y et Z qui recherchent une qualité de vie avant tout et qui a besoin de donner du sens à son travail.
  17. 17. OK. MAIS ÇA, C’ÉTAIT AVANT…
  18. 18. Les premières estimations sont les suivantes : Avec un faible enneigement naturel, un mois de janvier 2020 qui a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde et un important phénomène de dénigrement de l’industrie du tourisme en montagne (« montagne bashing »), une fréquentation en berne aurait pu être attendue. Mais les clients n’ont pas pour autant renoncé à venir se ressourcer en montagne. La fréquentation comme les niveaux de satisfaction a été au beau fixe presque tout l’hiver – 79% en Savoie et en Haute Savoie, ce qui est un très bon score – jusqu’à ce que la crise sanitaire du covid-19 viennent jouer les troubles fêtes en fin de saison et force les stations à fermer prématurément le week-end du 14 mars 2020. Alexandre Maulin, Président de Domaines Skiables de France explique que pour l’exploitation des remontées mécaniques « nous sommes aux alentours d’une perte de chiffre d’affaires d’environ 15% au niveau national, mais qui peut être très variable entre les stations de très haute altitude qui ont une exploitation pendant tout le mois d’avril avec une très belle fréquentation et les stations de plus basse altitude qui étaient sur le point de fermer. Les pertes vont donc de -1 à 2% jusqu’à -25% ». Selon Domaines Skiables de France, « toutes les tailles de station ont souffert pendant l’hiver 2019/2020, mais les deux extrémités du spectre des stations sont celles qui en ont le plus pâti : - Les plus grandes stations car ce sont elles qui ont payé le plus lourd tribu à la fin de saison anticipée (1 mois et demi de saison restait normalement à courir après le 15 mars) ; - Les plus petites stations car elles ont souvent souffert d’un manque de neige tout au long de la saison ». DONNÉES DE CADRAGE PENDANT LA CRISE DU COVID-19 Fréquentation des domaines skiables 2019/2020 par taille de stations – Source : Domaines Skiables de France
  19. 19. « L’avance confortable prise pendant les vacances de Noël et en Février a servi d’amortisseur sur la fin de saison difficile. Mais c’est surtout les hébergeurs qui seront dans un premier temps les grands perdants de cette crise, car pour ceux qui proposent des avoirs, c’est autant de chiffre d’affaires qui ne pourra pas être fait l’année d’après. La saison estivale sera donc déterminante pour beaucoup d’entre eux pour essayer d’atténuer les pertes financières », selon Pascal Vie, Directeur de Savoie Stations Ingénierie Touristique (SSIT). Selon les stations, c’est 15% à 20% du chiffre d’affaires prévisionnel qui se serait évaporé du fait de la crise sanitaire. On fait le même constat du côté de la Compagnie des Alpes. Dans ses résultats trimestriels, le groupe note une baisse de -9% de l’activité ski au premier trimestre et table sur une baisse de 20% sur l’ensemble de l’exercice comprenant l’été à venir. 40% de ces pertes seront toutefois compensées par des mesures d’économies liées aux économies d’énergies, baisses de charges de fonctionnement et au chômage partiel… Le groupe annonce par ailleurs une diminution de 30 millions d’euros des investissements en reportant à la saison prochaine un certain nombre de dépenses non encore engagées ». DONNÉES DE CADRAGE PENDANT LA CRISE DU COVID-19 Fréquentation des domaines skiables 2019/2020 par massifs – Source : Domaines Skiables de France
  20. 20. Claudie Blanc-Eberhart, Directrice de Savoie Mont- Blanc Tourisme, estime qu’avec cinq semaines en moyenne d’exploitation en moins pour la période hivernale, cela représente plus de 800 millions d’euros de manque à gagner en Savoie et Haute-Savoie. Quelques 10 millions de nuitées et 6 millions de journées-skieurs ont été perdues. Le chiffre d’affaires est aussi en baisse pour les moniteurs de ski ou encore les commerces des stations, en moyenne de 15%. Les guides et autres prestataires d’activités n’ont pas pu non plus exercer leurs activités. Au global, ce serait une baisse de 1,8 milliard d’euros de consommation touristique que l’économie de montagne aurait perdu en 2020 d’après l’ANMSM. L’enjeu touristique actuel est à la relance des chantiers d’après le préfet de Savoie, car Ils représentent une part importante de l’économie et de l’attractivité des stations de ski. Si 53% des Français indiquent vouloir garder les mêmes habitudes pour leurs vacances**, 88% choisissent le territoire national plutôt que l'étranger une fois la crise sanitaire passée et le confinement levé pour partir en vacances en 2020. Mais en cas de déconfinement progressif, par zones géographiques, seulement 4 familles sur 10 pourraient imaginer rester dans leur région pour les vacances.* Parmi les motivations principales du choix d’une destination domestique, il y a le besoin d’avoir des garanties sur la capacité à avoir accès aux soins et de vérifier que le lieu de villégiature est bien préservé. Il y a aussi un regain pour la découverte de notre patrimoine et de nos terroirs qui font la richesse de la France. 65% des Français interrogés n’imaginent pas réserver leurs vacances avant la fin du confinement, 27% ont déjà réservé et 17% le feront en dernière minute. Enfin, un critère devient impératif : la possibilité d’annulation de son séjour jusqu’à 24h avant le départ sans frais**. Cependant, la reprise pourrait être rapide car 44% d’entre eux comptent réserver leurs vacances dans les 30 jours après la fin de la période de confinement*. Mais « attention, penser un redémarrage à l’identique serait l’erreur à ne pas commettre », selon Christian Delom. DONNÉES DE CADRAGE PENDANT LA CRISE DU COVID-19 Sources : * Baromètre “Confinement – Peut-on encore rêver de vacances ?” réalisé par Campings.com SAS ** API & YOU, Etude « Les perspectives de consommation hôtellerie et restauration des Français après le confineme nt » menée du 4 au 6 avril 2020 auprès de 1002 consommateurs répartis dans 12 régions françaises.
  21. 21. ET DEMAIN, QUE VA-T-IL SE PASSER ?
  22. 22. Pour la fréquentation estivale, les perspectives semblent incertaines avec des réservations à l’arrêt depuis le 15 mars et l’annulation ou le report de nombreux événements. Pour les bars et restaurants, aucune réouverture avant le mois de juin n’est actuellement envisagée. S’il est relativement acquis que l’été 2020 sera en baisse en terme de dépenses touristiques, beaucoup de questions se posent également pour l’hiver 2020 – 2021 : DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19 - les clientèles internationales seront-elles au rendez-vous ? - La crise économique grèvera-t-elle le pouvoir d’achat des touristes l’hiver ? - Les mesures de distanciation seront-elles encore applicables, entrainant des limitations de fréquentation sur les domaines skiables ? Plusieurs organisations ont appellé les pouvoirs publics à rendre la montagne accessible au plus grand nombre dès la fin du confinement.
  23. 23. Sur le plan des dépenses de consommation, les consommateurs sont nombreux à affirmer que le coronavirus "a ou aura" un impact sur les revenus de leur foyer (82 % des Italiens, 65 % des Français). Et donc sur leur capacité à faire des dépenses une fois la crise passée. DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19
  24. 24. DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19 Source : Etude TLC Marketing, Occupation & Loisirs des Français pendant et après le confinement, Avril 2020 78% des français pensent consommer plus ou comme avant la mise en œuvre des mesures de confinement. Pour les dépenses, les français privilégieront les loisirs et sorties (36%), puis les vacances (32%) et l’habillement (27%), Pour cet été, 75 % envisagent de partir en vacances, si on les y autorise, majoritairement en France (63%), principalement en famille.
  25. 25. DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19 Source : Etude TLC Marketing, Occupation & Loisirs des Français pendant et après le confinement, Avril 2020 « Les Français veulent avant tout se sentir de nouveau libres de faire ce qu’ils souhaitent et véritablement de vivre leur vie de manière intense, réelle et palpable » explique Richard Pellet directeur associé de TLC Marketing Source : Etude TLC Marketing, Occupation & Loisirs des Français pendant et après le confinement, Avril 2020
  26. 26. DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19 Les Français semblent vouloir tirer des enseignements de la crise : - Ils veulent en effet passer plus de temps auprès de leurs proches (77%), mieux s’organiser (76%) pour profiter des plaisirs de la vie (les plus simples comme les plus alambiqués), s’accorder plus de temps pour leurs passions (69,60%). - 70% des français promettent de consommer de manière plus responsable et 40% souhaitent s’impliquer dans une cause. Source : Etude TLC Marketing, Occupation & Loisirs des Français pendant et après le confinement, Avril 2020
  27. 27. Bien que la crise du coronavirus ait des effets destructeurs à court terme sur l’industrie du tourisme, cet épisode pandémique peut aussi être considéré comme le point d’arrivée d’un état de vulnérabilité plutôt que le point de départ d’une période de déstabilisation. Si l'écologie, la responsabilité, la durabilité, l'inclusion sociale, l’éthique sont déjà des préoccupations majeures chez les voyageurs, elles vont devenir des exigences encore plus fortes de leur part. Mais il faut aussi éviter de considérer que les consommateurs vont changer toutes leurs habitudes. Certaines mutations seront profondes mais l’intégralité du système n’est peut- être pas amené à changer. En réalité, cette crise du Covid-19 pousse les professionnels du tourisme à remettre en cause plus rapidement qu’ils l’auraient aimé leurs stratégies et leurs pratiques. Elle les force à ne pas seulement se cantonner à dresser le constat d’une succession de problématiques liées aux mouvements de population dans le cadre des activités de loisirs, mais à trouver des solutions efficaces et durables. Parmi les principales problématiques, on compte : - La faiblesse de la prévention et de la gestion des risques naturels et sanitaires, alors que le tourisme est une industrie qui devrait être hautement fiable en la matière ; - La globalisation virale : les maladies parcourent des milliers de kilomètres et mettent en danger les populations hôtes, en particulier les plus modestes. - Le « surtourisme » qui dégradent les écosystèmes, les sites, les conditions de vie des résidents, et l’expérience des visiteurs. Il est dû à une très forte offre de tourisme, l’augmentation des vols à bas prix, la désintermédiation, l’avènement de l’économie collaborative, la saisonnalité, l’augmentation du niveau de vie, la multiplication des transports et la glorification des lieux incontournables par Instagram. - La pollution liée à l’activité : les biens de consommation à usage unique des passagers en transit ou les transports routiers, les émissions carbone de l’aviation civile, etc. La vision globale et idéaliste serait d’aller « vers un tourisme responsable, durable et innovant socialement, qui se structure sur l’identité des territoires qui n’est pas délocalisable et qui les dynamise tout en respectant la qualité de vie des habitants et la valeur expérientielle et mémorable du voyage » - Anne Gombault, Claire Grellier-Fouillet et Jérémy Lemarié Christian Delom estime qu’« après l’enchaînement à la terre ancestrale, après le mirage du village global sonnant l’avènement d’une seule et unique civilisation, voici la place de la « glolocalisation », qui n’est pas de penser global et agir local mais tout le contraire, agir local et partager cette action globalement ». DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19
  28. 28. SUPER ! MAIS CONCRÈTEMENT, COMMENT ON S’Y PREND ?
  29. 29. Voici quelques propositions de solutions à étudier : - Les actions de conservation du patrimoine naturel et culturel pour améliorer sensiblement la perception de leur fragilité (ex : la chaîne d’hôtels & resorts Outrigger propose à ses clients de replanter du corail sur les fonds marins abîmés) ; - La planification le plus en amont possible de la gestion des flux sur les hauts lieux du tourisme, afin d’éviter le surtourisme. Cela passe notamment par des mesures de limitation des flux comme c’est le cas à Cinque Terre, Venise, ou encore en Islande. - Le développement d’un tourisme plus inclusif des populations locales dans l’activité et impliquant une co-création des habitants avec les visiteurs. Ex : la construction d’une école ou d’un hôpital à Fidji, le ramassage des huîtres du Bassin d’Arcachon en France, la fabrication de mozzarella en Italie, etc. - La valorisation plus importante des sites de second plan. - L’accélération du « digital heritage » dans les musées ou sur les monuments, la diffusion en ligne de spectacles live (cf. les Fashion weeks de Londres et Milan, le Metropolitan Opera, etc.). Par ailleurs, l’alliance European Tourism Manifesto, qui réunit 58 organisations publiques et privées internationales a formulé des recommandations auprès de la Commission Européenne pour une réponse collective efficace et urgente afin de limiter les conséquences négatives de la crise sur le secteur du tourisme. On peut citer entre autres : - la mise en place d’un plan de soutien des destinations, qui intègre des budgets de promotion, de commercialisation et de développement de nouveaux produits et services - un appui renforcé aux partenariats public-privé - l’investissement sur la recherche afin de permettre aux destinations de mieux comprendre et donc de mieux s’adapter aux besoins et aux attentes des voyageurs - le maintien et le renforcement de l’allocation spécifique (qui s’établit aujourd’hui à 300 millions d’euros) destinée au tourisme durable - la restructuration de la politique européenne en matière de tourisme, avec un nouvel axe de communication disposant d’objectifs, d’indicateurs et d’un programme d’actions en adéquation avec le pacte vert européen. - la simplification des règles de visa pour les marchés long-courriers qui est une demande forte des acteurs du tourisme. DONNÉES DE CADRAGE POST CRISE DU COVID-19 Et si l’industrie du tourisme en montagne devenait une partie de la solution au lieu d’être une partie du problème ?
  30. 30. POUR ANTICIPER ET BIEN RÉPONDRE AUX BESOINS DES TOURISTES, IL FAUT COMPRENDRE COMMENT ILS VONT SE COMPORTER ET QUELLES SONT LEURS ATTENTES ?
  31. 31. D’après Stéphane Rossard, fondateur de l’agence Planet Experiences, le nouveau touriste sera un « voyageur humain » et aura les traits singuliers suivants : - Concerné : il s'implique dans des actions locales, soit avec une immersion authentique ayant un impact effectif pour les populations locales, soit par une action volontaire et solidaire dans le cadre d'un projet selon ses compétences, ses sensibilités ou ses centres d'intérêts. - Collectif : Même si la personnalisation restera indispensable, le voyageur humain s'inspirera de cette philosophie de vie africaine appelée Ubuntu. Elle peut se résumer ainsi "Je suis parce que nous sommes" et rappelle les liens indéfectibles qui nous unissent tous et l'interdépendance de nos actions. - Curieux : Il sera en recherche d’informations actualisées et de contenus riches avant son départ, afin de mieux comprendre les pays visités. Cela pourra avoir la forme de : - vidéoconférences avec le guide local ou le prestataire en charge du voyage ; - « kiosques » communautaires, sorte de pot commun intellectuel, alimenté par les visiteurs précédents, les prestataires et les habitants sur place, etc. afin d’offrir des ressources permettant de bien appréhender les locaux et les lieux visités. - Conscient : il est sensibilisé systématiquement aux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. Il choisit en connaissance de cause et est conscient de sa propre responsabilité dans les choix qu'il effectue. - Communicant : il échange pour comprendre et s'enrichir, mais aussi pour transmettre et partager. À QUOI RESSEMBLERA LE TOURISTE POST CRISE DU COVID-19 ? Quelles seront les grandes tendances touristiques de ce « voyageur humain » ?
  32. 32. TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE
  33. 33. La question du surtourisme est centrale et les conséquences observables sont clivantes ! TOURISME VIRTUEL DE MASSE § Tourisme immobile pour ceux qui n’ont pas de moyens financiers suffisants § Dans son salon ou des lieux publics (bibliothèques, centres sportifs & bases de loisirs, complexes multimédia, etc.) § Qualité de service limitée § Relation humaine inexistante TOURISME PHYSIQUE D’ESPACE § Tourisme de niche réservé à une élite financière, qui voyage physiquement* § Recherche de lieux préservés et peu fréquentés § Qualité de service maximale § Relation humaine forte TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE * Selon Jean-François Rial, « globalement le prix du voyage va augmenter parce qu’il faudra payer les conséquences écologiques de ce qu’est le voyage ».
  34. 34. Exemple #1 – Tourisme virtuel de masse L’ascension virtuelle du Mont-Blanc La mairie de Saint-Gervais Les Bains a mis en ligne, en 2019, une ascension étape par étape du mythique toit de l’Europe, avec des images en 360° qui permettent de bien apprécier le décor magnifique… en solitaire ! Ce qui est probablement mieux qu’en vrai, puisque l’été dernier, c’est entre 25 000 à 30 000 alpinistes ont gravi le Mont- Blanc, soit environ 300 par jour. Pour réaliser votre ascension, cliquez ici ! TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE
  35. 35. Exemple #2 – Tourisme virtuel de masse Yosemite National Parc (CA, USA) Cette visite est le résultat du travail titanesque d’un photographe amoureux du Parc National de Yosemite en Californie, où il a en parallèle travaillé pendant 15 ans dans l’équipe de secouristes de montagne. On y retrouve près de 200 points de vue photographiés en format 360°, donnant accès à des sites qu’il serait difficile, sinon impossible, d’admirer même en allant sur place, à moins d’être un grimpeur chevronné. L’ensemble de la visite est aussi accompagnée de la bande sonore captée au moment de la prise de vue : bruit de cascade, des oiseaux, des feuillages dans le vent, etc. Il est aussi possible d’acheter les clichés pour moins de 5,00 US$ pièce. Très complet et facile à parcourir. Pour réaliser votre visite, cliquez ici ! TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE
  36. 36. Exemple #3 – Tourisme d’espace Les « villages d’alpinistes » en Autriche, Allemagne, Italie, Slovénie et Suisse Ski de randonnée en hiver et randonnées pédestres en été, les 29 villages d’alpinistes misent sur des offres touristiques respectueuses de l’environnement et sont le symbole du développement d’un tourisme proche de la nature et alternatif dans les Alpes. L’initiative de ces « villages d’alpinistes » a été lancée en 2008 par le Club Alpin Autrichien. Elle s’est élargie à partir de 2016 à d'autres pays alpins. Elle vise à « faire rempart au développement du tourisme de masse dans les Alpes » en préservant la beauté des paysages alpins, en encourageant le tourisme doux et en proposant des offres touristiques écologiquement et socialement soutenables. Les villages d’alpinistes sont étroitement liés aux objectifs de la Convention alpine et doivent répondre à des critères d’adhésion très stricts. TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE
  37. 37. Exemple #4 – Tourisme d’espace Les « skiclubs » dans les parcs nationaux en Nouvelle- Zélande, dirigés par des locaux passionnés, et dont les objectifs sont de : 1. Faire découvrir à moindre coût les richesses des parcs nationaux néo-zélandais ; 2. Générer suffisamment de revenus pour pouvoir conduire les opérations de maintenance et ouvrir l’année suivante. Offre : - Parking longue durée gratuit ; - 1 Refuge (cap. Max. +/- 50 personnes) ; - Pension complète à menu unique ; - Il faut apporter son sac de couchage et sa serviette de toilette ; - Accès piéton uniquement (entre 45 et 2h30 de marche) ; - 2 à 4 remontées mécaniques « nutcracker » ; - Sécurisation des « pistes » tous les matins, mais pas de damage, ni de balisage ; - Chacun s’engage sous sa propre responsabilité. Destinations : Broken River, Cheeseman, Craigieburn, Hanmer Springs, Mount Olympus, Temple Basin TENDANCE #1 : LE PASSAGE D’UN TOURISME DE MASSE À UN TOURISME D’ESPACE En haut : Plan du domaine de Temple Basin, South Island, NZ ; À gauche : Nutcracker à l’embarquement ; À droite : repas partagé dans la convivialité
  38. 38. TENDANCE #2 : UN MONDE SANS FRICTION
  39. 39. TENDANCE #2 : UN MONDE SANS FRICTION L’expérience globale de voyage sera la plus fluide possible, sans rupture de charge. 64% des consommateurs pensent que l’expérience client est plus importante que le prix. è Gros enjeux et grand défi pour les 30 prochaines années ! è Gestion des flux et problématique du « dernier kilomètre » (ascenseurs valléens, parking longue durée, transport des bagages, etc.) è Repenser l’urbanisme et la conception des lieux (circulation vers le front de neige ou vers les plages des lacs, etc.) è Paiement mobile, bracelets, destinations « cashless », etc. è Développement du sound design (espaces de silence, espaces animés, etc.) è Multiplication des services de conciergeries hybrides (phygital) è Apparition de labels pour rassurer et garantir la bonne santé des consommateurs Le facteur clé de succès principal pour créer des expériences sans friction est la parfaite intégration des solutions au sein des infrastructures déjà présentes. Ex : Gare Hyperloop « Transpod » > Départ des drônes Ehang
  40. 40. Exemple À Zermatt (ou encore à Saas Fee) en Suisse, les visiteurs doivent laisser leurs véhicules dans un parking (payant) en vallée, puis prendre un train (payant lui aussi) pour accéder à la station. Les compartiments du train comportent des espaces pour stocker facilement des bagages, des skis, des vélos, des poussettes, etc. À leur arrivée, des téléphones permettant d’appeler leurs hébergeurs sont disponibles à la gare. Ces derniers viennent chercher leurs clients dans des véhicules électriques. Toute personne non autorisées à monter dans la station avec sa voiture est susceptible de recevoir une amende élevée. Pour les déplacements intra-station, des bus électriques sont disponibles (compris dans le forfait de remontées mécaniques) et les hébergeurs proposent souvent de conduire leurs clients dans leurs voiturettes. Il en résulte moins de pollution sonore, moins de pollution de l’air, et une expérience de déplacement inoubliable car souvent comique et toujours fluide. TENDANCE #2 : UN MONDE SANS FRICTION
  41. 41. TENDANCE #3 : L’HYPER TOURISME
  42. 42. HYPER CONNEXION HYPER DÉCONNEXION Les smartphones, les objets connectés et les wearables permettent à la technologie de devenir un prolongement de soi, ainsi qu’une scénarisation maximale de l’expérience § Hyper dépersonnalisé § Hyper virtuel § Hyper déhumanisé § Hyper activité & ludique § Hyper aseptisé & contrôlé § Qualité de service limitée § Faible valeur ajoutée Les « Digital detox » ou le retour de l’expérience intime, aux soins du corps, aux retrouvailles avec soi et ses proches, à la découverte de lieux /cultures / populations locales, sans scénarisation. § Hyper personnalisé § Hyper naturel § Hyper humain § Hyper inactivité & silence § Hyper éthique § Hyper qualité de service § Hyper valeur ajoutée L’expérience touristique tend à devenir binaire ! TENDANCE #3 : L’HYPER TOURISME
  43. 43. TENDANCE #3 : L’HYPER TOURISME Exemple « Hyper connexion » Au Club Med, à la réception du Resort, les clients récupèrent tout ce dont ils ont besoin pour leur séjour, incluant leur forfait de ski, ainsi que leur « carte Club Med Pass » qui prend la forme d’un bracelet digital qui servira de clé de chambre, de clé pour le casier à ski, de moyen de paiement pour les services à la carte, mais qui permettra également de collecter et analyser toutes les données et comportements de consommation des clients.
  44. 44. TENDANCE #3 : L’HYPER TOURISME Exemples « Hyper déconnexion » è Au cœur du village de Pralognan, l’hôtel « La Vallée Blanche » garantit un dépaysement total et une déconnexion de la vie quotidienne au sens propre du terme : pas de téléphone portable (gardé soigneusement dans le coffre-fort de l’hôtel), pas de wifi, pas de consoles de jeux… pour un retour aux sources bénéfique dans un cadre des plus propices. Tarifs : nuitée à partir de 40 € la chambre single et 43 € la chambre double & Possibilité de demi-pension ou pension complète. è 45 minutes de marche tranquille depuis Bramans (en Haute-Maurienne) sont nécessaires pour atteindre une ferme restaurée et perchée à 1670 m d’altitude. Là, les bagages attendent les hôtes dans un chalet haut- de-gamme inspiré des lodges canadiens. En toute quiétude, en bordure d’un torrent aux eaux pures et dans un cadre neigeux majestueux, le chalet Lavis- Trafford est une invitation au cocooning. Cette maison de trappeur aux planchers cirés, salons cosy, lits douillets, spa et bain nordique chauffé au bois, immerge ses habitants dans une ambiance 100 % Grand Nord. Tarifs : à partir de 115 € la nuitée
  45. 45. TENDANCE #4 : LE TOURISME « ANYTIME, ANYWHERE »
  46. 46. QUELQUES DÉFINITIONS Micro aventure : Vivre une « aventure » en plein air d’une nuit à quelques jours près de chez soi. Un « staycation », ou « holistay », est une période pendant laquelle un individu ou une famille reste à la maison et participe à des activités de loisirs à distance de conduite de sa maison et ne nécessite pas d'hébergement pour la nuit. Slow tourisme : Il s'agit d’un tourisme privilégiant notamment des destinations proches et des moyens de transports moins polluants où l’on prend le temps de découvrir une destination et d'apprécier les paysages. Bleisure : Ajout de temps de loisirs à un voyage d’affaires Worliday : C’est le fait de travailler quelques heures par jour sur son lieu de vacances. TENDANCE #4 : LE TOURISME « ANYTIME, ANYWHERE »
  47. 47. Le tourisme près de chez soi… ou le bureau près de son lieu de séjour ? TENDANCE #4 : LE TOURISME « ANYTIME, ANYWHERE » MICRO AVENTURE, STAYCATION & SLOW TOURISME BLEISURE & WORLIDAY § Courte durée § Proximité de son domicile § Rythme lent § Faible engagement technique, physique et mental § Déconnexion à Internet § Faible budget § Permet de faire des séjours plus longs § Loin de son domicile § Connection à Internet par ses propres moyens ou dans un espace de coworking § Budget plus important
  48. 48. TENDANCE #4 : LE TOURISME « ANYTIME, ANYWHERE » Exemple « Micro-Aventure & Staycation » La micro-aventure « Hike & Fly » à Annecy propose sur une journée : - Départ de la gare routière d’Annecy entre 8h et 9h pour prendre le Bus 61 direction Talloires, arrêt à “Talloires Montmin – Les Granges” (30 min) ; - Courte mais intense randonnée de 14 km, 1530 m D+ et 860 m D- (entre 5 et 6h de marche selon son niveau) ; - Le décollage du parapente se fait du col de la Forclaz pour, selon la saison, 20 min à 1h de vol au dessus du lac d’Annecy ; - L’atterrissage du parapente se fait à Doussard, au bout du lac d’Annecy ; - Pour rentrer sur Annecy, il suffit de se rendre à l’arrêt de Bus au centre de Doussard et de monter dans la ligne 51 direction Annecy. Tarifs (tickets de bus, vol en parapente & repas inclus) : 115 € Plus d’informations sur Helloways.
  49. 49. TENDANCE #4 : LE TOURISME « ANYTIME, ANYWHERE » Exemple « Worliday » À La Clusaz, un espace de coworking, « Le Pêle », situé au centre du village a ouvert ses portes en 2018. Vacanciers, travailleurs itinérants ou entrepreneurs locaux peuvent se retrouver dans ce lieu de collaboration et de partage. Ils ont ainsi à disposition du café/thé à volonté, un accès à un espace de travail connecté, un espace de réunion, une imprimante-scanner, un appareil de reliure et de plastification de document, de la domiciliation d’entreprise et des prestations de secrétariat ponctuel. Tarifs : 4€/h, 25€/jour, 60€ pour 5x1/2j, 195 €/mois
  50. 50. TENDANCE #5 : LE « GREEN TOURISME » OU LE TOURISME UTILE POUR SATISFAIRE LA QUÊTE DE SENS
  51. 51. L’expérience de voyage doit (re)donner du sens, voire avoir un objectif utilitaire : social, environnemental, humanitaire, solidaire, éthique, etc. è Vivre une expérience authentique qui permet de préserver l’environnement et la faune, et/ou d’améliorer les conditions de vie des populations autochtones. Les préoccupations environnementales sont au cœur de nouvelles attentes : - 35 % des touristes dans le monde déclarent préférer des vacances écoresponsables.* - 74,5 % affirment que les chartes RSE des hôtels ont une influence sur leurs réservations. * Le tourisme solidaire et éthique consiste à proposer une expérience en coproduction avec les habitants. C’est une immersion au plus près des populations locales dans des pays défavorisés en vivant chez l’habitant pour apprendre un mode de vie différent et questionner la société de consommation. Le vacancier participe à la vie locale et apporte avec respect et humilité ses idées pour améliorer le fonctionnement d’une communauté. Il tisse des liens très forts avec les autochtones et contribue économiquement à améliorer leurs conditions de vie grâce à une commission prélevée sur le prix du séjour. TENDANCE #5 : LE « GREEN TOURISME » OU LE TOURISME UTILE POUR SATISFAIRE LA QUÊTE DE SENS * Source : Étude GlobalData, 2016
  52. 52. TENDANCE #5 : LE « GREEN TOURISME » OU LE TOURISME UTILE POUR SATISFAIRE LA QUÊTE DE SENS Exemples è L’organisation Habitat for Humanity permet à des vacanciers volontaires de participer à la (re)construction d’habitats pour les populations locales défavorisées ou qui ont perdu leurs logements suite à une catastrophe naturelle. Les logements sont construits en respectant l'architecture locale et autant que possible avec des matériaux locaux. Les futurs habitants participent aussi à la construction de leur propre logement dans la mesure de leurs compétences et de leur état de santé. Les frais de repas, d’hébergement et de formation aux techniques de construction sont pris en charge par l’organisation caritative, mais les frais de déplacement restent à la charge du participant. Ils ne peuvent participer qu’à deux projets par an maximum. è La chaîne d’hôtels & resorts Outrigger a développé plusieurs programmes de sensibilisation, de protection et de réintroduction de corail sur les massifs endommagés proches de leurs établissements. Les vacanciers peuvent aider à replanter des boutures de corail et en apprendre davantage sur les enjeux de massifs vivants et bien portants sur l’écosystème marin.
  53. 53. ATTENTION ! « La production touristique se résume trop souvent à une production logistique Or, mettre la composante humaine au cœur de l’offre touristique n’est pas inclure du service dans de la logistique, c’est construire la logistique autour du service ». – Christian Delom, Senior Vice President Strategy chez Eventiz Media Group
  54. 54. ET MAINTENANT, ON FAIT QUOI ?
  55. 55. COMMUNIQUER... OU PAS ? Les marques qui réduisent leurs budgets en période de récession ressortent très souvent affaiblies des crises. On peut en effet retenir des enseignements des crises précédentes que les marques qui ont sabré leurs budgets ont mis en moyenne 5 ans à s’en remettre. En outre, les marques fortes se sont rétablies 9 fois plus vite suite à la crise de 2008. En effet, une marque territoriale forte est un atout vital qu’il convient de travailler en continu et sur le long-terme pour sortir par le haut de n’importe quelle crise. Communiquer est donc moins risqué que de ne pas le faire ! Source : Data2Decisions
  56. 56. COMMUNIQUER : AUPRÈS DE QUI, POURQUOI & POUR DIRE QUOI ? Il faut communiquer pour garder le contact avec : - les acteurs professionnels et les parties prenantes de son territoire - ses ambassadeurs - sa clientèle existante et ses prospects - les media En effet, fidéliser un client coûte de 5 à 11 fois moins cher que d’en acquérir un nouveau. Or, la première raison pour laquelle un client abandonne une marque ou une destination est à 75% parce que celle-ci ne lui a pas ou plus parlé ! C’est loin devant l’insatisfaction qui n’intervient que dans 12% des cas. Il est donc crucial pour les destinations de continuer à parler à leurs différents interlocuteurs L’enjeu de la communication en cette période de crise sanitaire est d’abord de rassurer, puis de convaincre. Les clients – comme les différents acteurs professionnels du tourisme et les parties prenantes mais pour d’autres raisons – sont inquiets. Ils ont besoin d’être certains que tout est mis en œuvre pour les accueillir, et que le territoire est apte à faire face pas uniquement à une éventuelle « rechute de crise sanitaire », mais d’une manière plus générale, à la situation nouvelle. Les prospects ont besoin d’être rassurés quant au fait qu’ils font le bon choix de lieu de vacances et que la destination est en capacité de répondre à leurs besoins et attentes actuelles. Personne n’a envie de rater ses vacances… encore moins après un épisode plus ou moins traumatisant comme celui que nous traversons collectivement ! Les clients ont besoin de se sentir désirés et attendus. Pour cela, il faut concentrer ses messages sur la proposition de valeur de la destination, c’est-à-dire sur les bénéfices que les visiteurs pourront retirer de leur expérience de vacances sur place. 3 thématiques principales doivent être traitées : - Les atouts et le caractère unique et/ou différentiant de la destination ; - Les activités disponibles et comment elles pourront être pratiquées… incluant des activités contemplatives de pur repos ; - Les dispositions réglementaires mises en place et les efforts supplémentaires éventuellement réalisés par les professionnels du tourisme sur le territoire pour garantir la sécurité sanitaire des visiteurs. Attention cependant, « il va falloir être subtil. Les destinations ne peuvent plus se contenter d’énumérer un catalogue de services et d’activités pour faire leur promotion. Elles vont devoir plutôt faire un catalogue de sens : sobriété, modération, simplicité, originalité, authenticité, etc. » – Stéphanie Lemasson, Directrice de Links Communication
  57. 57. COMMENT COMMUNIQUER ? Tout d’abord, ne pas trop en faire et éviter toutes les formes d’opportunisme – commercial ou de marque. À ce stade, les clients et prospects ne sont probablement pas réceptifs à des actions commerciales promotionnelles, ni à des prix cassés. D’une manière générale, mieux vaut ne pas dégrader sa politique tarifaire, mais augmenter la qualité de service et le confort des prestations. Il faut donc en profiter pour tenir au courant ses différentes cibles de communication des décisions qui affecteront leur future relation avec votre destination. Ensuite, rester calme, transparent, réaliste et lucide. Il ne faut pas avoir peur d’admettre ses erreurs, sa vulnérabilité et de demander l’indulgence des clients. Être rassurant sans être anxiogène, réactif et facilement joignable. Être clair, serviable et si possible apporter un peu de légèreté dans cette atmosphère particulièrement pesante… sans trop jouer la carte de l’humour. En effet, d’après une étude Kantar/LSA, 77% des consommateurs attendent que la marque parle de son utilité dans la nouvelle vie quotidienne, 75% souhaitent qu'elle informe sur ses efforts pour faire face à la situation, 70% veulent qu'elle adopte un ton rassurant, 75% ne veulent pas qu'elle profite du coronavirus pour faire sa promotion et 40% des consommateurs estiment que ce n’est pas opportun d’utiliser un ton humoristique. Dans une période où la confusion règne, les rumeurs se répandent comme une traînée de poudre et les infox ou « fake news » sont légion, la cohérence dans les messages est essentielle. Pour être certain de ne pas se tromper lorsqu’on communique sur sa marque de destination, le plus simple est de reprendre les éléments de sa plateforme de marque pour être bien aligné avec ses cibles, ses valeurs fondamentales, son style / personnalité, ses missions et son positionnement. Source : Cours sur les fondamentaux de la communication, Armelle Solelhac 2017 – 2020
  58. 58. COMMENT COMMUNIQUER ? Pour les destinations qui n’auraient pas de plateforme de marque, c’est peut-être le moment de commencer à y réfléchir… mais ce travail de fond au combien stratégique ne pourra être correctement conduit dans les règles de l’art que lorsque la sortie de confinement sera passée. « Le marketing de destination, inspirationnel par essence, se transforme, en ces temps difficiles, en marketing de l’espoir » – Nicolas Jabaudon, Directeur de l’Office de Tourisme Médoc Atlantique Lorsque le monde sortira de son confinement, les clients fidèles, les habitants, les résidents secondaires, les socio-professionnels, les collaborateurs des entreprises locales, les élus, les associations locales et les partenaires sont autant de membres de leurs communautés sur lesquels les destinations touristiques pourront compter pour remonter leurs marques territoriales à leur niveau antérieur à la crise du Covid-19. D’ici là, il faut donc mettre ses différents de côté et se serrer les coudes pour éventuellement créer des opérations en cobranding ou en partenariat. Source : Skiinfo.fr
  59. 59. ET SI ON PASSAIT À L’ACTION ?
  60. 60. PLAN D’ACTIONS Les actions de communication ne sont évidemment pas les mêmes en fonction des cibles à atteindre, des messages à passer et des objectifs souhaités. Il en va de même pour l’usage des canaux de distribution de l’information et le rythme de diffusion des différents messages. Schéma adapté de la chronologie de ré-engagement des destinations avec leurs différentes cibles proposée par ORIGIN, Avril 2020 Fans & Ambassadeurs quelle que soit leur provenance géographique 1 2 3 4 5 6 7 Collaborateurs à l’année & saisonniers, Professionnels du tourisme sur le territoire Clients détenteurs de forfaits saison, d’abonnements ou de cartes multi-jours Résidents & professionnels du territoire Clients ayant déjà une réservation Touristes régionaux Touristes longue distance
  61. 61. PLAN D’ACTIONS Le calendrier de ces phases dépendra largement de la durée de la crise et de l’importance des impacts sur l’industrie du tourisme dans son ensemble. Cependant, la chronologie ci- dessous retrace les grandes étapes du déconfinement à prendre en considération pour construire son plan d’actions de façon cohérente. Chronologie de ré-engagement des destinations avec leurs différentes cibles, ORIGIN, Avril 2020
  62. 62. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Collaborateurs à l’année & saisonniers, Professionnels du tourisme sur le territoire Les membres de votre personnel, les socio-professionnels et les parties prenantes du territoire sont vos meilleurs ambassadeurs si vous communiquez efficacement et répondez à leurs questions rapidement è Information sur les principaux changements par rapport à une procédure de fermeture traditionnelle d’un Office de Tourisme, d’une société de remontées mécaniques, d’un hôtel, d’un restaurant ou d’un prestataire d’activité è Information sur les dispositifs d’aide dont ils peuvent bénéficier è Accompagnement au relogement des saisonniers, etc. Immédiatement Outils de communication & canaux de diffusion internes (e-mails, réseau social d’entreprise, Groupe WhatsApp, pages dédiées sur le site web, etc.) Voici une proposition de plan d’actions de communication, qu’il faut bien entendu adapter selon les problématiques et le contexte local à traiter.
  63. 63. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES Compiler toutes les informations au sein d’une page unique et/ou d’un document récapitulatif facilement accessible sur l’« espace pro » au sein du site Internet de destination et/ou sur celui de la Mairie pour orienter les socio-professionnels vers les bonnes informations et les bons interlocuteurs. Trier par thématique et classer selon les acteurs concernés par filières touristiques (restaurateurs, hôteliers, campings, activités de loisirs, etc.), afin de ne pas nécessairement chercher à tout afficher (obligations légales, aides, initiatives citoyennes, conseils, etc.). Mettre à jour régulièrement les informations en fonction de l’actualité (allongement du confinement, nouvelles ordonnances, etc.)
  64. 64. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES https://www.biscagrandslacs.com/espace-pro/coronavirus-information-aux-acteurs-economiques
  65. 65. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Clients ayant déjà une réservation à venir Une expérience client positive entraînera un report plutôt qu’une annulation de séjour, et créera une meilleure relation de confiance entre votre marque de destination et les clients è Communication de la date à partir de laquelle les clients peuvent s’attendre à ce que leur dossier soit traité, même si vous ne pouvez pas répondre immédiatement à leur requête è Politique de remboursement vs options de report è Réservations futures Dans un délai raisonnable qui peut être géré par votre centrale de réservation, vos conseillers en séjours et/ou vos agents commerciaux. E-mailing Media sociaux Landing pages dédiées, avec formulaires de contact Centres d'appels ChatBot
  66. 66. PLAN D’ACTIONS EXEMPLE DE BONNE PRATIQUE E-mail envoyé Mardi 14 mars 2020 aux clients des hôtels & résidences MMV qui avaient réservés un séjour fin mars 2020 et qui n’ont pas pu en profiter en raison des mesures de confinement
  67. 67. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Les clients qui ont soit des forfaits saison, des abonnements ou des cartes multi- jours Une expérience client positive se traduira par un réengagement plus facile et une augmentation des revenus pré-engagés pour la saison d’après ou à N+1 Communication aux détenteurs d’un forfait, d’un abonnement ou d’une carte multi-jours en leur indiquant toutes les options possibles : réduction tarifaire pour la période suivante (saison, mois, trimestre ou année), report sur les dépôts, promotion sur un produit ou service additionnel, etc. Avant le lancement de la commercialisation de la période suivante (saison, mois, trimestre ou année). E-mailing Landing pages dédiées, avec formulaires de contact Centres d'appels ChatBot
  68. 68. PLAN D’ACTIONS EXEMPLE DE BONNE PRATIQUE
  69. 69. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Les fans & ambassadeurs quelle que soit leur provenance géographique Il faut à la fois les rassurer et entretenir la flamme ! Des vidéos et photos de très haute qualité, des contenus originaux, divertissants et enrichissants (anecdotes sur l’histoire de la destination, portraits de personnalités qui font l’âme de la destination au quotidien, actions caritatives conduites par des acteurs de la destination, conseils pour préparer leur prochaine visite, bons plans, etc.) Dès que des nouvelles positives entourant la fin du confinement commencent à émerger. Ce public rêve de pouvoir revenir dans votre destination. Il faut alimenter ce feu le plus tôt possible ! Communication organique sur les réseaux sociaux Actions de Relations Presse ciblées Réactivation des influenceurs et des personnalités de la communauté Recyclage de contenu précédemment populaire (mais seulement si vous manquez d’idées…)
  70. 70. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES
  71. 71. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES
  72. 72. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES VISIT Portugal a lancé le 20 mars 2020 une campagne audacieuse qui aborde de front les mesures de confinements et leurs conséquences sur le tourisme. Les premiers mots « It’s time to stop. » («Il est temps de s’arrêter») donnent le ton. Pour autant, les vues panoramiques et les scènes charmantes s’enchaînent pendant plus de 2 minutes avec un véritable message d’espoir qui inspire sans aucun doute l’envie de visiter le Portugal à l’avenir.
  73. 73. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES Québec Original a lancé le 20 Avril 2020 la campagne #Pouruninstant.
  74. 74. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Les résidents principaux et secondaires, les professionnels du tourisme et les parties prenantes de votre territoire. La confiance et la volonté des touristes peut être entravée par des interdictions de voyager ou de se regrouper à plus de X personnes. Ce sont donc les personnes qui vivent et travaillent sur votre territoire qui sont vos meilleurs ambassadeurs. Ce sont aussi ceux qui ont le plus intérêt à ce que la fréquentation touristique reparte à la hausse ! Communication de la stratégie et du plan d’actions mis en place pour faire repartir la fréquentation touristique, les cibles et les objectifs raisonnables espérés. Bien expliquer comment ils peuvent contribuer à la bonne réalisation de votre plan d’actions. À la fin des restrictions locales et des mesures de distanciation. Communication organique sur les réseaux sociaux Posts sponsorisés sur les réseaux sociaux RP ciblées sur la presse locale et régionale Événements locaux
  75. 75. PLAN D’ACTIONS EXEMPLE DE BONNE PRATIQUE
  76. 76. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Les clients et prospects dans un rayon de 250 km, qui arriveront probablement en voiture et feront des séjours de 2 à 7 jours. Premiers visiteurs de votre destination, ils seront donc les premiers à témoigner de votre capacité à offrir la meilleure expérience client possible et à vous permettre de reconstruire la confiance dans votre destination. Déployez vos plans média et actions marketing à destination de la clientèle régionale habituelle, en veillant à bien mettre l’accent sur la rapidité et la qualité de vos réponses. Pour cela, misez sur les messagerie (Messenger, WhatsApp, etc.) Avant la saison d’été 2020, en supposant la fin de toutes les mesures de distanciation sociale arrivent fin mai-début juin. Communication organique sur les réseaux sociaux E-mailing Landing pages dédiées, avec formulaires de contact RP ciblées sur la presse locale et régionale
  77. 77. PLAN D’ACTIONS EXEMPLE DE BONNE PRATIQUE
  78. 78. PLAN D’ACTIONS QUI POURQUOI QUOI QUAND COMMENT Les clients et prospects dans un rayon supérieur à 250 km, qui feront des séjours de 2 jours minimum. Ces clients sont le cœur de cible de la majorité des destinations, car ils ont tendance à rester plus longtemps et à dépenser plus. C’est sans aucun doute la clientèle qui prendra le plus de temps à reconquérir. Réaliser une évaluation minutieuse des impacts du COVID-19 dans les régions et pays où se trouvent les clientèles visées Déployer les plans média et actions marketing ciblés habituels Au cas par cas en fonction des levées successives des restrictions dans les régions et pays où se trouvent les clientèles visées Media sociaux E-mailing Landing pages dédiées, avec formulaires de contact RP Etc.
  79. 79. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES Afin de permettre aux Français de pouvoir réserver sans stress leurs vacances d’été 2020, le Groupe Odalys a lancé « L’Offre Sérénité » : aucun paiement immédiat, annulation 100% gratuite quelle qu’en soit la raison jusqu’au 13 juin et aucun frais de dossier, ni d’assurance. L’enjeu clé : créer les conditions de réassurance nécessaires pour que les touristes puissent réserver leurs vacances, sans prendre de risques.
  80. 80. PLAN D’ACTIONS EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES Publication d’Olydea le 19 avril 2020 sur différents réseaux sociaux
  81. 81. PLAN D’ACTIONS Pour donner des garanties sur les conditions d’hygiène, à Singapour un label de qualité – « SG Clean » pour "Singapour Propre" - a été développé et lancé en un temps record par le gouvernement local pour redonner confiance à la population et aux touristes étrangers dans ses commerces et ses entreprises touristiques. Les sociétés du secteur du tourisme et de l’art de vivre sont fortement incitées à l’obtenir. Elles doivent pour cela respecter des normes sanitaires élevées : - Désigner un référent SG Clean dans leur établissement qui a la responsabilité de déployer les mesures de sécurité sanitaire, de former le personnel, de les faire respecter et de répondre aux contrôles des autorités, - Disposer de protocoles précis en ce qui concerne les employés de l'établissement qui pourraient montrer des signes d'infection au covid-19 et appliquer ces protocoles sans délais, - Appliquer des mesures de contrôle in situ des fournisseurs ou des intervenants (artisans, etc ...) qui auraient à pénétrer dans l'établissement. "Dans la mesure du possible", ces protocoles doivent aussi être appliqués aux clients en cas de doute ou de symptômes respiratoires évidents (prise de température via thermomètre à distance, avec alerte au-delà de 38 degrés) ... et application d'une stricte distanciation sociale avec les employés, les fournisseurs et les clients ... - Intensification des mesures d'hygiène dans les espaces communs avec un ménage réalisé non pas une fois mais jusqu'à 4 fois par jour, - Etablir une procédure précise en cas de survenance d'un cas avéré de covid-19 dans l'établissement et tracer dans un registre toutes les méthodes et tous les cas recensés dans l'établissement depuis la ré- ouverture, - S'engager à respecter les mesures imposées par le gouvernement; qu'il s'agisse des mesures initiales ou de celles à venir Le label SG Clean est évalué dans les entreprises du tourisme par des cabinets indépendants et lorsque l'audit est positif, le gouvernement délivre le label gratuitement. Les établissements d’Orchard Road, l’équivalent des Champs-Elysées locaux, sont déjà presque tous labellisés, les marchés de nourriture de rue aussi. EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES
  82. 82. PLAN D’ACTIONS Une fois la rentrée scolaire passée, il faut prendre le temps de faire une évaluation complète de l’efficacité des actions conduites, puis de dresser un bilan réaliste mais indulgent. L’objectif est de pouvoir apporter d’éventuelles corrections au plan d’actions marketing & communication suivant pour qu’il soit le plus efficace possible.
  83. 83. COMMENT LE TOURISME HIVERNAL EN MONTAGNE POURRA AVOIR LIEU DANS LES PROCHAINS MOIS ?
  84. 84. LE TOURISME EN MONTAGNE DANS LES 6 À 24 PROCHAINS MOIS Voici les premières solutions envisagées pour par les professionnels du tourisme si le virus ne s’est pas éteint d’ici là : TRANSPORT : Pour se rendre en station en avion, en complément de la possibilité de s’enregistrer en ligne qui existe déjà, les aéroports européens étudient la possibilité que les voyageurs puissent enregistrer leurs bagages à l'extérieur (comme c’est déjà le cas dans de nombreux aéroports américains) ou avec des automates, afin d’éviter les files d’attente. Pour des raisons évidentes de limitation de l’impact environnemental du transport aérien, certains militent pour redévelopper le transport ferroviaire jusqu’en stations, complété par des transports en bus pour réaliser les « 50 derniers kilomètres ». Mais il y a fort à parier que pour les 6 à 24 prochains mois, c’est en réalité le transport routier qui sera le grand gagnant, car c’est celui qui permet de garantir la meilleure distanciation physique entre les touristes. Bornes d’auto-enregistrement et de dépose automatique de ses bagages à Orly
  85. 85. LE TOURISME EN MONTAGNE DANS LES 6 À 24 PROCHAINS MOIS Voici les premières solutions envisagées par les professionnels du tourisme si le virus ne s’est pas éteint d’ici là : REMONTÉES MÉCANIQUES : Mount Baldy (CA, USA) a réouvert son domaine skiable jusqu’au 3 mai 2020 en demandant aux visiteurs d’étaler leurs arrivées dans la journée pour éviter les attroupements. Les embarquements étaient limités à seulement quatre personnes toutes les 10 minutes sur les télésièges. Les skieurs et snowboarders étaient incités à skier seuls à moins qu’ils ne fassent partie du même groupe familial. Si ces mesures semblent envisageables pour une petite station, principalement fréquentée à la journée par une clientèle locale, elle apparaît très irréaliste pour des stations accueillant majoritairement une clientèle de séjour et proposant des télécabines ou des téléphériques comme principaux ascenseurs depuis le front de neige vers les sommets des pistes. Certains acteurs réfléchissent à la désinfection des cabines une à une après que les skieurs soient sortis, à la manière des désinfections des cabines des avions entrant en Australie et en Nouvelle-Zélande. Là encore, ce scenario apparaît complexe à déployer, car il impliquerait de ralentir le débit de gros porteurs pour rendre la manœuvre possible et exposerait le personnel exploitant à une importante concentration de produits assez agressifs pour leurs voies respiratoires… Pour les files d’attentes des télésièges de plus de 4 places, des marquages au sol pourraient être installés – comme c’est déjà le cas dans certaines stations nord-américaines, afin de laisser un espace d’au moins un mètre entre chaque ligne de skieurs et une file sur deux pourrait être ouverte, afin d’éviter la proximité latérale des passagers. Lake Louise (AB, Canada) : La personne en noir au milieu de la photo est un agent d’exploitation qui groupe les personnes en fonction de la capacité de la remontée mécanique. Une fois les groupes constitués, chaque groupe avance à son signal.
  86. 86. LE TOURISME EN MONTAGNE DANS LES 6 À 24 PROCHAINS MOIS HÉBERGEMENTS : Certains hébergeurs s'adaptent déjà et indiquent que les check-ins et check-outs pourront être réalisés en ligne. Les clients pourront ouvrir leur porte de chambre ou d’appartement et leur casier à ski avec leur téléphone mobile. Les repas sous forme de buffet seront remplacés par des formules à la carte uniquement. Les clients devront placer leurs serviettes et draps dans des sacs de collecte et les disposer dans le couloir, afin que les femmes de ménage puissent les retirer sans avoir à rentrer dans la chambre pendant le séjour des clients. Pour aider leur personnel à faire le ménage des chambres entre le départ et l’arrivée des clients suivants, certains hôteliers envisagent de se doter d’appareils de désinfection tels que le CleanseBot. Ce petit appareil se présente comme un « tueur de bactéries ». Grâce à de l’intelligence artificielle (pour cartographier l’espace comme les robots aspirateurs et ne pas tomber du lit par exemple), 18 capteurs et une lampe à infrarouge qui permet d’éliminer 99,99% des bactéries, il est capable de nettoyer toutes les surfaces d’une chambre d’hôtel et en particulier le lit. Il possède une autonomie de 30 à 60 minutes selon le mode d’utilisation. Il peut être autonome (en se déplaçant tout seul sur une surface) où peut être tenu dans la main pour les endroits plus difficiles à atteindre. Pour le service en chambre, les plateaux seront déposés devant les portes des chambres et les clients devront les retirés une fois le personnel éloigné. Enfin, la mise à disposition de gel hydro alcoolique pourrait être renforcée et certains hébergeurs indiquent vouloir offrir des « tours de cou » à leurs clients.
  87. 87. LE TOURISME EN MONTAGNE DANS LES 6 À 24 PROCHAINS MOIS RESTAURATION : Plusieurs restaurateurs en station réfléchissent à développer une offre « traiteur » pour réaliser de la vente à emporter et de la livraison de repas, afin de compenser les éventuelles pertes financières liées à la limitation du nombre de clients présents en salle. En outre, pour les loueurs d’appartements, les services de livraison de courses avant l’arrivée des clients vont surement davantage se développer.
  88. 88. À QUOI POURRAIENT RESSEMBLER LES DESTINATIONS DE MONTAGNE DANS LE FUTUR ?
  89. 89. Parce que penser le tourisme en montagne à 6, 12, 24 mois est largement insuffisant pour faire face aux enjeux et aux défis qui s’imposent à tous les professionnels du tourisme, nous avons voulu imaginer à quoi pourraient ressembler les stations de montagne dans un futur plus lointain, c’est-à-dire d’ici 15 à 30 ans. Cette démarche fait suite à notre implication dans le cadre de la démarche Montagne du Futur porté par Isère Tourisme en 2017, Nous proposons ici une vision utopique et optimiste avec une approche du point de vue de l’utilisateur et des usages, mais sans prendre en compte la gestion des risques naturels en montagne, qu’ils soient liés au climat ou non. Nous avons ainsi envisagé les territoires de montagne sous 10 thématiques : 1. L’accessibilité et la mobilité 2. L’environnement naturel, l’énergie et les ressources 3. Le cadre de vie, architecture et l’urbanisme 4. Les nouveaux usages 5. L’accueil & l’ambiance 6. Le Co-living & hébergement 7. Le numérique 8. Les business models 9. La gouvernance 10. La réglementation LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  90. 90. L’ACCESSIBILITÉ ET LA MOBILITÉ : elles sont facilitées par la création d’ascenseurs valléens par câble et/ou drônes, ainsi que le développement de la mobilité douce intra-station. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050 © MND Group
  91. 91. L’ENVIRONNEMENT NATUREL, L’ÉNERGIE ET LES RESSOURCES : Une nature préservée avec une gestion durable cohabitera avec les activités humaines, grâce à l’implantation d’installations pilotes comme des fermes solaires par exemple. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  92. 92. LE CADRE DE VIE, L’ARCHITECTURE ET L’URBANISME : Les bienfaits de la montagne seront valorisés comme lieux de vie et de ressourcement. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  93. 93. LES NOUVEAUX USAGES : Une ouverture de la station toute l’année avec la création de lieux de vie et de laboratoires d’expériences partagées. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050 Thermes de Le Mônetier Les Bains, Serre Chevalier
  94. 94. L’ACCUEIL & L’AMBIANCE : Lieux de rencontres, d’échanges, d’apprentissage. Les stations de montagne viseront à développer la proximité relationnelle et le partage des valeurs de la montagne. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  95. 95. CO-LIVING & HÉBERGEMENT : Les bâtiments à énergie passive seront multi-usages. Ils comprendront des logements principaux, hôtels, des appartements en résidence locative, des chambres en EHPAD, salles de sports, piscine, laundry rooms, tous ces espaces partagés permettront d’accéder à des services gérés par une e-conciergerie. Il y aura aussi des programmes d’accueil d’entreprises, puisque le travail ne se fait plus dans des lieux totems, mais de chez soi ou dans des espaces de coworking. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050 cloudcitadel coliving à Briançon
  96. 96. LE NUMÉRIQUE : privilégier la qualité de vie, proposer des offres hyper personnalisées, expérimenter de nouveaux outils numériques. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  97. 97. LES BUSINESS MODELS : chacun participe aux charges et ressources de la station avec des circuits courts, des productions localisées, de l’artisanat et de l’agriculture. Les critères de succès ne sont plus le volume de forfaits vendus ou le nombre de nuitées commercialisées, mais la capacité à réinvestir tous les ans dans le territoire et dans les outils de production. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  98. 98. LA GOUVERNANCE : Elle est mixte public-privé et implique un engagement de tous les acteurs dans un projet de station partagé. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  99. 99. LA RÉGLEMENTATION sera adaptée à chaque destination, mais aura pour dénominateur commun de toujours mettre la nature, puis l’homme et enfin le business au centre des préoccupations. LES STATIONS DE MONTAGNE D’ICI À 2035-2050
  100. 100. À VOUS DE JOUER ! "Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent." Gaston Rébuffat
  101. 101. À NOUS DE JOUER ! Merci pour votre lecture ! Nous espérons que ces éléments d’analyse vous permettront de mieux appréhender les effets de cette crise sanitaire et économique, de décrypter l’avenir du tourisme en montagne dans ce contexte d’incertitude et de vous y préparer plus sereinement. En attendant la fin du confinement, nous restons mobilisées à distance pour vous accompagner et vous conseiller. Prenez-bien soin de vous !
  102. 102. AGENCE & SOURCES
  103. 103. pour les destinations touristiques et les marques de sports outdoor en Europe et Amérique du Nord. Agence marketing et communication digitale
  104. 104. Etudes prospectives Audits, Études Qualitatives & Quantitatives, Études de Marché & Benchmark Plans d’actions marketing & communication Management de la E-réputation & Communication de crise Stratégies de marque & Positionnement L’Agence Expertises Stratégies Digitales, Community Management & Relations Influenceurs Prestataire de formation datadocké et enregistré sous le n°82740222274 auprès du Préfet de Région Auvergne-Rhône-Alpes.
  105. 105. Un livre sur le Management et le marketing des station de montagne dans le monde (Ed. Territorial, Coll. Presses Universitaires du Sport, 2019) L’Agence Le livre 190pages 20+études de cas concrets 3 tendances pour le futur du tourisme en montagne 10+interviews d’experts internationaux 1 Préface par le Président d’Atout France http://bit.ly/33U9nH3 Fax : 04 76 05 01 63 Managementetmarketingdesstationsdemontagne Management et marketing des stations de montagne t. Celui d'un secteur té. En effet, rares sont t émerger les bonnes res, des entreprises et montagne constituent ale. Sur le plan macro- ntes avec la remise en de montagne, et une locomotive chinoise, es changements dans majeurs. Cet ouvrage par des personnalités oppée depuis plusieurs 94-2 par Armelle Solelhac Christopher Hautbois vités physiques et spor- à l'université Paris-Saclay, aster 2 Management des spécialisé dans le marke- tions sportives. Il a publié ement Review, European urnal of Sports Marketing université Grenoble-Alpes) on (ESCP Europe, Paris), e 275 stations de ski, dans our, elle a fondé SWiTCH, et communication spécia- outdoor, basée à Annecy 40+ tendances en digital marketing pour les stations
  106. 106. Toutes ces réflexions, ces chiffres et ces schémas ne sont pas entièrement les fruits de nos cerveaux. Avant d’être mûri, ils ont été soigneusement sélectionnés parmi les sources suivantes : 1. https://www.unwto.org/fr/healing-solutions-tourism-challenge 2. https://www.tourmag.com/Jean-Baptiste-Lemoyne-un-Comite-interministeriel-du-tourisme-courant-mai-pour-preparer-la-reprise_a103241.html 3. https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/10/04/le-tourisme-au-bord-de-l-overdose_5364503_3232.html 4. http://www.leparisien.fr/economie/coronavirus-jusqu-a-40-milliards-d-euros-de-perte-pour-le-tourisme-en-france-24-03-2020-8286756.php? 5. https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/coronavirus-le-scenario-catastrophe-de-lorganisation-mondiale-du-tourisme-1189858 6. https://www.midilibre.fr/2020/04/14/les-hypotheses-pour-sauver-ce-qui-peut-letre,8845405.php 7. https://www.tourmag.com/Ete-2020-la-baisse-de-l-activite-devrait-etre-atteindre-les-60-ou-70-selon-Jean-Pierre-Mas-EDV_a103236.html 8. https://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/communique-de-presse/13205-article/barometre-campings-com-les-francais-et-leurs-vacances-apres-le- confinement 9. https://www.tourhebdo.com/tourismedegroupe/actualites/loisirs/coronavirus-annee-noire-ou-annee-0-dun-nouveau-tourisme-549855.php https://theconversation.com/coronavirus-et-autres-maux-2020-annee-noire-pour-le-tourisme-mondial-133852 10. https://skift.com/2020/03/26/5-tourism-promotion-campaigns-hitting-the-right-notes-in-a-crisis/ 11. https://medium.com/the-forge-institute/the-imperative-for-innovative-thinking-tourism-recovery-in-the-midst-of-peak-covid-19-7a5c54a74ad 12. https://www.slopefillers.com/covid-19-messaging/ 13. https://www.thinkwithgoogle.com/intl/en-ca/covid-19-media-principles/ 14. https://www.skiinfo.fr/actualites/a/637312/le-monde-du-ski-et-de-la-montagne-se-mobilise-et-innove-pour-contrer-le-covid-19 15. https://fr.fashionnetwork.com/news/Etude-qu-attendent-les-consommateurs-des-marques-pendant-la-crise-,1201417.html 16. https://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/communique-de-presse/13259-article/etude-nationale-api-you-les-perspectives-de-consommation-hotellerie- restauration-des-francais-apres-le-confinement?fbclid=IwAR01JcIdGqtD91vTgnY_kE2iSzfNK_Fb-gIYShtkKHuzjzVshwaoLukvP0Y 17. https://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/banque-finances-economie/13261-article/covid19-deconfinement-crise-economique-experts-reprise-aide-le- pere-noel-existe-t-il 18. https://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/communique-de-presse/13259-article/etude-nationale-api-you-les-perspectives-de-consommation-hotellerie- restauration-des-francais-apres-le-confinement 19. https://www.lefigaro.fr/conjoncture/coronavirus-une-catastrophe-pour-le-tourisme-francais-20200414 20. https://www.tourism-review.com/french-tourism-will-suffer-long-term-news11480 21. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/bien-entendu/segments/entrevue/165306/industrie-tourisme-voyage-avions-hotels-restaurants-paul-arsenault- andre-desmarais 22. https://cms.europeanspas.eu/storage/uploads/2020/04/06/5e8b2ecf776e3Annex-II---WTTC-Coronavirus-Brief-External-3103.pdf 23. https://www.aquae-officiel.fr/2020/04/14/la-commission-europeenne-consulte-les-acteurs-du-tourisme/ 24. http://bbh-labs.com/brand-vaccines-marketing-in-the-time-of-covid-19/ 25. https://www.nativecommunications.com/reflexions-confinees 26. https://www.originoutside.com/insights/covid-19-ski-resort-response-and-recovery- timeline?fbclid=IwAR3S3aeXSgZet_4WJigmTyxZgCBVlnlC9HTkOPOcwpJ0jmx7hJsrx_wn-V8 27. https://www.tourmag.com/Ete-2020-la-baisse-de-l-activite-devrait-etre-atteindre-les-60-ou-70-selon-Jean-Pierre-Mas-EDV_a103236.html 28. https://www.lefigaro.fr/voyages/cartes-postales-du-monde-a-l-heure-du-covid-19-a-rio-le-tourisme-a-l-agonie-20200415 29. http://www.quotidiendutourisme.com/actualite/arrivees-de-touristes-recettes-quel-impact-va-avoir-le-covid-19-sur-le-tourisme-en-2020/192881 30. https://www.lechotouristique.com/article/vacances-dete-seuls-4-francais-sur-dix-seraient-prets-a-partir-dans-leur-region 31. https://www.lechotouristique.com/article/coronavirus-le-tourisme-paiera-encore-laddition-en-2022 32. https://www.lechotouristique.com/article/pandemie-lomt-prevoit-une-chute-de-20-a-30-du-tourisme-international-en-2020 SOURCES (1/3)
  107. 107. Suite : 33. https://www.sudouest.fr/2020/04/14/toujours-exclu-du-deconfinement-comment-le-tourisme-se-prepare-a-l-ete-7411458-10861.php 34. https://www.slideshare.net/Armellou/futur-du-tourisme-top-10-des-tendances-en-digital-marketing 35. https://www-huffingtonpost-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.huffingtonpost.fr/amp/entry/apres-le-coronavirus-notre-societe-va-changer-et-confirmer-ces-6- tendances_fr_5e7254c6c5b6f5b7c53cd8d5/ 36. https://www.tom.travel/2020/04/03/tribune-industrie-touristique-francaise-sous-covid-19-jour-apres 37. https://www.mmgyglobal.com/news/will-we-see-a-manifest-transformation-of-travelers/ 38. https://www.linkedin.com/pulse/10th-anniversary-eyjafjallaj%C3%B6kull-eruption-what-can-apply-palsdottir/ 39. https://www.maddyness.com/2020/03/29/point-de-vue-uberisation-crise-coronavirus/ 40. https://siecledigital-fr.cdn.ampproject.org/c/s/siecledigital.fr/2020/04/14/chine-une-boutique-hermes-realise-27-millions-de-dollars-au-premier-jour-du- deconfinement/?amp 41. https://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/communique-de-presse/13264-article/le-groupe-odalys-lance-une-offre-unique-sur-le-marche-pour-les- vacances-d-ete-baptisee-offre-serenite 42. https://www.lechotouristique.com/article/coronavirus-95-des-entreprises-du-tourisme-ont-recours-au-chomage-partiel 43. https://mobile-francetvinfo-fr.cdn.ampproject.org/c/s/mobile.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement-les-vacances-d-ete-seront-primordiales- pour-le-tourisme-faute-de-quoi-ce-sont-des-centaines-de-milliers-d-emplois-qui-seront-detruits-alerte-un-cabinet-d-etudes_3904161.amp 44. https://www.lechotouristique.com/article/coronavirus-les-23-recommandations-pour-aider-le-tourisme-a-gerer-la-crise-en-sortir-et-preparer-demain 45. http://www.etourisme.info/conseils-et-bonnes-pratiques-pour-nos-socio-pros-en-periode-covid-19/ 46. http://confinews.fr/tourisme-apres-les-corps-il-sera-utile-de-soigner-les-tetes/?fbclid=IwAR0qRsnzC7jjPLXP1U6GefRkEnpgR2dL7ovIpBAIh4YBAh0zjVDqD5igfjE 47. https://www.tom.travel/2020/04/14/hotellerie-cleansebot-robot-elimine-bacteries-chambre/ 48. https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/2020-03-26/covid-19-le-tourisme-de-montagne-fait-ses-comptes-843427.html 49. https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/2020-03-27/montagne-la-crise-du-covid-19-et-apres-843580.html 50. https://www-franceinter-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.franceinter.fr/amp/emissions/histoires-economiques/histoires-economiques-01-avril-2020 51. https://www.banquedesterritoires.fr/la-fermeture-des-stations-de-ski-jette-la-lumiere-sur-la-precarite-des-saisonniers 52. https://www.lombardodier.com/fr/contents/corporate-news/responsible-capital/2020/march/the-case-for-a-clean-stimulus-in.html 53. https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200318.OBS26214/edgar-morin-le-confinement-peut-nous-aider-a-commencer-une-detoxification-de- notre-mode-de-vie.html 54. https://www.illustre.ch/magazine/boris-cyrulnik-apres-lepidemie-y-aura-une-explosion-relations 55. https://www.lepoint.fr/economie/henri-giscard-d-estaing-on-aura-tous-une-grande-envie-de-vivre-02-04-2020-2369888_28.php 56. https://www.iloveski.org/fr/2020/03/27/covid-19-la-montagne-pourrait-elle-redevenir-a-la-mode/ 57. https://www.iloveski.org/fr/2020/03/21/comment-les-stations-de-ski-du-colorado-ont-gere-la-crise-du-coronavirus/ 58. https://www.millennium-digital.com/reussir-sa-transformation-digitale/entreprises-le-changement-cest-maintenant 59. http://www.quotidiendutourisme.com/tendances/davantage-de-slow-tourisme-en-2020-moins-de-tourisme-de- masse/191564?ct=t(La_revue_de_presse_Tourisme_Digital_59_COPY_01) 60. http://www.etourisme.info/conseils-et-bonnes-pratiques-pour-nos-socio-pros-en-periode-covid-19/ 61. https://www.franceinter.fr/emissions/histoires-economiques/histoires-economiques-01-avril-2020 62. https://www.tourmag.com/Exclusif-le-tourisme-va-chuter-de-85-d-avril-a-decembre-2020-_a103295.html 63. https://www.tourmag.com/Jean-Francois-Rial-Comment-voyagerons-nous-apres-la- pandemie_a103296.html?fbclid=IwAR3HfgPZzm0b57kO_tEh5Sta8kDrt69hCC35xI2v-5Aa_SwHbpu1k9nuLwQ 64. http://www.influencia.net/fr/actualites/in,tendances,que-feront-francais-apres-confinement,10124.html 65. https://www.tourmag.com/Le-voyageur-humain-l-indispensable-retour-aux-sources-du-tourisme_a103190.html 66. https://www.lechotouristique.com/article/coronavirus-95-des-entreprises-du-tourisme-ont-recours-au-chomage-partiel 67. https://mobile-francetvinfo-fr.cdn.ampproject.org/c/s/mobile.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement-les-vacances-d-ete-seront-primordiales- pour-le-tourisme-faute-de-quoi-ce-sont-des-centaines-de-milliers-d-emplois-qui-seront-detruits-alerte-un-cabinet-d-etudes_3904161.amp SOURCES (2/3)
  108. 108. Suite & Fin : 42. https://www.lechotouristique.com/article/coronavirus-les-23-recommandations-pour-aider-le-tourisme-a-gerer-la-crise-en-sortir-et-preparer-demain 43. http://www.etourisme.info/conseils-et-bonnes-pratiques-pour-nos-socio-pros-en-periode-covid-19/ 44. http://confinews.fr/tourisme-apres-les-corps-il-sera-utile-de-soigner-les-tetes/?fbclid=IwAR0qRsnzC7jjPLXP1U6GefRkEnpgR2dL7ovIpBAIh4YBAh0zjVDqD5igfjE 45. https://www.tom.travel/2020/04/14/hotellerie-cleansebot-robot-elimine-bacteries-chambre/ 46. https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/2020-03-26/covid-19-le-tourisme-de-montagne-fait-ses-comptes-843427.html 47. https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/2020-03-27/montagne-la-crise-du-covid-19-et-apres-843580.html 48. https://www-franceinter-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.franceinter.fr/amp/emissions/histoires-economiques/histoires-economiques-01-avril-2020 49. https://www.banquedesterritoires.fr/la-fermeture-des-stations-de-ski-jette-la-lumiere-sur-la-precarite-des-saisonniers 50. https://www.lombardodier.com/fr/contents/corporate-news/responsible-capital/2020/march/the-case-for-a-clean-stimulus-in.html 51. https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200318.OBS26214/edgar-morin-le-confinement-peut-nous-aider-a-commencer-une-detoxification-de- notre-mode-de-vie.html 52. https://www.illustre.ch/magazine/boris-cyrulnik-apres-lepidemie-y-aura-une-explosion-relations 53. https://www.lepoint.fr/economie/henri-giscard-d-estaing-on-aura-tous-une-grande-envie-de-vivre-02-04-2020-2369888_28.php 54. https://www.iloveski.org/fr/2020/03/27/covid-19-la-montagne-pourrait-elle-redevenir-a-la-mode/ 55. https://www.iloveski.org/fr/2020/03/21/comment-les-stations-de-ski-du-colorado-ont-gere-la-crise-du-coronavirus/ 56. https://www.millennium-digital.com/reussir-sa-transformation-digitale/entreprises-le-changement-cest-maintenant 57. http://www.quotidiendutourisme.com/tendances/davantage-de-slow-tourisme-en-2020-moins-de-tourisme-de- masse/191564?ct=t(La_revue_de_presse_Tourisme_Digital_59_COPY_01) 58. http://www.etourisme.info/conseils-et-bonnes-pratiques-pour-nos-socio-pros-en-periode-covid-19/ 59. https://www.franceinter.fr/emissions/histoires-economiques/histoires-economiques-01-avril-2020 60. https://www.tourmag.com/Exclusif-le-tourisme-va-chuter-de-85-d-avril-a-decembre-2020-_a103295.html 61. https://www.tourmag.com/Jean-Francois-Rial-Comment-voyagerons-nous-apres-la- pandemie_a103296.html?fbclid=IwAR3HfgPZzm0b57kO_tEh5Sta8kDrt69hCC35xI2v-5Aa_SwHbpu1k9nuLwQ 62. http://www.influencia.net/fr/actualites/in,tendances,que-feront-francais-apres-confinement,10124.html 63. https://www.tourmag.com/Le-voyageur-humain-l-indispensable-retour-aux-sources-du-tourisme_a103190.html 66. https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-tourisme/la-chronique-tourisme-26-avril-2020 67. https://vanat.ch/international-report-on-snow-mountain-tourism.shtml 68. https://www.cipra.org/fr/nouveautes/les-villages-dalpinistes-se-developpent-en-suisse 69. https://st-gervais.tartinvillephoto.com/vv/ascension-virtuelle-mt-Blanc.html 70. https://www.lapresse.ca/voyage/trucs-et-conseils/202004/09/01-5268750-dix-visites-virtuelles-dexception-pour-sevader-de-son-salon.php 71. https://www.alti-mag.com/alti-actus/confinement-quel-impact-sur-les-stations-de-ski 72. https://www.dici.fr/actu/2020/05/01/vie-reprend-stations-devoir-s-adapter-durablement-face-cette-crise-coronavirus-explique-laurent-1392613 73. https://www.skipedia.co.uk/2020/04/covid-19-uk-ski-industry-survey-results/ 74. https://www.lefigaro.fr/voyages/a-quoi-pourraient-ressembler-nos-vacances-d-ete-20200428 75. https://www.ledauphine.com/societe/2020/04/23/montagne-il-faut-rendre-le-ski-urbain 76. https://www.hevs.ch/fr/rad-instituts/institut-tourisme/actualites/impacts-du-coronavirus-sur-la-demande-touristique-future-23493 77. https://www.actumontagne.com/people/laurent-reynaud-15-a-20-de-ca-en-moins-pour-les-domaines-skiables/ 78. https://www.banquedesterritoires.fr/la-fermeture-des-stations-de-ski-jette-la-lumiere-sur-la-precarite-des-saisonniers 79. https://www.montagnes-magazine.com/actus-lettre-ouverte-redemarrage-activites-plein-nature-partir-11-mai 80. http://weloveski.intersport-rent.fr/fr/2019/10/montagne-futur-2035/ 81. http://www.switchconsulting.fr/blog/2018/02/01/a-quoi-ressemble-la-station-de-montagne-du-futur/ 82. https://www.novo-monde.com/coworking-coliving-france-cloudcitadel/ 83. https://www.tom.travel/2020/04/14/hotellerie-cleansebot-robot-elimine-bacteries-chambre 84. https://www-alternativemedia-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.alternativemedia.fr/domaines-skiables-de-france-annonce-le-bilan-provisoire-de-la-saison-dhiver- 2019-20/amp/ SOURCES (3/3)
  109. 109. Tel. + 33 (0) 675 705 859 infos@switchconsulting.fr www.switchconsulting.fr 1060 Tiger Tail Dr Riverside, CA 92506 USA 1029 Rue Longpré Mascouche, QC J7K 2X6 Canada 5 Route de Pringy 74940 Annecy-le-Vieux France EUROPE USA CANADA Suivez-nous sur

×