Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Escher

7,820 views

Published on

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Escher

  1. 1. MAURITS CORNELIS ESCHER
  2. 2. Biographie- Maurits Cornelis Escher est un artistenéerlandais, né en 1898 et mort en 1972, qui s’estprincipalement servi des techniques de la gravure etdu dessin.
  3. 3. - Après avoir développé sa technique dedessin au Lycée de Arnhem, il étudia entre1919 et 1922 à lécole dArchitecture et desArts Décoratifs de Haarlem.- Son père, qui était ingénieur, voulait qu’ilsoit architecte, mais lui était plus intéressépar le dessin pur et la gravure. - En 1922, il partit pour lItalie où ileffectua de nombreux voyages détudes etfit de nombreux dessins.
  4. 4. - Il représenta de nombreux paysagesitaliens vus sous des perspectivesinhabituelles, ainsi que des bêtes ou desplantes observées à la loupe.- C’est en Italie qu’il rencontra sa femme; ilse marièrent en 1924 et vécurent à Romejusqu’en 1935.- Pendant cette période, Escher visite lespays méditerranéens: Calabre, Sicile,
  5. 5. Corse, Espagne du sud, etc. et ramène denombreux dessins de ces voyages.- Cette première période entre 1922 et1937 est la période des paysages. Laplupart sont ceux dItalie ou de paysméditerranéens (Escher a aussi faitquelques portraits et natures mortes àcette époque).
  6. 6. Citadelle de Calvi, Corse (1928)
  7. 7. -Il quitta ensuite lItalie, le gouvernement fascistede Mussolini commençant à se rapprocherd’Hitler.- Il vécut ensuite en Suisse et à Bruxelles.-1937-1945 est la deuxième période de sacarrière. On peut l’appeler la période desmétamorphoses: ce sont des dessins danslesquels Escher fait des recherches à partir demotifs figuratifs (avec lesquels il crée desboucles).
  8. 8. Air et Eau (1938) – xylogravure, 44 X 44cm.
  9. 9. - A partir de 1941, il revint vivre aux Pays-Bas, dans la ville de Baarn et y resta jusqu’à samort.- 1946-1956 : c’est la période de la perspective.Les œuvres utilisent aussi bien des perspectivesclassiques que des anamorphoses cherchant àélargir le plus possible le champ de vision(théorie de la perspective courbe dans les troisdirections de lespace de Leonard de Vinci).
  10. 10. Main tenant un miroir sphérique Equipartition spatiale cubique(1935) – lithographie, 31 x21 cm (1952) – lithographie, 26x26 cm
  11. 11. - 1956-1970 : la période de linfini. Eschers’intéressait aux limites de linfiniment petit, etde linfiniment grand, ainsi qu’à créer desboucles infinies en trichant sur les règles de lareprésentation en perspective.
  12. 12. Smaller and smaller(1956)lithographie
  13. 13. Œuvre pour l’oral d’Histoire des Arts
  14. 14. Titre: Montée & Descente de M.C. EscherDate: 1960Technique : lithographieGenre: dessinDimensions: 35,5 x 28,5cmMusée Escher (La Haye)
  15. 15. ContexteCette œuvre appartient à la dernière partie de sacarrière, mais elle est également liée à ses recherches surla perspective.Escher y détourne en effet les techniques et les effets dedessin en perspective afin de donner l’illusion d’unvolume impossible dans la réalité.Le but de cette illusion est de créer une sorte de bouclesans fin à partir d’un escalier.Escher a réalisé d’autres œuvres basées sur des espacesparadoxaux qui perturbent notre perception.
  16. 16. Cascade (Mouvement perpétuel) – (1961) Relativité – (1953)
  17. 17. DescriptionL’œuvre est la reproduction en noir etblanc d’un dessin sur pierre calcaire.Il représente un bâtimentcomplexe, une sorte de monastère àplusieurs étages, vu en plongée.Le dessin est très précis et détaillé.Escher y utilise de très nombreusesnuances de gris qui vont du noir aublanc pour produire des effetslumineux qui soulignent les volumes.Ces derniers sont construits enutilisant une perspective à 3 pointsde fuite (droite, gauche et bas).
  18. 18. Même si l’utilisationapparemmentprécise de laperspective donne unaspect rigoureux à cedessin, Escher ydétourne les règlesde la perspectivepour y créer un objetimpossible.On voit en effet au sommet du bâtiment, 25 personnages (peut-être des moines) qui se croisent sur un escalier. Une partie semblemonter et l’autre descendre . Cependant, ils tournent tous enrond, car l’escalier forme en fait une boucle sans fin, impossibledans la réalité.
  19. 19. InfluencesLe travail de M.C. Escher est en partie inspirépar les mathématiques, et il se base sur desfigures comme le ruban de Möbius, le cube deNecker ou le triangle de Penrose qui sont tousdes « objets impossibles ».Il était d’ailleurs ami avec le mathématicienRoger Penrose, ce qui influença en partie sontravail artistique.
  20. 20. Ruban de Möbius (ou Moebius) Cube de Necker
  21. 21. Triangle de Penrose
  22. 22. Le triangle de Penrose est un objet qui ne peut exister que sur une surface en deuxdimensions. En réalité, cela représente un objet solide, fait de trois poutres carrées quis’entrecroisent. Toutes les poutres sont perpendiculaires aux deux autres et sontreprésentées en perspective cavalière. Mais selon le point de vue choisi, elles semblentformer un triangle dont le volume est impossible.
  23. 23. AnalyseLa base des figures impossibles estd’utiliser le dessin pour tricher.La perspective est déjà une forme de« triche » puisqu’on donne l’impressionde volume (de trois dimensions) sur unesurface (sur deux dimensions). Un château en Espagne (1928)
  24. 24. Les figures impossibles se permettent juste de tricher enplus avec les règles de la perspective. Cela permet dereprésenter un objet qui lui ne pourrait pas exister dans laréalité.Plusieurs explications peuvent être données sur lamanière dont Escher a triché pour Montée et Descente.Le « trucage » se situe uniquement dans l’escalier, le restedu dessin respectant les règles de la perspective.
  25. 25. A partir d’un escalier normal, où les marches finissent par passer endessous des premières, il suffit d’utiliser la liberté offerte par le dessinpour raccorder les premières marches aux dernières, alors que lesrègles du dessin en perspective les placent normalement sur des plansdifférents.On voit également l’anomalie du dessin dans le nombre différent demarches entre les différents côtés. De plus la tricherie modifieégalement les lignes de fuite: la forme de l’escalier est un trapèze etnon un carré ou un rectangle (il n’y a pas d’angles droits).
  26. 26. On peut d’ailleurs réaliser le même effet de trompe l’œil en réalisantl’édifice et en le prenant en photo du même pointe de vue qui dissimulele trucage.
  27. 27. Pour conclure on peut dire que M.C.Escher s’est souvent servi de sa trèsgrande maîtrise technique pourréaliser des œuvres ludiques.Il cherchait à créer des images qui ontl’air rigoureuses au premierabord, mais qui se révèlent en faitsurprenantes et absurdes.

×