Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Restitution évènement Ouishare, Nouvelle Aquitaine, la ruée vers l'ouest

97 views

Published on

Restitution de l’événement
du 23 janvier à Darwin

Qu’est-ce qui fait territoire ?
Grâce à la présentation de l’étude Sharitories du Lab OuiShare x Chronos et à une table ronde d’acteurs locaux qui repensent les raisons et les manières de vivre ensemble, nous mettons en exergue des alternatives pour remédier à la relégation de certains territoires de Nouvelle-Aquitaine.

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Restitution évènement Ouishare, Nouvelle Aquitaine, la ruée vers l'ouest

  1. 1. Nouvelle Aquitaine, la ruée vers l’Ouest ! Restitution de l’événement du 23 janvier à Darwin Qu’est-ce qui fait territoire ? Grâce à la présentation de l’étude Sharitories du Lab OuiShare x Chronos et à une table ronde d’acteurs locaux qui repensent les raisons et les manières de vivre ensemble, nous mettons en exergue des alternatives pour remédier à la relégation de certains territoires de Nouvelle-Aquitaine. 1
  2. 2. Sommaire 1. Présentation de OuiShare 2. Restitution de l’étude Sharitories 3. Enjeux du collaboratif en Nouvelle-Aquitaine 4. Les initiatives et l’émergence d’un élan citoyen 5. Conclusion 2
  3. 3. 1. Présentation de OuiShare NOUVELLE-AQUITAINE 3
  4. 4. OuiShare est un collectif international décryptant et accompagnant les émergences numériques et collaboratives. Notre coeur d’expertise : rassembler les acteurs et penseurs de l’écosystème, analyser les enjeux stratégiques des transformations collaboratives, faire émerger des dispositifs innovants pour expérimenter et accompagner de nouvelles pratiques. Association à but non lucratif fondée en janvier 2012 à Paris, OuiShare est aujourd’hui un réseau de 80 membres actifs “connectors” en Europe et Amérique Latine. OuiShare : Qui sommes-nous ? 4
  5. 5. Un collectif global de 80 “Connectors” OuiShare est un collectif global d’innovateurs et d’entrepreneurs qui construisent des communautés locales et des projets autour de l’ économie collaborative, les communautés et les transformations digitales. Un réseau global, des communautés locales De Paris à Berlin, Barcelone, Rio or Londres, nos connectors ont bâti un réseau solide de communautés locales , sources de connections fructueuses et d’identification de signaux faibles. Des festivals & conférences reconnus OuiShare Fest (Paris, Barcelone) et ColaborAmerica (Rio) sont des festivals de 1er plan consacrés aux formes de l’ économie collaborative, aux communautés émergentes, et aux transformations digitales, avec la crème des innovateurs internationaux, influenceurs et professionnels Media Online OuiShare Magazine, un média en ligne international qui publie des analyses poussées sur la société collaborative ; et “Le Blog de la Conso Collaborative” le blog français référent sur l’économie collaborative. Think Tank & Recherches OuiShare crée un savoir ouvert et des idées neuves à travers des partenariats de recherche, sur des sujets tels que l’impact de l’économie collaborative, les nouveaux modèles de revenus ou de gouvernance. Un incubateur de communautés OuiShare accueille des communautés émergentes qui rassemblent des innovateurs et des résidents pour inventer de nouvelles pratiques, de nouveaux produits et réglementations dans des champs comme la durabilité open source (POC21 innovation camp),le futur de la mobilité (La Fabrique des Mobilités, by ADEME) et les villes collaboratives (Sharitories) La formation professionnelle Avec “OuiShare Up“, notre programme de formation, nous aidons les professionnels à comprendre les règles de la nouvelle économie et à conduire un changement signifiant au sein des entreprises et des institutions. La Transformation organisationnelle Transmettre l’expérience de OuiShare aux entreprises motivées pour transformer leurs cultures et leurs organisations. OuiShare aujourd’hui 5
  6. 6. OuiShare en Nouvelle-Aquitaine c’est une équipe soudée par les mêmes attentes et réunissant des compétences complémentaires. OuiShare en Nouvelle-Aquitaine Nos missions: ● Accompagner les acteurs locaux dans la connaissance des nouveaux modèles organisationnels et économiques ● Diagnostiquer des besoins concrets que l’économie collaborative peut participer à combler ● Cartographier les initiatives régionales qui émergent pour en faire bénéficier les acteurs publics et privés. Nos compétences: ● Conception et animation d’ateliers ● Veille et production de contenus (texte et vidéo) ● Accompagnement et coaching ● Communication et réseaux sociaux ● Entrepreneuriat et méthodes agiles 6
  7. 7. 2. Restitution de l’étude NOUVELLE-AQUITAINE Les pratiques collaboratives au service des territoires 7
  8. 8. Les récentes recherches menées par le Lab OuiShare x Chronos au travers de l’exploration Sharitories montrent que les pratiques issues de l’économie collaborative peuvent constituer un levier puissant de lien social et d’attractivité économique pour les territoires. Ces pratiques englobent quatre grands piliers : la consommation collaborative, la production distribuée, le financement participatif et la gouvernance partagée. Les villes dites moyennes ont intrinsèquement un atout : leur taille justement. Elles sont le point de rencontre entre une masse critique d’habitants nécessaire pour mobiliser des communautés et le niveau de proximité adéquat pour créer de la confiance. Ni trop denses comme les métropoles, ni trop diffuses comme les zones rurales. Sharitories en quelques mots et 1 schéma www.sharitories.eu 8
  9. 9. 9
  10. 10. 10
  11. 11. 11
  12. 12. 12
  13. 13. 3. Enjeux du collaboratif en Nouvelle-Aquitaine NOUVELLE-AQUITAINE Problématiques du redécoupage régional. Perte de repères des habitants et métropolisation 13
  14. 14. En Nouvelle-Aquitaine, la fusion des régions a créé un territoire plus étendu avec des disparités de moyens entre la métropole bordelaise et les autres territoires. Des villes petites et moyennes connaissent une fuite des ressources humaines et matérielles les entraînant vers un sentiment de relégation dont on voit déjà trop souvent les effets (vacances commerciales, vide médical et juridique, quartiers fantômes). L’économie collaborative peut permettre à ces territoires de changer de vision, de redynamiser le tissu social et surtout, de passer de l’isolement à l’autonomie. Si le tableau socio-économique de la Nouvelle-Aquitaine soulève de nombreuses questions parfois douloureuses, il ne faut pas s’enfermer dans une victimisation citoyenne et au contraire, montrer que des émergences positives sourdent de toute part et peuvent essaimer, contaminer positivement, l’ensemble de la région. Elles peuvent prendre plusieurs formes, publiques, privées ou hybrides : laboratoires d’innovations territoriales, tiers lieux ou écosystème, monnaies d’usage ou localisées, nouvelles manières de pratiquer son activité. Toutes ont pour vocation première de fédérer les volontés d’agir pour le développement du territoire. Dans son livre “faut-il redonner le pouvoir aux maires”, Benjamin R Barber reprend Tocqueville qui écrivait “la liberté est municipale” . Ce sont dans les villes que l’on naît, grandit, apprend et vit. La plupart des villes sont bien plus anciennes que les Etats dans lesquels elles existent aujourd’hui. Elles ont de nombreux atouts, comme promouvoir la créativité, le consensus et l’échange. Les villes peuvent s’organiser en réseaux car elles sont interdépendantes par nature : elles ne peuvent se suffire à elles-mêmes et n’ont pas d’autorité souveraine à défendre. Comment s’articulent et se développent ces villes au sein d’un découpage régional qui donne la part belle à la métropole ? Comment se parler “de ville à ville” sans s’entraver dans le millefeuille de l’administration territoriale ? Les maires et modérateurs locaux devront-ils acquérir des compétences en ingénierie des collectivités pour avoir voix au chapitre ? Dans ces conditions, on peut presque dire qu’il est normal d’avoir une centralisation maitrisée à l’échelle régionale pour être entendu à l’échelle nationale. La solution ne réside-t-elle pas alors dans le développement d’initiatives collaboratives locales pilotées par les habitants ? Entre financement participatif, monnaies complémentaires, collège décisionnel, outils de mise en réseau de pair à pair, les alternatives pour recréer du lien, qu’il soit social ou économique, existent. Elles ne demandent qu’à être portées pour ré-enchanter l’appartenance à son terroir et partant de là redonner l’envie de solidarité “intervilles” (rien àvoir avec Guy Lux). Préambule 14
  15. 15. En Nouvelle Aquitaine le taux de satisfaction du cadre de vie quotidien est de 30% ce qui place la région en queue de peloton (avec l’Ile de France en bon dernier à 24%). A titre indicatif le meilleur du classement, la région Auvergne Rhône-Alpes a un taux de satisfaction de 47% soit 17% de plus. Autre phénomène intéressant, la région n’intervient qu’en troisième position des unités territoriales auxquelles les français sont attachés derrière la France et la commune (ou quartier). A cela s’ajoute un très mauvais classement de la Nouvelle-Aquitaine sur l’attachement régional: 9ème sur 12. Enfin, la région se classe également parmi celles dont les habitants se sentent les plus délaissés par les pouvoirs publics et qui pensent que cela va se dégrader d’ici les 5 prochaines années (moyenne française 28% , Nouvelle-Aquitaine 35%). Ces classements sont très affectés par des facteurs socio-économiques (l’ âge, le niveau de revenus et de diplômes) et c’est notamment sur la question des revenus que le bas blesse en Nouvelle-Aquitaine. Si la région dans son ensemble affiche l’image d’un territoire d’une relative homogénéité dans les revenus, le paysage à la loupe révèle d’ énormes disparités entre les départements (littoral vs intérieur).   Cela pose une question majeure sur ce qui fait territoire (comme le souligne très bien le CESER dans son rapport « faire territoire(s) ») tant au niveau de l’échelle que des valeurs partagées. Comment expliquer cette mauvaise place alors que la Nouvelle-Aquitaine au niveau national donne l’image d’une région très attractive du point de vue notamment de la qualité de vie ?   Chez OuiShare nous sommes convaincus que les pratiques collaboratives peuvent suppléer parfois et accompagner le plus souvent les pouvoirs publics par une responsabilisation citoyenne transformant les habitants en pourvoyeurs des remèdes à leurs propres maux. Alors le collaboratif comme auto-médication locale ? Quelques chiffres…qui font peur ! Source: CREDOC- les Français et leurs territoires N°336 – Novembre 2017 15
  16. 16. Il ne faut pas confondre métropole et métropolisation. La métropole est un statut auquel accèdent les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité́ propre qui forment, à date un ensemble de plus de 400 000 habitants dans une aire urbaine de plus de 650 000 habitants. La métropole bordelaise, Bordeaux Métropole – 28 communes, 750 000 habitants dans une aire urbaine de 1 178 000 – est la seule en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) à satisfaire à ces critères et se trouve donc la seule métropole de la plus grande région française. What is la Métropolisation ? Du coup tout est en place pour activer le phénomène de métropolisation. La notion de « métropolisation » fait réfé-rence à une dynamique, qui prend davantage en compte l'activité économique et les emplois. Selon le CGET, la métropolisation « se caractérise par l’accroissement du poids des grandes villes dans la répartition de certaines fonctions ». Elle se traduit par « la polarisation, la hiérarchisation, la spécia- lisation et la mise en réseaux (connectivité, coopérations). Ces pôles animent une communauté́ de territoires qui font système dans l’espace mondial à une échelle locale, interrégionale et internationale ». Source: Insee Dossier Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes N° 3 – Septembre 2016 Que ce soit dans l’aménagement numérique, comme dans la citation ci-contre, ou dans l’ensemble des secteurs publics, le risque majeur consiste en une centralisation verticale des prises de décisions faisant fi des spécificités locales. « Loin des yeux, loin du cœur » dit le proverbe. Quand on voit la fuite des fonctionnaires de catégorie A, on peut se dire qu’en plus cela peut faire effet boule de neige reléguant les villes de Nouvelle-Aquitaine au rang de villes dortoirs. 16
  17. 17. 4. Les initiatives et l’émergence d’un élan citoyen NOUVELLE-AQUITAINE Équilibrer, essaimer et responsabiliser dans une région aussi variée qu’elle est vaste 17
  18. 18. Rejoignez les fous qui dansent sur la colline. Lors de la table ronde lors de laquelle nous avons eu la chance d’avoir des intervenants qui, en tant que porteurs de projets aboutis, sont autant de porteurs d’espoir. Tous, qu’ils fassent partie du secteur public ou qu’ils soient simples citoyens, ont identifié des problèmes qu’ils pouvaient participer à résoudre: • manque de dialogue entre les acteurs régionaux, • difficulté de redynamiser l’économie locale, • peur et donc refus des nouveaux acteurs de l’économie collaborative et numérique, • manque d’appui et de lieu pour développer de nouveaux modèles économiques et sociétaux. Ces acteurs ont menés leurs projets à bout de bras et ont obtenu des résultats concrets. Ils témoignent qu’une voie vers la responsabilisation et la prise en main individuelle porte ses fruits. Hélas, ils nous montrent également et c’est le revers de la médaille qu’encore une fois le fatalisme et la résignation, ne sont pas neutres mais freinent aussi les initiatives de ceux qui veulent faire bouger les lignes. la conclusion est que tout leader inspirant qu’ils soient, ils ont besoin d’un soutien collectif pour que d’autres initiatives émergent. 18
  19. 19. Problématique: La région se classe également parmi celles dont les habitants se sentent les plus délaissés par les pouvoirs publics et qui pensent que cela va se dégrader d’ici les 5 prochaines années (moyenne française 28% , Nouvelle-Aquitaine 35%). Selon un sondage OpinionWay paru en 2015, 74 % des Français estiment que les idées doivent venir des citoyens pour aider les élus à agir et décider. Absence de connexion avec l'usager dès lors qu'on est entre administrations. Eviter de travailler en silo et de fournir une solution complètement éloignée des besoins des usagers. FICHE 1: Communiquer horizontalement Initiative pour la résoudre: La Base, le laboratoire d’innovation territoriale de Nouvelle-Aquitaine. Mission : Réapprendre aux différents acteurs publics à partager les informations et à tisser un réseau de bonnes pratiques pour partager les ressources et les expériences. améliorer la collaboration entre les services déconcentrés de l'Etat et les collectivités pour expérimenter de nouvelles méthodes et élaborer des solutions innovantes en simplifiant les relations avec les usagers. Loin des schémas traditionnels de gouvernance et à l'ère de l'empowerment, basé sur le pouvoir d'agir des citoyens, LaBase souhaite devenir le moteur d'une dynamique de participation citoyenne.  Susana Avila, Responsable d’animation de LaBase Nous voulons faire parler les acteurs au niveau du territoire, et agir à la hauteur des enjeux (et pas petit à petit) sur les grands sujets de transition : écologique, numérique, territoriale… Ce qui est important : avoir un ancrage local avant d’utiliser le numérique : oui c’est très important. A l’échelle la plus petite, on voit les usages, actuels ou en projection. Il faut partir des usages, pour ensuite designer un service ou un schéma d’entraide. 19
  20. 20. Problématique: La France a inventé l’intercommunalité pour réduire le morcellement venant du grand nombre de communes. Cela a abouti de fait à un « bloc local » d’environ 2 200 entités, et non pas 35 000 communes. Il existe deux particularités françaises. Les élus locaux exercent une sorte de monopole de l’expression des intérêts locaux et comparativement au reste de l’Europe, la place de la société civile est faible ; les capacités arbitrales sont exclusivement celles de l’État ce qui n’aide pas les territoires à « grandir » et à organiser entre eux ce fédéralisme qui nous manque. Ce sont les figures de l’élu et de l’État, adossées l’une à l’autre, qui font la spécificité de la France – Martin Vanier FICHE 2: Responsabiliser les citoyens Initiative pour la résoudre: La MIEL, la monnaie d’intérêt économique local Mission : Dynamiser les échanges locaux et l’économie locale car la validité de la monnaie est limitée à un territoire, au service de la force économique locale (petits commerces de proximité, producteurs locaux, etc.). Maintenir les emplois dans le territoire et d’en créer de nouveaux car en encourageant la consommation locale La MIEL relance l’économie locale. Favoriser les échanges entre citoyens car la monnaie est un symbole identitaire fort. Ainsi, le fait de se retrouver autour d’un système d’échange commun crée de la cohésion et favorise les liens sociaux. Réduire l’impact écologique car la création d’une monnaie encourage les producteurs locaux, et par conséquent les circuits courts.  Philippe Labansat, fondateur de La MIEL Essayer de relocaliser l’économie, de relancer les échanges, faire de la pédagogie, faire réfléchir les gens sur ce à quoi sert la monnaie et la capacité à faire des choix. Cela est en lien et en réseau avec d’autres initiatives de l’ économie alternative. La monnaie a créé l’effet réseau, avec la volonté de faire le choix de la coopération. On est convaincu de tout ce qu’on peut apporter aux territoires. La question est : est-ce que les collectivités sont prêtes à coopérer ? 20
  21. 21. Problématique: Les habitants de territoires éloignés de la métropole peuvent être pris dans un étau. D’un côté ils se retrouvent aculés par la fuite des appuis institutionnels vers Bordeaux et de l’autre côté pressés par l’arrivée de nouveaux acteurs numériques qui leur passent au—dessus de la tête (au propre comme au figuré). Comment alors faire germer des initiatives qui se réapproprient les territoires sur ces secteurs dont ils sont dépossédés (transports, commerce de proximité, restauration, tourisme) ? FICHE 3: Engager des dynamiques locales indépendantes Initiative pour la résoudre: Politique d’innovation de l’Office de Tourisme Val de Garonne Mission : Rebooster le tourisme régional en perte de vitesse, repenser l’utilisation des offices de tourisme en tant que lieu vivant (tiers lieu, coworking) et intégrer les habitants dans la proposition touristique. Absorber les dynamiques de plateformes pour ne pas se faire absorber par elles en fédérant de jeunes start-ups locales. Marion Oudenot, chargée de développement Comment redynamiser les offices de tourisme et juguler le manque de fréquentation (peut-être car on n’a pas vu les changements venir). Le projet de Tiers-Lieu est né : quels sont les usagers dans la commune et comment on fait basculer un office de tourisme vers un tiers-lieu. Est-ce qu’on a le droit de recommander un Airbnb par rapport à un gîte ? Nous devons considérer les acteurs collaboratifs comme une opportunité, des leviers de développement touristique. Nous avons donc travaillé avec les start ups pour créer le tourisme de demain ensemble. 21
  22. 22. Problématique: Comment pérenniser un écosystème fait d’initiatives qui n’ont pas encore de modèles économiques. Comment convaincre les pouvoirs publics de ne pas céder aux aux grandes enseignes et aux promoteurs qui créent de la valeur court-terme et de laisser des espaces de développement à ces initiatives éco-responsables, sociales et solidaires qui créent de la valeur long terme. FICHE 4: Sensibiliser et soutenir quand les pouvoirs publics ne le peuvent plus Initiative pour la résoudre: Darwin, l’écosystème de la caserne Niel Mission : Se réapproprier des friches urbaines de manière citoyenne, responsable et autonome (que ce soit énergétiquement et politiquement). Préserver l’Histoire des lieux tout en la sublimant. Se développer en marge des pouvoirs publics tout en étant irréprochables. Rester fidèle à des principes et des engagements forts tout en restant accessible et attractif pour les habitants. Faire rayonner des valeurs éco-responsables, sociales et solidaires au-delà de son territoire. Gérer la croissance de son initiative pour continuer à apporter de la valeur localement. Jean-Marc Gancille, fondateur et directeur de la transition écologique de DARWIN Certains sujets ont progressé en revanche il y a encore d’énormes synergies qui font qu’on ne va jamais aussi vite qu’on le voudrait. Il y a une certaine frustration et de l’inquiétude car certaines initiatives sont très précaires et ne trouve pas le soutien qu’on espérerait face à des modèles économiques qu’on ne change pas… Quand on devient gros comme nous on est moins innovant, moins immersif et il y a une autre étape celle du partage de savoir. 22
  23. 23. Conclusion NOUVELLE-AQUITAINE « Si chacun balayait devant sa porte, comme la ville serait propre ! » proverbe russe 23
  24. 24. LES ANGOISSES Il ne s’agit plus pour nous de parler de transition, mais d’endiguement. La transition c’est un entre-deux, un espace flottant où l’on transite voire on transige. Pendant ce temps de latence, des phénomènes sociaux et environnementaux imposent leur implacable rythme. L’inertie sociale a du mal à reculer quant à la catastrophe environnementale (réchauffement, extinction des ressources essentielles au vivant, prolifération des ressources nocives au vivant). Les petites villes et villages de France, dont on vantait il y a 20 ans le bon vivre, sont aujourd’hui devenus les quartiers prioritaires jusque-là cerclés aux zones péri-urbaines. Ré-enchanter sa vie en ré-habitant sa ville L’OPTIMISME Plus les enjeux sont prégnants, plus les solutions émergent. C’est quasiment une loi. Nous avons besoin d’être acculés pour rebrancher notre cerveau en mode action. L’économie collaborative est arrivée à maturité, elle n’est plus ce vague élan un peu “bisounours” qui faisait sourire les cyniques et désespérait les acteurs. Aujourd’hui la mutualisation des ressources et des compétences, l’équilibre des flux de valeurs sont des réalités tangibles accompagnés d’outils pour les mettre en place. Le phénomène de relégation s’est étendu. Cela est d’autant plus vrai en Nouvelle-Aquitaine qui, malgré son statut de plus grande région de France, n’a qu’une seule jeune métropole cherchant à se donner du poids “économiquement parlant”. A la manière de la fuite des cerveaux consistant au départ des chercheurs de talent vers les Etats-Unis car la France ne pouvait plus rivaliser en terme de rémunération, les fonctionnaires de grade-A rejoignent tous la Métropole. Par effet boule de neige, ils sont suivis par les agents puis les professions libérales et les commerçants. Et que se passe-t-il à Pau, Limoges ou Poitiers ? 24 C’est ce qu’on voit aujourd’hui, de jeunes adultes réinvestissent les villages et y recréent des dynamiques économiques. Des mairies mettent à disposition des endroits désertés en y ajoutant des aides et mesures d’attractivité (comme à Marmande). Alors oui si les Prométhées de tout poil nous ont mis dans le rouge, c’était peut-être un mal nécessaire pour faire naître une humanité consciente, respectueuse de son passé et de ses racines mais plus encore respectueuse de son futur.
  25. 25. Ressources NOUVELLE-AQUITAINE 25 http://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2017/12/29/l-economie-collaborative-levier-d-un-nouve au-recit-pour-les-villes-moyennes_5235613_4811534.html#Q7VtWFA46ht2tc7t.99 http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/12/12/loin-de-paris-une-autre-centralisation_504743 8_823448.html https://objectifaquitaine.latribune.fr/politique/2017-01-18/bordeaux-le-fonctionnement-economiqu e-de-darwin-reste-inchange.html https://www.gironde.fr/actualites/labase-un-nouvel-espace-dinnovation-territoriale http://www.etourisme.info/val-de-garonne-loffice-de-tourisme-startup/ http://imprimaturweb.fr/2017/03/22/la-miel-une-monnaie-qui-rapproche/ https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/comment-est-nee-la-nouvelle-aquitaine-1 035541.html Rapport “faire territoire(s)” - CHEMINER et INSPIRER - CESER- 2018 Rapport “les français et leurs territoires - CREDOC/CGET - 2017 Dossier Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes N° 3 - Insee /CESER– Septembre 2016 Dossier de presse - Action coeur de ville - Minist. de la cohésion des territoires - 2017
  26. 26. #Sharitories @OuiShare_Fr @DarwinBdx Nous suivre et nous contacter NOUVELLE-AQUITAINE 26 OuiShare Bordeaux OuiShare Global Marie-Gabrielle Favé - connector Nouvelle-Aquitaine 06 44 08 32 26 - marie.gabrielle.fave@gmail.com Profil LinkedIn - Twitter : @MGFave Alexandre Mézard - ambassadeur Sharitories Nouvelle-Aquitaine 06 77 92 16 47 - almezard@gmail.com LinkedIn - Twitter: @almezard

×