Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Livre Blanc - partie 2 - "L'accès à l'information et aux Réseaux Sociaux rend-il plus innovant.e ?"

25,819 views

Published on

Composé de deux tomes, le premier en français et le second en espagnol, ce 5eme livre blanc, sur le thème de l'accès à l'information et de l'innovation, propose le regard de plus de 180 participants sur les résultats d'une étude publiée dans la « MIT Sloan Management Review » qui indiquait que les utilisateurs de Twitter seraient plus innovants que les autres ! Interrogeant sur les sources d'inspiration permettant le développement de l'innovation et la découverte de nouvelles idées, ce livre blanc vise à partager des avis variés sur ce thème.

Published in: Business
  • Nice !! Download 100 % Free Ebooks, PPts, Study Notes, Novels, etc @ https://www.thesisscientist.com/top-30-sites-for-download-free-books-2018
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here

Livre Blanc - partie 2 - "L'accès à l'information et aux Réseaux Sociaux rend-il plus innovant.e ?"

  1. 1. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 1 L’ Par Alban Jarry & Collectif Couverture Jean-Denis Garo et Vincent Perquira
  2. 2. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 2 Livre Blanc publié avec le soutien de : Associations, écoles, médias, journaux et blogs
  3. 3. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 3 Sponsors du Livre Blanc et du Blog : GOLD SPONSOR DU BLOG albanjarry.wordpress.com SPONSORS DU BLOG albanjarry.wordpress.com Publication : mars 2018 ISBN : 978-2-900819-00-5 EAN : 9782900819005 © 2018 albanjarry.wordpress.com - Tous droits réservés
  4. 4. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 4 Sommaire 1 INTRODUCTION ................................................................................................................................. 7 1.1 PREFACE ...........................................................................................................................................7 1.2 PARTICIPANTS ....................................................................................................................................9 1.3 SOUTIENS..........................................................................................................................................9 1.4 AVERTISSEMENT A PROPOS DE CE LIVRE BLANC........................................................................................10 1.5 OBJECTIFS DE CE LIVRE BLANC..............................................................................................................10 1.6 À PROPOS DE CE LIVRE BLANC ..............................................................................................................10 1.7 COPYRIGHT......................................................................................................................................11 2 REGARDS SUR LES RESEAUX SOCIAUX ............................................................................................. 12 2.1 STEPHANE DE JOTEMPS : L’INNOVATION NAIT DE LA DIVERSITE...................................................................12 2.2 JEROME JUBELIN : LE CERVEAU INNOVANT A L‘HEURE DES RESEAUX SOCIAUX ................................................15 2.3 BEATRICE JUDEL : L’INFORMATION AU SERVICE DE L’INNOVATION...............................................................17 2.4 DIANE DE JUNNEMANN : APPROFONDIR SES CONNAISSANCES....................................................................18 2.5 FLORENCE KARRAS : CREER OU TROUVER DES SOLUTIONS NOUVELLES .........................................................19 2.6 RAPHAEL KRIVINE : INNOVATION, MEDIAS SOCIAUX… ET EGALITE !.............................................................21 2.7 RAPHAEL LABBE : LA SERENDIPITE : L'ARME ABSOLUE DU MANAGER POUR RESTER INNOVANT ..........................23 2.8 OLIVIER LABORDE : 3 USAGES DE TWITTER.............................................................................................25 2.9 FABRICE LAMIRAULT : COMMENT LES ENTREPRISES PEUVENT DEVENIR PLUS INNOVANTES GRACE AUX RESEAUX SOCIAUX.....................................................................................................................................................30 2.10 FRANÇOIS LAURENT : LES MEDIAS SOCIAUX N’ONT JAMAIS RENDU INTELLIGENTS.......................................32 2.11 CLAIRE LAVIELLE : INTERNET A CONSIDERABLEMENT REVOLUTIONNE NOTRE FAÇON D’INNOVER....................34 2.12 KARINE LAZIMI CHOURAQUI : ETRE OU NE PAS ETRE INNOVANT(E).........................................................36 2.13 HUBERT LECLEZIO : L’INNOVATION AU CŒUR D’UN ECOSYSTEME ...........................................................38 2.14 DIDIER LE GORREC : SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT DIGITALE.............................................................40 2.15 MARTINE LE JOSSEC : LES MEDIAS SOCIAUX, TERREAU DE L’INNOVATION ? ..............................................42 2.16 VIRGINIE LE MEE : RESEAUX SOCIAUX : LE RENOUVEAU DU LIBRE ECHANGE .............................................44 2.17 ARNAUD LE ROUX : LA MICRO-STIMULATION SOCIAL-MEDIA.................................................................45 2.18 GUILLAUME LEVAVASSEUR : TWITTER ET LINKEDIN : DE PUISSANTS OUTILS DE VEILLE, DE REFLEXION ET DE PARTAGE AU SERVICE DE L’HOMME ET DE L’INNOVATION......................................................................................46 2.19 SEVERINE LIENARD : DES MILLIONS DE MESSAGES ...............................................................................48 2.20 FABIENNE MAGNAN : ABORDER AUTREMENT LA RELATION CLIENT .........................................................52 2.21 NICOLAS MARESCAUX : LE HASARD NE FAVORISE QUE LES ESPRITS PREPARES............................................54 2.22 MARC MICHIELS : COMMETTRE DES ERREURS POUR INNOVER ...............................................................56 2.23 WASSIM MIMECHE : RESEAUX SOCIAUX ET KNOWLEDGE MANAGEMENT, QUEL RAPPORT ?........................59 2.24 FREDERIC MISCHLER : TWITTER, UN DROLE D'OISEAU, QUI FAIT LE NID DE L'INNOVATION............................61 2.25 ANTOINE-TRISTAN MOCILNIKAR : RESEAUX SOCIAUX ET INNOVATION DANS LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET LA CROISSANCE VERTE - #MAKEOURPLANETGREATAGAIN.......................................................................................63 2.26 GABRIELLE MOCILNIKAR : DANIEL PINK, LES RESEAUX SOCIAUX ET L’INNOVATION !..................................66 2.27 MATTHIEU MOGADE : LES RESEAUX SOCIAUX DANS UNE STRATEGIE DE VEILLE..........................................68 2.28 HERVE MONIER : STRATEGIE DE CURATION ET XENOPHILIE : VOS MEILLEURES ALLIEES POUR UNE VEILLE ENRICHIE ! 69 2.29 ANDRE MORANDI : EST-CE QUE L'ACCES AUX RESEAUX SOCIAUX ME REND PLUS INNOVANT?.......................71 2.30 PASCAL MORIN : LES RESEAUX SOCIAUX : A UTILISER AVEC PRUDENCE ET MODERATION..............................73
  5. 5. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 5 2.31 EMMANUEL MOYRAND : L’INNOVATION UN VIRUS DISTILLE PAR LES RESEAUX SOCIAUX ..............................75 2.32 CORYNE NICQ : REPERER LES SIGNAUX FAIBLES POUR DECENTRER SON REGARD, FAIRE CHANGER ET AVANCER LE MONDE 77 2.33 MALLYS NM : LE PARTAGE DES CONNAISSANCES EN TEMPS REEL A L'ERE DES RESEAUX SOCIAUX ..................80 2.34 CECILE PAILLARD : NOTRE CERVEAU SE REMODELE ..............................................................................82 2.35 YVON PATTE : SOYEZ CREATIFS, SURTOUT, N’INNOVEZ PAS ...................................................................84 2.36 LAUREN PERES : REGLE N°1 : TE DEMARQUER, TU DEVRAS !..................................................................89 2.37 FABRICE PESIN : PENSER LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE SON ENTREPRISE A PARTIR DES RESEAUX SOCIAUX 91 2.38 CLAUDINE PIERRON : UNE COMPETENCE COGNITIVE DU 21EME SIECLE : L’APPRENTISSAGE DE L’EXPLORATION D’INFORMATIONS SUR LES RESEAUX SOCIAUX ....................................................................................................93 2.39 PASCAL PINEAU : PLUS RICHE PLUS VITE… DONC PLUS INNOVANT ?........................................................95 2.40 TRISTAN PIRON : LA CIRCULATION DE L’INFORMATION ACCELERE ...........................................................97 2.41 ISABELLE POIZOT : INNOVATION ET RESEAUX SOCIAUX – LAISSER LA PLACE A LA SERENDIPITE......................103 2.42 JULIEN POMPEY : L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX, UN BON MOYEN D’INNOVER .........105 2.43 XAVIER QUERAT HEMENT : TWITTER, COLLECTEUR DE DATA ET CONTRIBUTEUR DE L’ESPRIT D’INNOVATION..107 2.44 LOUISA RENOUX : LES RESEAUX SOCIAUX : LA NOUVELLE AGORA MONDIALE...........................................110 2.45 ALEXANDRE RISPAL : LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS LE PARADIS DES FAKE NEWS OU UN VECTEUR D’INNOVATION ? .......................................................................................................................................112 2.46 ODILE ROCHE : L’INFORMATION ET LES RESEAUX SOCIAUX : SOURCE D’INNOVATION EN NOUVEAUX TALENTS- HUMAINS !114 2.47 GUILLAUME ROVERE : INNOVER EST-IL SIGNE DE BONNE SANTE ?.........................................................116 2.48 MARIELLE RUFIN : QUE D'INFORMATION ! ......................................................................................118 2.49 STEPHANE SAVALLE : LES RESEAUX SOCIAUX FACILITENT-T-ILS L’INNOVATION PAR UNE PLUS GRANDE COLLABORATION ? .....................................................................................................................................119 2.50 JEAN-EMMANUEL SERE : L’INNOVATION OU LE SAVOIR EN PARTAGE .....................................................121 2.51 MAGALY SIMEON : L’INNOVATION, C’EST QUOI ? .............................................................................123 2.52 ROBERT SOJIC : INNOVATION ET SYNCHRONICITE ..............................................................................125 2.53 CAROLINA SPOREA GODVIN : UN NOUVEAU CHALLENGE – DIVERSIFIER MON RESEAU POUR PLUS D’INSPIRATION … ET D’INNOVATION … ...............................................................................................................................127 2.54 ALAIN TEDALDI : LE DEFI DE LA CONNAISSANCE … OU DES CONNAISSANCES ? .........................................129 2.55 HENRI VAN DE KRAATS : DE LA PERTINENCE DE L’INFORMATION ET DES RESEAUX SOCIAUX POUR INNOVER ...130 2.56 STEPHANIE DE VANSSAY : COMMENT TWITTER M’AIDE A “ME METTRE A JOUR”......................................132 2.57 VALERIE VERCOUTRE : AVEC LES RESEAUX SOCIAUX, LES INDIVIDUS ONT DANS LEURS MAINS UN POUVOIR NOUVEAU ET UNE RESSOURCE DE CREATIVITE INEGALEE ! ...................................................................................134 2.58 PATRICE VIOT COSTER : RESEAUX SOCIAUX ET INNOVATION : PARTIR DU REEL ET POUR MIEUX Y REVENIR.....136 2.59 JOELLE WALRAEVENS DE LUZY : QUAND LES RESEAUX SOCIAUX DEVIENNENT DES LIEUX D’INNOVATION .......138 2.60 HANS WILLERT : UNE VALEUR AJOUTEE NE PEUT ETRE CREEE QUE PAR RAPPORT A UNE BASE SOLIDE D’EXPERIENCE ET DE VISION..........................................................................................................................140 2.61 MARC WOLFF : QU'EST-CE QU'UNE INFO PERTINENTE ET INTERESSANTE ? ET POUR MOI? ...................142 2.62 NATACHA ZEH : PRESCRIPTION 2020 : PUBLIEZ UN POST TROIS FOIS PAR JOUR AVEC UN GRAND VERRE D’EAU ET VOUS SEREZ PLUS INNOVANT ........................................................................................................................143 3 REGARDS AVEC L’INCUBATEUR D’HEC ........................................................................................... 145 3.1 SALOME TENENBAUM, GUILLAUME LATTAIGNANT, ANTOINE LAUDET, SAMIRA MCIRDI, JAFFAR ELALAMY, CYRIL BRIOUDE, ANTOINE LEPRETRE, CLAIRE BAUJET & ROMAIN LAVIELLE : LES RESEAUX SOCIAUX : L’AFP DU STARTUPPER ?...............................................................................................................145 4 REGARDS AVEC L’ADMP AFRIQUE.................................................................................................. 150
  6. 6. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 6 4.1 MIREILLE KOOH ET HERMANN DJOUMESSI : INCEPTION DIGITALE : UNE VISION GLOCALE POUR INNOVER ........151 4.2 AFANGLO ASSOU : LES RESEAUX SOCIAUX SONT SANS DOUTE INNOVANTS ..................................................155 4.3 CHRISTIAN KAMDEM : TECHNOLOGIES LIEES AU "SERVER PUSH"...............................................................156 4.4 BENOIT LECOMTE : LES RESEAUX SOCIAUX COMME ACCELERATEURS DE CREATIVITE......................................158 4.5 HENRI LOTIN : NON, LES MEDIAS SOCIAUX NE SONT PAS LA SOLUTION A TOUS LES PROBLEMES DES ENTREPRENEURS ? 160 4.6 AIME RAYMOND NGANGUE NTHEPE : LA PRESENCE DES PERSONNES AVEC HANDICAP SUR LES RESEAUX SOCIAUX 162 4.7 WINNIE NDJOCK : COMMENT IDENTIFIER UN INFLUENCEUR SUR LES RESEAUX SOCIAUX.................................163 5 AUTEUR DU LIVRE BLANC .............................................................................................................. 165 6 SPONSORS ..................................................................................................................................... 166
  7. 7. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 7 1 Introduction 1.1 Préface Rencontrer des experts pour appréhender l’innovation Dans l’alchimiste, Paulo Coelho avait écrit : « Il n’y a qu’une façon d’apprendre, c’est par l’action ». Ainsi, de nos jours, une nouvelle forme de recette serait susceptible de transformer l’accès à l’information en or numérique ! En effet, selon une étude publiée par le « MIT Sloan Management Review », les utilisateurs de Twitter seraient plus innovants que les autres (1) ! Paulo Coelho avait ajouté « Dans la vie, tout est signe ». Interroger des experts, pratiquant régulièrement les réseaux sociaux, pourrait être un moyen de valider ou non cette hypothèse. De se rendre compte si les secrets de l’innovation pouvaient se percer plus facilement en étant au cœur de cet écosystème qui ne cesse d’en parler. Paulo Coelho enchérissait par « On ne peut se fier à un homme si l’on ne connaît pas la maison qu’il habite. » Dans ce livre blanc, Natacha Zeh met en exergue l’importance de la communication autour ces nouvelles formes d’innovations en écrivant : « + 750% c’est la hausse du terme innovation 2017 en nombre de recherches sur Google depuis fin 2016, effectivement, il semblerait bien que le sujet soit tendance… ». Une première tentation serait donc de s’arrêter sur la description de ce phénomène de mode et de conclure à la futilité de cette question car comme le remarque François Laurent « Twitter, LinkedIn et autres SlideShare n’aideront jamais des collaborateurs médiocres à devenir créatifs » ! Pourtant, depuis la publication du livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux », cette autre phrase de Paulo Coelho revient dans les esprits « Quand nous avons de grands trésors sous les yeux, nous ne nous en apercevons jamais. Et sais-tu pourquoi ? Parce que les hommes ne croient pas aux trésors. » Le hasard a fait que 612 personnes participèrent au sondage réalisé en 2016. Nombre étonnant qui avait rapproché cette aventure du point départ du Petit Prince vers d’étonnantes rencontres : l’astéroïde B612 ! Depuis, le voyage s'est poursuivi en ne cessant de produire des étincelles et une interactivité permanente avec les participants. Depuis, à la fois acteurs et témoins de ce bouillonnement d'idées, ces échanges n'ont jamais cessé d’émerveiller les participants. Au cœur des réseaux sociaux, dans un lieu de rencontres, caché du regard de tous, s’est prolongé ce voyage et ces rencontres. En permanence, il en rejaillit des éclairs qui se démultiplient dans la vraie vie. Voir, en temps réel, naître et croitre des start-up ou des initiatives d’entreprenariat est une chance. Voir des échanges se multiplier sur l’innovation est une opportunité. Jamais sans cet étonnant réseau social qu’est Twitter cette histoire n'aurait été possible.
  8. 8. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 8 L’innovation vient de l’ouverture vers d’autres savoirs, vers d’autres êtres, elle nait de multiples discussions avec d’autres experts et de la remise en cause perpétuelle. Comme un pendule de Newton, qui ne cesse d’interagir, les confrontations génèrent l’inspiration et assemblent différemment des ingrédients qui vont faire la différence. Dans cet univers, chacun s’inspire des autres et inspire les autres. En cette période d’infobésité, où il est facile de s’égarer, tels des fils d’Ariane dans un labyrinthe, ces rencontres aiguillent et facilitent la quête. Plus le réseau est diversifié et large, plus il offre d’opportunités. D’après Karine Lazimi « L’accès à l’information et aux réseaux sociaux nous permettent, selon moi, de stimuler notre curiosité, complètement enfouie au plus profond de chacun, et nous rend ainsi plus innovant(e). » Au-delà de simples mises en relations, les réseaux sociaux sont devenus de formidables vitrines de partages et d’essais. Des laboratoires visibles de tous ! En renvoyant vers des articles regorgeant d’idées, ils démultiplient les portes d’entrées vers le savoir. Les réseaux sociaux sont des amplificateurs modernes. Pour un innovateur, ils sont une chance extraordinaire de recevoir, de semer et de voir quelles idées vont germer plus au moins rapidement. Economiquement, comme l’explique Hubert Leclézio, ils sont une force pour les entrepreneurs car « Les réseaux sociaux permettent d’augmenter leur visibilité, et d’atteindre des investisseurs autrefois peu accessibles, ce qui permet alors à certains de lever suffisamment de « seed capital » pour initier leurs activités. » Et comme le pensait Paulo Coelho, ils peuvent changer l’avenir car « Si tu améliores le présent, ce qui viendra ensuite sera également meilleur. » Le réservoir est illimité. Dans cette capacité à lier les hommes entre eux et de générer le confiance, ils accélèrent la transmission. André Morandi pense qu’ « Etre innovant cela signifie être d'accord avec une vision du potentiel humain au-delà des limites et des contraintes d'un moment donné. » et l’article du « MIT Sloan Management Review » a probablement raison de montrer que les nouveaux usages du numérique sont de formidables relais de la pensée et du rêve car comme le disait Paulo Coelho « C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante. » Ce Livre blanc est, une nouvelle fois, l’illustration qu’il faut sans cesse oser pour explorer le monde et en repousser sans cesse les limites. Qu’il faut en explorer les moindres recoins pour en imaginer d’autres. Ce livre n’aurait jamais pu se réaliser sans les relais de Sophie Perrin en Espagne, Antoine Lepretre de l’Incubateur d’HEC, Mireille Kooh pour l’ADMP au Cameroun et Guillaume Rovere pour l’Ile Maurice, ni sans le renfort de Coryne Nicq, je les remercie pour leur aide. Je remercie aussi particulièrement Jean Denis Garo et Vincent Perquia pour la réalisation de la couverture de cet ouvrage. Par cette image, ils ont su synthétiser l’idée de cet ouvrage. Alban Jarry (1) http://sloanreview.mit.edu/article/how-twitter-users-can-generate-better-ideas/
  9. 9. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 9 1.2 Participants Je remercie particulièrement les 186 participants de ce livre blanc pour le temps consacré à ces nombreuses lignes : BENOIT ANGER, JOSE MANUEL ANTELO GARCIA, QUIQUE APARISI RICO, VALERIE ASSELOT HERPET, DELPHINE ASSERAF, AFANGLO ASSOU, JEAN-LUC ASTIER, NICOLAS AUBAGNAC, PIERRE AUBERGER, MATHILDE AUBINAUD, JEAN-BAPTISTE AUZOU, SANDRINE AVENIER, PAULA AYERBE DARCELES, NADIA BAHHAR-ALVES, PHILIPPE BANCOURT, CONSTANCE BAUDRY, CLAIRE BAUJET, ANAIS BECU, JEROME BEGUIN, SANDY BEKY, JAVIER BELCHI GAZQUEZ, ESKANDAR BENAICHA, MADINA BENOUMHANI, MARIA JOSE BERMUDEZ NAVARRO, PATRICE BERNARD, CYRIL BLADIER, VALENTIN BLANCHOT, FREDERIC BOIS, JOSE ANTONIO BORJA FERRARI, ANNE BOUCHER, SEBASTIEN BOURGUIGNON, SOPHIE BOUTREUX, CYRIL BRIOUDE, NELLY BROSSARD, MERETE BULJO, CLEMENTINE CABROL, PIERRE CAPPELLI, JUAN CARLOS SAMPER, GONZALO CARPIO DEL SAZ, JEAN-FRANÇOIS CECI, CATHERINE CERVONI, VIOLAINE CHAMPETIER DE RIBES, HAGER CHARNI, FRANCOIS CHERPION, FREDERIQUE CINTRAT, JEAN-FRANÇOIS CLEMENT, CYRIL COLLEATTE, NATHALIE COUTARD, DOMINIQUE CROCHU, DIEGO CRUZ, MARCOS CUENCA, JEAN MARIE DAVID, SANDRINE DELAGE, MICHEL DEMARI, ANOUK DEQUE, VERONIQUE DI BENEDETTO, HERMANN DJOUMESSI, TRU DO-KHAC, SOPHIE DONGOIS, DAVID DOS SANTOS, JEAN-PHILIPPE DUBOSC, CLEMENCE DUMAS-CROUZILLAC, GAEL DUPRET, VINCENT DUTOT, JAFFAR ELALAMY, JULIEN FALIU, DAVID FAYON, ERYCK FENOT, MARC-OLIVIER FERRAND, VALENTINE FERREOL, SOPHIE FLOREANI, NANCY FREYERMUTH, PRAVESH GAONJUR, DAVID GARCIA RODRIGUEZ, CYRIL GARNIER, JEAN DENIS GARO, PHILIPPE GASTAUD, PIERRE GATTAZ, STEPHANE GIRARDOT, JEAN-GABRIEL GIRAUD, JOSE GOMEZ-ZORRILLA SANJUAN, BEATRIZ GONZALEZ GARCIA, CRISTINA GONZALEZ GARCIA, MICKAEL GUERIN, CYNDIE GUEZ, SHAFFICK HAMUTH, PIERRE HAUSHERR, FLORENCE HAXEL, CYRIL HLAKKACHE, DIMITRI HOMMEL VIKTOROVITCH, SAJEDA HORI NAIKO, CHRISTINE HUET, JAVIER J. DIAZ, STEPHANE DE JOTEMPS, JEROME JUBELIN, BEATRICE JUDEL, DIANE DE JUNNEMANN, CHRISTIAN KAMDEM, FLORENCE KARRAS, MIREILLE KOOH, RAPHAEL KRIVINE, RAPHAEL LABBE, OLIVIER LABORDE, FABRICE LAMIRAULT, GUILLAUME LATTAIGNANT, ANTOINE LAUDET, FRANÇOIS LAURENT, ROMAIN LAVIELLE, CLAIRE LAVIELLE, SERGIO LAX VEGA, KARINE LAZIMI CHOURAQUI, DIDIER LE GORREC, MARTINE LE JOSSEC, VIRGINIE LE MEE, HUBERT LECLEZIO, BENOIT LECOMTE, ANTOINE LEPRETRE, ARNAUD LE ROUX, GUILLAUME LEVAVASSEUR, SEVERINE LIENARD, RAUL LORO RUBIO, HENRI LOTIN, TOMAS LOYOLA BARBERIS, FABIENNE MAGNAN, JULIO MANGAS, NICOLAS MARESCAUX, ANA ISABEL MARTINEZ GONZALEZ, SAMIRA MCIRDI, RICARD MENOR, MARC MICHIELS, WASSIM MIMECHE, FREDERIC MISCHLER, ANTOINE-TRISTAN MOCILNIKAR, GABRIELLE MOCILNIKAR, MATTHIEU MOGADE, HERVE MONIER, ANDRE MORANDI, PASCAL MORIN, EMMANUEL MOYRAND, YVON MOYSAN, JORGE MUÑOZ-CALERO FERNANDEZ, MARIA NAVAJAS MARTINEZ, WINNIE NDJOCK, AIME RAYMOND NGANGUE NTHEPE, CORYNE NICQ, MALLYS NM, ESTHER ORTIGOSA CELDRAN, CECILE PAILLARD, YVON PATTE, ALBERTO PEÑALBA, JESUS PERDIGONES, LAUREN PERES, SOPHIE PERRIN, FABRICE PESIN, CLAUDINE PIERRON, PASCAL PINEAU, TRISTAN PIRON, ISABELLE POIZOT, JULIEN POMPEY, MIGUEL PUJANTE MARCO, XAVIER QUERAT HEMENT, FRANÇOIS RAUCH, LOUISA RENOUX, ALEXANDRE RISPAL, ODILE ROCHE, MURIEL ROCHER, GUILLAUME ROVERE, MARIELLE RUFIN, IGNACIO SANTIAGO, STEPHANE SAVALLE, JEAN-EMMANUEL SERE, NICOLAS SERRE, MAGALY SIMEON, ROBERT SOJIC, CAROLINA SPOREA GODVIN, ALAIN TEDALDI, SALOME TENENBAUM, LAURA TUERO GARCIA, ESTHER TURON PEREZ, HENRI VAN DE KRAATS, STEPHANIE DE VANSSAY, VALERIE VERCOUTRE, PATRICE VIOT COSTER, JOELLE WALRAEVENS DE LUZY, HANS WILLERT, MARC WOLFF, NATACHA ZEH 1.3 Soutiens Ce livre blanc est publié avec le soutien de : ACA, ADETEM (Association nationale des professionnels du Marketing), ADMP (Afrik Digital Marketplace), AUREP, COORDINATION FRANCAISE pour le LOBBY EUROPEEN DES FEMMES, AXIELLES, ASSUR DEAL MEDIA, BRAND NEWS BLOG, CAPFI, CMIT (Club des directeurs Marketing & Communication de l'IT), Observatoire COM MEDIA, CQFD 78, CULTURE RP, DIGITAL BUSINESS NEWS, EPA (Ecole Polytechnique d’Assurances), ESPRIT DE SERVICE, FEMMES DE BRETAGNE, GEBS (Groupement des Entreprises des Boucles de Seine), HEC PARIS ALUMNI ASSURANCE, INCUBATEUR HEC, INSTIT INVEST, INSTITUT ESPRIT SERVICES, KEYS, LAB ASSURANCE BANQUE, LE LAB RH, LE MEUNIER QUI DORT, LES ECHOS SOLUTIONS, LE REVENU, MEDEF, PARITE ASSURANCE, PROFIT FOR NON PROFIT AWARDS, ROAM, SIECLE DIGITAL, Le SORBONNAUTE,
  10. 10. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 10 SIX FINANCIAL INFORMATIONS, SUP DE COM, SYNTEC NUMERIQUE, TOUT SUR MES FINANCES, TRANSITIONUMERIQUE PLUS, TWITTMOOC, WILLA 1.4 Avertissement à propos de ce livre blanc Ce livre blanc représente les points de vue des différents participants à la date de publication. Les réseaux sociaux évoluant régulièrement, les informations qu’il contient ne doivent pas être interprétées comme étant intemporelles. Ce livre blanc ne reflète que des avis par rapport à une situation et une utilisation donnée. Ces personnalités ne peuvent garantir la pérennité des informations présentées après la date de publication. Tous les noms de produits, de marques ou de sociétés cités dans ce livre blanc sont des marques de leurs propriétaires respectifs. 1.5 Objectifs de ce livre blanc Ce livre blanc a pour objectif de refléter l’usage de l’information et des réseaux sociaux d’une sélection d’utilisateurs ayant pour la plupart participé aux 4 premiers livres blancs. Ce livre blanc vise à s’interroger sur les sources de l’innovation. Ce livre blanc montre que l’information véhiculée via les réseaux sociaux peut être pertinente et de qualité. Que leur usage ne cesse de se développer. Les réponses ouvrent, je l’espère, des perspectives nouvelles d’utilisation des réseaux sociaux et de l’information dans le cadre de l’innovation. 1.6 À propos de ce livre blanc Ce livre blanc est destiné : • Aux professionnels de tous les secteurs d’activités • Aux personnes qui souhaitent s’informer sur l’usage des réseaux sociaux et de l’information par des professionnels • A tous les utilisateurs des réseaux sociaux • A tous ceux qui cherchent à comprendre comment fonctionne l’univers mis à disposition par les réseaux sociaux Il est composé de 2 parties : • La première est en français • La deuxième partie a été faite en espagnol et en collaboration avec Sophie Perrin
  11. 11. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 11 1.7 Copyright Tous les éléments présentés dans ce livre blanc peuvent être reproduits, sur demande, dès lors qu’ils indiquent la source et proposent un lien vers le document pdf d’origine.
  12. 12. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 12 2 Regards sur les réseaux sociaux 2.1 Stéphane de Jotemps : L’innovation naît de la diversité Regional VP Sales at Vodeclic Strategic Business Unit at Skillsoft – Digital Addict - Solution Innovante de eLearning – Digital Skills et IT Skills – (Catalogue de plus de 80 000 vidéos) La réussite de la transformation digitale passe par la performance individuelle des utilisateurs LinkedIn : stephdejotemps Twitter : @dejotemps Etre innovant c’est une attitude, un état d’esprit qui permet de faire changer/évoluer notre environnement. En conséquence, on doit avoir une attitude critique et une soif de découverte. Michel Serres nous rappelait récemment que l’évolution des technologies nous force à être intelligents. Les technologies révolutionnent en effet notre environnement de travail et nous poussent à développer de nouvelles compétences. La créativité est la capacité à apporter un regard nouveau sur des questions nouvelles. D’une part par une grande ouverture aux nouvelles formes d’idées, d’expériences qu’elles soient culturelles, artistiques, ou professionnelles. D’autre part, par une maîtrise des outils favorisant la créativité qu’ils soient individuels ou collectifs (questionnement, expérimentation…). Enfin par un environnement propice à apporter des idées nouvelles et à y consacrer du temps. Pour retrouver la pleine puissance de la pensée créative et atteindre LA bonne idée, c'est donc de nouveaux modèles mentaux dont nous avons besoin. Luc de Brabandère et Alan Iny nous expliquent comment y parvenir en nous invitant à penser autrement et à le regarder avec un oeil neuf, en cinq étapes essentielles : - Douter, toujours, en s'éloignant de sa zone de confort et en mettant au défi ses préjugés. - Réexaminer le monde pour se poser les bonnes questions. - Apprendre comment créer beaucoup d'idées nouvelles et passionnantes. - Evaluer, hiérarchiser et sélectionner les idées porteuses de succès.
  13. 13. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 13 - Favoriser un nouveau type de processus créatif, pratique et durable. C'est de cette manière seulement que les organisations pourront libérer leur créativité et en tirer profit, que ce soit en matière de stratégie, d'innovation, de prise de décision ou d'investissement, et ainsi mieux se préparer à l'avenir. Pour cela, il faut se nourrir d’informations multiples qui vont nourrir notre observation, notre analyse, notre créativité et développer ainsi notre capacité d’absorption individuelle, afin d’exploiter et de confronter de nouvelles idées. Les réseaux sociaux ont l’avantage d’être un collecteur très vaste à l’échelle d’internet sans notion d’espace, de lieu et de temps…. Nous n’avons plus les mêmes façons de penser car nos supports ont évolué – La mémoire de la machine (BigData) est omniprésente faisant évoluer notre faculté cognitive et nos raisonnements. Pour innover, il faut prendre des risques tout en sachant voir les erreurs - Le feedback c’est la condition du succès dans un monde incertain. L’organisation des entreprises se digitalise et doit y intégrer les réseaux sociaux permettant à chaque collaborateur de s’exprimer quel que soit sa position et son rôle dans l’entreprise. Ils sont un formidable espace d’intelligence collaborative et du travailler ensemble quelques soit son rôle. Les collaborateurs deviennent les ambassadeurs de leur entreprise. Steve Jobs, connu pour sa capacité d’innovation, reconnaissait depuis longtemps l’importance des interactions sociales pour innover. Lorsqu’il dirigeait les Studios d’animation de Pixar, il avait demandé aux architectes du nouveau siège de Pixar de créer des espaces physiques qui encourageraient ses équipes à sortir de leurs bureaux et à rencontrer les autres, à se mêler aux autres salariés et plus particulièrement ceux avec lesquels ils n’étaient habituellement pas en contact. Jobs était déjà persuadé que les échanges fortuits favorisaient l’innovation. Cette intuition de Jobs a depuis été confirmée par de nombreuses études : la capacité d’innovation est directement liée à la diversité des réseaux des salariés. Cette diversité met en relation des personnes différentes, qui se comportent et pensent différemment. La confrontation des informations aux connaissances déjà acquises fait naître de nouvelles idées. Parmi les réseaux comme Facebook, Instagram, YouTube….Twitter est perçu comme une passerelle vers des solutions et le moyen d’obtenir des informations et des points de vue différents et de les confronter à ses propres réflexions. Pour l’entreprise, un des objectifs est de favoriser des innovations de rupture en gagnant en agilité, en efficacité, en réactivité dans les modes d’organisation. De nombreuses études ont montré que Twitter était le média qui permettait de trouver le plus facilement et le plus rapidement des informations sur n’importe quel sujet. (Cf
  14. 14. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 14 Salvatore Parise, Eoin Whelan et Steve Todd dans un article sur MITSloan Management Review). Trois idées se dégagent de cette étude : • Les employés qui utilisent Twitter ont de meilleures idées que ceux qui ne l’utilisent pas. • Il y a un lien fort entre la diversité du réseau Twitter et la qualité des idées. • Les utilisateurs Twitter qui sont à la fois des « chercheurs d’idées » (idea scout) et des « connecteurs d’idées » (idea connector) sont les plus innovants. Cela donne trois bonnes raisons aux entreprises pour motiver leurs salariés à investir davantage sur les réseaux sociaux qui sont indispensables à la réussite de leur transformation digitale. Cette adoption doit s’inscrire dans une stratégie globale de communication de la direction. Le but étant d’organiser la montée en compétences des salariés par différentes étapes comme l’alphabétisation digitale (« Digital Literacy ») les rendant plus performants et polyvalents, tout en s’adaptant aux constantes mutations du monde professionnel. Une deuxième étape est la capacité à générer son propre contenu représentant une vraie valeur ajoutée pour les autres au-delà du simple partage. Cela suppose de développer une pensée critique permettant de construire des concepts et donner du sens, et donc d’apprendre à apprendre. Nous devons développer pour cela une culture de l’auto- formation et définir notre stratégie d’apprentissage dans notre écosystème (entreprise, réseaux, écoles, communautés). Plus que jamais, ce que vous ferez dépendra de vous. La liberté d’entreprendre, en interne ou en externe n’a jamais été aussi grande.
  15. 15. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 15 2.2 Jérôme Jubelin : Le cerveau innovant à l‘heure des réseaux sociaux Président fondateur d’UMANAO®, procédé innovant de stimulations cognitives et émotionnelles ludiques à base de fictions et de jeu de plateau nommé « Game As A Uman Service » #management #rh #Qvt #neurosciences #innovation #SeRéinventer #coopération #ess #FrenchImpact LinkedIn : jérôme-jubelin Twitter : @umanao_jeux Lien : umanao.com L’accès à l’information, et notamment via les réseaux sociaux, est important dans le processus d’innovation. Mais l’information peut agir dans les deux sens, soit en favorisant l’innovation ou soit au contraire en la limitant. Tout va dépendre de l’utilisation que notre cerveau en fait ! Comment à partir de ce constat, les neurosciences appliquées et la psychologie clinique peuvent aider à rendre notre cerveau plus innovant ? L’information et le lien social sont à la source de l’innovation. Etre innovant, c’est mettre en œuvre un processus d’innovation, individuellement ou collectivement. Ce processus consiste à produire une nouvelle réalité à partir d’une idée, là où la créativité consiste à produire une idée neuve. Il s’appuie sur des capacités cognitives et émotionnelles bien précises de notre cerveau. Et chaque personne peut entraîner son cerveau à être plus innovant. L’innovation est à la fois banale, nous innovons tous les jours pour faire face à des situations, et complexe car l’innovation a un caractère social, comme le soulignait Françoise Héritier en 2001. « Pour que l'invention technique ou la découverte suscite l'innovation, soit réalisable en quelque sorte, il ne suffit pas qu'elle soit possible [...], il faut surtout qu'elle soit pensable, c'est-à-dire qu'elle soit acceptable par l'esprit de ceux à qui elle est proposée. » Cette dimension sociale de l’innovation éclaire l’utilité des réseaux sociaux. Car à chacune des étapes du processus, (formulation du problème, recherche d’idées ou de solutions plus ou moins créatives, évaluation des solutions, production de l’innovation et de sa diffusion), l’accès à l’information et les réseaux sociaux constituent un atout essentiel pour être plus innovant, avec quelques « Oui, mais » cependant. Les « Oui, mais » liés à la complexité humaine. 1er « Mais » : les biais cognitifs peuvent mettre notre vigilance au repos et nous en sommes rarement conscients. Prenons l’exemple de trois d’entre eux particulièrement présents avec les réseaux sociaux, à l’époque de la surabondance d’informations et des fake news. 1er biais, la dissonance cognitive : notre cerveau interprète une situation pour éliminer les
  16. 16. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 16 contradictions trop inconfortables pour son équilibre. 2e biais dit de confirmation : notre cerveau cherche à confirmer sa façon de penser plutôt que de la remettre en cause. 3e biais dit de disponibilité : l’information la plus disponible est celle que notre cerveau a le plus tendance à croire, même si cette information est inexacte ou irrationnelle. Trop de biais cognitifs peuvent amener de la rigidité mentale et émotionnelle, peu propice à l’innovation. 2e « Mais » : qu’en est-il de notre flexibilité mentale et de la gestion de nos émotions ? La flexibilité mentale est une capacité de notre cerveau qui est utile, entre autres, dans deux mécanismes mobilisés pour l’innovation : soit en contrôlant la pensée et en bloquant les schémas de pensée courants, soit en associant les idées de façon libre grâce aux émotions et à notre capacité d’ouverture. Un usage routinier des réseaux sociaux sans stimuler la flexibilité mentale peut conduire à une limitation forte du processus d’innovation. Les rôles des émotions et de l’inconscient quant à eux sont essentiels dans la perception, la mémorisation et l’évaluation des informations. Les réseaux sociaux avec l’interface de l’écran peuvent favoriser le phénomène de projection égocentrée dans ses émotions (« être dans sa bulle »). Or l’humain gagne à éprouver ses émotions avec ses congénères, pour stimuler ses intelligences multiples au profit de l’innovation notamment. Aidé de ces éclairages, définissons de bonnes conditions d’utilisation de l’information et des réseaux sociaux au service de l’innovation. Sept règles pour favoriser l’innovation en utilisant les réseaux sociaux. A titre personnel, j’ai défini les règles de conduite suivantes pour être plus innovant notamment dans mon cadre professionnel. 1.Dissocier les plages horaires pour la recherche d’informations précises de celles pour le « vagabondage » sur les réseaux sociaux. 2. Sélectionner les sujets sur lesquels je fixe mon attention. 3. M’abonner à des comptes de personnes d’avis différents du mien dans une proportion significative. 4. Croiser les échanges sur les réseaux avec des rencontres « dans la vraie vie » (IRL) et d’autres sources d’information, écrites, sonores, visuelles, sensorielles ou kinesthésiques. 5. Régénérer régulièrement les sources d’information. 6. Toujours avoir à l’esprit l’importance du rôle des biais cognitifs et des émotions dans l’évaluation de l’information reçue, et de celle émise dans mes publications. 7. Choisir ce que je veux mémoriser. Avoir une démarche structurée d’utilisation des réseaux sociaux va devenir de plus en plus indispensable. Car après la découverte des forums et des réseaux sociaux ces vingt dernières années, l’étape à venir va voir l’impact grandissant des algorithmes et de la réalité reconstituée (1) sur nos pratiques et nos usages d’accès à l’information. Face à de tels enjeux éthiques, psychologiques, philosophiques, et technologiques, il va nous falloir être très innovants pour imaginer un monde à venir autrement plus humain et responsable… pour mieux le construire ensemble ! (1) Cf Magazine Science – 9 mars 2018 ”The spread of true and false news online”
  17. 17. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 17 2.3 Béatrice Judel : L’information au service de l’innovation Directrice Marketing Communication Digital chez Pierre et Vacances Conseil Immobilier LinkedIn : Béatrice JUDEL Twitter : @bjudel Nous sommes entrés dans une ère de transformation radicale des modes de consommation, de communication, de transport, d’approche de l’environnement avec des technologies qui progressent extrêmement vite. Dans ce contexte, au cœur de l’entreprise, s’informer est plus que jamais vital pour être acteur dans la transformation et dans l’évolution des modèles, afin que l’entreprise s’adapte, et se transforme rapidement pour rester dans le radar des clients. Pour être dans une démarche d’innovation permanente, s’informer est clef ! De nombreuses sources d’information existent pour s’inspirer, comme toutes les sources écrites print ou digitales, dont les blogs et les medias sociaux utilisés à titre professionnels très interactifs et stimulants. L’ouverture sur les autres est aussi essentielle, pour échanger, partager ses idées, ses réflexions, être en éveil, se challenger. A ce titre, les conférences thématiques, les salons sont des opportunités extraordinaires de faire des rencontres enrichissantes, qui contribuent à développer sa créativité qui conduira à la réalisation de projets innovants. Sortir en permanence de sa zone de confort aide à se mettre en éveil pour penser autrement et innover. Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Est-il important d’être présent sur les Medias Sociaux ? »
  18. 18. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 18 2.4 Diane de Junnemann : Approfondir ses connaissances #RH#Orange#culturemanageriale #socialmedia#QVT#experiencesalarie #transformationdigitale #bassindarcachon#HEC LinkedIn : diane-de-junnemann-467b3211 Twitter : @dejunnemann1 J’utilise les réseaux sociaux quotidiennement pour améliorer la compréhension d’une problématique, approfondir la connaissance d’un écosystème, détecter de nouveaux contacts et me tenir informée sur les pratiques innovantes. Cette activité alimente les dispositifs d’ information, d’ animation et de co-construction que je pilote sur la diversité générationnelle. Sur la forme, le paradigme des réseaux sociaux me permet de transformer l’activité de veille en une activité de curation et de communication : - Les réseaux sociaux me permettent de rentrer facilement en relation avec l’émetteur de l’information, de le qualifier au préalable - de mettre en place une relation partenariale avec mes interlocuteurs en enrichissant leurs propres réflexions - de relayer en temps réel une information partagée dans les espaces d’échanges traditionnels y compris les lieux de rencontres physiques. Sur le fond, il y a un principe « d’open innovation » dans les échanges d’information sur les réseaux sociaux : - ainsi l’information que je reçois est contextualisée, analysée, commentée ce qui me permet d’optimiser l’usage que j’en fais - en corollaire, l’information que j’émets est évaluée et enrichie par les interactions des récepteurs - l’accès à l’information par mot clé permet de franchir les barrières métiers ou statutaires des espaces d’échanges traditionnels.
  19. 19. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 19 2.5 Florence Karras : Créer ou trouver des solutions nouvelles #DigitalImpact #SocialImpact #Transformer #FutureofWork #Management #Communication #HumanFirst #Entrepreneurship - Tweets are my own - Member @GazellesConnect LinkedIn : flokarras Twitter : @Flokarras Les réseaux sociaux permettent un accès facilité à l’information. Ils ont même cassé les hiérarchies de sa diffusion désorganisant les filtres existants qu’ils soient géographiques, socio-culturels, économiques et permettant un accès plus instantané et démocratique de l’information pour et à tous. Ces réseaux sont aujourd’hui à la fois des outils puissants de veille stimulants incontestablement la créativité et par ricochet l’innovation individuelle et collective. L’information est pléthorique, elle n’a plus de frontière et de barrière. Les progrès de toute nature et les innovations technologiques sont désormais accessibles à tous dans des formats divers. Pour autant, cette appropriation de l’innovation technologique par le plus grand nombre est-elle source elle-même d’innovation ? Etre innovant c’est quoi ? Créer ou trouver des solutions nouvelles au niveau collectif ou rompre avec ses habitudes à l’échelle individuelle. Naturellement l’accès aux informations est un carburant et stimulant fantastique de l’innovation. Mais est-ce suffisant ? L’information ne fait pas l’innovation. Les conditions de l’innovation sur le terrain sont-elles toujours réunies ? Pour innover il faut de l’ouverture, l’espace temporel, intellectuel et physique pour laisser la place à la créativité, l’inattendu et la sérendipité. Or nos sociétés sont encore beaucoup drivées par la performance et le ROI avec des schémas organisationnels qui, même s’ils évoluent, sont encore bien sclérosés. D’où le succès des tiers-lieux d’innovation ces dernières années. Les réseaux sociaux ont revisité également les codes de connexion entre les individus URL et IRL. Désormais plus personne n’hésite à solliciter directement ou via son cercle proche des relations qui dans la vie réelle peuvent paraître inaccessibles. Ces connexions décomplexées sont autant d’opportunités nouvelles de rencontres qui peuvent être riches d’idées, de business et d’innovation.
  20. 20. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 20 L’accès à cette information pléthorique via les réseaux sociaux notamment impose aujourd’hui un management de l’information afin que celle-ci soit exploitée efficacement. La sur-information pose naturellement le sujet du tri pour écarter les fake news et réellement identifier les informations à valeur ajoutée dans un processus d’innovation. Un défi pour l’intelligence artificielle ! De même, une vigilance particulière doit être portée dans la captation de l’information au risque d’enfermement dans des bulles pour avoir toujours à l’esprit de fureter ailleurs que dans son cercle « naturel » (théorie de la filter-bubble d’Elie Pariser ).
  21. 21. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 21 2.6 Raphael Krivine : Innovation, médias sociaux… et égalité ! Directeur Relation Clients @AXA_Banque #Banque #Assurance #Digital #RelationClient #Marketing #Economie #Culture #Thinktech LinkedIn : raphaelkrivine Twitter : @RKrivine Distinguons deux types d’innovation dans nos organisations : l’innovation incrémentale et l’innovation disruptive. L’innovation incrémentale a lieu quand on fait évoluer notablement un produit, un service existant, une organisation existante. D'où vient l'innovation incrémentale ? De partout ! De la direction générale, d'un département (marketing, informatique, service clients...), d'un collaborateur, d'une étude qualitative ou quantitative auprès de clients, et bien entendu de la veille des 4 C (concurrents, consommateurs, collaborateurs, contexte...). Pour faire cette veille concurrentielle, les médias sociaux sont naturellement des outils très compétitifs et accessibles à tous, en complément de toutes les autres sources bien connues (lecture de la presse, rencontres professionnelles, insights consommateurs etc...). A l'évidence, les médias sociaux ont pris la suite de la « curation » de contenus, des blogs et flux RSS des années 2000. Twitter n'est rien d'autre d’ailleurs que du "microblogging". Linkedin a fortement développé la publication de contenus (simples posts, articles...) de la part de ses abonnés. Youtube est également une grande source d’inspiration, avec le succès foudroyant des youtubbers (appelés également « vloggers »… ou blogeurs vidéos… ne les oublions pas !). Comme le montre le professeur de marketing David Dubois de l'INSEAD (vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Eshla7xVl4U), L'Oréal a su par exemple intégrer l'intelligence digitale dans sa chaine de valeurs en trouvant des insights consommateurs en scrutant attentivement des vidéos "tutos" sur Youtube et en s’en inspirant pour innover en matière de nouveaux produits. L’innovation est disruptive quand elle crée une rupture importante par rapport aux cibles ou aux pratiques habituelles d’un métier. C’est par exemple le succès d’Uber qui a « disrupté »
  22. 22. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 22 le marché des taxis. Dans le cas de l'innovation disruptive, un simple suivi de fil "twitter" ou de posts sur LinkedIn n'est pas suffisant… Il va falloir être capable de capter des signaux faibles. Par exemple, la lecture des commentaires dans des forums de discussion ou suite à la publication d'un article permettent de prendre l'air du temps, de capter des émotions, des coups de gueule ou coups de cœur ! L'humoriste Anne Roumanoff indique ainsi s'inspirer pour ses sketchs de la lecture de ces commentaires comme elle pouvait le faire auparavant en s'asseyant dans un café et en écoutant les conversations de comptoir. Il va falloir aussi être capable de rapprocher des idées et des concepts n'ayant a priori aucun rapport entre eux. Des expressions anglo-saxonnes comme « thinking out of the box » ou "Connecting the dots" résonnent particulièrement bien ! Comment procéder ? En suivant par exemple des influenceurs d'autres secteurs que le vôtre, en allant aussi chercher des textes de réflexion plus longs à lire que des simples tweets. Le temps long de la lecture, le « long read » permet de nourrir aussi de nouvelles idées nécessaires à l’innovation de rupture. Là encore, c’est ouvert à tous mais les heureux élus seront beaucoup moins nombreux… En effet, entre le Aha! Moment et la mise en production, il y a tout un parcours du combattant à mener : convaincre les investisseurs ou décideurs internes ou externes pouvant débloquer des budgets, passer par une phase de design thinking, réaliser un prototype, élaborer et finaliser l’offre en mode le plus agile possible et réussir son lancement... Une période éprouvante qui laissera -au passage- peu de loisir pour fréquenter les médias sociaux, dont la capacité d'interruption dans la vie quotidienne, voire d’enfermement dans une bulle, n'est plus à démontrer ! En conclusion, s’il n’y a plus lieu de s’extasier devant le phénomène des médias sociaux, tant leurs effets bénéfiques mais aussi leurs travers ont été décortiqués, nous pouvons sans doute, à propos du thème de l’innovation, se dire qu’ils sont non seulement devenus incontournables mais aussi qu’ils ont apporté une nouvelle forme d’égalité : l’égalité dans l’accès à une information foisonnante émise par des influenceurs ou inconnus du monde entier. Cette forme d’horizontalité a sans nul doute désacralisé l’innovation en permettant encore plus à des collaborateurs d’entreprise de participer au mouvement permanent de l’innovation shumpeterienne sans en être officiellement investis !
  23. 23. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 23 2.7 Raphael Labbé : La serendipité : l'arme absolue du manager pour rester innovant CEO et fondateur de Wiztopic, plateforme SaaS tout-en-un pour les Directions Communication, Ex-CIO de l’Express et Partner chez 50Partners LinkedIn : raphaellabbe Twitter : @leafar "Innover, ce n'est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d'avoir une vieille idée" a dit Edwin Herbert Land, fondateur de Polaroid et inventeur de La théorie de "retinex" de la vision des couleurs. L'innovation ne doit pas forcément être une innovation de rupture, c'est-à-dire avoir une idée à laquelle personne n'a jamais pensé. C'est aussi venir casser les choses existantes pour les faire évoluer. Si l'on dresse un état des lieux de l'innovation aujourd'hui, elle est au cœur des sujets d'intérêt de tous les médias et surtout : elle est partout. Tous secteurs d'activité, pays, cultures, âges et milieux sont concernés par l'innovation. En startups ou en grand groupe, pour rester leader sur un segment de marché, vu que tout change, il faut changer aussi. Aujourd'hui, nous sommes 3 milliards utilisateurs des réseaux sociaux, soit 40% des habitants sur terre. Il faut profiter de cet éclectisme pour puiser son inspiration, ses ressources, ses idées et donc pour innover. Innovateur ou influenceur il faut choisir La magie des réseaux sociaux au service de l'accès à l'information est indéfinissable. Toutefois, elle connaît des limites de par sa capacité à enfermer un internaute dans une spirale de flux d'actualité homogène. Aujourd'hui les algorithmes des Géants (Facebook, Netflix, Instagram et depuis peu Twitter) nous poussent à consommer ce que nous aimons et rien de plus. Les contenus susceptibles de nous intéresser et relatifs à nos centres d'intérêts interprétés depuis nos données personnelles nous sont servis sur un plateau d'argent, en temps réel.
  24. 24. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 24 Dans un contexte de saturation d'information pour les professionnels, et notamment pour les managers, il est important d'élargir sa vision en couleur pour le plus grand bonheur de Monsieur Edwin Herbert Land. Pour innover, l'utilisation des réseaux sociaux est donc plus subtile qu'elle n'y parait. Car il ne faut pas succomber à la logique d’enfermement des réseaux en rejoignant les communautés en accord avec son métier. Pour rester créatif, il faut suivre des personnes d'univers différents et ne pas se cantonner aux influenceurs de son secteur d'activité. Cependant un autre processus est à l'œuvre. Pour exister socialement, il faut devenir influent et donc se construire une communauté souvent métier ou d'intérêt ce qui conduit aussi à une forme d'enfermement. Cela nous amène à nous demander si "socialement" il n'est pas temps de choisir entre influenceur et innovateur ? Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Quelle stratégie pour amplifier la portée d’un message RP sur LinkedIn ? »
  25. 25. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 25 2.8 Olivier Laborde : 3 usages de Twitter #CDO #CMO #Innovation #FinTech #Assurance #Digital Transformer #Lab #Intrapreneur #CorporateHacking - Speaker, Author of #Innoveroudisparaitre LinkedIn : olivierlaborde Twitter : @labordeolivier Aujourd'hui, de nombreuses relations s’initient en ligne grâce à des plateformes de médias sociaux tels que Twitter, Facebook, Instagram, SnapChat et LinkedIn. Si le réseautage à l’ancienne avec des relations #IRL (In Real Life) est toujours efficace, les réseaux sociaux permettent un réseautage 2.0 beaucoup plus large grâce à la démultiplication des contacts permise par ces plateformes d’échanges d’informations, de photos ou de vidéos avec sa communauté d'amis et son réseau de connaissances autour de centres d’intérêts. Ce qui est vrai pour les relations personnelles l’est aussi pour les relations professionnelles. De plus en plus, les employés utilisent de telles plateformes pour se constituer et faire vivre leur réseau professionnel. Cette augmentation des contacts et leur variété font des réseaux sociaux des nouveaux canaux d’échange, de veille et de recherche. Voici par exemple les 3 principaux usages que je fais de Twitter. Twitter, un canal de veille De manière classique, pour nous informer en ligne, nous regardons des sites web de journaux ou nous abonnons à des newsletters. Les agrégateurs de news permettent de recevoir des publications de sites de news généralistes ou spécialisés. Sur Twitter la logique est différente, nous ne “suivons” pas un site de news, nous suivons des personnes que nous considérons comme expertes et pertinentes dans un domaine donné. C’est elles qui sélectionnent des sources et des informations. A nous de bien choisir les personnes que nous suivons (followons) ! Nous incombe donc un travail amont pour définir quelle veille nous voulons faire puis pour identifier les personnes expertes sur les thèmes recherchés.
  26. 26. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 26 Se construire un réseau de personnes à suivre sur Twitter est ainsi une étape primordiale pour sa veille. L’employé qui construit un bon réseau Twitter au travers du suivi d’experts et d’influencers sera susceptible de détecter les signaux faibles et les idées émergentes. Il pourra ainsi déceler des opportunités pour son organisation et proposer d’implémenter de nouveaux concepts, sourcés sur Twitter. Le suivi de personnes représentatives d’une expertise constitue dorénavant une bonne partie de ma veille quotidienne. Twitter, un moteur de recherche Twitter peut être aussi un moyen de faire une veille sur des thématiques spécifiques ou sur un évènement, auquel on assiste … ou pas. Cette veille active sur des sujets ou événements ciblés est rendue possible par l’utilisation du signe “#” (Hashtag) qui tague un mot clé permettant l’indexation d’un thème ou d’un évènement. La recherche et ainsi la veille s’effectuent ensuite grâce à cette classification. Pour la recherche d’informations sur un thème particulier (Intelligence artificielle, blockchain, transformation digitale, innovation, …) ou sur le contenu d’une conférence (CES, Web Summit, iMedia Brand Summit, etc), saisir le hashtag du thème ou de la conférence donnera un rapide aperçu des informations qui s’échangent sur Twitter sur le sujet. Pour les conférences et les salons professionnels, j’utilise pour ma veille le # de l’évènement ce qui est très pratique pour compléter ma prise de note et ainsi produire un compte rendu de bonne qualité. Lors de l’Open Day#2 organisé par l’Innovation Factory sur le thème des Licornes, j’avais des notes incomplètes de l’intervention de Raffi Kamber d’Alven Capital sur son éclairage sur les métriques jalonnant le chemin des licornes pour atteindre les 100 premier millions de dollars. Ma recherche ciblée via le hashtag #openday m’a permis de retrouver la citation précise ainsi que le slide projeté :
  27. 27. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 27 Twitter, un outil de surveillance de la reprise de ses interviews et articles Twitter permet également de surveiller comment sont relayées nos prises de parole, qu’ils s’agissent d’articles, de conférences ou d’interviews. C’est à mon sens doublement intéressant puisque d’une part, nous pouvons nous faire une idée du relais quantitatif et qualitatif d’un article publié sur un site ou un blog, et d’autre part vérifier comment nos propos sont repris par les participants d’une conférence, en bien ou un mal. C’est aussi un révélateur de ce que les participants d’une conférence retiennent de notre discours. Pour un intervenant c’est précieux. Il aura un retour en temps réel sur les idées fortes qui sont ressorties de sa prise de parole.
  28. 28. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 28 Cela lui permet de corriger le tir si les idées qu’il pensait mettre en avant passent inaperçues par rapport à des idées qu’il étayait de manière secondaire. Cela peut également lui révéler des “phrases chocs” qui font mouche auprès du public d’une conférence. En conclusion, plus vous construisez un réseau d’experts et d’influencers à suivre de qualité et plus ce réseau est diversifié, plus vous serez susceptible d'être innovant. S’exposer à des
  29. 29. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 29 insights de différents domaines, de différents pays et à des avis différents, parfois orthogonaux aux nôtres, fait en effet émerger en nous des idées nouvelles par la confrontation à un environnement différent reflété par la multitude des informations, sur Twitter par exemple. Il y a ainsi un lien fort entre la qualité et la diversité du réseau et la génération des idées. Ce qui confirme ce que l’on sait depuis longtemps : l’importance des interactions sociales pour innover.
  30. 30. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 30 2.9 Fabrice Lamirault : Comment les entreprises peuvent devenir plus innovantes grâce aux réseaux sociaux Blogueur #Digital #SocialMedia Contributeur @CercleLesEchos @Linkedin Intervenant @ECSNice @EcoleDeCom Accro au #Tennis & au #Sport #DigiSport LinkedIn : fabricelamirault Twitter : @lamirault Depuis l’avènement des réseaux sociaux, le monde crée aujourd’hui autant de données en 48 heures que durant tout le 20ème siècle. Cette masse considérable de datas peut permettre aux entreprises de développer leur approche de l’innovation, à condition pour elles de savoir exploiter pleinement ces nouveaux canaux. Les 3 révolutions de la communication écrite La manière dont les hommes ont échangé a été profondément bouleversée au fil de l’histoire. Il y eu tout d’abord la parole, qui permît de transmettre à chacun la connaissance. Puis la communication entre les individus a connu trois révolutions majeures qui ont permis la propagation de ce savoir : - L’écriture, qui a permis de fixer l’information - L’imprimerie, qui a permis de transmettre l’information - Le web, qui a permis d’avoir accès à l’information en temps réel et de façon universelle. Déclinaison du web, les réseaux sociaux ont participé pleinement à cette dernière révolution des échanges. Twitter ou LinkedIn nous permettent aujourd’hui d’avoir accès à une large bibliothèque de contenus. 500 millions de tweets sont ainsi rédigés et échangés chaque jour par les internautes. Réseaux sociaux et innovation : les 3 règles à suivre
  31. 31. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 31 Les réseaux sociaux peuvent permettre aux entreprises de devenir plus innovantes. Elles peuvent notamment les exploiter comme sourcing, car ces médias sont idéaux pour trouver de nouvelles idées, effectuer des benckmarks ou identifier des best practices. Mais elles devront suivre trois règles afin d’en tirer pleinement profit : Tout d’abord, ne pas se noyer dans la masse de datas disponibles. Une sélection minutieuse des données doit être effectuée afin de rester concentré sur le sujet concerné. Si l’information n’a pas de lien avec le sujet en question, il est préférable de l’écarter. La « sérendipité » sur le web est bien souvent l’équivalent de la procrastination dans le monde réel ! Ensuite, savoir séparer le bon grain de l’ivraie. Cette masse de contenus échangés sur Facebook ou Twitter contiennent des informations véritables et vérifiables, mais aussi bon nombre de Fake News. La source de l’information doit être choisie avec précaution par l’entreprise si la donnée utilisée a une importance majeure pour son développement. Enfin, et c’est peut-être là le point le plus important : savoir tirer profit de la réactivité de ces canaux. Les réseaux sociaux permettent de lancer une idée ou un concept sans avoir besoin de créer un nouveau produit et de le lancer. Si les retours sont positifs, alors il existe un marché. Une entreprise pourra ainsi tester un MVP (Most Valuable product) et sonder le public en limitant les ressources allouées. Un point essentiel dans le contexte économique et concurrentiel actuel ! Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Transformer l’audience en communauté sur les réseaux sociaux »
  32. 32. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 32 2.10 François Laurent : Les médias sociaux n’ont jamais rendu intelligents Coprésident de l'Adetem, Directeur de Consumer Insight, Auteur de Marketing : 100 pages, ça suffit !, Rédacteur de MarketingIsDead, enseignant LinkedIn : françois-laurent-662bbb2 Twitter : @MisDead Lien : MarketingIsDead.net Surfer sur les médias sociaux nous rend-il, sinon plus intelligents, sinon plus créatifs ? A en croire une étude publiée par le MIT Sloan Management Review, les utilisateurs de Twitter se révéleraient plus « innovants ». Revoici posée par une autre biais, la question de l’intelligence collective et de sa dynamique vertueuse : plus on se promène sur les médias sociaux, plus on glane d’informations utiles … et plus on développe ses capacités d’innovation. … et les imbéciles deviennent des surdoués ! Mieux vaut se méfier des utopies – et surtout des corrélations que l’on prend pour des causalités, comme le souligne Albert Jacquard dans La science à l'usage des non- scientifiques. Je pourrais également citer Dostoïevski évoquant le bagne dans Souvenirs de la maison des morts : « Sans doute plus de la moitié d’entre eux [les bagnards] savait lire et écrire. J’ai entendu dire que quelqu’un, de données semblables, avait tiré la conclusion que l’instruction était un fléau pour le peuple ». Bien sûr, les gens qui fréquentent les médias sociaux – et plus particulièrement les médias sociaux professionnels – sont-ils plus aptes à innover ; mais sans doute conviendrait-il de distinguer ceux se contentent d’une lecture plus ou moins passive de ceux qui diffusent régulièrement des contenus originaux : et très certainement on s’apercevra que les seconds sont plus créatifs que les premiers. Les professionnels qui publient sur leur blog, relaient sur Twitter et LinkedIn des articles, postent des présentations sur SlideShare, le font pour développer leur Personal Branding – a minima pour prouver à leurs confrères qu’ils sont plus doués qu’eux, mais le plus souvent pour développer leur business.
  33. 33. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 33 Si les lecteurs passifs s’intéressent à leurs écrits, c’est qu’ils y trouvent quelque intérêt … et donc que ces contenus sont de qualité : ils émergent du brouhaha ambiant, de la gigantesque cacophonie de la toile. Logique donc que ces professionnels capables d’enrichir la profession de réflexions originales se montrent aussi doués au sein de leur entreprise pour l’innovation : ils savent repousser les limites et communiquer les idées qui bouillonnent en eux. Inutile donc de pousser ses collaborateurs à errer sur les médias sociaux : on n’y gagnera qu’à leur faire perdre leur temps – et l’argent de l’entreprise ! Mieux vaut recruter des spécialistes qui abreuvent déjà la toile de réflexions originales – et ne surtout pas les brider ensuite. Twitter, LinkedIn et autres SlideShare n’aideront jamais des collaborateurs médiocres à devenir créatifs ; par contre, en vous y promenant régulièrement, vous pourrez y recruter des éléments de choix, capables de pousser votre entreprise dans ses retranchements et de la faire innover.
  34. 34. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 34 2.11 Claire Lavielle : Internet a considérablement révolutionné notre façon d’innover Sandwich training / marketing digital / innovation/ IESEG / Puig / Luxury / Marketing content / Big Data / Social Media / China/ Interested in learning and sharing / Future Speaker / Businesswoman / Globalization / Looking for experiences LinkedIn : claire-lavielle-92b961a7 Twitter : @ClaireLavielle_ Innovation, voilà un mot très tendance en ce début de 21ème siècle : innovation destructrice, innovation digitale, innovation disruptive, innovation entrepreneuriale et bien d’autres. Toutefois, nous n’allons pas nous attarder sur le terme « innovation » : si le mot a connu un essor médiatique dernièrement, il s’agit bien là d’un concept très ancien. En revanche, l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux a considérablement révolutionné notre façon d’innover : nos habitudes de consommation, de communication et d’accès à l’information ont été bouleversées. L’accès à l’information est devenu universel et la multiplicité des sources d’informations est immense. Une communauté mondiale et fraichement connectée s’est alors développée. L’avènement d’Internet a permis la démocratisation et le partage de communautés, de langues, de méthodes de travail, de propositions de services accessibles par tous, à tout moment et n’importe où. Cette ouverture et cette facilité d’accès étaient autrefois inexistantes et ont révolutionné notre quotidien. En parallèle de la généralisation de cet accès à Internet, les réseaux sociaux ont rapidement pris une place prépondérante dans l’accès à l’information. Une étude réalisée pour l’édition 2016 du Digital News Report du Reuters Institute of Journalism auprès de 50 000 personnes dans 26 pays révélait que 51% des individus utilisent les réseaux sociaux pour accéder à l’information. Un an plus tard, ce sont plus des deux tiers des Américains (67%) qui s’informent désormais via les plateformes sociales, dont 20% fréquemment, selon le nouveau rapport du Pew Research Center1 sur l’usage des réseaux sociaux dans l’accès à l’information. Et près de la moitié le font sur le seul Facebook. Les réseaux sociaux se montrent plus performants que les médias pour amener les lecteurs vers les informations : par le nombre d’utilisateurs mais aussi grâce à leurs algorithmes. Ils proposent du contenu suivant un historique de lecture : nul besoin de faire la démarche 1 Etude menée en août 2017 sur 4971 adultes américains
  35. 35. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 35 d’aller chercher les informations. De plus, ils sont simples d’utilisation, rapides et gratuits. Sans attendre, les utilisateurs peuvent avoir accès à leur contenu 24H/24, 7J/7. Qui dit réseaux sociaux, dit multiples échanges et nombreuses interactions sociales. Comme Steve Jobs l’a plusieurs fois affirmé, c’est de ces interactions et de ces confrontations de pensées que naissent et fleurissent des idées qui vont plus tard déboucher sur des innovations. “Innover, c'est savoir abandonner des milliers de bonnes idées.” (Steve Jobs) Il n’y a pas d’innovation sans bonnes idées. Alors que les relations interpersonnelles construites lors des réseautages et networkings traditionnels prouvent encore leur efficacité, elles n’en sont pas moins devenues fortement limitées face à la démultiplication des informations et connaissances échangées sur les réseaux sociaux. Différentes formes de collaboration latente peuvent s’extraire à partir des interactions sociales pour l’accès à l’information. En effet, chaque plateforme sociale ou réseau répond à des critères différents : par exemple, la plate-forme Twitter est connue comme la plate- forme sociale la plus largement utilisée pour l’échange instantané d’informations. Cependant, Facebook reste le plus utilisé comme premier moyen d’accès à l’information. Chaque écosystème créé permet la symbiose d’idées, le brainstorming en commun, de s’exprimer librement et de s’inspirer de tous. Car oui, accéder à la diversité et à la multiplicité des réseaux sociaux, c’est accéder à une source inestimable d’inspiration et d’échanges qui nous poussent à nous montrer plus innovants !
  36. 36. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 36 2.12 Karine Lazimi Chouraqui : Etre ou ne pas être innovant(e) Tombée dans le web en 1994, Karine a piloté l’Innovation pour Allianz et l’embarque vers le digital jusqu'en 2015. Elle fonde LCK Assurances avec une expertise Immobilier, Entreprises & E-réputation LinkedIn : karinelazimi Twitter : @karinelazimi Lien : assurancesfinances.com Et si nous étions toutes et tous véritablement innovants ? L’innovation est en nous depuis que nous sommes in utero. Le système éducatif normé, nous transforme et fait disparaitre toute spontanéïté, curiosité, créativité, authenticité. Nous sommes depuis petits contraints à suivre des règles et processus pour nous insérer dans une société complètement bordée qui en fait est aux antipodes de l’innovation. Pendant l’enfance, nous avons par exemple des problèmes de mathématiques à résoudre et nous sommes incités à trouver la bonne solution en lieu et place d’identifier les mauvaises solutions. Pour les rédactions, nous sommes dans le même raisonnement, l’enfant n’est pas sollicité pour réfléchir au sujet qu’il souhaiterait traiter. Il doit exécuter une demande du professeur, et rédiger une rédaction selon un thème définit au préalable. En quelques mots, le système éducatif est basé sur comment trouver des solutions avant même de nous apprendre à identifier des problèmes et rend l’humain réellement assisté au lieu de le laisser complètement acteur. Ensuite, quand nous arrivons en entreprise il nous est demandé d’être innovant et de briser ce moule qui a pris des années à se concevoir. De nombreuses personnes n’arrivent jamais à quitter ce moule. Alors comment certaines personnes, avec les années, conservent leur imagination, leur créativité ? Comment ces personnes la cultivent ? comment restent-ils « Out of the box » ? Je vais vous donner en toute modestie, simplement mon exemple, parce qu’il est plus simple de parler de soi que de risquer de froisser certaines personnalités ;-)… L’innovation passe par les insights, ce que l’on ressent, l’empathie, le parler vrai, le concret et pas uniquement par les concepts… les plus grandes innovations sont des idées issues d'expériences qui n’ont pas réussi et après avoir tiré l’enseignement sont devenues des innovations… parce qu’il faut implémenter, appliquer, mettre en place une idée pour qu’elle puisse devenir concrètement une innovation.
  37. 37. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 37 Alors vous me direz mais les réseaux sociaux dans tout cela ? Eh bien cela recréé du lien, de la relation humaine, du concret… Oui je n’ai jamais eu autant de relations qu’aujourd’hui, parce que je m’efforce de découvrir pas seulement les idées postées mais surtout les auteurs de ces messages que ce soit par twitter ou Linkedin. L’accès à l’information et aux réseaux sociaux nous permettent, selon moi, de stimuler notre curiosité, complètement enfouie au plus profond de chacun, et nous rend ainsi plus innovant(e). En effet, lire et interagir nous oblige à nous poser des questions c’est en quelques sortes les vases communicants… Concrètement, lorsque j’étais en charge de l’Innovation d’un grand Groupe, j’ai fait entrer les réseaux sociaux comme outil de transformation en interne pour développer les plateformes collaboratives et faire en sorte que les employés puissent appréhender ces nouvelles formes de travail (réseaux sociaux d’entreprise). Puis très vite, nous avons accompagné les employés avec des guides d’utilisation pour un bon usage des réseaux sociaux, de l’e-réputation, d’une posture à adopter sur le digital, surtout en cas de crise majeure. Dans le cadre de l’innovation, nous avons industrialisé les réseaux sociaux jusqu’à répondre aux clients sur twitter et Facebook et créer les débuts de la relation client digitale pour l’entreprise, les débuts des retours clients en temps réel pour améliorer les processus, les offres mais également nos relations avec nos clients. J’ai donc probablement une partie de moi-même qui n’a pas été transformée par le système et je lutte au quotidien pour que le système ne puisse pas modifier mon essence, mon ADN, A vous de mettre le curseur et de choisir d’être ou de ne pas être innovant(e). Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Les réseaux sociaux pour simplifier les relations avec les autres »
  38. 38. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 38 2.13 Hubert Leclézio : L’innovation au cœur d’un écosystème Natif de l’Ile Maurice. De formation triple -Scientifique, informatique et MBA - il dirige les fusions/acquisitions du plus grand conglomérat local. Il est membre de conseils d’administration de sociétés de ce groupe LinkedIn : HubertLeclezio Twitter : @lecleziohubert L’étoile et la clé de l’Océan Indien 2 L’Ile Maurice a longtemps agit comme pierre angulaire sur la carte du Monde, représentant un point stratégique sur la route des Indes. Ce pays dont les habitants sont tous originaires d’ailleurs est un vivier multilingue, multiculturel et entrepreneurial. A la croisée des continents, s’appuyant sur cette richesse historique et culturelle, Maurice en tire sa force pour y faire des affaires avec le dynamisme asiatique et selon les modèles de bonne gouvernance européens. Cette île perdue au milieu de l’Océan Indien est connectée au monde principalement par le câble à haut débit SAFE. Le câble SAFE est un câble fibre optique sous-marin de dernière génération reliant Melkbosstrand en Afrique du Sud à Penang en Malaisie. Son nom est l'acronyme de South Africa - Far East, soit celui de ses deux extrémités en anglais. L’Ile est donc très bien placée sur l’autoroute de l’information avec un taux de pénétration élevé d’abonnements mobiles (144 pour 100 habitants) et internet (86.3% de la population) avec accès aux principales chaines satellitaires internationales (Statistics Mauritius, 2017). L’Ile, un caillou indépendant de 1 865 km2 a peu de ressources naturelles et ne doit compter que sur elle-même pour se développer et subvenir aux besoins de sa population. Elle n’a d’autres choix que de s’appuyer sur l’entreprenariat pour générer des richesses. Quasi tout Mauricien a une âme entrepreneuriale et nombreux sont ceux qui cumulent un emploi stable et une activité parallèle. Le Mauricien est souvent agile, opportuniste en affaires et ouvert à l’innovation tant qu’elle peut lui être bénéfique. L’innovation est le cœur de l’écosystème mauricien. On ne parle pas ici d’innovation dans le sens des innovations technologiques mais d’une perspective business, économique et de politique étrangère. 2 Soit en latin « Stella Clavisque Maris Indici », la devise de l’Ile Maurice
  39. 39. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 39 Parti d’un seul secteur d’activité, l’industrie sucrière, le pays a su innover au moment de l’indépendance pour s’adapter au contexte économique mondial en perpétuelle mutation à travers la diversification de son économie : tourisme, services financiers, secteur manufacturier, textile, externalisation (Business Process Outsourcing) … L’Ile n’est pas un centre d’innovation technologique (produits et procédés) faute de moyens et ce n’est pas l’accès à l’information qui y changera quelque chose. La capacité des start-ups à lever des fonds pour des secteurs novateurs et risqués demeure limitée. De plus en plus d’autres options sont toutefois explorées sur internet pour les start-ups mauriciennes : les plateformes de crowdfunding et de crowdlending se multiplient en Afrique. Les réseaux sociaux permettent d’augmenter leur visibilité, et d’atteindre des investisseurs autrefois peu accessibles, ce qui permet alors à certains de lever suffisamment de « seed capital » pour initier leurs activités. Ces méthodes restent limitées et ne touchent qu’une infime partie de la population. Le secteur privé mauricien investit dans des entreprises et des projets ciblés, et le financement public pour la recherche fondamentale est minime. Les moyens sont restreints et l’Ile Maurice se focalise sur les marchés de niche où elle conserve un avantage compétitif mondial. Toutefois depuis le début du siècle des projets de recherche intéressants voient le jour. L’innovation ici se situe au niveau des compétences humaines (soft skills), de l’innovation en commercialisation et en organisation : historiquement il y a eu le tissage d’un réseau d’accords internationaux et notamment du fameux traité de non-double imposition avec l’Inde qui a fait de l’Ile Maurice un moteur de l’investissement étranger en Inde (33% de l’investissement direct étranger en Inde a transité par l’Ile Maurice entre avril 2000 et mars 2016). Le tourisme de l’Ile par exemple a su se transformer pour ne pas seulement vendre une mer azurée, du soleil et des plages de sable blanc mais aussi un sens de l’hospitalité, une expérience, le partage d’un savoir-être où il fait bon vivre et travailler ensemble… Pour cela nul besoin de réseau social, Chatbot, Intelligence Artificielle, de Robot, d’objets connectés mais juste d’écoute du client, ce qui est le plus important pour celui qui a tout et choisit de venir s’installer et se détendre ici. Néanmoins, on ne peut ignorer que selon le rapport de la GSMA, « le secteur mobile est devenu la plateforme préférée pour créer, distribuer et consommer du contenu et des services numériques, y compris ceux qui aident à relever les différents défis sociaux présents dans la région. Les opportunités d’innovation dans le secteur mobile attirent talents et investissements dans l’écosystème de start-up technologiques en Afrique subsaharienne. » Même si de nombreux efforts sont à réaliser au niveau de l’accès au financement public et privé, ainsi qu’à l’établissement d’un centre d’innovation technologique et scientifique à Maurice, il semble naturel que la présence des réseaux sociaux et l’hyper-connectivité propre à notre époque viennent s’ajouter à l’instinct entrepreneurial du Mauricien pour consolider notre position de terre d’innovation - pont entre l’Afrique et l’Asie.
  40. 40. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 40 2.14 Didier Le Gorrec : Sortir de sa zone de confort digitale Fondateur et dirigeant de Madras Editing, j’anime les newsrooms externalisées que nous proposons aux entreprises pour rendre leur marque visible avec du contenu de qualité LinkedIn : didier-le-gorrec Twitter : @DLeGorrec Sincèrement, je ne pense pas que l’accès aux réseaux sociaux rende de facto un individu plus tourné vers l’innovation que ses semblables. L’essentiel est de savoir quelle exploitation il en fait. C’est comme tout le reste, dans la vie, si je puis me permettre cette généralité. Vous êtes heureux d’habiter Paris parce que la ville regorge de musées, mais si vous n’y allez jamais, vous n’en tirez aucun bénéfice. Vous vous enthousiasmez que Londres ne soit qu’à 2 heures 30 de la gare du Nord, mais si vous ne prenez jamais l’Eurostar, à quoi bon ? Tout est une question de choix, de sens que l’on veut mettre dans son expérience des réseaux sociaux. Ce qui est certain, c'est que l’information abondante est devenue une donnée contextuelle. Loin de créer ipso facto les conditions de l’innovation, la surcharge informationnelle entraîne au contraire un déficit d’attention et de créativité. Je ne peux que citer ici le fameux hikikomori, cette pathologie identifiée par les Japonais et qui se manifeste par l’isolement total de l’adolescent, qui ne connaît plus que son écran. L’une des formes de ce trouble (le « hikikomori du savoir ») est un trou noir cognitif dans lequel la personne s’engouffre en devenant hyper-méga spécialisée dans son domaine de passion. Bref, en se fermant à tout le reste. À travers cet exemple, certes extrême, je veux juste rappeler que « surcharge informationnelle » et « innovation » sont bien souvent en antonymie. Or le socionaute peut facilement être victime de l’infobésité. Je considère qu’il est plutôt intéressant de revenir aux fondamentaux de l’innovation. Qu’est-ce qu’innover sinon sortir de sa zone de confort ? La régénérescence est à ce prix. On innove parce qu’on ouvre ses chakras sociaux et qu’on étend ses antennes à d’autres spécialités que la sienne. On innove parce qu’on va prendre l’oxygène ailleurs. Et que l’on sort d’un certain cadre : mots formatés, concepts dominants, etc. Pour le coup, les réseaux sociaux ont vraiment un rôle à jouer. Et particulier Twitter, si
  41. 41. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 41 l’on veut piloter différemment sa veille et développer une démarche d’abonnements très ouverte. Personnellement, moi qui travaille beaucoup autour des mots, en particulier pour élaborer des stratégies éditoriales, je m’attache à voir comment certains créatifs — dans d’autres domaines que le mien — assurent le cheminement de leur pensée et présentent le triptyque attentes – concept marketing – bénéfices utilisateurs. Je suis en particulier un inconditionnel du parler de certains architectes ou urbanistes (pas tous), dont la richesse sémantique est inspirante ! Connectez-vous par exemple sur le site de présentation de projets Archiliste, au blog de l’urbaniste Céline Guyot (qui ose évoquer des « contradictions acceptées comme chemin vers la pertinence ») ou encore à certains comptes Twitter d’artistes de talent comme celui de l’inclassable Jacques Clayssen (@klioutchov). Ah oui, j’oubliais, la prose unique de l’urbaniste Paul Ardenne, qui relayait récemment sur son blog un de ses articles de la revue Archistorm sous le titre « Etre ou être biscornu, le déraillement architectural ». Pour quelqu’un comme moi qui élabore les éléments de langage des entreprises, je vous assure que ces morceaux de lyrisme captés sur les blogs et les réseaux çà et là sont inspirants tant ils se situent à des années-lumière du corpus expressif de la communication corporate. Ils contribuent à rafraîchir ma propre boîte à outils. Si les médias sociaux favorisent l’innovation, c’est comme cela que cela se traduit, en tout cas pour moi.
  42. 42. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 42 2.15 Martine Le Jossec : Les médias sociaux, terreau de l’innovation ? Consultante et formatrice en communication, marketing et stratégie digitale. Engagée dans de nombreux collectifs : #LBDW #BougeTaCom #LevitoClubExpert #612Rencontres #DigitalLadies #TEDxChampsÉlyséesWomen #EnergieFemmes #Axielles LinkedIn : martinelejossec Twitter : @loutro1990 Site : martinelejossec.com L’accès à l’information et aux médias sociaux rend-t-il plus innovant(e) ? Vaste sujet. Sait-on d’ailleurs vraiment comment émerge l’innovation / la création / l’invention (quel que soit le nom que l’on donne au fait de produire de la nouveauté) ? Les réponses sont multiples et chaque expérience est unique. Pourtant, si on ne sait pas toujours quel facteur déclenche l’innovation, on en sait un peu plus sur les conditions qui la favorisent. Le terreau de l’innovation, le « bouillon de culture » de la création, c’est bien souvent quand foisonnent, se confrontent et s’entrecroisent, voire se complètent ou se confrontent, plusieurs idées et opinions diverses, contradictoires et variées. Ajoutons à cela une forte dose de sérendipité pour que les connexions se fassent… Or, quel meilleur territoire d’exploration de l’inconnu, d’ouverture d’esprit, d’aventure et de découvertes que le web ? Quel meilleur générateur de sérendipité ? Quel meilleur endroit pour trouver rapidement des trillions d’informations ? En quelques clics, tout un chacun peut se connecter aux plus grandes découvertes scientifiques et cours d’universités prestigieuses, mais aussi aux travaux des artistes les plus créatifs ou farfelus, voire aux opinions les plus engagées, argumentées ou opposées. Et dans ce vaste terreau d’investigation, les médias sociaux permettent encore plus de connexions entre les êtres humains. Grâce à eux, on peut interagir, échanger et brainstormer avec la terre entière (ou presque) et suivre l’actualité et les idées de personnes qu’on n’aurait jamais eu l’occasion de rencontrer par ailleurs. Pop star hollywoodienne, ministre, philosophe, écrivain ou agricultrice de l’autre bout de la planète, spécialiste du marketing ou de l’intelligence artificielle, la terre entière est à portée de clic. Il y a pourtant un écueil à éviter : Il faut contourner le piège de « l’enfermement » des médias sociaux et des moteurs de recherches. De plus en plus, avec la mise en place des
  43. 43. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 43 algorithmes et la logique du référencement, le risque est grand de ne faire plus aucune découverte et de ne plus se laisser surprendre. Ils ne nous proposent que des suggestions et informations dans des domaines qui nous plaisent déjà. Or, quoi de plus mortifère pour l’innovation que de subir les timelines organisées et sans surprise ? Au contraire, il faut se laisser l’opportunité de découvrir de nouvelles tendances et oser dénicher les contenus impopulaires pour sortir des sentiers battus et de notre zone de confort ! Par exemple, ne pas hésiter à se mettre en fenêtre de navigation privée, à utiliser des alternatives à Google (comme https://millionshort.com/) et surtout à se connecter avec des personnes diverses et variées qui sortent de nos domaines de compétences, voire de nos centres d’intérêt …. Bref, les médias sociaux sont un formidable terreau pour l’innovation … mais cela dépendra surtout de la qualité et de la curiosité des humains qui y sont actifs. Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Quali plutôt que quanti sur les réseaux sociaux »
  44. 44. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 44 2.16 Virginie Le Mée : Réseaux Sociaux : le renouveau du libre échange Virginie a plus de 25 ans d’expérience dans le domaine de l’assurance, et plus particulièrement dans la gestion des risques. Après 20 ans chez Axa, elle entre en 2011 à la MACSF, où elle créée la direction des risques et du contrôle interne. Elle a rejoint la Macif en 2016 au poste de Directrice des Risques et du Contrôle Permanent du Groupe. Elle est membre de l'Institut des Actuaires et préside la commission Analyse des Risques de la FFA LinkedIn : Virginie Le Mée Twitter : @Lemeevirginie Le 20ème siècle s’est achevé avec le boom des technologies de l’information, de la généralisation d’internet pour le grand public et de l’utilisation du téléphone portable. Dans sa continuité, le 21ème siècle s’est ouvert sur les tablettes tactiles, les objets connectés, le développement du cloud, l’intelligence artificielle, le big data….. Autant de progrès techniques qui bouleversent aujourd’hui nos modes de consommation, de communication, de travail, d’apprentissage… Les réseaux sociaux sont le fruit du développement de ces nouvelles technologies et contribuent à cette évolution de nos modes de vie. Ils sont le vecteur d’une communication de masse, polymorphe, mondialisée et surtout instantanée. On pourrait les résumer en deux fonctions d’utilité : courroie de transmission de l’information d’une part et accélérateur de connections d’autre part. Les réseaux sociaux incarnent ainsi le renouveau du libre-échange : ils facilitent la mise en relation, relaient des milliards d’information, favorisent l’émergence d’idées nouvelles et la combinaison d’idées anciennes, et participent ainsi à l’accélération des mutations socio- économiques. C’est à ce titre qu’ils favorisent l’innovation et plus exactement les porteurs d’innovation. Car, tel que le formulait J. Schumpeter, la base de l’innovation est l’entrepreneur et non pas la technologie. Les réseaux sociaux incarnent l’intensité technologique de l’ère du digital sous laquelle explose le nombre d’entrepreneurs, tous à la recherche d’idées créatrices. Pour autant, la réelle difficulté de ces nouveaux entrepreneurs réside bien dans leur capacité à faire émerger des idées nouvelles, en se débarrassant des idées anciennes (JM Keynes), dans un monde économique en mutation. : « Ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a inventé l’ampoule électrique ». C’est donc la capacité de ces entrepreneurs à comprendre le dynamisme de l’innovation et d’en créer les conditions d’exploitation qui est à la base d’un renouveau économique, créateur de valeurs.
  45. 45. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 45 2.17 Arnaud Le Roux : La micro-stimulation social-média Présentation : #CDO solutions digitales @Open_ESN | #Digital Evangelist, Coach & profiler Conférencier et professeur | #mobile #NeuroSciences #ia #Mobile #SocialMedia LinkedIn : arnoelroux Twitter : @ArnaudLeRoux Il est de plus en plus difficile d'échapper aux réseaux sociaux. Leur nombre, leur importance dans notre quotidien, le liant qu'ils génèrent avec nos proches amènent un grand pourcentage de la population à "migrer" de façon sybiline, et dans le temps, vers ces nouveaux types d'interactions. De façon plus professionnelle, nous voyons depuis quelques années (assez peu, quand on y réfléchit) nos entreprises et autres "entités juridiques" migrer vers ces plateformes, elles aussi, légitimant d'autant plus le temps passé sur ces dernières, y compris au travail. C'est ainsi que quotidiennement, alors même que nous sommes dans les transports direction le bureau, ou devant notre ordinateur, au travail, bien installés, nous passons quelques micro- minutes à lire, partager, "liker", les news des personnes que nous suivons ou qui nous notifient. Cela agit sur notre cerveau comme autant de "micro stimulations" qui, mises bout à bout, ont un vrai rôle d'apprentissage et synapstique. Il est dès lors assez évident de faire le lien avec l'innovation et l'effet que cet apprentissage a sur nous et notre capacité à évoluer dans nos entreprises avec toujours "ce temps d'avance". L'innovation se nourrit de cela, et celles et ceux qui s'y soumettent voient leur mindset rester toujours en phase avec les grandes tendances du moment. Au dela de la veille, il y a aussi les interactions humaines que les réseaux génèrent. Il est rare, au fil du temps, de rester dans une veille passive. A force d'y évoluer, on se met de plus en plus à se réapproprier, à partager, faire de la curation, puis échanger, répondre, et enfin rencontrer (pour de vrai ^^) celles et ceux qui nous suivent. Ces interactions deviennent de plus en plus enrichissantes et nous font là encore entrer dans un cercle vertueusement innovant. Bref, la relation entre les réseaux sociaux et un mindset innovant n'est de mon point de vue plus à démontrer. Il reste à faire en sorte que cela ne déborde pas sur le reste (il est aisé de tomber dans une surconsommation social-média, de nos jours) afin que vertueuse, notre vie virtuelle demeure.
  46. 46. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 46 2.18 Guillaume Levavasseur : Twitter et LinkedIn : de puissants outils de veille, de réflexion et de partage au service de l’homme et de l’innovation Directeur Business Development du @Label_ADEL #Ethics #Algorithm #DataScience #BigData #IoT #RGPD #esante ex @esante_gouv_fr #Insurance #CyberSecurity #Data #tech #IA LinkedIn : guillaumelevavasseur Twitter : @GuiLevass Au-delà des médias traditionnels, depuis 2010 via Twitter, LinkedIn (Slideshare et Pulse) et Medium, je ne cesse de puiser et d’amasser tant de connaissances sur la transformation numérique de notre monde moderne et leurs impacts technologiques et sociétaux qu’il m’a très vite semblé intéressant et constructif de les partager auprès de ma communauté de followers (aujourd’hui 10,5K sur Twitter et 5,5K sur LinkedIn) pour laquelle je suis très accessible et ouvert. Twitter m’est apparu évidemment comme une des sources de lectures, d’intérêts et de réflexions la plus appropriée, mais aussi et surtout comme le moyen de soumettre et de confronter mes idées sur l’innovation technologique et organisationnelle dans tous les secteurs d’activités que je partage avec un grand nombre de Twittos et de relations via LinkedIn que j’ai souvent eu la chance de croiser ‘‘IRL’’ (In Real Life, comme on dit dans notre jargon !). C’est dans cet esprit que je propose une veille à la fois sectorielle (le plus souvent liée à la santé et la finance, mais aussi à l’assurance)et technologique (Big Data, IoT, Blockchain, etc.), et de fond (plus philosophique ou de type MIT Review, d’experts, Think Tanks ou institutions reconnus dans leurs domaines, etc.) car je crois que l’innovation vient de ce que des idées ou des principes, dans nos propres habitudes, nos certitudes et nos parti-pris, en viennent à être bousculées par des réflexions et initiatives transversales et pluridisciplinaires, quelquefois dérangeantes, qu’il faut absolument encourager. Cela brise les nombreux silos qui nous entourent, notamment entre différents métiers ou secteurs qui croient devoir s’ignorer alors qu’ils ont tout à gagner à se parler, à s’ouvrir à d’autres manières de penser et d’agir. C’est tout le problème de ces freins à l’Innovation que l’on ne peut que constater : ils sont avant tout culturels avant d’être purement technologiques ! Il faut replacer l’humain au cœur des nouvelles technologies, afin qu’il se (re)parle en vrai et agisse de concert. C’est en ce sens, que les outils que j’utilise, les algorithmes qui m’aident dans ma pratique me permettent d’être plus focus sur les aspects conceptuels ou technologiques complexes ou compliqués et de les challenger avec d’autres experts, et de benchmarker les solutions les plus performantes, mais aussi les moins bonnes (pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné).
  47. 47. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 47 Pour être plus concret, c’est grâce à l’ensemble de ces outils le plus souvent automatisés de recherche et de veille (IFTT, Slack, Nuzzel, Facebook avec parcimonie, Buffer ou Tweetdeck pour les choix, sélection d’articles à dispatcher de façon instantanée ou programmée sur plusieurs médias, LinkedIn, etc.), que nous devenons nous-même plus exigeants sur la qualité, la pertinence de ces informations, pour qu’elle soit la plus utile à chacun de nous et nous permette d’innover, directement ou indirectement, de manière consciente ou par accident, par-delà les frontières technologiques, humaines et géographiques ! L’innovation n’est pas seulement technologique, car pour innover il faut avant tout répondre à un besoin ou une nécessité (être soigné, acheter quelque chose si possible en un clic !): toutes ces avancées technologiques nous permettent de libérer du temps, afin de se consacrer à l’essentiel, selon moi, c’est-à-dire pouvoir s’octroyer plus de temps, à titre privé ou professionnel, avec ceux avec qui nous aimons partager nos projets, nos passions, nos vies ou plus simplement qui ont besoin de nous. Ces innovations, grâce en particulier à l’essor des réseaux « sociaux » devenus de plus en plus professionnels, permettent ces rencontres sagaces, ces relations de confiance ou amitiés nouées au fil de rencontres virtuelles et réelles entre passionnés d’horizons divers et variés, et offrent une nouvelle vision du monde plus ouverte et partagée que nous coconstruisons bel et bien ensemble, sans crainte. C’est ainsi que nous pouvons échanger, partager et confronter nos idées d’innovation, et mieux appréhender les risques et enjeux technologiques pour le plus grand service de l’homme de demain, ensemble.

×