Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Livre Blanc - partie 1 - "L'accès à l'information et aux Réseaux Sociaux rend-il plus innovant.e ?"

65,135 views

Published on

Composé de deux tomes, le premier en français et le second en espagnol, ce 5eme livre blanc, sur le thème de l'accès à l'information et de l'innovation, propose le regard de plus de 180 participants sur les résultats d'une étude publiée dans la « MIT Sloan Management Review » qui indiquait que les utilisateurs de Twitter seraient plus innovants que les autres ! Interrogeant sur les sources d'inspiration permettant le développement de l'innovation et la découverte de nouvelles idées, ce livre blanc vise à partager des avis variés sur ce thème.

Published in: Business
  • The #1 Woodworking Resource With Over 16,000 Plans, Download 50 FREE Plans... ●●● http://tinyurl.com/yy9yh8fu
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Nice !! Download 100 % Free Ebooks, PPts, Study Notes, Novels, etc @ https://www.thesisscientist.com/top-30-sites-for-download-free-books-2018
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here

Livre Blanc - partie 1 - "L'accès à l'information et aux Réseaux Sociaux rend-il plus innovant.e ?"

  1. 1. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 1 L’ Par Alban Jarry & Collectif Couverture Jean-Denis Garo et Vincent Perquira
  2. 2. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 2 Livre Blanc publié avec le soutien de : Associations, écoles, médias, journaux et blogs
  3. 3. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 3 Sponsors du Livre Blanc et du Blog : GOLD SPONSOR DU BLOG albanjarry.wordpress.com SPONSORS DU BLOG albanjarry.wordpress.com Publication : mars 2018 ISBN : 978-2-900819-00-5 EAN : 9782900819005 © 2018 albanjarry.wordpress.com - Tous droits réservés
  4. 4. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 4 Sommaire 1 INTRODUCTION ................................................................................................................................. 7 1.1 PREFACE ...........................................................................................................................................7 1.2 PARTICIPANTS ....................................................................................................................................9 1.3 SOUTIENS..........................................................................................................................................9 1.4 AVERTISSEMENT A PROPOS DE CE LIVRE BLANC........................................................................................10 1.5 OBJECTIFS DE CE LIVRE BLANC..............................................................................................................10 1.6 À PROPOS DE CE LIVRE BLANC ..............................................................................................................10 1.7 COPYRIGHT......................................................................................................................................11 2 REGARDS SUR LES RESEAUX SOCIAUX ............................................................................................. 12 2.1 BENOIT ANGER : L’INNOVATION EST UN ETAT D’ESPRIT (ET LES RESEAUX SOCIAUX UN MOYEN D’Y PARVENIR)......12 2.2 VALERIE ASSELOT HERPET : LES RESEAUX SOCIAUX M’ONT DONNE ACCES A DES CLIENTS PLUS REACTIFS…PLUS CENTRES SUR LES NOUVEAUX PARADIGMES........................................................................................................14 2.3 DELPHINE ASSERAF : QUEL CATALYSEUR POUR SA CREATIVITE ? .................................................................16 2.4 JEAN-LUC ASTIER : ETRE INNOVANT EN CONJUGUANT LE PRESENT ..............................................................18 2.5 NICOLAS AUBAGNAC : « LES BONS ARTISTES COPIENT, LES GRANDS ARTISTES VOLENT » @SJOBS......................20 2.6 PIERRE AUBERGER : LES RESEAUX SOCIAUX, CATALYSEURS DE L’INNOVATION ................................................22 2.7 MATHILDE AUBINAUD : LES RESEAUX SOCIAUX & LA CURIOSITE COMME TREMPLIN VERS L’INNOVATION ............24 2.8 JEAN-BAPTISTE AUZOU : L’INNOVATION ISOLEE EST UTOPISTE ...................................................................26 2.9 SANDRINE AVENIER : BIEN UTILISES, LES RESEAUX SOCIAUX RENDENT PLUS PRODUCTIF ...................................28 2.10 NADIA BAHHAR-ALVES : L’INNOVATION ET LES RESEAUX SOCIAUX, QUAND LES INTERACTIONS SOCIALES DEVIENNENT GENERATRICES D’IDEES ................................................................................................................30 2.11 PHILIPPE BANCOURT : LES INGREDIENTS DE L'INNOVATION SONT A NOTRE PORTEE ....................................32 2.12 CONSTANCE BAUDRY ET FRANÇOIS RAUCH : DES DATA AFIN D’AMPLIFIER L’IMPACT D’UNE COMMUNICATION DE CONTENUS 34 2.13 ANAIS BECU : APPRENDRE, CREER ET PARTAGER .................................................................................36 2.14 JEROME BEGUIN : LES RESEAUX SOCIAUX RENDENT ACCRO A L’INFORMATION ...........................................38 2.15 SANDY BEKY : L’AUDACE, CE TRAIT D’UNION ENTRE L’INFORMATION ET L’INNOVATION..............................40 2.16 ESKANDAR BENAICHA : DE LA NECESSITE D’INNOVER POUR MIEUX INFORMER ET ENGAGER LES JEUNES..........42 2.17 MADINA BENOUMHANI : SOYEZ CREATIFS ET VOUS VOUS AMUSEREZ......................................................44 2.18 PATRICE BERNARD : LES RESEAUX SOCIAUX AU SERVICE DE L’INNOVATION ..............................................46 2.19 CYRIL BLADIER : LA DATA WEB : UNE MINE D'OR D'INNOVATION QUE VOUS N'EXPLOITEZ PAS.......................48 2.20 VALENTIN BLANCHOT : LIRE AUJOURD’HUI POUR CREER DEMAIN............................................................50 2.21 FREDERIC BOIS : S'INFORMER A 360 DEGRES ET ENTREVOIR LES SIGNAUX FAIBLES .....................................52 2.22 ANNE BOUCHER : SI L’INNOVATION ETAIT UNE REACTION CHIMIQUE, LES RESEAUX SOCIAUX SERAIENT DES CATALYSEURS ..............................................................................................................................................54 2.23 SEBASTIEN BOURGUIGNON : INNOVEZ GRACE AUX RESEAUX SOCIAUX ! ...................................................56 2.24 SOPHIE BOUTREUX : DESIGN, INNOVATION ET EXPERIMENTATION : LE LEURRE DE L’ACCESSIBILITE NUMERIQUE POUR LES METIERS CREATIFS...........................................................................................................................58 2.25 NELLY BROSSARD : DE L’IMPORTANCE CRUCIALE DE L’INFORMATION, DE L’OUVERTURE, DU PARTAGE, DE LA FERTILISATION, ET D’ETRE « CENTRE CLIENT » POUR INNOVER ..............................................................................60 2.26 MERETE BULJO : L’INNOVATION, UNE ENERGIE RENOUVELABLE QUI PUISE SA SOURCE DANS L’HUMAIN .........62 2.27 CLEMENTINE CABROL ET ERYCK FENOT : LES RESEAUX SOCIAUX, NOUVEAU TERREAU DE L’INNOVATION : REGARDS CROISES ........................................................................................................................................65
  5. 5. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 5 2.28 PIERRE CAPPELLI : INNOVER COMMENCE PAR CHANGER D'ETAT D'ESPRIT EN MODIFIANT SA FAÇON DE PENSER, PUIS DE PARTAGER SES IDEES ..........................................................................................................................69 2.29 JEAN-FRANÇOIS CECI : SERENDIPITE, BUTINAGE ET HAPPENSTANCE NUMERIQUES......................................71 2.30 CATHERINE CERVONI : OSER SORTIR DU CADRE A L’ERE DU SOCIAL COOLING.............................................74 2.31 VIOLAINE CHAMPETIER DE RIBES : TWITTER USINE A IDEES ?.................................................................76 2.32 HAGER CHARNI : OUVRIR LE CHAMP DES POSSIBLES.............................................................................78 2.33 FRANÇOIS CHERPION : LES RESEAUX SOCIAUX … DES OUTILS PERMETTANT DE METTRE L’UTILISATEUR AU CŒUR DE L’INNOVATION.........................................................................................................................................80 2.34 FREDERIQUE CINTRAT : ETRE INNOVANT ET ETRE SUR TWITTER ET LINKEDIN OU ETRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX POUR ETRE INNOVANT ?................................................................................................................................83 2.35 JEAN-FRANÇOIS CLEMENT : DE L’INFORMATION ET DE L’INTERACTION NAIT LA VALEUR AJOUTEE !................85 2.36 CYRIL COLLEATTE : RESEAUX SOCIAUX ET INNOVATION - ACCELERATEUR OU BOITE DE PANDORE ?................87 2.37 NATHALIE COUTARD : ÊTRE ACTIF SUR LES RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT ?............................90 2.38 DOMINIQUE CROCHU : TWITTER ? UN ACCELERATEUR DE RENCONTRES EN MODE #3C...............................92 2.39 JEAN MARIE DAVID : THE WORLD IS AWESOME, SO IS INTERNET ............................................................94 2.40 SANDRINE DELAGE : UNE NOURRITURE QUOTIDIENNE QUI PEUT GENERER LE MANQUE !.............................96 2.41 MICHEL DEMARI : RESEAU SOCIAL VIRTUEL........................................................................................98 2.42 ANOUK DEQUE : LES RESEAUX SOCIAUX POUR ECHANGER, DIFFUSER ET PARTAGER ..................................100 2.43 VERONIQUE DI BENEDETTO : LE VERTIGE DE L'INFORMATION..............................................................102 2.44 TRU DO-KHAC : PLACE, UN RESEAU SOCIAL INNOVANT.....................................................................103 2.45 SOPHIE DONGOIS : UNE TOILE D’ARAIGNEE GEANTE AU SERVICE DE L’INNOVATION..................................105 2.46 DAVID DOS SANTOS : JE SUIS LE(S) RESEAU(X) QUE JE SUIS .................................................................107 2.47 JEAN-PHILIPPE DUBOSC : LES RESEAUX SOCIAUX BOULEVERSENT LA MANIERE DE TRAVAILLER ....................109 2.48 CLEMENCE DUMAS-CROUZILLAC ET YVON MOYSAN : COMMENT LES RESEAUX SOCIAUX NOUS FONT VOIR LE MONDE DIFFEREMMENT – REGARDS CROISES...................................................................................................111 2.49 GAEL DUPRET : L’INFORMATION DES RESEAUX SOCIAUX : AMI OU ENNEMI DE L’INNOVATION ? .................115 2.50 VINCENT DUTOT : LA QUESTION DE L’INNOVATION EST UNE QUESTION ANCESTRALE ................................117 2.51 JULIEN FALIU : LES RESEAUX SOCIAUX VOUS POUSSENT A L'ACTION !.....................................................119 2.52 DAVID FAYON : DEUX ACCELERATEURS D’INNOVATION : RESEAUX SOCIAUX ET INTERACTIONS S’APPUYANT SUR LA RICHESSE DES PROFILS .............................................................................................................................121 2.53 MARC-OLIVIER FERRAND : LE PARTAGE DE L’INFORMATION AU PROFIT DE L’INNOVATION BENEFICIANT A TOUT.E.S 123 2.54 VALENTINE FERREOL : ORGANISATION INNOVANTE ET APPRENANTE : DE L’INFORMATION A L’INNOVATION ..125 2.55 SOPHIE FLOREANI : L’INFORMATION AU SERVICE DE L’EXPRESSION DE LA DIVERSITE, SOURCE D’INNOVATION 127 2.56 NANCY FREYERMUTH : INNOVATION OUI MAIS .................................................................................131 2.57 PRAVESH GAONJUR : ETRE A JOUR AVEC L’ACTUALITE SUR LA CYBERSECURITE EN UTILISANT TWITTER..........133 2.58 CYRIL GARNIER : PEUT-ON ETRE INNOVANT SANS RESEAUX SOCIAUX ?..................................................134 2.59 JEAN DENIS GARO : L’INFLUENCE SOCIALE, ACCELERATEUR D’INNOVATION COLLABORATIVE ......................136 2.60 PHILIPPE GASTAUD : LES ASSOCIATIONS D’IDEES FAVORISENT L’INNOVATION..........................................139 2.61 PIERRE GATTAZ : INFORMATION, FORMATION ET INNOVATION ............................................................141 2.62 STEPHANE GIRARDOT : LE SEUL ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX NE SUFFIT PAS A NOUS RENDRE CREATIFS.......................................................................................................................................143 2.63 JEAN-GABRIEL GIRAUD : LA REVOLUTION NUMERIQUE AU SERVICE DE L’INNOVATION SOCIETALE, ETRE ACTEUR ET INTRAPRENEUR SUR LES RESEAUX SOCIAUX ..................................................................................................145 2.64 MICKAEL GUERIN : INNOVATIONS ET RS, UN ETAT D’ESPRIT................................................................149 2.65 CYNDIE GUEZ : RESEAUX SOCIAUX : DES TOILES NUMERIQUES QUI LIBERENT LES PLUMES ..........................151
  6. 6. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 6 2.66 SHAFFICK HAMUTH : LES RESEAUX SOCIAUX SONT DEVENUS INCONTOURNABLES.....................................154 2.67 PIERRE HAUSHERR : LES RESEAUX SOCIAUX CATALYSEURS DE L’INNOVATION...........................................156 2.68 FLORENCE HAXEL : VEILLE, CREATIVITE, INNOVATION… MA THEORIE DES « P’TITS CARNETS »...................158 2.69 CYRIL HLAKKACHE : L'INNOVATEUR, CE MUTANT! .............................................................................161 2.70 DIMITRI HOMMEL VIKTOROVITCH : RESEAUX SOCIAUX OU PORTE OUVERTE SUR LE MONDE.......................163 2.71 SAJEDA HORI NAIKO : RESEAUX SOCIAUX : UN ENJEU POUR LES POLITICIENS EN CAMPAGNE ......................165 2.72 CHRISTINE HUET, MURIEL ROCHER ET NICOLAS SERRE : CONNECTE(E)S POUR INNOVER...........................167 3 AUTEUR DU LIVRE BLANC .............................................................................................................. 171 4 SPONSORS ..................................................................................................................................... 172
  7. 7. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 7 1 Introduction 1.1 Préface Rencontrer des experts pour appréhender l’innovation Dans l’alchimiste, Paulo Coelho avait écrit : « Il n’y a qu’une façon d’apprendre, c’est par l’action ». Ainsi, de nos jours, une nouvelle forme de recette serait susceptible de transformer l’accès à l’information en or numérique ! En effet, selon une étude publiée par le « MIT Sloan Management Review », les utilisateurs de Twitter seraient plus innovants que les autres (1) ! Paulo Coelho avait ajouté « Dans la vie, tout est signe ». Interroger des experts, pratiquant régulièrement les réseaux sociaux, pourrait être un moyen de valider ou non cette hypothèse. De se rendre compte si les secrets de l’innovation pouvaient se percer plus facilement en étant au cœur de cet écosystème qui ne cesse d’en parler. Paulo Coelho enchérissait par « On ne peut se fier à un homme si l’on ne connaît pas la maison qu’il habite. » Dans ce livre blanc, Natacha Zeh met en exergue l’importance de la communication autour ces nouvelles formes d’innovations en écrivant : « + 750% c’est la hausse du terme innovation 2017 en nombre de recherches sur Google depuis fin 2016, effectivement, il semblerait bien que le sujet soit tendance… ». Une première tentation serait donc de s’arrêter sur la description de ce phénomène de mode et de conclure à la futilité de cette question car comme le remarque François Laurent « Twitter, LinkedIn et autres SlideShare n’aideront jamais des collaborateurs médiocres à devenir créatifs » ! Pourtant, depuis la publication du livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux », cette autre phrase de Paulo Coelho revient dans les esprits « Quand nous avons de grands trésors sous les yeux, nous ne nous en apercevons jamais. Et sais-tu pourquoi ? Parce que les hommes ne croient pas aux trésors. » Le hasard a fait que 612 personnes participèrent au sondage réalisé en 2016. Nombre étonnant qui avait rapproché cette aventure du point départ du Petit Prince vers d’étonnantes rencontres : l’astéroïde B612 ! Depuis, le voyage s'est poursuivi en ne cessant de produire des étincelles et une interactivité permanente avec les participants. Depuis, à la fois acteurs et témoins de ce bouillonnement d'idées, ces échanges n'ont jamais cessé d’émerveiller les participants. Au cœur des réseaux sociaux, dans un lieu de rencontres, caché du regard de tous, s’est prolongé ce voyage et ces rencontres. En permanence, il en rejaillit des éclairs qui se démultiplient dans la vraie vie. Voir, en temps réel, naître et croitre des start-up ou des initiatives d’entreprenariat est une chance. Voir des échanges se multiplier sur l’innovation est une opportunité. Jamais sans cet étonnant réseau social qu’est Twitter cette histoire n'aurait été possible.
  8. 8. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 8 L’innovation vient de l’ouverture vers d’autres savoirs, vers d’autres êtres, elle nait de multiples discussions avec d’autres experts et de la remise en cause perpétuelle. Comme un pendule de Newton, qui ne cesse d’interagir, les confrontations génèrent l’inspiration et assemblent différemment des ingrédients qui vont faire la différence. Dans cet univers, chacun s’inspire des autres et inspire les autres. En cette période d’infobésité, où il est facile de s’égarer, tels des fils d’Ariane dans un labyrinthe, ces rencontres aiguillent et facilitent la quête. Plus le réseau est diversifié et large, plus il offre d’opportunités. D’après Karine Lazimi « L’accès à l’information et aux réseaux sociaux nous permettent, selon moi, de stimuler notre curiosité, complètement enfouie au plus profond de chacun, et nous rend ainsi plus innovant(e). » Au-delà de simples mises en relations, les réseaux sociaux sont devenus de formidables vitrines de partages et d’essais. Des laboratoires visibles de tous ! En renvoyant vers des articles regorgeant d’idées, ils démultiplient les portes d’entrées vers le savoir. Les réseaux sociaux sont des amplificateurs modernes. Pour un innovateur, ils sont une chance extraordinaire de recevoir, de semer et de voir quelles idées vont germer plus au moins rapidement. Economiquement, comme l’explique Hubert Leclézio, ils sont une force pour les entrepreneurs car « Les réseaux sociaux permettent d’augmenter leur visibilité, et d’atteindre des investisseurs autrefois peu accessibles, ce qui permet alors à certains de lever suffisamment de « seed capital » pour initier leurs activités. » Et comme le pensait Paulo Coelho, ils peuvent changer l’avenir car « Si tu améliores le présent, ce qui viendra ensuite sera également meilleur. » Le réservoir est illimité. Dans cette capacité à lier les hommes entre eux et de générer le confiance, ils accélèrent la transmission. André Morandi pense qu’ « Etre innovant cela signifie être d'accord avec une vision du potentiel humain au-delà des limites et des contraintes d'un moment donné. » et l’article du « MIT Sloan Management Review » a probablement raison de montrer que les nouveaux usages du numérique sont de formidables relais de la pensée et du rêve car comme le disait Paulo Coelho « C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante. » Ce Livre blanc est, une nouvelle fois, l’illustration qu’il faut sans cesse oser pour explorer le monde et en repousser sans cesse les limites. Qu’il faut en explorer les moindres recoins pour en imaginer d’autres. Ce livre n’aurait jamais pu se réaliser sans les relais de Sophie Perrin en Espagne, Antoine Lepretre de l’Incubateur d’HEC, Mireille Kooh pour l’ADMP au Cameroun et Guillaume Rovere pour l’Ile Maurice, ni sans le renfort de Coryne Nicq, je les remercie pour leur aide. Je remercie aussi particulièrement Jean Denis Garo et Vincent Perquia pour la réalisation de la couverture de cet ouvrage. Par cette image, ils ont su synthétiser l’idée de cet ouvrage. Alban Jarry (1) http://sloanreview.mit.edu/article/how-twitter-users-can-generate-better-ideas/
  9. 9. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 9 1.2 Participants Je remercie particulièrement les 186 participants de ce livre blanc pour le temps consacré à ces nombreuses lignes : BENOIT ANGER, JOSE MANUEL ANTELO GARCIA, QUIQUE APARISI RICO, VALERIE ASSELOT HERPET, DELPHINE ASSERAF, AFANGLO ASSOU, JEAN-LUC ASTIER, NICOLAS AUBAGNAC, PIERRE AUBERGER, MATHILDE AUBINAUD, JEAN-BAPTISTE AUZOU, SANDRINE AVENIER, PAULA AYERBE DARCELES, NADIA BAHHAR-ALVES, PHILIPPE BANCOURT, CONSTANCE BAUDRY, CLAIRE BAUJET, ANAIS BECU, JEROME BEGUIN, SANDY BEKY, JAVIER BELCHI GAZQUEZ, ESKANDAR BENAICHA, MADINA BENOUMHANI, MARIA JOSE BERMUDEZ NAVARRO, PATRICE BERNARD, CYRIL BLADIER, VALENTIN BLANCHOT, FREDERIC BOIS, JOSE ANTONIO BORJA FERRARI, ANNE BOUCHER, SEBASTIEN BOURGUIGNON, SOPHIE BOUTREUX, CYRIL BRIOUDE, NELLY BROSSARD, MERETE BULJO, CLEMENTINE CABROL, PIERRE CAPPELLI, JUAN CARLOS SAMPER, GONZALO CARPIO DEL SAZ, JEAN-FRANÇOIS CECI, CATHERINE CERVONI, VIOLAINE CHAMPETIER DE RIBES, HAGER CHARNI, FRANCOIS CHERPION, FREDERIQUE CINTRAT, JEAN-FRANÇOIS CLEMENT, CYRIL COLLEATTE, NATHALIE COUTARD, DOMINIQUE CROCHU, DIEGO CRUZ, MARCOS CUENCA, JEAN MARIE DAVID, SANDRINE DELAGE, MICHEL DEMARI, ANOUK DEQUE, VERONIQUE DI BENEDETTO, HERMANN DJOUMESSI, TRU DO-KHAC, SOPHIE DONGOIS, DAVID DOS SANTOS, JEAN-PHILIPPE DUBOSC, CLEMENCE DUMAS-CROUZILLAC, GAEL DUPRET, VINCENT DUTOT, JAFFAR ELALAMY, JULIEN FALIU, DAVID FAYON, ERYCK FENOT, MARC-OLIVIER FERRAND, VALENTINE FERREOL, SOPHIE FLOREANI, NANCY FREYERMUTH, PRAVESH GAONJUR, DAVID GARCIA RODRIGUEZ, CYRIL GARNIER, JEAN DENIS GARO, PHILIPPE GASTAUD, PIERRE GATTAZ, STEPHANE GIRARDOT, JEAN-GABRIEL GIRAUD, JOSE GOMEZ-ZORRILLA SANJUAN, BEATRIZ GONZALEZ GARCIA, CRISTINA GONZALEZ GARCIA, MICKAEL GUERIN, CYNDIE GUEZ, SHAFFICK HAMUTH, PIERRE HAUSHERR, FLORENCE HAXEL, CYRIL HLAKKACHE, DIMITRI HOMMEL VIKTOROVITCH, SAJEDA HORI NAIKO, CHRISTINE HUET, JAVIER J. DIAZ, STEPHANE DE JOTEMPS, JEROME JUBELIN, BEATRICE JUDEL, DIANE DE JUNNEMANN, CHRISTIAN KAMDEM, FLORENCE KARRAS, MIREILLE KOOH, RAPHAEL KRIVINE, RAPHAEL LABBE, OLIVIER LABORDE, FABRICE LAMIRAULT, GUILLAUME LATTAIGNANT, ANTOINE LAUDET, FRANÇOIS LAURENT, ROMAIN LAVIELLE, CLAIRE LAVIELLE, SERGIO LAX VEGA, KARINE LAZIMI CHOURAQUI, DIDIER LE GORREC, MARTINE LE JOSSEC, VIRGINIE LE MEE, HUBERT LECLEZIO, BENOIT LECOMTE, ANTOINE LEPRETRE, ARNAUD LE ROUX, GUILLAUME LEVAVASSEUR, SEVERINE LIENARD, RAUL LORO RUBIO, HENRI LOTIN, TOMAS LOYOLA BARBERIS, FABIENNE MAGNAN, JULIO MANGAS, NICOLAS MARESCAUX, ANA ISABEL MARTINEZ GONZALEZ, SAMIRA MCIRDI, RICARD MENOR, MARC MICHIELS, WASSIM MIMECHE, FREDERIC MISCHLER, ANTOINE-TRISTAN MOCILNIKAR, GABRIELLE MOCILNIKAR, MATTHIEU MOGADE, HERVE MONIER, ANDRE MORANDI, PASCAL MORIN, EMMANUEL MOYRAND, YVON MOYSAN, JORGE MUÑOZ-CALERO FERNANDEZ, MARIA NAVAJAS MARTINEZ, WINNIE NDJOCK, AIME RAYMOND NGANGUE NTHEPE, CORYNE NICQ, MALLYS NM, ESTHER ORTIGOSA CELDRAN, CECILE PAILLARD, YVON PATTE, ALBERTO PEÑALBA, JESUS PERDIGONES, LAUREN PERES, SOPHIE PERRIN, FABRICE PESIN, CLAUDINE PIERRON, PASCAL PINEAU, TRISTAN PIRON, ISABELLE POIZOT, JULIEN POMPEY, MIGUEL PUJANTE MARCO, XAVIER QUERAT HEMENT, FRANÇOIS RAUCH, LOUISA RENOUX, ALEXANDRE RISPAL, ODILE ROCHE, MURIEL ROCHER, GUILLAUME ROVERE, MARIELLE RUFIN, IGNACIO SANTIAGO, STEPHANE SAVALLE, JEAN-EMMANUEL SERE, NICOLAS SERRE, MAGALY SIMEON, ROBERT SOJIC, CAROLINA SPOREA GODVIN, ALAIN TEDALDI, SALOME TENENBAUM, LAURA TUERO GARCIA, ESTHER TURON PEREZ, HENRI VAN DE KRAATS, STEPHANIE DE VANSSAY, VALERIE VERCOUTRE, PATRICE VIOT COSTER, JOELLE WALRAEVENS DE LUZY, HANS WILLERT, MARC WOLFF, NATACHA ZEH 1.3 Soutiens Ce livre blanc est publié avec le soutien de : ACA, ADETEM (Association nationale des professionnels du Marketing), ADMP (Afrik Digital Marketplace), AUREP, COORDINATION FRANCAISE pour le LOBBY EUROPEEN DES FEMMES, AXIELLES, ASSUR DEAL MEDIA, BRAND NEWS BLOG, CAPFI, CMIT (Club des directeurs Marketing & Communication de l'IT), Observatoire COM MEDIA, CQFD 78, CULTURE RP, DIGITAL BUSINESS NEWS, EPA (Ecole Polytechnique d’Assurances), ESPRIT DE SERVICE, FEMMES DE BRETAGNE, GEBS (Groupement des Entreprises des Boucles de Seine), HEC PARIS ALUMNI ASSURANCE, INCUBATEUR HEC, INSTIT INVEST, INSTITUT ESPRIT SERVICES, KEYS, LAB ASSURANCE BANQUE, LE LAB RH, LE MEUNIER QUI DORT, LES ECHOS SOLUTIONS, LE REVENU, MEDEF, PARITE ASSURANCE, PROFIT FOR NON PROFIT AWARDS, ROAM, SIECLE DIGITAL, Le SORBONNAUTE,
  10. 10. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 10 SIX FINANCIAL INFORMATIONS, SUP DE COM, SYNTEC NUMERIQUE, TOUT SUR MES FINANCES, TRANSITIONUMERIQUE PLUS, TWITTMOOC, WILLA 1.4 Avertissement à propos de ce livre blanc Ce livre blanc représente les points de vue des différents participants à la date de publication. Les réseaux sociaux évoluant régulièrement, les informations qu’il contient ne doivent pas être interprétées comme étant intemporelles. Ce livre blanc ne reflète que des avis par rapport à une situation et une utilisation donnée. Ces personnalités ne peuvent garantir la pérennité des informations présentées après la date de publication. Tous les noms de produits, de marques ou de sociétés cités dans ce livre blanc sont des marques de leurs propriétaires respectifs. 1.5 Objectifs de ce livre blanc Ce livre blanc a pour objectif de refléter l’usage de l’information et des réseaux sociaux d’une sélection d’utilisateurs ayant pour la plupart participé aux 4 premiers livres blancs. Ce livre blanc vise à s’interroger sur les sources de l’innovation. Ce livre blanc montre que l’information véhiculée via les réseaux sociaux peut être pertinente et de qualité. Que leur usage ne cesse de se développer. Les réponses ouvrent, je l’espère, des perspectives nouvelles d’utilisation des réseaux sociaux et de l’information dans le cadre de l’innovation. 1.6 À propos de ce livre blanc Ce livre blanc est destiné : • Aux professionnels de tous les secteurs d’activités • Aux personnes qui souhaitent s’informer sur l’usage des réseaux sociaux et de l’information par des professionnels • A tous les utilisateurs des réseaux sociaux • A tous ceux qui cherchent à comprendre comment fonctionne l’univers mis à disposition par les réseaux sociaux Il est composé de 2 parties : • La première est en français • La deuxième partie a été faite en espagnol et en collaboration avec Sophie Perrin
  11. 11. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 11 1.7 Copyright Tous les éléments présentés dans ce livre blanc peuvent être reproduits, sur demande, dès lors qu’ils indiquent la source et proposent un lien vers le document pdf d’origine.
  12. 12. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 12 2 Regards sur les réseaux sociaux 2.1 Benoit Anger : L’innovation est un état d’esprit (et les réseaux sociaux un moyen d’y parvenir) Directeur du Développement et du Marketing des Admissions de SKEMA Business School, influenceur dans le domaine de l’enseignement supérieur, ex GO du Club Med LinkedIn : banger Twitter : @benoit_anger A l’origine de cette contribution, un livre de George Couros, The innovator’s Mindset1, dans lequel je me suis replongé pour répondre à la question posée sur le lien entre l’innovation et l’accès à l’information et aux réseaux sociaux. Les caractéristiques d’un état d’esprit innovant (selon George Couros) Dans son livre, George considère que les 8 traits suivants caractérisent un esprit innovant : l’empathie, la capacité à résoudre des problèmes, la prise de risque, le réseau, l’observation, la créativité, la résilience et la réflexion. Le réseau et l’observation, deux caractéristiques clairement en lien avec notre sujet. De l’importance du réseau et de l’observation pour innover Un innovateur est rarement seul et isolé. Ses idées sont partagées, discutées, améliorées, enrichies. Il apprend des autres, s’en inspire. Bref, il est connecté ! A l’identique, l’innovateur est un observateur permanent. Il observe le monde, son environnement. Il s’en inspire, prend des notes, est curieux. Il est ouvert sur les autres. Et les réseaux sociaux dans tout cela ? Les réseaux sociaux sont de fantastiques accélérateurs pour observer, benchmarker, partager, échanger, réseauter… dans le monde entier. Ils décuplent l’accès à l’information non sans quelques risques… 1 COUROS, George, The Innovator’s Mindset: Empower Learning, Unleash Talent, and Lead a Culture of Creativity, San Diego, Dave Burgess Consulting, 2015
  13. 13. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 13 D’où ces 3 règles que je recommande de suivre : - Le risque de l’entre soi n’étant néanmoins jamais loin (il est si facile de suivre des personnes qui pensent et agissent comme vous), je vous recommande de suivre des personnes qui justement ne pensent pas comme vous ou que vous aurez identifié par hasard : la fameuse sérendipité… Vos discussions et réflexions n’en seront que plus riches et votre capacité à penser en dehors des sentiers battus plus forte… - Si les réseaux sociaux amplifient les relations, je recommande fortement d’aller au- delà et de rencontrer, quand les occasions le permettent, en réel (le fameux #IRL) les membres de vos communautés et / ou vos influenceurs. Rien ne remplace une discussion autour d’un verre ou lors d’une conférence. - Enfin, pour s’informer et nourrir sa réflexion, et en complément des réseaux sociaux, il faut lire : presse, magazines, livres… sont autant de supports indispensables et incontournables. Car comme le dit Confucius, « Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux. » Mais ceci est une autre histoire…
  14. 14. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 14 2.2 Valérie Asselot Herpet : Les réseaux sociaux m’ont donné accès à des clients plus réactifs…plus centrés sur les nouveaux paradigmes #ExecutiveCoach Certifiée HECExed #penseepositive #coaching #leadership #ElementHumain #nouvelelanprofessionnel #digital #IntFem #i4Emploi #JamaisSansElles LinkedIn : valeriea Twitter : @ValerieAsselot Lien : plusensemble.com Coach depuis 13 ans, je suis active sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter, depuis un peu moins de 3 ans. Et je dois avouer que l’utilisation quotidienne de ce réseau a un impact considérable sur mon activité professionnelle. Ce que Twitter m’a apporté ? Trois choses essentielles : un accès rapide aux « tendances » dans mon domaine d’activité – les ressources humaines, la rencontre de dirigeants et de DRH dans des secteurs économiques loin de mon réseau historique et la connaissance d ‘événements utiles pour m’informer des tendances et réseauter. Sur les conseils pointus d’Alban, j’ai défini ma ligne éditoriale, axée sur le coaching, les Ressources Humaines et la psychologie positive, domaines dans lesquels je publie des éléments en reflet de ma pratique professionnelle : par exemple, des prises de conscience de clients ou d’équipe récemment vécues. Cette nécessité d’une marque de fabrique ou « personal branding » m’a naturellement conduite à ciseler mon identité professionnelle. J’ai également intégré plusieurs communautés virtuelles de Twittos actifs et bienveillants qui m’aident dans la construction de ma visibilité. Twitter m’a donné accès à un nouveau réseau de DRH et cadres dirigeants plus réactifs et plus tournés vers la « Nouvelle Economie », les changements de paradigme et l’innovation. Les rencontrer « IRL » (In Real Life) tout en étant très souvent en lien virtuellement m’a permis de tisser plus rapidement une relation professionnelle authentique et confiante. La
  15. 15. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 15 première « innovation » que je vis est dans la qualité et la rapidité de la relation nouée avec de nouvelles personnes que j’aurais imaginé inaccessibles. Je crois important aussi de souligner que Twitter mobilise une agilité intellectuelle pour « Live Tweeter » … qui impressionne souvent ceux qui n’osent pas se lancer. Pour les novices, « Live Tweeter » consiste, lors d’un événement de Tweeter en réaction à un propos entendu pour le citer et/ou le commenter tout en interpellant par son @pseudo l’auteur des propos. Il me semble que cet exercice est favorable pour sa propre créativité en fabriquant de nouveaux chemins neuronaux. En conclusion, j’ai envie de vous inviter à tester Twitter, si ce n’est déjà fait pour trouver et définir votre place si la curiosité vous anime.
  16. 16. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 16 2.3 Delphine Asseraf : Quel catalyseur pour sa créativité ? Ravenous reader - Digital addict - Geek woman - Parisian girl LinkedIn : delphineasseraf Twitter : @asserafd Aujourd’hui, l’innovation est un levier indispensable pour les entreprises. C’est à la fois un véritable élément de différenciation mais aussi une nécessité dans un monde où les changements s’opèrent à une vitesse incroyable : les nouveaux usages s’installent beaucoup plus rapidement que dans le passé ouvrant ainsi de nouvelles opportunités pour les entreprises qu’elles soient nouvelles comme installées depuis des dizaines d’années. Cette accélération dans les changements crée un environnement instable où il faut à la fois comprendre très vite les attentes des clients, progresser en avançant, imaginer le futur sans avoir toutes les données en main, oser, entreprendre en prenant en compte les imprévus, mauvais comme bons. Dans ce contexte, notre capacité à trouver, générer des idées nouvelles est clé et il faut pour cela travailler notre créativité personnelle et encourager, pour une entreprise, celle de ses collaborateurs pour la libérer. Alors comment utiliser les réseaux sociaux pour stimuler notre créativité ? Personnellement, je me nourris notamment des réseaux sociaux pour : - étendre, augmenter les limites de mes propres connaissances. Au rythme des liens, des mentions, des références, je peux ainsi, sur ma propre initiative, décider, ou pas, d’aller plus loin, de découvrir de nouvelles mises en œuvre, des analyses différentes voire contradictoires, d’étudier plus profondément un domaine particulier. C’est ainsi la possibilité de remettre en cause ses acquis. - découvrir de nouveaux territoires. En apprenant comment une technologie dans des industries très différentes ou d’autres pays a pu être utilisée pour développer de nouvelles offres ou solutions, je peux ainsi imaginer des domaines d’application dans mon propre univers. C’est ainsi l’opportunité de créer des connexions nouvelles.
  17. 17. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 17 - interagir avec des nouvelles personnes pour s’enrichir d’autres modes de pensée. C’est une occasion unique de rencontrer des personnalités différentes et ainsi d’apprendre de leurs expériences, d’avoir envie de les connaitre mieux au travers de leurs écrits par exemple ou de leurs témoignages vidéos voire de les rencontrer. Utiliser les réseaux sociaux, c’est développer son propre réseau de connaissances pour continuer d’apprendre en permanence et c’est se constituer son propre écosystème d’accès au savoir. A ce titre, j’apprécie tout particulièrement Twitter mais aussi LinkedIn, slideshare, j’aime à découvrir les nouvelles applications sur les stores mobiles, les trésors d’ingéniosité que déploient les concepteurs de jeux vidéos, mais je suis aussi avide de vidéos sur YouTube, TED, de MOOCs, de meet-ups dans la vie réelle et bien sûr de lectures. Dans le passé, ces réseaux comme ces sites ou applications m’ont permis d’imaginer de nouvelles interfaces utilisateurs, de nouveaux services de paiement ou même des services bancaires ou d’assurance. Alors oui, l’accès à l’information et aux réseaux sociaux rend plus innovant en ce sens qu’il développe la créativité et que la transformation de notre créativité en action est l’origine même de l’innovation.
  18. 18. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 18 2.4 Jean-Luc Astier : Etre innovant en conjuguant le présent CEO Founder, owner 3it Diffusion LinkedIn : jean-luc-astier-93350572 Twitter : @3itcom Lien : stop-rfid.fr Je commencerai par ces deux citations représentant à mes yeux l’innovation, « Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée ». Denis Diderot « Lorsque le prêtre favorise une innovation, elle est mauvaise : lorsqu’il s’y oppose, elle est bonne. » Steve Jobs Autant dire que d’être innovant, c’est déjà d’avoir la capacité de conjuguer le mot présent. Il est donc important de repérer les réponses déjà apportées sur le sujet que l’on cherche à traiter. D’en connaitre les pratiques et d’en comprendre leurs pourquoi et d’en définir les adhésions possibles. Alors me direz-vous, l’accès à l’information rend donc plus innovant ! A question question et demi : Qu’appelez-vous «information». Est-ce quelque chose qui donne envie ? Personnellement je reste sur l’étymologie donné par wikipédia. Information : un concept permettant de donner forme à …. Et/ou de former une idée de … Autant dire que le mot envie ne semble pas rentrer dans la qualification ce mot. Partons de l’exemple suivant : Un individu seul au monde, utilisant comme réseau d’information le seul retour de ses cinq sens (un accès direct en continu) cet individu sera presque obligatoirement innovant aux premiers jours : juste par esprit de conservation ! (L’envie de vivre)
  19. 19. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 19 Sa rapidité à trouver des solutions dépendra d’un facteur chance, de sa capacité à utiliser ses 10 doigts et/ou ses outils mais aussi d’un niveau de satisfaction des réponses trouvées Est-ce pour autant qu’une fois les solutions trouvées, notre individu continuera à rester innovant ? Il a pourtant toujours accès directement à l’information. Pas si sûr, il va lui manquer un essentiel : l’envie de …, sans envie de … rien, ni personne ne peut être innovant. L’information est donc pour moi, un outil, l’accès à l’information une facilité, mais en aucun cas un moteur permettant de rendre innovant. Qu’en pensez-vous ?
  20. 20. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 20 2.5 Nicolas Aubagnac : « Les bons artistes copient, les grands artistes volent » @sjobs #gestion d'actifs d'#institutionnels soumis à #Solvabilite2 > #Apple, #Fintech, #innovation, #finance, #digital, #assetmanagement LinkedIn : naubagnac Twitter : @aubagnac Grand utilisateur de réseaux sociaux, principalement Facebook, Twitter et LinkedIn, je passe beaucoup de temps à les consulter, lire les articles ou regarder les vidéos partagées par mes relations. Ils me permettent d’avoir une information actualisée et privilégiée sur le monde dans lequel je vis. L’innovation est un processus complexe qui ne se décrète pas. Il nécessite d’être curieux et ouvert, de laisser donc une place importante à l’incertitude et de s’appuyer sur des outils comme la recherche d’informations. Une méthode d’innovation est l’application dans un domaine, des recettes ou des solutions qui ont fonctionné ailleurs. Steve Jobs disait sur ce sujet : « Les bons artistes copient, les grands artistes volent ». L’innovation du grand artiste peut donc être d’appliquer une technologie ou une méthode déjà existante à un nouveau contexte. Les informations offertes par les réseaux sociaux permettent un accès à une connaissance des dernières techniques, méthodes et technologies existantes. Il me semble donc que ces connaissances peuvent être une bonne matière première pour innover. Cette approche présente néanmoins certaines limites. En particulier, les réseaux sociaux donnent accès à une information qui reste limitée à nos mondes. Ceux-ci sont constitués principalement de nos proches, de nos univers professionnels et des thématiques pour lesquels nous avons une appétence particulière.
  21. 21. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 21 Nous avons eu l’illustration de cette limite lors des dernières élections avec un phénomène de polarisation et une segmentation des réseaux sociaux en des groupes homogènes de personnes qui ont des visions communes. L’innovation se nourrit de la diversité que les réseaux sociaux ont tendance parfois à limiter aujourd’hui. En conclusion, pour innover, soyons curieux et suivons sur les réseaux sociaux les personnes qui ne nous ressemblent pas !
  22. 22. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 22 2.6 Pierre Auberger : Les réseaux sociaux, catalyseurs de l’innovation Directeur de la communication du groupe Bouygues LinkedIn : pierreauberger Twitter : @Pierre_Auberger Lien : www.bouygues.com S’informer, se divertir, échanger, trouver du travail… les potentialités des réseaux sont réelles et nombreuses. Nous y passons en moyenne 1h20 par jour selon les derniers chiffres publiés par le Blog du Modérateur, et ce temps ne cesse de croitre. Les réseaux sociaux ont pourtant été pointés comme favorisant un effet bulle, un entre-soi, qui ne nous montreraient que ce que nous souhaitons voir, à l’aide d’algorithmes opaques. Une vaine poursuite de nos seules obsessions en quelques sortes. Je considère pour ma part que les réseaux sociaux sont des vecteurs d’ouverture, et que leur rapport à l’innovation est essentiel. Tout d’abord, les réseaux sociaux permettent d’innover en termes d’offres ou de produits. Les réseaux sociaux contribuent à faire évoluer des usages, des comportements et constituent un panel naturel et vivant, permettant de faire émerger des attentes. En observant le succès de la vidéo sur un format court et dynamique, TF1 a adapté son offre d’info en créant TF1 One, pour proposer de l’information adaptée aux réseaux sociaux par exemple. Ces nouveaux outils permettent également une innovation dans les pratiques de la communication et du marketing. Ils favorisent un lien de proximité et une plus grande écoute entre les marques et leurs clients. Les campagnes créatives, qui réinventent la publicité en s’appuyant sur ces nouvelles plateformes foisonnent en ligne. C’est en écoutant sa communauté de fans que la marque américaine Gap a fait machine arrière sur son changement de logo, suite au tollé sur les réseaux sociaux suscité par la proposition.
  23. 23. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 23 Enfin, les réseaux sociaux permettent de transformer la façon de concevoir les relations humaines, personnelles comme professionnelles. Ils rapprochent les familles à travers des usages comme les groupes familiaux sur Facebook ou WhatsApp, où grands-parents et petits enfants se donnent des nouvelles. Ils permettent également des rencontres professionnelles, nées en ligne, et bien souvent prolongées au travers de rendez-vous ou meet-ups. Je suis moi-même un utilisateur assidu, curieux et enthousiaste de LinkedIn et Twitter. J’ai pu constater à quel point ces réseaux permettent d’élargir son cercle de connaissances, et de découvrir ainsi de nouveaux sujets. Par exemple, l’astronaute Thomas Pesquet, en partageant sur Twitter ses photos prises de la Station spatiale internationale et les chansons écoutées durant son séjour, a permis de faire rentrer les internautes dans son quotidien, au cœur de ce lieu exclusif et mystérieux. Ce sont ces nouveaux usages, ces belles histoires permises par les réseaux sociaux, qui font la force et la vitalité de ces plateformes. Je suis convaincu de leur importance, pour continuer à déclencher de nouvelles innovations. Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Le management au cœur de la stratégie digitale »
  24. 24. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 24 2.7 Mathilde Aubinaud : Les réseaux sociaux & la curiosité comme tremplin vers l’innovation Mathilde Aubinaud est PR Manager d’une entreprise dans le numérique. Elle a fondé La Saga des Audacieux. Elle enseigne la communication et a écrit plusieurs livres à ce sujet LinkedIn : mathilde-aubinaud Twitter : @mataubinaud Lien : lasagadesaudacieux.com « Le désir de connaitre le pourquoi et le comment est appelé curiosité » Hobbes. Cette sentence extraite du livre Le Léviathan résonne sur nos smartphones, fait écho à notre génération. J’ai 26 ans et j’appartiens à la génération Y. Une génération que l’on a racontée et qui a fait couler beaucoup d’encre. Génération Why peut-être. Sûrement. Mais surtout, une génération qui ne se contente pas. C’est la slash generation. Son identité est multiple. Ce refus de se contenter est un élan important et inspirant. Je pense que c’est un vecteur de créativité et d’innovation. Le réflexe de nombreux jeunes de mon âge consiste à débuter sa journée en regardant rapidement son fil Twitter en parallèle de la radio. Premier geste intuitif pour s’informer, pour capter les grandes tendances de l’actualité. On pourra les confronter, plus tard, dans la journée lors de conversations avec nos pairs ou en lisant les médias traditionnels. Une première approche de ce qui se joue dans le monde à travers une ligne éditoriale que l’on a conçue en fonction de nos affinités et nos sujets de prédilection. Les réseaux sociaux sont de précieux outils si on refuse de les considérer comme une fin en soi mais bien comme un tremplin. Ne pas se contenter d’un tweet, dont la précision et la rigueur, sont limitées à 280 caractères. Mais aller plus loin. En renforçant sa curiosité et son envie d’approfondir. C’est choisir de confronter des idéologies et des grilles de lecture. Les réseaux sociaux épousent pleinement la sérendipité. Quels meilleurs devices pour s’autoriser à de nouvelles trouvailles ? Professionnels ou non, ces réseaux sont l’endroit où le concours de circonstances s’épanouit. C’est un état d’esprit propre aux réseaux. La tribune d’un influenceur sur Linkedin Pulse nous a plu ? On pourra alors profiter pour en savoir encore davantage ou cliquer sur le lien d’une des thématiques approfondies par l’auteur. De façon aléatoire et informelle, se développent, de fait, un savoir et une curiosité. Les réseaux sociaux sont un hymne à la sérendipité qui laisse la part belle au hasard.
  25. 25. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 25 De la nécessaire maitrise des codes. Pour innover, pour marquer une rupture avec l’existant, il faut comprendre les codes pour mieux les déjouer. Parce que vous saisissez les codes propres aux réseaux tant dans la posture que dans le rapport de force, plus vous serez aptes à les dépasser afin d’inventer. Un usage régulier des réseaux, des liens tissés via les réseaux puis irl sont autant d’atouts pour mieux appréhender le social media. En passant du temps, en s’y impliquant, on comprend mieux ce qui s’y trame et s’y joue. C’est aussi l’occasion de sortir de son cercle restreint parce que rassurant. Abonnez-vous à des leaders d’opinion ou des personnes qui ne partagent pas vos idées. C’est cette curiosité qui va vous permettre de déplacer les cadres qui figent. Attention, toutefois, ne soyez pas dupes des effets de mode. Tout concept marketing novateur ne signifie pas pour autant une innovation. Ne soyez pas dupe. Faites-vous votre propre jugement. Pour cela, hiérarchisez, trier l’information comme vous le feriez pour n’importe quel média. Appuyez-vous sur des internautes dignes de confiance et gages de qualité. Pour se diriger vers l’innovation, écoutez, regardez et analyser. La curiosité sera votre atout. A vos réseaux !
  26. 26. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 26 2.8 Jean-Baptiste Auzou : L’innovation isolée est utopiste Jean-Baptiste Auzou, directeur général du groupe ACA, société spécialisée depuis plus de 25 ans dans la gestion de flux et processus métier auprès de plus de 350 clients. Ses solutions développées en SaaS optimisent le quotidien des experts de l’assurance, de la finance, de la trésorerie et de l’informatique pour des systèmes d’information rapides et fiables ! LinkedIn : jean-baptiste-auzou-b4454b Twitter : @jbauzou Lien : aca.fr/actualites-aca-evenement L'importance de la communauté L'information est en abondance, bien au-delà des capacités de traitement d'un individu ou même d'un groupe. Les réseaux sociaux, dans leur globalité reportent et démultiplient cette information. Le sujet n’est donc pas l'accès à l’information en tant que telle, mais plutôt comment organiser, structurer et filtrer ces informations pour ne retenir que “l’utile”. C'est donc à ce moment que la communauté prend tout son sens. La création d'une communauté sur les réseaux sociaux, quelle qu'elle soit : ensemble de partenaires, de clients, de futurs clients, d’influenceurs, ou d’individus ayant les mêmes centres d'intérêts, permet un partage du travail d'identification des sujets majeurs, des tendances ainsi que des besoins du marché. La création d'une communauté par les réseaux sociaux La création d'une communauté, et notamment d’un groupe d'utilisateurs dans notre cas, est plus délicate. Il est obligatoire de prendre en compte le domaine d'activité ainsi que le poids et l'impact du partenariat B2C ou B2B. Il convient d'agir avec discernement et de bien définir les objectifs et donc les limites de la communauté créée. Cependant, le besoin d'adhésion à un groupe apparaît lorsque les utilisateurs ainsi que la société productrice du bien ou du service ressentent et créent une plus-value issue de cette appartenance, un puzzle se construit. Dans notre cas, nous avons créé une communauté d'utilisateurs pour faciliter notre lecture de leurs besoins et en retour leur permettre un accès à des ateliers de travail, à des nouveautés produits et des exclusivités en sont nées.
  27. 27. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 27 Pour développer ce groupe, nous utilisons principalement les pages de l’entreprise sur les réseaux sociaux. Elles permettent de relayer les articles de notre blog pour que chaque contributeur soit tenu informé des actualités, des sorties produits et puissent se rendre compte, vérifier et bénéficier de l'impact de leurs participations. Notre communauté construite via les réseaux sociaux est un catalyseur et un accélérateur primordial de notre innovation. En communauté, l’innovation s'accélère et s'intensifie Ces résultats permettent à nos utilisateurs d'influer et de créer directement nos solutions pour répondre à leurs besoins. Ces solutions sont ainsi conformes à leurs attentes et facilitent leurs processus métier au quotidien. Les utilisateurs, les partenaires, les clients, et autres, par leurs apports enrichissent notre communauté et participent à l’innovation. Un événement incontournable de l’année dans notre entreprise est la Journée Utilisateurs où nous invitons l’ensemble de notre communauté de clients et d’utilisateurs. Cette Journée nous permet de présenter les travaux et réalisations de l’entreprise. Avec la validation et les apports de la communauté, nous présentons les nouveautés déjà sorties et annonçons le calendrier pour les années à venir. Un vrai succès : la communauté valide ses contributions et accède aux nouveaux projets ! Les réseaux sociaux sont dans notre cas un catalyseur et un accélérateur de l'innovation de notre société d’édition de progiciels.
  28. 28. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 28 2.9 Sandrine Avenier : Bien utilisés, les réseaux sociaux rendent plus productif #marketing #communication #Director #networking #social networks #RP #UX#IT #DSI #ITSM #Cloud #RH #BigData #Security #Mobile #IA #IoT... #i4emploiVP @CMITfr LinkedIn : sandrineavenier Twitter : @sandrinea Lien : networkings.over-blog.com Pour de multiples raisons les réseaux sociaux sont un moyen pour être plus productif à condition de ne pas s'y perdre. Si l’information y est sans limite, il faut mieux s’en fixer tant en termes de quantité que de nombre d'interlocuteurs. Les réseaux sociaux sont une base d'informations infinie. Que ce soit notamment sur Twitter ou Linkedin en B to B, les réseaux sociaux permettent de trouver rapidement de nombreux contenus sur des sujets divers et variés selon des points de vue très différents. On parle souvent de Social Listening. Ainsi lorsque l'on fait une étude sur son marché que l'on recherche les centres d'intérêt de ses clients ou des sujets qui nous préoccupent : de nombreux résultats sont disponibles. Mais les liens sont nombreux et il faut savoir faire le tri. Il est donc très important dès le départ de se fixer des objectifs et un cadre de recherche. Par ailleurs, avec les réseaux sociaux une mise en relation est simple, rapide et en général bienveillante. Au cours de nos différentes recherches nous sommes amenés à identifier des personnes qui traitent des sujets qui nous intéressent sous différents angles et de nous mettre en relation pour échanger avec eux et avec leurs propres contacts également. Si le principe est positif et vertueux il faut cependant se limiter à un certain nombre d'échanges pour conserver une certaine qualité de relation. Il est aussi possible et très simple de créer des groupes et ainsi de brainstormer sur des sujets communs : un bon moyen pour avancer tous beaucoup plus vite sur nos sujets respectifs. Pour donner un exemple personnel, en 2005 j’utilisais différents réseaux sociaux (j’ai notamment participé à l’organisation en France du lancement de Xing ex OpenBC avec Yann Mauchamp) et je participais à de nombreuses réunions, je cherchais à l’époque un nouveau
  29. 29. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 29 poste. J’ai rencontré à cette occasion un Consultant avec qui j’ai échangé sur le marché (j’étais partie plusieurs mois de région parisienne et j’avais besoin d’informations…). J’ai utilisé ce que j’avais appris et j’ai trouvé un poste en CDD dans les 2 mois. 6 mois plus tard je répondais à une annonce pour un poste de consultante marketing : je rencontrais son Directeur et j’intégrais le cabinet Plus Conseil rapidement : il s’agissait du cabinet de Philippe Luce que j’avais rencontré quelques mois plus tôt… Une belle histoire comme on en trouve souvent avec les réseaux sociaux (à l'instar de #I4emploi) . Un autre exemple personnel m’est arrivé cette semaine… Je souhaitais rentrer en relation avec un influenceur sur mon marché - un nouveau marché pour moi - mais ma demande sur linkedin était restée sans réponse… J’ai demandé l’aide d’une personne que je connais pour m’aider dans ma démarche. Le lendemain, ma mise en relation était acceptée et cet influenceur était intéressé par ce que je pouvais lui apporter. Merci @Ingras01 ! Enfin, l’exemple par excellence est ce papier que je n’aurais jamais écrit si nous n’avions pas échangé avec Alban via Twitter… Nous aurions eu peu de chance de nous rencontrer sans les réseaux sociaux, mais j’espère avoir l’opportunité de le voir IRL ! Ainsi, si souvent le fait de passer du temps sur les réseaux sociaux peut sembler pour certains une perte de temps, les utiliser à bon escient et en bonne intelligence permet d'être beaucoup plus productif en avançant plus vite. Comme dit le proverbe “ Seul, on va plus vite; Ensemble, on va plus loin ! “
  30. 30. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 30 2.10 Nadia Bahhar-Alves : L’innovation et les réseaux sociaux, quand les interactions sociales deviennent génératrices d’idées Spécialisée dans la communication, les relations presse/publiques et la gestion de crise depuis plus de 15 ans. Successivement Chargée des Relations Médias et Consultante chez l’annonceur et en agences dans les domaines de la santé, de l’enseignement supérieur, de la grande distribution (RH/RSE-DD) et de la restauration rapide (Business/Crises sociales). LinkedIn : nadiabahhar Twitter : @Nad_Alves L’information véhiculée par les réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook ou encore LinkedIn fait désormais partie intégrante de notre quotidien et nous aide, en plus d’avoir accès aux actualités, à nous inspirer sur le plan personnel ou professionnel. Réduire l’information disponible sur les réseaux sociaux au seul microcosme du numérique serait revenir à minimiser son impact social et innovant qu’elle peut produire sur nos façons de penser ou encore d’agir. En effet, avec l’avènement des réseaux sociaux nul n’est réellement seul « expert » en son domaine et surtout comme le dit si bien le vieil adage « nul n’est prophète en son pays » tant la sphère « social media » permet de trouver plus expert ou plus aguerri que soi. Ainsi, l’information et sa diffusion sur les réseaux offrent la possibilité de se familiariser avec divers domaines, jugés autrefois trop complexes, qui sont de plus en plus vulgarisés. Sa démocratisation permet d’atteindre le maximum de cibles et de faire écho plus largement que dans les sphères spécialisées. S’ouvrir, se questionner et découvrir de nouvelles thématiques remet de ce fait en question les acquis en ouvrant la voie vers de nouvelles opportunités et connaissances. L’exposition quotidienne aux différents profils et expertises créent également de nouveaux liens et interactions sociales qui impactent nos façons d’évoluer dans l’univers professionnel. La créativité et l’inventivité, en lien avec cette diversité, poussent à l’innovation et confrontent les idées pour créer de la valeur et de la nouveauté. Le partage des expertises diffusées au travers de tribunes, publications sur des blogs d’influences, d’interviews ou encore dans les communautés constituées en DM, permettent
  31. 31. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 31 ainsi d’être conseillés, nourris et guidés. Découvrir des profils différents et sortir de l’entre soi donnent la possibilité de se libérer des « chaînes » sectorielles et de s’inspirer pour générer de nouvelles idées applicables en entreprise. Cette innovation participative, issue des interactions avec les communautés sur les réseaux sociaux, démultiplie les connaissances et croise les savoirs, impliquant de tierces personnes qui ont une vision et un regard nouveau sur les problématiques. Il est cependant important de noter que d’autres facteurs sont essentiels à la transformation des suggestions. En effet, concrétiser les idées peut devenir un réel défi et enjeu pour les entreprises qui sont constamment pressurisées par l’accélération des développements technologiques. Créatrices de liens sur les réseaux sociaux, les connexions transversales renforcent leur efficacité et impact lorsqu’elles s’inscrivent dans des échanges à long terme, et ce à chaque étape de l’innovation. Optimiser la valeur de cette innovation requiert de garder et nourrir ce lien avec le réseau, entre l’émergence d’une idée et sa mise en application. L’accès à l’information et aux réseaux sociaux rend-il plus innovant ? Sans aucun doute oui ! Les interactions sociales et les avis convergents boostent la créativité et inspirent aux nouvelles techniques. Le réseau ainsi constitué favorise les échanges, le partage. L’accès aux informations quant à lui permet de s’enrichir, d’apprendre en continu auprès de sa communauté et favorise l’innovation. Cependant, un point reste à soulever dans cette quête de la création et de la nouveauté : sommes-nous réellement en capacité de garder ce lien et de co-construire ensemble avec bienveillance et l’acceptabilité du partage de nos savoirs dans l’unique but d’innover ? Ou sommes-nous constamment, comme le caractérise bien souvent les traits de la nature humaine, en recherche constante de valorisation individuelle sous couvert d’exploration des idées, capitalisant ainsi à des fins personnelles sur les interactions sociales construites ? Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Twitter, la mort annoncée d’un réseau social ? »
  32. 32. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 32 2.11 Philippe Bancourt : Les ingrédients de l'innovation sont à notre portée Community manager, mais aussi ingénieur philosophe. Connecte les bonnes vibrations sur les réseaux sociaux LinkedIn : Philippe Bancourt Twitter : @philbancourt et @raydacteur Lien : philbancourt.wordpress.com Souvenez-vous, avant internet, comment faisait-on ? Devant une question, un problème, il fallait aller à la pêche aux infos. Activité millénaire qui n'a pas commencé avec internet. Je me rappelle les centres d'information, les bibliothèques, la consultation des journaux, des revues spécialisées. Ah si l'on avait pu, en plus, demander son avis au spécialiste cité, échanger avec ceux qui se posaient les mêmes questions, mettre en perspective, confronter! Ce qui était difficile et chronophage est devenu facile et presque évident avec internet et les réseaux sociaux. Nous ne sommes qu'à une recherche et quelques clics des informations souhaitées. Bientôt nous n'aurons plus qu'à parler, voire à penser à la question pour accéder aux réponses. Les étudiants d'avant internet auraient rêvé de notre super pouvoir d'accès aux informations. Il est évident que ce super pouvoir a accéléré l'échange d'informations, les confirmations, les bonnes pistes vers l'innovation, en tous domaines. C'est aujourd'hui la veille Un super pouvoir qui mérite quand même un peu d'organisation. Amasser de l'information comme le collectionneur amasse les capsules de bière ou les timbres est peut-être satisfaisant dans l'instant, mais l'accumulation d'articles, de données, d'infographies, de vidéos, ... donne l'impression de nourrir une sorte de bête tapie au fond de nous, de la rassasier pour qu'elle nous donne en retour l'étincelle, le jaillissement, l'idée née du frottement entre elles de toutes ces informations, comme le feu jaillit du frottement du bois. Sauf si vous êtes Harry Potter, il y a peu de chance que cela arrive. La récolte d'informations ne donnera de fruits que si vous savez un peu ce que vous cherchez. La récolte est indispensable, et se pratique en toutes saisons et par tous les temps. Je veux dire par là, par tous les moyens à notre disposition : abonnements à des newsletter, abonnements à des blogs, abonnements sur les réseaux sociaux aux personnes intéressantes susceptibles de nous apporter de l'information. Comme au bon vieux temps, l'abonnement est notre ami. Sur les réseaux sociaux, l'abonnement (qui s'appelle ami, contact, follower) est immédiat et facile. Cela demande un peu plus d'efforts pour faire un suivi sur un site, ou un blog, mais la qualité de l'information vaut largement l'investissement, et les outils sont encore là (lecteur de flux RSS par exemple, sans oublier la bonne vieille messagerie).
  33. 33. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 33 Pitié, n'oubliez pas la sérendipité :) La récolte à tour de bras c'est bien, mais diversifier ses sources c'est mieux. On sait que l'innovation est stimulée par l'échange d'informations, le brassage et la confrontation des idées. Une solution appliquée dans un domaine peut trouver une adaptation dans un autre domaine complètement différent. Voire même des questions pertinentes et souvent évidentes peuvent trouver un écho et générer de nouvelles voies dans un secteur qui n'a aucun rapport. C'est par le rapprochement et la mise en perspective d'idées et d'informations qui a priori n'ont que peu de rapport que le premier fil de la pelote de l'innovation apparait, caché dans le tas d'informations. L'ouverture est fondamentale, elle permet l'aération de l'information. Comme pour un terreau de bonne qualité, il faut fournir beaucoup d'informations, mais la diversification permet l'éclosion de nouvelles idées. Et, nous avons de la chance, les réseaux sociaux nous permettent aujourd'hui de les utiliser comme un creuset de découvertes. Prenons un exemple de réseau social particulièrement bien adaptés à cela : Twitter. Il permet le partage d'informations en public et surtout l'abonnement sans contrepartie aux comptes qui nous intéressent. L'idéal est de s'abonner aussi à des sources d'information différentes. Pinterest est un réseau qui peut aussi jouer ce rôle et permettre le télescopage, visuel dans son cas. L'association d'images peut jouer un rôle non négligeable lorsqu'il faut inventer de nouvelles façons de faire. Finalement, une association mail + Twitter + Pinterest pourrait être le bon cocktail source de trouvailles, de rapprochements, d'associations, qui sont les ingrédients de l'innovation. Mais ce ne sont que les ingrédients. Les recettes, elles, sont multiples et comme en cuisine, c'est la touche personnelle qui fera toute la différence.
  34. 34. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 34 2.12 Constance Baudry et François Rauch : Des data afin d’amplifier l’impact d’une communication de contenus Responsable des relations médias, des études, de la veille et de l'édition à la Mutualité Française. Membre de MutElles, le réseau des femmes en mutualité. Ex- journaliste Le Monde.fr LinkedIn : constancebaudry Twitter : @constancebaudry Directeur de la communication et de l’information de la Mutualité Française LinkedIn : fran%C3%A7ois-rauch-b223794 Twitter : @FrRauch A l’heure où l’influence se joue de plus en plus sur les réseaux sociaux, les codes de la communication évoluent. Afin d’être écoutée, l’entreprise, hier autocentrée, s’ouvre à ce nouvel écosystème ; elle porte un message qui parle de la société et des individus qui la composent et que l’on retrouve sur ces réseaux. Parallèlement, l’information, qui n’a jamais été aussi accessible et abondante, décuple les possibilités pour l’entreprise de mettre son expertise au service du décryptage de cette société et de ses réalités. Chaque jour, des milliards de données sont produites par des individus, des entreprises, ou des administrations. L'analyse de ces data révolutionne déjà des pans entiers de nos activités : l’entreprise les utilise afin de mieux piloter son activité, les professionnels du marketing afin de mieux cibler et atteindre leurs clients potentiels ; les médecins peuvent s’appuyer aujourd’hui sur l’intelligence artificielle afin de conforter leur diagnostic… On le voit, les exemples d’utilisation de ces données sont multiples. Ma conviction est que ces data peuvent également nourrir une communication de contenus et en amplifier l’impact. Car ces données anonymisées, qu’elles soient produites par l’entreprise ou issues
  35. 35. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 35 des organismes publics qui mettent en libre accès des informations de plus en plus nombreuses, contribuent à apporter une vision de notre société. En se décentrant d’elle- même, en mettant son expertise au service de l’analyse de ces data, l’entreprise peut livrer une partie de ce kaléidoscope sociétal. Et ce contenu exclusif est la clé pour amplifier l’impact d’une communication. Prenons un exemple : l’Observatoire de la Mutualité Française. A l’automne 2017, à la veille du lancement de la concertation sur la réforme du reste à charge zéro en optique, dentaire et audition, la Mutualité Française a livré une photographie totalement inédite du reste à charge des Français sur les territoires, grâce à l’analyse de données librement accessibles de l’assurance maladie ou de la Drees notamment. Au cœur de l’actualité, cet Observatoire a été largement relayé par les médias, intéressés par une information qui parle de leurs lecteurs et de leurs réalités. Pour conclure, revenons à la question posée: « l’accès à l’information et aux réseaux sociaux rend-il plus innovant ? ». Oui, si cette information est utilisée dans le cadre d’une véritable stratégie « data », qui peut, par exemple, prendre la forme d’une communication innovante de contenus, décentrée du strict périmètre de l’entreprise, en phase avec l’actualité, ouverte sur la société, ses aspirations et ses réalités. Oui, si cette information est plurielle et contribue à nous ouvrir à notre écosystème et, plus largement, aux bruits du monde…
  36. 36. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 36 2.13 Anais Becu : Apprendre, créer et partager Responsable Digital et Innovation BNP Paribas Région Ouest – Accompagnement de la transformation digitale LinkedIn : pourmeconnaitre Twitter : @AnaisBecu Je me souviens de mon premier pas dans la twittosphère et ma réaction : « un monde virtuel constitué de #, de @et d’une masse d’informations. Je ne comprends rien, je ne pourrai pas être active régulièrement, encore moins échanger avec les 300 millions d’utilisateurs… ». Trois ans après, chaque matin et plusieurs fois par jour, un rituel s’est installé : consulter et interagir sur les réseaux sociaux, principalement Twitter. Si le réseau social s’est inscrit dans mon quotidien, c’est bien qu’il participe pleinement à mon activité et je retiendrais ici trois raisons essentielles. La veille : « Rien n’est permanent, sauf le changement » - Héraclite d'Ephèse C’est très certainement le premier atout que j’ai découvert sur Twitter. Pouvoir bénéficier de la richesse en contenus (qui soulevait pourtant beaucoup d’appréhension au début !) et sélectionner les thématiques qui m’intéressent. Pouvoir rester connectée en permanence à son métier, son environnement, son entreprise. Sans intrusion mais quand moi je décide d’être disponible pour cela. Je lis ainsi chaque jour des actions réalisées par d’autres collaborateurs de l’entreprise, j’apprends le nouveau projet d’un acteur de l’écosystème, je tape #transfonum dans le moteur de recherche, j’utilise les listes comprenant les comptes à suivre sur certains sujets et je fonctionne beaucoup avec les alertes sur des comptes pour être notifiée lors d’un tweet. En quelques minutes par jour, cela me permet de poursuivre un apprentissage permanent, si indispensable aujourd’hui dans un domaine qui évolue très rapidement. L’inventivité : « La créativité est contagieuse, faites la tourner » - Albert Einstein En découvrant les initiatives individuelles via les tweets, les groupes de discussion (mention spéciale @DigitalLadies, un compte Twitter mais avant tout des échanges permanents en MP), le ton utilisé par les twittos ; je constate de mes propres yeux que les codes ont changé.
  37. 37. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 37 Les échanges sont directs et informels, ils portent des projets nombreux, innovants et audacieux. Le partage : « Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble » - Euripide Volontairement, je l’aborde en dernier. C’est pourtant l’élément clef selon moi. Ne pas oublier que dans « réseau social », il y a social qui va bien au-delà du « je te retwette, tu me retweetes ». Il est alors possible de compter sur la bienveillance des uns et des autres. Les échanges évoqués précédemment sont portés par l’entraide, la mise en énergie collective et parfois la co-construction. Plusieurs fois, j’ai pu y trouver de l’inspiration, activer un contact qui a challengé mon idée, m’a aidé à connaître son réseau ou encore diffuser une de mes actualités ; plusieurs fois, j’ai pu faire de même. Le réseau social vous permet d’élargir votre carnet d’adresses à des personnes que vous n’auriez jamais pu, ou difficilement, avoir l’occasion de connaître. Les rencontres réelles (#IRL), même plusieurs années après le following, est toujours un moment très enrichissant. C’est d’ailleurs, à mon avis, ce qu’il faut chercher un maximum à provoquer après la mise en connexion sur la sphère virtuelle. Les échanges sont beaucoup plus constructifs, durables et pourquoi pas source de collaboration. En résumé, grâce à un accès immédiat aux informations médiatiques, aux actualités des twittos et des échanges avec eux : voici trois atouts essentiels qui sont moteurs pour innover soi-même chaque jour.
  38. 38. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 38 2.14 Jerome Beguin : les réseaux sociaux rendent accro à l’information Ingénieur d'Affaires, Engagé politiquement, Membre de l'Institut Montaigne LinkedIn : beguinjerome Twitter : @jeromebeguin Cette question est très intéressante car elle met en évidence un véritable tournant dans notre vie sociétale. L'accès à l'information est devenu une nécessité, une addiction qui exploite la vulnérabilité de la nature humaine. Le temps que nous passons sur les réseaux sociaux nous rend toujours plus ‘’accro’’ à l'information. Malgré cette réalité, je fais, moi aussi, partie de ces milliers de personnes toujours à l'affut des dernières news. Lorsque que quelque chose est intéressant et excitant, nous créons naturellement de la dopamine qui nous apporte ce sentiment de désir et de plaisir. Pour ma part, j'utilise les réseaux sociaux sur 3 champs d'actions biens distincts : • Facebook : informations personnelles • Linkedin : informations professionnelles et recherche des dernières avancées technologiques • Twitter: informations politiques et partages sur l'actualité économique, politique, géopolitique, médiatique et sociétal Cette recherche constante d'informations fiables et utiles à mon environnement, me permet d'avoir un train d'avance sur mes concurrents, d'acquérir des idées pour me différencier, d'innover et de prendre des décisions pertinentes. Dans une société où tout va plus vite, il me parait primordial d'être ou de me sentir plus fort pour affronter mes contraintes professionnelles, politiques, associatives ou personnelles. Il est vrai que cette addiction entraîne, pour ma part, malheureusement, ce sentiment d'être en constante compétition avec... moi-même. La culture générale n'a pas de prix, la connaissance est une force, un plaisir sans limite, le symbole du pouvoir.
  39. 39. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 39 Le pouvoir peut être dangereux en fonction de la manière dont on l'utilise. Pour ma part, ce n'est pas le pouvoir sur les autres qui m'intéresse mais le pouvoir qui me permet de réaliser mes souhaits, d'atteindre mes objectifs, de communiquer, de partager et de m'ouvrir au monde. D'une certaine manière, les réseaux sociaux me permettent d'être dans l'action, d'influencer et de ne pas subir la vie qui m'est offerte. Il me parait toutefois inconcevable de ne pas gérer ce flux continu d'informations. Entre fake news, buzz sans intérêt, et désinformation, prendre de la hauteur est devenu capital dans mon fonctionnement au quotidien. Il est certain que l’accès à l’information et aux réseaux sociaux me rend plus innovant mais être plus innovant dans un monde virtuel ne sert à rien, être plus innovant dans le monde réel est le virage à ne (surtout) pas rater.
  40. 40. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 40 2.15 Sandy Beky : L’audace, ce trait d’union entre l’information et l’innovation Sandy Beky dirige KyoSei Solutions Lab qui propose aux entreprises d’explorer des innovations managériales adaptées à leur contexte et élaborées avec leurs équipes et ainsi participer aux futures évolutions du leadership LinkedIn : sandybeky Twitter : @SandyBeky Lien : kyoseilab.com L’accès à l’information et aux réseaux sociaux rend-t-il plus innovant.e ? Voilà une question qui interroge sur l’accès à l’information en général comme vecteur d’innovation. Presque comme une suite logique, comme une évidence, elle transpose également cette question aux réseaux sociaux, acteurs majeurs parmi les pourvoyeurs d’information et, semble-t-il, véhicules privilégiés pour y accéder. En juin 2016, le rapport de l’institut Reuters d’étude du journalisme et de l’université d’Oxford attestait de la montée en puissance des plateformes sociales sur internet comme support d’information. 50000 répondant.e.s, 26 pays concernés et pas moins de 51% déclarant utiliser les réseaux sociaux pour accéder à l’information. Il est donc indiscutable que l’avènement du web et l’arrivée des réseaux sociaux ont contribué à démocratiser l’accès à l’information. A noter tout de même que l’édition 2017 de ce même rapport indiquait que seuls 24% des 70,000 personnes interrogées à travers 36 pays estimaient que les médias sociaux sont capables de faire le bon tri entre une information véridique et une information fictive. Cela rend d’autant plus pertinente la question du rôle de cette information, abondamment disponible sur les réseaux sociaux - mais pas que-, dans l’innovation. Si je prends pour exemple le leadership, il y a pléthore d’informations qualitatives et quantitatives qui indique qu’il y a urgence à innover en la matière et adopter d’autres pratiques managériales. Prenons pour illustrer ce propos la notion d’engagement des employés. À l’heure où j’écris cet article l’institut Gallup a publié ses derniers résultats sur l’engagement des employés au niveau mondial. Publication suivie d’un billet sur leur blog au titre plus qu’évocateur : “Dismal Employee Engagement Is a Sign of Global Mismanagement” (qui pourrait être traduit par « les sinistres résultats de l’engagement des employés est le signe généralisé d’un mauvais management »). Selon Gallup, 32% de la population active dans le monde travaille à temps plein pour un employeur. Et pourtant, en moyenne, seuls 15% de ces femmes et ces hommes interrogé.e.s à travers 155 pays se sentent engagé.e.s, et enthousiastes par rapport à leur travail. L’impact économique est
  41. 41. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 41 colossal : 7000 milliards de dollars en coût de productivité perdue ! Ces résultats ne sont en aucune façon une révélation. Gallup et de multiples autres études, largement relayées dans les médias, alertent, depuis de nombreuses années, sur ce désengagement massif et ses conséquences dramatiques au niveau social et économique. Il n’en reste pas moins que le leadership demeure encore un parent pauvre de l’innovation comparé à d’autres disciplines. Je n’ose imaginer un domaine tel que la médecine ayant accès à toute une myriade de rapports, d’études, de recherches et s’en tenant à une action limitée pour tester, changer et faire évoluer les pratiques, les traitements pour repousser toujours les limites du possible. Il y a certes des entreprises qui opèrent un mouvement de transformation de leur management pour devenir libérées, conscientes, opales, holacratiques, etc. La révolution du leadership n’en est qu’à ses balbutiements et son territoire d’innovations encore tout ouvert à l’exploration. Le champ d’innovation managériale est immense et n’a finalement de limites que celles de l’imagination et la volonté des femmes et des hommes dirigeant.e.s et employé.e.s de ces organisations en souffrance. L’information est un gisement de ressources. Y avoir accès peut se révéler inutile à l’innovation si ces ressources restent inexploitées ou insuffisamment valorisées. Ayons aussi l’audace d’innover dans le traitement de l’information mise à notre disposition pour la transformer et en générer des actions innovantes et positivement impactantes ! Liens vers les études mentionnées : State of the Global Workplace http://news.gallup.com/reports/220313/state-global-workplace- 2017.aspx?g_source=link_newsv9&g_campaign=item_224012&g_medium=copy Dismal Employee Engagement Is a Sign of Global Mismanagement http://news.gallup.com/opinion/gallup/224012/dismal-employee-engagement-sign-global- mismanagement.aspx?g_source=EMPLOYEE_ENGAGEMENT&g_medium=topic&g_campaign=tiles Reuters Institute Digital News Report 2017 https://reutersinstitute.politics.ox.ac.uk/sites/default/files/Digital%20News%20Report%202017%20web_0.pdf Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Réseau social, connais-moi ! »
  42. 42. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 42 2.16 Eskandar Benaicha : De la nécessité d’innover pour mieux informer et engager les jeunes Responsable de la communication digitale de l’UNICEF France, engagé pour la noble cause des enfants du monde. Digital native, citoyen du monde avant tout LinkedIn : eskandarbenaicha Twitter : @EskandarB Journaliste de formation, j’ai toujours été animé par le souci de l’information juste et surtout utile pour le lecteur. À l’ère de la révolution numérique, les nouvelles technologies ont profondément impacté les modèles et circuits habituels d’information. Ce souci de l’information pertinente est d’autant plus vrai aujourd’hui, et surtout nécessaire, pour éclairer le citoyen. Fact-checking contre fake news, abonnements aux médias Web face aux webzines pure players, profusions des médias indépendants et sources d’informations individuelles, sont des exemples qui soulignent la demande, de plus en plus poussée, des lecteurs pour l’accès à une information de qualité. En 2016, sous la responsabilité de chef de projet de U-Report, l’outil numérique innovant créé par l’UNICEF pour informer et mobiliser les jeunes du monde entier, je me suis reposé cette question essentielle de l’information pertinente. Je me souviens d’un jeune parisien qui m’a dit : “Il a l’air bien votre nouvel outil numérique U-Report, mais pourquoi devrais-je l’utiliser ? Qu’est-ce qu’il apporte de plus ou de mieux que les réseaux sociaux, forums ou autres sites d’information pour les jeunes ?” Cette remarque m’avait marqué. Ce jeune homme avait parfaitement raison. Pour pouvoir mobiliser et engager concrètement les jeunes sur les sujets qui les concernent au quotidien, nous devions proposer un outil innovant et impactant pour le changement positif, en nous adaptant aux habitudes des jeunes, leurs usages numériques, et leur mode de vie. Lancé en 2011 en Ouganda, U-Report est déployé continuellement à travers le monde, atteignant plus de 4 millions de jeunes dans une quarantaine de pays.
  43. 43. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 43 En France, nous avons organisé un lancement médiatique de U-Report dans le cadre de la campagne présidentielle de 2017, sur la base d’un dispositif interactif entre les jeunes et les candidats à la magistrature suprême. La communication était directe, par l’intermédiaire de l’UNICEF et de son partenaire média, une radio nationale, entre cette jeunesse souhaitant se faire entendre et les politiques amenés à décider de leur avenir. Suite à ce succès, de plus en plus de jeunes ont rejoint la communauté des U-Reporters en France, et ont compris que notre outil numérique était bien plus qu’un nouveau canal d’information : U-Report sonde les jeunes sur leurs attentes, leurs idées, leurs opinions, mobilise la jeunesse, et interpelle le grand public, les médias, les décideurs politiques. Nous agissons concrètement pour faire avancer la situation des jeunes en France, et dans le monde. Lors de la COP23 en novembre 2017, U-Report a envoyé de l’information de qualité sur les conséquences du changement climatique afin d’éveiller les consciences et engager les jeunes vers les éco-gestes responsables. Ce fut aussi une formidable occasion de présenter le livre blanc de témoignages “Femmes, Santé, Climat” dont trois jeunes filles U-Reporters contributrices ont eu l’honneur de remettre un exemplaire à la ministre et représentante du gouvernement Marlène Schiappa. Leur voix a été écoutée ! Le numérique a ses avantages et ses inconvénients. Mais ce qui est certain, c’est qu’en innovant nous pouvons nous servir du numérique pour repenser et revoir notre offre de l’information, notre façon de communiquer entre nous humains. Et pour mieux nous mobiliser et nous engager sur des causes qui nous rassemblent. C’est pour cela que j’aime le pouvoir du numérique, et son potentiel qui n’est qu’au début de sa révélation. La révolution numérique ne fait que commencer...
  44. 44. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 44 2.17 Madina Benoumhani : Soyez créatifs et vous vous amuserez Community Manager / Social Media Manager LinkedIn : madinabenoumhanicm Twitter : @SILO76 En France on existe par nos diplômes. À l’école on nous dit : « Travaillez bien et vous aurez un bon job. Personne ne vous dit soyez créatif et vous vous amuserez ». Pourtant de plus en plus, les compétences et les idées sont la nouvelle monnaie et non les diplômes universitaires ou de grandes écoles. Si j’étais chef d’entreprise, maire ou bien encore Ministre de l’Education Nationale, j’imposerais l’utilisation de Twitter et plus généralement des réseaux sociaux ainsi que des plateformes collaboratives type WhatsApp et Slack ... pour « dé-scléroser » ces organisations. Ces outils amènent une fraîcheur nouvelle et viennent briser l’ordre établi (cette jungle faite de codes et de rapports de force qui empêche l'évolution de la plupart des organisations, sans parler de celle de leurs membres). Il faut considérer ces réseaux comme des boîtes à idées, et profiter du partage des expériences de chacun. Les réseaux sociaux permettent d’échanger, de partager des informations. En 2018, n’importe qui sur YouTube peut avoir une audience supérieure à celle d’une chaîne de télévision. L’expérience en ligne est devenue aujourd’hui une expérience humaine. Dans mon « ancienne vie », quand j'étais salariée, je me souviens de la mise en place d’une messagerie instantanée. Comme sur Facebook, on avait la possibilité chaque jour de partager un statut entre collègues. Un jour j’ai posté un article sur les dirigeants d’entreprise et leur manque de maturité face à la transformation digitale. Ce qui devait être un simple partage s'est transformé en malaise. Je me suis retrouvée face à un décalage entre des personnes conscientes des changements et les autres, complètement déconnectées. Il y a quelques mois une étude publiée par le MIT Sloan Management Review montrait que les utilisateurs de Twitter étaient plus innovants que les autres, grâce à l'accès à l'information, ils acquéraient de meilleures idées que les autres. Dans ma « nouvelle vie », les réseaux sociaux ont une place importante : Je me réveille en consultant les réseaux sociaux et je termine la journée avec. Sur Twitter je veille, sur Instagram je m'inspire, sur Facebook je like, sur Pinterest j'explore, sur Snapchat je fouine et sur LinkedIn je partage...et (presque) partout je publie.
  45. 45. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 45 Les réseaux sociaux me permettent d'être plus ouverte aux autres, d'être en permanence en apprentissage (YouTube, Moocs ...) d'être autonome dans mon travail car ils m'obligent à devenir mon propre professeur. Enfin, les réseaux sociaux m'ont aussi permis de faire de merveilleuses rencontres notamment le groupe des 612 réuni par Alban en 2017 pour participer au livre « 612 Rencontres sur les réseaux sociaux », et dernièrement le groupe de FranceAgritwittos, des #agriculteurs passionnés par leur métier et qui à travers Twitter véhicule une image positive de leur métier. D'ailleurs ce groupe s'est transformé en association loi 1901 le 18 novembre 2017 à Tours lors de la première AG. Dites-moi ! Qu'est ce qui me prédestinait, moi fille d'immigrés algériens, née dans une banlieue française, à être tous les jours en relation avec des agriculteurs de la France entière et des professionnels de la communication digitale (612R). C'est ce que j’appelle la magie des réseaux sociaux. Aujourd'hui je suis Social Media Manager et je suis épanouie. Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Twitter et moi ! »
  46. 46. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 46 2.18 Patrice Bernard : Les Réseaux Sociaux au Service de l’Innovation Décodeur de tendances et catalyseur d'innovation au service des institutions financières, auteur du blog « C’est pas mon idée ! » LinkedIn : patricebernard Twitter : @cestpasmonidee Lien : cestpasmonidee.fr Les réseaux sociaux sont désormais omniprésents dans notre quotidien et nous accompagnent dans toutes nos activités, personnelles et professionnelles. Pourquoi ne seraient-ils pas utiles, aussi, pour mieux innover ? En réalité, l’idée a depuis longtemps fait son chemin dans les entreprises et une multitude de pratiques se sont développées et affinées en quelques années pour exploiter le potentiel des Facebook, Twitter, LinkedIn et autres plates-formes… dans chaque étape d’un processus de création. Examinons quelques- unes des plus productives. Naturellement, le potentiel des réseaux sociaux n’est nulle part plus accessible que dans les phases préliminaires à l’innovation proprement dite : la recherche et l’identification de concepts prometteurs. Il ne s’agit cependant pas tant de pratiquer une veille active grâce à l’actualité relayée sur ces médias (qu’il conviendra, de toutes manières, de compléter avec d’autres sources) que d’écouter la voix de la « foule » qui s’y exprime. Elle procure une réserve inépuisable où rechercher les petites douleurs et les grandes difficultés rencontrées par tout un chacun dans sa vie quotidienne, qui constituent la véritable matière première de l’idéation efficace. Les grandes plates-formes sociales sont en effet devenues le lieu privilégié de partage des frustrations et des envies des consommateurs, qu’elles soient directement adressées à l’entreprise (et elles doivent alors lui permettre de corriger ses défauts et d’améliorer ses services existants) ou qu’elles concernent des problèmes adjacents à son activité ou même génériques (peut-être ceux que rencontre un concurrent ou un confrère étranger, par exemple), qu’il sera certes moins aisé de capter mais qui, en revanche, sont plus susceptibles d’inspirer des idées originales. Après la détection d’un défi à relever, commence la vraie difficulté d’une démarche d’innovation : la production d’une solution. Or, là aussi, les réseaux sociaux peuvent apporter une aide incomparable. Si, comme il devrait toujours être le cas, l’objectif visé consiste à répondre à un besoin formel, la meilleure approche pour le satisfaire est de
  47. 47. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 47 procéder par itérations successives : un prototype est mis entre les mains d’une sélection d’utilisateurs, dont les réactions sont collectées et mesurées, afin de déterminer les changements nécessaires pour produire un nouveau prototype, meilleur, et relancer un cycle… et ainsi de suite jusqu’à la création d’un produit désirable et viable. Très rapidement, il faudra donc recruter des « testeurs » prêts à s’engager dans le processus d’innovation avec l’entreprise, en prenant en main le produit qui leur est soumis, en donnant leur avis, en suggérant des améliorations… Le recours aux réseaux sociaux pour initier et maintenir ce dialogue, moins courant qu’un appel au volontariat auprès des clients, offre pourtant des avantages extraordinaires, en démultipliant automatiquement la portée de la démarche. Il devient possible, de la sorte, de profiter des réactions et des commentaires d’une population plus large que celle qui est directement impliquée, dans une sorte de « halo » modérateur. La communauté assemblée sur les réseaux sociaux sera, entre autres, particulièrement utile pour ajuster les paramètres moins opérationnels de l’innovation. Au moment, par exemple, de choisir un modèle économique, de fixer un niveau de tarification, de définir un mode de distribution… les premières recherches pourront être conduites en ligne, de manière ouverte, avant de passer à une expérimentation sur le terrain qui reste toutefois indispensable. Enfin, quand arrive la conclusion du processus, cette communauté préétablie constituera une base précieuse d’appui au marketing et à la communication accompagnant le lancement définitif du nouveau produit, qui pourra être mise à contribution de manière plus ou moins explicite pour accélérer le développement de sa notoriété et la mise en confiance de ses premiers clients. Contrairement à la croyance populaire, l’enjeu majeur de l’innovation n’est pas de trouver des idées mais plutôt de détecter celles qui répondent à une vraie attente de la part de futurs clients et de savoir les transformer en produit concrets et viables. L’utilisation des réseaux sociaux dans cet exercice a donc d’autant plus de valeur qu’elle ne se limite pas à l’idéation. Néanmoins, en toutes circonstances, il est essentiel de garder en mémoire que les adeptes des plates-formes Facebook, Twitter et autres ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population, dans l’expression de leurs besoins, de leurs préférences, de leurs avis… Aussi utiles et pratiques que soient ces supports, ils ne doivent être exploités qu’en complément d’approches plus larges… et plus traditionnelles.
  48. 48. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 48 2.19 Cyril Bladier : La data web : une mine d'or d'innovation que vous n'exploitez pas Slasher, consultant, professeur, écrivain, blogueur, conférencier, directeur d'agence, spécialiste de data marketing, d'inbound marketing, de social selling et de social media marketing LinkedIn : cyrilbladier Twitter : @businesson_line Lien : business-on-line.fr/blog/ Paradoxe intéressant dans le rapport annuel 2017 de l'AMA (American Marketing Association), en collaboration avec Duke University et Deloitte : les responsables marketing interrogés constatent que l'impact business de réseaux sociaux est au mieux médiocre… pourtant ces mêmes responsables envisagent majoritairement d'augmenter leur investissement en social media et à augmenter la part du budget marketing qui y est consacrée. Le titre de l'article était très clair : "marketers report big increases in social media spending with little to show in return". Je fais partie de ceux qui sont très présents sur les réseaux sociaux. Je les utilise quotidiennement pour diffuser mes contenus, interagir, échanger, nouer de nouvelles relations. Mais je fais aussi partie de ceux qui considèrent que s'ils peuvent avoir un fort impact en termes de connaissance, de reconnaissance, de notoriété… l'effet purement business est en général assez limité, même s'il y a de nombreux contre exemples. Dans mon métier, par rapport à mes spécialités et au métier de mon agence, je n'ai pas le sentiment que les réseaux me permettent d'être plus innovant et je n'ai pas non plus l'impression qu'ils peuvent m'aider à rendre mes clients plus innovants. En revanche j'ai découvert plus récemment la data et le pouvoir de la data. Et sur ce sujet, mon avis est très différent. C'est mon associé qui m'a fait découvrir la pertinence et la puissance de la data. En marketing, c'est extraordinaire, absolument fascinant. Certes cela demande du temps pour trouver, récolter, trier, analyser la data mais l'investissement est rapidement rentabilisé. La data permet de connaître un marché online, les besoins, les attentes, les stratégies des forces en présence. Une fois récoltée et analysée, elle permet de détecter des océans bleus, des opportunités de marché, des nouveaux produits ou services à proposer sur son marché.
  49. 49. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 49 La data permet d'innover dans son approche marketing, dans son approche commerciale, dans sa stratégie éditoriale, dans l'adaptation de son business model au monde digital. Très souvent, on constate que les entreprises ont abordé leurs marchés online en y dupliquant leurs organisations et leurs approches offline. Cela a pu donner quelques résultats, donc on ne s'est pas posé la question de savoir si on pouvait faire différemment et mieux. La data permet souvent de se rendre compte que les marchés on line ne sont pas un miroir, une duplication de la réalité que l'on peut connaître offline. La data permet de comprendre comment adapter son business model, son organisation, son offre à la réalité online. On a même des cas où la data online permet de mieux comprendre son marché offline et de détecter des tendances qu'on n'a pas vu émerger IRL (In Real Life). La difficulté est de savoir trouver cette donnée, de la collecter, de la trier. Il n'y a pas encore d'outil réellement pertinent et efficace pour le faire et cela demande encore une forte implication humaine. Je suis convaincu que "DATA is the new Gold". Texte du précédent livre blanc « 612 rencontres sur les réseaux sociaux » : « Prenez/ prendre les réseaux sociaux pour ce qu’ils sont »

×