Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Structure du sol élément clé de sa fertilité

3,635 views

Published on

Les sols, épiderme vivant de la terre et un patrimoine à déchiffrer, préserver et valoriser,l'une de ces propriété physiques est:
la structure du sol qui comme l'agencement en 3D des particules primaires de ce sol,

Published in: Science
  • Be the first to comment

Structure du sol élément clé de sa fertilité

  1. 1. STRUCTURESTRUCTURESTRUCTURESTRUCTURE DU SOLDU SOLDU SOLDU SOL Un élément clé de sa fertilité Réalisé parRéalisé parRéalisé parRéalisé par :::: EL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALIL AIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAF Département de Géologie Master Recherche : GAPRN 2016201620162016 DU SOLDU SOLDU SOLDU SOL Un élément clé de sa fertilité EncadrEncadrEncadrEncadrerererer EL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALILEL KEDMIRI ABDELJALIL PrPrPrPr....MrMrMrMr Najib saberNajib saberNajib saberNajib saber AIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAFAIT YAZZA ACHRAF 1 Un élément clé de sa fertilité parparparpar :::: Najib saberNajib saberNajib saberNajib saber
  2. 2. 2 Remerciement Au terme de ce travail, nous saisissons cette occasion pour exprimer nos vifs remerciements tout d’abord à notre encadrant le professeur Najib Saber, Nous tenons à souligner leurs disponibilités, leurs conseils, leurs suggestions, et leurs l’encouragement qui ont été bien utiles. Nous adressons aussi l’expression de notre haute reconnaissance au étudiants Master GAPRN de Département de Géologie qui n’ont épargné aucun effort pour mettre à notre disposition leurs connaissances. Enfin nous tenons à remercier l’ensemble de nos amis, et les membres de nos familles, qui n’ont cessé de nous encourager tout au long de nos études et tout au long de la réalisation de ce travail.
  3. 3. 3 Sommaire Remerciement………………………………………………………………………………………………………………………………..2 Résumé…………………………………………………………………………………………………………………………………………..4 I-Introduction………………………………………………………………………………………………………………………………….5 II-Définition et types de la structure du sol......................................................................................... 6 1-définition:......................................................................................................................................... 6 2- types de la structure du sol:............................................................................................................ 6 III- Formation et effets de la structure de sol...................................................................................... 8 IV- Le rôle de la Matière organique, Texture sur la structure du sol .................................................. 8 1-Le rôle de la Matière organique :..................................................................................................... 8 2-Le rôle de la Texture :....................................................................................................................... 8 V-Impact de la structure du sol dans l’agriculture et environnement ............................................... 9 VI-Dégradation de la structure du sol ................................................................................................ 9 1-La dégradation physique.................................................................................................................. 9 2-La dégradation chimique................................................................................................................ 10 3-La dégradation biologique ............................................................................................................. 10 4-Conclusion...................................................................................................................................... 11 VII-Evaluation de la qualité structurale du sol .................................................................................. 12 VIII -Travail du sol et protection de la structure................................................................................ 13 IX-Amélioration de la structure des sols agricole.............................................................................. 15 IIX-Conclusion.................................................................................................................................... 16 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ..................................................................................................... 17
  4. 4. 4 Résumé La structure d’un sol a un impact direct sur sa productivité .Dans un sol bien structuré, l’activité biologique est favorisée, l’efficacité des engrais minéraux et organiques.les végétaux ont besoin de l’oxygène et de l’eau pour se nourrir, travailler sur la structure du sol c’est travailler pour bien amené aux racines de ces végétaux les deux premier éléments dont elles besoin. Pour qu'un sol ait une bonne structure, l'état et la stabilité de ses agrégats doivent pas limiter le potentiel de d'une culture, les racines doivent pouvoir se développer et s'enfoncer dans le sol de façon optimale, il doit aussi être suffisamment stable pour résister aux facteurs susceptibles de le dégrader. L'enrichissement du sol en matière organique et la réduction de l'érosion contribuent à en améliorer la structure, et pour stopper la dégradation structurale du sol, il faut privilégier le travail de conservation. D'ici la généralisation de telles pratiques, on doit s'attendre à une diminution de la qualité structurale des sols. Mots clés : Sol, Structure du sol, Productivité, Stabilité, Matière organique, Erosion, Dégradation structurale, Conservation, Qualité structurale
  5. 5. 5 I-Introduction : Les sols, épiderme vivant de la terre et un patrimoine à déchiffrer, préserver et valoriser (Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie BRGM, 2014) et constituant un milieu vivant très structuré (Gobat et al. 1998). La structure d’un sol se construit à partir de différentes composantes que l’on peut diviser en trois groupes :(Les matériaux, les ciments, les artisans), Les sols sont cette ressource vitale dont dépendent les productions agricoles et la sécurité alimentaire, la qualité de l’eau et de l’air, le cycle du carbone, les services eco-systémiques de la biodiversité et tout un ensemble d’enjeux indissociablement économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires. L'appréciation de la qualité des sols et de son évolution, sous l'effet de changements globaux exige la définition d'indicateurs pertinents et la mise au point de techniques fiables de quantification, ces indicateurs (physique, chimique et biologique) sont des propriétés mesurables des sols ou des plantes qui informent du bon fonctionnement du sol (Pankhurst et al., 1997) .Au cours de ce travail bibliographique nous voyageons avec vous un peu dans le sous sol .On étudiant la structure du sol ,cette propriété physique qui varie avec la profondeur on va rendre claire tous ces intérêts et son impacte sur la productivité du sol et sa relation avec autres propriété tel que texture, matière organique…et comment préserver ce paramètre contre la dégradation… En conséquence, l’étude de la structure du sol c’est travailler pour offrir aux racines d’eau et de l’oxygène ainsi de fournir également aux micro-organismes un espace aéré pour en faire nos alliés.
  6. 6. 6 II-Définition et types de la structure du sol 1-définition: La structure d'un sol fait référence à la façon dont les particules de sable, de limon et d'argile sont disposées les unes par rapport aux autres. Dans un sol bien structuré, les particules de sable et de limon sont liées en agrégats (petites mottes) par l'argile, l'humus et le calcium. Les grands espaces vides entre les agrégats (macropores) permettent à l'eau et à l'air de circuler et aux racines de s'enfoncer dans le sol. Les petits espaces vides (micropores) retiennent quant à eux l'eau dont les plantes ont besoin. Autrement dit la structure du sol est définie comme l'agencement en 3D des particules primaires de ce sol, c'est-à-dire la manière dont les particules sont situées et reliées les unes par rapport aux autres. Les facteurs déterminants de la structure du sol sont sa texture et sa teneur en matière organique. Aidé, On peut facilement se faire une idée des changements de structure d’un sol en l’observant quand il est mouillé et quand il est sec. 2- types de la structure du sol: La structure du sol décrit sa configuration physique. Les particules de sable dans un sol sableux tiennent peu ensemble et ne forment pas d'agrégats, alors que les particules d'argile d'un sol argileux en forment immédiatement. Ces agrégats facilitent le travail d'un sol argileux et améliorent le transport d'air et d'eau. Les facteurs déterminants de la structure du sol sont sa texture et sa teneur en matière organique. Il faut faire une distinction entre les sols à structure à grains simples et les sols à structure agrégée. Les particules du sols maintenues ensemble par des forces physiques et chimiques forment des agrégats (Pierzinsky et al., 2005). L’absence ou la présence ainsi que la forme de ces agrégats définissent le type de structure (Gobat et al., 1998). Par définition, la classe de structure décrit la taille moyenne des agrégats individuels. On distingue généralement cinq classes, en fonction du type de structure du sol dont les agrégats proviennent Très fine ou très mince Fine ou mince Moyenne Grossière ou épaisse Très grossière ou très épaisse. Le type de structure décrit la forme des agrégats individuels. Les pédologues considèrent généralement sept types de structures du sol, mais nous n'en utiliserons que quatre, classés de 1 à 4 comme suit:
  7. 7. 7 1 Structure granulaire et grumeleuse : Les particules individuelles de sable, limon et argile s'agrègent en petits grains presque sphériques. L'eau circule très facilement dans ces sols. On les trouve couramment dans l'horizon A des profils pédologiques. 2 Structure anguleuse et subanguleuse : Les particules s'agrègent en blocs presque cubiques ou polyédriques, dont les angles sont plus ou moins tranchants. Des blocs relativement gros indiquent que le sol résiste à la pénétration et au mouvement de l'eau. On les trouve couramment dans l'horizon B où l'argile s'est accumulée. 3 Structures prismatique et en colonne : Les particules ont formé des colonnes ou piliers verticaux, séparés par des fentes verticales minuscules mais bien visibles. L'eau circule avec beaucoup de difficulté et le drainage est médiocre. On les trouve couramment dans l'horizon B où s'est accumulée l'argile. 4 Structure lamellaire : Les particules s'agrègent en fines plaquettes ou lamelles superposées horizontalement. Les plaquettes se chevauchent souvent, gênant considérablement la circulation de l'eau. On les trouve fréquemment dans les sols forestiers, dans une partie de l'horizon A et dans les sols à claypan*.
  8. 8. 8 III- Formation et effets de la structure de sol Le sol est la couche supérieure de la croûte terrestre, composée de matière minérale, de matière organique, d'eau, d'air et d'organismes Il dispose de son atmosphère interne, ainsi que d'une flore et d'une faune spécifique. Les sols proviennent de l'altération et de la transformation des roches sous l'action de la vie, de l'atmosphère et des échanges d'énergie. Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la végétation. Les sols présentent une structure stratifiée que les pédologues appellent horizons. Deux types d'horizons se superposent habituellement : une suite d'horizons humifères, au-dessus des horizons minéraux. Pour qu'un sol ait une bonne structure, l'état et la stabilité de ses agrégats doivent pas limiter le potentiel de d'une culture, les racines doivent pouvoir se développer et s'enfoncer dans le sol de façon optimale; il doit aussi être suffisamment stable pour résister aux facteurs susceptibles de le dégrader. La structure du sol détermine la croissance et le rendement des cultures en influençant de nombreux processus qui se déroulent dans le sol et le paysage, notamment : • le stockage de l'eau et des éléments nutritifs dans le sol et leur assimilation par les végétaux. • le mouvement de l'eau et des éléments nutritifs dans le profil du sol durant l'infiltration, le drainage et le lessivage. • l'aération pour les racines et les microbes du sol. • la résistance du sol à l'érosion éolienne et hydrique. • la résistance du sol au compactage et à l'encroûtement. IV- Le rôle de la Matière organique, Texture sur la structure du sol La fertilité du sol s’appuie en grande partie sur l’amélioration de la structure du sol mais également sur l’augmentation du stock de matières organiques et sa mise en « circulation » par l’activité biologique. 1-Le rôle de la Matière organique : La matière organique (effet anti érosion) contribue à une meilleure stabilité de structure du sol grâce aux nombreuses liaisons électrostatiques et surtout aux liaisons faibles que la matière organique peut assurer (Sidi et Pansu, 1990 ; Balesdent, 1996 ; Grieve, 2001). L'enrichissement du sol en matière organique et la réduction de l'érosion contribuent à en améliorer la structure; les pratiques bénéfiques comprennent le travail de conservation, la gestion des résidus, les rotations culturales étendues avec cultures fourragères et les pratiques antiérosives. Ainsi cette matière influence la stabilité de la structure qui a été constatée depuis longtemps (Demolon et Hénin, 1992 ; Baver, 1935).Elle se traduit par une corrélation positive entre la quantité d’agrégats stables à l’eau et la teneur en matière organique, d’autant meilleure que la teneur en argile granulométriques est petite. 2-Le rôle de la Texture : La texture du sol fait référence aux proportions de particules minérales de diamètre moyen différent, c'est-à-dire aux proportions relatives de sable, de limon et d'argile,
  9. 9. 9 La structure est un état du sol qui varie avec le temps selon la texture mais aussi selon le taux d’humidité, l’état des colloïdes et la présence de matière organique,… (Gobat et al. 1998). La texture est parmi les facteurs déterminants la structure du sol, Mais Contrairement à la texture, la structure d’un sol donné varie au cours du temps, du fait de conditions climatiques changeantes (cycles «gel/dégel» et «humectation/dessiccation»), de l’activité biologique, des cultures qui y poussent et des résidus de culture, mais aussi du travail du sol par l’agriculteur, de la circulation d’engins sur la parcelle et du piétinement du bétail. V-Impact de la structure du sol dans l’agriculture et environnement La structure du sol a un effet sur les phénomènes suivants : la circulation de l'eau dans le sol le degré d’aération la capacité des racines à se propager dans le profil de sol la capacité de sol à résister à l’érosion. Les parties aériennes protègent le sol de l’action déstructurant des gouttes de pluie, en particulier en sol battant. Le ruissellement hivernal ou l’érosion sont également largement atténués. Les racines du couvert ont par ailleurs un impact sur la structure du sol : masse racinaire limitant la prise en masse, production d’exsudats racinaires… L’implantation de cultures intermédiaires implique toutefois certaines adaptations de l’itinéraire technique : décalage des périodes de travail en particulier en sol argileux, gestion de débris végétaux supplémentaires, ressuyage des terres un peu plus tardif au printemps en conduite sans labour. VI-Dégradation de la structure du sol La dégradation du sol correspond à la transformation (physique, chimique et biologique) du sol qui implique la détérioration plus ou moins réversible d'une ou de plusieurs de ses fonctions. Ce phénomène est essentiellement dû aux actions de l'homme situé à l'interface des roches, de l'atmosphère, de l'hydrosphère et de la biosphère, toute action sur les sols les transforme. Il peut s'agir de modifications voulues, destinées à améliorer certaines de leurs caractéristiques (teneur en matière organique, pH, salinité) ou fonctions (drainage, etc.), mais bien souvent intervenir sur le sol provoque différentes formes de dégradation physique, chimique et biologique dont les plus extrêmes se manifestent sous la forme d'érosion : 1-La dégradation physique La dégradation physique des sols correspond principalement à une désorganisation de leur structure. Cette dernière, définie par l'organisation spatiale des agrégats du sol (assemblages de constituants minéraux et organiques), délimite les volumes des vides ou porosité du sol. La taille, la forme et les relations entre ces pores conditionnent le stockage et la circulation de l'eau, de l'air et des éléments
  10. 10. 10 nutritifs ainsi que le développement des êtres vivants (racines, faune du sol...). La cohésion entre les différents constituants du sol, principalement assurée par les matières organiques du sol et par les minéraux argileux, détermine la résistance de la structure du sol aux différentes contraintes mécaniques que le sol subit en permanence (gouttes de pluie, pression des engins agricoles, piétinement des animaux...). Les principales manifestations de la dégradation structurale des sols sont les suivantes : –La compaction : Résulte du piétinement des animaux en conditions humides ou du passage de lourdes machines. –Les excès d'eau dans le sol : Ils se produisent lorsque la vitesse d'infiltration de l'eau est inférieure à celle des apports. L'eau stagne dans le sol, de manière temporaire ou permanente, empêchant sa bonne aération et le développement d'une activité biologique (végétale et animale) normale. –L'encroûtement et l'imperméabilisation de la surface des sols : Ces phénomènes sont les conséquences d'un couvert végétal qui ne protège pas assez la surface du sol de l'impact des gouttes de pluie. Les agrégats du sol sont détruits ; les particules fines libérées colmatent la porosité de surface et une croûte de battance (nom attribué à cet état particulier de surface où le sol, battu par la pluie, a perdu toute porosité et ne permet plus aucune infiltration) se forme, déclenchant le ruissellement et l'érosion. La richesse d'un sol en particules fines de la taille des limons (entre 2 et 50 micromètres) favorise ce phénomène. –L'érosion par l'eau (érosion hydrique) : Elle se manifeste lorsque l'eau, ne pouvant plus s'infiltrer, ruisselle et devient capable de décaper le sol de ses horizons supérieurs, c'est-à-dire en général de sa partie la plus riche en matières organiques. Cette perte de matière présente des conséquences sur le lieu même de l'érosion (libération du carbone stocké dans ces horizons de surface, diminution de la productivité, charges supplémentaires pour l'agriculteur qui doit restaurer la fertilité de son sol...). L'érosion éolienne : Elle peut s'exercer partout, dès lors que le couvert végétal est absent ou incomplet, et particulièrement là où le sol est à l'état sec et finement divisé. 2-La dégradation chimique La dégradation chimique des sols concerne aussi bien sa phase minérale que sa phase organique. Les principales manifestations de la dégradation chimique des sols sont les suivantes : –La perte d'éléments nutritifs et de matière organique : Ce phénomène, fréquent, intervient lorsque les exportations de ces substances lors de la récolte des cultures ne sont pas compensées par des apports d'intrants (fumier, compost, engrais...). La baisse rapide des taux de matière organique dans les sols après défrichement fait aussi partie de ce type de dégradation. –La salinisation : Dans les régions arides et semi-arides, outre les sols salés naturellement, à cause d'une roche mère saline par exemple, on observe souvent une salinisation dite secondaire car elle apparaît à la suite d'une irrigation mal gérée (eau d'irrigation salée ou absence de drainage des parcelles irriguées). –L'acidification : L'excès d'engrais acidifiants peut conduire à l'acidification des sols, ce qui entraîne la fragilisation de la structure du sol par le départ des argiles (comme il n'y a plus assez de cations pour assurer la liaison des particules argileuses entre elles, celles-ci se dispersent). –La pollution : La pollution industrielle génère des pluies acides qui participent à l'acidification des sols. 3-La dégradation biologique L'expression « dégradation biologique » des sols désigne l'amenuisement du couvert végétal et la baisse du taux de matières organiques, ce qui se traduit par une diminution de la faune du sol ou
  11. 11. pédofaune. Ces organismes vivant dans les sols constituent un bon la fertilité de ce milieu. En effet, ils influencent et améliorent la structure des sols porosité qui permet l'infiltration de Pour les sols cultivés, l'insuffisance de la restitution de matières organiques provoque, si l'on n'y remédie pas, toute une série de dégradations en chaîne Les agrégats se fragilisent et résistent moins bien à l'action de l'eau, ce qui conduit au tassement des horizons supérieurs des sols. 4-Conclusion La dégradation de la structure du sol nuit à la levée des semis, limite la pénétration et le mouvement de l'air et de l'eau dans le profil du sol, augmente les risques d'érosion et réduit le rendement des cultures. Elle menace particulièrement les sols à texture fine, humides, elle est favorisée par le travail intensif du Figure 1 Problèmes structuraux dans le profil du sol et effets de la dégradation pédofaune. Ces organismes vivant dans les sols constituent un bon indicateur du fonctionnement et de la fertilité de ce milieu. En effet, ils influencent et améliorent la structure des sols porosité qui permet l'infiltration de l'eau de pluie et, donc, réduit l'écoulement superficiel et l'érosion. Pour les sols cultivés, l'insuffisance de la restitution de matières organiques provoque, si l'on n'y remédie pas, toute une série de dégradations en chaîne : ent et résistent moins bien à l'action de l'eau, ce qui conduit au tassement des La dégradation de la structure du sol nuit à la levée des semis, limite la pénétration et le mouvement de eau dans le profil du sol, augmente les risques d'érosion et réduit le rendement des cultures. menace particulièrement les sols à texture fine, humides, pauvres en matière organique ou érodés; elle est favorisée par le travail intensif du sol, la culture en rang et une rotation culturale insuffisante. Problèmes structuraux dans le profil du sol et effets de la dégradation 11 du fonctionnement et de la fertilité de ce milieu. En effet, ils influencent et améliorent la structure des sols en maintenant une l'eau de pluie et, donc, réduit l'écoulement superficiel et l'érosion. Pour les sols cultivés, l'insuffisance de la restitution de matières organiques provoque, si l'on n'y ent et résistent moins bien à l'action de l'eau, ce qui conduit au tassement des La dégradation de la structure du sol nuit à la levée des semis, limite la pénétration et le mouvement de eau dans le profil du sol, augmente les risques d'érosion et réduit le rendement des cultures. pauvres en matière organique ou érodés; ure en rang et une rotation culturale insuffisante. Problèmes structuraux dans le profil du sol et effets de la dégradation
  12. 12. VII-Evaluation de la qualité structurale du sol La méthode la plus connue c'est le p profondeur d'environ un mètre pour observer les différents horizons travaillés. L’état structural dans chaque horizon et l'enracinement des cultures. Il s'agit d'une méthode qui demande du temps et un minimum d'expertise pour analyser l'état structural du sol La méthode de la bêche Il s'agit de prélever un bloc de terre à la bêche, puis d'évaluer l'état structural du sol en s'appuyant sur plusieurs critères : apparence du bloc, émiettement ou colonisation des racines, présence d'activité biologique… Figure 2 Etapes méthode de la Bèche La méthode du drop test C'est un test de chute de bloc de sol.Il s'agit également de laisser tomber sur une hauteur d'un mètre environ sur un fond plat et dur. Ensuite on trie le bloc des plus gros agrégats aux agrégats les plus fins. On peut faire tomber les grosses mottes jusqu'à trois fois P terre. On peut donner une note et porter un jugement sur l'état structural du sol à l'aide d'une charte visuelle. La méthode du pénétromètre C'est une méthode qui consiste à enfoncer une tige métallique dans le intéressante pour comparer différentes situations. On évalue la force utilisée pour enfoncer la tige dans le sol sensible à l'humidité du sol. Elle est donc à réserver pour effectuer des parcelle sur un même type de sol à même humidité. Evaluation de la qualité structurale du sol La méthode la plus connue c'est le profil cultural qui consiste à effectuer une tranchée sur une profondeur d'environ un mètre pour observer les différents horizons travaillés. L’état structural dans chaque horizon et l'enracinement des cultures. Il s'agit d'une méthode qui et un minimum d'expertise pour analyser l'état structural du sol La méthode de la bêche Il s'agit de prélever un bloc de terre à la bêche, puis d'évaluer l'état structural du sol en s'appuyant sur apparence du bloc, émiettement ou non, facilité de rupture des mottes, porosité, colonisation des racines, présence d'activité biologique… La méthode du drop test C'est un test de chute de bloc de sol.Il s'agit également de prélever un bloc de terre, qu'on va ensuite laisser tomber sur une hauteur d'un mètre environ sur un fond plat et dur. Ensuite on trie le bloc des plus gros agrégats aux agrégats les plus fins. On peut faire tomber les grosses mottes jusqu'à trois fois Puis, en classant ces différentes mottes de On peut donner une note et porter un jugement sur l'état structural du sol à l'aide d'une charte visuelle. La méthode du pénétromètre C'est une méthode qui consiste à enfoncer une tige métallique dans le sol, à la verticale. Elle est intéressante pour comparer différentes situations. On évalue la force utilisée pour enfoncer la tige dans le sol, mais c'est une méthode qui est très sensible à l'humidité du sol. Elle est donc à réserver pour effectuer des comparaisons dans une même parcelle sur un même type de sol à même humidité. 12 rofil cultural qui consiste à effectuer une tranchée sur une profondeur d'environ un mètre pour observer les différents horizons travaillés. L’état structural dans chaque horizon et l'enracinement des cultures. Il s'agit d'une méthode qui et un minimum d'expertise pour analyser l'état structural du sol : Il s'agit de prélever un bloc de terre à la bêche, puis d'évaluer l'état structural du sol en s'appuyant sur non, facilité de rupture des mottes, porosité, prélever un bloc de terre, qu'on va ensuite laisser tomber sur une hauteur d'un mètre environ sur un fond plat et dur. Ensuite on trie le bloc des uis, en classant ces différentes mottes de On peut donner une note et porter un jugement sur l'état structural du sol à l'aide d'une charte visuelle. sol, à la verticale. Elle est ais c'est une méthode qui est très comparaisons dans une même
  13. 13. 13 Prélèvements à l'aide d'un télescopique Il s'agit de prélever un bloc de sol avec les palettes d'un télescopique cette méthode se rapproche de celle de la bêche, mais elle permet de réaliser un prélèvement plus important elle permet donc de mieux observer l'enracinement des cultures, l'activité biologique, la présence de galeries de vers de terre, repérer les différents horizons travaillés... VIII -Travail du sol et protection de la structure La préparation du sol peut être réalisée par différentes techniques le labour et les Techniques Culturales Simplifiées (TCS). Les TCS ont pour avantage de moins perturber la vie du sol qu’un travail du sol profond. Deux pratiques se retrouvent sous le terme de TCS : celles travaillant en surface et celles travaillant en profondeur mais sans retournement. Les techniques qui travaillent en surface : le travail superficiel est un travail mécanique en dessous de la zone de semis mais sur une profondeur limitée selon les conditions du milieu (entre 5 et 10 cm). -le semis direct est une technique qui ne fragmente pas le sol sauf sur la ligne de semis. Il n’y a donc aucun forme de préparation et l’ouvre-sillon se déplace dans un sol intact en coupant lui-même les résidus de culture et le sol. Le succès de cette approche dépend en bonne partie de la capacité du semoir à maintenir une profondeur de semis adéquate malgré les variations des conditions de sol et des quantités de résidus. Les techniques qui travaillent en profondeur : le pseudo-labour travaille le sol sur, au plus, les 20 premiers centimètres, c’est-à-dire sur les horizons superficiels et sur l’ensemble de la surface (fragmentation pratiquement égale au labour). - le décompactage fissure le sol sans mélanger les couches les sols sableux pour les travailler, il est recommandé d'appliquer les amendements et les fertilisants au printemps. Les sols argileux compacts peuvent être travaillés à l'automne à l'aide d'une fourche puis laissés dans un état grossier pendant tout l'hiver. L'alternance du gel et du dégel aura pour effet de fissurer les mottes de terre. Au printemps, ces dernières pourront être réduites en petits agrégats, ce qui favorisera l'obtention d'une structure grumeleuse. Les sols argileux bien structurés doivent être peu travaillés. Les sols argileux ne doivent jamais être travaillés lorsqu'ils sont trop secs ou trop humides. En période sèche, ils deviennent durs et crevassés alors qu'en période humide, ils sont faciles à compacter. Le meilleur moment pour intervenir est lorsque les mottes de terre se défont quand on les presse avec les mains. On peut améliorer la structure d'un sol par diverses pratiques culturales dont la rotation des cultures avec des céréales et des fourrages, les cultures de couverture, l’apport de matière organique comme du fumier et du compost ainsi que le travail réduit du sol. Tenter également de diminuer le passage de la machinerie, le chargement par essieu ainsi que la fréquence des passages de la moissonneuse et la profondeur du labour.
  14. 14. 14 Les sols argileux, sableux et limoneux présentent rarement une structure idéale. On peut toutefois les améliorer en incorporant des amendements. Sols sableux On améliore la structure des sols sableux en les amendant régulièrement avec de la matière organique sous forme de compost ou de fumier composté. Il est préférable d'incorporer ces amendements au début du printemps, car le travail des sols sableux à l'automne favorise leur érosion. Également, dans ces sols, l'ajout de basalte est un élément qui contribue à améliorer la rétention d'eau et de minéraux. Sols argileux On améliore la structure des sols argileux par des apports en matières organiques sous forme de compost ou de fumier composté. Ces amendements sont préférablement incorporés à la fin de l'automne. Les sols argileux mal drainés peuvent aussi être amendés avec une terre sableuse. Certains sols argileux sont très riches en sodium, ce qui nuit à l'agrégation des particules minérales. Il est possible d'améliorer la structure de ces argiles sodiques en y incorporant du gypse (si leur pH est neutre ou alcalin) ou de la chaux (si leur pH est acide). Sols limoneux On améliore le drainage et l'aération des sols limoneux par des apports importants de matières organiques, sous forme de compost ou de fumier composté. Il est préférable d'incorporer ces amendements à la fin de l'automne. Humus Sous l'action des organismes vivants du sol, la matière organique est transformée. Il en résulte une libération rapide d'éléments nutritifs (processus de minéralisation) et la formation d'humus (processus d'humification).
  15. 15. 15 IX-Amélioration de la structure des sols agricole Les pratiques agricoles axées sur la conservation continuent de faire leurs preuves comme moyens de préserver et d'améliorer la structure des sols. Les pratiques culturales appropriées sont celles qui perturbent le moins le sol, c’est-à-dire : • le non-labour et le semis direct, quand la culture s'y prête . • le remplacement du travail profond du sol classique (plus de 25 cm) par travail du sol en surface (10 cm). • l'élimination du labour secondaire par l'emploi de systèmes de labour à passage unique. • le travail du sol en rotation ou l'emploi de façons culturales propres à une culture. Les pratiques suivantes retournent au sol davantage de matière organique et en améliorent la structure : • culture continue (jachère réduite). • gestion des résidus de culture, pour réduire le travail du sol automnal et une couverture végétale. • épandage d'engrais vert. • inclusion d'espèces fourragères dans les rotations culturales • ensemencement de cultures de couverture pour protéger le sol après la récolte de la culture principale. • contre-ensemencement des cultures céréalières avec des pommes de terre. Les pratiques de gestion qui améliorent ou, à tout le moins, préservent la structure du sol varient selon les régions les régimes culturaux et qualité d’agriculture utiliser qui est un effet important régulateurs de certain propriétés PH, Conductivité éléctrique du sol par conséquence influence la productivité agriculture, les valeurs significativement élevées dans les sols sous blé en comparaison avec les sols sous vigne.( Fatna ZAAKOUR et Najib SABER ; Fertilité des sols agricoles sous vigne et sous blé de la région de Mohammedia-Benslimane (Maroc) On peut affirmer que le semis direct permet à la fois d’améliorer la rétention en eau du sol et sa stabilité structurale ainsi que son pouvoir de séquestration de carbone organique. ( Moussadek, Mrabet, et Dahan ;HTE N° 149/150 - Sept/Déc 2011).
  16. 16. 16 IIX-Conclusion La qualité du sol dépend en grande partie de la taille, de la forme et de la disposition des pores (vides) et des particules solides (mottes de sable, de limon et d'argile). Dans le sol, la matière organique est le principal liant dans la formation de mottes ou d'agrégats par les particules de sable, de limon et d'argile. La matière organique et d'autres agents liants stabilisent l'agencement des pores et des particules. Dans un sol bien structuré, l'air, l'eau et les éléments nutritifs peuvent traverser les vides contenus dans les agrégats et entre ceux-ci. En outre, l'assemblage des particules solides et des pores résiste bien aux diverses agressions (travail cultural, moisson, impact des gouttes de pluie, etc.). Les méthodes suivantes améliorent la structure des sols contre la dégradation structural : travail de conservation, rotations culturales avec plantes fourragères, bonne gestion des résidus de culture, culture continue (réduction de la mise en jachère), pratiques antiérosives (cultures de couverture, contre-ensemencement, culture en courbes de niveau, culture en terrasses, voies d'eau gazonnées) et installation de réseaux de drainage souterrains.
  17. 17. 17 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Les sources électroniques: ftp://ftp.fao.org/fi/CDrom/FAO_training/FAO_training/gen eral/x6706f/x6706f07.htm http://www.prosensols.eu/fr/bodemkit/A3theorie.pdf http://www.ecosociosystemes.fr/structure.html Thèses THÈSE DE DOCTORAT ; ÉVOLUTION ET EFFETS SUR LA STRUCTURATION DU SOL DE LA MATIÈRE ORGANIQUE APPORTÉE EN GRANDE QUANTITÉ par : Claire Grosbellet Année 2008. Livres D.F. Acton et L.J. Gregorich (dir. de publ.) La santé de nos sols vere une agriculture durable au canada . Le sol propriètés et fonctions tome 1 constitution,Structure Phénomènes aux interfaces Raoul CALVET Institut National Agronomique Paris-Grignon 475 Pages . GOBAT J.M. , M. ARAGNO, W. MATTHEY (1998) Le Sol vivant. Bases de pédologie biologie des sols. Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne. PIERZYNSKI G., J THOMAS SIMS et G. VANCE (2005) Soils and Environmental Quality. CRC Press, Boca Raton (USA). Articles Fatna ZAAKOUR et Najib SABER Fertilité des sols agricoles sous vigne et sous blé de la région de Mohammedia-Benslimane (Maroc). Moussadek, Mrabet, et Dahan ; EFFET DE L’AGRICULTURE DE CONSERVATION SUR LA QUALITÉ DES SOLS AU MAROC ; HTE N° 149/150 - Sept/Déc 2011). Stengel, P.. 1990. Caractérisation de l'état structural du sol. Objectif et méthodes. La structure du sol et son évolution, Laon, Paris, INRA. 15-36. Revue et Brochure et Journal La revue du BRGM pour une Terre Durable Les Sols Géosciences • numéro 18 • juillet 2014 Brochure La Structure du sol un élément clé de sa fertilité 6 Pages Clubsconseils En agroenvironenement Club du CDA . QUALITE PHYSICO-CHIMIQUE DES SOLS AGRICOLES DE LA REGION DE L’OULJA ENTRE SIDI ABED ET OULAD GHANEM (SAHEL DES DOUKKALA, MAROC) Hajar Mohcine ;Najib Saber ;Kaoutar Moustarhfer ;Fadwa ; Scientific Journal July 2015 edition vol.11, No.21 ISSN: 1857 – 7881.

×