Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Book AIA Environnement

154 views

Published on

Chez AIA Environnement, cohabitent des professionnels habités par la synergie aménagement urbain / développement durable.
L'expression de chaque attente-client ouvre un éventail de stratégies de conception environnementales passionnantes.

Les enjeux ?
- Caractériser les ressources et contraintes d’un territoire,
- Développer les espaces naturelles et les écosystèmes,
- Organiser la mobilité et les infrastructures,
- Définir la forme et les usages,
- Etudier le climat et mutualiser les énergies,
- Apporter une réflexion temporelle des actions.

Published in: Environment
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Book AIA Environnement

  1. 1. AIA Studio Environnement catalyseur de concepts environnementaux. « Les alertes successives sur l’épuisement de nos ressources et sur l’augmentation de la population mon- diale, nous amènent à prendre conscience de la nécessité de porter un regard attentif sur la préservation de notre environnement et à nous interroger sur la place de l’Homme dans nos organisations sociétales. Notre responsabilité collective pour garantir la pérennité de l’Homme et de notre Planète modifie notre pos- ture de citoyen. Ce changement de paradigme doit inspirer l’architecture et l’ingénierie de la construction. AIA Studio Environnement a été créé pour accompagner cette transition en regroupant des collaborateurs engagés, pluridisciplinaires (Architectes / Ingénieurs / Urbanistes) s’appuyant sur les compétences d’exper- tise du groupe AIA Associés. Face aux enjeux complexes et parfois contradictoires du développement durable, notre intervention sur un projet est le fruit d’un subtil mélange de certitudes et d’humilité. Elle correspond à une conscience écologique, à une volonté d’innovation, à une remise en question récurrente de nos reflexes de concepteur reflétant nos valeurs et notre identité. Sur chaque projet, nous créons les conditions d’une émulation collective pour catalyser des concepts envi- ronnementaux participant à l’identité architecturale et technique d’un bâtiment. Notre vision transversale nous positionne comme le dénominateur commun capable de fédérer tous les acteurs d’un projet. Qu’est-ce qu’une démarche de développement durable apporte à un projet ? Cette question, omniprésente dans nos esprits, aiguise notre vigilance et nous permet d’être toujours force de proposition, en portant un regard critique et constructif, pour trouver des solutions adaptées et perti- nentes aux enjeux contextuels d’un projet. Parce que développement durable et cycle de vie sont étroitement liés, nous accompagnons les acteurs d’un projet depuis sa genèse - phases de programmation et d’élaboration de stratégies territoriales - jusqu’à sa vie en œuvre et son exploitation ». Eric Bussolino, Directeur AIA Studio Environnement. ÉCO MÉ SYS TIERS TÈME AIA STUDIO ENVIRONNEMENT DANS L’ÉCO-SYSTÈME AIA ASSOCIÉS 4 5
  2. 2. UN STUDIO UNE EXPERTISE ENVIRONNEMENTALE Notre équipe, composée d’architectes, d’ingénieurs et d’urbanistes passionnés par l’environnement constitue le pôle d’expertise environnementale d’AIA Associés. AIA STUDIO ENVIRONNEMENT EST LA STRUCTURE AIA DÉDIÉE AUX PROJETS À HAUTE VALEUR ENVIRONNEMENTALE AJOUTÉE. Nantes Paris Lyon AIA Studio Environnement est implanté à Nantes, Paris et Lyon. Nous  intervenons  à  l'échelle  du  territoire  et  du  bâtiment  pour  accompagner  les  acteurs  d'un  projet  sur  des  missions  environnementales  clés Assitance  à  maîtrise  d'ouvrage (Stratégie  développement  durable  /  Suivi  de  projet) Maîtrise  d'œuvre (Certification  HQE  /  LEED  /  BREEAM) Audit  HQE   (Conception  /  Exploitation) Accompagnement  des  utilisateurs (Performance  energétique  et  environnementale) Programma>on   Concep>on  /  Construc>on   Vie  en  oeuvre  /  Exploita>on   Nous intervenons à l’échelle du territoire et du bâtiment pour accompagner les acteurs d’un projet sur des missions environnementales clés : ASSISTANCE À MAÎTRISE D’OUVRAGE (Stratégie de développement durable / Suivi de projet) ACCOMPAGNEMENT DES UTILISATEURS (Performance énergétique et environnementale) AUDITS HQE (Conception / Exploitation) MAITRISE D’OEUVRE (Certifications HQE / LEED / BREEAM) 6 7
  3. 3. Notre expertise se renouvelle sans cesse au contact des organismes nationaux dédiés au développement durable. Nos équipes intègrent des collaborateurs qualifiés pour enrichir l’approche environnementale des projets : Auditeur HQE® Construction Auditeur HQE® Exploitation Référents HQE International BREEAM Assessor Certification IPMVP® Mesure et vérification de performance énergétique Bilan Carbone® ADEME Enseignants vacataires (Ecole d’architecture de Nantes, IUT de Saint Nazaire) Eclairage Ambiance intérieure Matériaux Architecture Thermique, Energétique Physique de l’enveloppe Modélisa- tion numérique Fluides Structure Aménagements extérieurs/ VRD Economie de la construction Conduite de chantier Urbanisme AIA Studio Environnement s’appuie sur les compétences spécifiques des différentes entités du Groupe AIA Associés. AIA STUDIO ENVIRONNEMENT CULTIVE SON EXPERTISE ENVIRONNEMENTALE Méthode de conception environnementale des projets organisée autour de 4 thématiques : - l’approche environnementale du Territoire - la performance de l’Enveloppe des bâtiments - l’efficacité Energétique des projets - la trace Carbone des constructions LE PROGRAMME TEEC AIA STUDIO ENVIRONNEMENT DÉVELOPPE DES OUTILS POUR AMÉLIORER LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE DES PROJETS LA FICHE D’ANALYSE MULTICRITÈRES Méthode de comparaison objective et justifiée des produits de construction, permettant d’évaluer la performance globale des matériaux, suivant une grille d’analyse personnalisable. Les produits sont répertoriés, analysés par familles et compilés dans notre base de données. Les fiches sont ensuite utilisées en comparaison les unes des autres, de manière à produire un véritable outil d’aide à la décision, visant à permettre aux Maîtres d’ouvrages de réaliser des choix éclairés et vertueux. LE STUDIO+ Outil d’aide à la réflexion pour la conception bioclimatique. Il permet d’intervenir très tôt dans la conception pour mesurer la sensibilité des différents paramètres structurant le parti archi- tectural, guidant la réponse technique et ayant un impact fort sur l’économie de projet. Il interroge les besoins énergétiques, le comportement thermique et les occurrences de stratégies bioclimatiques permettant de jauger leur pertinence. LE CUBE SOLAIRE Outil d’aide à la conception architecturale bioclimatique. Il consiste à représenter, sur un cube en papier construit en ori- gami, le rayonnement solaire reçu par chacune des faces dans le contexte spécifique d’un projet architectural ou urbain. LIGHT + Outil de dimensionnement des baies vitrées pour garantir un niveau de confort lumineux optimal. A l’aide d’une méthode de calcul innovante, il permet de réaliser une évaluation ins- tantanée du facteur de lumière du jour (FLJ) d’un local et du niveau de performance HQE atteint. Il prend en compte la configuration géométrique de la pièce, les caractéristiques des menuiseries et les masques environnants. 0 1 2 3 4 5 6 Composition Coût QAI Bilan CO2 Conso. d’eau Pérénité d’usage Energie grise Recyclabilité CARBONE TERRITOIRE ENERGIE ENVELOPPE PROGRAMME TEEC Conseil d’administration GT Biodiversité GT Qualité de l’air Copil HQE Performance Membre fondateur Commission technique GT Qualité environnementale GT GPEI GT n°2 « bioclimatique et confort d’été » Groupe applicateur RT 2012 GT Technique GT STD GT Confort visuel GT Eau Institut pour la conception éco-responsable du bâti 8 9
  4. 4. AIA STUDIO ENVIRONNEMENT APPORTE DES SOLUTIONS AUX ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE A l’échelle du bâtiment, nous exprimons nos convictions pour enrichir le projet architectural. Promouvoir une architecture bioclimatique. Adopter une gestion responsable de l’eau. Utiliser les énergies renouvelables. Choisir des matériaux écologiques. Garantir la santé dans l’environnement bâti. Valoriser la présence du végétal dans les projets. Maîtriser le confort des usagers. Favoriser la ventilation naturelle. Réduire les consommations énergétiques. Mener une réflexion de coût global. - Caractériser les ressources et contraintes d’un territoire, - Développer les espaces naturelles et les écosystèmes, - Organiser la mobilité et les infrastructures, - Définir la forme et les usages, - Etudier le climat et mutualiser les énergies, - Apporter une réflexion temporelle des actions. Ville / Région Quartier Ilot Bâtiment 11 En fonction de notre périmètre d’intervention, nous interrogeons les différentes échelles du territoire pour avoir une vision globale. Nous élaborons des stratégies de conception environnementales en croisant les axes d’aménagement urbain et les thèmes du développement durable. Dynamique socio économique Gestion des ressources Confort et Santé Risques et Nuisances Matériaux et Déchets Mobilité durable Biodiversité et Paysage ESPACES NATURELS & ECOSYSTEMES Dynamique socio économique Gestion des ressources Confort et Santé Risques et Nuisances Matériaux et Déchets Mobilité durable Biodiversité et Paysage FORMES & USAGES Dynamique socio économique Gestion des ressources Confort et Santé Risques et Nuisances Matériaux et Déchets Mobilité durable Biodiversité et Paysage ENERGIE & CLIMAT Dynamique socio économique Gestion des ressources Confort et Santé Risques et Nuisances Matériaux et Déchets Mobilité durable Biodiversité et Paysage MOBILITÉS & INFRASTRUCTURES 1010
  5. 5. LES SOLUTIONS AUX ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE VALORISER LA PRÉSENCE DU VÉGÉTAL DANS LES PROJETS JARDIN SUSPENDU Le bâtiment est conçu comme une «vitrine environnementale» sur le boulevard Périphérique parisien avec son large jardin et ses murs végétalisés. Cette ambiance végétale est introduite au cœur de l’usine par un patio central apportant un agrément visuel aux postes de travail. CENTRE DE TRI DE DÉCHETS - PARIS 15 ÈME POTAGER SUR LE TOIT A l’image des canopées, où les fruits poussent et mûrissent aux derniers étages de la végétation, pour mieux être gorgés de soleil, ces jardins sont une invitation à la contemplation et un véritable retour aux sources. L’observation des saisons qui passent, de l’eau et de la terre, nutriments indispen- sables au monde végétal, sont autant de découvertes ou de redécouvertes qui permettent à l’humain de recentrer ses priorités. Véritable exutoire et lieu de rencontre par excellence, le jardin est un endroit où les soucis ne sont rien d’autre que des fleurs. LOGEMENTS MAUREPAS - RENNES Cabane jardin Jardins TRACE VÉGÉTALE DE L’USINE Conçu sur deux niveaux d’approche parallèle « intégration /expression », ce projet à comme ambition de dépasser la frontière entre architecture et paysage. S’inspirant sur le travail d’artistes de land art comme Michel Heizer c’est la terre qui a été retenue comme matériaux majeur du projet. USINE DE DESSALEMENT D’EAU DE MER - MELBOURNE / AUSTRALIE 12 13
  6. 6. PROMOUVOIR UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MORPHOLOGIE PROTECTRICE Pour maîtriser les vents dominants, le « Cers » et le « Marin », en ce territoire aussi fréquents que violents, mais aussi pour apparaître tel un cocon, l’architecture du centre hospitalier se creuse pour mieux dessiner un parvis protecteur. HOPITAL DE CARCASSONNE PRÉAU BIOCLIMATIQUE C’est un espace central et fédérateur, qui offre aux utilisateurs un lieu de convivialité. En hiver, cet espace est non chauffé. Les apports solaires gratuits garantissent une température intérieure > 12 °C pendant plus de 80% du temps. Il joue le rôle d’un espace tampon, dont la position centrale permet de limiter les déperditions de chaleur des locaux attenants. LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC MEMBRANE HÉLIOTROPE L’enveloppe double peau du bâtiment est conçue comme une membrane héliotrope qui s’oriente au gré de la course solaire pour ajuster sa fonction protectrice. La conception de cette façade multicouche dynamique permet de réduire les consommations énergétiques en répondant aux objectifs suivants : renforcer l’isolation thermique en période de chauffage ; filtrer les apports solaires en période de rafraichissement ; favoriser l’évacuation des apports internes en été ; garantir un éclairement naturel généreux. SIÈGE CRÉDIT MUTUEL - NANTES Mi-saison EN ETE EN HIVER Pas de surchauffes, ni d’éblouissements Enérgie gratuite et confort lumineux MODÉNATURE BRISE SOLEIL Le projet est revêtu au sud et à l’ouest d’une enveloppe protectrice constituée de brise soleils horizontaux en béton fibré ultra haute performance. Cette enveloppe joue également le rôle d’étagère à lumière et permet la diffusion de la lumière dans les espaces situés en second jour. IHU MÉDITERRANÉE INFECTION - MARSEILLE RÉSILLE FILTRANTE Les trois projets sont enveloppés d’une peau à facettes permettant de marquer leur identité monolithique et créant ainsi une unité à l’échelle urbaine. L’idée développée en amont de la conception avec l’équipe architecturale a été de donner à cette peau extérieure une véritable fonction bioclimatique. Conçue pour filtrer les apports solaires, diffuser la lumière et valoriser les vues, cette peau a ainsi été modelée selon les spécificités du programme, l’orientation solaire, le contexte urbain en mutation et l’identité architecturale recherchée. ILOT FÉVAL / ZAC EURO - RENNES MAISON À ÉNERGIE POSITIVE - VOLUME + Cette maison bénéficie d’un pignon Sud dégagé sur le jardin. Nous avons créé un espace de vie en interface avec le volume chauffé de la maison. Par un temps ensoleillé, cette connexion bioclimatique avec l’extérieur permet d’augmenter la surface habitable de la maison. MAISON MI@EP - ST GRÉGOIRE En Été En Hiver Pas de surchauffes, ni d’éblouissements Energie gratuite et confort lumineux Été Hiver Volume Tampon Volume Principal Volume Plus Architectes : Viguier, Maurer, Blanchard Marsault Pondevie 1514
  7. 7. FAVORISER LA VENTILATION NATURELLE STRATÉGIE AÉRODYNAMIQUE DE LA HALLE DES PASSAGERS L’orientation du projet, et en particulier celle de la halle passagers nous a conduit à mettre en œuvre une ventilation naturelle traversante en perméa- bilisant les façades Nord-Ouest et Sud-Est d’une part, et en complétant le dispositif par un patio fonctionnant à l’extraction en créant une dépression en toiture d’autre part. Cette disposition nous permet de contrôler naturellement le confort d’été et de renouveler l’air hygiénique en utilisant les vents dominants.. GARE DE SUSA - ITALIE VENTILATION NATURELLE PAR PUITS DÉPRESSIONNAIRES La morphologie du projet s’est organisée autour de la création d’un jeu de puits dépressionnaires fonctionnant comme des véritables « pompes » d’aspiration. Cette stratégie de conception « pneumatique » des espaces nous permet de créer un courant aéraulique de ventilation naturelle entre les façades et les patios du bâtiment. CENTRE HOSPITALIER GABRIEL MARTIN - ST PAUL DE LA RÉUNION Lorsque la température extérieure est supérieure à 15°C ... ... et que la chaufferie est arrêté : ... ... le voyant vert s’allume ... ... et la cheminée s’ouvre, ... ... les usagers doivent alors ouvrir les fenêtres. Ainsi la ventillation naturelle se met en place. Lorsque la température extérieure est inférieure à 15°C ... ... et que la chaufferie est en marche : ... ... le voyant rouge s’allume ... ... et la cheminée se ferme, ... ... les usagers doivent alors veiller à garder les fenêtres fermées ... ... car la ventillation mécanique s’est mise en marche. >15° <15° VENTILATION NATURELLE DES SALLES DE COURS Les salles de cours sont ventilées naturellement par un dispositif de cheminées à tirage aérodynamique. En fonction des conditions climatiques, les usagers peuvent choisir entre la ventilation naturelle ou le système double flux avec récupération d’énergie. LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC Été Hiver UTILISER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES BRISE SOLEIL L’installation de panneaux photovoltaïques sur la tribune sud du stade Allainmat à Lorient est prévue pour répondre à deux critères : - servir de brise-soleil vis à vis de la façade où elle est installée, - utiliser l’énergie électrique produite pour la réinjecter directement sur le réseau. L’installation, composée de cellules polycristallines et amorphes en membranes souples, a une surface totale de 1 000 m². STADE DE LORIENT PRODUCTION D’EAU CHAUDE SOLAIRE THERMIQUE Des capteurs solaires thermiques assurent la production d’eau chaude sanitaire de l’aile A des Nouvelles Cliniques Nantaises. Avec plus de 100 m² de capteurs solaires, ce sont près de 50 % des besoins d’eau chaude qui sont produits par des énergies renouvelables. NOUVELLES CLINIQUES NANTAISES CHAUFFERIE BIOMASSE Deux chaudières d’une puissance totale de 400 kW, alimentées par du bois déchiqueté couvrent près de 80% des besoins de chaleur du bâtiment. Un silo de stockage enterré de 56 m3 confère une autonomie d’approvisionnement d’environ une semaine. INSTITUT MÉDICAL EN SOLOGNE - LAMOTTE BEUVRON Onduleur Onduleur Onduleur Compteur de production Injection sur le réseau EDF220V/50Hz Production d’appoint Alimentation eau de ville Architecte : Kengo Kuma ECS Radiateurs Bassins balnéo Planchers rayonnants Planchers chauffants B Vent outlet A 16 17
  8. 8. MAÎTRISER LES CONFORTS D’USAGE OPTIMISATION DU CONFORT D’ÉTÉ La répartition des bouches de soufflage et de reprise d’air a été optimisée en ayant recours à des études de CFD (Computational Fluid Dynamics) pour analyser en détail le confort thermique. EADS / SALLE DE RESTAURATION - PARIS ADAPTER LA MORPHOLOGIE DES VITRAGES A l’aide d’indicateurs comme le facteur de lumière du jour ou l’autonomie lumineuse, nous avons optimisé la taille des patios, les surfaces de châssis, les coefficients de réflexion des différentes parois ou encore les propriétés optiques de transmission lumineuse des vitrages. Pour illustrer cette démarche, on peut prendre l’exemple d’un patio pour lequel nous avons augmenté les surfaces de vitrage en fonction de la profondeur du patio. Cette disposition est caractéristique d’une démarche de conception bioclimatique où la morphologie des vitrages s’adapte à « l’angle solide de ciel » vu depuis une fenêtre. HÔPITAL DE CARCASSONNE N S EO Vents Vents dominants dominants HIVER HIVER Vents dominants dominants dominants ETEETE ÉTUDES EN SOUFFLERIE La conception du plan de masse a été optimisée par des essais en soufflerie. Ainsi, la densité de végétation, la mise en place d’ouvrages brise vents et le positionnement des zones d’attentes ont été travaillés pour garantir un confort d’usage. LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC CHAMBRE À ÉCLAIRAGE LED Nous avons conçu la chambre d’hospitalisation du centre hospitalier de Monaco avec un éclairage composé entièrement de sources LED. Cette disposition nous permet de diminuer de moitié la consommation liée à l’éclairage et de tripler la durée de vie des sources lumineuses. CENTRE HOSPITALIER PRINCESSE GRACE DE MONACO ÉTANCHÉITÉ À L’AIR La perméabilité globale du lycée est 0.77 m3/(h.m²) pour une différence de pression de 4 Pa. L’ensemble du bâtiment a été testé par le banc grand volume du CETE de Lyon. LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC PUITS CANADIEN Pour permettre de tempérer l’air introduit dans les locaux, nous avons mis en place un puits canadien d’une longueur totale d’échange de plus de 400 ml véhiculant un débit de 12 000 m3/h. Ce dispositif nous permet notamment d’abaisser la température de l’air en été d’environ 7 °C. INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE - ST MAURICE RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES 1918
  9. 9. TRAITEMENT DES POLLUTIONS PAR PHYTORÉMÉDIATION Les eaux de voieries, potentiellement chargées en hydrocarbures, sont transportées par un réseau superficiel particulier, et dépolluées par un dispositif de filtration végétal. Le traitement des hydrocarbures est réalisé par Phytoremédiation utilisant des plantations permettant soit la Phytofiltration, soit la Phytotransformation. HÔPITAL - CARCASSONNE GESTION AUTONOME DES EAUX PLUVIALES Le bâtiment ne rejette pas d’eaux pluviales sur le réseau. La rétention et l’infiltration des eaux pluviales sont réalisées grâce à des noues et des bassins intégrés au paysage. Le modelage du terrain ainsi généré contribue à l’identité écologique du site. CH GABRIEL MARTIN - ST PAUL LA RÉUNION RECYCLAGE DES EAUX DE DIALYSE L’eau sur minéralisée des osmoseur alimentant les services de dialyse est récupérée pour alimenter les sanitaires des chambres d’hospitalisation. Cette disposition permet de valoriser près de 20 m3 d’eau par jour habituellement rejetée dans les eaux usées. HÔPITAL ROBERT SCHUMAN - METZ ANIMATION DU PAYSAGE PAR LES EAUX PLUVIALES La gestion des eaux pluviales est au cœur de notre conception paysagère. Elle participe à l’animation et à la transformation du parc en introduisant une dimension dynamique et temporelle liée aux précipitations. CRÉDIT AGRICOLE VENDÉE ATLANTIQUE - NANTES BASSIN FILTRANT POUR LES EAUX USÉES Nous avons choisi d’assurer le traitement des eaux usées sur notre parcelle par un procédé écologique, intégré au paysage, peu sensible aux variations de charges et proche des modes d’épuration naturels. Le traitement des eaux usées «sur filtres plantés de roseaux» consiste à faire circuler gravitai- rement les effluents domestiques au fil de bassins successifs aménagés en paliers, dans lesquels on a pris soin de créer, grâce à des minéraux et des végétaux, un milieu extrêmement favorable à l’activité épuratoire. GARE DE SUSA - ITALIE RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES Les eaux pluviales sont récupérées pour alimenter les points d’arrosage. Le volume de récupération de 50 m3 permet une autonomie d’environ 15 jours. POLYCLINIQUE - PONTIVY Filtre vertical Filtre horizontal Bassin Noue Bassin paysage Cuve de récupération Surverse Cuve de rétention Réseau eaux pluviales Eaux pluviales de ruissellement Noues d’infiltration Bassin d’infiltration et de rétention Récupération de eaux de ruissellement des parcelles voisines Cuve de récupération des EP des toitures des bâtiments agricoles complété par un forage éventuelCanal Lemarchand existant et conservé Architecte : Kengo Kuma FILTRES ET SÉPARATEURS ADOPTER UNE GESTION RESPONSABLE DE L’EAU 20 21
  10. 10. ISOLATION EN PAILLE L’isolation est assurée par un mur à ossature bois avec un remplissage en bottes de paille d’une épaisseur de 36 cm. Ce matériau bio-sourcée d’une provenance locale confère une résistance de plus de 6.5 m².K/W. PROJET LAGORD - LA ROCHELLE CONNECTEUR BOIS / BÉTON Les planchers de l’institut sont en structure mixte bois / béton. La transition des efforts se fait par des connecteurs Bois /béton développés spécifiquement pour cet usage. INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE - ST MAURICE POTENTIEL ALLERGÈNE DES ESPÈCES VÉGÉTALES Le choix des végétaux a fait l’objet d’une étude poussée sur le potentiel allergisant. A l’aide d’un outil développé par AIA Studio Environnement, nous avons caractérisé le risque allergène en fonction de espèces végétales et de leur concentration. ÉTUDES DE LA POLLUTION DE L’AIR EN CO2 Les débits de ventilation et la programmation horaire des centrales de traitement d’air ont été ajustées en fonction de l’évolution du taux de CO2 dans les salles de cours pour garantir une bonne qualité de l’air. COLLÈGE - SÈVRES Evolution du taux de CO2 dans une salle de cours (ppm) Pare-pluie Trespa 10 mm Isolation paille ép. 360mm Isolation laine de bois ép. 18 mm HÔPITAL - CARCASSONNE GLEDITSIA ROBINIA ACER PLATANOIDE CELTIS PRUNUS CERASIFERA Peintures : teneurs max. en g/l (limites pour peinture intérieure mate)Peintures : teneurs max. en g/l (limites pour peinture intérieuPeintures : teneurs max. en g/l (limites pour peinture intérieure mate)re mate) PEINTURE ALKYDE EN ÉMULSION Nous avons sectionné des peintures à très faible teneur en COV (Composés Organiques Volatiles) pour les salles de cours afin de réduire les dégagements de polluants. LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC REVÊTEMENT DE SOL CAOUTCHOUC Nous avons mis en place sur ce projet des sols en caoutchouc naturel sur plus de 80% des surfaces. Une étude approfondie a été menée avec le maître d’ouvrage, avec des essais de nettoyabilité, pour garantir la pérennité de ce matériau. UPEC - MAISON DES SCIENCES DE L’ENVIRONNEMENT - CRÉTEIL Caoutchouc PVC Linoléum Energiegrise(MJ/UF) Types de revêtements de sols souples CHOISIR DES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES GARANTIR LA SANTÉ DE L’ENVIRONNEMENT BÂTI Risque nul Risque très fort 2322
  11. 11. COUT GLOBAL ÉLARGI Dans le cadre de ce projet de recherche, nous avons mis au point une méthodologie permettant de prendre en compte l’impact de l’empreinte carbone des matériaux utilisés dans un calcul en coût global. PROJET LAGORD - LA ROCHELLE ETUDE ÉNERGÉTIQUE Nous avons mené une réflexion en coût global pour choisir la production d’énergie en comparant les coûts d’investissement et les coûts d’exploitation et d’entretien de différents systèmes techniques. SIÈGE DU CONSEIL GÉNÉRAL MAINE ET LOIRE - ANGERS COUT GLOBAL 10 scénarios de solutions constructives on fait l’objet d’une étude en coût global sur 50 ans. Cette étude, réalisée élément par élément, permet d’intégrer aux choix construtifs la prise en compte d’autres paramètres que celui de l’investissement. Ici, nous avons comptabilisé les coûts inhérents à 4 postes clés : l’investissement, l’entretien courant, le gros entretien, le remplacement. LABORATOIRES BIO-OUEST 2 - NANTES DES PROJETS ENVIRONNEMENTAUX EMBLÉMATIQUES 9 000 000 € 8 000 000 € 7 000 000 € 6 000 000 € 5 000 000 € 4 000 000 € 3 000 000 € 2 000 000 € 1 000 000 € 0 € Coût global des revêtements intérieurs Peinture PVC mural Faïence Gros entretien remplacement Entretien courant Investissement Coût global élargi comptabilisation financière de l’impact carbone Coût global 6 000 000 € 5 000 000 € 4 000 000 € 3 000 000 € 2 000 000 € 1 000 000 € 0 € Base gaz Bois granulé PAC abso AIR PAC sur AIR 0 5 10 15 20 25 30 Architecte : Atelier F. Rolland MENER UNE RÉFLEXION DE COUT GLOBAL 2524
  12. 12. LYCÉE DU PAYS DE RETZ PORNIC - FRANCE D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S NF Bâtiment tertiaires et démarche HQE Dans le cadre du programme de rénovation de son parc immobilier, le Conseil Régional des Pays de la Loire a décidé la construction du nouveau Lycée du Pays de Retz situé à Pornic dans le secteur du Val Saint Martin, à proximité des installations du complexe sportif. Ce nouvel établissement accueille 850 élèves et préfigure les enjeux du lycée du XXIème siècle dans une démarche de développement du- rable validée par l’obtention de la certification HQE et du label BBC EFFINERGIE. Ce nouveau lycée est : - Un lieu d’ouverture sur l’espace territorial grâce à des équipements scolaires et extra scolaires, - Un lieu flexible et évolutif adapté aux exigences pédagogiques, - Un lieu de rencontre, de communication entre les différents utilisateurs, - Un lieu d’épanouissement intellectuel et civique, - Un lieu d’apprentissage de la vie en communauté où chacun se sent en sécurité. Label BBC EFFINERGIE Maitrise d’Ouvrage Conseil Régional des Pays de Loire Entreprise Générale Eiffage Construction Architecte Mandataire AIA Associés Architecte AIA Architectes Ingénierie TCE + Economie AIA Ingénierie Expertise Environnementale AIA Studio Environnement Calendrier Concours / octobre 2009, Début des travaux / septembre 2011 Livraison / mai 2013 Surface 7 960 m2 S.U. - 11 318 m2 S.H.0.N - 850 élèves Montant des travaux 19,5 M€ HT ÉTANCHÉITÉ À L’AIR TAUX DE VÉGÉTALISATION COEFF. D’IMPERMÉBILISATION VOLUME BOIS CONSOMMATION D’ÉNERGIE 0,76 m3 /h.m2 40 % de la parcelle 17 dm3 /m2 48 kwhep/m2 53 % de la parcelle PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE 50 % gain de 60% sur Cep max gain Vbat réf Passeport HQE Exceptionnel  Energie/Energy  Environnement/Environment  Santé/heath  Confort/confort PASSEPORT ENVIRONNEMENTAL 13 HQE EXCEPTIONNEL 27
  13. 13. VALORISER LA PRÉSENCE DU VÉGÉTAL Le projet du lycée constitue l’amorce d’une urbanité respectueuse de l’environnement naturel existant qui doit être préservé et valorisé. Suivant ce critère, notre stratégie d’implantation du projet sur le site s’est construite autour de ses éléments structurants : les haies boca- gères et les arbres remarquables. Les toitures végétalisées participent au traitement visuel de la 5ème façade. La toiture du RDC, visible depuis les circulations des ailes d’en- seignement, reçoit une toiture jardin (30 cm de terre végétal). Le reste des toitures est recouvert de sedum. Au global le taux de végétalisation de la parcelle est de 50%. PRENDRE EN COMPTE LE VENT Le site est exposé à des vents dominants. Nous limitons l’exposition des façades en orientant les bâtiments dans le sens de ces vents dominants et assurons la protection des espaces au niveau du sol par la création de haies végétales. N S EO Vents dominants HIVER Vents dominants ETE Ces concepts aérodynamiques sur les espaces extérieurs (cour, parvis, accueil du lycée), ont été validés et optimisés en soufflerie. UNE GESTION INTELLIGENTE DE L’EAU Le projet est conçu pour gérer l’eau de la pluie à la parcelle. Le coefficient d’imperméabilisation est de 40%. Afin de limiter la consommation d’eau potable, le lycée est équipé de dispositifs hydro économes : chasse d’eau 3/6l, bouton presto sur les robinets. L’eau de pluie est récupérée pour alimenter les sanitaires (cuve de 45m3 pour couvrir 50% des besoins des WC) et l’arrosage. 1 2 3 4 5 Raccord au réseau Des revêtements qui favorisent l’infiltration. Rétention enterrée sous le parking. Rétention sous toiture Réutilisation de l’eau de pluie Noues d’infiltration. 1 2 3 4 5 Noues d’infiltration Revêtements qui favorisent l’infiltration 28 29
  14. 14. UN PRÉAU BIOCLIMATIQUE UN ESPACE TAMPON C’est un espace central et fédérateur qui offre aux utilisateurs un lieu de convivialité. En hiver, cet espace est non chauffé. Les apports solaires gratuits garantissent une température intérieure > 12 °C pendant plus de 80% du temps. Il joue le rôle d’un espace tampon, dont la position centrale permet de limiter les déperditions de cha- leur des locaux attenants. Introduction d’air : lamelles orien- tables pilotées sur sonde de T°C. Système d’extraction à lamelles en partie haute. Panneaux photovoltaïques polycristallins semi-transparents. 1 2 3 UNE DIFFUSION OPTIMUM DE LA LUMIÈRE Les locaux à forts apports internes (principalement les salles d’ensei- gnement) sont localisés préférentiellement sur les orientations Nord qui leur garantissent des apports thermiques limités et un éclairage naturel idéal. Pour un confort visuel optimum des usagers, et afin de réduire le re- cours à l’éclairage artificiel, les ouvertures sont dimensionnées pour garantir un bon niveau d’éclairement tout en évitant le risque de surchauffe et d’éblouissement. Ainsi, le projet obtient pour la cible 10 « confort visuel », le niveau très performant. Les circulations de l’aile d’enseignement sont baignées de lumière et deviennent ainsi des espaces habités. Les façades sont traitées pour gérer au mieux les apports solaires en toutes saisons. Chaque baie dispose d’une protection adaptée suivant son orientation : BSO (brise soleil à lames orientables) pour les bureaux, le CDI et les salles de cours au Sud ; lames fixes dans les circulations. L’éclairage artificiel fonctionne uniquement lorsque le niveau d’éclai- rement naturel est insuffisant. Les luminaires, de type fluo compact, sont pilotés par un capteur installé en plafond de chaque local qui ajuste en temps réel leur puissance afin de moduler le niveau d’éclai- rement intérieur en fonction de la luminosité extérieure. Des détec- teurs de présence permettent de plus d’assurer un fonctionnement limité au besoin.. Le préau bioclimatique Une diffusion optimale de la lumière 30 31 11 2 3
  15. 15. LE CHOIX DES MATÉRIAUX DURABLES Durables pour l’environnement, en effet le projet est un vrai puits de car- bone à l’échelle du bâtiment. Il intègre 200 m3 de bois mis en œuvre soit 17 dm3/m² de SHON (murs manteaux en ossature bois avec isola- tion intégrée et bardage bois sur les deux niveaux du lycée, maison à ossature bois). LE TRAITEMENT CLIMATIQUES DES ESPACES Le confort hivernal Le projet intègre un principe d’isolation par l’extérieur renforcée (20 cm dans les murs) ce qui permet de traiter les ponts thermiques. L’étanchéité à l’air a été particulièrement travaillée. Des tests ont été réalisés à la réception de l’ouvrage. Sur l’ensemble de l’établisse- ment le débit de fuite à travers l’enveloppe du bâtiment est inférieur à 0,7 m3/m2/h. L’ensemble des locaux est équipé d’émetteurs qui favorisent une bonne répartition de la chaleur : panneaux rayonnants pour les salles de cours, radiateurs pour l’administration et le CDI et plancher chauffant pour le hall. Durables dans le temps, pour optimiser les coûts d’exploitation, le lycée intègre des coursives pour l’entretien des vitrages derrière les brises soleil, des chéneaux au-dessus de la verrière du préau bioclimatique accessibles pour l’entretien des vitrages, des couloirs techniques der- rière les WC suspendus, la mise en œuvre d’une GTB (système de Ges- tion technique du bâtiment) qui permet de suivre et d’optimiser les consommations d’énergie. Durables pour la santé des usagers, ciblée « très performante » dans la démarche HQE, la qualité de l’air est l’un des points forts du lycée du Pays de Retz grâce à une ventilation renforcée et à l’utilisation de maté- riaux dont les caractéristiques sanitaires ont été évaluées : Linoleum naturel pour les sols et peinture faiblement émissive en COV pour les murs, fibre de bois en plafond notamment. Le confort estival Le lycée a été conçu et réalisé pour que la température des locaux ne dépasse pas 28°C pendant plus de 35h pendant les périodes les plus critiques (mai, juin, septembre). Ce résultat est atteint grâce à la forte inertie intérieure des locaux obtenue par l’isolation extérieure qui permet d’intégrer la structure béton à l’intérieur du bâtiment, les toitures du bâtiment végétalisées qui favorisent le phénomène d’évapotranspiration, l’efficacité des protections solaires, la possi- bilité d’ouvrir les baies et enfin par la mise en œuvre d’un système performant de ventilation naturelle. Lorsque la température extérieure est supérieure à 15°C ... ... et que la chaufferie est arrêté : ... ... le voyant vert s’allume ... ... et la cheminée s’ouvre, ... ... les usagers doivent alors ouvrir les fenêtres. Ainsi la ventillation naturelle se met en place. Lorsque la température extérieure est inférieure à ... et que la chaufferie est en marche : ... le voyant rouge s’allume ... ... et la cheminée se ferme, ... ... les usagers doivent alors veiller à garder ... car la ventillation mécanique >15° <15° La ventilation mixte : mécanique et naturelle Le lycée est équipé de centrales de traitement de l’air double flux avec récupération d’énergie. Les débits de renouvellement de l’air des locaux (salles de cours, bureaux, salles de réunions, etc) sont asservis à une sonde de CO2. Pour les lycées, la réglementation exige 18 m3/h/pers. Cependant, le maître d’ouvrage a tenu à rehausser cette valeur pour améliorer le confort des élèves et de leurs enseignants. Chaque utilisateur dis- pose ainsi d’un débit d’air de 25 m 3/h. Afin de ne pas pénaliser les consommations énergétiques, dès lors que la température le permet, les utilisateurs sont encouragés à ou- vrir leurs fenêtres pour réduire le recours à la ventilation mécanique et renouveler naturellement l’air du local. En cas de défaillance de la ventilation naturelle (absence ponctuelle de vent par exemple), le système de ventilation mécanique redevient actif pour assurer une bonne qualité d’air. Les salles de cours sont chacune équipées d’une cheminée de ventilation naturelle avec extracteur statique. La ventilation naturelle Les sols en Linoleum naturel 32 33
  16. 16. ILÔT FÉVAL RENNES Cette opération à dominante tertiaire s’inscrit dans le cadre de l’amé- nagement de la ZAC «EURORENNES». Situé autour de la gare fer- roviaire de Rennes, ce projet urbain de vaste envergure (58 ha environ) consiste à développer un pôle économique tertiaire de centre-ville, à créer de nouvelles liaisons urbaines nord-sud et à renforcer l’inter modalité. Le programme de l’ilot Féval comprend 18 300 m² de surface plan- cher (SP) dont : - 15 000 m² de bureaux - 3 000 m² de cinéma - 300 m² de commerces Les entités programmatiques sont réparties dans trois bâtiments. Maitrise d’Ouvrage Groupe Giboire Architectes Jean-Paul Viguier et Associés, Atelier d’architecture Yves Marie Maurer, Architecture Blanchard Marsault Pondevie Ingénierie TCE + Economie AIA Ingénierie Expertise Environnementale AIA Studio Environnement Livraison février 2018 Surface 7 430 m2 S.P.(bat.B), 9 196 m2 S.P.(bat.C/D), 8 153 m2 S.P.(bat.E) Montant des travaux 8 M€ HT (bat.B), 8,5 M€ HT (bat.C/D), 9,35 M€ HT (bat.E) D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S NF Bâtiment tertiaires et démarche HQE Certification en cours ÉTANCHÉITÉ À L’AIR CONSOMMATION D’ÉNERGIE - BAT B 1 m3 /h.m2 72,9 kwhep/m2 PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE - BAT B 50,4 % Cep gain sur le Bbiomax 34 35 BAT C/D 65,3 kwhep/m2 Cep BAT E 70,5 kwhep/m2 Cep BAT C/D 42,1 % gain sur le Bbiomax BAT E 25,8 % gain sur le Bbiomax
  17. 17. L’ENVELOPPE, UNE RÉSILLE BIOCLIMATIQUE Les trois projets sont enveloppés d’une peau à facettes permettant de marquer leur identité monolithique et créant ainsi une unité entre les trois projets. L’idée développée en amont de la conception avec chaque équipe architecturale a été de donner à cette peau extérieure une véritable fonction bioclimatique. Conçue pour filtrer les apports solaires, diffuser la lumière et valori- ser les vues, cette peau a ainsi été modulée selon les spécificités du programme, l’orientation solaire, le contexte urbain en mutation et l’identité architecturale recherchée. La cartographie du rayonnement solaire effectuée sur chacune des facettes a constitué un outil de réflexion et de singularisation de chaque projet. - Pour le bâtiment B, disposant d’une forte solarisation des façades sud et ouest, la résille est conçue comme un bouclier solaire, matrice de brise soleil horizontaux et verticaux. - Pour le bâtiment CD, disposant d’une programmation mixte tertiaire- cinéma, la filtration des apports solaires est permise par la modulation d’une résille en métal déployé à perforation variable. - Pour le bâtiment E, la résille métallique est plus ajourée pour répondre à un ensoleillement différencié et à un besoin important en lumière naturelle. Pour chacun des bâtiments, le projet vise l’excellence en matière de Haute Qualité Environnementale à travers la Certification « NF Bâtiment Tertiaire Démarche HQE » avec 5 cibles en Très Performant, et l’obten- tion du Passeport HQE Excellent. Variation de la maille et des indices de perforation en fonction : - des masques environnants - des orientations BATIMENT E Etages hauts : Lutte contre l’éblouissement Protection solaire Etages bas : Besoin en lumière Besoin en chaleur Utiliser différentes typologies de métal déployé pour filtrer les supports saisonniers BATIMENT C-D Valoriser les apports solaires du sud pour les espaces de rassemblement au nord Matrice de brise-soleil fixe horizontaux et verticaux adaptés à l’orientation BATIMENT B ÉTÉ HIVER Vue des bâtiments C, D et E depuis les quais de la gare de Rennes (Viguier / Parderie) Vue du bâtiment B depuis la rue de l’Alma (Maurer) 36 37
  18. 18. Résille protectrice Restitution de la fraicheur nocturne par le dalle haute. Double-flux rafraichi ÉTÉ JOURNÉE HIVER JOURNÉE Résille filtrant les apports solaires Doubles-flux avec récupération sur l’air extrait HIVER - FIN DE JOURNÉE Restitution des apports journa- liers par la dalle haute Double flux avec récupération sur l’air extrait ÉTÉ NUIT Décharge de la chaleur accumulée dans la dalle haute Ventilation nocturne mécanique PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT SAISONNIER Perspective des bâtiments C/D (Viguier) et B (Maurer) depuis la rue Paul Féval Perspective aérienne sur les 3 bâtiments Les études que nous menons sur ce type de projet visent à apporter une réponse technique appropriée aux attentes de l’architecte, mais répondent également aux exigences du projet parmi lesquelles on peut citer les exigences liées à la certification HQE, celles issues du programme ou bien encore les exigences particulières d’entretien/maintenance de l’exploitant. Sur le projet de l’Ilot Féval, des études énergétiques pous- sées ont permis d’aboutir à un optimum dans la définition des résilles bioclimatiques, en assurant une parfaite péné- tration de la lumière naturelle (respect des objectifs de Fac- teurs de Lumière de Jour – FLJ), en même temps qu’un confort hygrothermique d’été comme d’hiver (pertinence de la résille en filtre solaire). Pertinence de la résille en filtre solaire N9 N8 N7 N6 N5 N4 N3 N2 N1 N0 TLMAILLE = 45% TLMAILLE = 50% TLMAILLE = 55% ≥(TLMAILLE MINI N7 ) TLMAILLE = 60% TLMAILLE = 65% TLMAILLE = 70% TLMAILLE = 75% TLMAILLE = 80% ≥(TLMAILLE MINI N2 ) TLMAILLE = 85% TLMAILLE = 90% 38 39
  19. 19. CENTRE HOSPITALIER PRINCIPAUTÉ DE MONACO PRINCESSE GRACE Maître d’ouvrage Principauté de Monaco Project manager AECOM Architecte international AIA Associés Architecte monégasque Natacha Morin Innocenti Ingénierie générale + Economie + SSI AIA Ingénierie Ingénierie sismique + superstructures + gros oeuvre Tractebel engineering Expertise environnementale AIA Studio Environnement Mission Maîtrise d’œuvre complète + OPC + Synthèse + CSSI + Management de Projet + Plan de maîtrise des risques + Certification HQE + SEDI Surface 85 000 m2 SDO - 394 lits et places Montant des travaux 358 M€ HT livraison 2027 (Lauréat avril 2013) Le Centre hospitalier Princesse Grace se fond dans le paysage où s’alternent rochers, architectures et espaces verts. Dans un dialogue avec le jardin exotique, l’élégante architecture blanche est posée sur un socle vert qui la relie au sol. Les volumes émergents s’intègrent totalement dans le paysage. Le volume unitaire respecte l’échelle des bâtiments alentours. L’enveloppe du bâtiment, constituée d’un drapé blanc de brise-soleil, s’inspire d’une réflexion basée sur des principes de conception biocli- matique. Elle participe pleinement à l’identité architecturale du projet en affirmant sa préoccupation pour la performance environnementale. 40 41 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S NF Bâtiment tertiaires et démarche HQE Passeport HQE Très Bon  Energie/Energy  Environnement/Environment  Santé/heath  Confort/confort PASSEPORT ENVIRONNEMENTAL 7 HQE TRES BON ÉTANCHÉITÉ À L’AIR CONSOMMATION D’EAU TAUX DE VÉGÉTALISATION COEFF. D’IMPERMÉBILISATION VALORISATION DES DÉCHETS CONSOMMATION D’ÉNERGIE 1,7 m3 /h.m2 35 586 m3 /m2 80 % de la parcelle 75 % 80 % de la parcelle PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE gain de 57% sur le Cepréf Rt 2005143 kWhep/m2 gain de 28% sur le Ubât réf0,66 W/m2 .°C
  20. 20. 42 43 Élévation Sud Élévation Est UNE ÉCRITURE ARCHITECTURALE INSPIRÉE PAR L’ENVIRONNEMENT DES DISPOSITIONS TECHNIQUES FAÇONNANT LA PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE DE L’OUVRAGE Coupe transversale Pompe à chaleur sur eau de mer : production énergie et rafraichissement gratuit Emission statique par rayonnement: plafond hybride CTA Bloc CTA Ventilation double flux régulée, récupération d’énergie Eau chaude sanitaire solaire Secours frigorifique: aéroréfrigérants Raccordement sur chaufferie gaz du site Raccordement sur chaufferie gaz du site Réduction des besoins d’éclairage : gradation manuelle des chambres, automatique des autres locaux, détections présence, programmation horaire des circulations - Une conception bioclimatique du bâtiment qui réduit à la source les besoins en énergie. La diffusion de la lumière naturelle est favorisée, les vitrages protègent de l’ensoleillement direct, les apports solaires gratuits en hiver sont récupérés, l’inertie du bâtiment est utilisée comme capa- cité de stockage thermique. - La mise en place de systèmes performants : production d’énergie par pompes à chaleur sur eau de mer, émission statique par rayonnement privilégiée, ventilation double flux basse consommation permettant de maîtriser les débits d’air neuf et appareils élévateurs à récupération d’énergie. - L’utilisation d’énergies renouvelables. L’air est utilisé pour la ventilation double flux ; le soleil pour la production gratuite d’eau chaude sanitaire ; l’eau de mer pour le rafraîchissement gratuit du bâtiment (free-cooling) et le raccordement des pompes à chaleur ; l’eau de pluie est récupérée. - Une gestion centralisée et un suivi du comportement énergétique et des performances du bâtiment. - Une réduction des besoins en éclairage : basse consommation de type fluorescent, graduation manuelle de l’éclairage dans les chambres et automatique dans les autres locaux en fonction de l’éclairage naturel, détection de présence dans les locaux aveugles, les locaux administra- tifs, les consultations, les sanitaires et locaux de service, et gestion de l’éclairage dans les circulations suivant un programmateur horaire. - Une limitation des besoins en eau : réducteurs de pression, limiteur de débit, … - Une proposition d’évolution de la centrale d’énergie minimisée permet d’utiliser pour l’IGH un équipement de soutien unique. - La sûreté des personnes et des biens par la réalisation d’un hôpital numérique aux pointes des technologies (vidéosurveillance accrue, bra- celets, géolocalisation de certains patients…). - L’intégration du volume bâti enterré en escalier dans le rocher afin de minimiser l’impact sur celui-ci et d’éviter le glissement. - Une minimisation de l’impact chantier sur l’hôpital restant en activité et sur le quartier par la mise en place des dernières technologies: une charte de chantier à faibles nuisances et des réunions d’informations aux riverains. Dès l’esquisse, un travail collaboratif autour de la démarche environnementale s’inscrit dans une recherche de l’ombre et de la fraîcheur naturelle pour créer une architecture accueillante, lumi- neuse, verdoyante et douce. Le socle urbain est recouvert de végétation verti- cale en écho au « Jardin Exotique de Monaco » à proximité. Son architecture s’exprime dans sa structure, elle peut être une réinterprétation des ouvrages d’art qui soutiennent les routes et les bâtiments du lit- toral. Une ombrière blanche enveloppe toute la façade au-dessus de ce socle. Elle se plisse par endroits, elle semble légère et animée par le vent. Evoquant un drapé, elle ondule et se soulève en ménageant des ouvertures cintrées vers la mer à l’horizon. Cette robe joue un rôle thermique en ménageant de l’ombre au bâtiment et en laissant l’air circu- ler. Elle l’habille en façonnant une image sophis- tiquée. Techniquement, elle est composée d’un assem- blage de brise-soleil horizontaux suspendus (trois lames par plancher), c’est une trame à la géomé- trie complexe, formée de courbes et de lignes. Parachevant cette expressivité sculpturale, le bâtiment se découpe et s’épanouit en corolle. Dans les percées, les architectes et paysagistes conçoivent des jardins, facteurs de fraîcheur, d’humidité, de bien-être. Espaces publics sur le parvis du belvédère, et pour les patients sur les terrasses en hauteur, ces espaces sont traités (avec le contrôle de la biodiversité nécessaire à un hôpital) dans l’esprit du « Jardin Exotique de Mo- naco », comme s’ils en étaient un prolongement.
  21. 21. UNE MISE AU POINT SCIENTIFIQUE DE L’ENVELOPPE Modèle numérique du bâtiment Evaluation du flux solaire sur les façades Calcul du facteur de lumière du jour (FLJ) dans une chambre d’hospitalisation Coupe sur le principe des brise-soleil 44 45 Les éléments composants la façade ont été optimisés en fonction des objectifs de conception bioclimatique. De nombreux calculs ont été nécessaires pour mettre au point les caractéristiques géométriques de l’enveloppe. L’ensemble du bâtiment a été finement modélisé pour quantifier le rapport du bâtiment à la lumière et à l’énergie solaire. CONCEPTION BIOCLIMATIQUE Limiter les déperditions Valoriser l’inertie dubâtiment Diffuser lalumière naturelle Maîtriser lesapports solaires
  22. 22. CRÉDIT MUTUEL - CIC NANTES Maître d’ouvrage Crédit Mutuel de Loire-Atlantique CO / Crédit Industriel et Commercial Architecte mandataire AIA Associés / Intens-Cité Ingénierie TCE + économie AIA Ingénierie Expertise environnementale AIA Studio Environnement OPC AIA Management Surface 17 000 m2 Montant des travaux 43,2 M€ HT Livraison 2016 Le projet consiste en la construction du siège social du Crédit Mutuel de Loire Atlantique (CMLACO). Il se compose de deux bâtiments de 6 étages : le bâtiment principal et le plot, des- tinés à accueillir les personnels du Crédit Mutuel (bureaux, restaurant) ainsi que le public aux niveaux 0 et 1 (cafétéria, salles de réception…). Sur l’axe d’entrée sud de Nantes, le CMLACO prend donc place dans le quartier Madeleine-Champ de Mars, ex faubourg artisanal renouvelé en tissu mixte. Il y côtoie des équipements institutionnels comme la Cité des Congrès, le siège de Nantes Métropole et le Lieu Unique, réhabilitation patrimoniale attractive de l’ancienne biscuiterie LU. Dans une logique de couture, il vient terminer la figure urbaine de l’îlot CIC pour en constituer le 4ème plot. Le projet développe une insertion bioclimatique au site : adaptation des typologies de façades par orientation, déve- loppé de façade Nord/Sud essentiellement et positionnement des typologies de locaux en fonction des besoins et apports internes. Le projet assume de plus une véritable recherche de qualité des espaces (lumière, volumétrie, matériaux, vues, lien social, etc.). D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S ÉTANCHÉITÉ À L’AIR VOLUME BOIS CONSOMMATION D’ÉNERGIE - BAT PRINC 1,5 m3 /h.m2 26 dm3 /m2 93,15 kwhep/m2 Ubat - BAT PRINC 30,16 % Cep (RT 2500) gain sur le Bbiomax 47 CONSOMMATION D’ÉNERGIE - BAT PLOT 95,93 kwhep/m2 Cep Conforme au label BBC 2005, option effinergie Ubat - BAT PLOT 33,35 % gain sur le Bbiomax Conforme au label BBC 2005, option effinergie  Energie/Energy  Environnement/Environment  Santé/heath  Confort/confort PASSEPORT ENVIRONNEMENTAL 7 HQE TRES BON NF Bâtiment tertiaires et démarche HQE Passeport HQE Très Bon 46
  23. 23. L’enveloppe double peau du bâtiment est conçue comme une mem- brane héliotrope qui s’oriente au gré de la course solaire pour ajuster sa fonction protectrice. Elle est développée pour les orientations Est, Sud et Ouest. La conception de cette façade multicouche dynamique vise à réduire les consommations énergétiques en répondant aux objectifs suivants : - renforcer l’isolation thermique en période de chauffage, - filtrer les apports solaires en période de rafraichissement, - favoriser l’évacuation des apports internes en été, - garantir un éclairement naturel généreux. La façade double peau est composée : - d’un double vitrage isolant - d’une lame d’air de 1 m - d’un simple vitrage feuilleté mobile, sérigraphié UNE PEAU HÉLIOTROPE EN HIVER La double peau est fermée. Son échauffement permet de créer un espace tampon qui limite les déperditions du bâtiment. Les modélisations dynamiques que nous avons réalisées nous montrent que la double peau améliore de près de 25 % le coefficient de déperdition d’un double vitrage classique. EN ÉTÉ la double peau est ouverte. Les lames sont orientées pour être perpen- diculaires au rayonnement solaire. La sérigraphie des lames est étudiée pour filtrer les apports solaires tout en garantissant un éclairement natu- rel des bureaux et en préservant la vues sur l’extérieur. Les principes de sérigraphies que nous adoptons sont les suivants : - une face d’impression de couleur sombre côté intérieur - une sérigraphie claire côté extérieur structurant la façade la double peau est ouverte. Les lames sont orientées pour être per- pendiculaires au rayonnement solaire. La sérigraphie des lames est étudiée pour filtrer les apports solaires tout en garantissant un éclai- rement naturel des bureaux et en préservant la vues sur l’extérieur. Les principes de sérigraphies que nous adoptons sont les suivants : - une face d’impression de couleur sombre côté intérieur - une sérigraphie claire côté extérieur structurant la façade EN MI-SAISON Le fonctionnement de cette façade innovante dépend du traitement climatique intérieur, de la course solaire et de la température inté- rieure de la double peau. Site urbain par excellence, le terrain d’implantation impose à lui- même une gestion extrêmement ordonnée de son chantier : présence des bureaux CIC à proximité immédiate du chantier, logements avoi- sinants, quartier très fréquenté (Cité des Congrès, restaurants, etc.). L’enjeu consiste donc à faire de ce chantier un exemple, en termes de gestion mais aussi de respect de l’environnement. La démarche de chantier propre que nous avons mise en œuvre pour cette opération s’intègre à la mission générale de suivi de travaux de Maîtrise d’œuvre. En collaboration resserrée, cela assure un véritable dialogue avec les entreprises, des actions fortes engagées et un bon niveau de qualité environnementale, en dépit de la complexité de ce chantier. UN CHANTIER PROPRE 48 49 Façade double peau en mode ouvert Le projet du Crédit Mutuel se veut également exemplaire en matière d’Analyse de Cycle de Vie. Il fait en effet partie des 72 bâtiments dont l’ACV a été menée en exclusivité suivant le nouveau cadre de modéli- sation HQE Performance, édition 2012. Le CMLACO a donc participé à bâtir le cadre des références d’ACV à venir en France. Le périmètre s’est affiné par rapport aux précédentes versions, puisque pour cette ACV nous avons saisi les consommations prévisionnelles d’eau liées aux usages, les consommations énergétiques estimées (RT, non RT et autres usages), les performances de l’enveloppe, les compo- sants techniques prévus (fiches PEP), les consommations de chantier, les déchets d’activités, les transports des usagers futurs ainsi que les produits de construction (gros-œuvre et second-œuvre). UN PROJET EXEMPLAIRE EN ANALYSE DE CYCLE DE VIE
  24. 24. SIÈGE DE LA DDTM VANNES DU MORBIHAN Maître d’ouvrage Préfecture du Morbihan Conduite d’opération Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Morbihan Architecte mandataire AIA Associés Architecte AIA Architecte Ingénierie + Economie AIA Ingénierie Expertise environnementale AIA Studio Environnement Surface 5 844 m2 SHON Montant des travaux 9,7 M€ HT L’arrivée du bâtiment de la DDTM sur le site « Le Troadec » va per- mettre d’amorcer le désenclavement d’un quartier, aujourd’hui encore isolé derrière ses murs de pierre. L’enjeu urbain est d’esquisser la transformation de cet ancien site mili- taire, clos et hermétique, en un quartier perméable et ouvert sur la ville, et de participer ainsi à l’élan de renouveau du quartier de la gare (ZAC Nord Gare). Afin d’attirer le regard des vannetais sur le nouveau site qui s’ouvre à eux, les architectes conçoivent un projet emblématique, à l’image de la ville et de l’ambition de créer une nouvelle cité administrative. Le projet de la DDTM amorce ce renouveau et initie des intentions archi- tecturales à l’échelle urbaine. ÉTANCHÉITÉ À L’AIR VOLUME BOIS CONSOMMATION D’ÉNERGIE 1 m3 /h.m2 148 dm3 /m2 53,2 kwhep/m2 PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE 22,3 % Cep gain sur le Bbiomax 50 51
  25. 25. UN ANCRAGE URBAIN En promontoire sur les hauteurs de Vannes, l’arrivée du bâtiment de la DDTM sur le site « L e Troadec » permet d’amorcer l’élan de renouveau du quartier. Le projet intègre la coulée verte depuis l’étang au Duc par le prolongement de cheminements piétons et l’aménagement d’espaces paysagers. La disposition d’un parvis, comme futur élément de liaison de la cité administrative participe à la continuité spatiale de ces déplacements doux. La volumétrie élancée du projet crée un repère urbain dans le paysage depuis la voie ferrée et la route, elle symbolise la mutation de ce secteur géographique de la ville. L’enveloppe de bois crée une variation d’apparences tout au long de l’année, en fonction de l’inclinaison de ses brise-soleil verticaux. Le socle béton prend naissance au pied du parc paysager et se prolonge vers l’Est du site pour devenir le parvis. La façade entièrement vitrée du rez-de chaussée haut soulève le volume supérieur, et accentue son effet signal dans cet environnement urbain. Les terrasses extérieures, disséminées sur l’ensemble des niveaux, sont autant d’espaces d’ex- tensions possibles. Le long du hall traversant Nord/Sud, l’ensemble des services s’enroule autour d’un patio central paysager et se déve- loppe sur 6 niveaux. Le prolongement du hall permet des expositions temporaires et des lieux d’échanges et de convivialité. UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE Afin d’atteindre des performances énergétiques élevées, la configu- ration du projet s’est orientée autour d’une conception bioclimatique basée sur des solutions passives : - Très forte compacité du bâtiment et un RdC bas enterré sur 3 fa- çades, afin de limiter le développé des surfaces déperditives, - Système constructif en bois naturel classe 3 (sans traitement chimique), - Réduction des ponts thermiques par la compacité du bâtiment, par limitation des débords et décrochés, par le choix du système construc- tif en isolation par l’extérieur, - Protection solaires fixes au Nord et orientables (commandes ma- nuelles par bureau) au Sud et à l’Ouest permettant ainsi de conserver les apports solaires hivernaux, tout en pouvant se protéger des sur- chauffes en été, - Optimisation de l’éclairage naturel dans les bureaux par la mise en place de murs rideaux (avec ouvrant) par bureau et dans les circu- lations, par la mise en place d’impostes vitrées en partie haute des placards, - Chaufferie bois à granules - Ventilation naturelle nocturne dans les bureaux, mais aussi simple flux diurne à partir de la mi-saison, - Double flux associé à une récupération d’énergie. Ces dispositions permettent ainsi d’éviter le recours au rafraîchis- sement pendant les périodes les plus chaudes, tout en limitant les déperditions pendant les périodes les plus froides. La trame et les dimensions des brise soleil en bois ont été dimensionnés afin d’assu- mer le meilleur compromis entre apports solaires hivernaux, apports d’éclairage naturel (calcul de FLJ) et le confort hygrothermique estival. Principe d’imposte vitrée sur circulation 52 53 / 1 1.1 Ancrage Urbain L’arrivée du bâtiment de la DDTM sur le site « Le Troadec » va permettre d’amorcer le désenclavement d’un quartier, aujourd’hui encore isolé derrière ses murs de pierres. L’enjeu urbain est d’esquisser la transformation de cet ancien site militaire, clos et hermétique, en un quartier perméable et ouvert sur la ville, et de participer ainsi à l’élan de renouveau du quartier de la gare (ZAC Nord Gare). Afin d’attirer le regard des vannetais sur le nouveau site qui s’ouvre à eux, nous nous devions de proposer un projet emblématique, à l’image de la ville et de l’ambition de créer une nouvelle cité administrative. Le projet de la DDTM amorce ce renouveau et initie des intentions architecturales à l’échelle urbaine. Conçu comme un composant d’un futur quartier, le projet de la DDTM est l’aboutissement de scindements et de distorsions d’un volume initial unique, représentatif de la cité administrative. Sa volumétrie élancée devient un repère urbain dans le paysage depuis la voie ferrée et la RN 165 et porte en elle la mutation de ce secteur géographique de la ville. Au-delà des limites imparties, notre projet intègre également la volonté de conforter la coulée verte depuis l’étang au Duc par le prolongement de cheminements piétons et l’aménagement d’espaces paysagers qualitatifs sur le site du Troadec. L’aménagement d’un parvis comme futur élément de liaison de la cité administrative, participe à la continuité spatiale de ces déplacements doux. En effet, les cheminements piétons venant de l’étang au Duc se prolongent vers l’espace paysager et aménagé à l’Ouest du site du Troadec (parc récréatif) et se poursuivent vers le parvis. Mais ce dernier participe également à l’intégration du bâtiment de la DDTM sur son site en lui apportant une accroche au sol. Le dénivelé entre le nouveau Principe de ventilation naturelle nocturne en imposte des châssis Principe de faux-plafond entre solives bois apparentes Vue sur le patio intérieur Soulèvement d’un socle commun Emergence d’un volume bâti Scindement du volume Distortions verticales des volumes Evocuation d’une cohérence urbaine
  26. 26. QUARTIER ATHIS MONS ATHIS MONS Maître d’ouvrage Immobilière 3F Architecte mandataire Intens-Cité Paysagiste AIA Studio Paysages Expertise environnementale AIA Studio Environnement Surface 30,3 ha - 100 000 m2 SHON La cité de l’air est un quartier d’habitation de 43 ha à Athis Mons (91) à proximité immédiate de l’aéroport d’Orly. L’étude de faisabilité urbaine à laquelle nous avons participé porte sur sa restructuration : un grand nombre d’habitats est devenu obsolète, voire vétuste, déperditif en énergie et sans réseau d’assainissement. La restructuration s’accompagne d’une nécessaire densification de l’habitat et de l’introduction de nouveaux services envisagés dans un dialogue avec la mairie. Dans cette perspective de densification, le quartier ne peut toutefois se départir de son identité de « cité jardin » qui est l’expression d’une vie harmonieuse avec la nature, d’un quartier ouvert lui conférant une image appréciée de ses habitants. ÉTANCHÉITÉ À L’AIR CONSOMMATION D’EAU TAUX DE VÉGÉTALISATION COEFF. D’IMPERMÉBILISATION VOLUME BOIS VALORISATION DES DÉCHETS CONSOMMATION D’ÉNERGIE 1,7 m3 /h.m2 1,35 m3 /m2 < 45 % de la parcelle 3 dm3 /m2 75 % 50 kwhep/m2 > 40 % de la parcelle PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE 10 % Cep gain sur le Bbiomax 54 55
  27. 27. LE CONTEXTE TERRITORIAL La transformation du quartier est pensée en interrogeant les liens que le projet tisse avec son territoire d’accueil : dynamisme du centre-ville à proximité, valorisation des espaces libres situées à sa périphérie, ins- cription dans une stratégie de mobilité durable pensée à l’échelle métro- politaine. 56 57 UNE MORPHOLOGIE PLUS DENSE AUX AMBIANCES AMÈNES Le projet propose une densification interstitielle de l’habitat selon le principe Bimby (Build in my backyard). La rénovation urbaine doit permettre de diversifier les formes d’habitats et de favoriser la mixité sociale et générationnelle. La morphologie urbaine est pen- sée pour maîtriser l’impact des ombres portées sur l’espace public malgré la densification. Les volumes bâtis sont organisés pour offrir un bon indice de com- pacité, privilégier la valorisation des apports gratuits, offrir des ter- rasses ensoleillées et maximiser les gisements d’énergie solaire en toiture. L’implantation des bâtiments permet de créer à l’échelle de l’ilot des espaces centraux protégés des nuisances acoustiques et des effets indésirables des vents dominants. Cartographie du rayonnement solaire Les grands axes de conception urbaine sont déclinés aux différentes échelles de résolution : Ville / Région Quartier Ilot Bâtiment
  28. 28. Le projet a pour ambition de créer un véritable ÉcoQuartier modèle et attrayant dans lequel l’espace public et les espaces verts res- teront indéniablement le liant du site. Un réseau de liaisons douces et de continuités écolo- giques a donc été imaginé pour restructurer le site. L’espace commun central, au cœur de la trame verte, a pour vo- cation d’ accueillir un équipement principal (crèche) et pourrait être le support de manifestations culturelles/ludiques. Cet espace est en partie laissé libre pour per- mettre aux résidents de se l’ap- proprier, être le support d’usages évolutifs. Il préfigure la nouvelle vie de quartier. Profitant de sa position centrale, des micro-équi- pements, des jeux pour enfants et un arrêt de transport en commun pourront également l’animer. Le parti d’aménagement privilégie l’écoulement des eaux pluviales en surface et leur infiltration natu- relle dans le sol en suivant le che- min de la « goutte d’eau » le long de la trame viaire. Les ouvrages hydrauliques (noues, zones tem- porairement inondable, bassins) sont aménagés pour devenir des composantes à part entière du paysage et de l’espace public. UNE TRAME VERTE POUR UNE NOUVELLE VITALITÉ URBAINE L’aménagement privilégie les logiques de cycle court et de mutualisa- tion. La densité reste trop faible pour mutualiser les solutions d’appro- visionnement énergétique à l’échelle globale. Des solutions de mutualisation à l’échelle de l’îlot sont dès lors envi- sagées : chaufferie collective biomasse, regroupement des stationne- ments vélos et des locaux déchets, dispositifs d’assainissement alter- natif des eaux usés, récupération de l’eau de pluie des toitures pour les usages communs (arrosage, nettoyage). Cette dynamique d’éco quartier a été pensée pour renouveler, sans la bousculer, la manière d’habiter et de vivre ensemble. Les jardins centraux sont potentiellement utilisés comme des jardins partagés renforçant le lien social. Leur usage peut être laissé à la libre appréciation des futurs occu- pants : potagers familiaux, jeux pour enfants, espaces ludiques, plan- tation d’essences de haute tige. LA MUTUALISATION ET LE PARTAGE À L’ÉCHELLE DE L’ÎLOT 58 59 Ambiances Eau et Déchets Energie Stationnement et Usages
  29. 29. CENTRE HOSPITALIER CARCASSONNE Aux portes de la cité historique de Carcassonne, le nouvel hôpital constitue l’élément fédérateur d’un quartier hospitalier en dévelop- pement. Au creux d’un paysage vallonné et verdoyant, l’édifice agit comme un signal. Son horizontalité respecte l’échelle du piéton et offre des perspectives au loin dans le paysage. L’hôpital s’organise à l’intérieur d’une forme enveloppante qui protège du vent et qui évoque l’unité du corps médical et la prise en charge bienveillante. Une place, située en retrait de la façade principale et marquée par les plis de l’enveloppe, accueille les patients au plus près des différents noyaux de flux regroupés de part et d’autre du hall. COEFF. D’IMPERMÉBILISATION VALORISATION DES DÉCHETS 40 % de la parcelle 90 % 60 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S NF Bâtiment tertiaires et démarche HQE Passeport HQE Exceptionnel 61 Maître d’ouvrage CH Antoine Gayraud Architecte AIA Architectes Ingénierie TCE + HQE + Economie AIA Ingénierie Entreprise mandataire SAS François Fondeville Entreprise Fluides Inéo GDF Suez - Axima GDF Suez Expertise environnementale AIA Studio Environnement Surface 53 757 m2 - 496 lits Livraison 2014 Montant des travaux 117 M€ HT dont 105 M€ HT de travaux  Energie/Energy  Environnement/Environment  Santé/heath  Confort/confort PASSEPORT ENVIRONNEMENTAL 12 HQE EXCEPTIONNEL CONSOMMATION D’ÉNERGIE gain de 5% (RT 2012)279 kwhep/m2 cep PERFORMANCE DE L’ENVELOPPE 12 % de gain sur le bbio max (bbio = 197) ENERGIE RENOUVELABLE 230 m2 de panneaux solaires thermiques
  30. 30. VALORISER LA PRÉSENCE DU VÉGÉTAL Un paysage qualifié et qualifiant Les alignements d’arbres plantés caractérisent le paysage dans lequel s’inscrit l’hôpital. La disposition et le choix des espèces plantées, en cohérence avec les essences locales, le climat et les risques aller- gènes, hiérarchisent et qualifient les espaces extérieurs. Une végétation qui se veut esthétique ... Le traitement paysager valorise l’image de l’hôpital et par ce cadre esthétique soigné le bien être des patients et leur rétablissement s’en trouvent facilités. Les toitures partiellement végétalisées permettent de prolonger les vues paysagères du grand paysage jusque dans les chambres. Elles participent également en partie à la biodiversité du site. Les alignements d’arbres et bouchons végétaux permettent d’atténuer les effets du vent. Les noues végétalisées, massifs drainants et bassins végétalisés contribuent à filtrer les eaux de pluie et de ruissellement. S’INSCRIRE EN RELATION AVEC LE TERRITOIRE Un hôpital accessible L’hôpital est accessible en transports en commun, avec un arrêt de bus à proximité de l’accès principal. Différencié des flux techniques et logistiques, l’accès en voiture est clairement identifiable. Les modes de transports doux, que sont la marche à pied et le vélo, sont facilités par des cheminements autour de l’hôpital, ainsi que des voiries douces d’accès au site. Des stationnements vélos, situés à proximité des accès, favorisent également l’usage de ce mode de déplacement. L’amorce d’un nouveau quartier L’hôpital s’inscrit dans un territoire en mutation, un futur morceau de ville. La relation s’établit physiquement via la rambla, véritable pro- longement de l’hôpital vers ce quartier à venir, qui se propose comme lieu de convivialité, d’attente et de déambulation, pour les patients comme pour les riverains. Un hôpital protégé du vent Plan Masse du soleil, L’hôpital s’inscrit dans un territoire en mutation, un futur morceau de ville. La relation s’établit physiquement via la rambla, véritable pro- longement de l’hôpital vers ce quartier à venir, qui se propose comme lieu de convivialité, d’attente et de déambulation, pour les patients comme pour les riverains. et du bruit, La partie nord du site est protégée des potentielles nuisances géné- rées par la voie ferrée, de même que les patios intérieurs. Les façades à structure béton avec isolation par l’extérieur et la mise en place de châssis vitrés à haute performance acoustique permettent de s’affranchir des nuisances éventuelles générées par la voie ferrée et l’hélicoptère. PROMOUVOIR UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE Un hôpital qui se protège du vent, Carcassonne est une région très ventée. Le projet a donc été judicieusement implanté afin que les accès principaux soient protégés des vents do- minants, et l’architecture du bâtiment se creuse pour dessi- ner un cocon protecteur. Des écrans et bouchons végé- taux viennent atténuer davan- tage la gêne occasionnée. Une conception des volumes avec la lumière naturelle La lumière naturelle se diffuse dans le bâtiment pour offrir des am- biances saines et agréable pour les usagers. Avec des indicateurs comme le facteur de lumière du jour ou l’auto- nomie lumineuse, la taille des patios, les surfaces de châssis, les coefficients de réflexion des différentes parois ou encore les propriétés optiques de transmission lumineuse des vitrages ont été optimisés. 62 63
  31. 31. RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D’ÉNERGIE ADOPTER UNE GESTION RESPONSABLE DE L’EAU Récupération de l’eau de pluie Une cuve de récupération des eaux pluviales recueille les eaux de toitures en vue de leur utilisation pour l’arrosage des espaces verts. Gestion de l’eau sur le site Plusieurs dispositifs permettent de retenir les eaux de pluie et de ruissellement afin de limiter le débit de fuite à 7 L/s/ha : dans le noues paysagères, les bassins paysagers, sous les chaussées et parkings, sur les toitures ... Les eaux de ruissellement polluées sont traitées par phytoremédiation dans les noues et bassins. Un bâtiment compact avec un accès à la lumière naturelle optimisée Récupération d’eau des parkings MAITRISER LE CONFORT DES USAGERS Un hôpital lumineux L’intégralité des chambres d’hospitalisation accède à la lumière du jour, ainsi qu’à des vues horizontales sur l’extérieur. Le personnel hospitalier dispose quant à lui de bureaux et locaux ayant pour plus de 90% accès à la lumière du jour. Un traitement climatique des espaces - LE CONFORT D’ÉTÉ A l’entrée de chaque local, un boitier de commande du système de refroidissement permet une relance du rafraichissement si une occu- pation intervient en période d’inoccupation. Afin de limiter l’inconfort, la température de soufflage est réglée pour ne pas descendre en dessous de 20°C. Les chambres et bureaux sont équipés de brise-soleils orientables. Grâce à ces dispositions passives et techniques, la température des locaux ne dépasse pas 28°C plus de 40 heures dans l’année. - LE CONFORT D’HIVER Les températures de consigne ont été programmées pour répondre à des besoins précis en fonction de la typologie des locaux : chambres (22°C), bureaux et consultations (20°C), locaux techniques (19°C). Les vitrages performants et à faible émissivité limitent l’effet de paroi froide. De plus, les systèmes retenus favorisent une répartition homo- gène de la température, afin de limiter les gradients de température, sources d’inconfort. Le fonctionnement du chauffage des zones à occupation intermittente est commandé par programme horaire et journalier ajustable, afin d’être flexible et de s’adapter aux usages. Une enveloppe performante L’enveloppe du bâtiment a été étudiée afin de limiter les consomma- tions énergétiques de chauffage, de climatisation, de ventilation et d’éclairage : - Le bâtiment est compact tout en optimisant l’accès à la lumière naturelle, - Les patios protègent du vent et apportent également de la lumière naturelle en cœur de projet, - L’isolation par l’extérieur et les châssis vitrés performants assurent une continuité de l’isolation en façade en limitant les ponts ther- miques, - Les brise-soleil à lames orientables permettent de capter les apports gratuits en hiver et de s’en protéger en été. La gestion des consommations Les équipements techniques (chauffage, climatisation, ventilation, éclairage) sont régulés par la GTB afin d’optimiser les consommations en fonction des ambiances extérieures et intérieures. Des dispositifs de sondes de présence et de luminosité permettent de réguler l’éclairage et d’en limiter son usage aux besoins des usagers. Un tableau de bord de supervision permet, en outre, d’établir un suivi des consommations énergétiques. L’utilisation d’énergie renouvelable Un réseau de chaleur urbain alimenté en bois et gaz permet de couvrir les besoins en chauffage et en froid de l’hôpital. Par ailleurs, 230 m2 de panneaux solaires thermiques fournissent 50 % des besoins en ECS du bâtiment. 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 Température[°C] Température d'une chambre sur la semaine la plus chaude T° Chambre Température extérieure Des chambres naturellement éclairées 64 65
  32. 32. RÉFÉRENCES PAR TYPOLOGIE DE PROGRAMME PAYSAGE BIOCLIMATIQUE VENTILATION NATURELLE CONSOMMATION D’ÉGERGIE ÉNERGIES RENOUVELABLES CONFORT EAU MATÉRIAUX SANTÉ COÛT GLOBAL Maître d’Ouvrage Crédit Mutuel / CIC Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 43,2 M€ HT - Surface 17 000 m2 SDO Livraison 2016 SIÈGE CRÉDIT MUTUEL / CIC - NANTES Maître d’Ouvrage CRCA Atlantique Vendée Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 31 M€ HT - Surface 14 650 m2 SDO Livraison 2014 SIÈGE CRÉDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDÉE - NANTES Maître d’Ouvrage SCI Crucy Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE Montant des tvx 6 M€ HT - Surface 2 700 m2 SDO Livraison 2016 (1er trismestre) D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S AGENCE AIA ASSOCIÉS - CHANTENAY TP P B 3 5 6 10 13 14 > IMMEUBLES DE BUREAUX 2 8 9 12 1 4 7 11 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 3 4 5 7 10 11 14 8 9 12 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 4 5 6 7 132 12 1 2 6 13 3 10 118 9 14 Maître d’Ouvrage Siège du Crédit Agricole d’Anjou et du Maine Architecte mandataire AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 22 M€ HT - Surface 10 000 m2 SDO Livraison 2016 SIÈGE DU CRÉDIT AGRICOLE D’ANJOU & DU MAINE - LE MANS TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 66 67
  33. 33. Maître d’Ouvrage Institut de Veille Sanitaire Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 8,8 M€ HT - Surface 4 500 m2 SDO Livraison 2012 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE - ST MAURICE Maître d’Ouvrage Communauté d’Agglomération de la Rochelle Architecte AIA Associés Mission MOE HQE - Recherche & Développement Montant des tvx 7,8 M€ HT - Surface 5 867 m2 SDO Livraison Fin 2015 LAGORD / BATIMENT BAS CARBONE - LA ROCHELLE Maître d’Ouvrage Préfecture du Morbihan Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 9,7 M€ HT - Surface 5 844 m2 SHON Livraison 2015 SIÈGE DDTM DU MORBIHAN - VANNES CAISSE RÉGIONALE DU CRÉDIT AGRICOLE - ST BRIEUC Maître d’Ouvrage CRCA des Côtes d’Armor Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 23 M€ HT - Surface 15 000 m2 SHON Livraison 2009 TP P B 1 4 6 7 11 13 142 8 9 123 5 10 TP P B 1 4 7 10 11 13 14 2 8 9 12 3 5 6 ILOT FÉVAL / BATIMENT C D - RENNES ILOT FÉVAL / BATIMENT E - RENNES Maître d’Ouvrage Ordre des Avocats de Paris Architecte Renzo Piano Building Wokshop Mission MOE HQE Montant des tvx 34 M€ HT - Surface 5 415 m2 SDP Livraison 2018 MAISON DES AVOCATS - PARIS ILOT FÉVAL / BATIMENT B - RENNES Maitrise d’Ouvrage Rennes Métropole Architectes Agence Maurer Architecture Mission MOE HQE Montant des tvx 7 M€ HT - Surface 6 581 m2 SP Livraison février 2015 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 4 5 6 7 14 2 8 12 10 119 13 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 4 5 6 7 14 2 12 10 11 9 138 Maitrise d’Ouvrage Rennes Métropole Architectes Agence JP Viguier et Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 8,5 M€ HT - Surface 9 196 m2 SP Livraison février 2015 Maitrise d’Ouvrage Rennes Métropole Architectes Agence GMP (Blanchard Marsault Pondevie) Mission MOE HQE Montant des tvx 9 M€ HT - Surface 8 128 m2 SP Livraison février 2015 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 4 5 6 7 14 2 1210 11 9 138 TP P B 1 4 6 11 13 8 95 12 32 7 10 14 Architecte : Renzo Piano Building Workshop Architecte : Agence JP Viguier et Associés Architecte : Agence GMP (Blanchard Marsault pondevie) Architecte : Agence Maurer Architecture 68 69
  34. 34. > ENSEIGNEMENT IMMEUBLE DE BUREAUX SPIRÉA - RENNES Maître d’Ouvrage Groupe Giboire Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 11,2 M€ HT - Surface 12 000 m2 SDO Livraison 2012 Maître d’Ouvrage Conseil Général de Loire-Atlantique Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 8 M€ HT - Surface 5 424 m2 SDO Livraison 2010 COLLÈGE STENDHAL - NANTES TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Maître d’Ouvrage Conseil Général du Morbihan Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 8,8 M€ HT - Surface 5 681 m2 SDO Livraison 2012 COLLÈGE - PLESCOP TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Maître d’Ouvrage Conseil Régional des Pays de Loire Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 19,5 M€ HT - Surface 7 690 m2 SDO Livraison 2013 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S LYCÉE DU PAYS DE RETZ - PORNIC TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 COLLÈGE - SÈVRES Maître d’Ouvrage Conseil Général des Hauts de Seine Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 16,56 M€ HT - Surface 12 436 m2 SHON Livraison Nov.2012 (collège), 2013 (gymnase) TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Maître d’Ouvrage Université de Lyon Architecte AIA Architecte et AEC (Architectes du Patrimoine) Mission MOE HQE Montant des tvx 29,5 M€ HT - Surface 73 276 m2 Livraison 2019 RÉNOVATION CITÉ CAMPUS CHARLES MÉRIEUX - LYON TP P B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 SIÈGE CONSEIL GÉNÉRAL DU MAINE ET LOIRE - ANGERS Maître d’Ouvrage SPLA de l’Anjou Architecte Atelier Rolland Mission MOE HQE Montant des tvx 11,5 M€ HT - Surface 7 764 m2 SHON Livraison Juin 2016 TP P B 1 3 4 5 6 7 10 11 13 14 2 8 9 12 Architecte : Atelier Rolland Maître d’Ouvrage EPASE (Etablissement Public d’Aménagement de St -Etienne) Architecte Pierre VURPAS & Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 20 M€ HT - Surface 20 000 m2 Livraison 2017-2021 RÉHABILITATION MANUFACTURE D’ARMES - SAINT-ETIENNE Architecte : Pierre VURPAS & Associés 70 71
  35. 35. Maître d’Ouvrage La Générale de Santé Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE Montant des tvx 34 M€ HT - Surface 20 000 m2 SDO Livraison 2018 HÔPITAL PRIVÉ DE BOURGOGNE - DIJON Maître d’Ouvrage Polyclinique St-Côme Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE EXTENSION POLYCLINIQUE ST CÔME - COMPIÈGNE Maître d’Ouvrage CAPIO - Clinique Lafourcade Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE Montant des tvx 49,5 M€ HT - Surface 29 995 m2 SDO Livraison 2015 CLINIQUE - BAYONNE D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 3 6 10 14 9 12 1 2 4 5 7 8 11 13 POLYCLINIQUE - AIX EN PROVENCE Maître d’Ouvrage SA Polyclinique du Parc Rambot Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 43,7 M€ HT - Surface 28 000 m2 SHON Livraison Etudes en cours D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 3 4 11 13 14 2 8 9 12 1 5 6 7 10 Maître d’Ouvrage Polyclinique de Pontivy Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE Montant des tvx 14 M€ HT - Surface 8 500 m2 SDO Livraison 2009 POLYCLINIQUE - PONTIVY D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 5 7 10 11 14 2 8 9 4 6 1312 TP P B 1 6 10 14 9 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S 3 42 5 7 8 11 1312 TP P B 1 3 6 10 14 2 95 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S 4 7 8 11 1312 72 73 Maître d’Ouvrage CH Gabriel Martin Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 80 M€ HT - Surface 28 184 m2 SDO Livraison Etude en cours CH GABRIEL MARTIN - ST PAUL DE LA RÉUNION TP P B 1 3 4 6 7 10 11 13 142 8 9 12 5 > CLINIQUES PRIVÉES Maître d’Ouvrage CH Antoine Gayraud Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 105 M€ HT - Surface 53 757 m2 SDO Livraison 2014 CENTRE HOSPITALIER - CARCASSONNE D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 6 7 13 14 2 8 9 12 4 5 10 11 CENTRE HOSPITALIER PRINCESSE GRACE - MONACO Maître d’Ouvrage Principauté de Monaco Architecte AIA Associés, Natacha Morin Innocenti Mission MOE HQE Montant des tvx 358 M€ HT - Surface 85 000 m2 SDO Livraison 2027 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 5 6 7 14 2 8 9 4 10 11 1312 > HÔPITAUX
  36. 36. 74 Maître d’ouvrage Groupe Noble Age Architecte mandataire AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 15,5 M€ HT Surface 11 000 m2 SDO Livraison 2013 INSTITUT MÉDICAL - LAMOTTE BEUVRON Maître d’ouvrage Hôpital Intercommunal «Sèvre et loire» Architecte mandataire AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 18,4 M€ HT - Surface 12 500 m2 SDO Livraison 2018 POLE SANITAIRE - LOROUX BOTTEREAU TP P B 1 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 2 Maître d’Ouvrage Conseil Régional Ile de France Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 9,25 M€ HT - Surface 3 831 m2 SHON Livraison 2016 UPEC / MAISON DES SCIENCES DE L’ ENVIRONNEMENT - CRÉTEIL D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 4 6 7 10 14 2 8 95 11 1312 Maître d’Ouvrage Nantes Métropole Aménagement Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 14 M€ HT - Surface 7 192 m2 SDO Livraison 2015 LABORATOIRES BIO-OUEST 2 - NANTES TP P B 1 3 5 6 7 14 2 8 9 12 4 10 11 13 IRFC - BESANÇON Maître d’Ouvrage CHRU Besançon Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 41 M€ HT - Surface 16 976 m2 SDO Livraison 2015 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 3 4 5 6 7 10 142 8 9 12 1 11 13 Maître d’Ouvrage Fondation Léopold Bellan Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 4,46 M€ HT - Surface 3 663 m2 SDO Livraison 2010 MAS FONDATION LÉOPOLD BELLAN - MONCHY ST ÉLOI TP P B 1 3 4 6 7 10 13 142 8 9 12 5 11 > MÉDICO - SOCIAL> LABORATOIRES - RECHERCHE Maître d’Ouvrage Fondation Méditerranée infection Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 49 M€ HT - Surface 23 600 m2 SDO Livraison 2015 IHU MÉDITERRANÉE INFECTIONS - MARSEILLE TP P B 1 4 7 10 11 2 8 95 12 3 6 13 14 > ÉCOQUARTIERS - LOGEMENTS Maître d’Ouvrage Commune de Castelnau-le-Lez, GGL aménagement Architecte - Urbaniste Agence Garcia Diaz Mission AMO Développement Durable de la ZAC Montant des tvx 85 M€ HT - Surface 60 000 m2 Livraison 2017-2020 ECOQUARTIER DOMAINE DE CAMPUS - CASTELNAU LE LEZ Architecte : Agence Garcia Diaz 75
  37. 37. 76 77 Maître d’Ouvrage Eaux de Paris Architecte AIA Associés Mission MOE HQE (Opération pilote HQE industriel) Montant des tvx 22 M€ HT - Surface 3 904 m2 SDO, 13,4 HA Livraison 2007 USINE D’AFFINAGE D’EAU POTABLE - ST CLOUD CENTRE DE TRI - PARIS Maître d’Ouvrage SYCTOM Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 15 M€ HT - Surface 10 675 m2 SHON, 12 HA Livraison 2011 > INFRASTRUCTURES - USINES Maître d’Ouvrage Petites Soeur des Maternité Catholiques Architecte AIA Associés - Architectonia (logements) Mission AMOE HQE Surface 5 000 m2 (logements) - 8 000 m2 (maternité) Livraison Fin 2014 LOGEMENTS ET MATERNITÉ SAINTE FÉLICITÉ - PARIS D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 4 5 7 10 11 13 148 9 12 32 6 D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S TP P B 1 3 4 11 13 14 2 8 9 125 6 7 10 Maître d’Ouvrage SODEARIF Architecte AIA Associés + Atelier du midi Mission AMO HQE Montant des tvx 22,5 M€ HT - Surface 460 logements Livraison 2013 ZAC DE LA MARE HUGUET - ROSNY SOUS BOIS Maître d’Ouvrage Lamotte Promotion Architecte AIA Associés Mission AMOE HQE Montant des tvx 6,37 M€ HT - Surface 5 540 m2 SP Livraison 2016 (phase 1), 2018 (phase 2) ILOT 3 / MAUREPAS - RENNES D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S MAISONS MI@EP - ST GRÉGOIRE Maître d’Ouvrage Groupe Giboire Architecte AIA Associés Mission MOE HQE, Recherche & Développement Surface 3 maison de 150 m2 SHAB Livraison 2012 Maître d’Ouvrage SODEARIF Architecte mandataire AIA Associés Mission AMOE Surfaces 7 400 m2 Livraison 2013 ILOT 4A - ROSNY SOUS BOIS D E M A R C H E B Â T I M E N T S T E R T I A I R E S USINE DE PRÉTRAITEMENT - ACHÈRES Maître d’Ouvrage SIAPP Entreprise mandataire Degrémont - Suez Environnement Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 300 M€ HT - Capacités 1,5 million m3 /jour Livraison 2016 TP P B 1 3 4 5 11 2 8 9 6 7 10 13 1412
  38. 38. © Crédits images Airstudio, Hening-Cooper, Asylum, Guillaume Satre, MIR, Ludovic Combe, Franck Bergerioux, Kaupunki, Spectrum, Golem. v.09_2014 Maître d’Ouvrage Lyon Turin Ferroviaire Architecte Kengo Kuma Mission MOE HQE Montant des tvx 48 M€ HT - Surface 7 500 m2 SDO Livraison 2017 GARE TGV - SUSA / ITALIE Maître d’Ouvrage Etat de Victoria Process Industriel Suez Environnement - Degrémont Architecte AIA Associés Mission MOE HQE Montant des tvx 2 400 M€ HT - Capacités 350 000 m3 /jour Livraison 2014 USINE DE DESSALEMENT D’EAU DE MER - MELBOURNE Architecte : Kengo Kuma 78
  39. 39. WWW.A-I-A.FR PARIS 23 rue de Cronstadt 75015 Paris T +33 (0)1 53 68 93 00 F +33 (0)1 53 68 93 11 Valentina Balbis P +33 (0) 6 61 65 61 39 v.balbis@a-i-a.fr NANTES 15 rue Olympe de Gouges - CP 0301 44805 St Herblain Cédex T +33 (0)2 40 38 13 13 Eric Bussolino P +33 (0) 6 22 72 14 07 e.bussolino@a-i-a.fr LYON 20 rue Lortet 69341 Lyon Cédex 7 T +33 (0)4 72 18 02 40 F +33 (0)4 78 64 71 49 Simon Davies P +33 (0) 6 21 09 15 96 s.davies@a-i-a.fr

×