Livrable aventuriers 2016

730 views

Published on

Ce document est la restitution de l'expérience "Les Aventuriers de l'Innovation Publique", menée par La 27e Région pendant la Semaine de l'Innovation Publique à l'automne 2016.

Published in: Design
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
730
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
451
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Livrable aventuriers 2016

  1. 1. Les aventuriers de l’innovation publique est une opération conçue et conduite par La 27e Région sous le haut parrainage d’Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, en lien avec la démarche participative “Ma fonction publique se réinvente” lancée par le ministère en septembre. Elle s’inspire notamment d’une première initiative menée en 2014 avec la Région Ile de France. En septembre 2016, un appel à candidatures est lancé afin de constituer un groupe d’agents de la fonction publique volontaires (tous secteurs, administra- tions et statuts confondus) pour vivre une expérience inter administrations de découverte de l’innovation publique en France. L’opération débute par une session introductive d’acculturation aux concepts, valeurs et méthodes de ce secteur en émergence. Elle se conclut par une restitution publique à la Gaîté Lyrique lors de la Semaine de l’Innovation Publique, sous la forme d’un retour d’expérience et d’un rapport d’étonnement collectif. Entre les deux, les agents explorateurs construisent eux-mêmes le programme de leur voyage puis sa restitution finale, à la manière d’une enquête et dans une logique d’émancipa- tion. 1 ENTRE SEPTEMBRE ET NOVEMBRE 2016, UN GROUPE PLURIDISCI- PLINAIRE D’AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE PART EN VOYAGE À LA RENCONTRE DE L’INNOVATION PUBLIQUE SUR LES TERRITOIRES. RETOUR SUR L’EXPÉRIENCE.
  2. 2. Entre sensibilisation, voyage d’étude et travail d’enquête, le but recher- ché est de permettre à un groupe de fonctionnaires de rencontrer des pairs issus des trois fonctions publiques qui mettent en œuvre des projets innovants dans leurs administrations, leurs collectivités ou leurs établissements publics (des dispositifs originaux, de nouvelles approches de l’usager, de nouvelles pra- tiques managériales, de nouveaux usages du numérique …). Ce voyage original permet également de valoriser, au sein d’un événement national important - la Semaine de l’Innovation Publique - un riche panel de projets, d’initiatives et d’acteurs issus de territoires diversifiés (ruraux et urbains), de natures diverses (numériques ou pas), dans tous les champs de l’innovation publique (design des politiques publiques, innovation sociale, open data, administration numérique ...), et de proposer une mise en perspective et un regard réflexif sur l’innovation publique dans les territoires. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27
  3. 3. 1. UNE IMMERSION À LA SOURCE DE L’INNOVATION DANS LES TERRITOIRES. Qu’est-ce que l’innovation publique ? Comment dépasser les fantasmes et les idées préconçues autour de cette notion aux contours flous, récurrente dans les discours politiques à l’heure actuelle ? Pour dépasser le “concept-valise”, et envisager cette notion dans la pratique et à travers des cas concrets, La 27e Région propose aux agents aventuriers de partir en immersion dans des orga- nisations aux pratiques alternatives : laboratoires ou cellules de recherche et développement (le Labo de la Région PACA, la mission “innovation” du Val d’Oise, le Centre Erasme du Grand Lyon …), agences et associations spé- cialisées dans le dialogue citoyen (Aequitaz à Grenoble, Design Territoires Alternatives en Bourgogne, What Time Is It à Nantes), coopératives d’habi- tants (Hôtel du Nord à Marseille), entreprises sociales et solidaires consa- crées au secteur public (Marseille Solutions en PACA), etc. Ce “voyage” vise à explorer en profondeur les fondements des démarches d’innovation publique : par qui sont-elles portées ? Comment s’intègrent-elles dans les cadres clas- siques de l’action publique (marchés publics, reporting, évaluations …) ? Qu’im- pliquent-elles en termes de compétences, d’ingénierie de projets, et de partena- riats entre les administrations et les acteurs du territoire ? Alors que l’innovation territoriale est aujourd’hui portée et animée par de nom- breuses têtes de réseaux nationales (dont le SGMAP et le CGET), le but de cette initiative est également de rendre hommage aux pionniers de ces démarches à l’échelle locale, et de comprendre les enjeux de l’innovation sur le long terme : comment pérenniser sans institutionnaliser ? Comment survivre aux alternances politiques ou au turn-over des agents ? Comment mesurer l’impact des projets dans le temps ? Ces questions sont aujourd’hui au croisement de nombreuses recherches : on pense au rapport de Akim Oural sur l’innovation territo- riale commandé en 2015 par Marylise Lebranchu (alors Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat), aux différents groupes de travail menés par le SGMAP et le CGET sur le passage à l’échelle de l’innovation publique, ou encore aux programmes de La 27e Région (notamment La Transfo) visant à accompagner des collectivités désireuses de se doter en interne d’une fonction innovation. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 3
  4. 4. 2. QUI SONT LES AVENTURIERS ? Au terme de l’appel à candidatures de La 27e Région, 15 agents confirment leur volonté (et leur engagement) de participer à l’aventure. Le groupe est mar- qué par sa mixité et sa diversité : géographique d’abord (de Lyon à Brest, en passant par Lille et Poitiers); en terme d’administrations de rattachement ensuite (un conseil régional, 2 conseils départementaux, 5 grandes villes/métro- poles, 1 ville moyenne, 2 ministères, 1 grand établissement public); en terme de statuts (fonctionnaires et contractuels). Enfin, si la majorité des aventuriers oc- cupe des fonctions plutôt transversales (de type prospective, innovation, parti- cipation citoyenne ou relation à l’usager), certains oeuvrent dans des directions sectorielles : jeunesse, culture ou action sociale. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 4 Les aventuriers, promo 2016 ! Frédéric Bergot (Brest Métropole) Isadora Guerra (Rouen Métropole) Emmanuelle Guillard (CD de la Vienne) Pierre Emmanuel Vidal (consul- tant territorial) Jean Christophe Arthur (Ville de La-Roche-sur-Yon) Edouard Chavane (Bordeaux Métropole) Marie Automne Thepot (Ville de Paris) Chrystelle Prieur (CD des Yvelines) Chantal Caritey (DGEFP) Martin Préaud (CNFPT) Celine Deremy Savary (Lille Métropole) Pascale Spano (Région Auv. Rh. Alpes) Najet Akkioui Abed (idem) Jean Baptiste Labrune (APIE)
  5. 5. 3. UNE ENQUÊTE PLUTÔT QU’UN VOYAGE D’ÉTUDE Afin de privilégier un regard analytique et critique sur l’innovation publique, l’expérience a été pensée comme une démarche participative. A partir d’une base de données fournie par La 27e Région (voir la cartographie des destina- tions ci-dessous), les participants construisent donc eux-mêmes le programme de leur immersion et se donnent un cadre de travail commun. Pas de vi- site guidée donc, mais une véritable enquête, en partant de questions et de constats partagés. Lors d’une première rencontre à Superpublic (locaux de La 27e Région) le 17 octobre, les “aventuriers” mettent à plat leurs différentes interrogations sur la notion d’innovation publique. Cette mise en partage est accompagnée d’une présentation de La 27e Région autour des grands temps de la modernisation de l’État et des familles d’influences actuelles de l’innovation publique (comme le mouvement hacker, l’éducation populaire, l’architecture et l’urbanisme participatifs, les civics techs …). LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 5
  6. 6. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Les participants réalisent ensuite un travail de classification des destina- tions proposées : les initiatives internes aux administrations, les acteurs “mé- diateurs”, les initiatives citoyennes, les tiers lieux, les professionnels ou ex- perts, les organismes de recherche et les écoles … avant de se les répartir par groupes de 2 ou 3. L’après-midi est ensuite consacré à définir les trames d’entretiens et plus géné- ralement le déroulé de chaque visite, ainsi que les modalités de documenta- tion envisagées. Les “aventuriers” décident de privilégier une restitution spon- tanée, sorte de réaction “à chaud” captée sous forme de vidéos-minute à la fin de chaque entretien, ainsi que des comptes-rendus plus analytiques, sous forme d’articles d’une à deux pages permettant de comparer les différentes initiatives. En parallèle, une grille est construite pour retenir les infos clés de chaque initia- tive à la manière d’une fiche technique ou d’un “portrait d’innovateur”. Enfin, les aventuriers se donnent pour mission de prendre en photos des éléments emblématiques de chaque initiative : outils, objet du quotidien, environnement de travail des agents … Cette première rencontre est surtout l’occasion de prendre conscience du ni- veau de familiarité des participants avec le sujet. La plupart des aventuriers sont là avec des attentes spécifiques, soit parce que leur collectivité est ac- tuellement en réflexion sur la mise en place d’une démarche d’innovation, soit parce que leurs parcours professionnels respectifs les ont amenés à côtoyer ce secteur en émergence. L’opération ne sera donc pas une découverte, mais un approfondissement collectif des méthodologies d’innovation : dépasser la vision institutionnelle et comprendre l’envers du décor semble être un objectif formulé par chacun. 6
  7. 7. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 4. DÉROULÉ DE L’IMMERSION A Nantes, un écosystème de l’innovation publique Un premier groupe s’est rendu à Nantes, à la rencontre d’un écosystème assez singulier. Différentes institutions se font en effet écho sur la question de l’inno- vation publique. On y trouve d’abord le Conseil Départemental de Loire-At- lantique, qui a en créé en 2012 un service innovation au sein de la Direction de la Prospective, afin d’accompagner la collectivité sur des actions aussi diverses que la remise en chantier de politiques publiques défectueuses (repenser une maison de la petite enfance ...) ou l’élaboration de scénarios radicalement pros- pectifs (imaginer le CDI de demain …). Ce service met la conception avec les habitants au centre de son approche. L’équipe compte un designer en appren- tissage et a noué un partenariat avec l’Ecole de Design de Nantes. En parallèle, la Ville / Métropole de Nantes s’est aussi dotée d’un Pôle “éva- luation et dialogue citoyen” directement rattaché à la Direction Générale. À travers de nombreuses collaboration avec des agences sur le territoire (Grrr, DTA), la collectivité expérimente de nouveaux services, applications numériques et équipement publics, répondant mieux aux attentes des citoyens nantais. (lien vers la fiche technique) Par ailleurs, la Région des Pays de la Loire - que les aventuriers n’ont pas eu l’occasion de rencontrer lors de leur immersion - avait suivi en 2012 le programme Transfo de La 27e Région, préfigurant la création d’un laboratoire interne est aujourd’hui en activité. Rencontre avec l’équipe du pôle évaluation et dialogue citoyen de la Ville / Métropole de Nantes Démarche de conception participative autour de la création d’une nouvelle annexe de la Mairie de Nantes 7
  8. 8. Trois collectivités sont donc les têtes de file de cet écosystème ligérien de l’in- novation publique. Pour les accompagner, l’Ecole de Design de Nantes At- lantique oriente de plus en plus ses formations vers le design de services, et permet à de jeunes professionnels de se spécialiser dans le champ de l’action publique. Les aventuriers ont pu rencontrer Florent Orsoni, en charge du “De- sign Lab” à l’école. En parallèle, de nombreuses agences pionnières interviennent sur le territoire. Nos agents explorateurs ont pu rencontrer l’anthropologue Stéphane Ju- guet, de “What Time is IT”, donc l’activité consiste à accompagner des dé- marches de concertation et de participation citoyenne. Pour finir, Nantes héberge Design’in Pays de La Loire, une plate-forme régio- nale d’innovation impulsée par la région, et ayant pour vocation de mettre en réseau les designers, les entreprises et les collectivités locales, autour de “nou- veaux défis”. Les aventuriers ont pu échanger avec Olivier Ryckwaert, ancien agent de la Région et fervent défenseur du design appliqué à l’action publique. A travers cette immersion à Nantes, les aventuriers ont donc pu découvrir des acteurs ayant des périmètres d’action et des fonctionnements différents, mais travaillant en synergie. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Stéphane Juguet de l’agence «What Time is IT» à Nantes Les aventuriers à l’Ecole de Design de Nantes Atlantique Dans les locaux de la plateforme d’innova- tion régionale Design’in Pays de la Loire 8
  9. 9. En PACA, agir à plusieurs échelles pour faire bouger les institutions Un deuxième groupe d’agents explorateurs s’est rendu en PACA, où une grande diversité d’acteurs opère également dans les champs de l’innovation sociale et publique. Les aventuriers ont commencé par rencontrer le labo de la Région PACA. Issu de la réflexion menée pendant le programme Transfo de La 27e Région, le labo est aujourd’hui rattaché au Pôle Innovation - Economie - Forma- tion, et compte un designer et un agent, appuyés ponctuellement par une socio- logue. Nouvellement dénommé “Smart Factory”, cette équipe travaille avec les différents services de la Région sur des ingénieries de projets plus participatives et centrées sur les usagers. Dans la foulée, le commando marseillais s’est rendu dans les locaux de Mar- seille Solutions, une petite agence spécialisée dans l’accompagnement de projets d’économie sociale et solidaire, bien souvent en lien avec des probléma- tiques publiques. L’objectif de Marseille Solutions est d’accélérer le “passage à l’acte”, de soutenir des initiatives d’intérêt général et de favoriser leur portage par les acteurs du territoire. Les aventuriers ont fini leur périple à l’Hôpital Nord de Marseille, pour rencon- trer Hélène Martin (cadre à l’APHM) et Julie de Muer, membre de la coopérative d’habitants des quartiers Nord Hôtel du Nord. Courant 2015, l’APHM a mené différentes expérimentations (notamment une résidence avec La 27e Région) pour repenser l’accueil dans les différents sites hospitaliers de la ville. Parmi les pistes de projets, certaines envisagent un réaménagement des espaces, d’autres des collaborations renforcées avec les acteurs du territoire pour mieux prendre en charge les familles des patients (hébergement, orientation, com- merces de proximité). Un an plus tard, les aventuriers ont pu constater que ces différentes pistes, essentiellement portées par les agents, avaient du mal à se diffuser au sein de l’institution, et donc à passer de l’idée à la concrétisation. Alors, comment garantir le suivi et le portage politique des projets innovants ? LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 En immersion dans le labo «Smart Factory» en PACA Visite à l’Hôpital Nord de Mar- seille avec la coop Hôtel du Nord.
  10. 10. Lyon et Grenoble, l’histoire des pionniers Certains aventuriers se sont rendus en Rhône-Alpes pour rencontrer des acteurs piliers de l’innovation sociale locale. A Grenoble, Pierre Emmanuel Vidal a pu rencontrer l’association Aequitaz, qui agit en faveur du pouvoir d’agir des citoyens, notamment ceux qui ne se reconnaissent pas dans les cases de l’ac- tion sociale traditionnelle. Aequitaz accompagne les collectivités locales sur de nombreux projets, comme le “Parlement libre de jeunes”, les Conseils de quar- tier, etc. Dans un deuxième temps, notre explorateur a pu rencontrer les agents des services “stratégie et innovation publique” et “évaluation” à la Métropole et à la ville. Les agents ont témoigné de la force des mouvements citoyens et asso- ciatifs dans l’histoire de Grenoble, et de l’action ancienne de la Ville pour sou- tenir cet engagement, jusqu’à la mise en place récente des Conseils Citoyens Indépendants. Cet héritage se ressent dans la conviction des agents, ainsi que leur motivation à expérimenter sans cesse de nouvelles démarches, comme l’apport du co-design dans le projet “Territoire Zéro Déchets”. A Lyon, les aventuriers ont pu rencontrer Nova 7, agence spécialisée dans l’in- novation de service, et qui mène de nombreuses collaborations avec les institu- tions publiques. Au fil de ses 25 ans d’expérience, elle a pu développer diverses méthodologies d’actions pour remettre l’usager au centre de la fabrique des services, en empruntant à des champs aussi divers que les sciences sociales, le marketing et le design. Récemment, l’opération Gare Remix a permis de tester des aménagements innovants dans la Gare Saint-Paul de Lyon. En parallèle, les aventuriers découvrent le Centre Erasme, un living lab implanté au cœur de la Métropole, et dont le rôle et de favoriser l’appropriation des techniques d’in- novation par l’institution publique. Ce projet transversal, porté à l’origine par un sénateur et conseiller départemental, est aujourd’hui le “centre ressources” du Grand Lyon en matière de méthodes d’innovation. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Visite dans les locaux de Nova7, puis dans le Centre Erasme, à Lyon.
  11. 11. Pour finir, nos aventuriers en terre lyonnaise ont poussé les portes du Tuba, un tiers lieu co-fondé par la Métropole et un consortium de grands opérateurs privés, au pied de la gare Part-Dieu. Le Tuba joue le rôle d’incubateur, puisqu’il héberge des start-ups et des projets numériques expérimentaux, mais aussi de laboratoire, en proposant aux entrepreneurs de tester directement leurs solu- tions auprès des usagers présents sur place. Cluny, les territoires ruraux montrent l’exemple Deux de nos aventuriers se sont rendus à Cluny, au cœur de la Bourgogne, où un ensemble d’initiatives publiques et privées agissent pour améliorer la ci- toyenneté et le vivre ensemble. Guidés par Romain Thévenet, designer de services et complice de longue date de La 27e Région, nos visiteurs ont pu découvrir une maison de services au public adossé à un espace de coworking, une maison de santé avant-gardiste, une ressourceriez et un restaurant coopératif. Ces projets d’innovation sociale sont encouragés et soutenus par les élus communautaires, et sollicitent de nombreuses compétences locales : design, action sociale, sociologie, médiation administrative et numérique… Par ailleurs Cluny accueille le Collège Européen des Démocraties Locales et de l’Innovation Publique, dont la première promo- tion est attendue pour 2018. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Rencontre avec Romain Théve- net, designer de services Rencontre avec Jean Luc Delpeuch, président de la ComCom du Clunysois. 11
  12. 12. En Île de France, des laboratoires au cœur des institutions Les aventuriers ont pu découvrir le Lab’ de Pôle Emploi, quelques semaines avant l’inauguration en novembre de ses nouveaux locaux dans le 19e arron- dissement. Issu d’une réflexion menée avec Cap Gemini, le Lab’ est aujourd’hui rattaché à la direction de la stratégie de Pôle Emploi et mène différent projets pilotes, avec l’appui de ressources internes et externes. En parallèle les agents se sont rendus au Conseil Départemental du Val d’Oise, ou une Mission Innovation existe depuis 2012. Ce service a à la fois pour mission d’intervenir directement dans des projets de politiques publiques, à l’appui d’autres services du Département, et de servir de courroie de trans- mission pour diffusion une culture de l’innovation en interne - notamment à travers son École de Management par l’Innovation, à destination des cadres. Pour finir, Jean Baptiste Labrune (APIE) s’est rendu à Paris à la rencontre de la DINSIC, Direction Interministérielle du Numérique au service de l’Etat. Véritable laboratoire digital des services de l’Etat, la DINSIC accueille des agents aux compétences transversales. C’est notamment en son sein que réside l’équipe d’EtaLab (mission en charge de l’open-data au niveau ministériel) ou encore l’incubateur des start-ups d’État. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 En visite dans la mission innova- tion du CD du Val d’Oise Le Lab’ de Pôle Emploi 12
  13. 13. 4. QUELQUES MORCEAUX CHOISIS - TÉMOIGNAGES DES PARTICIPANTS. Céline (visite à la PRI Design’in Pays de la Loire) - “Ce qui m’a surpris c’est le parcours étonnant d’Olivier, qui est passé par les engrenages de la politique, puis par la conception technique des services publics, et enfin la créa- tion de cette plateforme de mise en réseau des acteurs du design”. Céline (visite à l’École de design de Nantes) - “Le design c’est pas seu- lement un coup de crayon, ce sont des outils conceptuels. (...) Le design des politiques publiques est une notion en construction. Ici on parle de design de services, ou de design thinking. Ça me questionne.” “Ce que je retiens, c’est le panachage de méthodes. On ne cherche pas à sys- tématiser les outils, ou à reproduire une recette qui marche. A chaque fois, on se doit se demander comment procéder, comment contourner les contraintes, comment rester le plus fidèle à ce qu’on a vu sur le terrain …” Frédéric (visite au CD 44) - “L’innovation est un état d’esprit, il faut commen- cer par se mettre à la place des usagers des services publics. Pas besoin d’ex- perts en innovation, la plupart des agents (du service innovation du CD Loire Atlantique) sont des généralistes. (...)” “Ici ce qui m’a surpris c’est que le portage politique est particulièrement fort. (...) Il ne faut rien s’interdire quand on veut innover, il faut s’autoriser à faire pour avancer, il faut aller assez vite, même si les circuits de validation d’une administration sont lourds et longs. Il faut assumer le quick and dirty. Je retiens les termes d’usager, de pragmatisme, et d’innovation frugale, c’est-à-dire faire avec ce qu’on a autour de nous.” Jean-Christophe (visite chez Nova 7 à Lyon) - “Dans l’ADN de Nova 7, il y a une approche centrée sur les habitants. Je retiens la notion de porosité, car au sein des projets on sollicite des compétences très diverses, sans cloisonnement. Ça passe aussi par l’hybridation des démarches et des techniques, avec des inspirations venant des sciences sociales, du design ou du marketing … La notion de collaboration est aussi très présente puisque Nova 7 travaille au sein d’un écosystème et fait appel à des compétences extérieures.” Marie-Automne (visite à l’Hôpital Nord de Marseille) - “Ici à l’hôpital, on sent qu’il y a des projets innovants qui tiennent surtout à des énergies indivi- LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 13
  14. 14. duelles, des personnes très impliquées. On sent qu’il y a de la frustration car l’institution n’arrive pas à prendre le relai. Ce qui manque c’est une équipe, une vision, un cadre … une ambition globale construite par l’institution. Bref, y a des pépites mais on manque de chercheurs d’or !” Chantal (visite chez Marseille Solution) - “Ce qui m’a frappée c’est la facili- té apparente avec laquelle l’idée de Marseille Solutions s’est développée. Dans un secteur comme celui de l’innovation sociale, avec beaucoup d’acteurs, ça ne semble pas forcément facile au premier abord. On dit toujours “Marseille, ville à problèmes”, et là c’est l’inverse. Après, il faudrait avoir le point de vue d’autres acteurs pour se faire une idée. Mais je retiens de l’enthousiasme, l’idée d’améliorer le vivre ensemble, et le goût du risque !” Martin (visite à Cluny) - “A Cluny, la proximité des différents acteurs de la vie politique et sociale favorise le “faire ensemble”. Chacun opère dans une sphère spécifique ...mais ils se voient le dimanche après-midi dans la fanfare locale ! Alors forcément, les rapports humains sont au centres problématiques d’action publique.” LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Les équipes d’aventuriers en immersion
  15. 15. BILAN ET RÉACTIONS Après ces visites réparties sur tout le mois d’octobre, les aventuriers se sont réunis une nouvelle fois à Superpublic pour partager leurs réactions et leurs ré- flexions. De façon générale, les participants ont relevé la diversité des formes que peut prendre l’innovation dans le secteur public. Certaines initiatives sont portées par des collectivités pionnières, d’autres par des entrepreneurs ou des collectifs d’habitants. Alors que l’innovation publique semble un concept récent, ces initiatives ont des racines diverses, qui puisent parfois dans une véritable culture locale. Leurs genèses et leurs trajectoires diffèrent, marquées par l’importance, à des moments clés, d’un portage politique affirmé. Certains projets opèrent en appui aux actions classique de l’institution publique, à la ma- nière d’une “task force”, d’autres jouent plutôt le rôle de “centre ressources”, mettant à disposition des méthodologies et des moyens, et favorisant la diffu- sion d’ingénieries innovantes. Fort de ces constats, le groupe a donc choisi de restituer ses immersions non pas suivant un fil conducteur géographique, mais à travers des thématiques fortes, permettant de comparer les initiatives et de mettre en tension certains enjeux, pour nourrir et favoriser l’émergence de démarches d’innovation pu- blique. Mais comment monter en généralité sans perdre la fraîcheur de l’éton- nement initial, et les intuitions collectées sur le terrain ? Plutôt que de se lancer dans l’écriture d’un rapport, les aventuriers ont choisi de restituer ces enseigne- ments sous la forme de contributions filant la métaphore de la cuisine : “Pas de recette miracle pour l’innovation publique, mais des tâtonnements, du test, de l’expérimentation !”. Voici quelques extraits de leurs présentations. 1.Tout d’abord, passons en cuisine ! Les lieux et points de contact pour innover dans l’action publique. Un premier groupe d’aventuriers composé d’Isadora Guerra (Métropole de Rouen), Emmanuelle Guillard (Département de la Vienne), Pierre Emmanuel Vidal (consultant territorial) et Jean Christophe Arthur (Ville de La Roche sur Yon), et Edouard Chavane (Métropole de Bordeaux); s’est attaché à observer les lieux où s’ancrent les démarches d’innovation publique : ces espaces où le lien entre le citoyen et les agents se renouvelle, où l’on sort de la relation de guichet (citoyen / administration) pour inventer ensemble de nouvelles manières de pro- LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 15
  16. 16. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 duire le service public. Ces lieux de co-construction peuvent être éphémères (c’est le cas du bus de What Time Is It à Nantes, qui créé de façon ponctuelle un espace de réflexion et de créativité), ou au contraire permanents, accueillis dans l’institution (c’est le cas du TUBA à Lyon, tiers lieu dédié à l’expérimen- tation de nouveaux services). Ces lieux peuvent être des laboratoires de fabri- cation, à la manière du Centre Erasme à Lyon, véritable centre ressources pour expérimenter “de nouvelles recettes” à l’échelle locale, ou des plateformes immatérielles, comme Carticipe à Grenoble - “le marmiton.org de la participa- tion citoyenne”. Enfin, ces espaces peuvent aussi être des lieux improbables de la vie quotidienne, des “aires de pique-nique citoyen” où l’on se rencontre entre habitants, élus, travailleurs sociaux, administrateurs, ...comme la fanfare du dimanche à Cluny. Mais pour que ces lieux fonctionnent, il faut travailler sur le liant. Le groupe s’est attaché à comprendre dans quelles conditions les démarches d’innova- tion publiques pouvaient y prendre place. L’association grenobloise Aequi- taz démontre qu’un travail sur le langage est nécessaire, et importe autant que la définition d’un espace de rencontre : avant d’envisager la co-construction du service public, il s’agit de permettre sa réappropriation, en encourageant l’ex- pression libre, le témoignage sur des expérience vécues, la fiction … À d’autres endroits, des démarches artistiques et créatives peuvent aussi servir de “liant” - c’est le cas au Lab’ Pôle Emploi. Enfin, pour les aventuriers, le tronc commun de ces approches n’est ni dans les lieux, ni dans les techniques utilisées, mais dans une culture de l’expérimen- tation : “ … chacun peut participer, apporter son expertise, son matériau, oser l’essai, utiliser l’erreur (à l’instar de la tarte tatin !), le bricolage, les recettes improvisées, avec les moyens du bord” (cit. de l’un des aventuriers). Alors, l’innovation pourrait-elle fonctionner à toutes les sauces ? Nos agents explora- teurs nous mettent en garde contre la récupération de l’innovation à des fins de communication indigeste - “le fast food de l’innovation ou l’innovation ‘tarte à la crème’” - qui perd son sens profond, c’est-à-dire la recherche d’amélioration continue du service public. Les aventuriers évoquent “certains contre-exemples de lieux ouverts au public, avec des gros moyens, un bon emplacement mais qui sont de véritables « coquilles vides », sans véritable participation des ci- toyens”. Pour éviter ces écueils, plusieurs pistes. Tout d’abord, “faire goûter”, c’est-à-dire 16
  17. 17. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 inventer des espaces de projet rapide, en mode “workshop” - c’est l’exemple de Gare Remix sur la Gare Saint-Paul de Lyon, atelier d’une semaine pour inven- ter et prototyper, avec les citoyens, de nouveaux services en gare. Autre clé de la réussite : intégrer des facteurs de bien-être, ne pas séparer l’action publique des dynamiques de vie … c’est l’effet vertueux révélé par l’écosystème cluni- sois. De la même manière, inventer des canaux de communication continue entre les citoyens et l’administration permet de sortir de l’innovation “one shot”. Pour finir, donner de la valeur et de la crédibilité à la participation citoyenne est un enjeu clé de l’innovation publique sur le long terme. Construire l’innovation, un chemin long et exploratoire Un binôme d’aventurières composé de Marie-Automne Thépot (Mairie de Pa- ris) et de Chrystelle Prieur (CD des Yvelines) a souhaité mettre en évidence le temps de construction des démarches d’innovation. En effet, le point commun à toutes les initiatives rencontrées est une genèse au long cours, exploratoire, faite de tâtonnements, de temps morts et d’accélérations, d’op- portunités et de rencontres… bref, pas de voie royale vers l’innovation, ces démarches naissent le plus souvent aux marges des administrations, et leurs acteurs déploient une ingéniosité considérable pour les rendre soutenables. Nos exploratrices relèvent ainsi le rôle des pionniers et des défricheurs, agents ou élus qui portent ces démarches pour en faire “la preuve du concept”, au risque d’être isolés au démarrage… c’est l’exemple du sénateur René Tregouet dans le Rhône, qui a lancé dès 1999 ce qui allait devenir le Centre Erasme à Lyon, pour développer l’accès au numérique. Par ailleurs, si partir seul est souvent difficile, il ne faut pas non plus recher- cher l’adhésion de tous pour commencer à construire. A Nantes, observent les aventurières, une forme de “compagnonnage au fil de l’eau” s’est construite, à travers des équipes et des alliances (entre les collectivités et l’Ecole de Design par exemple). D’autre part, ces démarches expérimentales ont souvent du mal à s’ancrer dans le milieu administratif, très normalisé et soumis à des proces- sus contraignants. Pour “avancer en terrain hostile”, les équipes innovation développent souvent des outils alternatifs (le “Guide de Survie en Réunion” du CD Val d’Oise), se créent des espaces en dehors du cadre (des “labos”) et ont recours à des méthodes plus agiles. 17
  18. 18. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Malgré cela, les risques d’échec sont multiples : manque de portage politique, démotivation des agents, mis en porte-à-faux dans leurs missions habituelles, voire clivages internes liés à une mécompréhension du sens et de la valeur ajoutée de l’innovation … il faut donc savoir reconnaître qu’on a fait fausse route, accepter les tours et les détours, savoir prendre les chemins de traverse ...c’est-à-dire sauter sur les opportunités quand elles se présentent. A travers cette métaphore du cheminement, nos exploratrices soulignent la difficulté à aligner les “conditions idéales” pour démarrer une démarche d’inno- vation : il s’agit plutôt de sentir quand le vent est favorable, de commencer à petit échelle, puis d’aller vers une forme d’institutionnalisation. Dans ce cadre, la patience semble une valeur clé ...comme en témoigne l’exemple du Labo d’innovation de la Région PACA, qui a opéré sous le radar au moment du changement d’exécutif régional, avant de renaître de ses cendres. Communautés et écosystèmes … le terroir dans l’action publique ! Martin Préaud (CNFPT) et Chantal Caritey (DGEFP) ont centré leur restitution sur le rôle des écosystèmes d’innovateurs. En effet, si la question de l’outil- lage semble être cruciale dans les démarches d’innovation publique, l’idée de transformer la culture interne et de changer de posture en matière de conduite du service public, semble prédominante. Alors, comment y parvenir ? Nos aven- turiers soulignent l’importance d’agir à plusieurs acteurs, à la fois internes et externes, pour mieux faire bouger les lignes. Le premier principe fort de ce travail communautaire est la territorialisation : “il s’agit de s’appuyer sur le territoire et tout ce qui fait territoire.” Pour se définir comme un territoire de projet, une collectivité doit permettre à tous les acteurs locaux de prendre part à la conception et la délivrance des services publics. Cette proximité des acteurs permet non seulement de mieux tuiler l’action des uns et des autres, mais aussi de redonner un sens partagé à l’action publique : il s’agit bien de remettre les questions de citoyenneté, de service public et de vivre ensemble au cœur du débat. Cette dimension territoriale, nos agents explorateurs ont pu l’identifier à deux endroits sous des formes différentes : à Nantes avec le rôle de lobby de la plateforme régionale d’innovation De- sign’in Pays de la Loire, et à Cluny, avec l’entretien d’un lien social fort autour des questions publiques, animé tant par les citoyens que par les institutions. 18
  19. 19. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 D’autre part, la notion d’appropriation des sujets publics par le plus grand nombre a semblé fondamentale à nos agents en immersion. Si la participation citoyenne est souvent sollicitée à des moments ponctuels d’un projet public, certains objets administratifs sont rarement travaillés en collaboration avec les citoyens. Or, comment travailler ensemble si certains sujets sont fléchés, et d’autres non ? Dans le Pays de Combrailles en Marches, la collectivité a mis en place une démarche participative pour la production de la charte de pays - document qui regroupe les intentions et les projections du territoire à horizon 2020. Cet objet purement technocratique a fait l’objet d’un travail de prospec- tive créative associant habitants, élus, agents. Outre la production d’un objet plus intéressant qu’un document administratif (en l’occurrence : un film écrit et joué par les habitants), ce travail a permis de fédérer des acteurs divers autour d’enjeux forts, comme le développement économique, l’avenir de la ruralité, le maintien du lien social, l’isolement ... Pour finir, faire communauté semble un levier fort pour passer à l’action (“être dans le ‘faire’ plutôt que dans le ‘dire’). L’entreprise sociale Marseille Solu- tions, qui accompagne des intrapreneurs dans les collectivités comme des por- teurs de projets dans la société civile, compare ainsi l’innovation publique à une “nuée d’oiseaux”, qui avance en toute agilité, se recompose au fil des obstacles mais ne se dissout jamais. Recettes et ustensiles : les méthodes de l’innovation Céline Deremy-Savary (Métropole de Lille) et Najet Akkioui Abed (Région Au- vergne Rhône-Alpes) ont abordé dans leur restitution la question des méthodes et des outils permettant de conduire une démarche d’innovation. En effet, le recours à des ingénieries de projet alternatives est un point commun à toutes les initiatives rencontrées sur les territoires. Tout d’abord, force est de consta- ter que l’innovation publique peut prendre toutes les formes. Il n’y a pas de “mauvais sujet”, ni de “mauvais terrain”. Aucun niveau de collectivité ne se prête plus qu’un autre à accueillir une démarche d’innovation. Les projets peuvent être courts ou longs, associer une équipe ponctuelle ou plusieurs ser- vices dans la collectivité. Malgré cette dimension protéiforme, des ingrédients communs ont été identifiés par nos agents en immersion. Le premier est la volonté assumée d’agir en dehors du cadre convention- nel de l’administration. Pour “faire un pas de côté”, ce décadrage doit être 19
  20. 20. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 autorisé et même encouragé : bienveillance, audace, éthique, pragmatisme, humilité… sont les termes qui décrivent une posture partagée par les agents innovateurs, ainsi que leurs managers. Si les projets innovants se font en dehors d’un cadre permissif, la recette risque de tourner au vinaigre ! Deuxièmement, la pluridisciplinarité est identifiée comme un ingrédient clé. Pour sortir de ses procédures classiques, l’administration doit avoir recours à des compétences et des sources d’influence diverses : les sciences sociales de terrain (pour mieux comprendre la réalité vécue des politiques publiques), le design de services (pour scénariser et maquetter de nouvelles hypothèses de service), l’éducation populaire (pour inventer de nouvelles formes de communi- cation entre les citoyens et l’administration), le marketing et la communication (pour rendre plus saisissables et plus désirables les sujets publics), etc. Pour nourrir cette pluridisciplinarité, les administrations doivent créer des cadres facilitants : recrutements, partenariat avec des écoles locales, marchés à bon de commande avec des professionnels locaux (agences, collectifs, freelances), rencontres non-institutionnelles avec les acteurs du territoire… A ce titre le tra- vail de la PRI Design’in Pays de La Loire au sein de l’écosystème nantais est exemplaire. Mais la pluridisciplinarité c’est aussi la mixité des agents qui participent à ces démarches. Au delà de l’équipe innovation qui permettent aux projets de voir le jour, il s’agit bien de toucher le plus grand nombre au sein de la collectivité, et de diffuser ainsi une culture de l’innovation. Pour nos aventurières, ce processus est similaire à “révéler de nouvelles saveurs au contact de certains ingrédients” : en permettant à des agents divers de participer à ces démarches, on stimule des compétences et des savoir-faire invisibles dans la collectivité. Cette diversification permet également de ne pas construire une forme d’élite autour des questions d’innovation (dans une logique d’expertise) mais bien de diffuser un état d’esprit. En appui de cela, le recours à la formation peut être un bon levier de diffusion. Patchwork de pratiques, d’influences et de techniques diverses, l’innovation publique semble difficilement pouvoir être « contenue » dans un programme pédagogique figé. Il s’agit plutôt d’encourager la découverte de nouveaux mé- tiers, l’expérimentation de techniques diverses, et la réflexivité, à travers des échanges entre pairs, à la manière des “vendredis du management de l’in- novation” à Nantes Métropole. 20
  21. 21. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 En parallèle, des formations spécifiques permettent de travailler le cadre des démarches d’innovation - c’est le cas de l’Ecole de Management de l’Innovation à destination des cadres, dans le CD du Val d’Oise. De nouveaux cursus péda- gogiques apparaissent également dans des organismes comme le CNFPT, ou au sein d’écoles de design. Au final, c’est une dynamique d’organisation ap- prenante qu’il s’agit d’impulser, en créant du collectif, et en permettant à tous (agents, élus, techniciens) de se familiariser avec ces démarches. La figure du chef cuisinier, ou la nécessité d’un portage politique. Pour finir, Frédéric Bergot (Métropole de Brest) et Pascale Spano (Région Au- vergne Rhône-Alpes) ont conclu cette série de restitutions sur la thématique du portage politique et technique des démarches d’innovation. A l’image de la dynamique lancée par le chef / la cheffe de cuisine, l’innovation doit avant tout répondre à une intention forte, la volonté de faire bouger les choses. “ A Nantes Métropole, nous racontent les aventuriers, la Maire Présidente fait du dialogue citoyen et de l’innovation un marqueur de son mandat - le dialogue à la Nan- taise ». Le portage permet donc de mettre la conduite innovante de l’action publique au centre des enjeux politiques, et de faire coïncider des pratiques et des valeurs. Concrètement, cela permet aux agents, élus et acteurs embarqués dans le processus d’agir en toute légitimité, sans être en porte-à-faux dans leur organisation. Cela ne veut pas dire pour autant que ces projets doivent faire l’objet d’un excès de communication publique, ce qui produirait l’effet inverse : résistances internes, mauvaises interprétations, pas d’adhésion collective … De fait, le portage doit être politique mais aussi technique, afin de donner aux agents les moyens d’agir. S’assurer que le management intermédiaire est ac- quis à la démarche est notamment crucial. De nombreuses “équipes innovation” (comme les laboratoires de la Région Grand Est et de la Région PACA, le pôle dialogue citoyen, évaluation et prospective” de Nantes Métropole, et bien d’autres) sont au service d’autres directions, ce qui nécessite clarté et transparence sur leur fonctionnement et leur périmètre d’action. Le portage de la direction générale facilite donc l’essaimage de ces pratiques au sein de l’or- ganisation, et ce à tous les niveaux. Il arrive cependant que le portage se délite ou s’affaiblisse, par exemple en cas d’alternance politique, ou de changement structurel majeur dans la collectivité (fusion administrative). Plusieurs scénarios sont alors possibles : les démarches innovantes peuvent baisser de régime, ne plus recevoir de commandes, le 21
  22. 22. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 temps que la collectivité se réorganise. Dans le pire des cas, les projets inno- vants peuvent être assimilés au programme de la mandature précédente, et tout simplement mis aux arrêts. Pour nos agents explorateurs, le “fonctionnement en sous-marin” est bien souvent un passage obligatoire pour toute démarche d’innovation sur le long terme. Il faut alors savoir inventer d’autres modes d’actions, contourner les contraintes et les procédures internes, fonctionner en comité restreint… avant que le projet ne reprenne de l’ampleur. Ces périodes de restriction contribuent bien souvent à renforcer la motivation et l’ingéniosité des équipes, c’est-à-dire à créer de la résilience. “En matière d’innovation, rien n’est jamais acquis”. Pour en savoir plus, retrouvez sur le blog des aventuriers de l’innovation pu- blique : http://aventuriers-actionpublique.la27eregion.fr/ - la cartographie des initiatives rencontrées - les “fiches techniques” réalisées par les agents sur chaque initiative - les “rapports d’étonnement” des agents suite à leurs immersions, posant les bases de cette restitution thématique. CONCLUSION L’expérience des aventuriers de l’innovation publique a fait l’objet d’une res- titution en deux temps. Le 17 novembre au matin, les agents ont été invités à prendre un petit déjeuner avec la ministre de la Fonction Publique Annick Girardin pour échanger autour de leurs différentes immersions. Cette conversation a mis en évidence la nécessité de valoriser et d’encourager toute forme d’expérimentation au sein des administrations, petites et grandes. Pour Annick Girardin, une culture de la transversalité et du droit à l’erreur est encore à défendre dans les organisations publiques. De la même manière, encourager l’innovation c’est redorer le blason d’une fonction publique dont les compétences et les métiers sont aujourd’hui de moins en moins connus. Innover c’est pousser à se renouveler, dans l’institution mais aussi dans les tra- jectoires professionnelles de chacun - c’est pourquoi la Ministre pousse l’idée de “réinventer l’action publique… plutôt que la réformer”. 22
  23. 23. LA 27e RÉGION 4 RUE LA VACQUERIE 75011 PARIS / FRANCE www.la27eregion.fr @La27eregion +33 (0)1 83 62 98 27 Dans un deuxième temps, les agents ont pu présenter en détail leur aventure à la Gaité Lyrique, dans le cadre de la Semaine de l’Innovation Publique. Leur restitution a fait écho à la présentation d’une expérience menée par l’agence Artistik Bazaar (Marine Ulrich et Orianne Ledroit) avec les agents de la CAF de Paris : les Voyages Apprenants. À travers un parcours de 2 jours combinant la rencontre de porteurs de projets innovants, la visite de lieux inspirants et l’expérimentation de nouvelles façons de faire, les Voyages Apprenants visent à provoquer le déclic dans l’esprit des participants. Le principe est simple : c’est d’abord l’immersion et l’expérience qui engagent les participants dans une dy- namique propre à renouveler leurs stratégies, méthodes et outils. Le directeur de la CAF de Paris, premier groupe de Voyageurs, a également témoigné des suites de cette expérience dans son administration. Les aventuriers rencontrent Annick Girardin, Ministre de la Fonction Publique Restitution à la Gaîté Lyrique

×