Financement des associations

736 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
736
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Financement des associations

  1. 1. Atelier A 25 Financement  des  associa-ons  :   Quelles  nouvelles  pistes  pour  pallier   la  baisse  des  subven-ons  ?   Bérengère  SCHAAL   Expert-­‐Comptable-­‐  Commissaire  aux  Comptes  –   GVA  -­‐  ARCCA/Différence   Olivier  LACHKAR   Expert-­‐Comptable  -­‐Commissaire  aux  Comptes  -­‐   CREATIS/Différence    
  2. 2.  Introduc-on   •  L’enquête  publiée  le  16  janvier  2012  par  France  AcKve  et   la  Conférence  Permanente  des  CoordinaKons  AssociaKves   (CPCA)   confirme   l’inquiétude   des   associaKons   sur   l’évoluKon  de  leurs  financements  publics.   •  Entre  2009  et  2010,  69%  des  associaKons  interrogées  ont   vu  leurs  financements  publics  diminuer.   •  CeWe   diminuKon   se   traduit   par   une   sérieuse   alerte   pour   le   monde   associaKf   qui,   pour   la   première   fois   enregistre   une  baisse  de  l’emploi  salarié  fin  2010  qui  s’est  poursuivie   en  2011  et  2012.  
  3. 3. •  Origine  des  financements  publics  et  privés  dans  les   budgets  associaKfs  selon  enquête  CNRS  «  le  paysage  associa6f  français  2013  »  
  4. 4. A  PARTIR  DE  CE  CONSTAT,  3  AXES  DE  REFLEXION  POUR   PALLIER  LA  BAISSE  DES  SUBVENTIONS   1.  ASSOCIATIONS  ET  NOUVEAUX  FINANCEMENTS   PUBLICS      La  programma6on  des  fonds  structurels  2014-­‐2020   2.  PANORAMA  DES  PRATIQUES  INNOVANTES    Les  nouvelles  opéra6ons  évènemen6elles  et  les  nouveaux    partenariats,   3.  A  LA  CONQUETE  DE  NOUVEAUX  DONATEURS    Fundraising,  une  discipline  en  plein  essor  
  5. 5. 1.  ASSOCIATION     ET    NOUVEAU  FINANCEMENT  PUBLIC  
  6. 6. La  Programma-on  des  fonds   structurels  2014-­‐2020   Une  nouvelle  opportunité  de   financement….  
  7. 7. •  Les  projets  de  règlements  des  fonds  structurels  pour  la   période  2014-­‐2020  laissent  envisager  une  nouvelle   programmaKon  favorable  aux  associaKons.   •  Les  opportunités  de  financement  seront  certaines,  mais   malgré  les  mesures  de  simplificaKon  annoncées,  une   préparaKon  spécifique  des  acteurs  associaKfs  restera   nécessaire.   •  Les  fonds  structurels  sont  2  sources  de  financement  de   l’Union  Européenne  :     -  Fonds  Européen  de  Développement  Régional  (FEDER)   et  du   -   Fonds  Social  Européen  (FSE)    
  8. 8. FEDER  :  Fonds  Européen  de   Développement  Régional   •  Améliorer  l’aWracKvité  des  territoires  en  développant  leur   accessibilité  (nouvelles  techno)  et  en  favorisant  le   développement  durable.     •  Accompagne  les  mutaKons  économiques  en  sKmulant  les   dépenses  de  R&D  dans  les  PME.     •  Contribue  à  renforcer  la  cohésion  économique  et  sociale   au  sein  de  l’UE  en  corrigeant  les  déséquilibres  régionaux.  
  9. 9. Il  peut  financer  par  exemple  :   •  la  mise  en  place  d'une  cellule  de  recherche  et  de   développement  au  sein  d’une  entreprise,   •  l’informaKsaKon  et  la  numérisaKon  des  pièces  d’un   musée,   •  la  réhabilitaKon  d’un  ensemble  immobilier,   •  l’aménagement  d’un  espace  naturel…  
  10. 10. Le  FSE  :  Fonds  Social  Européen   •  souKent  les  acKons  innovantes  pour  faciliter  l’accès  à   l’emploi  et  pour  améliorer  la  formaKon.     -  adaptaKon  des  travailleurs  et  des  entreprises     -  accès  à  l'emploi  des  demandeurs  d'emploi,  des   personnes  inacKves,  des  femmes  et  des  migrants  ;   -  intégraKon  sociale  des  personnes  défavorisées  et   luWe  contre  la  discriminaKon  sur  le  marché  du  travail  ;   -  renforcement  du  capital  humain  par  la  réforme  des   systèmes  éducaKfs  et  mise  en  réseau  des   établissements  d’enseignement.  
  11. 11. •  Instruments  financiers  de  la  poliKque  de  cohésion   économique,  sociale  et  territoriale  de  l’UE.   •  36%  du  budget  de  l’UE  en  2012   •  2  Md€  à  la  France  chaque  année  en  2007-­‐2013   •  Fin  2012  :  env.  86  000  dossiers  d’aides  FEDER  et  FSE  avaient   déjà  été  programmés,  les  acteurs  de  la  sphère  associaKve   mobilisant  principalement  le  FSE.   •  Devrait  rester  stable  pour  la  France  (14,5  Md€  entre  2014   et  2020)  et  visera  toujours  la  réducKon  des  inégalités  de   développement  entre  régions  et  la  cohésion  sociale.  
  12. 12. A  quoi  vont-­‐ils  servir  demain  ?     Les  principaux  axes  de  mobilisaKon  des  Fonds  Européens   •   Adapter  les  travailleurs  et  les  entreprises  aux  évoluKons   économiques  ;     •   Favoriser  le  retour  et  le  mainKen  dans  l’emploi  ;     •  Intégrer  les  personnes  défavorisées  et  luWer  contre  les   discriminaKons  dans  l’emploi  ;     •  Améliorer  le  système  d’éducaKon  et  de  formaKon  ;   •   Promouvoir  les  partenariats  et  renforcer  la  capacité  des   services  publics,  des  partenaires  sociaux  et  des  ONG  en   maKère  d’accès  au  marché  du  travail.  
  13. 13. Quand  seront-­‐ils  mobilisables?     •  Les  négociaKons  difficiles  sur  le  budget  de  l’UE  amènent   à  penser  que  l’objecKf  du  1er  janvier  2014  ne  sera  pas   respecté.   •  Il  convient  donc  de  prévoir  un  premier  semestre  2014   difficile  pour  la  mobilisaKon  de  ces  fonds  européens.   •  Dans  le  contexte  actuel  de  baisse  des  aides  publiques,   les  fonds  structurels  européens  devraient  consKtuer  une   source  de  financement  proporKonnellement  de  plus  en   plus    importante  pour  nombre  d’associaKons  
  14. 14. Fonds  européens  :  un  accès  facilité   par  le  nouveau  programme   •  L’accès  au  financement  européen  sera  amélioré.     •  L’Economie  Sociale  et  Solidaire  sera  désignée  comme   priorité  d’invesKssement  dans  le  FSE   •  Une  ligne  spécifique  de  financement  sera  introduite  sur   la  pauvreté  dans  le  FEDER,   •  Une  simplificaKon  administraKve  mise  en  place   (accéléraKon  des  paiements,  avance  FSE  pour  les   projets  de  moins  de  100  k  €,  gesKon  et  modalités   comptables  simplifiées,    
  15. 15. Fonds  européens  :  des  raisons   de  rester  vigilant   •  La  concentraKon  des  aides  qui  limiteront  les   opportunités  de  financement  sur  les  domaines  jugés   moins  prioritaires   •  Le  mainKen  de  guichet  mulKple   •  Les  niveaux  et  le  nombre  des  contrôles  globalement   inchangés   •  La  dématérialisaKon  imposée  à  toute  les  étapes  de  la   procédure  
  16. 16. Fonds  européens  :  des  raisons   de  rester  vigilant   •  Les  délais  de  paiement  des  aides  qui  risquent  d’être   encore  allongés   •  La  conciliaKon  d’un  coût  de  projet  simplifié  avec   l’exigence  de  suivi  de  coût  réel.  
  17. 17. Pour  en  savoir  plus   •  Consulter  la  brochure  FSE  sur  le  site   •  www.europe-­‐en-­‐france.gouv.fr   •  www.avise.org  
  18. 18. 2.  PANORAMA  DES  PRATIQUES    INNOVANTES  
  19. 19. Contexte   •  Face  à  la    baisse  sensible  des  fonds  alloués  par  les   organismes  publics,  les  associaKons  et  les  fondaKons   doivent  diversifier  leurs  financements.   •  D’où  l’ouverture  de  la  collecte  de  fonds  auprès  des   parKculiers  et  des  entreprises  à  de  nouvelles  grandes   causes,  une  professionnalisaKon  du  secteur  et  des   innovaKons  dans  les  techniques  de  collecte  uKlisées.   •  Ces  innovaKons  permeWent  de  baisser  les  coûts  tout  en   renouvelant  et  en  rajeunissant  le  public  donateur.  
  20. 20. Contexte   •  Les  techniques  classiques  de  collecte  ont  montré  certaines   limites.     •  Les  dons  collectés  restent  insuffisants  au  regard  des   besoins.  Le  nb  de  donateurs  n’augmente  pas  tandis  que  le   nombre  d’acteurs  se  tournant  vers  la  générosité  privée   pour  financer  leurs  acKons  est  croissant.   •  Les  organismes  de  collecte  innovent  et  uKlisent  d’autres   modes  de  collecte  qui  peuvent  être  regroupés  en  2   catégories  :      1)  Les  nouvelles  opéraKons  évènemenKelles      2)  Les  nouveaux  partenariats  
  21. 21. Les  nouvelles  opéra-ons   évènemen-elles     •   La  vente  aux  enchères  :  vente  volontaire  de  meubles,   ceux-­‐ci  étant  aWribués  au  plus  offrant.   •  Si  l’opéraKon  bénéficie  à  une  structure  d’intérêt  général   au  sens  fiscal,  celle-­‐ci  peut  procurer  des  avantages  fiscaux.   •  AWenKon  le  donateur  n’est  pas  l’acheteur,  le  donateur  est   le  parKculier  ou  l’entreprise  qui  a  donné  le  bien.  
  22. 22. Les  nouvelles  opéra-ons   évènemen-elles     Plusieurs  montages  peuvent  être  envisagés  :     •   organiser  la  vente  aux  enchères  ou  la  confier  à  l’OSBL  :  il   effectue  un  don  à  due  concurrence  du  montant  obtenu  lors   de  la  vente  =>  le  donateur  devra  déclarer  au  Ktre  de  ses   revenus  le  produit  de  la  vente  et  bénéficiera  d’un  reçu  fiscal   à  hauteur  de  66%  du  montant  de  la  somme  abandonnée.   •   Le  bien  est  donné  à  l’OSBL  en  amont  de  la  vente  :  il  s’agit   alors  d’un  don  en  nature  =>  quid  de  la  valorisaKon  du  don  ?     •  Soit  le  bien  est  déconnecté  de  toute  vente  =>  valeur  du  bien  au   jour  du  don     •  Soit  le  bien  est  donné  pour  être  intégré  dans    la  vente  aux  enchères    =>  valeur  =  prix  de    vente  obtenu  à  l’issue  de  l’opéraKon.  
  23. 23. Les  nouvelles  opéra-ons   évènemen-elles     La  micro  collecte   •  Le  don  par  SMS  est  par  principe  interdit  mais  a  bien   eu  lieu  en  praKque  (dans  le  cadre  du  Tsunami).  Il   nécessite  la  parKcipaKon  des  grands  opérateurs   téléphoniques  car  c’est  eux  qui  prélèvent  sur  les   factures  les  promesses  de  dons.  CeWe  technique   induit  des  problémaKques  :  TVA,  exhausKvité  et   émission  des  reçus  fiscaux,  
  24. 24. Les  nouvelles  opéra-ons   évènemen-elles      Le  prélèvement  à  la  source     •  CeWe  technique  consiste  à  meWre  en  place  avec   l’accord  de  l’entreprise  et  de  ses  salariés  un   prélèvement  sur  le  salaire  net  perçu.   •  L’entreprise  a  la  possibilité  de  compléter  le  don  réalisé   par  le  salarié.  Les  salariés  choisissent  librement  le   montant  et  l’organisme  desKnataire  
  25. 25. Les  nouveaux  partenariats     •  Les  nouvelles  techniques  de  collectes  s’appuient   également  sur  des  partenariats  renouvelés  avec  les   entreprises.  3  techniques  peuvent  être  citées  :     •  Les  produits  financiers  solidaires     •  Le  produit-­‐partage     •  Les  programmes  de  fidélité  
  26. 26. Les  produits  financiers  solidaires     •  Il  est  possible  pour  les  épargnants  d’invesKr  dans  des   acKons  de  sociétés  à  capital  risque  ou  de  sociétés   coopéraKves  qui  placent  leurs  fonds  dans  des  projets   solidaires  (développement  de  l’emploi,  rénovaKon  de   l’habitat).     •  Ces  produits  financiers  bénéficient  le  plus  souvent  d’un   label  accordé  par  des  associaKons  agréées  et   permeWent  à  certaines  enKtés  de  renforcer  leurs  fonds   propres  sans  avoir  à  verser  de  rémunéraKons   comparables  à  celles  exigées  dans  des  condiKons  de   marché.    
  27. 27. Les  produits  financiers  solidaires     Cinq  exemples  de  produits  financiers  solidaires   •  Livret  d'Epargne  pour  les  Autres   CIC  :  vous  vous  engagez  à  verser  sous  forme  de  don  50,  75   ou  100  %  des  intérêts  à  l’une  des  six  associaKons   partenaires.   •  FCP  Obli  Etheis     BNP  Paribas  :  vous  parKciper  à  financer  à  hauteur  de  5  à   10%  du  capital  engagé  un  fonds  dédié  à  la  micro-­‐finance.  
  28. 28. Les  produits  financiers  solidaires     •  Ac-ons  dans  le  capital  d'Habitats  Solidaires   SCIC  Habitats  Solidaires  :    vous  aidez  Habitats  Solidaires  à   poursuivre  son  acKon  pour  la  réinserKon  des  familles   franciliennes  en  difficulté  via  le  logement.   •  Livret  Codévair   Crédit  CoopéraKf  :  vous  vous  assurez  que  100%  de  votre   argent  seront  uKlisés  pour  accorder  des  prêts  à  des  taux   intéressants  à  des  parKculiers  porteurs  de  projets   respectueux  de  l’environnement.  
  29. 29. Les  produits  financiers  solidaires     •  FCPE  Decisiel  Responsable  Ac-ons  70  Solidaire   La  Banque  Postale  :  5  à  10%  du  capital  de  ce  fonds  est   invesK  dans  l’achat  de  parts  de  la  Société  d’InvesKssement   France  AcKve  (SIFA),  qui  finance  des  entreprises  solidaires.  
  30. 30. Le  produit-­‐partage   •  Une  entreprise  s’engage  à  reverser  à  un  OSBL  une  par-e   du  prix  des  ventes  de  biens  ou  de  services  qu’elle   commercialise   •  de  plus  en  plus  u-lisé  par  les  associa-ons  et  les   fonda-ons.     •  Aucun  texte  juridique  ou  fiscal     •  Des    recommanda-ons  de  l’ARPP     •  La  rédacKon  d’une  convenKon  est  préconisée    
  31. 31. Le  produit-­‐partage   Qualifica-on  de  l’opéra-on:   •  Mécénat  :  absence  de  contrepar-e  significa-ve     •  Parrainage  :  intérêt  direct  de  l’entreprise     Parrainage  si  :   •  Intérêt/contrepar-e  directe     •  Corréla-on  versements  aux  œuvres  et  croissance  du   chiffre  d’affaires     •  %  du  prix  de  vente  reversé  à  l’organisme  bénéficiaire.   •   produit  partage  est  une  opéra-on  par  laquelle  une   entreprise  s’engage  à  reverser  à  un  OSBL  
  32. 32. Le  produit-­‐partage   Conséquence  de  la  qualifica-on  en  opéra-on  de   parrainage  pour  l’organisme  bénéficiaire  :   • Les  versements  sont  assimilés  à  des  recedes   publicitaires  et  assujees  aux  impôts  commerciaux     • En  cas  de  doute,  il  est  recommandé  d’effectuer  une   démarche  de  rescrit  fiscal    
  33. 33. Les  programmes  de  fidélité     Ce  type  d’opéra-ons  peut  prendre  des  formes   diverses.  Il  tend  à  se  développer  auprès  des   entreprises  de  la  grande  distribu-on  qui  émedent  des   cartes  de  fidélité.  Dans  le  cadre  de  ce  mécanisme,  les   clients  de  ces  entreprises  ob-ennent  des  points  de   fidélité  supplémentaires  à  chaque  fois  qu’ils  réalisent   un  don  pour  une  associa-on  carita-ve.  
  34. 34. Les  programmes  de  fidélité     Inversement  et  pour  exemple,  les  Magasins  U   souKennent  AcKon  contre  la  Faim  dans  son  combat   quoKdien  contre  la  faim  en  proposant  à  leurs  clients  de   reverser  tout  ou  parKe  de  leurs  Points  Fidélité  à   l’associaKon.     Chaque  année,  l’enseigne  remet  à  l’associaKon  un  chèque   correspondant  à  la  totalité  des  points  de  fidélité.  En   décembre,  les  magasins  abondent  les  points  donnés  par   les  clients.    
  35. 35. 3.  A  LA  CONQUETE  DE  NOUVEAUX   DONATEURS   •  Fundraising,une  discipline  en  plein  essor  
  36. 36. Le  fundraising  c’est  quoi  ?   •  Un   processus   de   sollicitaKon   et   de   collecte   financière   sous   forme   de   dons   de   parKculiers,   d’entreprises,   de   fondaKons   ou   d’organismes   gouvernementaux.     •  L’objecKf   est   de   mobiliser   des   ressources   privées   au   service   d’organisaKons   et   de   causes   d’intérêts   général.  
  37. 37. 3  Clés  pour  réussir   •  Etablir  une  stratégie  sur  le  Long  Terme   -­‐ Définir  votre  projet   -­‐ MoKver  les  donateurs   •  Inves-r   -­‐  La  clé  =  Ressources  humaines   •  Agir   -­‐  IdenKfier  vos  donateurs   -­‐  MeWre  en  place  la  stratégie  
  38. 38. Stratégie  à  Long  Terme  Définir   votre  projet   Exemple  :  «  que  dans  le   monde  chaque  femme  et   chaque  homme  puisse  vivre   dignement  dans  le  respect  de   ses  droits  fondamentaux  »       CCFD   Vision                Missions Valeurs   ObjecKfs  généraux   Stratégies   Plans  d’acKon   ObjecKfs/Indicateurs/AcKons/Contrôle  
  39. 39. Construisez  votre  discours   donateurs   •  Qui  êtes-­‐vous  ?  Que  faites-­‐vous  ?   •  Pourquoi  c’est  important  ?  Pourquoi  c’est  urgent  ?   •  En  quoi    êtes-­‐vous  les  mieux  placés  pour  répondre  au   besoin  ?   •  Quelles  sont  vos  garanKes  ?   •  En  quoi  êtes-­‐vous  différents  des  autres  ?  Qu’apportez-­‐ vous  de  plus/mieux  ?  Pourquoi-­‐vous  ?   •  Pourquoi  avez-­‐vous  besoin  de  moi  ?  Que  me   proposez-­‐vous  concrètement  ?   •  Quel  en  sera  l’impact  ?  Quels  seront  mes  bénéfices  ?   •  Comment  passer  à  l’acKon  ?  
  40. 40. Nécessité  d’inves-r  pour  collecter   •  La  clé  =  RH   -­‐  Qui  s’empare  du  projet   -­‐  Bénévolat  souvent  insuffisant   •  Un  mé-er  qui  s’apprend   -­‐  Se  former  pour  éviter  les  erreurs  et  perte  de  temps   •  Recruter   -­‐  Est-­‐on  prêt  ?   -­‐  Quel  profil  ?  En  foncKon  de  quelle  stratégie  ?   •  Se  faire  accompagner  en  externe   -­‐  Une  opKon  pour  démarrer  et  monter  en  compétences  
  41. 41. Passer  à  l’ac-on  -­‐  le  cercle   stratégique  de  la  collecte   Connaître   Analyser   Contrôler   Evaluer   Capitaliser   Fixer  ses  objecKfs   Etablir  son  «  busines  model  »   Collecter   IdenKfier  ses  cibles Construire  son  plan  de   collecte   Construire  son  offre   Construire  son  discours  
  42. 42. Iden-fier  votre  cible   Intér êt  po ur  m on   acKo n   Cap  à  d acité er   on n Degré  de   proximité  /   d’accessibilité   Cœur  de  cible  
  43. 43. A  chacun  sa  propre  stratégie   10  %   70  %   20  %   20  %   70  %   10%   Pyramide  des  dons   Pyramide  des  donateurs  
  44. 44. •  De  toute  évidence,  les  grands  donateurs  demeurent   peu  sollicités  en  France.  Il  s’agit  d’une  populaKon   exigeante  avec  un  fort  pouvoir  d’influence  qui  impose   que  les  associaKons  soient  au  fait  de  leurs   fondamentaux  (vision,  missions,  valeurs,  projets,   impacts  aWendus).  Telle  est  la  condiKon  indispensable   pour  instaurer  une  relaKon  sereine  et  vertueuse  avec   ces  bienfaiteurs,  dans  un  esprit  de  co-­‐contrucKon  et   sans  craindre  le  dévoiement  des  projets.  
  45. 45. •  Une  perspecKve  :  les  PME     •  Les  PME  Françaises  représentent  également  un   potenKel.  Le  mécénat  des  entreprises  est  esKmé  en   France  à  490  M€  en  2011.   •  Ce  sont  les  entreprises  de  taille  moyenne,  soucieuses  de   donner  du  sens  à  leur  acKon  qui  présentent   certainement  les  meilleures  perspecKves.  Souvent  très   ancrées  dans  leur  territoire,  ces  PME  sont  sensibles  aux   démarches  des  associaKons  locales  ou  celles  d’antennes   d’ONG  naKonales  bien  implantées  en  région.  
  46. 46. Conclusion   •  L’appui   des   pouvoirs   publics   peut   aussi   se   faire   «  en  nature  »:  mise  à  disposiKon  de  salles,  prêt  de   matériel,  appui  logisKque,  etc….   •  Ce  potenKel  semble  d’une  part,  peu  mobilisé  par   les  associaKons  et  d’autre  part  peu  valorisé,   •  Ce  manque  de  valorisaKon  se  constate  également   au   niveau   des   bénévoles   qui   sont   rarement   «  comptabilisés  »  comme  ressource  humaine.  
  47. 47. Conclusion   •  Les   pouvoirs   publics   «   apportent   moins   »   mais   par   contre,  exigent  plus  en  terme  de  reporKng.   •  La  mobilisaKon  du  mécénat  privé  est  un  exercice  long   et   difficile   en   raison   d’une   concurrence   accrue   entre   associaKons   présentes   sur   un   même   secteur   d’une   part,  et  entre  secteurs  d’acKvité,  d’autre  part.  
  48. 48. Conclusion   •  Le   contexte   est   difficile   pour   les   associaKons   qui   bénéficient   d’emplois   aidés,   car   leur   modèle   économique  n’est  pas  toujours  en  mesure  d’assurer  la   pérennité  de  ces  emplois.  
  49. 49. Conclusion   •  Enfin,  quelques  quesKons-­‐réponses   •  Des   partenariats   entre   associa-ons,   ont-­‐ils   été   constatés  ?   La   quesKon,   se   réfère   entre   autres,   aux   stratégies   de   mutualisaKon  entre  associaKons   Il  n’existe  pas  de  données  précises  sur  ce  sujet.   De  fortes  résistances  existent.  
  50. 50. Conclusion   •  Pour  une  associa-on  «  vulnérable  »,  quelles  sont  les   solu-ons  pérennes  existantes  ?   Il   s’agira   d’essayer   de   renforcer   les   fonds   propres   de   l’AssociaKon,   ainsi   que   ses   réserves.   Pour   cela   des   ouKls   existent   mais   sont   peu   uKlisés   nous   constatons   chez   les   associaKons,  un  frein  culturel  au  recours  à  l’emprunt.   De   même,   les   associaKons   devraient   pouvoir   consKtuer   des   réserves,   ce   qu’elles   hésitent   à   faire,   pensant   à   tort   que   ces   réserves   sont   incompaKbles   avec   leur   gesKon   désintéressée.  
  51. 51. Pour  Informa-on   olachkar@creaKsgroupe.com   berengere.schaal@gva.fr   www.associaKonfondaKonconseil.com   Stand  «  Différence  »  n°141  

×