Sempervira n°12 csrs

2,172 views
1,985 views

Published on

Le parc National de Taï (PNT) situé au sud-ouest de la Côte d'Ivoire et couvre près de 536 000 ha. Il représente plus de 50% de la superficie totale des blocs de forêts ombrophile primaire de l'Afrique de l'Ouest sous stricte protection. Il occupe en outre, trois quart de la superficie de forêt ombrophile encore existante en Côte d'Ivoire. L'exceptionnelle diversité des espèces des espèces végétales et animales, ainsi que le taux particulièrement élevé d'endémismes et d'espèces rares qui caractérisent ce parc ont conduit à son classement en Réserve de la Biosphère en 1978 et à son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1982. Avec son énorme potentiel de diversité génétique, le Parc national de Taï représente un véritable "laboratoire naturel" propice à la recherche scientifique (écologie, éthologie, génétique, biotechnologie, recherche médicale...).

Le caractère dynamique de la gestion d'une aire protégée comme le PNT et sa zone et sa zone périphérique nécessite une recherche et une communication régulière sur les processus écologiques, environnementaux, économiques et sociaux qui contribuent à façonner ce milieu. Une telle communication doit se faire de façon horizontale et verticale entre plusieurs groupes d'acteurs:
-chercheurs et institutions de recherche;
-gestionnaires du parc et décideurs politiques;
-partenaires au développement;
-ONGs de conservation;
-privés et société civile;
-populations riveraines...

Cette concertation permettrait à la recherche scientifique d'être véritablement au service de la conservation du parc et du développement de sa zone périphérique en fournissant, dans une vision partagée et grâce à la complémentarité des disciplines, l'essentiel des informations souhaitées ou jugées indispensables par les autres acteurs pour une gestion intégrée de l'espace Taï.

C'est la raison pour laquelle un atelier sur le bilan et les orientations des activités de recherche menées dans l'espace Taï entre 2000 et 2011 a été organisé les 23 et 24 novembre 2011 au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire. Cet atelier est le deuxième du genre après une première expérience réussie en 2000.

Le présent document capitalise les importantes informations issues des allocutions prononcées au cours de ce deuxième atelier. Il dresse une liste des principales recherches conduites dans l'espace Taï dans la période de référence. Il présente ensuite les réflexions des participants sur les priorités de recherches pour la prochaine décénnie et les dispositifs censés favoriser une transparence dans l'orientation, la coordination et la capitalisation des activités de recherche.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,172
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
91
Actions
Shares
0
Downloads
295
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Sempervira n°12 csrs

  1. 1. Chapitre en cours sempervira Recherche et conservation: S E M P E R V I R A option de valorisation du Parc National de Taï (PNT) N u m é r o 1 2 Numéro 12 Atelier organisé les 23 et 24 novembre 2011 avec l’appui du CSRS et de la GIZ sur le thème: «Bilan et orientations des activités de recherche scientifique dans l’espace Taï, sud-ouest de la Côte d’Ivoire» ISSN 1025-8167 1
  2. 2. Chapitre en cours Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Directeur Général: Bassirou Bonfoh Adresse: 01 BP 1303 Abidjan 01, Côte d’Ivoire Tel: +225 23 47 27 90 Fax: +225 23 45 12 11 Email: administration@csrs.ci Site Web: www.csrs.ch 2
  3. 3. Chapitre en cours sempervira Photo de couverture Hippopotame pygmée (Choeropsis liberiensis). Photo: IBREAM Copyright © 2013 CSRS ISSN 1025-8167 Sempervira Abidjan CSRS 01 BP 1303 Abidjan 01, Côte d’Ivoire Imprimé en Côte d’Ivoire S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Numéro 12 3
  4. 4. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre en cours 4
  5. 5. Chapitre en cours Sous la direction de Constant Yves Adou Yao 1,2 , Inza Koné 1,2 & Bassirou Bonfoh2 1. UFR Biosciences de l’Université Félix-Houphouët Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire 2. Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) Avec la participation de Akpatou K. Bertin, Bitty E. Anderson, Bogui E. Bandaman, Gléanou K. Epiphanie, Ouattara Karim. Recherche et conservation: option de valorisation du Parc National de Taï (PNT) Design Boris Kouakou Abidjan, juillet 2013 Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) 06 PB 426 Abidjan 06 Tel: 00225 22 41 40 59 - Fax: 00225 22 41 37 69 N u m é r o 01 BP 1303 Abidjan 01, Côte d’Ivoire Tel: +225 23 47 27 90 - Fax: +225 23 45 12 11 Email: administration@csrs.ci - Site web: www.csrs.ch S E M P E R V I R A Appui financier et technique 1 2 www.parcnationaltai.com 5
  6. 6. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre en cours 6
  7. 7. Chapitre en cours S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Les partenaires du Parc National de Taï 7
  8. 8. Table des matières Chapitre en cours Table des matières Préface Liste des abréviations................................................................................................12 Résumé exécutif.........................................................................................................14 1. Introduction...........................................................................................................17 1.1.Contexte et justification.........................................................................17 1.2.Objectifs.......................................................................................18 1.3.Résultats attendus à court et moyen terme.....................................18 S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 2. Méthodologie et déroulement de l’atelier.............................................................19 2.1. Participants.........................................................................................19 2.2. Comité d’organisation de l’atelier........................................................20 2.3. Déroulement de l’atelier......................................................................20 Phase 1: présentation des enjeux de la conservation du PNT et synthèse des résultats de recherche.........................................................20 Phase 2: Travaux en commissions....................................................21 Phase 3: Validation des résultats des commissions en plénière.......21 8 3. Allocutions d’ouverture.........................................................................................23 3.1. Allocution de Dr. Koné Inza, représentant le Directeur Général du CSRS..23 3.2. Allocution du Col. Tondossama Adama, Directeur Général de l’OIPR...25 3.3. Allocution du Professeur Kouamélan Essétchi Paul, Directeur de L’UFR Biosciences de l’Université de Cocody.....................................27 3.4. Allocution de Dr. Tahoux Touao Martine, Directrice du CRE, Point Focal Programme MAB et Patrimoine Mondial UNESCO, membre du Conseil International et Intergouvernemental de Coordination (CIC) du Programme MAB...........................................................................28 3.5. Allocution du représentant du Directeur Général de la Recherche (MESRS)...............................................................................................32 4. Liste des recherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 et 2010..............33 4.1. Liste des recherches conduites en sciences sociales et de développement....................................................................................34 4.2. Liste des recherches conduites en Botanique et foresterie............34 4.3. Liste des recherches conduites sur les chimpanzés..........................34 4.4. Liste des recherches conduites sur les singes à queue.....................34 4.5. Liste des recherches conduites sur d’autres animaux y compris le suivi écologique...............................................................................35
  9. 9. Table des en cours Chapitre matières 5. Résultats des travaux en commissions.............................................................37 5.1. Résultats de la Commission 1 sur l’identification des priorités de recherche en sciences biologiques......................................................38 5.2. Résultats de la commission 2 sur l’identification des priorités de recherche en sciences sociales.............................................................40 5.3. Résultats de la commission 3 sur l’identification des priorités de recherche en sciences agronomiques..................................................42 5.4. Résultats de la commission 4 sur les propositions pour une institu tionnalisation du bilan, de l’orientation et de la gestion des activités de recherche scientifique, d’alimentation du site web du PNT par les chercheurs et initialisation du processus de zonage du PNT.............44 N u m é r o S E M P E R V I R A Annexes....................................................................................................................47 Annexe 1 : Programme de l’atelier..............................................................48 Annexe 2 : Liste des participants.................................................................49 Annexe 3 : Galerie photos du déroulement de l’atelier.................................52 Annexe 4 : Résumés des recherches en sciences sociales.............................55 Annexe 5 : Résumés des recherches sur les chimpanzés..............................59 Annexe 6 : Résumés des recherches sur les singes à queue.........................93 Annexe 7 : Résumés des recherches sur d’autres animaux et suivi écologique...............................................................................145 Annexe 8 : Résumés des recherches en Botanique, agroforesterie.....177 Annexe 9 : Listes des publications portant sur le Parc National de Taï et son Espace environnant de 2000 à 2011...............................201 9.1 Publications sur les chimpanzés.......................................202 9.2 Publications sur les singes à queue....................................205 9.3 Publications sur d’autres animaux et le suivi écologique...211 9.4 Publications en Foresterie, Agroforesterie et Botanique...214 9.5 Publications en Sciences sociales et de Développement....216 1 2 6. Note conclusive : discours de clôture par le représentant de Monsieur le Directeur Général de la Recherche.......................................................................45 9
  10. 10. Préface Chapitre en cours Préface Le Parc national de Taï (PNT) est situé au sud-ouest de la Côte d’Ivoire et couvre près de 536 000 ha. Il représente plus de 50 % de la superficie totale des blocs de forêt ombrophile primaire de l’Afrique de l’Ouest sous stricte protection. Il occupe en outre, trois quart de la superficie de forêt ombrophile encore existante en Côte d’Ivoire. L’exceptionnelle diversité des espèces végétales et animales, ainsi que le taux particulièrement élevé d’endémismes et d’espèces rares qui caractérisent ce parc ont conduit à son classement en Réserve de la Biosphère en 1978 et à son inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1982. Avec son énorme potentiel de diversité génétique, le Parc national de Taï représente un véritable « laboratoire naturel » propice à la recherche scientifique (écologie, éthologie, génétique, biotechnologie, recherche médicale…). Le caractère dynamique de la gestion d’une aire protégée comme le PNT et sa zone périphérique nécessite une recherche et une communication régulière sur les processus écologiques, environnementaux, économiques et sociaux qui contribuent à façonner ce milieu. Une telle communication doit se faire de façon horizontale et verticale entre plusieurs groupes d’acteurs : - chercheurs et institutions de recherche ; - gestionnaires du parc et décideurs politiques ; - partenaires au développement ; - ONGs de conservation ; - privés et société civile ; - populations riveraines… S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Cette concertation permettrait à la recherche scientifique d’être véritablement au service de la conservation du parc et du développement de sa zone périphérique en fournissant, dans une vision partagée et grâce à la complémentarité des disciplines, l’essentiel des informations souhaitées ou jugées indispensables par les autres acteurs pour une gestion intégrée de l’espace Taï. 10 A cet effet, un atelier sur le bilan et les orientations des activités de recherche menées dans l’espace de Taï entre 2000 et 2011 a été organisé les 23 et 24 novembre 2011. Cet atelier est le deuxième du genre après une première expérience réussie en 2000 (Voir Sempervira No 9). Le présent Sempervira capitalise les importantes informations issues des allocutions prononcées au cours de ce deuxième atelier. Il dresse une liste des principales recherches conduites dans l’espace Taï dans la période de référence. Il présente ensuite les réflexions des participants sur les priorités de recherches pour la prochaine décennie et les dispositifs censés favoriser une transparence dans l’orientation, la coordination et la capitalisation des activités de recherche. Les allocutions prononcées respectivement par les représentants du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS), l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR), l’UFR Biosciences de l’Université Félix Houphouët-Boigny, le Centre de Recherche en Ecologie (CRE), la Coopération Allemande (ici GIZ) et la Direction Générale de la Recherche et de l’Innovation Technologique (DGRGIT) de Côte d’Ivoire ont toutes souligné la nécessité de faire en sorte que les résultats de la recherche soient mis à la disposition des acteurs présents dans l’espace Taï en vue de susciter des synergies d’actions complémentaires.
  11. 11. Chapitre en cours Préface Sans surprise, l’atelier révèle l’abondance et la diversité des études conduites sur les chimpanzés et les singes à queue du Parc qui font l’objet de recherches continues depuis respectivement plus d’une trentaine et plus d’une vingtaine d’années. La prise en compte des aspects de la conservation et des zoonoses par les primatologues ivoiriens et étrangers est particulièrement appréciable. L’atelier montre, par ailleurs, que le nombre et la diversité des recherches conduites sur d’autres animaux ainsi que sur la flore et la végétation du PNT reste appréciable, même si ces recherches se font rarement de façon discontinue. Par contre, les sciences sociales se présentent comme étant le parent pauvre de la recherche dans l’espace Taï même s’il n’est pas exclu que des recherches en sciences sociales aient échappé aux efforts de capitalisation par la commission scientifique de l’atelier. De ce fait, le CSRS s’est engagé à analyser la logique et les relations entre les différents acteurs en vue d’harmoniser les actions et de mutualiser les ressources. Au cours des travaux en commissions, les priorités de recherche ont été identifiées en sciences biologiques, en sciences sociales et en sciences agronomiques. Les participants ont formulé les idées de recherche en leur affectant un ordre de priorité et une durée approximative tout en précisant les structures qui pourraient s’approprier ces idées de même que les ressources et les potentiels bailleurs à solliciter. Directeur Général de l’OIPR Directeur GIZ Côte d’Ivoire Directeur Général du CSRS Col. Adama TONDOSSAMA Dr. Frank BREMER Prof. Bassirou BONFOH N u m é r o Qu’il nous soit permis de féliciter le comité de rédaction des actes de cet atelier et de remercier tous ceux qui auront contribué à son succès avec une mention spéciale aux chercheurs qui se sont mobilisés pour fournir les informations et participer effectivement aux échanges. S E M P E R V I R A Le présent Sempervira se présente donc comme une mine d’information pour tous ceux qui s’intéressent aux recherches conduites dans l’espace Taï et tous ceux qui voudraient entamer les processus de valorisation. Il sera autant utile aux structures de recherches désireuses de mener des recherches répondant à des besoins exprimés par les utilisateurs potentiels qu’aux praticiens et décideurs politiques qui, en le parcourant, auront une idée plus précise des informations disponibles sur l’espace Taï et sur celles à rechercher pour atteindre différents objectifs de conservation et de développement. 1 2 Les participants ont aussi estimé que la redynamisation, voire la restructuration du conseil scientifique du PNT en léthargie depuis près d’une décennie pourrait permettre une orientation et un meilleur suivi et une meilleure capitalisation des activités de recherche menées dans l’espace Taï. 11
  12. 12. Liste des abréviations Chapitre en cours Liste des abréviations Banque Mondiale CEDEAO Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest CI Côte d’Ivoire CIC Conseil International et Intergouvernemental de Coordination CJB Conservatoire et Jardin Botaniques de Genève CNRA Centre National de Recherche Agronomique CNF Centre National Floristique CODESRIA Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique CORAF Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricole CRDI Centre pour la Recherche et le Développement International CRE Centre de Recherche en Écologie CRO Centre de Recherches Océanographiques CSRS Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire DDC Direction du Développement et de la Coopération Suisse DEA Diplôme d’Études Approfondies DG Directeur Général DGA N u m é r o Banque Africaine de Développement BM S E M P E R V I R A Agence Nationale d’Appui au Développement Rural BAD 12 Action pour la sauvegarde de la Biodiversité en Côte d’Ivoire ANADER 1 2 ACB-CI Directeur Général Adjoint DPN Direction des Parcs et Réserves DZSO Direction de la Zone Sud-Ouest FAO Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation FARA Forum Africain pour la Recherche Agricole FEM Fonds Mondial pour l’Environnement FFI Fauna Flora International FIRCA Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles FIS/IFS Fondation Internationale pour la Science FISDES Fonds Ivoiro-Suisse de Développement Économique et Social FPRCI Fondation pour les Parcs et Réserves de Côte d'Ivoire GIZ Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit HUB Humboldt Universitaet zu Berlin ICRAF International Center for Research in Agroforestry IES Institut d’Ethno Sociologie IET Institut d’Écologie Tropicale
  13. 13. Liste des abréviations Chapitre en cours Institut des Sciences Anthropologiques et de Développement KFW KfW Entwicklungsbank (KfW Banque de Développement) MAB Programme "Man and Biosphere" de l’UNESCO MESRS Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique MINAGRI Ministère de l’Agriculture MIRAH Ministère des Ressources Animales et Halieutiques OIBT Organisation Internationale des Bois Tropicaux OIPR Office Ivoirien des Parcs et Réserves ONG Organisation Non Gouvernementale PACPNT Projet Autonome pour la Conservation du Parc National de Taï PAG Plan d’Action et de Gestion PASRES Programme d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique PACPNT Projet Autonome pour la Conservation du Parc national de Taï PNT Parc national de Taï PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement PNUE Programme des Nations Unies pour l’Environnement PO Plan d’Opérations PRODEMIR Programme de Développement Économique en Milieu Rural RB Réserve de Biosphère RBT Réserve de Biosphère de Taï REDD Reduced Emissions from Deforestation and Forest Degradation / Réduction des Emissions résultant de la Déforestation et de la Dégradation des forêts SEM Son Excellence Monsieur SG Secrétaire Général TCP Taï Chimpanzees Project TMP Taï Monkey Project UAA Université d’Abobo-Adjamé UC Université de Cocody UCA Université de Cocody-Abidjan UEMOA Union Économique et Monétaire Ouest-Africain UFR Unité de Formation et de Recherche UICN Union Internationale pour la Nature UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture WCF Wild Champanzee Foundation WWF World Wild Fund for Nature N u m é r o ISAD 1 2 Institut National Polytechnique Felix Houphouët Boigny S E M P E R V I R A INPHB 13
  14. 14. Résumé en cours Chapitre exécutif Résumé exécutif Les 23 et 24 novembre 2011, s’est tenu au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, un atelier, sur le thème BILAN ET ORIENTATION DES ACTIVITÉS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE DANS L’ESPACE TAÏ. Cet atelier a été organisé à l’initiative de l’OIPR, appuyé par l’UFR Biosciences, le CRE, le CSRS et la GIZ. Le financement a été assuré par le CSRS et la GIZ à travers son Programme de Développement Économique en Milieu Rural (PRODEMIR), notamment sa composante Conservation du Parc National de Taï. Ont participé à cet atelier le Président du Comité de Gestion Locale du PNT, les représentants de l’OIPR, du CSRS, des Universités de Cocody, d’Abobo-Adjamé, de Bouaké, de l’INPHB, de la GIZ, du CNRA, de la Direction Générale de l’Environnement, de la Direction Génerale de la Recherche, du Ministère de l’Agriculture, des ONG internationale de conservation (WCF) et nationale (ACB-CI). Les travaux se sont déroulés en quatre grandes étapes : S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 - la première étape a vu se succéder à la tribune le Dr Koné Inza, représentant du Directeur Général du CSRS; le Colonel Todossama Adama, Directeur Général (DG) de l’OIPR; Dr Tahoux Martine, Directrice du CRE; Prof. Kouamelan Essetchi Paul, Directeur de l’UFR Biosciences et M. Angan N’Dah Jean-Luc, représentant le DG de la Recherche. Tous ont relevé l’importance que revêt le PNT pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique de l’Ouest. De ce fait, ils ont tous souhaité une synergie d’actions des partenaires pour la conservation de ce patrimoine mondial de l’humanité. 14 - la deuxième étape a consisté en une présentation faite par le Directeur du PNT sur les enjeux de la conservation dudit parc, suivie de celle du Dr. Caspary de la GIZ sur les anciens dispositifs institutionnels d’orientation et de capitalisation des résultats de la recherche et du besoin de leur redynamisation avant une série de présentations synthétisant les résultats des études menées ces dix dernières années en sciences sociales, en sciences biologiques et en sciences agronomiques ; - la troisième étape a consisté à mener des réflexions en commissions, sur quatre sous thèmes (ST) (1- identification des priorités de recherche en sciences biologiques, 2- identification des priorités de recherche en sciences sociales 3- identification des priorités de recherche en sciences agronomiques et agroforestières , et de développement 4- Propositions pour une institutionnalisation du bilan et de l’orientation et de la gestion des activités de recherche scientifique, propositions d’alimentation du site web du PNT par les chercheurs et initiation du processus de zonage du PNT dans l’espace Taï); - la quatrième étape s’est déroulée en plénière et a permis d’amender et de valider les propositions d’idées de projets faites par les commissions. L’atelier a permis de formuler des recommandations permettant d’obtenir
  15. 15. Chapitre en cours Résumé exécutif les résultats attendus de chacun des sous-thèmes soumis à réflexion. La commission 1 qui a travaillé sur l’identification des priorités de recherches en sciences Biologiques a retenu 30 idées de projets regroupées dans sept domaines de recherche concernant tous la biologie végétale et biologie animale (§ 6.1). La commission 2 ayant travaillé sur les propositions de projets de recherche en sciences sociales a retenu neuf idées de projets appartenant aux domaines de recherche suivant : sociologie, anthropologie, socio-économie, épidémiologie, géographie (§ 6.2).. La commission 3 a réfléchi sur les propositions de projets de recherche en sciences agronomiques, agro-forestières et de développement. Elle a retenu sept idées de projets (§ 6.3). La commission 4, qui a travaillé sur les propositions pour une institutionnalisation du bilan, de l’orientation et de la gestion des activités, a proposé: - pour le dispositif institutionnel, la redynamisation du Conseil Scientifique du PNT qui devra être restructuré pour mieux tenir compte de l’environnement actuel ; - pour le bilan des activités de recherches, un bilan annuel précédant le plan d’opérations du PNT ; Aux termes des travaux, il est à noter qu’environ 168 publications diverses réalisées de 2000-2011 dans l’Espace Taï ont pu être recensées soit une moyenne de 16,8 publications/an. N u m é r o Chaque commission a, par ailleurs, identifié les institutions à impliquer dans les rédactions de projets ainsi que les potentiels bailleurs de fonds. S E M P E R V I R A - pour le zonage, sa prise en compte dans le plan d’aménagement et de gestion du PNT en 2012 (§ 6.4). 1 2 - pour le site Web, l’animation par le conseil scientifique de la rubrique résultats/activités de recherche qui sera actualisée chaque trimestre et de façon ponctuelle à l’occasion de chaque événement majeur ; 15
  16. 16. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre en cours 16
  17. 17. Chapitre en cours Introduction Crédits photo : WCF 1. Introduction Vue de la rivière Hana dans le PNT Ce massif forestier classé Parc national en 1972 et inscrit Réserve de biosphère en 1978, puis Patrimoine mondial en 1982, constitue l’un des derniers vestiges importants de la forêt tropicale primaire en Afrique de l’Ouest. Sa riche flore naturelle (plus de 1300 espèces de plantes supérieures dont 150 identifiées comme étant endémiques) et ses espèces de mammifères menacées, comme le Chimpanzé, le Colobe rouge, l’Hippopotame pygmée et le Céphalophe de Jentink etc., lui confère un grand intérêt scientifique. Depuis plusieurs décennies, ce laboratoire naturel de recherche scientifique a fait et continue de faire l’objet de plusieurs investigations scientifiques par des chercheurs de diverses disciplines, et venant de divers horizons. Ces recherches ont permis d’évaluer, de comprendre et documenter les changements qui ont eu lieu dans l’espace Taï, c’est-à-dire la zone couvrant l’aire protégée et ses environs. En effet, les résultats de ces recherches ont énormément contribué et contribuent encore à la gestion de cet espace. N u m é r o Le Parc National de Taï (PNT) est situé dans le sud ouest de la Côte d’Ivoire dans l’interfluve Sassandra-Cavally. Il couvre une superficie de 5360 km² et s’étend sur neuf (9) sous-préfectures relevant des départements de Guiglo, de Tabou, de San Pédro et de Soubré. 1 2 Contexte et justification S E M P E R V I R A 1.1. 17
  18. 18. Introduction Chapitre en cours Cependant aujourd’hui, certains éléments du dispositif d’orientation, de coordination et de capitalisation des activités de recherche scientifique mis en place dans les années 90 ne sont pas fonctionnels et le potentiel de la Réserve de biosphère en ce qui concerne la recherche, les études et l’observation continue de l’environnement, la formation et l’éducation du public et des jeunes en particulier n’est pas pleinement exploité. Comme conséquence, la diffusion des résultats de recherches auprès des gestionnaires de la Réserve de biosphère, de la communauté scientifique, des partenaires au développement et du public ne se fait pas, le plus souvent, au moment opportun. Pourtant, le caractère dynamique de la gestion d’une aire protégée comme le PNT et sa zone périphérique nécessite une communication régulière sur les processus écologiques, environnementaux, économiques et sociaux qui contribuent à façonner ce milieu. Dans ce contexte, la mise en valeur de l’ancien dispositif favorisant une transparence dans l’orientation, la coordination et la capitalisation des activités de recherche scientifique s’est avérée nécessaire. A cet effet, il a été prévu conformément au Plan d’opérations 2011 du Parc national de Taï, d’organiser et d’instituer un atelier pour faire l’état des lieux sur les activités de recherche dans le PNT et sa périphérie. Le dernier atelier du genre a été organisé en 2000. Le présent atelier qui s’est tenu les 23 et 24 novembre 2011 a bénéficié de l’appui financier du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) et de la GIZ à travers son Programme de Développement Économique en Milieu Rural (PRODEMIR), notamment sa composante Conservation du Parc national de Taï. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 1.2. Objectifs 18 L’atelier avait pour objectif général de faire le bilan des recherches menées dans l’Espace Taï, entre les années 2000 et 2010, afin de proposer de nouvelles orientations de recherches pour les années futures. Plus spécifiquement, il s’agissait de : • informer les gestionnaires du PNT, ses partenaires et le public des résultats des recherches scientifiques réalisées et en cours dans l’espace Taï ; • proposer des thèmes prioritaires pour la conservation du PNT et pour le développement de sa zone périphérique, et enfin de ; • proposer un dispositif qui permet d’instituer le bilan et l’orientation des activités de recherche scientifique. 1.3. Résultats attendus à court et moyen terme La mise en œuvre des recommandations de l’atelier devrait permettre que les programmes de recherche mis en œuvre au Parc national de Taï soient cohérents avec le plan d’aménagement et de gestion du parc. Ces programmes devraient être pilotés et suivis par un dispositif d’orientation, de coordination et de capitalisation des activités de recherche.
  19. 19. Méthodologie et déroulement deen cours Chapitre l’atelier Crédits photo : Service Communication CSRS 2. Méthodologie et déroulement de l’atelier Ont participé à cet atelier, une soixantaine de personnes issues de l’OIPR, du CSRS, des Universités de Cocody, d’Abobo-Adjamé et de Bouaké, de la GIZ, du CNRA, de la Direction Générale de l’Environnement, de la Direction de la Protection de la Nature, de la Direction Générale de la Recherche, du Ministère de l’Agriculture, des ONG internationales de conservation (WWF-WCF, ) et nationale (ACB-CI). La liste des participants figure à l’annexe 1 du présent rapport. N u m é r o Participants S E M P E R V I R A 2.1. 1 2 Travaux en pleinière 19
  20. 20. Méthodologie et déroulement de l’atelier Chapitre en cours 2.2. Comité d’organisation de l’atelier Superviseur Président  Modérateur Général  Membres Dr. Koné Inza Dr. Ouattara Karim Dr. Adou Yao Constant DGA CSRS Chercheur au CSRS Vice-Doyen chargé de la Pédagogie à l’UFR Biosciences, Université de Cocody-Abidjan Dr. Diarrassouba Djakalia Chercheur au Centre de Recherche en Écologie (CRE) Colonel N'dri Pascal Office Ivoirien des Parcs er Réserves Mlle Gléanou K. Epiphanie Étudiante au CSRS M. Bogui Elie Bandama Étudiant au CSRS Mlle Kamaté Mariam Membre de la GIZ Outre la prise en main des questions d’ordre logistique liées à l’organisation pratique de l’atelier, le comité d’organisation s’est chargé de recenser les résumés des études conduites dans l’espace Taï entre 2000 et 2011 ainsi que les publications produites dans la même période. Pour cela, les responsables de structures ou groupes de recherche connus pour avoir conduit des travaux de recherche dans l’espace Taï ont été contactés plusieurs semaines avant la tenue de l’atelier. 2.3. Déroulement de l’atelier L’atelier s’est déroulé sur deux jours au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, sis à Abidjan, Adiopodoumé, Km 17, route de Dabou. Il s’est articulé autour des quatre axes suivants : • aménagement et gestion du Parc national de Taï ; S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 • résultats des projets de recherche (Taï Monkey Project, Taï Chimpanzees Project, Botanique, Sciences sociales, …) ; 20 • nouvelles orientations de recherches ; • dispositif d’orientation, de coordination et de capitalisation des activités de recherche. Outre les cérémonies d’ouverture et de clôture, les travaux se sont déroulés en trois grandes phases. Phase 1: présentation des enjeux de la conservation du PNT et synthèse des résultats de recherche La première phase a consisté à présenter les enjeux de la conservation du PNT et les synthèses des résultats des études menées au cours des dix dernières années dans l’espace Taï. Les résumés de travaux ont été présentés en cinq sessions durant toute la première journée : (i) Recherches en sciences sociales et de développement, (ii) Recherches en Botanique et foresterie, (iii) Recherches sur les chimpanzés, (iv) Recherches sur les singes à queue, (v) Recherches sur d’autres animaux et suivi écologique. Dans chacune des sessions, 2 à 3 présentations orales ont été faites. Un résumé de chaque étude par axe de recherche ainsi qu’une liste bibliographique portant sur les dix dernières années avaient été collectées avant la tenue de l’atelier.
  21. 21. Méthodologie et déroulement deen cours Chapitre l’atelier Phase 2: Travaux en commissions La deuxième phase de l’atelier a consisté à mener des réflexions au sein de quatre commissions: Commission 1: identification des priorités de recherche en sciences biologiques ; Commission 2 : identification des priorités de recherche en sciences sociales ; identification des priorités de recherche en sciences agronomiques, agro-forestières et de développement ; Commission 3: propositions pour une institution du bilan et de l’orientation des activités de recherche scientifique, propositions d’alimentation du site web du PNT par les chercheurs et initiation du processus de zonage du PNT. Commission 4 : Les commissions 1-3 ont identifié les priorités de recherche par domaine selon une échelle de 1 à 5, où 5 correspond à la plus haute priorité et 1, à la plus basse. Pour chaque recherche prioritaire, les structures nationales et internationales susceptibles de s’y intéresser ont été mentionnées de même que les mécanismes de mobilisation de fonds et les mécanismes de transfert des résultats. Phase 3: Validation des résultats des commissions en plénière S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 La troisième et dernière phase de l’atelier s’est déroulée en plénière ; elle a permis d’amender et de valider les propositions d’idées de projets faites par les commissions. 21
  22. 22. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre en cours 22
  23. 23. Allocutions d’ouverture Chapitre en cours P O SI TI O N D U C HAPITRE Allocutions d’ouverture Crédits photo : Service Communication CSRS 3. Vue d’ensemble de l’assitance N u m é r o Le Directeur Général du CSRS, en mission hors du pays, voudrait par ma modeste voix, vous souhaiter la traditionnelle bienvenue au sein de notre institution à l’occasion de cet atelier pour faire le bilan et définir les orientations de la recherche dans le Parc de Taï et ses environs. Le CSRS se réjouit de la tenue d’un tel atelier qui montre, une fois de plus, que le rôle de la recherche pour la conservation des écosystèmes et le bien-être des communautés riveraines est largement reconnu, notamment par les gestionnaires d’aires protégées. En effet, cet important atelier inscrit dans le plan d’opération 2011 de la Direction de Zone Sud-ouest de l’OIPR ne vise autre chose que la capitalisation et la valorisation des résultats de la recherche pour le développement durable dans l’espace Taï. Votre présence dans cette salle témoigne de l’intérêt que vous accordez à cette démarche et sans doute à la conservation du Parc National de Taï, Réserve de la Biosphère et site du Patrimoine Mondial. 1 2 Allocution de Dr. Koné Inza, représentant le Directeur Général du CSRS S E M P E R V I R A 3.1. 23
  24. 24. Allocutions cours Chapitre en d’ouverture Il faut savoir qu’il ne s’agit pas de la première expérience du genre. En effet, déjà en 1994, se tenait l’atelier sur les orientations de la recherche dans l’espace Taï. En 1996, la Fondation Tropenbos publiait un document culte intitulé « PNT : synthèse des connaissances » faisant la synthèse de milliers d’études menés dans l’espace Taï depuis la période coloniale. En 2000, se tenait un atelier sur l’état de la recherche dans le PNT, au cours duquel les recherches en cours à l’époque ont été présentées oralement, puis synthétisées dans un document édité par le CSRS. Si ces efforts, dont la liste n’est pas exhaustive, ont contribué à mieux faire connaître l’espace Taï et à fournir des outils d’aide à la décision pour les mesures de conservation des massifs forestiers et le développement de leurs zones périphériques, les praticiens sont d’avis que les choses restent loin d’être parfaites dans la diffusion de l’information scientifique aux utilisateurs et même dans la priorisation des thématiques de recherche. N u m é r o En effet, le CSRS vient de célébrer ses 60 ans d’existence, soit 60 ans de recherche en partenariat dans les domaines de la santé animale et humaine, de la gestion de l’environnement urbain, de l’adaptation aux changements climatiques, de la sécurité alimentaire et de la conservation de la Biodiversité pour ne citer que ceux-là. Le CSRS, a une longue présence continue dans le PNT à travers notamment le projet Chimpanzés de Taï qui a plus de 30 ans aujourd’hui, le projet Singe de Taï qui a plus de 20 ans et bien d’autres projets à durée plus limitée ou qui aspirent à une telle longévité sur d’autres animaux et la flore du parc et des forêts mitoyennes ainsi que sur des problématiques de sécurité alimentaire. Je voudrais, très humblement, saisir l’occasion qui m’est offerte, pour rendre un vibrant hommage aux pionniers de la recherche dans l’espace Taï pour le compte du CSRS, qui ont formés et continuent d’inspirer bon nombre d’entre nous, notamment le Professeur Christophe Boesch, initiateur du Projet Chimpanzé de Taï. S E M P E R V I R A 1 2 Que le CSRS se trouve fortement impliqué dans la recherche de solutions à ce problème n’est certainement pas le fait du hasard. Le CSRS est considéré depuis longtemps, comme étant un partenaire du Parc au même titre que la GIZ, la KFW, le CRE, le WWF… A ce titre, le CSRS a participé activement aux activités de l’ex-conseil scientifique du PNT mis en place en 1995 et en a même assuré le secrétariat entre 2000 et 2002. En tant que partenaire du Parc, le CSRS a été régulièrement associé aux exercices de planification pluriannuelle et annuelle de la direction du Parc et bien d’autres efforts de renforcement de la synergie entre les partenaires du parc. Ainsi, dans le but de susciter des vocations pour des recherches orientées vers la conservation du PNT, le CSRS a initié en 2001 le prix pour 24
  25. 25. Allocutions d’ouverture Chapitre en cours la recherche en partenariat pour la conservation du dudit parc et en a coparrainé six éditions (soit une tous les deux ans), dont 5 avec le WWF et une avec le PACPNT. La présence dans cette salle, de tous les lauréats nationaux de ces prix, témoigne de la constance de leur engagement pour la conservation de ce patrimoine exceptionnel. Par ailleurs, au fil des ans, le CSRS a su se montrer attentif à l’environnement de la recherche. C’était le cas, au lendemain de la crise politico-militaire survenue en Côte d’Ivoire en septembre 2002 quand s’appropriant les recommandations du Conseil scientifique du PNT, le CSRS a initié et mis en œuvre avec les partenaires du Parc, un important projet financier par la DDC pour contribuer à la normalisation de la situation dans la sous-préfecture de Taï et à la conservation du Parc. Le CSRS s’est, en outre, toujours impliqué dans la recherche de la solution à diverses crises sociales qui ont éclatés dans la zone. En collaboration avec le CRE, le CSRS est sur le point d’achever un important projet de réhabilitation des infrastructures de recherche dans le PNT. Enfin, le CSRS se prépare à lancer, en collaboration avec les autres partenaires du Parc, un projet sur l’analyse des effets d’interaction des acteurs dans l’espaces Taï sur l’émergence d’une conscience écologique chez les riverains, gage de l’appropriation ou de l’endogenéisation des stratégies de développement durable dans l’espace Taï. Je vous remercie. Mesdames et Messieurs, honorables invités, L’atelier de ce jour est d’une importance de premier ordre pour nous, gestionnaires de ce massif, et cela pour plusieurs raisons. La première raison est qu’il est l’occasion de mettre en exergue les efforts consentis par la communauté scientifique ; pendant près d’une décennie depuis 2000, pour faire reculer les limites de l’ignorance de la valeur biologique et patrimoniale du Parc national de Taï. N u m é r o L’atelier de bilan et d’orientation des activités de recherche scientifique dans l’espace Taï qui nous réunit ce jour m’offre l’agréable occasion et l’insigne honneur de saluer nos illustres chercheurs, qui sans relâche, dans des conditions difficiles, œuvrent pour faire avancer la science et, en même temps, contribuer à la conservation du Parc national de Taï, Patrimoine Mondial et Réserve de Biosphère. C’est également le lieu de vous remercier, vous les Partenaires au développement qui appuyez techniquement et financièrement ce Patrimoine de l’humanité. 1 2 Allocution du Col. Tondossama Adama, Directeur Général de l’OIPR S E M P E R V I R A 3.2. 25
  26. 26. Allocutions cours Chapitre en d’ouverture Constituant le plus grand vestige de la forêt tropicale primaire sous statut de stricte protection en Afrique de l’ouest, le Parc national de Taï abrite de nombreuses espèces végétales et animales. Mais, vous le savez mieux que moi, honorables chercheurs, il reste encore beaucoup à découvrir. La deuxième est que l’atelier de ce jour ouvrira des perspectives nouvelles quand à l’orientation des activités de recherche et des mécanismes appropriés de leur mise en œuvre dans le cadre de la gestion durable et intégrée du Parc national de Taï. En effet, la gestion de ce Parc s’intègre de plus en plus dans une approche patrimoniale et éco systémique avec l’intervention d’une pluralité d’acteurs dont les intérêts sont parfois opposés mais qu’il faut concilier. La science peut nous y aider avec l’expertise des chercheurs, en apportant des réponses à nos questionnements sur la nécessité ou l’intérêt de conserver la nature. Il est aujourd’hui admis que la conservation des espèces et des écosystèmes s’impose si l’humanité souhaite connaître un développement durable. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 L’Union Internationale pour la Nature(UICN), en 1980, soulignait déjà que, et je site « La préservation de la diversité génétique est un gage d’avenir et un investissement nécessaire pour maintenir et améliorer la production agricole, forestière, halieutique, pour garder des options ouvertes pour l’avenir, et pour parer aux changements défavorables qui surviennent dans l’environnement » fin de citation. 26 C’est dans cette optique que la biologie de la conservation que vous pratiquez de plus en plus, et qui applique les principes de l’écologie, de la biogéographie, de dynamique de population , etc. mais aussi de la sociologie, de l’économie, de l’anthropologie, permet de fournir les outils appropriés et les mesures efficaces pour gérer durablement la diversité biologique. Actuellement, les innovations technologiques multiples permises avec la télédétection, la télémétrie, l’utilisation de l’ADN, etc., sont des champs exploratoires dont pourrait bénéficier la biodiversité de l’espace Taï. De même, les questions liées aux changements climatiques, à l’évaluation des stocks de carbone, au payement des services environnementaux, etc., sont autant de thématiques ouvertes qu’il faudra davantage prendre en considération. Mesdames et Messieurs, distingués invités, Au-delà du bilan des travaux déjà réalisés dans l’espace Taï, cet atelier, devrait surtout nous permettre : D’abord, de réfléchir et de proposer des moyens appropriés pour capitaliser et promouvoir les travaux de recherches ;
  27. 27. Allocutions d’ouverture Chapitre en cours Ensuite, de réfléchir sur le cadre ou les dispositions requises pour la conduite de la recherche dans l’espace Taï qui prennent en compte les questions actuelles évoquées plus haut, ainsi que les préoccupations des populations riveraines et la nécessité de préserver la biodiversité ; ces dispositions pourraient inclure un système de suivi-évaluation qui permet aux gestionnaires de mesurer les progrès accomplis dans l’attente des objectifs définis dans le plan d’aménagement et de gestion ; Et enfin de proposer des mécanismes de gestion gagnant-gagnant entre les chercheurs, les gestionnaires et les populations riveraines. Mesdames et Messieurs, distingués invités, chers participants, Avant de clore mon propos, permettez-moi de réitérer ma gratitude aux Ambassades d’Allemagne, de Suisse, de Norvège, des ÉtatsUnis d’Amérique , du Japon, et de la France, à la GIZ, au PNUD, au CSRS pour leur appui financier sans cesse renouvelé à la Côte d’Ivoire et que nous espérons davantage croissant pour la gestion durable des Parcs nationaux et réserves en général et du Parc national de Taï en particulier, dans l’approche intégrée « Espace Taï ». Plein succès à vos travaux. Je vous remercie. L’UFR Biosciences que je dirige compte 13 Laboratoires et un Centre de Recherche (CNF). Au plan de la recherche, les 13 laboratoires de l’UFR Biosciences travaillent autour de quatre pôles de recherches : (i) Conservation de la biodiversité des espèces vivantes et valorisation des écosystèmes (Responsable : Professeur Kouamélan Essétchi Paul ; Contacts : kessetch2002@hotmail. com ; (+ 225) 01 37 53 63) ; (ii) Biotechnologie, Bioéthique et Biosécurité (Respon- sable ; Professeur Ahonzo Niamké Lamine Sébastien ; Contacts: niamkes@yahoo.fr; (+ 225) 05 50 63 54) ; (iii) Substances naturelles et pharmacologie (Responsable : Professeur N’guessan Jean-David ; Contacts : nguessanjd@yahoo.fr; (+225) 03 33 62 39) ; N u m é r o Nous sommes aujourd’hui rassemblés ici pour parler de la recherche scientifique dans l’espace Taï. De ce fait, il n’y a pas de long discours à faire. 1 2 Allocution du Professeur Kouamélan Essétchi Paul, Directeur de L’UFR Biosciences de l’Université de Cocody S E M P E R V I R A 3.3. 27
  28. 28. Allocutions cours Chapitre en d’ouverture (iv) Alimentation, Nutrition, Santé (Responsable : Profes- seur Kati-Coulibaly Séraphin ; Contacts: katicoulibalys@yahoo. fr; (+225) 06 22 16 40). Je pense que ces thématiques ont bien leur place dans l’espace Taï. Déjà nombreux sont les collègues, qui à travers des projets interuniversitaires ou en collaboration avec le Centre Suisse de Recherches Scientifiques (CSRS), ont fait d’excellents travaux de recherches dans cet espace Taï. Nous sommes ici, aujourd’hui, pour apporter notre contribution constructive à la réussite de cet important atelier qui, nous l’espérons, permettra de constituer des poules de compétence autour d’un objectif commun, celui de la conservation de la biodiversité de l’espace Taï. Je vous remercie 3.4. Allocution de Dr. Tahoux Touao Martine, Directrice du CRE, Point Focal Programme MAB et Patrimoine Mondial UNESCO, membre du Conseil International et Intergouvernemental de Coordination (CIC) du Programme MAB S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Je voudrais d’entrée de jeu remercier les initiateurs et les organisateurs de cet important atelier qui nous donnent l’occasion de faire l’état des lieux des activités de recherches menées dans l’Espace Taï, au cours de ces dix dernières années, 2000-2011. 28 Dix années caractérisées par des crises de toutes sortes, qui à coup sûr, n’ont toujours pas permis de mobiliser toutes les énergies nécessaires ; aussi bien au plan local qu’international, pour permettre aux chercheurs de réaliser les objectifs prioritaires de développement de notre pays, surtout concernant les engagements pris vis-à-vis de la communauté internationale. C’est le lieu de rendre hommage aux agences de coopération bilatérale de recherche et de développement, à tous les partenaires qui malgré cet environnement difficile, ont initié et soutenu les actions de recherche menées dans l’Espace Taï au cours de la décennie passée. Je pense particulièrement aux Coopérations Suisse et Allemande. Excellences, Mesdames, Messieurs, La dynamique d’une communauté, aussi scientifique soit elle, ne peut être forte et cohérente que si elle marque une pause pour faire le bilan des acquis et des activités afin de dégager les perspectives d’activités scientifiques. Les quatre groupes de réflexion savamment identifiés au cours de cet atelier permettront, sans doute, d’y arriver.
  29. 29. Allocutions d’ouverture Chapitre en cours Il est d’autant essentiel que les caractéristiques d’une Réserve de Biosphère et d’un site du Patrimoine Mondial comme le Parc National de Taï, sont largement tributaires de la qualité des résultats des activités de recherche qui s’y déroulent Le Parc National de Taï, celui de la Comoé et la Réserve Naturelle Scientifique de Lamto, sont trois aires protégées dont l’histoire et le développement sont intimement liés à la vie du Centre de Recherche en Écologie , à travers , notamment le développement du programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB) et la mise en œuvre de la Convention concernant la Protection du Patrimoine Mondial Culturel et Naturel , deux institutions de l’UNESCO dont le CRE est, en Côte d’Ivoire , le Point Focal. sur la base d’un zonage spatio-écologique adapté, la conservation de la biodiversité et des ressources biologiques, avec leur utilisation durable ? L’efficacité d’une Réserve de Biosphère implique que les spécialistes en sciences naturelles et sociales, les gestionnaires des sites, les acteurs du développement, les autorités administratives et les communautés locales, travaillent en synergie pour assurer la gestion durable de ce précieux Patrimoine qu’est le Parc National de Taï. Les approches des principaux thèmes de recherche abordés par les chercheurs du CRE obéissent aux principes généraux régissant la mise en œuvre du Programme MAB dans le monde et ceux préconisés par la Stratégie Séville (1995) et le Plan d’action de Madrid (2008). N u m é r o Pour rappel, les Réserves de Biosphère sont conçues pour répondre à l’une des questions essentielles : comment concilier, S E M P E R V I R A En 1975, l’Institut d’Écologie Tropicale (IET) est identifié comme centre d’excellence pour la formation des écologues forestiers de la Sous-région ouest africaine. Pour la mise en œuvre d’une recherche de qualité, la Station d’Écologie de Taï fut créée pour servir de base scientifique pour la promotion de la Recherche–Action dans l’Espace Taï. En 1982, le Parc National de Taï est inscrit sur la liste mondiale des Réserves de Biosphères, puis un an plus tard, en 1983, sur la liste des Biens Naturels du Patrimoine Mondiale de l’UNESCO. 1 2 En effet, notre pays a apporté très tôt, son adhésion à l’UNESCO, pour le lancement du Programme intergouvernemental et interdisciplinaire sur l’Homme et la Biosphère (MAB), mis en œuvre dès 1971 lors de sa 16ème Conférence Générale. Ce Programme a coïncidé avec les préoccupations de la Côte d’Ivoire en donnant l’opportunité à notre pays de créer en 1971, le premier Ministère ivoirien de la Recherche Scientifique. C’est en 1975, avec la mise en œuvre du Programme MAB, que fut lancé le tout premier Projet de recherches interdisciplinaires dénommé ‘’Projet Taï’’ sur l’effet de l’accroissement des activités humaines sur la forêt du sud-ouest ivoirien. Note 15 du MAB. 29
  30. 30. Allocutions cours Chapitre en d’ouverture Il s’agit essentiellement de : (i) associer davantage les populations aux actions de gestion intégrée des sites de Réserves de Biosphère ; (ii) mettre au point des itinéraires techniques et scientifiques tenant compte des savoir-faire locaux ; (iii) sensibiliser les populations et les décideurs aux enjeux mondiaux de l’heure (lutte contre la pauvreté, les changements climatiques, la gestion durable de la biodiversité, etc.) (DRESDE) Ainsi, de 2000 à 2011, 08 projets de recherches ont été développés dans les thématiques qui seront présentés dans les différents travaux en commission. L’analyse des résultats des activités de recherche menées, par le CRE, malgré cette longue période de crise, devrait : 1- Rassurer la communauté internationale sur le bon niveau des indicateurs écologiques et sociaux de l’espace Taï ; 2- Dégager à la suite de cet atelier un véritable plan d’intervention de tous les acteurs impliqués dans la gestion durable de la Réserve de Biosphère de Taï. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 En ce qui concerne le CRE, ces deux objectifs sont essentiels pour notre pays. En effet, lors de la récente Conférence Générale de l’UNESCO (25 octobre – 10 novembre 2011), sous le haut plaidoyer de SEM le Président de la République, ADO et avec la participation de 07 Ministres, la Côte d’Ivoire vient d’être élue à 100% des voix des 177 États partis, membre du Conseil International et intergouvernemental de Coordination (CIC) du Programme MAB de l’UNESCO. 30 C’est ici l’occasion de vous demander, Monsieur le DG de la Recherche Scientifique représentant Mr le MESRS, de bien vouloir transmettre à notre Ministre, nos remerciements les plus chaleureux, pour avoir confirmé le rôle moteur du CRE au plan mondial, en choisissant notre modeste personne comme Représentant de l’État Parti Côte d’ivoire au sein de cette prestigieuse institution. Il nous interpelle ainsi sur les efforts et les engagements à déployer pour que les réserves de biosphère continuent d’être de hauts lieux de démonstrations scientifiques et techniques pour le développement durable de l’Espace Taï. Excellence, Mesdames, Messieurs, La réserve de biosphère de Taï pour rappel, constitue l’un des derniers vestiges importants de la forêt tropicale primaire en Afrique de l’Ouest. Sa riche flore naturelle et son exceptionnelle diversité faunique représentent un grand intérêt scientifique. Les nombreuses études scientifiques réalisées depuis ces dernières décennies, ont permis de démontrer que ce joyau : • est éminemment représentatif des processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres,
  31. 31. Allocutions d’ouverture Chapitre en cours • contient les habitats naturels les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science et de la conservation. Ce sont là, Mesdames, Messieurs, deux critères qui ont permis à la Côte d’Ivoire d’inscrire ce parc sur la liste du Patrimoine Mondial en 1983, après la ratification de la Convention de 1972, par la Côte d’Ivoire en 1980. C’est dans ce contexte que le CRE mène, tant bien que mal, les activités de recherche et accompagne au quotidien l’OIPR dans la conduite de la mise en œuvre des objectifs de gestion du Parc National de Taï en tant que Réserve de Biosphère et Bien du Patrimoine Mondial. Il convient à présent d’interpeller l’OIPR sur la création de nouvelle RB et sites du Patrimoine Mondial. L’UNESCO en a fait une recommandation spécifique lors de sa récente Conférence Générale. Excellence, Mesdames, Messieurs, Tout en remerciant le Directeur Général de l’OIPR, qui a toujours cru en la recherche scientifique, la coopération Suisse (l’Ambassade, le PASRES et le CSRS), pour leur appui à la réhabilitation de la station, nous continuons de compter sur leur appui pour soutenir nos actions de recherche afin d’assurer la gestion durable des Réserves de Biosphère, notamment celle de Taï. N u m é r o Nous comptons sur l’appui de toute la communauté de l’Espace de Taï pour une véritable action solidaire qui seule peut garantir la souveraineté de la RBT. S E M P E R V I R A Par ailleurs, si au cours des deux dernières années, le CRE a pu, en collaboration avec le CSRS, sur le financement du FISDES, amorcer la réhabilitation de la station de Taï, il nous parait essentiel que l’Etat ivoirien pourvoie à son opérationnalité, afin que le CRE puisse répondre efficacement à ses missions tant au plan national qu’international. 1 2 Le CRE, en tant qu’Institution Nationale Focale du MAB et du Patrimoine Mondial, et dont la mission principale est d’organiser, d’animer les activités de recherche dans les Aires Protégées en Côte d’Ivoire, nécessite un véritable renforcement des capacités de tous ordres afin qu’elle puisse pleinement jouer son rôle moteur pour la gestion durable de ces Aires. Vive la Recherche Scientifique pour que vivent les Aires Protégées, l’Espace Taï, pour une Côte d’Ivoire prospère. Je vous remercie. 31
  32. 32. Allocutions cours Chapitre en d’ouverture 3.5. Allocution du représentant du Directeur Général de la Recherche (MESRS) Nous sommes réunis une fois encore pour valoriser l’Espace Taï ce pourquoi ce séminaire est organisé et le thème en est l’illustration en l’occurrence «Atelier national sur le bilan et l’orientation de la recherche dans l’Espace Taï». Nous ne pouvons qu’être satisfaits de cette coalition des différentes institutions, des différents partenaires, des différents agents du Parc national de Taï (PNT) pour la valorisation de notre Espace dans toutes ses composantes. La direction Générale qui ne peut être en marge de cette initiative s’appliquera autant que possible avec en tête son Directeur M. Le Professeur Sidibé Valy que j’ai l’honneur de représenter, à aller au bout de sa mission. Nous exhortons tout un chacun à participer ou à jouer pleinement sa mission pour un développement meilleur de notre Espace, le PNT afin de faire le recensement véritable de nos acquis. Mesdames et Messieurs, chers invités, je pense bien que sur cette note de détermination de notre Ministère par le biais de la Direction de la Recherche, nous déclarons l’ouverture de l’atelier. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Merci à tous. 32
  33. 33. Présentation des recherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 en cours Chapitre et 2010 Présentation des recherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 et 2010 Crédits photo : Service Communication CSRS 4. N u m é r o S E M P E R V I R A La synthèse des recherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 et 2010 a été faite sur la base des résumés parvenus au comité d’organisation avant la tenue de l’atelier (annexes 4 à 8). Ces résumés ont été regroupés selon cinq grandes thématiques et transmis à des personnes ressources qui en ont fait une synthèse orale au cours de l’atelier. Les cinq grandes thématiques retenues sont: (i) les sciences sociales et de développement; (ii) la botanique et la foresterie, (iii) la recherche sur les chimpanzés, (iv) la recherche sur les singes à queue, (v) la recherche sur d’autres animaux et le suivi écologique. 1 2 Prof. Christophe Boesch présentant les travaux de recherche sur les chimpanzés de Taï 33
  34. 34. Présentation des Chapitre en coursrecherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 et 2010 4.1. Présentation des recherches conduites en sciences sociales et de développement La synthèse des résumés des recherches en sciences sociales a été présentée par Dr. Goh Denis de l’ISAD. Au total, trois résumés d’études ont fait l’objet de cette présentation (annexe 4). Ce nombre ne reflète sans doute pas, dans l’absolu, le nombre d’études menées en sciences sociales dans l’espace Taï entre 2000 et 2010. Cependant, il illustre bien la rareté de ce genre d’études dans ledit espace. La production scientifique qui nous est parvenue se résume à une thèse, un mémoire de Maîtrise, une contribution à un livre et plusieurs rapports d’évaluation des activités de recherches et de gestion dans l’espace Taï (Annexe 9). 4.2. Présentation des recherches conduites en Botanique et foresterie La synthèse des résumés de recherches en botanique et foresterie a été faite par Drs Adama Bakayoko de l’Université d’Abobo-Adjamé et Adou Yao de l’Université de Cocody. Ce sont ainsi 25 études qui se sont déroulées dans l’espace Taï, ces 10 dernières années qui ont fait l’objet de cette synthèse (annexe 5). S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 En effet, selon les résumés qui ont pu être rassemblés avant le début de l’atelier, il a été noté que dans le domaine de la botanique au moins 25 publications ont été produites, reparties en quatre thèses de Doctorat, 10 rapports de Diplômes d’Études Approfondies (DEA), cinq livres ou chapitres de livre, et enfin au moins sept articles publiés dans des revues de renommée internationale (annexe 9). 34 4.3. Présentation des recherches conduites sur les chimpanzés Les recherches sur les chimpanzés ont été résumées par Prof. Christophe Boesch, Dr. Fabian Leendertz et Dr. Wittig Roman du Projet Chimpanzés de Taï. Ainsi, une cinquantaine d’études qui se sont déroulées dans l’espace Taï ces 10 dernières années ont été résumées aux auditeurs (Annexe 6). L’on note que plus de 50 publications ont été faites sur les chimpanzés entre 2000 et 2010, soit trois livres, huit thèses de Doctorat, trois mémoires de DEA/Master et au moins 35 articles parus dans des revues scientifiques internationales (Annexe 9). 4.4. Présentation des recherches conduites sur les singes à queue Les recherches sur les singes à queue ont été résumées par Drs Bitty Anderson et Karim Ouattara du CSRS. Plus de 55 publications issues de travaux qui se sont déroulés dans l’espace Taï ces 10 dernières années ont été résumées aux auditeurs (Annexe 7).
  35. 35. Présentation des recherches conduites dans l’espace Taï entre 2000 en cours Chapitre et 2010 Pour les Singes à queue, l’on retiendra, plus de 40 publications dont sept thèses de doctorat, trois mémoires de DEA, deux livres et au moins 30 articles publiés dans des revues scientifiques internationales (Annexe 9). 4.5. Présentation des recherches conduites sur d’autres animaux y compris le suivi écologique Dr. Akaptou K. Bertin (CSRS), MM. Adeba Joël (Université de Cocody) et N’Goran Paul (WCF) ont résumé une quarantaine de travaux qui ont porté sur divers autres groupes zoologiques et le suivi écologique (Annexe 8). S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 L’on note également une forte production scientifique avec plus de 22 productions scientifiques, dont trois thèses de doctorat, un DEA, trois livres et au moins 16 articles parus dans de grandes revues internationales (Annexe 9). 35
  36. 36. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre en cours 36
  37. 37. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours Résultats des travaux en commissions Crédits photo : Service Communication CSRS 5. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Travaux en commission 37
  38. 38. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours 5.1. Résultats de la Commission 1 sur l’identification des priorités de recherche en sciences biologiques Président : Prof. KOUAMELAN Essétchi Paul Rapporteur : Dr. KOUADIO Kouassi  UCA 5- Études de la densité et de la distribution des Léopards dans le PNT 4  CSRS État CI, PASRES, GIZ, FPRCI,  UCA PNUD, BM, BAD 6- Évaluation de la pression anthropique sur l’herpetofaune de 4 l’espace Taï 3 ans CSRS CSRS, UAA, UCA, OIPR CSRS 4  UAA 9- Étude des ongulés emblématiques N u m é r o 5 8- Étude des mollusques du PNT 1 2 7- Gestion conflits hommes-animaux 3 CSRS 10- Développer l’élevage de petits gibiers OIPR 11- Inventaire de l’entomofaune du PNT 4 UCA 12- Inventaire de la faune du sol 4 UAA 13- Développement d’un indice d’intégrité biotique dans l’espace Taï Faune aquatique Bailleurs 4 Leader potentiel  CSRS Structure Temps nécessaire pour débuter l’étude OIPR Idées de projet 5 4- Étude des zoonoses impliquant les micromammifères S E M P E R V I R A 1 an 3- Impact des activités humaines sur la biodiversité des micromam- 5 mifères 38 5 2- Actualisation des connaissances sur les micromammifères dans l’espace Taï Domaines de recherches 1- Poursuite du programme Hippopotames pygmées Autres animaux : Faune terrestre Priorité** Résultats des travaux 5 UCA 14- Diversité biologique et distribution de l’icthyofaune l’espace Taï 5 15- Valorisation de la portion du lac de Buyo 4 OIPR 16- Biodiversité des invertébrés aquatiques 5 UCA 3 ans UCA, UAA, CRO, CRE UCA État CI, PASRES, GIZ, FPRCI, PNUD, BM, BAD
  39. 39. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours 17- Diversité biologiques de l’espace Taï 5 18- Étude des grands rapaces 5 Oiseaux UCA UCA CTR, UCA CTR CTR, UCA CTR 3 ans Etat CI, PASRES, GIZ, FPRCI, PNUD, BM, BAD, FIS, CTR 19- Étude des communautés de Calao 20- Cartographie de la végétation du PNT 5 5 ans 21- Dynamique de la végétation des anciennes plantations dans la partie Ouest du PNT 5 5 ans 22- Impact de la déforestation sur la santé de la population riveraine 3 4 ans 23- Étude ethnobotanique dans l’espace Taï 4 4 ans 24- Évaluation des ressources végétales dans l’espace Taï 4 4 ans 25- Impact des activités humaines (exploitation agricoles, grumes et orpaillages) sur les fragments forestiers de l’espace Tai 4 4 ans 26- Importance des ressources végétales pour la préservation du PNT 4 4 ans  OIPR PNUD 27- Recherche des substances naturelles d’origine végétale à inté- 3 rêt thérapeutique et nutritionnel 3 ans  UAA 28- Promouvoir la culture des plantes utiles dans les fragments forestiers de l’espace Tai + de 5 ans OIPR CJB UAA (UFR SN, CNF BAD CRE) / UC (UFR BIOSCIENCES, CNF)  CSRS  CRE CSRS / OIPR FFI  OIPR FAO  CSRS CSRS GIZ / CJB 5 5 ans 4 3 ans ** La priorité 5 est la plus grande et la priorité 1, la plus petite CSRS, CRDI, UCA (CNF) FAO, PNUD, FEM, CSRS, PNUD UCA (CNF) 1 2 29- Impact des changements climatiques sur l’espace Taï CSRS, UCA (CNF), UAA (CRE), CNRA, OIPR, GIZ PASRES N u m é r o 4 30- Stockage de carbone dans l’espace Taï Changement climatique et conservation CSRS S E M P E R V I R A Diversité végétale 5 39
  40. 40. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours 5.2. Résultats de la commission 2 sur l’identification des priorités de recherche en sciences sociales Président : Dr. Goh Denis Rapporteur : Mme MEITE-KONE Salimata Leader potentiel Universités, Centres de recherche CRDI, CRE/ GIZ, ISAD/ FEM, CSRS PNUD 5 Universités, Centres de recherche CRDI, CSRS/ GIZ, CRE FEM, PNUD 5 Universités, Centres de recherche CRDI, ISAD/ GIZ, OIPR FEM, PNUD Universités, Centres de recherche CRDI, CSRS/ GIZ, ISAD FEM, PNUD CRE/ ISAD CRDI, CSRS/ GIZ, ISAD/ FEM, CRE PNUD Bailleurs Structure Temps nécessaire pour débuter l’étude Priorité** Idées de projet Domaines de recherches Résultats des travaux 1- Valorisation des initiatives et savoirs écologiques traditionnels de l’espace Taï : Sociologie Anthropologie Ethnobotanique - Inventaire, étude des forêts villageoises/sites sacrés et appui au renforcement du dispositif de conservation 4 6 -18 mois - Femmes et gestion durable des ressources naturelles dans l’espace Taï S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Socio-économie 40 2- Évaluation économique des avantages liés à la conservation du PNT Sociologie Anthropologie Socio-économie 3- Le phénomène d’orpaillage dans le PNT Sociologie Anthropologie Socio-économie Biologie animale 4- Étude de la filière viande de brousse dans l’espace Taï 5 - Étendre l’étude jusqu’au Libéria Sociologie Anthropologie Socio-économie Biologie végétale 5- Étude de l’exploitation des produits forestiers ligneux et non ligneux dans l’espace Taï 4 Universités, Centres de recherche Sociologie Anthropologie 6- Analyse des relations entre les parties prenantes de la gestion du PNT -Gestionnaires -Chercheurs -Population riveraines -ONG -Partenaires au développement 5 Universités, Centres de recherche juin-18 mois CRDI, GIZ, FEM, PNUD
  41. 41. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours Universités, Centres de recherche CRDI, CSRS/ GIZ, ISAD FEM, PNUD Sociologie Anthropologie 8- Modèle de structuration sociale du milieu pour une gestion durable du PNT 4 Universités, Centres de recherche CRDI, CSRS/ GIZ, ISAD FEM, PNUD Sociologie Anthropologie Socio-économie 9- Évaluation socioéconomique des microprojets autour du PNT 5 Universités, Centres de recherche CRDI, CSRS/ GIZ, ISAD/ FEM, CRE PNUD 1 2 3 N u m é r o 7- Migration et gestion durable du PNT - Pression foncière - Problème de santé publique S E M P E R V I R A Sociologie Anthropologie Géographie Épidémiologie 41
  42. 42. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours 5.3. Résultats de la commission 3 sur l’identification des priorités de recherche en sciences agronomiques Président : Dr. Diby Lucien Rapporteur : Dr. Ayémou Sopie Amandine 4 5 ans S E M P E R V I R A N u m é r o 3- Agroforesterie et Sylviculture 42 4- Association Agriculture-Élevage 3 3 ans CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UCA, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH, GIZ CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UC, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH, ICRAF, GIZ CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UC, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH, INERA Bailleurs 2 ans CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UCA, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH, GIZ Leader potentiel 2 ans 2- Diagnostique Socio-économique à la 4 périphérie du PNT 1 2 1- Évaluation des potentialités et 5 contraintes agricoles à la périphérie du PNT Structure Temps nécessaire pour débuter l’étude Priorité** Idées de projet Domaines de recherches Résultats des travaux CSRS GIZ, MINAGRI, BM, FAO, FIRCA, FARA, AGRA, CORAF, UEMOA, CEDEAO CSRS CNRA GIZ, FIRCA, MINAGRI, UEMOA, CEDEAO ICRAF, MINAGRI, OIBT, FAO, BM, REDD, Industriel du bois, MINEF, UNESCO, FEM, PNUE, PNUD, Fondation Bill Gate, UEMOA, CEDEAO UAA GIZ, MINAGRI, BM, FAO, FIRCA, FARA, AGRA, CORAF, UEMOA, CEDEAO
  43. 43. Résultats des travaux en commissions Chapitre en cours 5- Changement climatique et production agricole 6- Évaluation des stocks de carbone à la périphérie du PNT 7- Agriculture et Éducation (coopérative scolaire) 3 2 2 4 ans CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UC, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH CRE UNESCO/MAB, FEM, REDD+, PNUE, CRDI 3 ans CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UC, INP-HB, CRE ANADER, MINAGRI, MIRAH, IRD, CIRAD UNESCO/MAB, FEM, REDD+, PNUE, CRDI 3 ans CSRS, CNRA, CRE, OIPR, UAA, UC, INP-HB, ANADER, MINAGRI, MIRAH, WCF UNESCO, MINAGRI, MEN CSRS Recommandations de la commission : Recherche en sciences agronomiques N u m é r o - la commission recommande d’accroître la scolarisation dans les villages et campements à la périphérie du PNT ce qui permettra à la population jeune de mieux comprendre la nécessité de conservation du PNT. S E M P E R V I R A - l’activité de l’orpaillage est devenue une contrainte majeure à la périphérie et dans le PNT, il y a lieu d’y mettre fin par des patrouilles régulières et en traduisant les contrevenants à la justice; 1 2 - Face aux menaces qui pèsent sur l’Espace Taï, la commission recommande d’évaluer la dynamique des populations humaines à la périphérie du PNT pour mieux l’anticiper dans les projets ; 43
  44. 44. Discours en cours Chapitre de clôture par le représentant de Monsieur le Directeur Général de la Recherche 5.4. Résultats de la commission 4 sur les propositions pour une institutionnalisation du bilan, de l’orientation et de la gestion des activités de recherche scientifique, d’alimentation du site web du PNT par les chercheurs et initialisation du processus de zonage du PNT Président : M. N’GUESSAN K. Antoine Résultats des travaux Propositions et recommandations Responsable Périodicité 1. Au titre du dispositif institutionnel Redynamiser le Conseil Scientifique du PNT A partir de 2012 Convoquer dans l’urgence les membres du Conseil Scientifique SG Conseil Scientifique Contribuer à actualiser le plan d’aménagement et de gestion du PNT OIPR, Conseil Scientifique A partir de 2012 Restructurer le Conseil Scientifique SG Conseil Scientifique A partir de 2012 Assurer l’animation du Conseil Scientifique 2. Au titre du Bilan Réaliser un bilan des activités de recherche scientifique du PNT Conseil Scientifique du PNT Chaque année avant le PO du PNT 1 2 Tous les 3 mois ou Conseil Scientifique du PNT lors des événements majeurs Faciliter l’utilisation des logos du réseau des réserves de la biosphère et des sites du patrimoine mondial CRE S E M P E R V I R A Animer la rubrique résultats / activités de recherche scientifique N u m é r o 3. Au titre du site Web 44 4. Au titre du Zonage Inscrire le zonage comme activité dans l’aménagement du plan d’activité de 2012 OIPR, CRE 5. Au titre de la Station de Recherche en Écologie Tropicale (SRET) Actualiser la convention de gestion OIPR - CRE OIPR, CRE Avant la fin de l’année 2011
  45. 45. Discours de clôture par le représentant de Monsieur le Directeur Général de la Recherche Chapitre en cours 6. Crédits photo : Service Communication CSRS Note conclusive : discours de clôture par le représentant de Monsieur le Directeur Général de la Recherche Monsieur le représentant de la Direction de la Protection de la Nature, Monsieur le Doyen de l’UFR Biosciences, Messieurs les représentants des centres et instituts de recherche, Messieurs les représentants d’ONG nationale et internationale de conservation, Monsieur le représentant de la GIZ, Messieurs et mesdames enseignants-chercheurs et étudiants, Mesdames, messieurs, N u m é r o Monsieur le Directeur Général de l’OIPR, S E M P E R V I R A Monsieur le Préfet du Moyen Cavally, Président du Comité de Gestion Locale du PNT, 1 2 Photo de famille des participants à l’atelier 45
  46. 46. Discours en cours Chapitre de clôture par le représentant de Monsieur le Directeur Général de la Recherche Au terme de ces deux jours de séminaire avec pour thème : atelier de bilan et d’orientation des activités de recherches scientifiques dans l’espace Taï, l’ensemble des participants que nous sommes avons travaillé sur ce thème sus-mentionné afin de tenter d’en extirper des recommandations, des résolutions, des suggestions aux différents problèmes qui en découleraient. Nous pensons que ces résolutions seront, à chaque degré de responsabilité, traitées et que le suivi sera effectif. Rappelons que le développement passe par la recherche, la capitalisation et la valorisation des résultats de recherche de notre espace Taï, qui passeraient par la volonté commune de nos institutions, des différents partenaires et surtout du gouvernement à travailler en synergie. Alors de ce fait, l’intégration inclusive et exclusive de tous les acteurs est imminente. Bien sûr, chacun jouant son rôle et même pourquoi pas à s’inciter mutuellement à atteindre nos objectifs communs et spécifiques. Aussi, nous souhaiterons que cela ne soit la dernière de ce genre de rencontre et par la même occasion profitons pour remercier les organisateurs, l’ensemble des participants, toutes les institutions présentes. En définitive, nous pensons que tous ensemble et avec surtout l’aide de Dieu qui fait beaucoup pour nous ivoiriens, je pense, actuellement la valorisation de notre espace et avec la crise que nous vivons est capitale pour les générations futures. Une fois encore merci, bonne soirée à tous et que Dieu veille sur chacun de nous et sur la Côte d’Ivoire. Le séminaire prend ainsi fin. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Merci pour tout. 46
  47. 47. Chapitre en cours Annexes Crédits photo : Annexes Rafraichissement pour les participants à l’atelier Annexe 4 : Résumés des recherches en sciences sociales Annexe 5 : Résumés des recherches sur les chimpanzés Annexe 6 : Résumés des recherches sur les singes à queue Annexe 7 : Résumés des recherches sur d’autres animaux et suivi écologique Annexe 8 : Résumés des recherches en Botanique et agroforesterie Annexe 9 : Listes des publications portant sur le Parc National de Taï et son espace environnant de 2000 à 2011 N u m é r o Annexe 3 : Galerie photos du déroulement de l’atelier S E M P E R V I R A Annexe 2 : Liste des participants 1 2 Annexe 1 : Programme de l’atelier 47
  48. 48. Chapitre I Programme de l’atelier Annexes en cours Annexe 1 : Programme de l’atelier Horaire Thèmes Intervenants Jour 1 : 23 novembre 2011 DG-OIPR Intervention de l’UFR Biosciences Directeur de l’UFR Biosciences Intervention du CRE Directrice du CRE 9 H 40 – 9 H 45 Objectif de l’atelier, Présentation du programme, organisation et présentation des participants Modérateur 9 h 45 – 9 h 50 Ouverture de l’atelier Représentant du Directeur Général de la Recherche (MESRS) 9 h 50 – 10 h 20 Présentation et PAG du PNT DZSO 10 h 20 – 10 h 30 Présentation de l’ancien dispositif d’échange Conseiller PRODEMIR (GIZ) sur la recherche dans l’espace Taï 10 h 30 – 11 h 00 Pause café (Cocktail d’ouverture) 11 h 00 – 12 h 00 Session 1 : Recherches en sciences sociales et de développement Modérateur et participants 12 h 00 – 13 h 00 Session 2 : Recherches en Botanique et foresterie Modérateur et participants 13 h 00 – 14 h 30 Pause déjeuner 14 h 30 – 15 h 30 Session 3 : Recherches sur les chimpanzés Modérateur et participants 15 h 30 – 16 h 30 Session 4: Recherches sur les singes à queue Modérateur et participants 16 h 30 – 17 h 00 Pause café 17 h 00 – 18 h 00 N u m é r o Intervention de l’OIPR 9 h 30 – 9 h 40 S E M P E R V I R A DG CSRS 9 h 20 – 9 h 30 48 Mot de bienvenue 9 h 10 – 9 h 20 1 2 9 h 00 – 9 h 10 Session 5 : Recherches sur d’autres animaux et suivi écologique Modérateur et participants 18 h – 18 h 00 Formations des 4 groupes de travail Modérateur et points focaux des groupes de travail 8 h 30 – 10 h 30 Travaux de groupe 10 h 30 – 11 h 00 Pause café 11 h 00 – 12 h 30 Travaux de groupe 12 h 30 – 14 h 00 Pause déjeuner 14 h 00 – 16 h 30 Plénière Jour 2 : 24 novembre 2011 Participants Participants Modérateur 16 h 30 – 17 h 00 Pause café 17 h 00 – 17 h 30 Synthèse Rapporteur Général 17 h 30 Clôture Représentant du Directeur Général de la Recherche (MESRS)
  49. 49. Annexes I Chapitre l’atelier Programme deen cours Annexe 2 : Liste des participants LISTE DES PARTICIPANTS Atelier de bilan et d’orientation des activités de recherches scientifiques dans l’espace Taï Les 23 et 24 Novembre 2011 Au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) Sis à Adiopodoumé , Yopougon, km17 route de Dabou No Nom & Prénoms Structures Fonctions E-mail 1 Adeba Patrick Joel Université Cocody 2 Adou Yao Constant Yves UCA Enseignant-chercheur adouyaocy@gmail.com 3 Akpatou Kouamé Bertin CSRS/UCA Enseignant -chercheur bertin.akpatou@csrs.ci amonbak@yahoo.fr jeanlucangan@yahoo.fr Doctorant adebapj@yahoo.fr 5 Angan N’dah Jean-Luc DGRSIT Assistant du Directeur général 6 Ayemou Sopie Amandine Université Abobo-Adjamé Enseignante-cher- amandine.sopie@gmail. cheur com 7 Bakayoko Adama UAA/CSRS Enseignant-chercheur bakadamaci@yahoo.fr 8 Ban Simone CSRS /UCA Doctorante bdagui@yahoo.fr CSRS Assistante à l’organisation Mariama.barry@csrs.ci 9 Barry Mariama Dianké 10 Bernard Comoé DPP/MINAGRA Chargé de la planibcomoé@yahoo.fr fication 11 Bitty E. Anderson CSRS/UCA Enseignant-chercheur anderson.bitty@csrs.ci 12 Boesch Christophe TCP/WCF/MPI Professeur boesch@eva.mpg.de 13 Bogui Elie Bandama CSRS/UCA Etudiant DEA elie .bogui@csrs.ci 14 Caspary Hans-Ulrich GIZ/ PRODEMIR Conseiller int. Composante PNT Hans-ulrich.caspary@ giz.de 15 Champean Julie WCF Volontaire Julie_champean@hotmail. com 16 Coulibaly Brahima CNRA Chef de Programme forêt et Environnement brahim_coulibaly@yahoo. fr 17 Diarrassouba Abdoulaye OIPR / DZSO Directeur de Zone Sud-Ouest diarrassouba@gmx.net 18 Diby Lucien CSRS Directeur int. DVRA lucien.diby@csrs.ci 19 Didié Zadou CSRS Doctorant didie.zadou@csrs.ci CRE Ingénieur qualiticien-chimiste jesspiquiro@yahoo.fr 20 Djessou Serge 1 2 OIPR/DZSO/ brigade mobile N u m é r o Amon Koutoua Benoît S E M P E R V I R A 4 Coordonnateur Brigade mobile Sud-Ouest 49
  50. 50. Chapitre I Programme de l’atelier Annexes en cours 21 Ettien Jean-Baptiste CSRS/UCA Enseignant-chercheur Jb_ettien@yahoo.fr/ jb.ettien@csrs.ci 22 Eza Soumaley Sylvie CSRS Etudiante DEA soumaleyde@yahoo.fr 23 Gba Bomey Clément CSRS Etudiant DEA Clement.gba@csrs.ci 24 Gléanou K. Epiphanie CSRS Doctorante gleaphani@yahoo.fr gohdenis@yahoo.fr 25 Goh Denis UCA Enseignant-chercheur 26 Joseph Ipou Ipou CNF Directeur ipoujoseph@yahoo.fr 27 Kablan Aka Yves WCF Doctorant yveskablan@gmail.com Kamelan_marius@yahoo. fr UAA Enseignant-chercheur Kimsey_m@yahoo.fr Koissi Miezan Henry Abel Préfecture de Guiglo Préfet de la Region du Moyen Cavally, Préfet de Guiglo koissimiezan@yahoo.fr Koné Inza CSRS DGA Inza.koné@csrs.ci 32 Koné Mamidou W. CSRS/UAA Enseignant-chercheur Mamidou.kone@csrs.ci 33 Koné Tidiani UFR Biosciences Enseignant-chercheur ktidiani@yahoo.fr 34 Koua N’ZI Daniel OIPR/DT Chargé d’Etudes Kouadaniel2000@yahoo.fr 35 Kouadio Kouassi Université Cocody Enseignant-chercheur attowoulo@yahoo.fr 36 Kouamé N’dri Pascal OIPR / DT Chef de Cellule appui technique ndripascal@yahoo.fr 37 Kouamé Thérèse CRE Chercheur ndrimarithérese@yahoo.fr 38 Kouamelan Essetchi Paul Biosciences Directeur Kessetch2002@hotmail. com 39 Kouao Marthe Lydie CSRS Etudiant DEA martlydi@yahoo.fr 40 N u m é r o Kimsé Moussa 31 S E M P E R V I R A CSBIO/UCA 30 50 Kamelan Tanoh Marius 29 1 2 28 Président du CSBIO/Doctorant Kpan Tokoua Flora CSRS Etudiante DEA Flora.kpan@csrs.ci 41 Kramoh Koffi Julie OIPR/DZSO Chef secteur Taï kramoh@yahoo.fr 42 Leendertz, Fabian TCP/MPI/RKI Chef Vétérinaire leendertzf@rki.de 43 Mangara Ali CRE Chercheur mangaraali@yahoo.fr mtahoux@yahoo.fr 44 Martine Tahoux Touao CRE/UAA Directrice/ P. Focal MAB 45 Méité-Koné Salimata CSRS Sociologue Doctorante Salimata.Koné@csrs.ci 46 N’goran Kouamé Paul CSRS/WCF Doctorant paul.ngoran@csrs.ci 47 N’guessan K. Antoine ACB CI Président nguekoi@yahoo.fr 48 Ouattara Karim CSRS Postdoc Karim.ouattara@csrs.ci 49 Soiret Serge CSRS/WCF Doctorant Soiret_serge@yahoo.fr 50 Soro D. Marcelline Université Abobo-Adjamé Enseignante-cherMarcell_soro@yahoo.fr cheur 51 Soro Kafana CRE Chercheur Okafana1@yahoo.fr 52 Soro Senan CSRS/URES daloa Enseignant-chercheur Senan.soro@csrs.ci 53 Soulemane Ouattara UFR Biosciences Enseignant-chercheur souleuat@yahoo.fr 54 Tall Abdoulaye CSRS Informatique abdoulaye.tall@csrs.ci
  51. 51. Annexes I Chapitre l’atelier Programme deen cours Directeur Général atondossama@yahoo.fr CSRS/UB Etudiante DEA Tina.tra@csrs.ci 57 Traoré Sylvain Gnamien CSRS/UAA Doctorant Jeansylvain50@yahoo.fr 58 Tuo Nadoclo DPN Chef de service nadoclotuo@yahoo.fr 59 Wittig Roman TCP/MPI/EVA Superviseur TCP wittig@eva.mpg.de 60 Yapi Fabrice OIPR/DZSO/ SE-SIG Chargé de SE et SIG fabbyof@yahoo.fr 61 Youan Bi Athanase CSRS Postdoc Bertrand.youanbi@csrs.ci 1 2 OIPR Tra Goin Lou Tina N u m é r o Tondossama Adama 56 S E M P E R V I R A 55 51
  52. 52. Chapitre I Galerie photos du déroulement de l’atelier Annexes en cours Annexe 3 : Galerie photos du déroulement de l’atelier 2 3 4 5 6 7 8 S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 1 52
  53. 53. Annexes I Chapitre l’atelier Galerie photos du déroulement deen cours 12 1. Dr. Koné Inza, Représentant du DG du CSRS lors de son allocution 2. Col. Tondossama Adama, DG de l’OIPR lors de son allocution 3. Une vue des participants 4. Prof. Kouamelan Essetchi, Directeur de l’UFR Biosciences lors de son allocution 5. Dr Tahoux Martine, Directrice du CRE lors de son allocution 6. Dr Caspary, représentant de la GIZ lors de sa présentation 7. M. Anganh Jean-Luc prononçant le mot d’ouverture de l’atelier au nom du DG de la Recherche 8. Prof. Boesch Christophe lors de sa présentation sur les chimpanzés 9. Dr Bitty Anderson exposant sur les singes à queue 10. Dr Karim Ouattara synthétisant les étides sur la communication vocale chez les singes 11. Travaux en commission 12. Travaux en commission N u m é r o 11 1 2 10 S E M P E R V I R A 9 53
  54. 54. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Chapitre I Résumés des recherches en sciences sociales Annexes en cours 54
  55. 55. Annexes I Résumés des recherches enChapitre en cours sciences sociales Enquête sociale dans un village à la périphérie du PNT S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Crédits photo : Dr Akpatou K. Bertin Annexe 4 : Résumés des recherches en sciences sociales 55
  56. 56. Chapitre I Résumés des recherches en sciences sociales Annexes en cours Agriculture et protection de l’environnement dans le sudouest de la Côte d’Ivoire. Entre logiques marchandes et logiques écologiques Coulibaly Djakalidja (2011) Thèse de Doctorat publiée par l’Harmattan Résumé S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Au lendemain de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le gouvernement ivoirien sous la conduite du Président Félix Houphouët-Boigny met en place une politique de développement économique axée sur la production des matières premières agricoles d’exportation, notamment le cacao, le café, le coton, la canne à sucre, le palmier à huile, etc. d’une part et les productions vivrières, d’autre part. Le développement de l’agriculture s’accompagne d’une politique d’industrialisation qui s’articule principalement autour de l’agro-industrie. L’articulation de ces politiques combinée à un mode d’accès au foncier dualiste et une demande accrue de main d’œuvre, le tout associé à un système politique confère au modèle ivoirien de développement toute son originalité. Le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire constitue un laboratoire de recherche en sciences sociales, et cela à double titre : les mutations sociales induites par le façonnement du milieu naturel et les comportements d’adaptation des acteurs face à l’amenuisement des ressources forestières. 56 En effet, cette région a connu un programme de développement global avec la création de l’Autorité de l’Aménagement du Sud-Ouest (ARSO) en 1969. Le façonnement du milieu donne lieu à la problématique de cohabitation entre agriculture et protection de l’environnement,car le milieu a été un champ d’expérimentation des politiques de protection de l’environnement et de développement agricole. Le terrain présente des contradictions dans la mesure où l’agriculture à été l’élément fondamental de dégradation des massifs forestiers de la région. Aujourd’hui, les diverses pressions exercées sur les ressources naturelles forestières occasionnent une crise environnementale qui créent différentes logiques (marchandes, écologiques et sociales). Les différents acteurs développent des stratégies, soit pour l’accaparement des ressources naturelles, soit pour la gestion et la préservation de ces ressources. Ainsi les logiques de production économique affrontent les logiques de protection de la nature. Le tableau du Sud-Ouest offre la complexité d’un milieu dans lequel les comportements des acteurs dans leur rationalité sont difficiles à saisir. En outre, les comportements adaptatifs de la paysannerie face à la disparition des ressources forestières engendrent un remodelage des systèmes de production. Les besoins de financement des structures étatiques de protection des massifs forestiers créent aussi une logique marchande au sein des logiques écologiques. Les influences des différents acteurs donnent lieu à des réseaux d’alliance qui contribuent à l’accès aux ressources forestières du domaine permanent de l’État. Par ailleurs, l’existence de rapports entre l’homme et la nature au niveau traditionnel confère une source d’enrichissement de la connaissance dans le milieu. En effet,
  57. 57. Annexes I Résumés des recherches enChapitre en cours sciences sociales les modes traditionnels de conservation des ressources naturelles ont permis de donner à la conservation tout son sens. La naissance de conflits entre modernité et tradition dans l’accès aux ressources donne une fois de plus au Sud-Ouest sa spécificité. Les réalités socio-anthropologique, économique et environnementale de la région constituent un modèle en Côte d’Ivoire qui peut permettre à l’État de dégager des perspectives nouvelles de gestion des ressources naturelles au niveau national. Il s’agit de partir des expériences du passé pour élaborer des stratégies nouvelles qui permettent protection de l’environnement et développement agricole. Les organisations communautaires et la gestion durable des aires protégées : cas du Parc national de Taï (Côte d’Ivoire) Gléanou K. Epiphanie (2007) Mémoire de Maîtrise en Bioanthropologie à l’Institut des Sciences Anthropologiques de Développement: ISAD, Université de Cocody-Abidjan Résumé Nous avons eu recours, pour le recueil des données, à la recherche documentaire, aux entretiens sémi-structurés et à l’observation directe. L’analyse de l’objet a été possible grâce aux méthodes comparative, structurale et systémique et, celle des données, grâce à la méthode qualitative. Les résultats de l’étude révèlent qu’il existe de nombreuses organisations communautaires dans la zone d’étude. Cependant, celles qui aident à la gestion et à la protection du parc sont en nombre insuffisant. Ce sont d’une part les ONGs ”SOS Taï”, N u m é r o En vue de protéger le PNT, deux approches ont vu le jour. La première était caractérisée par les opérations “ Coup de poing”. La seconde dite participative s’inscrit dans une perspective de développement économique et social et entend faire des populations riveraines du parc des acteurs actifs de sa conservation. Si telle est la volonté des autorités politiques, des scientifiques…, quelles sont alors les capacités des organisations locales existantes à être des acteurs de la conservation du parc ? Les populations locales disposent-elles d’instances de concertation et de prise de décision en matière de gestion des ressources naturelles en général et du PNT en particulier ? S E M P E R V I R A A l’instar des autres aires protégées de la Côte d’Ivoire, le PNT est soumis à de fortes pressions anthropiques dues à la démographie galopante, aux pratiques agricoles extensives et dégradantes, aux prélèvements abusifs de bois, au braconnage, à l’orpaillage, etc. 1 2 Le Parc National de Taï (PNT) est situé dans le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire. Il représente les ¾ de la forêt hyper-ombromphile de la Côte d’Ivoire et plus de la moitié de la superficie totale des zones forestières protégées de l’Afrique de l’Ouest. 57
  58. 58. Chapitre I Résumés des recherches en sciences sociales Annexes en cours “Vie et Forêt”, “WCF” dont le premier objectif est la lutte contre l’agression du PNT et d’autre part les organisations internes aux villages d’étude impliquées dans la gestion des ressources naturelles des villages. Dans ce dernier groupe, il existe des organisations communautaires qui, bien qu’elles soient en nombre insuffisant, aident à la conservation du PNT ; c’est le cas de l’association des jeunes de Gouléako II. L’analyse de ces organisations révèle qu’elles ont de nombreuses faiblesses. Les difficultés financières, la démobilisation des membres suite aux échecs dans les activités, l’absence d’assise légale, la perte de l’autorité traditionnelle et le manque de moyens financiers, sont des manifestations de ces faiblesses. Malgré ces insuffisances, les organisations recensées ont des potentiels. S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Au terme de l’étude, il faut retenir que les organisations communautaires prises en compte peuvent être des partenaires à la gestion durable du Parc National de Taï, à condition de corriger leurs faiblesses et de renforcer leurs capacités. La correction des faiblesses devra porter sur la redynamisation de ces organisations, le renforcement de leur capacité organisationnelle, financière, structurelle et en matière de gestion des ressources naturelles. 58
  59. 59. Annexes I Chapitre en cours Résumés des recherches sur les chimpanzés Casage de noix par une femelle Chimpanzée S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Crédits photo : WCF Annexe 5 : Résumés des recherches sur les chimpanzés 59
  60. 60. Chapitre I Résumés des recherches sur les chimpanzés Annexes en cours Recensement des chimpanzés (Pan troglodytes verus, Blumenbach 1779) en forêt tropicale humide: élaboration et évaluation d’une approche méthodologique performante au Parc National de Taï, Côte d’Ivoire. Célestin Yao Kouakou 1,2,3,4*; Christophe Boesch2,3,4; Eliezer Kouakou N’goran 2,5, Souleymane Konaté2, Hjalmar Kuehl 3 (2009) Unité de Formation et Recherches des Sciences de la Nature, Université d’AboboAdjamé, Abidjan Côte-d’Ivoire, 2 Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte-d’Ivoire, Abidjan Côte-d’Ivoire, 3 Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig Germany 4 Taï Chimpanzee Project (TCP), Côte-d’Ivoire 5 Université de Cocody, Abidjan Côte-d’Ivoire * Correspondance à: Célestin Yao Kouakou ; koyacel7@yahoo.fr 1 S E M P E R V I R A N u m é r o 1 2 Résumé 60 Les recensements des primates sauvages menacés de disparition sont importants pour connaître leur abondance et distribution spatiale lesquelles permettent aux gestionnaires des milieux naturels de mettre en place des plans de conservation. En forêt tropicale, la visibilité réduite et le comportement cryptique des primates rendent les comptages directs d’individus quasi impossibles. Les méthodes indirectes par comptage de nids sont alors les plus couramment utilisées pour recenser le chimpanzé commun (Pan troglodytes). Mais, la validité de celles-ci n’avait pas été, jusque là, testée sur des populations de taille connue. Dans cette étude, des recensements par comptage de nids sur pied et par comptage de nids marqués ont été réalisés pendant deux années sur 234 transects linéaires de 400 m de long chacun, dans les territoires de quatre groupes de chimpanzés (P. t. verus), au Parc National de Taï. Trois de ces groupes étaient habitués à la présence humaine et ils comptaient au total 40 chimpanzés sevrés connus. Parmi ces individus, 26 ont été suivis pendant 145 jours pour estimer le taux de production de nids des chimpanzés. Les transects ont été prospectés une fois en utilisant la méthode de comptage des nids sur pied et trois fois pour le comptage de nids marqués. Les coordonnées géographiques des nids ont été notées au cours des comptages. De plus, 141 nids frais ont été suivis pour l’étude de leur dégradation. En modélisant cette dégradation en fonction des variables telles que l’espèce d’arbre utilisé dans le nid, la pluviométrie, la hauteur du nid, l’âge du nid ; la durée moyenne de vie des nids a été estimée à 91.22 jours. Les chimpanzés de Taï produisent en moyenne 1.143 nids par individu par jour. L’utilisation des valeurs de ces facteurs de conversion a montré que les deux méthodes de comptages de nids avaient des niveaux de précision similaires et qu’elles sont fiables. En outre, l’analyse de la localisation des nids par les techniques statistiques de scan spatial notamment avec le model de Bernoulli a montré qu’il est possible de déterminer la distribution spatiale des territoires de groupes voisins de chimpanzés à partir des nids comptés. Cette approche efficace de détermination de groupes sociaux de chimpanzés voisins est applicable à divers autres espèces territoriales puis elle a des implications importantes pour la conservation.
  61. 61. Annexes I Chapitre en cours Résumés des recherches sur les chimpanzés Estimating Chimpanzee Population Size with Nest Counts: Validating Methods in Taï National Park Celestin Yao Kouakou 1–4, Christophe Boesch1,2, and Hjalmar Kuehl1 (2009) Department of Primatology, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany 2 Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte-d’Ivoire (CSRS), Abidjan, Côte d’Ivoire 3 Université d’Abobo-Adjamé, Abidjan, Côte d’Ivoire 4 Wild Chimpanzee Foundation (WCF), Abidjan, Côte d’Ivoire 1 N u m é r o S E M P E R V I R A Successful conservation and management of wild animals require reliable estimates of their population size. Ape surveys almost always rely on counts of sleeping nests, as the animals occur at low densities and visibility is low in tropical forests. The reliability of standing-crop nest counts and marked-nest counts, the most widely used methods, has not been tested on populations of known size. Therefore, the answer to the question of which method is more appropriate for surveying chimpanzee population remains problematic and comparisons among sites are difficult. This study aimed to test the validity of these two methods by comparing their estimates to the known population size of three habituated chimpanzee communities in Taı ¨National Park [Boesch et al., Am J Phys Anthropol 130:103–115, 2006; Boesch et al., Am J Primatol 70:519–532, 2008]. In addition to transect surveys, we made observations on nest production rate and nest lifetime. Taï chimpanzees built 1.143 nests per day. The mean nest lifetime of 141 fresh nests was 91.22 days. Estimate precision for the two methods did not differ considerably (difference of coefficient of variation o5%). The estimate of mean nest decay time was more precise (CV56.46%) when we used covariates (tree species, rainfall, nest height and age) to model nest decay rate, than when we took a simple mean of nest decay times (CV59.17%). The two survey methods produced point estimates of chimpanzee abundance that were similar and reliable: i.e. for both methods the true chimpanzee abundance was included within the 95% estimate confidence interval. We recommend further research on covariate modeling of nest decay times as one way to improve the precision and to reduce the costs of conducting nest surveys. 1 2 Abstract 61

×