Your SlideShare is downloading. ×
Nicolas sarkozy et son entrée en campagne   institut csa - 14 février 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Nicolas sarkozy et son entrée en campagne institut csa - 14 février 2012

1,754
views

Published on

Analyse de la sociologique de l’électorat potentiel de Nicolas Sarkozy à quelques heures de son entrée officielle en campagne.

Analyse de la sociologique de l’électorat potentiel de Nicolas Sarkozy à quelques heures de son entrée officielle en campagne.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,754
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Nicolas Sarkozy et son entrée en campagne Synthèse réalisée par l’institut CSA 14 Février 2012 ©La documentation française 2, rue de Choiseul • CS 70215 • 75086 Paris Cedex 02Contacts CSA – Département Opinion :Jérôme SAINTE-MARIE - Directeur de Département - jerome.sainte-marie@csa.eu Tél. : (33) 01 44 94 40 00 • Fax : (33) 01 44 94 40 01Yves-Marie CANN - Directeur d’études - yves-marie.cann@csa.eu www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 € • Siren 308 293 430 • RCS Paris : 308 293 430 • APE 741 E TVA intracommunautaire FR 46 308 293 430 1
  • 2. MéthodologieLes données d’enquête présentées dans ce document sont issues des dispositifs d’enquête mensuels suivantsréalisés par l’institut CSA :- « Observatoire Politique » pour Les Echos- « La Course 2012 » pour BFMTV, RMC et 20 MinutesChaque enquête mensuelle a été réalisée auprès d’un échantillon d’environ 1 000 personnes interrogées partéléphone, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).Les résultats de ces enquêtes sont disponibles sur www.csa.euLes données sur le vote au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 sont issues de l’enquête post électionprésidentielle réalisée par le CEVIPOF et le Ministère de l’Intérieur.Ce document a été rédigé par :- Yves-Marie CANN, Directeur d’études au Département Opinion de l’institut CSA- Tiéfaine CONCAS, Chargé d’études au Département Opinion de l’institut CSA 2
  • 3. Principaux enseignements1. La prochaine candidature de Nicolas Sarkozy pour un nouveau mandat à la Présidence de la République intervient à l’issue d’un quinquennat placé sous le sceau de l’impopularité. Avec 35% des Français déclarant avoir confiance en Nicolas Sarkozy en février 2012, le président enregistre sa cinquantième cote d’opinion négative depuis son élection en mai 2007.2. Les retraités, moins exposés au contexte économique et social, demeurent le segment de population le plus favorable au chef de l’Etat. Toutefois, seule une majorité d’entre eux expriment leur confiance à son égard. Chez les actifs, Nicolas Sarkozy apparaît solidement ancré dans l’impopularité. Ce phénomène est particulièrement visible parmi les catégories professionnelles les plus vulnérables aux aléas économiques : seul un peu plus d’un quart des personnes issues des catégories populaires (ouvriers et employés) déclarent lui faire confiance (26%). Sur la dernière période, il a perdu 9 points de popularité auprès de ce segment par rapport à son plus haut niveau de l’année 2011, à l’issue du sommet de Nice.3. Cette défiance majoritairement exprimée à l’encontre du chef de l’Etat, très différenciée selon le statut professionnel des électeurs et leur place sur l’échelle sociale, n’est pas sans conséquences visibles sur les intentions de vote mesurées en début d’année 2012. Crédité de 26% des intentions de vote environ depuis début janvier, Nicolas Sarkozy aborde la campagne présidentielle avec un socle électoral inférieur de 5 points à celui qui était le sien le 22 avril 2007. Deux éléments principaux permettent d’expliquer ce constat: une déperdition nette d’électeurs à la base et au sommet de la France des actifs (qu’ils occupent un emploi ou soient au chômage), c’est-dire parmi ceux qui cherchent à entrer sur le marché du travail, à s’y faire une place et à monter dans l’ascenseur social d’une part, et d’autre part ceux qui s’apprêtent à en sortir à l’approche de la retraite. De façon transverse, les déperditions apparaissent nettement plus accentuées parmi les catégories populaires, plus exposées à la crise économique. 3
  • 4. Principaux enseignements4. Il résulte de ces déperditions significatives un électorat potentiel pour 2012 dont la sociologie apparaît quelque peu métamorphosée par comparaison avec celui qui avait porté Nicolas Sarkozy en tête des suffrages exprimés au premier tour de la présidentielle 2007. Les déperditions observées auprès des actifs et parmi les catégories populaires modifient en effet sensiblement l’électorat Sarkozy. Alors que les retraités représentaient un tiers environ (34%) de son électorat en 2007, ceux-ci y pèsent aujourd’hui 42%. Ceci est particulièrement remarquable, les poids des retraités y est désormais supérieur de 15 points à celui qui est le leur au sein de la population en âge de voter. Dans le même temps, les électeurs issus des catégories populaires représentent désormais 36% de son électorat potentiel, soit 10 points de moins qu’en 2007. Mécaniquement, le poids des CSP+ s’en trouve sensiblement renforcé, passant de 25% à 37%.5. A quelques jours de l’entrée officielle en campagne de Nicolas Sarkozy, ces quelques données permettent de mieux identifier les segments de population qui feront probablement l’objet d’une stratégie de reconquête des électeurs au cours des prochaines semaines. A cet égard, la « France qui se lève tôt » et les actifs sensibles en 2007 au « travailler plus pour gagner plus » pourraient être particulièrement choyés.6. Nicolas Sarkozy aborde toutefois l’élection présidentielle avec un handicap important : si les Français s’accordent fréquemment pour soutenir son action à l’international, force est de constater que sur les enjeux hexagonaux et plus particulièrement ceux suscitant le plus de préoccupations au sein de la population, il est aujourd’hui distancé par François Hollande. Nicolas Sarkozy peut toutefois compter sur une famille politique aujourd’hui pleinement mobilisée pour le soutenir, aucun des autres candidats en présence ne parvenant à entamer sa crédibilité parmi les sympathisants de droite. 4
  • 5. Un quinquennat marqué par l’impopularité du chef de l’Etat Augmentation de70 Présidence 172% du salaire de française de l’UE Elections cantonales 65 N. Sarkozy - Mise en place du RSA - TVA à 5,5% Sommet du G20 à Nice 61 - Discours de Grenoble60 59 Elections 56 55 Candidature de J.Sarkozy municipales à la présidence de l’Epad 5550 51 Remaniement et 46 maintien de F. 48 44 44 45 Elections régionales 47 Fillon 47 40 42 40 4440 39 40 41 40 42 41 40 41 40 40 41 37 39 40 34 35 36 38 38 34 34 38 37 Loi sur le service 36 34 33 minimum dans les 36 35 34 32 32 33 3230 services publics 32 32 31 31 31 30 Début de la crise Elections économique européennes20 Manifestations contre Annonce d’un plan de la réforme des relance de 26 retraites milliards d’euros10 Source : Observatoire politique CSA / Les Echos 5
  • 6. Un différentiel de popularité particulièrement net entre actifs et retraités 70 60 52 49 50 47 47 46 46 44 45 44 43 40 41 40 40 37 38 37 36 35 36 35 34 33 33 35 31 31 32 32 33 30 31 33 36 28 35 32 30 32 29 28 28 31 30 31 29 29 26 27 27 26 26 26 20 23 24 23 24 21 10 Ensemble des Français CSP+ CSP- RetraitésSource : Observatoire politique CSA / Les Echos 6
  • 7. Un président sortant au statut de challenger 1er décembre : 22 janvier : 16 octobre : Discours de Nicolas Meeting de François Victoire de François 12 juillet : Sarkozy à Toulon Hollande au Bourget Hollande aux primaires Victoire d’Eva Joly 34% aux primaires d’EELV 35% 14 mai : 31% 32% Arrestation de DSK à New York 29% 30% 27% 26% 27% 28% 27% 26% 26% 24% 23% 26% 26% 26% 26% 25% 25% 23% 24% 22% 22% 20% 19% 18% 17,5% 19% 20% 17% 17% 16% 16% 16% 15% 16% 16% 15% 13% 13% 11% 9% 9% 9% 8% 7% 7% 7% 7% 7% 7% 8% 6% 6% 7% 7% 6% 6,5% 5% 5% 5% 4% 6% 5% 5% 3% 4% 5% 4% 4% 2% 2% 3,5% 3% 2% (1) Janvier 11 Mars 11 Mai 11 Juin 11 Juillet 11 Août 11 Septembre Octobre 11 Novembre Décembre 9-10 janvier 23-34 6-7 février 11 11 11 janvier Jean-Luc MELENCHON François HOLLANDE Eva JOLY François BAYROU Nicolas SARKOZY Marine LE PEN(1) L’interruption dans la courbe est due au fait que Nicolas Hulot était alors testé à la place d’Eva Joly Source : « La course 2012 » pour BFMTV, RMC et 20 Minutes 7
  • 8. Un reflux sensible des intentions de vote chez les jeunes actifs et la génération des baby-boomers Score Intentions de vote Evolution Catégorie de population Le 22 avril 2007 (1) Janvier-février 2012 (2) 2007/2012ENSEMBLE 31 26 -5SEXE- Homme 29 23 -5- Femme 33 29 -4AGE- 18-24 ans 21 23 +2- 25-34 ans 28 19 -9- 35-49 ans 26 22 -4- 50-64 ans 32 21 -11- 65 ans et plus 45 43 -2STITUATION PROFESSIONNELLE- Salarié du secteur privé 32 23 -9- Salarié du secteur public 25 13 -12- Au chômage 18 14 -4- Etudiant 23 25 +2- Retraité 41 36 -5(1) Pour le vote au premier tour de l’élection présidentielle 2007, les données sont issues de l’enquête postélectorale présidentielle 2007 CEVIPOF-Ministère de l’Intérieur.(2) Pour les intentions de vote au premier tour de la prochaine présidentielle, les données sont issues du cumul des trois enquêtes réalisées depuis janvier 2012 pour « La Course 2012 » BFMTV/RMC/20 Minutes. 8
  • 9. Un électorat potentiel à la sociologie métamorphosée (% en composition) Electorat Electorat potentiel du 22 avril 2007 (1) Janvier-février 2012 (2)ENSEMBLESexe- Homme 44 43- Femme 56 57Age- 18 à 24 ans 8 8- 25 à 34 ans 16 11- 35 à 49 ans 24 22- 50 à 64 ans 22 22- 65 ans et plus 30 37Situation professionnelle de l’interviewéActif 48 47Inactif 52 53- Dont retraité 34 42Profession ou ancienne profession de l’interviewé- Agriculteur 6 6- Artisan, commerçant, chef d’entreprise 10 9CSP + 25 37- Prof. Libérale, cadre supérieur 10 17- Enseignant 2 -- Profession intermédiaire 13 20CSP - 46 36- Employé 28 24- Ouvrier 18 12(1) Pour le vote au premier tour de l’élection présidentielle 2007, les données sont issues de l’enquête postélectorale présidentielle 2007 CEVIPOF-Ministère de l’Intérieur.(2) Pour les intentions de vote au premier tour de la prochaine présidentielle, les données sont issues du cumul des trois enquêtes réalisées depuis janvier 2012 pour « La Course 2012 » BFMTV/RMC/20 Minutes. 9
  • 10. Une crédibilité entamée sur les principaux marqueurs du quinquennat de Nicolas Sarkozy Ensemble des Français Sympathisants de droite Réformer la Réformer la société société 40 100 30 80 64 60 20 22 Défendre les Défendre les 35 (*) intérêt de la 40 Immigration 23 Immigration 82 intérêt de la 10 France dans la 54 France dans la 20 mondialisation mondialisation 0 0 24 33 72 68 Insécurité Dette Insécurité Dette  Nicolas Sarkozy  François Hollande  Marine Le Pen(*) En % des réponses à la question « Par rapport à l’idée que vous vous faites du prochain Président de la République, dites-moi à qui vous faites le plus confiance pour [dimensions listées dans legraphe].Source : La Course 2012 (février 2012) BFMTV/RMC/20 Minutes. Pour davantage de lisibilité des résultats sur le graphe, les scores obtenus par François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon et Eva Jolyne sont pas présentés sur cette page. 10
  • 11. Un président distancé par François Hollande sur les principaux sujets de préoccupation des Français Ensemble des Français Sympathisants de droite Rassembler les Rassembler les Français Français 70 40 60 57 35 30 50 63 Inégalités sociales Proximité Inégalités sociales 25 19(*) Proximité 55 40 20 30 17 15 20 10 10 5 12 0 0 53 59 19 20 Education Chômage Education Chômage 18 20 56 62 Logement Pouvoir dachat Logement Pouvoir dachat  Nicolas Sarkozy  François Hollande  Marine Le Pen(*) En % des réponses à la question « Par rapport à l’idée que vous vous faites du prochain Président de la République, dites-moi à qui vous faites le plus confiance pour [dimensions listées dans legraphe].Source : La Course 2012 (février 2012) BFMTV/RMC/20 Minutes. Pour davantage de lisibilité des résultats sur le graphe, les scores obtenus par François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon et Eva Jolyne sont pas présentés sur cette page. 11

×