L'électorat et l'image d'Olivier Besancenot

  • 955 views
Uploaded on

Analyse de l'électorat et de l'image d'Olivier Besancenot à l'approche du congrès fondateur du Nouveau Parti Anticapitaliste. Document réalisée par le département Opinion et Stratégies d'entreprise de …

Analyse de l'électorat et de l'image d'Olivier Besancenot à l'approche du congrès fondateur du Nouveau Parti Anticapitaliste. Document réalisée par le département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop (Institut Français d'Opinion Publique).

More in: News & Politics
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
955
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
9
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Eléments d’analyse sur l’électorat et l’image d’Olivier Besancenot à la veille du congrès fondateur du Nouveau Parti Anticapitaliste Février 2009
  • 2. Evolution de la popularité d’Olivier Besancenot Novembre 2003 – Janvier 2009 Référendum sur la constitution européenne Campagnes présidentielle et législatives 2007 Conflit sur le CPE Crises financière et économique Elections régionales Elections européennes « Affaire Rouillan »
  • 3. Si Olivier Besancenot caracole dans le peloton de tête des baromètres, la construction de cette popularité ne date pas d’hier et s’est effectuée progressivement au cours des dernières années. La crise économique et financière qui a éclaté à l’automne dernier n’a pas constitué le tremplin sur lequel le leader d’Extrême gauche aurait pu s’appuyer. Le facteur bénéficiait déjà avant la faillite de la banque Lehmann Brothers d’un niveau de popularité historique. C’est au moment d’autres événements politiques et sociaux majeurs que le porte-parole de la LCR a accru significativement sa visibilité et que, de manière concomitante, ces gains en notoriété se sont traduits pour une bonne part en une hausse de popularité. Comme on peut le voir sur le graphique précédent, on observe tout d’abord ce phénomène à la fin de la campagne pour le référendum sur le projet de traité constitutionnel européen de 2005 et dans les mois qui suivent, une partie de l’opinion de gauche saluant ainsi son rôle moteur dans la victoire du « non ». Quelques mois plus tard, une nouvelle progression est enregistrée à l’occasion du conflit du CPE, notamment parmi les jeunes et les ouvriers. Enfin, la cote d’Olivier Besancenot connaît encore une hausse plus spectaculaire au cours de la campagne présidentielle du printemps 2007 , sa cote de bonnes opinions passant de 47% à 60% en quelques mois seulement. Cette popularité se maintiendra ensuite jusqu’à aujourd’hui à un tel niveau avec seulement quelques « accidents de parcours », notamment au moment de « l’affaire Rouillan » en octobre dernier. Si, comme on le voit, l’encombrant soutien de l’ancien membre d’Action Directe n’a pas eu d’effet durable sur la popularité du jeune facteur, ce dernier ne semble pas avoir capitalisé sur la crise financière. Remarquons toutefois que son niveau de popularité était déjà très élevé.
  • 4. Les intentions de vote aux élections européennes de juin 2009 (*) Le libellé utilisé lors cette enquête d’intentions de vote était : «  Une liste d’union de l’autre gauche rassemblant Lutte Ouvrière, le Nouveau Parti Anticapitaliste d’Olivier Besancenot, les Alternatifs, le Parti Communiste et le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon ».
  • 5. Si la crise qui frappe notre pays ne s’est pas traduite par une hausse significative de la popularité d’Olivier Besancenot, il semblerait en revanche que, dans la perspective des élections européennes de juin prochain, la « gauche de la gauche » rencontre un écho certain. Comme le montre le tableau ci-dessus, les différentes listes d’extrême gauche obtiennent dans leur ensemble des intentions de vote élevées. Portée par la popularité d’Olivier Besancenot (qui sur son nom permet aux listes NPA de gagner entre 3 et 4 points selon les enquêtes), le Nouveau Parti Anticapitaliste se situe à 8% (décembre 2008) et devance très nettement LO et les listes du Front de Gauche qui pour autant n’ont pas disparu et occupent chacune à leur façon un créneau spécifique. Preuve de cette spécificité et de l’existence de différents électorats d’Extrême gauche distincts, le score de « l’Autre gauche » dans un scénario de liste unie se situerait en deçà du total des 3 listes en cas de candidatures séparées, cette option permettant de mieux toucher un électorat plus large et assez divers et d’imposer, alors que la campagne n’a pas encore commencé, un rapport de force assez équilibré avec le PS.
  • 6. Profils socio-démographiques comparés des électorats potentiels aux élections européennes de juin 2009 Source : Cumul d’enquêtes Ifop Selon le genre Selon l’âge Selon la catégorie socioprofessionnelle Selon la catégorie de commune
  • 7. L’analyse des profils des électorats potentiels d’Extrême-gauche (rendue possible par le cumul des différentes vagues d’intentions de vote réalisées par l’Ifop ces trois derniers mois auprès d’un total de près de 8000 individus) vient valider notre hypothèse d’électorats distincts sociologiquement bien qu’assez proches idéologiquement. Sans doute sous l’influence de la forte image d’Arlette Laguiller, l’électorat de Lutte Ouvrière apparaît aujourd’hui très féminin et dans des proportions beaucoup plus importantes que les deux autres électorats. Autre trait caractéristique sa très forte composante ouvrière (51%). Cœur de cible et du discours de l’Extrême-gauche, la classe ouvrière semble aujourd’hui plus sensible au message de Lutte Ouvrière, qui creuse l’écart avec ses concurrents dans cette catégorie. D’où également une forte prime pour ce mouvement dans la circonscription interrégionale Nord-Ouest, de loin la plus ouvrière de France. L’électorat potentiel du Nouveau Parti Anticapitaliste apparaît quant à lui plus équilibré sociologiquement avec une proportion non négligeable d’employés et de professions intermédiaires (notamment dans la fonction publique) aux côtés d’ouvriers mais aussi de retraités et d’inactifs. En dépit de certains clichés, l’électorat du jeune facteur n’apparaît donc pas comme un électorat de « cols bleus » mais plutôt interclassiste et jeune, la proportion de moins de 40 ans y étant très forte (tout comme dans celui de LO), l’électorat PC/Front de Gauche étant lui beaucoup plus âgé.
  • 8. Contacts Ifop Ifop 6-8 rue Eugène Oudiné 75013 Paris  01 45 84 14 44 Jérôme FOURQUET Directeur-adjoint de département Département Opinion et Stratégies d’entreprise [email_address]  01.72.34.94.26 Yves-Marie CANN Directeur d’études Département Opinion et Stratégies d’entreprise [email_address]  01.72.34.94.19