• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Industrialisation de la creativité par Vahe Kassardjian de INM
 

Industrialisation de la creativité par Vahe Kassardjian de INM

on

  • 565 views

Présentation donnée par Vahe Kassardjian de l'INM ( http://www.inm.com/fr ) lors de la soirée Chitchat de Yu Centrik 2011 du 26 mai.

Présentation donnée par Vahe Kassardjian de l'INM ( http://www.inm.com/fr ) lors de la soirée Chitchat de Yu Centrik 2011 du 26 mai.

@yucentrik
yucentrik.ca

Statistics

Views

Total Views
565
Views on SlideShare
564
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Industrialisation de la creativité par Vahe Kassardjian de INM Industrialisation de la creativité par Vahe Kassardjian de INM Document Transcript

    • 1
    • Créativité n’est pas pris dans son strict d’artistique.Un ingénieur, un médecin… même un comptable peut être créatif. 2
    • En plus, la présentation n’est pas POUR l’industrialisation de la créativité mais plutôtCONTRE.On parle aussi de « motivation contre » et non pas de « preuve d’impossiblité ».Mathématiquement, je ne me le permettrai pas. 3
    • 5
    • Projets à une étape: tout est prévisible. 6
    • 7
    • 8
    • 9
    • Il faut remettre Taylor dans son contexte: l’idée n’était pas de déshumaniser la société (telque nous le percevons aujourd’hui) mais plutôt de rendre les usines moins dépendentesd’un petit nombre d’artisans ainsi que de réduire « l’esclavage » de ces artisans. 11
    • L’industrialisation a mené à des critiques plus ou moins faciles, souvent drôles… 13
    • … mais nous a généralement bien servi au travers du Xxe siècle dans les secteurstraditionnels « industrialisables »: Agriculture, Manufacture, Services. 14
    • Mais qu’en est-il des métiers du savoir ? 15
    • Comment établir des objectifs clairs si on ne sait pas ce qu’on ne sait pas, et qu’au fur et àmesure que ça se clarifie, les risques et inconnues sont les premiers à faire surface. 16
    • CMM et non pas CMMi qui est plus complet et spécifique et utile.On veut plutôt discuter des notions générales de CMM et se réserver « une licence 5 à 7 »(déformalisation). 17
    • Ad hoc: on réussit parfois, mais pas toujoursMaîtrisé: le Maître réussit de manière prévisible, l’aprenti doit observer le Maîtresuffisamment longtemps pour apprendreStandardisé: les recettes d’opérations sont clarifiées / documentéesGéré et mesuré: segmentation en chaîne d’opération, les prérequis sont claires, lessegments de métiers sont clairs, formation et certificationsOptimisé: redondance (Plans B en cas d’imprévus), résilience (fonctionnement en modedégradé), optimisation des coûts (un Plan B devient possiblement Plan A lorsque moinscoûteux). 18
    • Navigation: on part en mer, on revient parfoisConception d’IHM: conception par impulsions successives. 19
    • Navigation et…Conception d’IHM: Le maître réussi la plupart du temps mais ne peut pas expliquercomment et pourquoi. En tous cas, ne peut pas exprimer clairement des « recettes » ouprocédures qui mènent au succès. Dans le meilleur des cas, il raisonne en « patterns » (ausens des Design Patterns. Ref: Christopher Alexander)L’aprenti réussirait aussi s’il observait le maître suffisamment longtemps (« apprentissagepar osmose »)Méthode chère à l’apprentissage des arts martiaux, mais également de la médecine ou dudroit (stages et nombreuses études de cas avant l’obtention du droit de pratiquer). 20
    • Intervention de la science. Le premier niveau où il est possible de collaborer réellement enéquipe au sein d’une entreprise, d’une profession, à travers le monde et à travers l’histoire.Navigation: Ponta de Sagres. Instauration du Vila do Infante par Henri le Navigateur vers1416. C’était la NASA de l’époque.Recherches et progrès immenses pendant plusieurs décennies sur la navigation.Les Grandes Explorations (Colomb, Cabral, Cortez, Hudson, Magellan, etc.) ont étépossibles grâce à ces progrès.Le lieu précis est inconnu. Il a sans doute été détruit dans le tremblement de terre deLisbonne en 1755 (tremblement de terre notamment célèbre grâce au Candide de Voltaire)--Conception d’IHM: tests d’utilisabilité est l’archetype de CMM-3. Pour le reste, il fautd’abord que les « gourous » d’industrie s’entendent entre eux.Le passage CMM2 -> 3 est très crucial et difficile. C’est le passage le plus difficile. 21
    • Méthodes de management à compter du XIXe siècle.Les métiers sont segmentés, bien déterminés.Les prérequis et indicateurs de performances sont bien cernés.Navigation:équipes et hiérarchie d’officiers, matelots, mécaniciens, cuisiniers, etc.Conception d’IHM: certification, etc. En est-on vraiment là aujourd’hui? C’est peut-être unpeu tôt. 22
    • CMM-4 n’est pas à l’abri de « l’opération a réussi mais le patient est mort » 23
    • Optimisé: Audits (six-sigma), résilience (fonctionnement en mode dégradé), redondance(Plans B en cas d’imprévus), optimisation des coûts (un Plan B devient possiblement Plan Alorsque moins coûteux).Application rigoureuse des règles dans une chorégraphie prévisible et stable d’équipeLa vision sous-jacente est de « faire voler un avion et remplacer les pièces en mêmetemps ».Conception d’IHM: on n’est est vraiment pas là encore et je doute qu’on y arrive. 24
    • On a l’impression que la progression est linéaire entre les différents niveaux, mais lepassage CMM2->CMM3 est plus diffile que les autres. Il y a une crevasse là. 25
    • On perçoit souvent CMM-5 comme strictement meilleur que CMM-4, lui-mêmestrictement meilleur que CMM-3, 2 et 1, mais certains arts (au sens de métier, d’artisanat)ne peuvent pas être systématisés. Du moins, nous (humanité) n’en avons pas encore lamaturité (maturité comme dans CMM) pour le faire.Mythe du 20e siècle: tout problème est soit dû au « système », soit à une faute deleadership. Parfois, c’est une question de maturité collective. 26
    • 27