Les echos

10,138 views
9,994 views

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
10,138
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
42
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les echos

  1. 1. Découvrez la première étude IBM réalisée auprès des Directeurs Marketing en page 25. LE QUOTIDIEN DE L’ÉCONOMIE EN DIFFICULTÉ, GROUPAMA BOURSE CES STARS DE SE SÉPARE DE SON PATRON, LA COTE QUI VALENT MOINSHAMILTON/REA JEAN AZÉMA QUE LEURS ACTIFS PAGE 31 PAGE 32 MARDI 25 OCTOBRE 2011 Septembre L’ESSENTIEL Rigueur, présidentielle : Maître de l’euro pendant huit ans, les appels de Raffarin A deux jours de l’intervention Jean-Claude Trichet tourne la page télévisée de Nicolas Sarkozy, noir pour l’ex-Premier ministre appelle à de nouveaux efforts budgétaires « importants ». INTERVIEW PAGE 2 Ces villes qui cherchent à séduire les étudiants l’assurance­vie La concurrence entre villes de taille moyenne s’aiguise pour attirer les étudiants. Une question d’image, mais surtout de développement économique. COMPÉTENCES, PAGE 14 ENTREPRISES & MARCHÉS Chimie : bataille autour d’une pépite tricolore en France Novasep, un sous-traitant h Premier mois de décollecte depuis décembre 2008 de l’industrie pharmaceutique étranglé par 400 millions de dette, h L’assurance-vie pénalisée notamment par des aiguise l’appétit de ses créanciers rendements en déclin h Avec la crise, les demandes de et du français Minafin. Sous l’œil des pouvoirs publics. PAGE 24 rachat de la part des épargnants ne cessent de progresser Ericsson voit l’avenir en rose avec l’Internet mobileBLOOMBERG Ericsson vient de décrocher l’appel d’offres lancé par Orange pour moderniser ses stations de base mobiles dans la zone de Paris et ses alentours. a crise n’est pas favorable à l’assurance-vie. l’assurance (AFA). Rarissime, le phénomène PAGE 26 ET « CRIBLE » PAGE 40 L Comme le laissaient entendre plusieurs illustrebienlesdifficultésquetraverseactuel- assureurscesdernierstemps,lemarchéfran- lement ce placement pourtant apprécié des Jeux vidéo : coup d’envoi çais de l’assurance-vie a connu en septembre Français, entre baisse des rendements, con- de la saison des fêtes son premier épisode de décollecte depuis fin currence du Livret A, envol des rachats de la Avec « Call of Duty » 2008. La collecte nette, c’est-à-dire la diffé- part d’épargnants en quête de liquidités, et « Assassin’s Creed », rence entre les sommes engrangées et les menaces récurrentes sur sa fiscalité et nou- Activision Blizzard et Ubisoft prestations versées, est devenue négative de velle stratégie des bancassureurs. PAGE 30, misent des dizaines de millions 1,8 milliard d’euros, d’après les statistiques L’ÉDITORIAL DE FRANÇOIS VIDAL PAGE 18 d’euros pour gagner la bataille publiées hier par l’Association française de ET « CRIBLE » PAGE 40 des blockbusters. PAGE 27 Face à la crise, Gecina accélère ses cessions IMPÔTS Près de 500 millions collectés par les intermédiaires La foncière craint une aggravation de la crise financière et a lancé une importante cession de logements parisiens ISF PME : la bonne surprise du cru 2011 pour se désendetter. PAGE 28 REUTERS Lagardère à la conquête du spectacle vivant musical Après ses 20 % dans le Zénith de ême raboté, le dispositif ISF PME, qui l’ISF, soit une baisse de « seulement » 8 % par BCE. Décrié par certains comme fossoyeur de l’industrie européenne, Paris, le conglomérat rachète les M permet de réduire son impôt en investis- rapport à 2011. Le bilan n’est toutefois que encensé par d’autres pour sa gestion de la crise, le président de la Banque Folies Bergère et coproduit de santdansunePME,conservesonattrait.Près provisoire : le montant des capitaux promis centrale européenne, Jean-Claude Trichet, achèvera son mandat de président nombreux spectacles musicaux. d’un mois après la clôture de la campagne aux PME ne sera précisément connu qu’en le 31 octobre pour laisser la place à l’Italien Mario Draghi. Européen PAGE 29 2011, la trentaine d’intermédiaires financiers fin d’année, lorsque Bercy aura traité les dos- convaincu, le Français, ardent défenseur d’une monnaie forte et pourfendeur interrogés par « Capital Finance » (groupe siers des contribuables ayant investi directe- de l’inflation, synonyme d’appauvrissement, quitte la scène. PAGES 8 À 12 « Les Echos ») fait état d’une collecte de ment dans des PME. PAGE 3 ET L’ÉDITORIAL ET NOS INFORMATIONS PAGES 6 ET 7 456 millions d’euros auprès des assujettis à DE JEAN-FRANCIS PÉCRESSE PAGE 18 SUR Le coup de colère des patrons de start-up Obama dans le piège esortréservéaustatutdejeune des entreprises concernées font des anti-Wall Street L entreprise innovante dans le valoir qu’ils ont déjà payé un projet de loi de Finances 2012 lourd tribut à cette remise en DOMINIQUE SEUX provoque l’émoi dans la commu- cause : coupes dans les dépenses DANS «L’ÉDITO ÉCO» nauté des patrons de start-up. Si de R&D, gel des embauches de le dispositif n’est pas remis en chercheurs de haut niveau, délo- n s’invitant dans le débat politique américain, le ROSENFELD/REPORTERS-REA À 7H20 cause, il entérine de fait la calisations, licenciements… voire IDÉES E mouvement de protestation Occupy Wall Street a DU LUNDI AU VENDREDI réforme de 2011 qui a imposé, faillite. Une étude du cabinet PAR déjà remporté une victoire. Barack Obama semble sans préavis, un rabotage des Sogedev, publiée en exclusivité a priori le mieux placé pour bénéficier de cette avantages fiscaux accordés sur le site des « Echos », révèle un PIERRE DE contestation. Il devra néanmoins s’en méfier, car la ISSN0153.4831. 103e ANNÉE NUMÉRO 21045 40 PAGES depuis 2004 à ces sociétés à la tré- premier état des lieux de ces ten- GASQUET fronde contre les financiers « jette aussi une lumière sorerie précaire. Or les dirigeants sions. PAGE 13 crue sur les lacunes et les faiblesses de son propre bilan », écrit Pierre de Gasquet. PAGE 18 Allemagne2€.Andorre2€.Antilles-Guyane-Réunion 2 €. Belgique 1,80 €. Canada 4,10 CAD. Espagne LES 2,10 €. Grande-Bretagne 1£60. Grèce 2,20 €. Italie 2,20 €. Luxembourg 1,80 €. Maroc 16 DH. Suisse RUBRIQUES LE FAIT DU JOUR POLITIQUE PAGE 2 LE MONDE EN CHIFFRES PAGE 6 COURT TERME PAGE 21 PIXELS PAGE 26 LONGUE DURÉE PAGE 40 3,20FS.Tunisie2.100TNM.ZoneCFA1.500CFA.
  2. 2. FRANCE2 MARDI 25 OCTOBRE 2011 LES ECHOS LE FAIT DU JOUR POLITIQUE Ni rêve ni larmes, la voie étroite Raffarin : « La France doit faire sur la gravité de la situation en ne masquant pas la difficulté, donc l’impopularité, de nouveaux efforts importants » des décisions à prendre. icolas Sarkozy s’exprime jeudi Je comprends le problème, mais je GUILLAUME TABARD Un chiffre a été remarqué à l’Elysée : les 57 % de Français prêts, selon le sondage Ifop/ N devant les Français. Au retour d’un nouveau voyage en Chine, Jean-Pierre Raffarin l’appelle INTERVIEW JEAN-PIERRE RAFFARIN ANCIEN PREMIER MINISTRE, ne partage pas la solution. La démondialisation est un contresens de l’histoire. C’est un suicide. C’est JDD à des « mesures difficiles à lancer « une grande campagne de s’assurer que le quadriréacteur ira Une émission en forme et douloureuses » ; une majo- proximité et d’explication ». VICE-PRÉSIDENT DU SÉNAT au crash. Quand on est endetté, fer- de quitte ou double. Plus de rité qui anticipe la deuxième ET PREMIER VICE-PRÉSIDENT mer ses frontières, c’est rester seul huit mois après son dernier étape d’austérité, après les Qu’attendez-vous de l’intervention DU CONSEIL NATIONAL DE L’UMP avec ses dettes. Nous avons besoin rendez-vous télévisé premières mesures annon- télévisée du chef de l’Etat ? de la croissance mondiale pour – le 10 février face à un panel cées en août par François Ce doit être un exercice national de créer de la valeur chez nous et pour de Français –, Nicolas Sarkozy Fillon. Ce n’est donc pas tant pédagogie de grande ampleur. De payer nos dettes. Par contre, pour sait qu’il joue gros. « Pour sur l’inexpérience que les ce point de vue, le gouvernement notre compétitivité, il serait mieux retourner l’opinion et prouver sarkozystes veulent attaquer doit accélérer. J’attends que le prési- de financer nos charges sociales par qu’il sait encore reprendre François Hollande que sur sa dent explique pourquoi la dette est la consommation que par la pro- la main, c’est maintenant ou prise en compte de la réalité. un problème aujourd’hui alors que duction et les produits importés jamais », confie un ministre « En 1981, il a fallu deux ans à nos budgets sont en déficit depuis « J’attends que le président explique pourquoi la seraient ainsi directement concer- de ses proches. la gauche pour revenir au réel, trente-six ans. Pour cela, il doit pré- dette est un problème aujourd’hui alors que nos nésparcequenousappelonslaTVA Plusieurs fois évoquée, déjà là, deux heures suffiront », senter la nouvelle donne mondiale antidélocalisation. Ce n’est pas une reportée, l’émission, sur TF1 ironise le chef de l’Etat. depuis que la Chine est devenue le budgets sont en déficit depuis trente-six ans. » piste protectionniste mais une piste et France 2, aura bien lieu Mais Nicolas Sarkozy ne veut banquier du monde et expliquer de justice. jeudi. Si toutefois un accord pas s’en tenir au discours de la que tout se passe comme si nous est bel et bien trouvé demain rigueur. « Elle est inévitable, étions à bord d’un quadriréacteur tes. Il faudra réduire encore nos La majorité est-elle allée assez loin La stratégie de « riposte » soir à Bruxelles. Car, plus mais sauver l’euro n’est pas un dont les deux premiers moteurs dépenses et, principalement, choi- sur la taxe sur les hauts revenus ? de l’UMP pendant et après la que jamais, le chef de l’Etat motif suffisant pour mobiliser – l’Amérique et l’Europe – sont tom- sirentrecouperdesdépensessocia- Pour le moment, oui. Il est en revan- primaire PS a-t-elle été la bonne ? ne veut intervenir « que pour les Français », souligne un bés en panne (de croissance) et que les peu efficaces ou revenir sur les cheurgentquelepatronatmettelui- J’approuve la combativité de Jean- commenter des décisions », de ses proches. les deux autres – la Chine et les allégementsdechargesencompen- mêmedel’ordredanslesrémunéra- François Copé. Il est au front et pas précise l’Elysée. « Parler de rêve, comme le fait grandspaysémergents –sontenris- sation des 35 heures.La questiondu tions.Surcesujet,lacolèregronde.Il aux abris. Mais, pendant l’état de Pédagogie, vérité, perspecti- François Hollande, c’est une que de ralenti. La non-croissance tauxintermédiairedeTVAestégale- y a aujourd’hui des rémunérations grâce de François Hollande, nous ves. Ce sont les trois mots- erreur magistrale », estime révèle le trop de dettes. Il y a un ris- ment posée. quisontprovocantesetdesdiscours devons reconnaître que la majorité clefs du président. Pédagogie Franck Louvrier, conseiller en que de chute parce que, sans crois- qui sont arrogants. L’hyperluxe con- car le caractère « extrêmement communication du président, sance, les prêteurs ne font plus con- Faut-il le faire tout de suite ? siste maintenant à demander à technique » des enjeux liés à pour qui « s’en tenir au dis- fiance. Et moins il y a de croissance, Le temps est contre nous. Il ne faut payer plus d’impôt. Les provoca- « Il faudra choisir entre la crise de l’euro et des dettes cours sur le sang et les larmes plus il faudra de réformes. pas perdre de temps. tions, ça suffit ! couper des dépenses des Etats nourrit l’inquiétude. serait tout autant une erreur ». « La moitié n’a rien compris », Conscient de l’extrême sensi- Croyez-vous en des résultats C’est « le sang et les larmes » ? Certains estiment que la France sociales peu efficaces a maugréé Sarkozy dimanche bilité de l’opinion sur l’Europe tangibles de l’UE et du G20 qui Ce n’est pas un message de douleur perdra son triple A, la seule ou revenir sur les soir après une rencontre et de la fracture non résorbée soient suffisants pour convaincre mais un message de responsabilité. question étant de savoir quand. informelle avec huit des référendums de 1992 les marchés et les opinions ? Car il doit être clair que les efforts Une autre issue est-elle possible ? allégements de charge journalistes spécialisés dans et 2005, Nicolas Sarkozy L’essentiel pour moi, c’est le G20. dont nous nous exempterions nous Oui. Comme au rugby, le recul est en compensation des les questions européennes. voudrait tracer une « nouvelle Réussite ou échec, le G20 sera histo- seront imposés par la hausse des rarement une bonne stratégie. La Jeudi, Jean-Pierre Pernaut perspective européenne », rique. L’après ne sera plus comme taux d’intérêt. Il faut expliquer aux confiance fait aussi appel à des res- 35 heures. » (TF1) et Yves Calvi (France 2) conjuguant un fédéralisme l’avant. Ce sera, au G20, la coopéra- Français qu’un pays endetté doit se sorts psychologiques. Il faut défen- devraient donc poser les accru dans la gouvernance tion ou la division. La division vien- faire à l’idée qu’il est dépendant de dre le triple A avec énergie, comme était peu audible. Le problème pour questions les plus concrètes de l’Union européenne et un draitdesdésaccordseuropéens,des la confiance de ceux qui lui prêtent. le fait le président. le PS est de connaître l’état de grâce que se posent les Français protectionnisme assumé accusations européennes contre les SiFrançoisHollandeannonce,dans six mois avant l’élection, ce qui ne Deuxième impératif : la vérité aux frontières de l’Europe. Américains, des reproches des un souci démagogique, des dépen- Une majorité de Français sera pas forcément facile à gérer. Américains contre les Chinois. La ses très importantes en matière se dit favorable à des barrières Pour nous, la question est d’appor- bagarre, c’est la récession mondiale d’éducation, il les paiera par la protectrices. Une forme ter les bonnes réponses à cette terri- assurée. La coopération, c’est la hausse des taux d’intérêt. Son projet de démondialisation est-elle ble crise qui menace jusqu’à l’exis-EN BREF marque de confiance attendue par est une impasse. possible ? tence même de l’Europe. Le match les marchés et les opinions publi- de 2012 sera celui de l’éthique deRoyal pense être « très utile » au perchoir ques. Mais, pour entraîner le G20, conviction contre l’éthique de res- Nicolas Sarkozy a besoin du soutien ponsabilité. Nous devons démon-de l’Assemblée nationale de l’Allemagne. Sur des sujets tech- trer que la sagesse est dans notre Candidate malheureuse niques comme les financements camp. à la primaire socialiste, Ségolène innovants et, plus globalement, Royal (photo) se présentera aux pour la crédibilité de notre conti- Nicolas Sarkozy a accéléré le pas. élections législatives à La Rochelle. nent, l’accord avec Angela Merkel Mais doit-il se déclarer candidat François Hollande et Martine Aubry est nécessaire. Une division de dès maintenant ? lui ont « ouvert la perspective » de l’Europe anéantirait toute chance Il doit maintenant monter en pre- devenir présidente de l’Assemblée desuccèsduG20.Aufond,lagravité mière ligne. C’est-à-dire pédagogue en cas de victoire de la gauche, de la situation place chacun devant dès maintenant, candidat le a-t-elle assuré hier. « Je n’ai rien l’exigence d’un accord à Cannes. moment venu. Le G20 pourrait êtredemandé », assure la présidente de la région Poitou- L’accord à Bruxelles est un préalable le rendez-vous qui ouvrira les yeuxCharentes. « Je pense que je peux être très utile à ce poste ». à l’accord de Cannes. des Français sur les risques majeurs qui nous menacent. C’est l’occasionFilippeti rappelle Duflot à l’ordre Etes-vous inquiet pour l’euro ? d’une grande campagne de proxi- Non.Lamonnaieuniquerésistera.Il mité et d’explication qui devraitLa députée PS Aurélie Filippetti, membre de l’équipe de François lui faut néanmoins une gouver- s’engager rapidement. Dans cetteHollande pendant la primaire PS, a estimé hier que Cécile Duflot nance unique. Mais elle sera phase, d’ailleurs, c’est plus au gou-ne pouvait pas « poser un flingue sur la tempe » du candidat secouée en fonction de la crois- vernement de piloter qu’au parti.socialiste à l’occasion de la négociation entre les deux partis pour sance. La question aujourd’hui D’icià2012,lapédagogiedoitprécé-2012. « Une discussion, ce n’est pas un ultimatum, c’est un échange majeure, c’est celle de la croissance der le projet.[…] J’ai l’impression que les écolos se moquent de la victoire de la mondialeetlapartdel’Europedansgauche et qu’ils font passer en priorité leurs desiderata personnels », cette croissance mondiale. Sondages en berne, affaires, JEAN PAUL GUILLOTEAU/EXPRESS-REAa-t-elle taclé dans une interview au site Internet du « JDD ». « S’ils crise : cela ne rappelle-t-il pasveulent des circonscriptions pour les législatives de 2012, c’est à eux de La France peut-elle se dispenser la situation de Valéry Giscards’entendre avec le PS, il ne faudrait pas inverser les rapports de force. » de nouvelles mesures d’austérité ? d’Estaing en 1981 ? IP3 PRESS/MAXPPP Nous devrons faire des efforts, Il n’y a pas dans la majorité un partiGuéant promet 123 millions d’euros comme nos partenaires. Et ces qui souhaite l’échec du président ! efforts devront être à nouveau De toute façon, une présidentielleaux commissariats de police importants et surtout durables. est toujours serrée. Rien n’est joué.Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, va proposer au Parlement Nous sommes devant l’exigence Pour l’ancien Premier ministre, « moins il y a de croissance, PROPOS RECUEILLIS PARl’inscription de 123 millions d’euros de crédits pour les parcs d’adapter nos dépenses à nos recet- plus il faudra de réformes ». PIERRE-ALAIN FURBURYimmobiliers et automobiles de la Police nationale, a-t-il annoncéhier, dont 73 millions pour les « constructions, restructurations etmodernisations de commissariats » – « il y a des besoins partout enFrance », a -t-il reconnu –, 50 millions pour l’achat de véhicules pour François Fillon envisage de revoir les « orientations budgétaires »la police et autant pour la gendarmerie. Le Premier ministre n’exclut pas met de demain sur le sauvetage de la péens cruciaux, consacrés au sauve- de « revoir les orientations bud- zoneeuro,aprécisélePremierminis- tagedelazoneeuro.Ils’agissaitaussi, gétaires », dans le cas très pro- tre.Elledoitintervenir« danslesdélais pour François Fillon, de jouer lesRENDEZ-VOUS bable où la prévision de crois- sance 2012 était révisée. les plus rapprochés possibles », a estimé pour sa part le premier prési- pédagogues,d’exposerlesoptionsde gouvernance européenne privilé- dent de la Cour des comptes Didier giées par l’exécutif.CARCASSONNE, 12 H 30. Nicolas Sarkozy préside une table ronde Matignon prépare les esprits à une Migaud,, hier sur Public Sénat, esti- A chacun son rôle. Nicolas Sarkozysur le thème de la modernisation du secteur public de la santé. nouvellevaguederigueur.Danslecas mant qu’il en allait de la « crédibilité » s’exprimera jeudi soir à la télévisionSÉNAT, 14 H 30. Examen de la proposition de loi Ciotti visant où la prévision de croissance 2012 de la France. Toute révision de crois- pour expliciter aux Français, pour laà instaurer un service citoyen pour les mineurs délinquants. (1,75 %) était révisée, le gouverne- sance de 0,5 point nécessitera de première fois, les enjeux et les effetsASSEMBLÉE, 16 H 15. Vote solennel sur la première partie ment prendra les mesures d’écono- dégager 4 milliards d’euros d’écono- delacrise. LePremierministren’aeu,du projet de loi de Finances pour 2012. mies nécessaires pour respecter la mies supplémentaires, en augmen- lui, de cesse d’endosser la rigueur, etASSEMBLÉE, 16 H 15. Audition du secrétaire d’Etat au Commerce, trajectoire de réduction des déficits tant les recettes ou en réduisant les ce« devoirdevérité »souventpromu,Pierre Lellouche, par la commission des Affaires économiques. (3 % en 2013), a assuré le Premier dépenses. parce que dû, selon lui, aux Français.LE PUY-EN-VELAY, 18 HEURES. Meeting de Nathalie Arthaud. ministre, François Fillon, hier soir, à Vilipendé,ilyaquatreans,pouravoir ÉRIC FEFERBERG/AFP l’occasion d’une rencontre avec les Devoir de vérité évoquéunEtat« enfaillite »,François présidents de l’Assemblée nationale « Ce genre de réunions d’information Fillon, en déplacement en Corée du ECHOS DE CAMPAGNE et du Sénat, ainsi que les présidents des groupes politiques des deux est une démarche traditionnelle lors- qu’il y a des événements politiques Sud, vendredi dernier, n’a pas man- qué de rappeler : « C’est pour défen- LE BLOG DU SERVICE POLITIQUE DES ECHOS chambres. Cette révision des prévi- majeurs », rappelle-t-on au groupe drenotresouveraineté nationalequ’il sions de croissance reste pour l’ins- UMP à l’Assemblée. De fait, celle-ci François Fillon recevait hier les fautmettreuntermeàcetendettement lesechos.fr/echosdecampagne tantsuspendueauxrésultatsdusom- intervient entre deux Conseils euro- représentants des élus à Matignon. excessif. » CAROLINE DERRIEN
  3. 3. FRANCE 3 MARDI 25 OCTOBRE 2011 LES ECHOSIMPÔTS Les principaux intermédiaires financiers ont collecté 456 millions d’euros auprès des assujettis à l’ISF, soit une baisse limitée à 8 % par rapport à l’an dernier, selon les données collectées par « Capital Finance ». Le montant investi directement par les contribuables n’est pas encore connu.Même raboté, le dispositif ISF PMEconserve son attrait auprès des ménages ’est un fléchissement, mais il vement rassurant pour les PME,C est plus modeste que ce que les PME pouvaient craindre aprèsl’allégement de l’impôt sur la for- mais il doit être regardé avec pru- dence:lesintermédiairesfinanciers représentent moins de la moitié detune et le tour de vis sur les niches la collecte totale.fiscales. Le dispositif ISF PME, qui Le montant des capitaux promispermet de réduire son impôt à hau- aux PME ne sera précisémentteur de 50 % des sommes investies connu qu’en fin d’année, lorsquedans une PME, conserve son attrait Bercy aura traité le dossier des assu-auprès des ménages. Près d’un jettis ayant choisi d’investir directe-mois après la clôture de la campa- ment dans des PME (500 millionsgne 2011, la trentaine d’intermé- d’euros l’an dernier). La réductiondiaires financiers interrogés par d’impôt ayant été rabotée d’un tiers« Capital Finance » (groupe « Les dans ce cas (de 75 % à 50 %), c’estEchos ») font état d’une collecte de peut-être là que la baisse de la col-456 millions d’euros auprès des lecte a été la plus sévère. Ainsi, lesassujettis à l’ISF, soit une baisse de ménages qui investissaient directe-« seulement » 8 % par rapport à ment dans une entreprise ont-ilsl’année précédente. En introduisant peut-être préféré passer par un sont ainsi pratiquement tous des venus à augmenter leur collecte Finance (qui bondit de 8,8 à 40 mil- menté de respectivement 9,2 % et intermédiaire cette année. indépendants. Certains s’en sont cette année. Parmi eux, 123Venture lions, dont 33 d’ISF PME). Au total, 15,5 %, estime « Capital Finance ».456 MILLIONS Deuxième réserve : l’allégement du barème de l’ISF n’aura lieu que l’an prochain – seule la première tran- che ayant été supprimée cette même fait une spécialité, comme Entrepreneur Venture et Audacia. Les acteurs qui s’étaient placés danslejeudès2008sontmêmepar- (+ 64 %, à 74 millions collectés), Audacia (+ 38 %, à 55 millions d’euros), Entrepreneur Venture (+ 39 %, à 47,3 millions), A Plus les montants collectés par les fonds d’investissement de proximité (FIP) etlesfondscommunsdeplacement dans l’innovation (FCPI) ont aug- LUCIE ROBEQUAIN Lire page 18 l’éditorial de Jean-Francis PécresseLe montant collecté au profit année. C’est donc l’an prochain quedes PME par les principaux la collecte pour les PME sera la plusintermédiaires financiers. difficile, reconnaît le gouverne- ment, qui ne table d’ailleurs que sur 511 millions de réduction d’impôtdes estimations prudentes sur les (contre 750 millions d’euros prévusnon-répondants, on peut estimer la cette année).collecte globale des gérants à quel- Ce bilan provisoire n’en reste pasque 470 millions d’euros. moins instructif : outre la quasi-dis- Les mesures de restriction déci- parition des holdings, il confirme ledées faisaient pourtant craindre désengagement des banques et desle pire : le plafond de dépenses éli- assureurs dans ce type de finance-gibles a été ramené de 50.000 à ments. De grands noms comme45.000euroscetteannée.Ensuppri- BNP Paribas Private Equity et Cré-mant la première tranche d’ISF, le dit mutuel - CIC Capital privé ontgouvernement a également réduit ainsi décidé de ne plus lever dede moitié le nombre d’investisseurs f o n d s I S F, r e l è v e « C a p i t a lpotentiels. Ce bilan est donc relati- Finance ». Les principaux gérantsCONJONCTURELe risque de contractionde l’activité se renforce u moment où Bercy se pré-A pare à abaisser sa prévision decroissancepour2012,lesdonnées des enquêtes de con-joncture menées auprès desentreprises affichent une accen-tuation du risque d’une contrac-tion de l’activité à la fin del’année. Après une nouvelledégradation du climat des affai-res, annoncée vendredi parl’Insee, les indices PMI publiéshier par Markit témoignent ainsiàleurtourde l’ampleurduralen-tissement économique enFrance comme dans la zoneeuro. Pour la première foisdepuis l’été 2009, ils indiquentque l’activité s’est contractée la prévision de croissance alle-dans l’Hexagone en octobre, du mande est de 1 % pour 2012 etfait d’une forte baisse dans les celle du consensus de 0,9 %.servicesetd’unnouveaureculde La ministre du Budget, Valériela production manufacturière. Pécresse, a confirmé hier que la« L e s ecteur pr iv é français révision de la prévision de crois-vacille », souligne l’économiste sance« n’estpasuntabou »,maisde Markit, pour qui les données veut « prendre le temps de regar-d’enquête sont, à ce stade, « con- der l’ensemble des indicateurs àformes à un taux de contraction disposition dans les jours et lestrimestriel significatif du PIB, de semaines qui viennent ». La pre-l’ordre de 0,5 % à 0,6 % ». Et d’agi- mière estimation de la crois-ter le spectre d’une récession sanceautroisièmetrimestresera(définie comme deux trimestres publiée le 15 novembre.consécutifs de recul du PIB) « à Pour l’exécutif, le sommetmoins d’un rapide retournement européen de mercredi puis lede tendance ». G20deCannesdevraientdonner une meilleure visibilité sur lesCroissance nulle possible perspectives économiques.Cette menace est de plus en plus Reste que si une solution politi-prise au sérieux par les écono- que à la crise de la zone euro estmistes. « Une récession de faible indispensable pour rétablir laampleur fin 2011-début 2012 se confiance des chefs d’entreprise,dessine désormais », estiment les il n’est pas évident qu’elle suffiseconjoncturistes d’Exane BNP àsauver la findel’année et à bienParibas, pour qui « il sera alors amorcer 2012 : « Même si desdifficile de tabler sur une crois- décisions positives sont prisessancemoyennesupérieureà0,5% mercredi, elles mettront plusieursl’an prochain ». « Notre prévision mois à se diffuser aux agents éco-destagnationenFranceàlachar- nomique », estime Bruno Cava-nière2011-2012paraîtdésormais lier.« Lechocdeconfiancesedou-trop optimiste, constate aussi bled’unresserrementpalpabledeBrunoCavalier,chezOddoSecu- l’accès au crédit, et ce dernier phé-rities. Il serait raisonnable que le nomène n’est pas réversible ins-gouvernement planche sur un tantanément », indique-t-onscénario de croissance nulle en chez Exane BNP Paribas.2012. » Des propos pessimistes : FRÉDÉRIC SCHAEFFER
  4. 4. FRANCE4 MARDI 25 OCTOBRE 2011 LES ECHOSSOCIAL En septembre, le ministère du Travail a enregistré 43.343 nouveaux contrats ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR d’apprentissage, un chiffre stable par rapport à septembre 2010, et 27.243 nouveaux contrats de professionnalisation, en hausse de 23 %. Grand emprunt : 150 millions pour la formationAlternance : la rentrée 2011 L ’innovation pédagogique dans les formations. C’était – critiquerécurrenteentendueportée par les « contrats pro » chezlesuniversitaires–lagrande absentedelapremièrevaguedes appels à projets des investisse- ments d’avenir financés par le e mois dernier, le ministère du de l’été s’est avérée un simple effet bre 2010. La poursuite de cette ten- grand emprunt, centrée sur laL Travail a enregistré 43.343 nou- veaux contrats d’apprentis-sage, selon les données statistiques d’optique. Le coup de frein affiché en juin et juillet, mois sur lesquels le nombre de contrats recensés ne dance aboutirait en fin d’année à dépasser les 180.000 contrats, légèrement au-dessus du record recherche. En juin dernier, Nico- las Sarkozy avait souhaité quel- ques réorientations pour laque « Les Echos » se sont procu- dépassait pas la moitié de ce qu’ils de 2008. deuxième vague. Ce sont finale-rées. C’est, à 150 près, le même avaient été douze mois aupara- ment 150 millions d’euros quinombre qu’en septembre 2010. En 600.000 contrats en 2015 serontréallouésàunappelàpro-ces temps conjoncturels incer-tains, c’est une bonne nouvelle.D’autant que, depuis le début de2011, la performance mensuelle de 470.000 E n l ’a b s e n c e d e s u r s a u t d e l’apprentissage, le dynamisme des contrats de professionnalisation suffirait, en termes statistiques en jets baptisé « initiative d’excel- lence en formations innovan- tes » (Idefi), présenté ce matin par le commissaire général àl’apprentissage était systématique- Le nombre de contrats tout cas, à rompre avec deux l’investissement,RenéRicol,etle ERIC FEFERBERG - AFPment en repli par rapport au même en alternance en 2011 si le années de stagnation de l’alter- ministre de l’Enseignementmois un an auparavant. Le retard rythme des neuf premiers nance, portant le total des contrats, supérieur, Laurent Wauquiez.n’a pas été rattrapé mais l’essentiel mois se maintient. toutes formules confondues, de « Lesobjectifssontàlafoisdefairedes contrats se conclut toujours 230.800 entre janvier et septembre émergerdesdiplômesaumeilleurdans les derniers mois de l’année. autour de 470.000 sur l’ensemble standard mondial, de répondreSeptembre augure donc d’un mil- vant, a été provoqué par un chan- de l’année. au défi de la démocratisation et à Laurent Wauquiez, ministrelésime du même ordre que les gement de procédure de valida- Mais au-delà des chiffres, il va celui de l’insertion professionnelle de l’Enseignement supérieur.deux années précédentes : sur les tion des contrats. La Dares a, laisser entier le problème posé par des étudiants, en multipliant lesneuf premiers mois de l’année, depuis, corrigé ce biais et les statis- le passage du bac professionnel de partenariatsaveclesentrepriseset des parcours différenciés : un132.628 contrats ont été comptabi- tiques indiquent au contraire la deux à trois ans, qui constitue une l’alternance », explique Laurent parcoursd’« excellence »pourleslisés, soit 6.000 de moins qu’en bonne tenue des contrats de pro- réelle difficulté pour l’apprentis- Wauquiez, qui veut voir dans ce meilleurs étudiants, un parcours2010 et presque autant qu’en 2009. fessionnalisation depuis le début sage et, sans doute, l’un des freins à nouvel appel à projets « l’émer- « classique » et un autre renforcé Il est désormais quasiment de l’année. 27.243 contrats ont été lever pour rendre moins hypothé- gence de fleurons qui auront un pour ceux qui rencontrent desacquis que la performance de la enregistrés par l’administration en tique l’objectif affiché par le prési- effet structurant pour l’ensemble difficultés, avec des passerellesformation en alternance en 2011 septembre, soit 6.000 de plus qu’en dent de la République d’aller jus- dune filière ou d’un site ». entre chacun. Sont égalementse jouera cette année sur les septembre 2010. De janvier à qu’à 600.000 contrats conclus dans attendusdesprojetssurlaforma-contrats de professionnalisation. septembre, le total atteint 98.180. l’année en 2015. Démonstrateurs d’excellence tion continue, l’ingénierie, lesDe ce côté, la mauvaise nouvelle C’est 23 % de plus qu’en septem- LEÏLA DE COMARMOND Mais les places seront chères. études de médecine, la profes- Pour éviter le saupoudrage, sionnalisation,unmeilleurappui 20lauréatsserontdésignésparun de la formation sur la recherche, D’un secteur à l’autre, le succès de l’apprentissage varie fortement jury international et pourront recevoir, en moyenne, sur une dès la licence, et la pluridiscipli- narité. Les dossiers sont à dépo- durée de contrat de huit ans, ser d’ici au 19 décembre et lesSelon le métier et le niveau de niveau géographique, selon les exemple les bouchers, il y a plus de lignant que même les annonces 1 million d’euros par an. Les sélectionnés seront connusformation, le succès de métiers et les niveaux de for- places que de jeunes », note Robert qu’il publie dans des journaux gra- niveauxdelalicenceetdumaster début mars 2012, après le verdictl’apprentissage n’est pas homo- mation. » Dufour, secrétaire national de la tuits n’apportent plus de candidats. sontconcernés.« L’idéeestd’avoir définitif des Idex (les initiativesgène. Le passage de deux à trois Fédération nationale des associa- Yann Lafitte déplore un « manque des démonstrateurs de ce qui peut d’excellence, ces grands campusans du bac pro est un frein. L’« effet Masterchef » tions régionales des directeurs de d’information sur l’orientation vers exister d’excellent et d’innovant en à vocation mondiale), ces der- Un petit tour de France montre en centre de formation d’apprentis les métiers » auxquels forme son formation, précise-t-on au Com- niers ne pouvant cumuler leur« Si, déjà, on stabilise le nombre effet de fortes disparités entre (Fnadir), qui dirige le CFA de la CFA. En post-bac, « je n’ai pas de missariat général à l’investisse- dotation pour le campus avecd’apprentis cette année, c’est bien. » régions ou même départements. Chambre de métiers et de l’artisa- problème car je suis inscrit sur le ment, donnant en exemple les celle de l’appel à projet, Idefi.Comme ce patron de branche Ainsi, sur les neuf premiers mois nat de Maine-et-Loire. La chau- portail de l’académie, mais en deçà, cursus de licence qui proposent ISABELLE FICEKpatronale, nombreuses sont les de l’année, le Languedoc-Rous- dronnerie est dans le même cas, c’est une autre affaire », déplore-entreprises dont le souci n’est pas sillon affiche une hausse de plus de comme les transports et la logisti- t-il, estimant qu’il y a « un gros tra-tant d’augmenter leur nombre 3 0 % q u a n d l ’A l s a c e b a i s s e que. En Franche-Comté, il y a vail à faire pour former et informerd’apprentis mais de le maintenir d’autant. Les disparités sont aussi 800 postes à pourvoir sur le secteur, les professeurs principaux ». EN BREFau même niveau que l’an passé. fortes entre les professions : il y a souligne Yann Lafitte, directeur du Si elle souligne « l’incertitude par exemple sur la cuisine l’« effet CFA transport et logistique situé à Coûts annexes Députés et gouvernement améliorentéconomique qui entraîne un man- “Masterchef ”» (l’émission télévi- Besançon. Depuis trois ans, le Sans compter l’arlésienne de laque de visibilité sur les mois et sée, NDLR), qui a contribué à mul- manque de candidats est devenu réforme de l’orientation. Ce direc- le solde budgétaire de 1,5 milliard d’eurosannées à venir », l’Assemblée per- tiplier les vocations ; en revanche, « régulier » sur les niveaux V (CAP teur de CFA pointe un autre souci Les députés doivent approuver, aujourd’hui, la première partiemanente des chambres de métiers « dans les métiers en tension, par et BEP) et IV (bac), pointe-t-il, sou- qui freine les vocations, celui des du budget 2012. Les amendements gouvernementaux etet de l’artisanat constate cepen- coûts annexes que doivent suppor- parlementaires votés lors du débat ont permis d’accroîtredant une hausse de 3 % des con- UNE MÉDAILLE D’OR PAS TOUT À FAIT COMME LES AUTRES ter les apprentis, surtout en pro- les recettes de 942 millions d’euros et de réduire les dépensestrats signés par rapport à l’an der- vince : « C’est jusqu’ à 90 % de leur de 397 millions d’euros. Le rééquilibrage du bonus-malusnier « au jour d’aujourd’hui ». Une médaille d’or de l’appren- cette spécialité que son par- salaire qui peux passer en frais automobile – qui ne pourra plus être déficitaire – permet, Du côté de la métallurgie aussi, tissage décernée sous l’égide du cours qui fait de sa prochaine d’hébergement, de restauration et quant à lui, une amélioration de 112 millions d’euros. Au final,on juge que « la rentrée se profile Sénat et des ministères de décoration un double événe- de transport », déplore-t-il. Cela le solde budgétaire s’est donc amélioré de 1,5 milliard d’eurosplutôt bien ». Le directeur général l’Education nationale, des PME ment. Arrivé en juillet 2008 pour empêche même parfois le contrat par rapport au projet présenté par le gouvernement finadjoint chargé de la formation de et de l’Alternance, c’est toujours rejoindre sa mère, ce jeune de se conclure, souligne un res- septembre, ce qui doit ramener le déficit de l’Etat à 80,3 milliardsl’Assemblée des chambres françai- une belle récompense, mais Moldave a bien failli ne pas ponsable de branche. Mais les pro- d’euros fin 2012 . L’extension de la taxe sur les boissons sucréesses de commerce et d’industrie celle qui sera remise à rester en France. La demande blèmes ne viennent pas tous, loin à celles contenant des édulcorants (coca « light ») apportera(ACFCI), Bernard Legendre, est Dragos B., début 2012 revêtira de titre de séjour à ses dix-huit s’en faut, du manque de candidats : 35 millions d’euros supplémentaire. Quant à la taxe sur les hautssur une perspective approchante : une dimension encore plus ans avait d’abord été rejetée et les entreprises font aussi défaut. Le revenus, elle apportera 200 millions d’euros de plus que prévu.« Les chiffres de l’apprentissage symbolique. Après un CAP en assortie d’une obligation de souci est particulièrement marquédevraient cette année se maintenir lycée professionnel, ce jeune quitter le territoire. Mais l’asso- sur le bac professionnel, dont le Fonction publique hospitalière :au même niveau que l’an dernier, prépare un bac professionnel ciation RESF (Réseau éducation passage de deux à trois ans a nette-voire se situer en légère hausse. » par apprentissage en « ensei- sans frontières) s’en est mêlée et ment freiné les ardeurs patronales, la CGT progresseMais il souligne aussi que « der- gnerie » (fabrication d’enseignes Dragos a fini par obtenir un titre comme le soulignent tous les Les résultats des électionsrière se cachent des tendances qui lumineuses). Ce n’est pas tant de séjour vie privée et familiale. acteurs de l’apprentissage. professionnellespeuvent être assez variées au L. DE C. dans la fonction publique hospitalière sont marqués par une nette AFP progression de la CGT.SOCIAL La note de conjoncture sociale d’Entreprise & Personnel juge inévitables des choix Le syndicat a recueilli 33,5% des voix lors du scrutin de jeudi budgétaires « douloureux » après la présidentielle et prédit une rentrée 2012 très tendue. dernier, selon les résultats quasi-définitifs diffusés hier par le ministère de la Santé. C’est deux points de plus qu’aux élections précédentes de 2007. La CFDT n’est pas parvenue à progresserLes DRH craignent un climat social comme elle le souhaitait, maintenant sa position pratiquement inchangée par rapport à 2007 (+0,1 point, à 24,5%). En troisième position, FO progresse très légèrement (+0,6 point à 22,7%).explosif en 2012 sur fond de rigueur accrue Sud, l’Unsa et la CFTC reculent. Tous les syndicats ont déploré une participation en forte baisse (48,6 %, soit 8 points de moins qu’en 2007). Ce recul est dû, selon eux, aux nombreux problèmes d’organisation du scrutin (« Les Echos » du 20 octobre). « La remise en cause e plus dur est à venir. C’est la dès lors celui du vrai basculement tés des entreprises « risque d’être Quelque 956. 000 agents étaient appelés à voter.L conclusion à laquelle parvient d’acquis sociaux Entreprise & Personnel (E&P), devrait êtrele think tank des DRH de grandes dans la rigueur, avec « des choix forcément douloureux » en termes de hausses d’impôt et de refonte trop important ». D’autant que, « sans parler encore de plans sociaux, la remise en cause d’acquis Reclassement des chômeurs : les opérateurs privés ne feraient pas mieux que Pôle emploientreprises, dans l’édition 2011 de de la protection sociale. « L’austé- à l’agenda 2012 sociaux » pour soutenir la compé-sa note de conjoncture sociale, rité n’est aujourd’hui qu’un mot », titivité « devrait être à l’agenda 2012 Le conseil d’administration de Pôle emploi convoquéprésentée vendredi. Les auteurs, écrivent les auteurs. des entreprises. » des entreprises ». L’atonie des mar- aujourd’hui va recevoir le ministre du Travail, Xavier Bertrand.Jean-Pierre Basilien et Michèle Toute la question est de savoir chés européens et américains ris- Au menu, un point sur les négociations en cours sur laGilabert, distinguent deux « à quel moment le coût social sera présidentielle devront se concen- que en outre d’entraîner des délo- convention tripartite Etat-Unedic-Pôle emploi. Mais avant cela,s é q u e n c e s. C e l l e e n c o u r s, jugé insupportable et par quelles trer sur la lutte contre le chômage, calisations vers l’Asie et l’Amérique il devrait notamment se pencher sur l’efficacité des opérateursd’abord, de « transition », avec un catégories sociales », analysent-ils, « la baisse du coût du travail » et du Sud. Pour E&P, ce contexte doit privés de placement des chômeurs avec la seconde vague declimat marqué par l’« attente » du prévenant que « c’est autour de la « l’efficience du système éducatif ». inciter les entreprises à redoubler l’étude menée par Pôle emploi et le ministère du travail avecscrutin présidentiel mais aussi perception de la justice sociale d’efforts d’« explication » des stra- le sondeur LH2, treize mois après la prise en charge des« d’une mise en œuvre de politiques accompagnant les projets de Entre les attentes et les possibles tégies auprès de salariés débousso- chômeurs. Celle-ci donnerait le résultat suivant : taux de retour àd’austérité dont [...] l’essentiel est réforme que se joueront les équili- L’étude n’est guère plus optimiste lés et à se montrer exemplaires en l’emploi salarié de 42 % pour les opérateurs privés et de 50 %devant nous » tant « rien n’est bres sociaux », en particulier lors pour les entreprises. Elle redoute termes de responsabilité sociale pour Pôle emploi concernant les licenciés économiques et unréglé » en ce qui concerne « l’inter- d’une rentrée de septembre 2012 de nouveaux conflits salariaux tant, en la matière, « elles seront taux de retour à l’emploi respectivement de 51 % et de 52 % pourminable crise de la dette ». Selon la qu’ils craignent explosive. E&P début 2012 tant l’écart entre les attendues sur leurs actes ». les chômeurs très éloignés de l’emploi pris en charge dansnote, le second semestre 2012 sera estime que les débats de l’élection attentes des salariés et les possibili- DEREK PERROTTE le cadre du programme trajectoire.

×