• Save
Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC

on

  • 1,002 views

Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC ...

Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC
http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm13_007.htm
Publié le 1/05/2013 - 34 pages - pdf 1,7 Mo
Auteurs : FOLLAIN Grégoire - BERTOTHY Charles - MARTIN Aurélie - LOUBIERE Pascal

Statistics

Views

Total Views
1,002
Views on SlideShare
761
Embed Views
241

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 241

http://yanthoinet.com 239
http://yanthoinet.wordpress.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC Document Transcript

    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     1 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013            Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC            REDACTEURS  GREGOIRE FOLLAIN CHARLES BERTOTHY  REVISION  AURÉLIE MARTIN PASCAL LOUBIÈRE    2013 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     2 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   TABLE DES MATIÈRES    INTRODUCTION  4  I.  LE CONTEXTE  5  II.  LES FINANCEMENTS GOUVERNEMENTAUX  6 A)  AGENCY FOR SCIENCE, TECHNOLOGY AND RESEARCH (A*STAR)  6 B)  ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD (EDB)  6 C)  INTERACTIVE DIGITAL MEDIA (IDM)  7 D)  ACADEMIC RESEARCH FUND (ACRF)  7 E)  MEDIA DEVELOPMENT AUTHORITY (MDA)  8 F)  INFOCOMM DEVELOPMENT AUTHORITY (IDA)  8 G)  NATIONAL RESEARCH FOUNDATION (NRF)  9 H)  STANDARDS, PRODUCTIVITY AND INNOVATION BOARD (SPRING)  9 I)  INTERNATIONAL ENTREPRISE (IE SINGAPORE)  9  III.  LES DIFFÉRENTS LABORATOIRES DE RECHERCHE  11 A)  LES LABORATOIRES UNIVERSITAIRES  11 1)  NTU : Nanyang Technological University  11 2)  NUS : National University of Singapore  15 3)  SMU : Singapore Management University  17 4)  Singapore Polytechnic  17  B)  LES LABORATOIRES GOUVERNEMENTAUX  18 1)  Agency for Science, Technology And Research (A*STAR)  18  C)  LES LABORATOIRES MIXTES  20 1)  CNRS International NTU THALES Research Alliance (CINTRA)  20 2)  Fraunhofer IDM Center (Fraunhofer IDM@NTU)  21 3)  Intelligent Systems Center (IntelliSys)  21 4)  Supélec‐Onera‐Nus‐Dsta Research Alliance (Sondra)  22 5)  SMU‐TCS iCity Lab (iCity)  22 6)  Living Analytics Research Center (LARC)  22 7)  Games Resource Center (GRC)  22 8)  Image and Pervasive Access Lab (IPAL)  23      
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     3 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013    IV.  LES NOUVEAUX PROJETS SINGAPOURIENS  24 A)  CAMPUS FOR RESEARCH EXCELLENCE AND TECHNOLOGICAL ENTERPRISE (CREATE)  24 B)  FUSIONOPOLIS  26 C)  MEDIAPOLIS  27  V.  LES INTERACTIONS SINGAPOUR – FRANCE DANS LE DOMAINE DES TIC  27 A)  MERLION  27 B)  LES LABORATOIRES FRANCO‐SINGAPOURIENS  28 C)  STIC ASIE  29 D)  THÈSES FRANCO‐SINGAPOURIENNE  29  CONCLUSION  31  LEXIQUE   32  SOURCES   33                 Ce  dossier  a  pour  vocation  de  faire  un  état  des  lieux  des  organismes  de  financement,  des laboratoires  de  R&D  et  des  collaborations  franco‐singapouriennes  dans  le  domaine  des  TIC  à Singapour.  Les  données  sont  issues  de  différentes  sources  et  peuvent  être  sujettes  à réactualisation, ou ne pas être exhaustives, aussi vous est‐il conseillé de vérifier l’actualité de ces informations sur les url dédiées aux programmes répertoriés.  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     4 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Introduction    Les  TIC  (Technologies de  l’Information  et  de  la  Communication)  sont un  pilier de  l’économie singapourienne,  avec  un  chiffre  d’affaires  de  26  Mds  €  pour  l’informatique  et  les télécommunications et 34 Mds € pour l’électronique  Voici  quelques  chiffres  sur  ce  marché  de  5  millions  d’habitants,  avec  un  PIB  par  habitant supérieur à celui de la France :   • 7.000 multinationales sont implantées à Singapour (dont 60% en tant que siège régional Asie ou Asie du Sud‐est) et 150.000 PME.  •  97%  des  foyers  sont  abonnés  au  haut‐débit  et  un  réseau  de  7.000  hot  spots  gratuits  est disponible sur tout le territoire national, desservant 1 million d’abonnés (Wireless@SG).  • Taux de pénétration de la téléphonie mobile : 130% (dont 40% en 3G ou 3,5G)  • Singapour va être le premier pays avec une couverture LTE nationale d’ici mi‐2013 et a déjà de nombreuses antennes en fonction.   • 90% des entreprises technologiques de Fortune 1000 ont une activité de R&D (Recherche et Développement) à Singapour.  •  Le  gouvernement  propose  aujourd’hui  98%  de  ses  services  en  ligne  et  plus  de  150  sur téléphone portable.   • L’électronique représente 30% de la production manufacturière qui, à son tour, compte pour 28% dans le PIB du pays.   • Singapour est la seconde ville au monde (et le 6ème pays au monde) en termes de densité d’usines  de  semi‐conducteurs,  avec  14  usines  de  semi‐conducteurs,  20  usines  de  test  et d’assemblage, et 40 centres de design.   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     5 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  I.  Le Contexte    Politique singapourienne en la matière :  Pour la période 2011‐2015, le nouveau plan de financement de la recherche annoncé par le Premier  Ministre  s ‘élève  à  16,1  S$  milliards  (~  10  milliards  d’euro),  soit  20%  de  plus  que  le précédent  budget  quinquennal.  La  priorité  est  donnée  à  la  recherche  appliquée,  pour  son potentiel  commercial,  et  aux  collaborations  entre  les  instituts  de  recherche  publics  et l’industrie.  Le gouvernement a lancé en juin 2006 un plan de développement intitulé iN2015 (« Intelligent Nation  2015  »).  Il  prévoit  une  amélioration  des  infrastructures  (passage  complet  au  Next Generation Network –NGN‐, 1Gbps), le développement renforcé des compétences techniques locales, et le soutien aux sociétés locales pour le développement de technologies innovantes ainsi que pour leur régionalisation.    Importations en provenance de France, positionnement de la concurrence :  Le marché des logiciels est essentiellement dominé par des multinationales, surtout américaines (Oracle, IBM), mais la France est très bien représentée dans le domaine des logiciels financiers, des  applications  télécoms  ou  média  ainsi  que  dans  les  services  informatiques.  La  France  est également bien représentée sur le secteur de l’électronique et du RFID avec, notamment, la présence  de  STMicroelectronics  (7.500  personnes),  Adixen,  SOITEC,  Mondiaquartz,  FCI, Gemalto, Inside Contactless, ASK… On compte une centaine de filiales françaises actives dans le secteur des TIC à Singapour. Les TIC représentent environ ¼ de nos exportations vers Singapour.   Sous‐secteurs porteurs ou tendances de marché :  Dans le vaste domaine des TIC, les secteurs suivants sont particulièrement porteurs : « Grid » et « cloud computing », services de géolocalisation (ex : concierge numérique), média numériques interactifs  (installation  d’Ubisoft  en  2008  à  Singapour  où  sont  déjà  présents  Electronic  Arts, Koei,  Lucas  Entertainment  etc.),  paiements  mobiles  (tests  pilotes  actuellement), elearning/edutainment  (pilotes  menés  dans  4  écoles  singapouriennes,  forte  volonté gouvernementale de développer ces applications), TIC appliquées à la santé (plusieurs appels d’offres  déjà  lancés,  Singapour  souhaite  devenir  un  hub  médical  mondial  et  de  nombreux accords existent déjà avec des sociétés d’assurance américaines).       
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     6 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   Principaux projets à venir :   865 M € d’appels d’offres publics ont été lancés en 2009 dans les TIC, pour près de 400 projets, notamment  d’intégration  des  systèmes  informatiques  et  des  données  gouvernementales,  de déploiement  de  terminaux  de  POS  pour  le  paiement  mobile  par  la  technologie  NFC,  et  de développement  d’applications  de  m‐commerce,  de  services  de  géolocalisation  et  de  services mobiles innovants.    II.  Les financements gouvernementaux   a)  Agency for Science, Technology and Research (A*STAR)   L’agence  pour  la  Science,  la  Technologie  et  la  Recherche  (A*STAR)  contribue  fortement  aux activités  de  recherche  et  de  développement  des  sciences  physiques,  biomédicales  et  de l’ingénierie.  Cet organisme existe depuis 1991 et reçoit ses financements du ministère du commerce et de l’industrie (MTI) dont il dépend. A*STAR  supervise  actuellement  21  laboratoires,  instituts  ou  consortiums,  et  stimule  la croissance  économique  singapourienne.  Les  deux  entités  principales  sont  le  conseil  de  la recherche  biomédicale  (BMRC)  et  le  conseil  de  la  recherche  scientifique  et  de  l’ingénierie (SERC). Il  existe  également  un  conseil  commun  qui  a  pour  but  de  promouvoir  les  projets interdisciplinaires. Les  opportunités  de  financement  sont  assez  variées,  il  s’agit  principalement  de  bourses réparties sur les différents secteurs d’activité couverts par A*STAR. Cet  organisme  finance  de  très  nombreux  projets  et  donc  oriente  la  recherche,  dans  des domaines variés, ce qui en fait l’un des organismes incontournables de la recherche.    b)  Economic Development Board (EDB)   L’EDB est une agence gouvernementale qui est en charge des actions stratégiques de Singapour pour  attirer  les  capitaux  étrangers  sur  son  sol,  se  positionner  comme  centre  d’affaires  et permettre  la  croissance  de  son  économie.  En  complément  des  opportunités  financières présentées  ci‐dessous,  EDB  met  en  place de  nombreux  crédits d’impôts  pour encourager  les entreprises à introduire ou cultiver leurs activités de R&D à Singapour.  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     7 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  ▪ Innovation Development Scheme (IDS) Ce  programme  vise  à  encourager  la  capacité  d’innovation  des  entreprises  enregistrées  à Singapour pour développer de nouveaux produits ou procédés. Les dépenses prises en charges sont  les  ressources  humaines,  l’équipement  et  le  matériel,  les  services  professionnels,  et  les droits  de  propriété  intellectuelle,  et  les  financements  sont  fournis  sur  une  base  de remboursement.  ▪ Research Incentive Scheme for Companies (RISC) Ce programme s’adresse aux entreprises désireuses d’installer un centre R&D à Singapour, une des priorités de la cite‐état. Les dépenses prises en compte sont identiques à celle d’IDS.  ▪ New Technology (INTECH) Ce support financier est destiné à la formation de personnels dans le cadre d’activités de R&D ou d’amélioration du savoir‐faire.   c)  Interactive Digital Media (IDM)   Interactive Digital Media Programme Office (IDMPO) a été créé en 2006 pour coordonner les efforts de différentes agences (A*STAR, EDB, IDA, MOE, IE, DSTA ...). Cette organisme est financé par la NRF (National Research Foundation) et finance à son tour des industries, des start‐up innovantes, des programmes de recherche et des projets éducatifs.  Ce qui nous intéresse principalement ici est le programme i.ROCK qui finance les projets publics de recherche et les initiatives de centres de recherche internationaux à Singapour.     d)  Academic Research Fund (AcRF)    Ce  fond  de  financement  est  entièrement  dédié  aux  universités  publiques,  et  dépend  du Ministère  de  l’éducation  (MoE)  de  Singapour.  Les  subventions  sont  versées  à  l’université  en fonction de ses projets internes de recherche.  Le financement est divisé en trois parties, Tiers 1, 2 et 3. Le premier concerne les projets qui dépendent  uniquement  d’une  université  publique.  Le  second  est  attribué  aux  projets interuniversitaires ayant un fort potentiel. Le dernier, quand à lui, est attribué aux projets de recherche interdisciplinaires et interuniversitaires.    
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     8 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013    e)  Media Development Authority (MDA)    Cette autorité de régulation et de promotion du secteur des médias, placée sous la tutelle du MICA (Ministry of Information, Communications and the Arts), a vu le jour le 1er janvier 2003 à la suite de la fusion de trois anciennes agences gouvernementales : la SBA (Singapore Broadcast Authority), la SFC (Singapore Film Commission) et le FPD (Films and Publication Department). Sa création répondait à la convergence croissante des différents médias et s’intègre dans le plan de développement  du  secteur,  intitulé  MEDIA  21,  qui  a  pour  objectif  de  faire  de  Singapour  un centre régional de production et de distribution des médias et du multimédia.   Les  financements  sont  principalement  dédiés  aux  entreprises  menant  des  activités  dans  le domaine des médias, des technologies de communication et de la communication elle‐même. Mais il existe également un fond pour les recherches académiques, qui concerne bien sûr les projets liés au domaine d’activité de la MDA, cest‐à‐dire, les médias.   f)  Infocomm Development Authority (IDA)    L’Infocomm  Development  Authority  (IDA)  est  à  la  fois  l’organe  de  promotion  et  l’autorité  de régulation  du  marché  des  TIC  (hors  audiovisuel)  à  Singapour.  L’IDA  définit,  entre  autres,  le Telecoms Competition Code qui règlemente tout le secteur, et attribue notamment les licences. Celles‐ci sont au nombre de deux : l’une pour les Facilities‐Based Operators (FBO) qui possèdent leur propre réseau, l’autre pour les Service‐Based Operators (SBO) qui louent les réseaux des FBO.   LIDA  intervient  sur  les  segments  de  marché  considérés  comme  non  concurrentiels  (liaisons louées, réseau câblé) détenus par des opérateurs historiques ou en situation monopolistique. L’IDA  a  ainsi  mis  au  point  un  RIO  (Reference  Interconnection  Offer)  avec  SingTel  (opérateur historique) afin que les tarifs dinterconnexion n’entravent pas la concurrence.  Au‐delà  de  ses  actions  de  régulation,  l’IDA  exerce  un  pouvoir  décisionnel  important  sur  le développement des marchés de l’internet et des télécoms. L’IDA est à l’initiative de la plupart des projets d’innovation, de promotion et de développement de ces secteurs à Singapour.  Cet organisme attribue également un grand nombre d’aides financières aux acteurs locaux et internationaux dans le domaine des TIC pour en favoriser l’activité et maîtriser les tendances. Mais l’IDA travaille uniquement avec des entreprises et ne finance aucun projet de recherche académique.     
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     9 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Le rôle central que joue l’IDA dans la définition des projets et la sélection des acteurs lui permet, plus que de réguler, de contrôler les marchés des TIC à Singapour. A titre d’exemple, c’est l’IDA qui  a  lancé  dès  décembre  2006,  en  partenariat  avec  iCell,  Singtel  et  M1,  les  bornes  Wi‐Fi  à Singapour. Aujourd’hui, la cité‐Etat compte plus de 7.000 bornes.   g)   National Research Foundation (NRF)   La  National  Research  Foundation  (NRF)  est  un  organisme  gouvernemental  qui  dépend  du cabinet du Premier Ministre. Son rôle est de définir la stratégie et la politique concernant la recherche, l’innovation et les entreprises à Singapour. A ce titre, la NRF finance des initiatives stratégiques  pour  augmenter  les  possibilités  de  recherche,  favoriser  l’innovation  et l’entreprenariat  à  Singapour.  Cet  organisme  ne  finance  donc  presque  pas  de  projets  de recherche  classique  mais  développe,  coordonne  et  finance  des  projets  à  l’échelle  nationale (comme CREATE, page 25).   h)  Standards, Productivity and Innovation Board (SPRING)   Agence  gouvernementale  en  charge  du  développement  des  PME  et  entreprises  «  locales  », SPRING fournit un soutien financier aux entreprises innovantes pour le développement de leurs infrastructures, de leurs capitaux humains et technologiques et pour faciliter leurs entrées sur le marché. Cet  organisme  dépend  du  ministère  du  commerce  et  de  l’industrie,  il  s’agit  donc  d’une opportunité de financement qui concerne uniquement les entreprises.   i)  International Entreprise (IE Singapore)    IE  Singapore  est  un  organisme  relevant  du  ministère  du  Commerce  et  de  lIndustrie,  dont l’objectif est de promouvoir la croissance à l’étranger des entreprises basées à Singapour ainsi que le commerce international.  IE Singapore offre des opportunités de financement à ses entreprises pour le développement, et se concentre sur sept domaines principaux: services aux entreprises, services pour l’ingénierie et  lenvironnement,  Technologies  de  l’Information  et  de  la  Communication,  services  pour  les infrastructures,  mode  de  vie,  transport  et  logistique  ainsi  que  les  technologies  pour  le commerce.   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     10 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013     Pour résumer cette partie sur les différents organismes de financement à Singapour, voici un schéma qui regroupe les principaux organismes, leur hiérarchie et leurs échanges :      
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     11 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  III.  Les différents laboratoires de recherche  a)  Les laboratoires universitaires   1)  NTU : Nanyang Technological University      Institute for Media Innovation (IMI) Ce  laboratoire  de  recherche  est  orienté  vers  les  différentes  applications  de  la  3D, notamment l’immersion 3D, la télé‐présence 3D, les simulations 3D à usage médical, la 3D appliquée aux jeux éducatifs ... Ils ont notamment mis au point un écran de 320° qui permet une immersion très réaliste dans un environnement virtuel.     Centre for Advanced Information Systems (CAIS) Ce  centre  de  recherche  s’intéresse  à  deux  catégories  de  projets :  la  recherche  sur  les problèmes fondamentaux de gestion des données et la recherche sur les interfaces.  Les  projets  de  recherche  sont  inclus  dans  les  domaines  suivants :  gestion  avancée  des données,  exploitation  de  données,  sécurité  et  confidentialité,  nouveaux  medias/réseaux sociaux, santé du futur et développement durable.    Centre for Biomimetic Sensor Science (CBSS) Cette entité a pour but de développer les biocapteurs de demain, cela grâce à des avancées dans  le  domaine  des  biomolécules  et  des  nanostructures.  Les  applications  peuvent  être médicales,  environnementales  ou  industrielles.  Une  application  clé  serait  d’utiliser  des membranes lipidiques ou polymériques pour la détection de biomarqueurs liés aux cancers ou aux infections par exemple.    
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     12 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013    Centre for Computational Intelligence (C2i) Ce  centre,  qui  dispense  entre  autres  des  cours  sur  l’intelligence  artificielle,  cherche  à comprendre les principes qui rendent un comportement intelligent possible. Le but est de créer  une  machine  capable  d’apprendre,  de  comprendre  et  de  réfléchir.  Les  axes  de recherche sont les suivants : systèmes cognitifs, systèmes de décision, systèmes inspirés de la nature, systèmes intelligents et apprentissage automatique.      Centre for High Performance Embedded Systems (CHiPES) Ce laboratoire a été créé en 1998 et dépend de l’entité ingénierie informatique de NTU, même  si  depuis  2005,  il  est  également  aidé  par  la  partie  ingénierie  électrique  et électronique de NTU. Leur domaine d’expertise principal est celui des systèmes embarqués de  demain.  Ils  mènent  pour  cela  des  recherches  sur  l’algorithmique,  les  logiciels embarqués, les interfaces homme‐machine et le traitement du signal.     Centre for Mechanics of Micro‐systems (CMMS) Ce laboratoire qui dépend de l’entité ingénierie mécanique et aérospatiale, comprend deux parties  bien  distinctes :  la  première  travaille  uniquement  sur  les  disques  durs  et  les mécanismes  associés,  tandis  que  la  seconde  se  concentre  sur  les  systèmes  capables  de définir et de fabriquer des micro ou des nano systèmes.     Centre for Modeling and Control of Complex Systems (CMCCS) Ce  centre,  créé  en  2003,  axe  son travail  sur  la modélisation  et  le  contrôle  des  systèmes complexes.  Les  travaux  de  recherches  sont  divisés  en  différentes  parties  distinctes :  la modélisation et le contrôle des systèmes biologiques, les calculs informatisés au service de la nanoélectronique et de l’électromagnétique, et la gestion des réseaux.   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     13 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013     Centre for Multimedia and Network Technology (CeMNet) Ce laboratoire est découpé en trois parties, la première se focalisant sur les réseaux futurs et les protocoles associés pour être capable de gérer des échanges à très haut débit. La seconde  partie  concerne  le  traitement  des  signaux  multimédias,  c’est‐à‐dire  leur compression  et  leur  transmission  par  exemple.  Enfin  la  dernière  partie,  l’informatique omniprésente, recherche des solutions pour intégrer des technologies variées dans la vie de tous les jours.     Forensics and Security Lab (ForSe Lab) Depuis  2005,  date  de  sa  création  au  sein  du  département  ingénierie  informatique,  ce laboratoire  mène  des  travaux  de  recherche  appliquée  dans  le  domaine  de  la  sécurité informatique et de l’analyse des données. Les trois axes principaux de recherche sont les suivants :  l’analyse  de  données  (stockage  informatique  mais  aussi  graphologie...),  les analyses  biométriques  (reconnaissance  faciale, digitale,  ADN  ...),  et  enfin  l’ingénierie  des systèmes  de  sécurité  (vidéo  surveillance  intelligente,  analyse  des  émotions  grâce  aux expressions ...).      Parallel & Distributed Computing Centre (PDCC) Ce centre de recherche a été créé en 1994 (sous le nom de Parallel Processing Laboratory), ce qui en fait l’un des plus anciens encore en activité. Il s’agit d’un laboratoire appliqué et dont les recherches sont en lien direct avec la réalité et les préoccupations de nombreuses entreprises. Les recherches portent donc sur les calculs distribués et le parallélisme qui, en informatique,  a  pour  but  de  réaliser  différentes  opérations  en  parallèle.  De  manière générale,  le  but  de  ces deux  disciplines  est d’augmenter  les  performances  des  systèmes informatiques.    
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     14 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013     Integrated Circuit Design Centre of Excellence (VIRTUS) Ce  centre  de  recherche  créé  en  2009  est  principalement  orienté  vers  la  conception  de circuits imprimés et l’amélioration de leurs performances. Mais il intègre aussi quatre autres laboratoires, l’un dédié au traitement de la mémoire et aux capteurs CMOS, un autre est orienté vers les fréquences et les micro‐ondes. Les deux derniers  axent  leurs  recherches  sur  les  capteurs  intelligents  ainsi  que  sur  les  systèmes intégrés. Ce centre de recherche travaille également en collaboration avec des entreprises comme Panasonic, MediaTek ...     Infocomm center for excellence (INFINITUS) Ce centre de recherche sur la communication et l’information est très complet et emploie un grand nombre de personnes. Il possède sept laboratoires qui mènent plusieurs projets de recherche. Voici les différentes entités qui font partie d’INFINITUS :  ­  Système de communication et réseaux (Wifi, Wimax, Adhoc, modulation ...) ­  Détection avancée (Radar, surveillance, IHM ...)  ­  Sécurité (Analyse et cryptographie, biométrie, sécurité réseaux ...) ­  Exploration et analyse de données (extraction, ingénierie financière ...) ­  Analyse vidéo (Analyse comportementale, détection d’anomalie, reconnaissance ...) ­  Géo localisation et navigation (GPS, géo localisation en intérieur ...) ­  Radio fréquence et micro‐onde (RFID, antenne, communication sans fil ...)        
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     15 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   2)  NUS : National University of Singapore     Centre for Remote Imaging, Sensing and Processing (CRISP) Les  recherches  menées  sont  tournées  vers  le  traitement,  l’analyse  et  l’utilisation  de données acquises par satellite. Ce centre possède donc une station au sol qui permet de recevoir des données transmises depuis de nombreux satellites. A l’origine, les recherches étaient focalisées sur les radars à synthèse d’ouverture (Synthetic Aperture Radar), pour ensuite s’élargir au traitement des données issues de ce type d’appareil.       Interactive & Digital Media Institute (IDMI) Créé  en  2007,  l’Institut  des  médias  interactifs  et  digitaux  regroupe  des  chercheurs  en ingénierie, sciences physiques et sciences sociales. Il est constitué de cinq laboratoires qui mènent chacun leurs propres projets de recherche et qui sont :   ­  Laboratoire d’intelligence ambiante (évolution de l’informatique omniprésente)  ­  Laboratoire d’arts et de créativité   ­  Laboratoire d’analyse multimodale  ­  Laboratoire social et cognitif  ­  Laboratoire de robotique sociale     Temasek Laboratories (TL@NUS) Ce laboratoire, lancé en 2000 par NUS et le Ministère de la Défense, a pour but de mener des recherches dans les domaines critiques pour la sécurité et la défense de Singapour.  Les  deux  principaux  domaines  de  recherche  sont  l’aérospatiale  et  l’électromagnétisme, mais des recherches sont également menées, dans une moindre mesure, sur les sciences cognitives, la sécurité de l’information et les dynamiques des systèmes non linéaires.  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     16 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013      Communication and Network Laboratory (CNL)  Cette  entité  de  recherche  s’intéresse  principalement  aux  réseaux  de  communication informatique. D’une part ce laboratoire étudie les algorithmes et les protocoles réseaux, et d’autre part il travaille sur l’implémentation de ces protocoles et procédures réseaux, le but étant d’être le plus efficace possible tout en gardant une Qualité de Services (QoS) et une sécurité satisfaisante, quelle que soit la taille du réseau.  Mais  ce  laboratoire  mène  également  des  recherches  sur  les  systèmes  distribués,  le parallélisme, les différents réseaux de communication et enfin sur l’informatique à haute performance.     Radar & Signal Processing Laboratory (RSPL)  Ce laboratoire créé en 1991 travaille uniquement sur les problématiques liées aux radars, mais elles sont nombreuses. Le plus gros de leurs recherches se concentre sur les radars à synthèse d’ouverture (SAR en Anglais pour Synthetic Aperture Radar). Ce type de radars permet  de  réaliser  des  cartographies  et  de  faire  de  la  télédétection.  Le  RSPL  travaille également  sur  les  SAR  inversés,  les  algorithmes  liés,  la  propagation  des  ondes électromagnétiques et d’autres techniques avancées de détection.     Temasek Laboratory (TEMASEK)   Ce laboratoire est orienté vers les recherches ayant une finalité militaire, il à été créé en 2000 et entretien d’étroites relations avec le ministère de la défense et la Defense Science and Technology Agency (DSTA). Ses recherches sont orientées vers l’électromagnétique (antennes, propagation, ondes ...), vers l’aérospatiale, la sécurité des données et les sciences cognitives. 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     17 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   3)  SMU : Singapore Management University      LiveLabs Urban Lifestyle Innovation Platform (Livelabs) Cette plateforme se définit comme un laboratoire en temps réel car son but est de collecter des données en temps réel grâce à des utilisateurs mobiles ayant accepté de partager, de manière anonyme, une partie de leur activité. Le but est de collecter assez de données pour avoir une image réaliste de la localisation et de l’activité de la population, cela permettrait aux entreprises d’adapter certains services en fonction du nombre de personnes présentes par exemple.  4)  Singapore Polytechnic        Advanced Robotics and Intelligent Control Centre (ARICC)  Ce  laboratoire  de  Singapore  Polytechnic  se  concentre  sur  la  robotique,  tant  pour développer  des  robots  autonomes  que  pour  des  applications  industrielles.  Le développement des robots comprend également le design de ces derniers. Les principaux axes de recherches sont le contrôle en temps réel, les systèmes intelligents, la vision des machines, la collaboration de machines ...      Marine Institute (MI@SP)   Cet  institut  de  recherche  de  Singapore  Polytechnic  travaille  sur  un  large  éventail  de technologies, qui vont de la manufacture de composants au développement d’applications, en passant par la robotique et la technologie RFID.    
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     18 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  b)  Les laboratoires gouvernementaux  1)  Agency for Science, Technology And Research (A*STAR)    En plus d’être un organisme de financement, A*STAR est aussi un organisme de recherche, de formation  et  de  transfert  de  technologie.  Dans  cette  partie,  nous  allons  nous  intéresser  aux différentes entités de recherche qui composent cette agence.   La  recherche  au  sein  d’A*STAR  est  divisée  en  deux  grandes  parties,  le  BMRC  (BioMedical Research  Council),  et  le  SERC  (Science  and Engineering  Research  Council)  auquel  nous  allons nous intéresser ici.  Voici les différents laboratoires qui font partie du SERC :     Data Storage Institute (DSI)  L’institut de stockage de données a pour but, à travers différentes recherches, de développer les technologies de stockage de demain.  Les principaux axes de recherche sont les suivants : ­  Data center technologies, cest‐à‐dire les technologies liées aux centres de traitement de données.  Les  quatre  sujets  de  prédilection  de  cette  entité  sont :  les  systèmes  de stockage  intelligent  à  haute  performance,  la  gestion  des  données,  la  protection  et  la sécurité, le stockage physique et l’interopérabilité des systèmes de stockage.  ­  Non‐Volatile  Memories,  le  but  étant  de  développer  de  nouvelles  technologies  non volatiles  avec  des  algorithmes  de  traitement  du  signal  et  des  contrôles  de  stockage spécifique.  Cela  permettrait  la  création  de  centres  de  traitement  de  données consommant moins d’énergie.  ­  10  Tb/in²  magnetic  recording,  cest‐à‐dire  arriver  à  stocker  10  térabits  (1012  bits)    de données  sur  environ  6,5  cm²  de  support  magnétique,  sachant  que  les  technologies actuelles permettent d’arriver autour de 1 térabit.  ­  Advanced Concepts & Nanotechnology, c’est le dernier grand axe de recherche, qui en se basant  sur  les  dernières  découvertes  en  termes  de  nanotechnologie,  de  nano photonique ... cherche des applications possibles pour créer des nouvelles méthodes de stockage de données.   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     19 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013      Institute of High Performance Computing (IHPC)  L’institut des superordinateurs a pour but d’être l’un des leaders de cette technologie dont les applications sont nombreuses tant pour la recherche que pour l’industrie.  Cet institut est divisé en cinq départements qui sont :  ­  Sciences  Informatique,  qui  travaille  sur  les  superordinateurs,  les  systèmes  distribués, l’analyse de données, la modélisation géométrique et l’informatique cognitive.  ­  Électronique  et photonique, qui  se  concentre  sur  l’électro  dynamisme,  les  fréquences radio, les ondes lumineuses et la plasmonique.  ­  Ingénierie mécanique, comme son nom l’indique, ce département étudie l’ingénierie des systèmes, les nano systèmes et les matières molles.   ­  Mécanique des fluides, les recherches sont axées sur les écoulements poly‐plastiques, la modélisation environnementale et la bio physique.   ­  Ingénierie  et  sciences  des  matériaux,  dont  les  travaux  sont  axés  vers  l’optique,  le transport de données, la thermodynamique appliquée et les interfaces.      Institute for Infocomm Research (I²R)  Créé  en 2002,  ce  laboratoire de  recherche  d’A*STAR  focalise  son travail  sur  les technologies d’information,  de  communication  et  les  médias.  Les  principaux  domaines  explorés  sont  les technologies  d’information,  les  communications  réseaux  sans  fil  et  optique,  les  médias interactifs et digitaux et le traitement des signaux.    Mais les recherches ne s’arrêtent pas là et s’étendent également à la sécurité, la cryptographie, les  systèmes  distribués,  la  gestion  des  données,  l’informatif  cognitif,  les  systèmes  MIMO (Multiple Input Multiple Output), les systèmes biomédicaux ...  Il s’agit de l’un des laboratoires les plus importants dans ce domaine, tant par son large spectre de recherche que par ses 600 collaborateurs.       
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     20 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013     Institute of Microelectronics (IME)  Ce centre de recherche est, comme son nom l’indique, tourné vers les différentes applications de  la  micro‐électronique ;  les  recherches  sont  donc  orientées  vers  les  circuits  intégrés,  les systèmes  électromécaniques,  la  bioélectronique,  la  nanoélectronique,  les  systèmes  médicaux miniaturisés et l’électronique renforcée.    Les quatre laboratoires qui suivent font également partie du SERC, mais ne sont pas dans le domaine technique qui nous intéresse ici :    National Metrology Center (NMC)    Singapore Institute of Manufacturing Technology (SIMTech)   Institute of Chemical and Engineering Sciences (ICES)   Institute of Materials Research and Engineering (IMRE)      c)  Les laboratoires mixtes   1)  CNRS International NTU THALES Research Alliance (CINTRA)  CINTRA est une Unité Mixte Internationale (UMI), créée en 2009, et qui regroupe Nanyang Technological University (NTU), Thales ainsi que le CNRS.  Les principaux axes de recherches sont les suivants :  ­  Le  nano‐carbone, qui  est  100  fois  plus  résistant  et  6  fois  plus  léger  que  l’acier  et qui permet de fabriquer des nano tubes par exemple. ­  Les nano‐fils, qui peuvent être fait en différents matériaux, comme des métaux ou des semi‐conducteurs. Les applications varient selon la composition mais cela peut servir à créer des nano‐composants électroniques. ­  Les nanostructures et les matériaux photoniques, qui permettent de créer des capteurs, de manipuler les photons pour transmettre des informations ... En combinant ces différentes technologies, les applications sont infinies mais le but du CINTRA est de rendre possible la création de nano‐systèmes embarqués intelligents et auto alimentés. 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     21 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013               2)  Fraunhofer IDM Center (Fraunhofer IDM@NTU) Ce projet a pour thème les médias interactifs (Interactive Digital Media) et regroupe NTU ainsi que le Fraunhofer‐Gesellschaft, la plus grande institution de recherche appliquée en Europe. Ce laboratoire au sein des locaux de NTU est soutenu par le IDM Programme Office qui dépend de la MDA (Media Development Authority) et est financé par la NRF (National Research Foundation). Les recherches de ce laboratoire sont tournées vers les médias interactifs et le traitement d’image. Les applications comme les projets de recherches sont variés : réalité augmentée, modélisation, traitement d’images en temps réel, réalité virtuelle ...   3)  Intelligent Systems Center (IntelliSys) IntelliSys  est  un  laboratoire  de  recherche  appliquée  créé  par  Singapore  Technologies Engineering (ST Engineering) et NTU en 2003. ST Engineering est un groupe spécialisé dans l’aérospatiale, l’électronique, les systèmes de défense marine et terrestre.  IntelliSys  concentre  ses  recherches  sur  les  domaines  suivant :  Réseaux  de  capteurs intelligents, intelligence artificielle, robotique innovante, contrôle et optimisation. 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     22 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  4)  Supélec‐Onera‐Nus‐Dsta Research Alliance (Sondra)  Ce laboratoire mixte est basé en France, à Supélec, et a été créé en 2004 ; il regroupe deux acteurs  Français :  l’école  Supélec  et  l’Onera  qui  est  l’Office  National  dEtudes  et  de Recherches Aéronautiques. Les deux autres membres sont Singapouriens : la DSTA qui est la « Defence  Science  and  Technology  Agency »  et  bien  sûr  NUS,  la  « National  University of Singapore ». Les  recherches  menées dans  ce  laboratoire  sont  tournées  vers  les  radars,  les  différentes innovations dans ce domaine, ainsi que les radars de demain en utilisant par exemple le retournement temporel, la détection passive ou encore les basses fréquences.  5)  SMU‐TCS iCity Lab (iCity) Il s’agit d’un projet mené conjointement par SMU et par Tata Consultancy Services (TCS). Cette entreprise apporte des solutions de services, de conseil et d’organisation à des clients allant des groupes privés aux institutions publiques.  Ce laboratoire travaille sur les différentes problématiques liées aux villes intelligentes ou villes connectées. Les axes principaux de recherche sont les suivants : réalité virtuelle, cloud computing, réseau de capteurs, gestion des données, sécurité et intimité, internet of things ... 6)  Living Analytics Research Center (LARC)  Ce centre de recherche est un projet commun entre SMU et  Carnegie Mellon University (Pittsburgs,  USA).  Ils  mènent  conjointement  des  recherches  qui  visent  à  analyser, comprendre et adapter des solutions et des contenus selon les réactions et les choix des personnes concernées. Il s’agit donc de projets à forte composante humaine mais qui ont néanmoins des besoins techniques et technologiques non négligeables.  7)  Games Resource Center (GRC)  Il  s’agit  d’un  projet  commun  entre  Singapore  Polytechnic  et  l’Infocomm  Development Authority  of  Singapore  (IDA).  Ce  centre  développe  des  jeux  innovants,  dont  une  partie importante est tournée vers l’apprentissage, le E‐Learning. Mais il fournit également des services de support aux personnes ou sociétés intéressées par le développement de jeux vidéo.  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     23 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  8)  Image and Pervasive Access Lab (IPAL)   L’IPAL est un laboratoire Franco‐Singapourien, créé en 1998, pour développer une collaboration entre le CNRS et NUS (National University of Singapore) et I²R (Institute for Infocom Research) qui dépend de A*STAR.  En 2007, l’IPAL devient une Unité Mixte Internationale (UMI), grâce à un nouveau partenariat signé  entre  l’Institut  des  sciences  de  linformation  et  de  leurs  interactions  (INS2I/CNRS), l’Institute for Infocomm Research (I²R/A*STAR), NUS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble.  Lorsque  cet  accord  est  renouvelé  en  2011,  deux  nouvelles  entités  sont  intégrées,  l’Institut Mines‐Télécom et l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC).  Ce laboratoire a donc une quinzaine d’années et s’est enrichi de nombreuses collaborations ; les axes  de  recherches  sont  principalement  l’imagerie  médicale  et  son  traitement  informatique ainsi que l’intelligence ambiante au service du bien être.         
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     24 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  IV.  Les nouveaux projets Singapouriens  a)  Campus for Research Excellence And Technological Enterprise (CREATE)   Cet ambitieux projet de recherche a été lancé par la NRF (National Research Foundation) qui a pour but de développer et de subventionner les projets de recherches Singapouriens. Le projet consiste à travailler avec les universités internationales les plus reconnues et les centres de R&D des entreprises privées pour développer des projets de recherche innovants. CREATE a donc pour but de réunir ces différents acteurs au sein d’un même lieu, un campus créé spécialement pour cela. Le but est de favoriser le transfert de technologies, les coopérations privé‐public, la création de start‐up et les projets de recherche innovants.  Ce projet est très attractif pour des entreprises ou pour des institutions souhaitant s’installer à Singapour, car elles seront dans des infrastructures de qualité, au plus proche des innovations et à moindre coût car l’état apporte de nombreuses aides.  C’est également bénéfique pour Singapour, qui conforte sa position en matière de recherche et d’innovation, avec en prime des partenaires prestigieux.  Le campus en lui‐même est composé de trois bâtiments pour une surface de 67.000 m² et une capacité d’accueil d’environ 1200 chercheurs. Le coût total des travaux dépasse les 200 millions d’euros.  La  première  institution  étrangère  à  avoir  officiellement  pris  part  à  ce  projet  est  l’Institut Technologique  du  Massachussetts  (MIT).  Ont  ensuite  suivis  l’ETH  (l’institut  Technologique Fédéral Suisse de Zurich) ainsi que l’institut technologique Technion‐Israël. L’Université de Jérusalem, l’Institut Technologique de Munich (TUM), l’Université de Berkeley et l’Université de Ben‐Gourion ont ensuite rejoint le projet CREATE. Les trois dernières à avoir pris part à ce projet sont l’Université de Pékin,  l’Université de Shangaï Jiao Tong et l’Université de Cambridge.  Dix centres ont donc été créés, focalisés sur des axes de recherches stratégiques:    Le centre Cambridge pour la réduction du carbone dans les technologies chimiques (C4T)    Le  centre  des  solutions  durables  pour  l’énergie  et  l’environnement  dans  les  méga‐cités, Shanghai Jiao Tong et NUS    L’alliance Singapore‐MIT pour la recherche et la technologie (SMART)    Le centre international pour l’environnement durable Singapore‐ETH (SEC)    Le centre de médecine régénérative Technion‐Israel, NTU and NUS   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     25 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   Le centre pour l’électro mobilité dans les méga‐cités, TUM, NTU et NUS    Le centre de recherche des maladies inflammatoires, Université de Jérusalem et NUS    L’alliance pour la recherche entre UC Berkeley, NUS et NTU (BEARS)     Le centre de recherche pour la gestion de l’énergie et de l’eau entre Ben‐Gourion Jérusalem et NTU    Le centre de recherche pour un futur faible en carbone entre Pékin, NUS et NTU    Voici un schéma réalisé par la NRF qui a pour but de montrer la synergie entre les différents acteurs de CREATE :       
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     26 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  b)  Fusionopolis   Ce  projet  a  pour  but  de  créer  un  complexe  de  recherche,  regroupant  des  institutions  de recherche,  des  sociétés  privées  et  des  agences  gouvernementales,  cela  dans  un  domaine technique  particulier  qui  constitue  le  point  commun  de  tous  les  acteurs  de  Fusionopolis,  les sciences de l’ingénieur et les nouvelles technologies.   Mais  ce  projet  gigantesque  comprend  également  des  appartements  de  fonction,  un  centre commercial et une station de métro en sous‐sol, une piscine sur l’un des toits, un théâtre...  en plus des très nombreux laboratoires et installations partagées.   Les bâtiments de Fusionopolis, environ 120.000m², pourront accueillir plus de 1.600 chercheurs et les travaux auront coûté plus de 350 millions d’euros.   La première phase des travaux a été achevée en 2008 et est déjà en activité même si le projet devrait être complètement terminé d’ici 2014.  Les entreprises déjà installées au sein de Fusionopolis sont :    Thales : le géant de l’électronique y a installé son centre principal de recherche nommé     Thales Technology centre Singapore.      Vestas Wind Systems : le leader mondial de la production d’énergie éolienne a installé     son centre de recherche asiatique à Fusionopolis.    Nitto Denko : l’entreprise Japonaise y mène des recherches principalement focalisées      sur l’électronique organique.    Edgilis : cette entreprise de conseil en ingénierie a basé en 2008 son siège au sein de         Fusionopolis.    Linden Lab : est une société américaine qui s’est fait connaître en créant Second Life, et     qui a installé son bureau singapourien à Fusionopolis.    Steria Asia : est une société de service IT, créée en 1969, et qui compte aujourd’hui près       de 20.000 personnes à travers le monde.  On  retrouve  bien  sûr  au  sein  de  Fusionopolis,  l’Agence  pour  la  Science,  la  Technologie  et  la recherche  (A*STAR)  et  trois  de  ses  instituts  de  recherches,  orientés  vers  les  sciences  et l’ingénierie.     
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     27 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Fusionopolis héberge donc l’Institut de recherche de l’information et de la communication (I²R), l’Institut d’informatique haute performance (ou superordinateur) (IHPC) et la branche stockage réseau de l’Institut de stockage de données (DSI).  Est également présente au sein de Fusionopolis l’autorité de développement des médias (MDA) qui est autant une autorité de développement que de régulation, puisque c’est  l’organisme en charge de la censure à Singapour.   c)  Mediapolis     Mediapolis est un projet du même type que Fusionopolis mais sur un secteur différent, celui des médias, comme son nom l’indique. Le  but  est  donc  de  créer  un  grand  centre  de  recherche  regroupant  des  acteurs  variés  mais réunis par leurs domaines d’activités.  Ce projet est bien plus récent et devrait être totalement achevé en 2020. Malgré cela, le géant des médias et de la diffusion publique, MediaCorp, a déjà prévu de s’y installer en 2015, puisque les premiers bâtiments devraient voir le jour en 2013.    V.  Les Interactions Singapour – France dans le domaine des TIC  a)  Merlion   Le  Programme  Merlion  (Partenariat  Hubert  Curien)  initie  et  permet  le  développement  des coopérations  scientifiques  entre  des  laboratoires  Français  et  Singapouriens.  L’appel  à candidature est lancé tous les ans autour de Juin. Ce programme de financement est lancé conjointement par l’Institut Français de Singapour, et les différents acteurs et partenaires singapouriens suivants : ‐  les  quatre  universités  singapouriennes  :  National  University  of  Singapore  (NUS),  Nanyang Technological  University  (NTU),  Singapore  Management  University  (SMU)  et  Singapore University of Technology and Design (SUTD), ‐ Agency for Science, Technology and Research (A*STAR),  ‐ Temasek Life Sciences Laboratory Limited (TLL), ‐ Singapore Eye Research Institute (SERI).      
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     28 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   Il propose les trois types de financement suivants :    L’accompagnement des projets de recherche bilatérale (Merlion Project), financés sur une durée  de  2  ans,  qui  doivent  mettre  en  avant  un  partenariat  fort  et  concorder  avec  les thématiques prioritaires du service scientifique.  Les  projets  sont  évalués  de  manière  indépendante  et  bilatérale.  Les  fonds  alloués  à  ces projets ne sont pas destinés aux travaux de recherche eux‐mêmes mais à la mise en œuvre des échanges scientifiques dans le cadre de ce projet ; autrement dit les moyens offerts sont principalement logistiques.    Financement  d’un  séminaire  (Merlion  Workshop)  en  France  ou  à  Singapour  autour  d’un thème commun, susceptible d’initier de nouvelles collaborations de recherche.    Des séjours de plusieurs mois destinés à des doctorants de Singapour souhaitant effectuer leur thèse en alternance entre la France et Singapour (Merlion PhD).    b)  Les laboratoires franco‐singapouriens   Deux UMI du CNRS (déjà présentées) sont concernées par le secteur des TIC : Image & Pervasive Access Lab (IPAL), CNRS International NTU Thales Alliance (CINTRA), ainsi que Supélec‐Onera‐Nus‐Dsta Research Alliance (SONDRA) en France.  De plus, on peut mentionner deux autres entités, qui sont des LIA ; Un laboratoire international associé (LIA) est un « laboratoire sans murs », sans personnalité juridique. Il associe des équipes d’un laboratoire affilié au CNRS et d’un laboratoire d’un autre pays. Ces laboratoires mettent en commun, pendant une durée de 4 ans éventuellement renouvelable une fois, des ressources humaines  et  matérielles  pour  réaliser,  avec  une  «  valeur  ajoutée  »,  un  programme  défini conjointement.   ­  France–Singapore Quantum Physics and information Laboratory (FSQL)  Il  s’agit  d’un  LIA,  qui  est  le  fruit  d’une  collaboration  entre  le  CNRS  (Centre  National  de  la Recherche Scientifique) et le CQT (Center for Quantum Technologies).       
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     29 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   ­  Cell Adhesion France‐Singapore (CAFS)  C’est un autre laboratoire international associé qui regroupe le Mechanobiology Institute (MBI) et un consortium d’entités françaises représentées par le CNRS. Les acteurs français impliqués dans ce projet sont : Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles ParisTech (ESPCI),  Université Paris Diderot ‐ Paris 7 (UP7),  Université Bordeaux 2 Segalen (UB2) et le CNRS bien sûr.  La création de ce laboratoire ouvre des nouveaux champs de collaboration dans les domaines de  la  mécano‐biologie,  l’optique,  la  modélisation,  la  chimie  des  surfaces  et  micro/nano conception.   c)  STIC Asie  Le programme STIC‐Asie est destiné à soutenir les projets scientifiques entre la France et au moins deux pays d’Asie dans le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication. Il propose une aide financière à la mobilité. Ce  programme  mis  en  œuvre  par  le  Ministère  des  Affaires  Etrangères  (MAE)  s’adresse  aux unités  et  laboratoires  de  recherche,  publics  ou  privés,  rattachés  à  des  établissements d’enseignement supérieur, des organismes de recherche ou des entreprises. Un  séminaire  « STIC‐Asie »  est  organisé  chaque  année  afin  de  réunir  les  chercheurs  ayant participé  ou  envisageant  de  participer  à  ce  programme  et  les  représentants  d’organismes partenaires  français  et  asiatiques.  Il  s’agit  de  restituer  les  activités  menées  et  de  discuter l’évolution du programme. Pour en savoir plus, visitez le site du programme STIC‐Asie  d)  Thèses Franco‐singapourienne  Il existe plusieurs programmes de thèses communes entre des établissements Français et des Universités Singapouriennes. Ces  programmes  permettent  à  des  étudiants  Français  ou  Singapouriens  de  voyager,  de mener leur thèse dans deux entités différentes et donc de créer une réelle collaboration Franco‐Singapourienne. 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     30 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013   Voici quelques exemples de partenariats déjà en place depuis quelques années :   Ecole Polytechnique – Nanyang Technological University   Grenoble INP – Nanyang Technological University   Université Technologique de Troyes – Nanyang Technological University   ParisTech – Nanyang Technological University  Pour  en  savoir  plus  sur  les  thèses  communes  qui  concernent  Nanyang  Technological University, cliquez ici. 
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     31 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Conclusion    Cet état des lieux du domaine des TIC à Singapour démontre l’importance de la recherche à Singapour,  et  particulièrement  du  secteur  des  technologies  de  l’information  et  de  la communication,  même  si  de  nombreux  autres  secteurs  d’activité  comptent  également  un très grand nombre d’instituts de recherche.  Cette  effervescence  dans  le  domaine  de  la  R&D  part  avant  tout  d’une  volonté gouvernementale,  devenue  réalité  grâce  à  de  nombreux  avantages  et  financements généreux. Cela permet à Singapour de s’imposer comme hub régional d’innovation et donc d’attirer de nombreux acteurs, comme des entreprises privées souhaitant être au plus près de la recherche et de l’innovation.  Les  aides  du  gouvernement  permettent  la  mise  en  place  de  projets  gigantesques  comme CREATE, qui vient de recevoir le prix du meilleur laboratoire de l’année à l’échelle mondiale selon le magazine Américain R&D Mag.   Suite à une volonté du gouvernement, les recherches qui sont menées sont très appliquées, souvent en collaboration avec des entreprises, et débouchent donc le plus souvent sur des brevets et des applications concrètes et industrielles.   Avec un budget de plus de 16 milliards de dollars Singapourien sur cinq ans pour la recherche et  des  projets  en  développement,  cette  tendance  ne  devrait  pas  s’inverser  et  Singapour gardera à coup sûr sa place de pays innovant dans les années à venir.  Singapour est donc aujourd’hui un pays où il fait bon vivre pour la recherche, où il est facile d’obtenir  des  subventions  gouvernementales,  de  s’installer  dans  des  environnements  très dynamiques et de mener des recherches dans des conditions idéales.   Cela  démontre  qu’avec  une  stratégie,  une  volonté  et  des  moyens  importants,  on  peut s’imposer  comme  pôle  régional  d’innovation  d’une  grande  influence  et  d’une  grande renommée, comme l’a fait Singapour sur les 15 dernières années.  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     32 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Lexique  TIC : Technologies de l’Information  et de la Communication  LTE : Long Term Evolution PME : Petites et Moyennes Entreprises 3G : Technologie de communication basé sur l’UMTS et CDMA UMTS : Universal Mobile Telecommunications System CDMA : Code Division Multiple Access 3,5G : Technologie de communication base sur le HSDPA HSDPA : High Speed Downlink Packet Access R&D : Recherche et Développement NGN : New Generation Network RFID : Radio Frequency IDentification Smart Grid : réseau de distribution délectricité « intelligent » Cloud computing : accès via un réseau de télécommunications à des ressources informatiques NFC : Near Field Communication POS : Point Of Sale MOE : Ministry of Education DSTA : Defence Science and Technology Agency NRF : National Research Foundation CMOS : Complementary Metal Oxide Semiconductor IHM : Interface Homme Machine GPS : Global Positioning System QoS : Quality of Service SAR : Aperture Radar MIMO : Multiple Input Multiple Output CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique IDA : Infocomm Development Authority  Create : Campus for Research Excellence And Technological Enterprise  
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     33 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013  Sources   www.nrf.gov.sg/ www.a‐star.edu.sg/ www.edb.gov.sg/ www.idmi.nus.edu.sg/ www.olga.moe.gov.sg/T2/default.aspx www.mda.gov.sg/ www.ida.gov.sg/ www.ntu.edu.sg/ http://imi.ntu.edu.sg/ www.cais.ntu.edu.sg/content/overview/mission.jsp www.cbss.ntu.edu.sg/ www.c2i.ntu.edu.sg/ www.chipes.ntu.edu.sg/ www.mae.ntu.edu.sg/AboutMAE/Divisions/CMMS http://www3.ntu.edu.sg/eee/cmccs/about_us.asp http://cemnet.ntu.edu.sg/ http://www3.ntu.edu.sg/SCE/labs/forse/ http://pdcc.ntu.edu.sg/ www.virtus.eee.ntu.edu.sg/ www.infinitus.eee.ntu.edu.sg/ www.nus.edu.sg/ www.crisp.nus.edu.sg/ www.idmi.nus.edu.sg/ www.temasek‐lab.nus.edu.sg/ http://cnl‐ece.nus.edu.sg/ www.ece.nus.edu.sg/rspl/ http://smu.edu.sg/ http://livelabs.smu.edu.sg/ www.sp.edu.sg/aricc http://www.sp.edu.sg/wps/portal/vp‐spws/!ut/p/c1/04_SB8K8xLLM9MSSzPy8xBz9CP0os_hQD1NXIzdTEwN3XxMTA8‐gICOfUCMTg2APE_2CbEdFAOubDgo!/?WCM_GLOBAL_CONTEXT= www.dsi.a‐star.edu.sg/ http://www.ihpc.a‐star.edu.sg/ www.i2r.a‐star.edu.sg/ www.ime.a‐star.edu.sg/ http://cintra.ntu.edu.sg/ www.camtech.ntu.edu.sg/   
    • INSTITUT FRANÇAIS DE SINGAPOUR     34 | P a g e  INSTITUT FRANCAIS DE SINGAPOUR  Etats des lieux de la R&D à Singapour dans le domaine des TIC en 2013     www.ntu.edu.sg/intellisys http://www.supelec.fr/sondra/ http://www2.smu.edu.sg/centres/icity/index.asp http://smu.edu.sg/centres/larc/ http://www.sp.edu.sg/wps/portal/vp‐spws/!ut/p/c1/04_SB8K8xLLM9MSSzPy8xBz9CP0os_hQD1NXIzdTEwP_4DALA89AY_NAD‐NQY0cDU_2CbEdFAJesNPU!/?WCM_GLOBAL_CONTEXT= http://ipal.i2r.a‐star.edu.sg/ http://www.cnrs.fr/inp/spip.php?article519 www.bulletins‐electroniques.com http://mbi.nus.edu.sg/features/agreement‐to‐launch‐new‐international‐associated‐laboratory‐cell‐adhesion‐france‐singapore‐cafs‐announced/