ALLEB« Les Partenariats publics / privés (BOT, BOOT, BOO, concession…) une alternative au développement des               ...
Page 1Table des matièresINTRODUCTION ........................................................................................
Page 3IntroductionLe présent document ne saurait prétendre constituer une analyse exhaustive. Il a pour objet d’ouvrir des...
Page 4                                                                                    Pays membres de l’UMOA          ...
Page 5I) Contexte de sous développement économique1)     Constat d’un retard économiqueA titre indicatif, en France le PIB...
Page 6                                                La situation enclavée de ce vaste pays d’Afrique l’a longtemps défav...
Page 7l’aménagement du fleuve Niger pour le développement de l’énergie hydraulique. Enfin, le Niger enregistre un fort tau...
Page 8                                                  Lagriculture constitue encore aujourdhui lépine dorsale de léconom...
Page 92) Utilisation des fonds et poids de la dette           a) Des banques en sur liquiditéLe paysage bancaire de l’UMOA...
Page 10d’épargne à moins d’un an ; etc…). Ainsi, les banques, très certainement en attente de signes clés qui débloqueraie...
Page 11           c) Important recours à la dette et poids de cette detteMalgré les concertations internationales de plus ...
Page 12       - tout dabord, il y avait la politique dinvestissement public massif qui sétendait sur deux décennies malgré...
Page 13Elles ont épuisé leur effet de court terme et prouvé leur inaptitude à sattaquer au problème de la dette en reporta...
Page 14« L’argent est peut être le nerf de la guerre » mais ne fait pas tout. Avoir des fonds pour se développer c’est bie...
Page 15II) Une alternative au développement des PED (les PPP).Les grands travaux d’infrastructure sont traditionnellement ...
Page 16l’Afrique subsaharienne oscille entre 15 et 16% de la population. Dans le cas du Mali le taux de déserte plafonneap...
Page 17       -   Un financement « hors » bilan de l’Etat (plus de fonds publics)       -   De conserver les fonds publics...
Page 18partenaire privé mais qui doit s’inscrire dans le cadre d’une politique du pays. La « privatisation » d’un secteur ...
Page 19institutionnelles et réglementaires, il peut aussi conclure la transaction mais à un coût relativement élevé ou opt...
Page 20-   Une bonne gestion des risques       Le risque pays doit être maîtrisé (environnement social et économique, env...
Page 21            d) SWOT d’un PPP (Electricité) en Afrique                                FORCES                        ...
Page 22souvent des fonds, dont les statuts et le régime excluent quils participent à des projets pouvant impliquer un risq...
Page 23                                                                           BOT : Structure générique               ...
Page 24pour la réussite d’un financement de projet type BOT réside dans la compagnie projet (la « Project Company » et les...
Page 25Ainsi nous avons constaté ces dernières années de nombreuses privatisations de ports ou de tout ou partie des servi...
Page 26politique du Gouvernement, tout en contrôlant le jeu normal de la concurrence à l’intérieur du port et avec les aut...
Page 27En outre, pour ce type d’ouvrage, dont le risque financier est important, l’approche BOT ne pourra être viable que ...
Page 28Pour une société d’exploitation, le risque de non-paiement de ses factures par l’état existe, mais ne remet pas en ...
Page 29Pour l’instant, le financement des investissements dans les secteurs de l’industrie lourde L’électricité en Afrique...
Page 302) Risques encourus par les banquiers (exemple de l’électricité)   Nous étudions ici les risques encourus par une b...
Page 31                                                 Risque pendant la phase opérationnelle             Description du ...
Page 32 CONCLUSION      Source :G. Bond and L. Carter                                                        Comme le mont...
Page 33    un contexte culturel qui valorise lesprit dentreprise, le goût du risque et lenrichissement personnel comme un...
Page 34ANNEXES                                          ANNEXE 1 : LES PARTENARIATS PUBLIC PRIVE                          ...
Page 35Les concessions : L’état détient les actifs mais des contrats sont passés avec le secteur privé pour l’exploitation...
Page 36Offre Financière : Il s’agit d’un chiffrage de la prestation du consultant. Une fois le stade de l’offre technique ...
Page 37                          ANNEXE 3 EXEMPLE DE CONCESSION REUSSIE HORS AFRIQUE                                      ...
Page 38                                                                                  Privatisation de la régie de Casa...
Page 39BIBLIOGRAPHIERapport annuel 2001 de l’UMOAhttp://www.jesuit.ie/ijnd/africa/INADESFr.htmlhttp://lexinter.net/WEB7/co...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

2003 ppp alternative au dev des ped - w bella

1,134

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,134
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "2003 ppp alternative au dev des ped - w bella"

  1. 1. ALLEB« Les Partenariats publics / privés (BOT, BOOT, BOO, concession…) une alternative au développement des PED» Par Williams Paolo Bella Octobre 2003
  2. 2. Page 1Table des matièresINTRODUCTION ................................................................................................................................................................................................................................................. 3I) CONTEXTE DE SOUS DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ................................................................................................................................................................. 5 1) CONSTAT D’UN RETARD ECONOMIQUE .......................................................................................................................................................................................................... 5 2) UTILISATION DES FONDS ET POIDS DE LA DETTE ............................................................................................................................................................................................... 9 a) Des banques en sur liquidité ..................................................................................................................................................................................................................... 9 b) Les infrastructures peu prioritaires ............................................................................................................................................................................................................ 10 c) Important recours à la dette et poids de cette dette .................................................................................................................................................................................... 11II) UNE ALTERNATIVE AU DEVELOPPEMENT DES PED (LES PPP). ................................................................................................................................................ 15 1) L’INTERVENTION D’ENTITES PRIVEES .......................................................................................................................................................................................................... 16 a) Pourquoi ? .................................................................................................................................................................................................................................................. 16 b) Le gouvernement et la sélection du PPP ................................................................................................................................................................................................. 17 c) Qu’est ce qui permet d’attirer des capitaux étrangers ? ............................................................................................................................................................................. 19 d) SWOT d’un PPP (Electricité) en Afrique ................................................................................................................................................................................................... 21 2) STRUCTURATION D’UN PARTENARIAT PUBLICS PRIVES (LE BOT) ...................................................................................................................................................................... 22 3) APPLICATION DE L’APPROCHE BOT ................................................................................................................................................................................................................. 24 a) Application de l’approche BOT pour le développement d’un port dans la région de Kribi (Cameroun) ................................................................................................... 24 b) Application de la méthode BOT pour la réalisation d’un pont à péage ..................................................................................................................................................... 26III) LES RISQUES ENCOURUS DANS LES PAYS DE L’UMOA................................................................................................................................................................. 27 1) RISQUES ENCOURUS PAR LES INVESTISSEURS (SPONSORS ET …) ........................................................................................................................................................................ 27 a) Risques politiques ....................................................................................................................................................................................................................................... 27 b) Risques réglementaires ............................................................................................................................................................................................................................... 28 c) Risques économiques .................................................................................................................................................................................................................................. 28 d) Les risques monétaires................................................................................................................................................................................................................................ 28 2) RISQUES ENCOURUS PAR LES BANQUIERS (EXEMPLE DE L’ELECTRICITE) ........................................................................................................................................................... 30 a) Financement d’un IPP (Independent Power Producer) ............................................................................................................................................................................. 30CONCLUSION ..................................................................................................................................................................................................................................................... 32ANNEXES ............................................................................................................................................................................................................................................................. 34BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................................................................................................................................ 39Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  3. 3. Page 3IntroductionLe présent document ne saurait prétendre constituer une analyse exhaustive. Il a pour objet d’ouvrir des pistes sur la base d’exemples recensés.L’idée de rédiger un document sur les Partenariats Public Privé (PPP) nous est venue à la suite d’une mission effectuée au sein d’AMB. La mission consistait en la rédaction d’un document en réponse à un appel d’offres pour le conseil et l’assistance d’unGouvernement pour la réalisation en B.O.T (Build operate and Transfer) ou autres formes de concession d’un terminal àconteneurs et remorques.Les PPP (Annexe 1) connaissent une expansion sur tous les continents. Cette technique est utilisée par les dirigeants pour : - Restructurer leurs économies, - Rationaliser la gestion de leurs services économiques dintérêt général - Financer et réaliser leurs infrastructures - Désendetter les collectivités locales - Assurer une plus grande performance technique aux activités mises en concession grâce aux capitaux et au savoir -faire des opérateurs les plus compétents dans les domaines où on fait appel à eux à lissue dune négociation ou dune procédure de mise en concurrence.Il en est attendu de meilleures conditions de vie pour des populations par l’amélioration des équipements de services publics.Ces contrats touchent des services dintérêt généraux liés aux activités de l’eau, la voirie, les déchets, les transports,l’enseignement, la santé publique, les sport et loisirs, le gaz et électricité, ports et aéroports, culturelles et artistiques, fluide froidsou chauds, communication et télécommunication, etc…Nous nous intéressons ici à mettre en parallèle la notion de concession et les difficultés de certains pays africains à se développer(principalement membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine : Côte d’ivoire, Sénégal, Mali, Burkina, Guinée Bissau, Togo,Bénin, Niger) : voir carte ci après :Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  4. 4. Page 4 Pays membres de l’UMOA Tunisie Maroc Algérie Libye Egypte Sahara Occidental Mauritanie Mali Niger Sénégal Tchad Soudan Djibouti Gambie Burkina Guinée Bissau Guinée B Côte G é Somalie h n Nigeria Ethiopie Sierra Leone d’Ivoire a n i a n Liberia Centrafrique Camerou Togo Guinée Ouganda Kenya Equatoriale C o Gabon n g Rwanda o République. Burundi Dem. du Congo Tanzanie M Angola a l a w Zambie i Mozambique Madagascar Zimbabwe Namibie Botswana Swaziland Afrique Lesotho du SudCi-après nous chiffrons et dressons un bref aperçu des contextes économique de certains pays africains. Ensuite nous définssonset donnons quelques applications de PPP. Enfin, nous montrons les PPP du point de vue des investisseurs et banquiers ainsique les risques encourus.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  5. 5. Page 5I) Contexte de sous développement économique1) Constat d’un retard économiqueA titre indicatif, en France le PIB par habitants en 2002 était d’environ 22.500 euros.Ci-dessous certaines données et commentaires permettant de dresser une vision économique des états de l’UMOA. Ancienne Locomotive de la sous région, la Côte dIvoire connaît depuis 4 ans une crise sans précèdent du fait de ses troubles politiques à répétition. Bien qu’avancé dans la région, le pays est encore faiblement doté en infrastructure. Cependant, un programme visant à améliorer cette situation est en cours. En 1996, le Gouvernement de Côte dIvoire dont la stratégie de développement repose sur laccroissement des exportations et la promotion des investissementsprivés, a lancé un programme de 12 projets dinfrastructures publiques prioritaires dont le financement, la réalisation et la gestionserait concédés selon la formule BOT. Instigateur du Nouveau Partenariat Pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) le Sénégal fait figure, auprès des instances internationales, de bonne élève de la région par sa stabilité politique. Le Sénégal ne reste pas moins qu’un pays au sous sol pauvre et grandement désertique. Le développement en infrastructure du Sénégal est faible malgré les efforts entrepris pour développer les réseaux téléphoniques. Le pays produit son électricité (1.518 Mlds de Kwhen 2001) et consomme la quasi totalité de sa production (aucune exportation enregistrée). Un programme d’électrification descampagnes est en cours.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  6. 6. Page 6 La situation enclavée de ce vaste pays d’Afrique l’a longtemps défavorisée. Le Mali est un pays sous équipé en infrastructure dont le décollage passera très certainement en partie par l’électrification. Bien que l’eau y soit abondante et que la topographie du pays soit propice à l’exploitation de l’hydroélectricité, l’industrie de la production électrique malienne a évolué au fil du temps vers une production croissante d’électricité générée par des centrales thermiques. Ceci sans pour autant satisfaire les besoins sans cesse croissants des consommateurs,particuliers et industriels. Le développement de l’hydroélectricité semble donc une clé pour la croissance de ce pays quientreprend depuis peu une politique d’appel à compétences pour le renforcement de l’énergie hydraulique. Le Burkina est un pays où la pauvreté est un phénomène préoccupant. Sur léchelle du niveau de vie au plan mondial, le Burkina occupe un rang inquiétant, étant classé 173e sur 175 pays selon un dernier rapport des Nations unies sur le développement humain (1997). L’industrie du Cotton est l’industrie phare du pays et s’exporte bien à l’étranger. Le pays est enclavé et bénéficie de très peu de ressources naturelles et d’une grande inégalité de distribution des revenus. En terme d’énergie l’objectif du Burkina est encore au stade d’assurer unapprovisionnement sûr et suffisant et à moindre coût par une réduction de la dépendance du pays en importationd’hydrocarbures. Le pays ne bénéficie d’aucune ressource pétrolière et est amené à diversifier ses sources d’énergie. Le Niger est un vaste pays d’Afrique enregistré parmi les pays les plus pauvres du monde. Les faibles recettes du Niger proviennent essentiellement de ses matières premières. Son économie est fortement dépendante de quelques produits d’exportation (principalement l’uranium). Le marché intérieur est plutôt étroit et le pays ne jouit d’aucune potentialité naturelle. De plus, d’importantes réformes structurelles sont à mettre en place pour escompter un décollage économique. Le Niger pourra néanmoins compter surDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  7. 7. Page 7l’aménagement du fleuve Niger pour le développement de l’énergie hydraulique. Enfin, le Niger enregistre un fort taux decroissance de sa population avec un taux de naissance de 6,91 enfants par femme en 2002. Pays d’Afrique Occidental, le Bénin connaît depuis une dizaine d’années une stabilité politique exemplaire dans la région. Le Bénin est très dépendant de sa production agricole et donc des conditions météorologiques. Le coton est la principale ressource d’exportation. Les possibilités de diversification de l’économie (notamment vers les secteurs de l’énergie ou des mines) ainsi que la volonté de changement existent. Cependant les moyens sont encore largement insuffisants. Aussi le tissu industriel est peu développé et le pays dépend del’extérieur pour les approvisionnements industriels et énergétiques. Depuis le retour de la démocratie en 1991, la situationéconomique du Bénin s’est considérablement améliorée, notamment grâce à une gestion mieux maîtrisée ainsi qu’auxprogrammes d’ajustements structurels qui ont favorisé la reprise des concours des institutions financières internationales. LEtat Bissau Guinéen est fortement dépendant de laide financière internationale. Il bénéficie de laide du FMI et de la Banque Mondiale. Le secteur privé est sous capitalisé et le secteur public est en perte de vitesse. Les différentes crises politiques ont interrompu le programme de privatisation prévu par le Gouvernement. La balance extérieure est fortement déficitaire. Cependant la Guinée Bissau a des ressources propres qui ne sont pas exploitées de manière optimale. Certains secteurs souffrent du manque dinvestissement, de systèmede gestion monopolistique et surtout de labsence dindustrie de transformation.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  8. 8. Page 8 Lagriculture constitue encore aujourdhui lépine dorsale de léconomie Togolaise et beaucoup defforts sont accomplis pour passer de la culture de subsistance à lagriculture de marché. Près de 70 % de la population active est dans le secteur agricole. Dans le programme dinvestissement 1985-1990, les infrastructures étaient prioritaires, venaient ensuite le développement rural, le développement socioculturel et loin derrière lindustrie qui verrait le désengagement de lEtat saccroître. A la fin de lannée 1988, une dizainedentreprises publiques avaient déjà été privatisées. Malgré ses efforts le Togo n’est pas encore sur la voix du développementdurable.L’ensemble des brefs aperçus ci avant témoigne du travail colossal qui reste à réaliser dans certains pays africains. Cependant, lesfaiblesses mises à jour ne doivent pas occulter les travaux réalisés et les efforts considérables que produisent un certain nombred’acteurs ultra optimistes du continent.Le retard économique des pays subsahariens est aussi induit par le manque de fonds nécessaires à l’investissement et par unemauvaise utilisation des crédits. En effet :a) les banques africaines préfèrent souvent conserver des fonds court terme que de les investir en emplois longs,b) les investissements sont peu tournés sur des infrastructures favorables au développement,c) il existe un important recours à la dette.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  9. 9. Page 92) Utilisation des fonds et poids de la dette a) Des banques en sur liquiditéLe paysage bancaire de l’UMOA se compose de 90 établissements de crédit agréés et en activité, soit 64 banques et 26établissements financiers. En analysant les chiffres de l’UMOA, on note aisément l’excèdent de trésorerie des banques membres.L’excèdent de trésorerie dégagé par l’ensemble du système bancaire de l’Union ressort à 383 Milliards en 2001 soit 3,83 Milliardsde FF (voir tableaux ci dessous). La trésorerie se compose d’avoirs en caisse (39%) et de disponibilités nettes auprès descorrespondants. UMOA : EVOLUTION DE LA TRESORERIE (en milliards de FCFA) 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1996 1997 1998 1999 2000 2001 Source UMOA rapport annuel 2001Le premier constat serait de dire que les banques africaines sont allergiques au risque. Cette allergie se traduit par de l’argent « quidort » dans les comptes au lieu d’être investit. La stratégie entreprise est très certainement de placer l’argent afin d’en retirer unerentabilité court terme.Cette situation d’excèdent de trésorerie courte pose un problème structurel : comment est t-il possible de financer desemplois longs (investissement en infrastructure) avec des ressources de trésorerie courtes (avoirs en caisse, comptesDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  10. 10. Page 10d’épargne à moins d’un an ; etc…). Ainsi, les banques, très certainement en attente de signes clés qui débloqueraientla situation, ne jouent pas un rôle de facilitateur de croissance. b) Les infrastructures peu prioritaires UMOA* : Utilisations des crédits déclarées à la centrale des risques Secteurs dactivité Décembre Décembre Décembre Décembre 1998 1999 2000 2001 Agriculture 6% 5% 5% 4% Industries extractives 3% 2% 2% 1% Industries manufacturières 17% 22% 21% 22% Electricité, gaz, eau 2% 4% 4% 3% Bâtiment, travaux publics 4% 3% 4% 4% Commerces, restaurant, hôtels 41% 34% 38% 39% Transports, entrepôts et communications 5% 8% 7% 8% Assurances, immobilier, services aux entreprises 3% 2% 4% 4% Services divers 19% 20% 15% 15% Total 100% 100% 100% 100% * hors données de la BCEAO Source BCEAOComme le démontre les chiffres ci haut il semble que les investissements destinés aux infrastructures ne soient pas la priorité desétats africains de l’UMOA. Les Crédits obtenus sont investis dans des secteurs à rotation rapide qui n’ont jamais impulsé undéveloppement autonome et durable. L’évolution de la structure de l’utilisation des crédits démontre aussi que la révolution dudéveloppement des infrastructures n’est pas en route.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  11. 11. Page 11 c) Important recours à la dette et poids de cette detteMalgré les concertations internationales de plus en plus pressantes, malgré les réunions fréquentes et la volonté des paysdéveloppés de réduire le poids de la dette sur les économies émergentes ou en développement, malgré les alarmes des bailleurs defonds et les demandes de trêves des gouvernements perpétuellement tiraillés, force est davouer quil nexiste pas de solutionmiracle aux problèmes dendettement que les pays en développement supportent. Ces pays sont affectés par le poids et le servicede la dette qui compromet tout espoir de croissance pour la plupart d’entre eux. Ainsi le doute persiste sur un démarragevéritable et un développement durable.Ce recours à la dette s’explique en partie par une série dévénements économiques qui a frappé les économies des pays pauvresdepuis les années 70, les poussant ainsi à recourir à lemprunt et alourdissant le service et lencours de leur dette : - chocs pétroliers, - périodes de taux dintérêt élevés, - fluctuations de la demande mondiale et dégradation de leurs termes de change résultant de la chute des prix des produits de base dans les années 80.A ces facteurs externes se sont souvent ajoutés : - une mauvaise utilisation des emprunts, - des administrations publiques déficientes et de mauvaises politiques économiques - les guerres locales qui affaiblissent les pays concernés et les détournent des missions prioritaires que sont lalimentation, léducation, la santé...Ainsi, certains pays croulent sous le poids de la dette et ont perdu tout espoir de sen sortir.Parmi les causes internes de la dette, il se dégage trois facteurs qui à chaque étape ont maintenu le réflexe du recours àlendettement. Ces facteurs sont:Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  12. 12. Page 12 - tout dabord, il y avait la politique dinvestissement public massif qui sétendait sur deux décennies malgré lessoufflement apparent des moyens - ensuite il y eut la dégradation généralisée de la situation des entreprises publiques et parapubliques que lon continuait à financer sur emprunt (vétuste après départ des occidentaux); - et enfin la déficience des prévisions à long terme (qui auraient par exemple évité les infructueux investissements) doublée de lallègre insouciance vis-à-vis des signaux dalarmes donnés par les indicateurs de la dette, et qui amena à dépasser chaque limite fixée en repoussant encore et toujours les frontières du viable.Du côté extérieur, également trois principaux facteurs ont fatalement atteint le parcours de « léconomie africaine » - la conjugaison du changement de système monétaire international avec la chute brutale des prix des matières tropicales, - la grande disponibilité des fonds et lencouragement à lendettement (principalement pour la Côte d’Ivoire), - lenvolée du taux dintérêt sur le marché international et celle du dollar dans les années 80.Mais même dans ces cas, la responsabilité des décideurs peut être remis en cause dans la mesure où ils se sont laissé tenter parlabondance des capitaux pour contracter des prêts à des conditions devenues défavorables, ce qui témoigne encore dune faibleclairvoyance.La dépendance des pays sous-développés à la manne extérieure est aujourdhui une réalité, cest pourquoi la suggestion dannulerla dette des pays pauvres et très endettés pour certain pose le problème du relais: quelle structure aurait encore confiance ausystème international et voudrait poursuivre le financement du décollage de ces pays si les dettes antérieures ont été purement etsimplement annulées ?Quant aux autres solutions,- les négociations par groupe ou au cas par cas, - les formules épuisées de rééchelonnement, - les traitements divers ou la mise en place de structures supranationalesDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  13. 13. Page 13Elles ont épuisé leur effet de court terme et prouvé leur inaptitude à sattaquer au problème de la dette en reportant ailleurs lefond des discussions. La communauté des pays les plus riches, lors de leurs multiples réunions, a démontré son incapacité àrésoudre un problème qui a pourtant atteint le système mondial.La solution au problème de la dette doit provenir du cœur même du pays dabord. , Elle doit être le fruit dun mûrissementinterne et se mériter à la suite dun effort commun et harmonisé de toutes les parties.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  14. 14. Page 14« L’argent est peut être le nerf de la guerre » mais ne fait pas tout. Avoir des fonds pour se développer c’est bien mais avoir uncadre politique, réglementaire, social et économique favorable au développement c’est encore mieux.Le développement est ainsi comme nous avons tenté de le faire sentir ci avant une question de fonds mais aussi de volonté et decadre appliqué.Afin de « contourner » ce problème de fonds, des contrats de concession ont été créés. Ces contrats ne nécessitent pas desinvestissements faramineux des Etats. Comme nous le développerons ci-après ils sont « lourds » à mettre en place en termeréglementaire mais l’entité qui compte en bénéficier à tout à y gagner. C’est ainsi par exemple que la Côte d’Ivoire a lancé unprogramme intitulé les 12 travaux de l’éléphant d’Afrique dans le but d’impulser son développement. Il s’agit de projetsd’infrastructure tous financée sous forme de concession : - La modernisation et l’extension de l’aéroport d’Abidjan (travaux terminés à ce jour) - l’autoroute à péage Abidjan – Yamoussoukro - la voie express à péage Abidjan – Grand Bassam - Un pont à péage Riviéra – Marcory - Un train urbain - La gare routière d’Abidjan - Projet relatif à l’abattoirCi après nous tenterons de donner une définition des contrats de concession par le biais des PPP. L’idée est de faire apparaître etd’analyser ce type de procédés comme une alternative au développement des pays en difficulté qui n’ont pas les fonds immédiatspour investir.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  15. 15. Page 15II) Une alternative au développement des PED (les PPP).Les grands travaux d’infrastructure sont traditionnellement réalisés et exploités par le secteur public, qui contracte à cet effet desdettes importantes. Néanmoins, avec la croissance continue de la population dans les PED, le besoin en infrastructures n’a cesséde s’accroître. Parallèlement la dette croissante de ces pays a considérablement diminué leur capacité de financement. Tout ceci apoussé les gouvernements et les institutions financières internationales à développer de nouvelles méthodes de financement.L’approche Build Operate and Transfer qui allie la technique de Project Finance et celle de la concession paraît la mieux adaptéeaux objectifs et contraintes des PED. La technique du BOT est une forme particulière de mise en concession (voir les différentsPPP en Annexe 1) dans laquelle des opérateurs privés construisent et exploitent des infrastructures qui seront transférées augouvernement au terme de la période de concession.Toutefois, comme c’est le cas dans toutes les concessions, l’entité publique demeure responsable du service en question. Ainsi, leconcessionnaire est en charge de l’exécution du service public mais l’Etat conserve un devoir de contrôle de la bonne exécutionpendant la durée de la concession. L’Etat joue de ce fait le rôle de régulateur, supervisant le concessionnaire et l’application ducontrat de concession et s’assurant que le développement des infrastructures est conforme à la politique du Gouvernement.Il est fréquent de distinguer trois phases dans l’étude d’un projet BOT : La création de la société projet et la mise en place du financement (cf. II.2) La construction du projet, L’exploitation du projet.Les concessions peuvent s’appliquer à différents domaines parmi lesquels il y a l’énergie qui est cruciale pour le développement.L’énergie (centrale électrique, barrage hydraulique, gaz, charbon…) est la base du développement mais nécessite desinvestissements important. Le développement de l’activité économique ne peut se faire sans un réseau électrique dense et fiableavec des tarifs compétitifs pour tous.Cependant, l’offre en énergie dans les pays en développement est dérisoirement faible par rapport aux besoins des économiesnationales et des populations. Ainsi d’importants défis sont à relever. Hormis l’Afrique du Sud, la moyenne d’électrification deDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  16. 16. Page 16l’Afrique subsaharienne oscille entre 15 et 16% de la population. Dans le cas du Mali le taux de déserte plafonneapproximativement à 12%. Cela alors que les deux grands fleuves Sénégal et Niger, disposent d’un fort potentiel hydroélectriquedont la mise en œuvre se heurte à la pénurie d’investissement. Cette situation est commune à la quasi-totalité des pays ducontinent.Malgré le processus de libéralisation du secteur électrique en cours, le secteur de l’électricité est en général géré par l’Etat. Or, quece soit sur un plan technique, économique ou financier, les résultats de cette gestion sont assez médiocres dans l’ensemble. Parexemple pour le Sénégal les pertes cumulées entre 1993 et 1997 se sont élevées à 20 000 Millions de CFA.Nous nous intéressons ici à mettre en parallèle la carence en d’industrie lourde et la notion de partenariats publics privés quipourrait répondre aux problèmes d’efficacité et de gestion de certains Gouvernements africains. Nous tenterons ci après d’étayerla notion de PPP.1) L’intervention d’entités privées a) Pourquoi ?Force est de constater que le privée peu pallier à certaines lacunes du public. La faible performance des entreprises publiques estle reflet de divers facteurs qui sont : - Le sous financement chronique des investissements dû aux contraintes de budget - Le manque d’autonomie de gestion pour opérer comme une entité commerciale - La perception que les services de l’état sont un bien social, et non commercial, avec comme conséquence que les tarifs sont souvent inférieurs aux niveaux économiques - Le manque d’incitations pour encourager l’efficacitéLes économies africaines auraient tout intérêt à faire plus participer le secteur privé international au financement de leursinvestissements. Cela permettrai :Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  17. 17. Page 17 - Un financement « hors » bilan de l’Etat (plus de fonds publics) - De conserver les fonds publics disponibles pour d’autres obligations - Attirer les agences nationales et internationales de financement - D’accéder rapidement aux prêteurs commerciaux et au capital - D’optimiser des modalités de coût et de financement des projets.La participation du secteur privé au financement des investissements (si le PPP est bien structuré) peut comporter des avantagesimportants pour les Gouvernements africains et leurs populations. Ces avantages sont : - Des prestations de services plus rapides - Des coûts moindres grâce aux incitations à l’efficacité et à l’innovation - Une meilleure performance grâce à des contrats basés sur les résultats et aux incitations - Un transfert de risque de construction / exploitation à l’investisseur /opérateur privé - Un accès aux marchés de capitaux de prêteurs commerciaux.En effet il est souvent dit que la participation du privée dans le public dote ce dernier d’un dynamisme et lui procure de meilleursrésultats. De même lorsque les appels d’offres internationaux d’infrastructures lourdes sont lancés, ils font l’objet d’un processusde sélection très long (Annexe 2), ceci afin que le candidat sélectionné soit le plus pointu possible dans la matière requise. b) Le gouvernement et la sélection du PPPUn PPP ne se fait pas du jour au lendemain. Il demande une préparation longue au niveau du Gouvernement. En effet il fautqu’au niveau économique, juridique et réglementaire, le cadre soit propice au partenariat. De plus, l’Etat doit se poser plusieursquestions au préalable quant à l’objectif qu’il souhaite atteindre.Quels sont les problèmes qu’il tente de résoudre, et quelles sont les implications tarifaires, le cadre réglementaire est t-il adéquatetc … Autant dire que c’est un travail colossal et minutieux qui ne doit pas être entrepris dans l’optique juste de trouver unDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  18. 18. Page 18partenaire privé mais qui doit s’inscrire dans le cadre d’une politique du pays. La « privatisation » d’un secteur doit s’inscrire dansle cadre d’une stratégie économique et non pas seulement dans l’optique de trouver de l’argent à court terme.Ainsi, les gouvernements ont de multiples objectifs pour la participation du secteur privé :-Une expertise technique-Une meilleure efficacité-Un investissement privé à grande échelle au secteur-Des subventions publiques réduites au secteur-Une plus grande sensibilisation du secteur aux besoins et préférences de la clientèle.De plus, en fonction des objectifs les engagements et les contrats PPP ne sont pas les même (Cf. la grille ci-dessous) Objectifs et options des différents PPP Plan et conditions préalables des PPP Source : Information Banque MondialeLes Gouvernements africains doivent intégrer tous ces éléments dans la sélection de leur PPP. Si les conditions de départ ne sontparticulièrement pas propices à l’investissement privé l’Etat peut retarder la transaction et entreprendre tout d’abord les réformesDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  19. 19. Page 19institutionnelles et réglementaires, il peut aussi conclure la transaction mais à un coût relativement élevé ou opter pour uneparticipation privée par étape (approches attrayantes qui permettent une certaine participation privée alors qu’une solution estrecherchée aux problèmes institutionnels). c) Qu’est ce qui permet d’attirer des capitaux étrangers ?Un projet économiquement sain, à participation dynamique et bien structuré obtient toujours un financement. Attirer unfinancement dépend plus que jamais d’une volonté politique clairement définie en faveur du projet, de la viabilité économique duprojet, du mode de sélection et de la qualité des sponsors/opérateurs, et enfin de l’identification et de l’allocation optimale dechaque risque afin d’en assurer une gestion adéquate. Ainsi, la liste des éléments ci-dessous garantira aux Etats africains des financements pour le développement des infrastructures :- La volonté politiqueLa volonté politique se manifeste par la motivation politique clairement exprimée de développer le secteur.- La viabilité économique  Il faut que le Gouvernement sélectionne des niveaux de tarifs pour permettre un flux adéquat de liquidités (réduction des subventions publiques au secteur, volonté de faire en sorte que le coût du service soit éventuellement pris en charge par le client)  Il est important que le projet ait une portée de services viable sur le plan technique et économique.- Sélection et qualité des sponsors / opérateurs  Il faut des normes strictes pour les procédures de passation des marchés publics (liste restreinte, appel d’offres, sélection, due diligence, sous-traitance,…).  Les sponsors / opérateurs doivent avoir une bonne expérience sur leur marché national et sur le plan international. Une expérience préalable dans la région et le pays concerné ainsi l’expérience antérieure en matière de technologie est souhaitée.  Le sponsor doit avoir un fort niveau d’engagement et une bonne assise financière.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  20. 20. Page 20- Une bonne gestion des risques  Le risque pays doit être maîtrisé (environnement social et économique, environnement politique et réglementaire, risque au niveau des devises).  Il existe aussi un risque préalable à l’achèvement et l’exploitation (entrepreneur /coût/ retard, technologie/ performance / fiabilité, opérateur / productivité / maintenance, ressources)- Une qualité de contrat  Une garantie de la part de l’opérateur et de l’entrepreneur  Un engagement du sponsor à maintenir une prise de participation majoritaire tout au long du cycle de vie de la concession / BOT ou autre…  Garantie intégrale conjointe et autres garanties financières de la dette jusqu’à l’achèvement de la construction, avec clauses de retrait en cas d’expiration pour raison de force majeure et défaut de paiement du client.  Un appui opérationnel des sponsors (accord de services technique avec l’entreprise du projet)  Un mécanisme adéquat de la formule de tarification  Un équilibrage des revenus et dépenses au financement afin de limiter le risque lié au taux de change  Un cadre institutionnel clairAinsi la liste ci dessus optimise la réussite d’un PPP. Ces éléments sont à surveiller dés lors que les gouvernements pensent auxPPP. Malheureusement il est à déplorer qu’une considération de ces éléments ne soit pas automatiquement intégrée dans laréflexion des politiques africains.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  21. 21. Page 21 d) SWOT d’un PPP (Electricité) en Afrique FORCES FAIBLESSES- Assainissement du cadre réglementaire. - Chamboulement au niveau réglementaire- Obligation d’avoir un cadre politique stable. - Lourdeur administrative- Création de zone d’activité - Besoins d’investissement importants.- Développement de l’économie. - Importants coûts de restructuration à envisager.- Possibilité d’aider les autres états. - Longue période de concession avant que l’état soit propriétaire.- Avantages collatéraux - Rigidité au niveau des constructeurs.- Gestion du risque - Grand système de protection des investisseurs- Etc… OPPORTUNITES MENACES- Forte volonté des autorités d’améliorer les performances du pays. - Développement simultané et non canalisé de la concurrence- Forte poussée et demande des opérateurs économiques - Technologie dépassée nationaux - Risque politique et économique- Ouverture à d’autres opérations similaires dans la région - Pertes financières (mauvaise rentabilité).- Développement d’un track recordLes investisseurs et promoteurs souhaitent en effet une protection contre les risques ou une limitation de ceux-ci. Lespromoteurs souhaitent que le projet ne pèse pas sur leurs comptes et la traduction comptable de labsence de risque exige uneanalyse rigoureuse et complète du montage, en examinant en particulier les risques en cas de faillite. Les investisseurs sontDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  22. 22. Page 22souvent des fonds, dont les statuts et le régime excluent quils participent à des projets pouvant impliquer un risque au delà de laperte de linvestissement.Le montage contractuel est complexe, où le contrat de concession est un des éléments du montage global qui comprendra lescontrats de construction, les contrats de financement, etc.Par ailleurs, pour assurer la transparence et lefficacité économique du processus, loctroi du projet se fait à la suite dappelsdoffres internationaux. Ci après nous tentons de dresser un schéma et d’expliquer les contours du schéma phare des PPP, leBOT (Build operate and transfer).2) Structuration d’un partenariat publics privés (le BOT)Bien que 2 types de projets ne peuvent avoir la même structure il existe des caractéristiques similaires à de nombreux BOT quipeuvent être synthétisés de la façon suivante ( Cf. les structures d’un BOT ci dessous) BOT : Schéma simplifiéUn acteur clé d’un BOT est le Gouvernement hôte. Le Pacte Actionnaires Entité publiqueGouvernement doit manifester une volonté féroce de voir d ’actionnaires Contrat dele BOT en son pays. Cette volonté est la base de la concessionla réussite du projet car en général l’Etat est le principalacheteur de la production ( dans l’électricité cela se fait parle biais de PPA ( Power Purchase Agreement : contrat par lequel SPVl’Etat s’engage à acheter la production d’électricité). Il faut mentionner Contrats de Société concessionnaire Convention deaussi que c’est l’Etat qui délivre les autorisations pour faire de construction créditgros projets et c’est aussi lui qui fixe le cadre réglementaire. Constructeurs Syndicat bancaire Contrats de sous-traitance Source : document interne AMB Sous-traitantsDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  23. 23. Page 23 BOT : Structure générique Sponsors Advisers Host Government Advisers Investment Bankers Legal Counsel Investment Bankers Technical Advisers Legal Counsel Equity investment Shareholders Agreement Raw Material/ Passive Equity Energy Suppliers Investors Concession Agreement, Approvals, Authorizations, Guarantees, possible Long Term Equity Equity, Loans, Stand By Supply Contract Investment Commitments Long term off-take Purchaser Contract Insurance Insurers Project Company Policies Payments Escrow Agreement Operating Management Escrow Agent Contract Deed of Trust Operator Long Term Debt Fixed Turmkey Construction Contract Lenders Trustee Construction Consortium/ Guarantee Guarantees Agreement Equipment Suppliers Export Credit Sources : Augenblick and Cluster (1990) Guarantee AgenciesComme le montre le schéma ci haut un grand nombre d‘acteurs peut être impliqué dans un financement de projet de type BOT.Il est important que chaque partie ai bien ficelé sa participation (garantie, assurance, couverture et…). Le deuxième ingrédientDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  24. 24. Page 24pour la réussite d’un financement de projet type BOT réside dans la compagnie projet (la « Project Company » et les sponsors).Les sponsors constituent généralement un Consortium qui inclut des constructeurs et ingénieurs internationaux et etc… Trèsfréquemment une levée de fonds est conduite par la société projet qui lève entre 70 et 90 % du financement, le reste étant assurépar l’Etat.3) Application de l’approche BOTNous tentons d’appliquer la méthode BOT à certains cas d’études. Nous avons pris comme exemple Kribi (au Cameroun) ettentons d’y intégrer un port sous forme de BOT. Le deuxième exemple concerne un projet de ponts à péage car un tel projet esten préparation en Côte d’Ivoire (Rivièra – Marcory) et parce que ce concept a éveillé notre curiosité. Nous avons mis à titreindicatif en Annexe 4 deux exemples (en Argentine et au Maroc) de concessions réussies afin d’illustrer l’efficacité des BOT,quand ils sont bien installés. a) Application de l’approche BOT pour le développement d’un port dans la région de Kribi (Cameroun) Plage de Kribi Kribi, cest le point de chute de tous les expatriés vivant au Cameroun. Dans cette ville, on trouve de nombreux hôtels longeant la plage sur plusieurs kilomètres. Cest lendroit rêvé pour passer un week-end tranquille pour se reposer de la dure semaine de labeur. Le tourisme nétant pas encore très développé au Cameroun, la foule nest pas vraiment au rendez-vous et on a souvent toute la plage pour soi- même L’application de la technique du BOT au développement des ports s’inscrit dans la triple tendance générale au plan mondiale : la réduction des dépenses publiques affectant certainement les ports qui jusqu’à une période récente constituaientessentiellement des infrastructures publique ; l’évolution vers l’économie de marché et la privatisation)Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  25. 25. Page 25Ainsi nous avons constaté ces dernières années de nombreuses privatisations de ports ou de tout ou partie des servicesportuaires. Parallèlement à cette privatisation, le financement privé d’infrastructures portuaires s’est développé. Les promoteursprivés qui se chargent d’apporter le financement et de procéder aux travaux et à la fourniture d’équipement se voient octroyé undroit exclusif d’exploitation pendant la durée de la concession (généralement de 20 à 30 ans).Le financement intégral du port en eau profonde de Kribi en BOT pourrait cependant s’avérer très difficile. Il n’existe pas eneffet à proprement parler de trafic récurent pour ce nouveau port. Certaines débouchées sont liées à des développementsindustriels ultérieurs dans la région et le nouveau port se trouvera en concurrence pour certaines de ses activités avec le portexistant de Douala et d’autres ports de la région.Un risque commercial important existe inévitablement pour ce type de projet, quelque soit la qualité des études de trafic et defaisabilité par ailleurs indispensables.De plus, ce type d’investissement et en particulier les infrastructures portuaires de base demandent énormément de capitaux quine peuvent s’amortir sur une période ou même sur la période normale de concession. Dans la plupart des projets similaires, l’Etata dû prendre en charge et financer par des crédits concessionnels ou autres prêts bonifiés ces infrastructures de base, laissant ausecteur privé le soin de financer les différents terminaux et leurs équipements.La technique du BOT associée à des concessions apporte la possibilité de division du projet en différents sous – projets plusfacile à financer et davantage susceptibles d’attirer des promoteurs potentiels et des investisseurs dans chaque domaine concernépar chaque projet (divers type de terminaux portuaires).La concession des différents espaces portuaires destinés aux différentes activités qui pourra prendre la forme classique desConcessions au Cameroun et qui pourra être consentie sur une période suffisamment longue (20-25 ans) permettra à l’Etat deconserver la propriété des terrains et un contrôle sur les activités du port.L’état ou plutôt l’Autorité Portuaire Nationale (ou Régionale) jouera en fait le rôle de régulateur supervisant le concessionnaire etl’application du contrat de concession, participant à la promotion du port et s’assurant que son développement est conforme à laDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  26. 26. Page 26politique du Gouvernement, tout en contrôlant le jeu normal de la concurrence à l’intérieur du port et avec les autres ports duCameroun.Une étude de faisabilité détaillée ainsi qu’une étude financière approfondie avec des modèles financiers seront nécessaires pourdéterminer précisément la part du financement qui devrait être supportée par l’Etat en ce qui concerne les infrastructuresportuaires et les infrastructures connexes (utilités, routes, rail) ainsi que les éventuels garanties que L’Etat pourrait être amené àapporter pour permettre le succès du projet.Afin de minimiser le risque de trafic, des accords à long terme pourront être conclu avec des armateurs, le Gouvernement pourras’engager à assurer un trafic minimum et à ne pas autoriser la construction de nouveaux ports dans une certaine périphérie tantqu’un certain trafic ne sera pas atteint. b) Application de la méthode BOT pour la réalisation d’un pont à péageLes infrastructures routières et de franchissement sont l’un des secteurs où un BOT est le plus difficile à monter. En effet cesprojets présentent des risques financiers très importants, liés au montant des investissements nécessaires en première phase, et unretour sur investissement très progressif et difficilement chiffrable.Contrairement à un BOT classique où le concessionnaire vend un bien ou un service à une entreprise ou éventuellement à l’Etat,dans ce type de projet la difficulté est accrue par le fait que le concessionnaire sera directement en contact avec l’usager final duservice ce qui l’expose à des risques de boycott. Ce risque est d’autant plus réel, que la réalisation d’un pont à péage serait unepremière en Afrique subsaharienne, à ce titre l’acceptabilité du péage par les usages, qui dépendra largement du tarif pratiqué,reste une inconnue. Les prévisions de trafic sont donc difficiles à évaluer avec précision.La prise en compte de ces risques conduira sans doute les bailleurs de fonds, à assortir les prêts accordés à la sociétéconcessionnaire de garanties renforcées impliquant plus les actionnaires. Les bailleurs de fonds pourront exiger un accroissementde fonds propres par exemple.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  27. 27. Page 27En outre, pour ce type d’ouvrage, dont le risque financier est important, l’approche BOT ne pourra être viable que si leGouvernement peut garantir un trafic minimum. En effet contrairement au secteur privé, le choix d’un projet d’infrastructure nerepose pas uniquement sur la rentabilité financière directe, d’autres critères tels que le coût économique, social et écologique sontpris en compte. A ce titre, l’autorité publique devra réfléchir dès l’origine du projet au partage des coûts entre usagers etcontribuables, afin de définir le niveau de subvention dont le projet pourra bénéficier.Nous venons d’illustrer par des exemples l’approche BOT. Cependant tout ceci n’est réalisable que si l’investisseur à une bonneappréciation des risques que nous tentons de lister ci après.III) Les risques encourus dans les pays de l’UMOA1) Risques encourus par les investisseurs (sponsors et …) a) Risques politiquesLa situation est très variable selon les Etats. Néanmoins par le passé, on pouvait dire que les pays de la zone franc étaientrelativement stables. Cependant, depuis quelque temps les crises politiques de l’Eléphant d’Afrique ralentissent considérablementla croissance des Etats et de l’économie de la sous région. Les risques encourus par un investisseur sont les suivants : - Rupture du contrat par l’EtatRupture des contrats d’achat (Power Purchase Agreement par ex) avec l’Etat comme principal acheteur. En cas de difficultéséconomiques, ce risque existe, comme le montrent les événements survenus lors de la crise en Asie (voir exemple asiatique cibas). - Non-respect des engagements de l’Etat (Exemple de l’électricité : Paiement, livraison de fuel)Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  28. 28. Page 28Pour une société d’exploitation, le risque de non-paiement de ses factures par l’état existe, mais ne remet pas en cause la viabilitéde la société. De plus, la société a des moyens de pression sur l’Etat (coupure d’électricité, non-paiement des taxes et impôts dus). - Risque de rapatriement du matérielDans le cadre d’un BOT, d’un contrat de concession ou d’affermage, l’investisseur ne possède pas de matériel à la fin de soncontrat. Néanmoins, il est possible de s’assurer contre ce risque par une agence type la Coface, pour le montant du matériel. b) Risques réglementairesRemise en question du contrat suite à un changement de l’équipe gouvernementale :Avant d’intervenir dans un projet, il est indispensable de s’assurer de l’existence d’un cadre réglementaire clair. De plus, uneattribution de marché effectuée à la suite d’un processus clairement défini (appel d’offre) permet d’asseoir de façon plus stable lalégitimité du contrat. c) Risques économiquesSuite entre autres choses à la dévaluation du FCFA, la plupart des pays étudiés connaissent une croissance relativement faible - Risque commercial - Risque de performance lié à des contraintes externes (exemple de l’électricité)Ce risque s’applique particulièrement au contrat de concession comprenant la gestion de capacités de productionhydroélectriques. En effet, ces capacités peuvent se trouver réduites par suite de faible pluviométrie, sans qu’il y ait défaut de quique ce soit. Dans ce cas, la société concessionnaire se trouve en défaut. d) Les risques monétaires - Risque de transfert et de disponibilité des devises (exemple de l’électricité)Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  29. 29. Page 29Pour l’instant, le financement des investissements dans les secteurs de l’industrie lourde L’électricité en Afrique s’effectue endevises, alors que les recettes de ce secteur sont uniquement en monnaie locale.La situation des pays étudiés rend ce risque réel pour tous les projets, même si contractuellement, les contrats d’achats de l’Etatprévoient qu’une partie des montants dus par l’Etat s’effectuera en devises.Exemple Asiatique :En Malaisie cependant, un projet d’IPP (Independent Power Producer) de 1 Milliard de USD a été entièrement financé enmonnaie locale. A la suite de cette première expérience, tous les autres IPP qui ont suivi ont aussi été financés en monnaie locale.A la suite de la crise asiatique, les engagements de l’état Malaysien vis à vis des IPP n’ont pas changé, alors qu’en Indonésie, oùles financements étaient devises, l’état indonésien n’a pas les moyens de faire face à ses engagements.Autant que faire se peut, il est donc important de structurer les flux monétaires liés aux projets électriques en monnaie locale,même si pour l’instant les capacités de financement ne semblent pas suffisantes. - L’impact de la dévaluation (exemple de l’électricité)Il existe toujours un risque de dévaluation zone francs, surtout pour des projets à moyen terme comme les investissements dansle domaine électrique.Si au niveau macro-économique cette dévaluation servirait à augmenter la croissance des pays concernés, en revanche les effetssur l’économie du secteur électrique pourraient être plus négatifs. - Pour les sociétés d’exploitation Dans le contrat de concession, le taux d’augmentation des tarifs est fixé. En cas de dévaluation, il est peu probable que l’Etat concédant permette à la société concessionnaire de répercuter en intégralité l’impact de la dévaluation. Plus vraisemblablement, la société d’exploitation pourra récupérer l’impact de la dévaluation sur plusieurs années. La rentabilité attendue par les actionnaires s’en trouvera diminuée.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  30. 30. Page 302) Risques encourus par les banquiers (exemple de l’électricité) Nous étudions ici les risques encourus par une banque qui aurait effectué des prêts dans le cadre d’un investissement dans le secteur électrique africain. Bien sûr, tous les risques étudiés en première partie se retrouvent ici, nous ne les avons donc pas repris. a) Financement d’un IPP (Independent Power Producer) Risque avant le début de la phase opérationnelle Description du risque Mitigation / garantie Evaluation du risque résiduel Risque d’abandon du projet de la part Prévoir si possible, dans le montage du Risque faible des sponsors financement, que la construction soit d’abord financée sur fonds propres (30% du financement), puis par le crédit Risque de construction et risque La capacité technique et financière du Risque faible technique constructeur à mener à bien ce projet Emission d’une garantie de performance du constructeur à la société de projet .Cette partie a été élaborée afin de montrer qu’il y a des risques pour l’investisseur et qu’il convient ainsi pour les GouvernementsAfricains de les minimiser. Ce qui fait souvent défaut à l’investissement c’est le cadre général qui est souvent peu attractif(corruption, risque de guerre etc.…).Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  31. 31. Page 31 Risque pendant la phase opérationnelle Description du risque Mitigation Evaluation du risque résiduel Risque financier sur la société de Prévoir le versement direct des recettes Risque transformé en risque de non- projet : non remboursement du crédit de la société de projet sur un compte paiement. collatéral domicilié chez le Prêteur. Risque de marché pour l’électricité Le prix et les quantités minimales de pas de risque de marché pour la produite l’électricité sont fixés dans le contrat. production. Ce risque est transformé en un risque politique sur l’état de non respect du contrat. Risque sur l’approvisionnement en En général, soit l’Etat livre le pas de risque de marché. Combustible et lubrifiants (aspect combustible gratuitement, soit il Risque transformé en risque politique. qualitatif et quantitatif). s’engage à rembourser les factures au franc le franc. Risque de performance de la centrale. La compétence technique de l’opérateur et du constructeur (émission d’une garantie du constructeur, contrat d’O&M) Risque commercial d’arrêt du projet par Ce risque est en pratique très faible, la société de projet les coûts d’exploitation étant peu élevés par apport au montant des investissements.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  32. 32. Page 32 CONCLUSION Source :G. Bond and L. Carter Comme le montre le schéma de gauche les montants alloués au financement Valeur des projets Valeur de la participation de lIFC dans les PED de projet (concernant l’IFC) sont en hausse considérable. Cette hausse en million de $ 6000 constante est le reflet de l’utilisation régulière de ce type de contrat. 5000 De plus en plus, les opérateurs internationaux tendent à la surdité en ce qui 4000 concerne les appels d’offres d’acquisitions. Simultanément, la pénurie 3000 d’investissement rend les moyens de production, les réseaux de transport et 2000 de distribution prématurément obsolètes. 1000 Ainsi, le développement n’est pas une affaire d’occidentaux. Les PED 0 1966 - 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 doivent se prendre en charge et créer des cadres idéaux pour leur 1987 développement. Il est de l’intérêt des Africains d’agir au maximum pour leurNombre de projets 7 2 6 4 6 8 15 30 intérêts : construire un cadre propice, pas de guerre, instaurer un cadre de confiance, et … Les enjeux énergétiques doivent être des questions publiques où tous les acteurs (Etats, travailleurs, consommateurs et privés) doivent se concerter et dialoguer, pour opérer le bon choix sans oublier la coopération inter Etats. La comparaison entre l’expérience de différents pays est instructive, source d’enseignements pour de futurs montages dans des secteurs qui doivent être restructurés ou des services dont la gestion doit être améliorée. Cependant au désir d’accès au moindre coût des infrastructures de développement s’oppose la course au profit auquel se livrent les multinationales qui se dérobent pour les investissements à leurs yeux non immédiatement rentables. Certaines personnes considèrent que pour bien investir en Afrique il faut regarder les éléments suivants:  une situation macroéconomique stable et en croissance encourageant les initiatives privées  un cadre juridique adéquat qui maîtrise le droit des sociétés (dont les droits des minoritaires), qui permet de gérer les conflits et qui ne soit pas trop pénalisant sur le plan fiscal (plus-values, régime des sociétés mères, double imposition,... ) ; Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  33. 33. Page 33  un contexte culturel qui valorise lesprit dentreprise, le goût du risque et lenrichissement personnel comme une valeur positive dans la société ;  la compréhension de la problématique du long terme (un dossier se dénoue en 4 à 7 ans, parfois 8 à 12 ans) impliquant une confiance dans le futur ;  le non interventionnisme de lEtat qui doit se contenter dêtre un facilitateur ;  la présence dun marché financier actif, liquide et entreprenant.Ces éléments semblent ne pas être tous être réunit pour favoriser l’investissement futur cependant la croissance continue...Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  34. 34. Page 34ANNEXES ANNEXE 1 : LES PARTENARIATS PUBLIC PRIVE PPP Propiété des Actifs Financement Exploitation Années Contrat de Services et Publique Public Publique et Privée 1-3 de Sous Taitance Contrat de Gestion Publique Public Privée 3-7 Contrat d’affermage Publique Public Privée 7 - 15 Concession Privé ensuite Publique Privé Privée 25 - 30 Projet BOOT Privé ensuite Publique Privé Privée 15 - 20 BOOT inversé Privé et Publique Public Privée 15 - 20 Participation commune Privée Privé et Public Privée et Publique Indéfini (Joint venture) Vente pure et simple Privée Privé Privée IndéfiniContrat de services et de sous-traitance : Tâches spécifiques sous-traitées au secteur privé mais la gestion d’ensemble desservices d’utilité publique demeure du ressort du secteur public. Contrats fait dans le but d’assurer une bonne expertisetechnique. Cependant il est peu probable que la performance du service public soit améliorée lorsque la gestion est médiocre.Contrat de gestion : Une commission est versée à une entreprise privée pour exploiter les services de l’état (par ex :alimentation en eau et assainissement) afin d’améliorer l’efficacité de gestion. Cependant il y a là une difficulté à garantir les gainset l’état (dans notre exemple la ville) demeure responsable des investissementsContrat d’affermage : Une entreprise prend en location les activités de l’état (par ex : alimentation en eau et assainissement) eten assure la maintenance et l’exploitation, contre le droit d’en retirer un revenu. Cependant des contraintes administrativesdemeurent car l’état (dans notre exemple la ville) reste responsable des investissements.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  35. 35. Page 35Les concessions : L’état détient les actifs mais des contrats sont passés avec le secteur privé pour l’exploitation, la maintenanceet les investissements. Ces contrats disposent d’un potentiel de rentabilité élevée au niveau de l’exploitation et desinvestissements. De plus c’est l’opérateur privé qui assume les risques et qui fournit le financement en capital. Les concessionsexigent un engagement et une capacité réglementaire important.Les projets BOOT : (Build Own Opeate and Transfer) le secteur privé construit, développe et exploite les installations en vrac.Ce type de contrat constitue un moyen adéquat pour obtenir une prestation efficace des services avec investissements privé.Cependant ce système est inadéquat si les systèmes de distribution sont en mauvais état et il y a nécessité d’une garantie de l’Etatpour couvrir le risque de non paiement des Entreprises Publiques qui achètent les services (eau…) à la suite de Service PurchaseAgreement.BOO : (Build Own Operate) contrat entre un producteur indépendant et un distributeur par lequel le producteur s’engage àconstruire et à gérer une centrale pendant une durée indéterminée et la société de distribution s’engage à acheter.BOT : (Build Operate and Transfer) : cf. II.2ANNEXE 2 : DE L’APPEL D’OFFRES A LA CONSTRUCTION : UN MONDELe processus pour arriver à construction d’une infrastructure est très long (Cf. Schéma ci-après).Deux appels d’offres en Tunisie ont été lancé le 6 juin 2003 pour trouver un Consultant dont la tâche sera d’assister et deconseiller les autorités tunisiennes dans la sélection d’investisseurs et le montage d’un dossier attirant les investisseurs pourexploiter sous forme de BOT un Terminal à Conteneur et de navires croisiéristes. Par cet exemple vécu nous tentons de dressercombien le processus est long lorsque l’Etat lance un appel d’offre à compétences internationales.A toutes fins utiles nous donnons les définitions suivantes :Offre Technique : Document qui répond à un Appel d’offres sur lequel le consultant montre sa compréhension de la mission etliste l’ensemble du personnel qui va intervenir au cours de la mission. Le consultant donne une méthodologie et c’est sur la basede tous ces éléments que l’Etat pourra sélectionner le meilleur candidat.Document ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  36. 36. Page 36Offre Financière : Il s’agit d’un chiffrage de la prestation du consultant. Une fois le stade de l’offre technique franchi l’appeld’offre peut se gagner sur l’offre financière (quel consultant a les tarifs les plus avantageux?) Exemple de plannig de missionDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  37. 37. Page 37 ANNEXE 3 EXEMPLE DE CONCESSION REUSSIE HORS AFRIQUE Concession de Buenos Aires C O NC E S S IO N D E B UE NO S AIR E S B UE NO S AIR E S AM E LIO R ATIO N D E LA P E R FO R M ANC E P rincipaux éléments Avant 4 ans après  Privatisation des services eau/assainissement de la métropole de Buenos Aires (12 millions d’hab.) en Couverture alimentation en eau 70 % 88 % 1993 dans le cadre d’une concession sur 30 ans. Couverture assainissement 58 % 63 %  Octroi sur base de l’offre aux tarifs les plus bas. Eau fournie (jours/semaine) Rationnement 24/7 Soumissionnaire retenu (Lyonnaise des Eaux) avec Eau non génératrice de recettes 43 % 36 % 27,4 % de réduction par rapport au tarif actuel. Pourcentage collectes n/d >94 %  Contrat de concession prévoit l’expansion et Nbre de raccordements 1,0 M 1,3 M l’amélioration obligatoires des services.  Concession réglementée par une agence tripartite Tarif moyen/m3 0,51 $ 0,42 $ (ETOSS) groupant les gouvernements national, Investissement annuel 20 M$ 220 M$ provincial et municipal. Dette non garantie 100 M$ 600 M$  SFI a investi dans la concession privatisée. B anque 8 B anque 12 mondiale mondialeDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  38. 38. Page 38 Privatisation de la régie de Casablanca, Maroc C ONC E S S IO N D E C AS AB LANC A C ONC E S S ION DE C AS AB LANC A (S uite)  Négociations directes (Sept. 1994 à avril 1997).  Investissements sur 30 ans  Contrat de concession signé le 15 avril 1997 entre la Eau 500 millions de dollars Commune urbaine de Casablanca et la Lyonnaise des Assainissement 1,600 million de dollars Eaux de Casablanca. & traitement des eaux usées  Durée : 30 ans. Electricité 900 millions de dollars  Couverture : Alimentation en eau, assainissement et 3,000 millions de dollars distribution d’électricité.  Pas d’augmentation des tarifs au cours de la première année  Augmentation des tarifs au cours de la deuxième année B anque 35 mondiale B anque 36 mondiale C ONC E S S ION DE C AS AB LANC A (S uite)  Lyonnaise des Eaux de Casablanca  Capital : 800 millions de Dirhams (80 millions de dollars) 51 % Lyonnaise et partenaires 49 % Partenaires locaux  Inscription : Entreprise cotée à la Bourse de Casablanca  Emploi : Maintien de tous les employés locaux, plus quelque 50 expatriés B anque 37 mondialeDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  39. 39. Page 39BIBLIOGRAPHIERapport annuel 2001 de l’UMOAhttp://www.jesuit.ie/ijnd/africa/INADESFr.htmlhttp://lexinter.net/WEB7/concession-bot.htmPrésentation de l’approche BOT ( Document Confidentiel AMB)Site de la banque mondiale : http://www.banquemondiale.org/Site de la CIA : http://www.cia.gov/cia/publications/factbook/Investir en Zone francs : http://www.izf.net/izf/index.htmPresse ivoirienne : www.africaonline.co.ci/africaOnline/infos/fratmat/9962ECO4.HTMRapport d’un séminaire de la Banque Mondiale sur les Concessions dans le domaine des infrastructures (Juin 2000)Using Project Finance to Fund infrastructure Investment (Chapter 21) : by Richard A.Brealey, Ian A Cooper and Michel A.Habib.La libéralisation du secteur électrique en Afrique Sub –Saharienne : Un marché d’avenir ( Document confidentiel AMB)Working paper (1990) : The Build Operate and Transfer (« BOT ») Approach to infrastructure projects in DevelopingCountries : Mark Augenblick and B.Scott Custer, JrDocument ALLEB – Octobre 2003 « Les Partenariats publics / privés : une alternative au développement des PED»
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×