Your SlideShare is downloading. ×
L'Economie du Savoir_Par DCissokho_Alleb
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

L'Economie du Savoir_Par DCissokho_Alleb

203
views

Published on

Article synthétique de 7 pages traitant de l'Economie du Savoir qui est une nouvelle phase du développement économique. Rédigé en Avril 2014

Article synthétique de 7 pages traitant de l'Economie du Savoir qui est une nouvelle phase du développement économique. Rédigé en Avril 2014

Published in: Real Estate

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
203
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. L’Économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés, et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Djibril Cissokho Consultant en immobilier et en développement territorial infodcconsulting@gmail.com www.alleb.net Avertissement Cette publication n’a pas de caractère scientifique au sens strict. En effet, elle n’a pas été soumise à un comité avant publication. Ce travail est la synthèse de l’analyse de multiples textes géographiques, économiques et de documentations récoltées. Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité d’ALLEB. Le contenu de ce document est donc proposé sous la seule responsabilité de leurs auteurs et doit être utilisé avec les précautions d’usage. C’est pourquoi, le lecteur est invité à exercer son esprit critique. Ce document est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document. Enfin, la reproduction de tout ou partie du présent document est autorisée sous l’expresse réserve d’en mentionner la source. Avril 2014
  • 2. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB 1 Une économie fondée sur le travail intellectuel et collaboratif Il n’existe pas dans la littérature scientifique une définition unanimement reconnue de l’économie du savoir. Certains auteurs utilisent des indicateurs quantitatifs pour définir le concept, tandis que d’autres définissent certains concepts afin de mieux cerner les frontières de l’économie du savoir. En effet, né de la prise de conscience du rôle du savoir et de la technologie dans la croissance économique, le concept d'économie du savoir aussi connu sous le nom d'économie de la connaissance ou encore «d'économie de l'immatériel», est apparu dans un rapport de l’OCDE de 1996 intitulé « L’économie fondée sur le savoir ». Elle est basée sur un régime de croissance fondée sur l'accumulation de la connaissance, contrairement à l’ancienne économie (économie fordiste ou industrielle) fondée sur le travail physique. L’économie de la connaissance concerne tous les savoirs et compétences mobilisés dans les différents domaines de l’activité économique : technologie, pharmacie, organisation et management, caractéristiques des marchés, etc. Elle repose sur une activité cognitive et suppose une transformation de l’organisation économique autour de la connaissance. Elle se caractérise par une accélération de l’innovation, par une production de plus en plus collective des savoirs et par une diffusion grâce aux TIC. L’économie du savoir tente de dépasser la préoccupation majeure des économistes pour les biens matériels et de porter l’attention sur des éléments intangibles qui ont à voir avec la production de savoir, de sciences, de compétences techniques et aussi de « capital humain ». Alors que les biens matériels sont caractérisés par la « rivalité », la connaissance peut être utilisée par plusieurs agents sans diminuer l’utilité pour chacun. Autrement dit, l’économie de la connaissance devient un actif productif et central de l'entreprise. Le succès de l’organisation dépend de plus en plus de sa capacité à recueillir la connaissance, la produire, la maintenir et la diffuser. En définitive, l’économie de la connaissance met en avant l'importance du travail intellectuel (les idées, le savoir) et le travail collaboratif (laboratoire de recherche et développement). L'économie de la connaissance s'inscrit dans une nouvelle ère économique qui s'explique par : la tertiarisation croissante de l’économie et de l’essor des activités immatérielles; le progrès technologique (qui évolue nettement en faveur des travailleurs qualifiés), avec notamment le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication et des biotechnologies, qui forment la nouvelle économie;
  • 3. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB la mondialisation qui met en compétition les entreprises, qui réduit la rémunération du travail physique, et qui accroît au contraire le profit des idées, en leur fournissant des débouchés élargis; le développement de l'intelligence économique territoriale et des pôles de compétitivité. En bref, le concept économie du savoir désigne une nouvelle phase du développement économique correspondant au passage d’une économie fordiste à une nouvelle économie, caractérisée par une nouvelle division fonctionnelle entre des activités fortement qualifiées, consommatrices en savoir et en échanges qui constituent le « cœur » de la création de la valeur ajoutée des entreprises et les fonctions supports notamment de back office et de services administratifs. Les premières, nécessitant des contacts directs entre acteurs économiques, vont privilégier les espaces les plus centraux où l’accès aux clients, aux partenaires et à une main d’œuvre plus qualifiée est plus facile. En revanche, les secondes, fonctionnellement périphériques, sont soumises à des logiques de réduction de coûts qui peuvent passer par une relocalisation dans des espaces péricentraux qui sont moins coûteux. Dans cette nouvelle phase du développement économique, la croissance est soutenue par des investissements en capital intangible (éducation, formation, capital humain, R&D) et par la diffusion de nouvelles technologies de communication. D’ailleurs, c’est pourquoi TIC et économie du savoir sont souvent associées en raison notamment du rôle d’accélérateur et de diffusion rapide des idées que jouent les TCI. L’économie du savoir est ainsi caractérisée par le rôle joué à la fois par les producteurs d’innovations (industries de hautes technologie) et les utilisateurs industriels (plastiques, voitures, textiles…) et de services (finance, assurance…). L’essentiel L’économie du savoir est une nouvelle phase du développement économique : Qui correspond au passage de l’économie industrielle fordiste à une nouvelle organisation du travail fondée sur l’accumulation de la connaissance, le travail intellectuel et le travail collaboratif et non sur le travail physique Elle est née de la prise de conscience du rôle du savoir et de la technologie dans la croissance économique, et dans le contexte de la mondialisation, de la tertiarisation croissante de l’économie, de l’essor des activités immatérielles et des TIC, ainsi que du développement de l’intelligence économique territoriale, qui ont largement contribué à son développement
  • 4. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB 2 Une économie dont les industries sont classées en fonction de leur niveau d’intensité technologique et en capital humain L’économie du savoir était avant tout associée aux secteurs de l’aéronautique, de la pharmaceutique et des technologies de l’information et des communications (TIC). Aujourd’hui, d’autres secteurs sont pris en considération. Parmi eux : • L’industrie des sciences de la vie • La transformation des matériaux à valeur ajoutée (transformation du bois, du métal, du caoutchouc, du plastique et des matériaux composites) • Les services professionnels, scientifiques et techniques Notons toutefois qu’il existe un nombre important de classifications des secteurs de l’économie du savoir, qu’il s’agisse de classifications standard développées par l’OCDE ou celle de Lee et Hass (deux chercheurs d'Industrie Canada), qui est également devenue aujourd’hui standard dans la littérature. L’OCDE classe les industries manufacturières selon leur degré d’intensité technologique, en fonction notamment de leurs dépenses relatives de recherche et développement (R&D) en haute, moyenne-haute, moyenne-faible et faible technologie. Classification OCDE des industries manufacturières selon leur intensité technologique Haute technologie Moyenne-haute technologie Moyenne-faible technologie Faible technologie Industrie aéronautique et spatiale Produits pharmaceutiques Machines de bureaux, comptables et matériels de traitement de l’information Équipements et appareils de radio, de télévision et de communication Instruments médicaux, de précision, d’optique et d’horlogerie Machines et appareils électriques Véhicules automobiles, remorques et semi- remorques Produits chimiques sauf pharmaceutiques Matériels ferroviaires roulant et autre matériel de transport Machines et matériels non classés ailleurs Cokéfaction, produits pétroliers raffinés et combustibles nucléaires Caoutchouc et plastiques Produits minéraux non métalliques Construction et réparation de navires Produits métallurgiques de base Ouvrages en métaux Activités de fabrication et récupération Papier, carton, édition, imprimerie, bois et meubles Aliments, boissons et tabac Textile, habillement, fourrure et cuir La classification Lee et Hass est une classification multicritère qui prend en considération à la fois les efforts en R&D et le niveau de capital humain. Les industries à fort coefficient de R-D sont celles qui utilisent une proportion élevée de scientifiques et d'ingénieurs et sont classées dans le savoir élevé.
  • 5. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB Groupe de savoir selon la classification Lee et Hass Savoir élevé Savoir moyen Savoir faible Matériel scientifique et professionnel Télécommunication et autres secteurs électroniques Aéronef et pièces Informatique et services connexes Machines commerciales Services scientifiques et techniques Pharmacie et médecine Production d’électricité Autres produits chimiques Machinerie Produits raffinés du pétrole et charbon Services de conseil en gestion Services d’enseignement Services sanitaires et sociaux Transport par pipeline Autres services aux entreprises Autre matériel de transport Autres secteurs de l’électricité et de l’électronique Métaux primaires, non ferreux et ferreux Textiles Télécommunications Papiers et produits connexes Mines, caoutchouc, plastique Minéraux minéralurgiques non métalliques Commerce de gros Pétrole brut et gaz naturel Produits usinés en métal Véhicules automobiles et pièces Aliments, boissons et tabac Finances, assurances, immobilier Autres services publics Services auxiliaires aux mines Impression et édition Construction Services de divertissement et loisir Chasse et pêche Bois Autres produits finis Ameublement et appareil d’éclairage Exploitation forestière et foresterie Transports, entreposage Agriculture, commerce de détail Services personnels Carrières et sablières Hébergement, restauration Vêtement, cuir Les industries du savoir élevé se caractérisent par la prépondérance d'actifs intangibles, la présence d'activités à fort contenu de connaissances et l'utilisation d'une main-d'œuvre hautement spécialisée. De façon simple, cette classification définit les industries du savoir élevé comme étant celles liées à l'innovation et aux nouvelles technologies. Les industries du savoir moyen correspondent généralement à des productions de masse et à des secteurs matures (automobiles, produits électriques, métaux primaires, textiles, papier, plastiques, aliments, boissons, etc.). Quant aux industries de faible savoir, ce sont généralement des activités à fort coefficient de main-d’œuvre (bois, meuble, commerce de détail, vêtement, etc.). Quant à la notion d'industrie de haute technologie, elle désigne dans le langage courant, les industries reposant sur la recherche et l'innovation les plus avancées scientifiquement. Ces industries emploient une main d’œuvre hautement qualifiée et investissent considérable dans la recherche et développement (R&D).
  • 6. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB 3 Les entreprises du haut savoir recherchent des lieux de travail mais aussi de vie Les activités de haute technologie s’exercent aussi bien dans les bureaux (activités de services professionnels, scientifiques et techniques, activités de recherche et développement ou de conception de logiciel, activités d’ingénierie et d’études technique, etc.), que dans des locaux de production pour les entreprises qui ont pour activités la fabrication de biens. Ces entreprises génèrent plus de flux et ont besoins des locaux polyvalents (surfaces de production et de stockage, mais également de bureaux). L’essentiel, Un secteur traditionnellement associé à l’aéronautique, à l’industrie pharmaceutique et aux TIC, mais d’autres secteurs sont aujourd’hui également associés tels que l’industrie des sciences de la vie, les services professionnels, scientifiques et techniques ou la transformation des matériaux à valeur ajoutée La classification OCDE et celle de Lee et Hass sont les plus connues pour classer les secteurs de l’économie du savoir. L’OCDE classe les industries associées selon leur degré d’intensité technologique, en fonction notamment de leurs dépenses relatives de recherche et développement (R&D) en haute, moyenne-haute, moyenne-faible et faible technologie. Tandis que, la classification Lee et Hass est une classification multicritère qui prend en considération à la fois les efforts en R&D et le niveau de capital humain L’industrie de haute technologie repose sur la recherche et l’innovation, utilise les techniques scientifiquement les plus avancées et emploie une main d’œuvre hautement qualifiée et spécialisée.
  • 7. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB Critères d’implantation selon le type de secteur d’activité Secteurs d’activités Critères d’arbitrage Services aux entreprises (haute finance, sièges sociaux de grands groupes, sociétés de conseil, agence de communication, cabinets d’avocats…) Recherchent : • une localisation centrale, • des sites prestigieux (historique ou paysager en fonction de l’image de marque qui peut être un outil marketing), où l’immeuble est proche ou accessible en transport en commun Haute technologie Services scientifiques, techniques et professionnels Recherchent : • la proximité/disponibilité d’un bassin de main- d'œuvre qualifiée, • la proximité des clients et des partenaires • la qualité des infrastructures de télécommunication (fibre optique, etc.), • des coûts d’exploitation compétitifs (loyers, taxes, etc.), • des locaux de qualité et bien desservis • des bâtiments offrant une meilleure performance au plan environnemental, avec des services aux employés (garderies, centres sportifs, stationnements…). L’essentiel, Les entreprises de haute technologie recherchent la proximité et la disponibilité d’une main d’œuvre hautement qualifiée, la qualité des infrastructures de transports, de télécommunication, des locaux de qualité offrant une bonne performance environnementale, des lieux de travail mais aussi de vie, avec des services aux employés (garderies, centres sportifs….).
  • 8. L’économie du savoir : définition, secteurs d’activités associés et critères d’arbitrage des entreprises du secteur Document ALLEB En bref, ce qu’il faut retenir L’économie du savoir est au cœur de l’innovation et de la création de la valeur ajoutée et joue un rôle moteur dans le progrès social, économique et culturel Son impact sur l’emploi et la création de la richesse sur le continent africain reste toutefois limité malgré l’immensité et la richesse du continent en ressources humaines, naturelles et minières. La transition de l’économie mondiale vers une économie fondée sur le savoir et l’information, offre pourtant de nombreuses opportunités aux pays africains qui veulent en tirer profit de manière stratégique Les enjeux et les défis auxquels l’Afrique doit faire face dans l’économie du savoir sont sans doute énormes. Parmi eux : la mise en valeur des ressources humaines, naturelles et minières par l’éducation et la formation, la réorientation ou la spécialisation de certaines zones géographiques dans niches d’activités par le développement de l’entreprenariat qui reste un autre grand défis relever !