Ifp 1314-resumes-memoires-meef
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Ifp 1314-resumes-memoires-meef

  • 2,384 views
Uploaded on

Résumé de la problématique des mémoires de recherche - Master 2 MEEF IFP Nord Pas de Calais / Université Catholique de Lille 2013-2014

Résumé de la problématique des mémoires de recherche - Master 2 MEEF IFP Nord Pas de Calais / Université Catholique de Lille 2013-2014

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
2,384
On Slideshare
2,192
From Embeds
192
Number of Embeds
5

Actions

Shares
Downloads
17
Comments
0
Likes
0

Embeds 192

http://www.ifp-npdc.fr 138
http://www.scoop.it 41
http://ifpnpdc.goodbarber.com 10
http://www.google.fr 2
https://twitter.com 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014
  • 2. « Pluralité » (le 12.02.2014 : salle A27) BOUTHORS Héloïse : Quand Pinocchio rencontre la fée clochette… DE POMYERS Aude : Mieux se connaître pour mieux mémoriser DESSELLE Marie : Le romain historique : support pour la classe DULSKI Amandine : Différencier en TPS/PS, Oui mais comment ? GOURDIN Marie-Florence : Différencier dans la pédagogie de projet pour une meilleure motivation HATTE Corine : Et si l’oral était une clé pour l’entrée dans l’écrit ? LEROUX Angélique : Du travail de groupe à l’autonomie PERROQUIN Audrey : Les illustrations : quelle influence sur la compréhension ? VANHOOF Thaïs : L’autonomie en classe d’anglais : mythe ou réalité ? VOSPETTE Jennyfer : Les devoirs à la maison, une réalité contestée MUSSARD Vincent : Come on, let’s play ! « Diversité » (le 12.02.2014 : salle A28) CHANET Noémie : La motivation scolaire CRESSON Norman : Comment, dans le cadre de la pédagogie différenciée, aider le professeur à intégrer au mieux un élève dys ? DELCROIX Pauline : J’suis pas intelligent DEZWARTE Sixtine : L’influence du périscolaire sur l’apprentissage des langues étrangères DUPLAQUET Aude : Regarde…C’est mon école ! FRICHOT Céline : L’évolution de l’enseignement de la Guerre Froide dans les manuels scolaires GIBERT Nicolas : L’importance du savoir-être de l’enseignant en classe MOONS Sophie : La dimension sportive comme objet d’enseignement en Histoire-Géographie RAMBURE Amandine : L’erreur, symbole d’échec ou d’apprentissage ? SALLEZ Pierre : Des différences ; un outil VAN MAEL Marion : La composante culturelle : un outil d’ouverture sur le monde ?
  • 3. « Hétérogénéité » (le 12.02.2014 : salle B22) BODELET Coralie : MoTICEr, moTICEr, il faut les moTICEr ! BOLZINSKI-HOCHART Peggy : Aide-moi à faire tout seul… DELPOUVE Cyril : Des savoirs à enseigner aux savoirs enseignés en SVT DEMARET Ludivine : Partir des représentations des élèves en Sciences DEPRIESTER Marine : L’anglais, un incroyable talent ! DUBRUNFAUT Maurice : Fini les méthodes de grands-mères en grammaire FENART Justine : On m’appelle la girouette FRANCHOMME Louise : L’autorité à l’école GOUPIL Solène : Les clés de la mémorisation HOGUET Claire : TIC et toi ? LAVERNY Bruno : La notion de plaisir en cours d’anglais MOREEL Samuel : Les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires dans l’enseignement de l’anglais, une place à prendre en compte PALIAKARA-DUVAL Nita : Combattre les dyslexies avec les technologies numériques PASTOUR Chloé : Le stress de l’évaluation à l’école PAUL Mandy : La pédagogie par ateliers tournants au regard de la forme scolaire PIERENS Ludivine : Les parents au sein de l’école RAIMOND Olivier : Un cours ludique… mais sérieux ? SURMONT Pauline : Apprendre le français à l’école élémentaire…, oui, mais comment ? VERHAEGHE Claire : La liaison primaire-collège ZAK Marie-Catherine : L’apprentissage de l’anglais : une aide pour devenir citoyen responsable ? « Complémentarité » (le 12.02.2014 : salle C21) CASANO Cécilia : La question de l’autorité à l’école maternelle CATTEAU Lucile : Tous les élèves peuvent réussir : mythe ou réalité ? COQUET Clémence : La relaxation à l’école
  • 4. DEHUYSSER Laure : Enseigner la grammaire anglaise GUEDET Audrey : Des mots pour tous, tous pour un mot ! HUYGHE-BAAS Sophie : L’enfant porteur de dyslexie : un différent parmi d’autres différents MASQUELIER Hélène : La lecture d’écrits littéraires, la condition au réinvestissement du vocabulaire à l’école POISSONNIER Pierre : La phonétique dans l’enseignement-apprentissage des langues ROUGEMONT Adeline : La pédagogie de contrat : un recours efficace pour des élèves difficiles VIEREN Sophie : Moi, j’apprends différemment « Interculturalité » (le 12.02.2014 : salle C22) COUROUBLE Justine : Au secours, mes parents divorcent ! DELECOURT Aline : Orthographe : mieux tard que jamais ! DEROO Jean-Michel : Comment réaliser un travail de groupe qui favorise les apprentissages ? DEVIN Marlène : Peut-on se passer de l’école maternelle ? LECONTE Gwendoline : Motiver grâce à l’oral en cours d’anglais POODEVIN Victor : Mémorisation et mobilisation, les outils à ne pas oublier SCHÖPS Geoffrey : La place des arts dans l’enseignement de l’anglais THUILLIER Marine : L’ortografe a l’ékol VAAST Isabelle : L’éducation pour les personnes sourdes et mal-entendantes
  • 5. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014 « Pluralité »
  • 6. BOUTHORS Héloïse : Quand Pinocchio rencontre la fée clochette… DE POMYERS Aude : Mieux se connaître pour mieux mémoriser DESSELLE Marie : Le romain historique : support pour la classe DULSKI Amandine : Différencier en TPS/PS, Oui mais comment ? GOURDIN Marie-Florence : Différencier dans la pédagogie de projet pour une meilleure motivation HATTE Corine : Et si l’oral était une clé pour l’entrée dans l’écrit ? LEROUX Angélique : Du travail de groupe à l’autonomie PERROQUIN Audrey : Les illustrations : quelle influence sur la compréhension ? VANHOOF Thaïs : L’autonomie en classe d’anglais : mythe ou réalité ? VOSPETTE Jennyfer : Les devoirs à la maison, une réalité contestée MUSSARD Vincent : Come on, let’s play !
  • 7. Quand Pinocchio rencontre la fée clochette… BOUTHORS Héloïse, Master Professeurs des Ecoles « Il était une fois, trois petits oursons qui gambadaient dans les bois à la recherche du méchant loup.» L’intertextualité met en relation des textes traditionnels et des histoires peu conventionnelles. A cela, rajoutez l’intericonicité qui vous emmène dans le monde de l’image mystérieuse, en unifiant les symboles des contes classiques et les traits d’un dessin finement réfléchis. Antony Browne, Mario Ramos et bien d’autres ont réussi à créer cette alchimie dans les albums de jeunesse grâce auxquels les enfants trouveront ou retrouveront peut-être le goût de lire… REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BRUNO PIERRE. 2008. ENSEIGNER LA LITTÉRATURE DE JEUNESSE PARIS: ARMAND COLIN. CRINON JACQUES, 2006. ENSEIGNER LA LITTÉRATURE. LASSAY-LES-CHÂTEAUX, NATHAN C. TAUVERON: LIRE LA LITTÉRATURE À L ’ÉCOLE POSLANIEC CHRISTIAN. 2003. PRATIQUE DE LA LECTURE LITTÉRAIRE À L’ÉCOLE COMMENT ÉLABORER DES ACTIVITÉS CONCRÈTES, PARIS, HACHETTE ÉDITION. POSLANIEC CHRISTIAN 2002. VOUS AVEZ DIT « LITTÉRATURE »? PARIS, HACHETTE TAUVERON CATHERINE 2002 LIRE LA LITTÉRATURE À L’ÉCOLE POURQUOI ET COMMENT CONDUIRE CET APPRENTISSAGE SPÉCIFIQUE ? DE LA GS AU CM PARIS, HATIER.
  • 8. Mieux se connaître pour mieux mémoriser de POMYERS Aude, Master Professeurs des Ecoles Antoine de La Garanderie propose la gestion mentale, dont un des concepts clés est l’évocation : activité de représentation mentale qui a plusieurs natures dont la visuelle et l’auditive. Il décrit aussi différents gestes mentaux qui correspondent aux différents niveaux d’appréhension du réel au moment de l’évocation. Leur gestion efficace demande la prise de conscience par l’individu de son mode de fonctionnement mental. Je m’intéresse au geste de mémorisation par laquelle le message est rendu disponible pour l’avenir. Dans nos évocations, nous avons tendance à utiliser prioritairement un seul geste et une seule nature d’évocation. La gestion mentale consiste à apprendre à utiliser tous les paramètres d’évocation et tous les gestes mentaux afin d’acquérir une bonne maîtrise de l’apprentissage. Mon mémoire consiste à savoir si, dans une classe de GS, faire prendre conscience aux élèves de leur nature d’évocation leur permet de mieux mémoriser une comptine. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DE LA GARANDERIE, A. LES PROFILS PEDAGOGIQUES : DISCERNER LES APTITUDES SCOLAIRES. PARIS : BAYARD EDITIONS, 1980 DE LA GARANDERIE, A. PEDAGOGIE DES MOYENS D’APPRENDRE LES ENSEIGNANTS FACE AUX PROFILS PEDAGOGIQUES. PARIS : CENTURION, 1987 LIEURY, A. MEMOIRE ET REUSSITE SCOLAIRE. PARIS : DUNOD, 1991, P15 A 27 TAPERNOUX, P. COMPRENDRE LA GARANDERIE. TOULOUSE : PRIVAT, 1994 SITOGRAPHIE : CRPE.FREE.FR/PEDA2.DOC , CONSULTE EN 2011/2012 HTTP://WWW.IFBELGIQUE.BE/SITE/INDEX.PHP, CONSULTE EN OCTOBRE, NOVEMBRE, DECEMBRE 2013 1
  • 9. Le roman historique : support pour la classe ___________________________________________________________________________ DESSELLE Marie, Master Professeur des Ecoles L’idée d’axer mon mémoire de recherche sur le thème de l’enseignement de l’histoire au cycle 3 vient d’un double constat : de plus en plus d’enseignants observent un désintérêt des élèves pour l’histoire. Pour autant, les élèves font preuve d’un certain engouement pour le roman historique. Je me suis donc posée la question suivante : le roman historique peut-il devenir un support pour l’enseignement de l’histoire au cycle 3 ? J’ai posé les deux hypothèses suivantes : le roman historique permettrait de comprendre la différence entre monde fictif et réel et le roman historique pourrait devenir un support pédagogique et remplacer le manuel scolaire. Pour apporter des éléments de réponses à ces hypothèses, je vais mettre en place un protocole de recherche basé sur des entretiens et des questionnaires auprès des enseignants ainsi que sur l’analyse d’une séance que je réaliserai auprès d’une classe de CM1. Références bibliographiques : POULIOT, Suzanne, 1995, « Le roman historique », IN Québec français n° 98 COSSON, Gilles, « le roman historique : démarche personnelle ou reconstitution ? » Bulletin de la Sabix [En ligne] mis en ligne le 08 novembre 2010, consulté le 01 février 2014. HEBERT, Audrey et ÉTHIER, Marc-André, 2009, « Le roman historique comme instrument didactique » IN Québec français n°154 POULIOT, Suzanne, 2005, « Regards sur l’enseignement de la littérature de jeunesse au Québec » IN Le français aujourd’hui, n°149 Mots clés : Roman historique Support Enseignement Histoire Cycle 3
  • 10. Différénciér én TPS/PS, Oui mais commént… ? DULSKI Amandine, Master Professeurs des Ecoles Pour Philippe MERIEUX, « Différencier, c’est avoir le souci de la personne sans renoncer à la collectivité. ». Cette citation résume bien l’intérêt de ma recherche. Ainsi, l’individualisation et la collectivité sont deux aspects qui vont être pris en compte tout au long de la scolarité et notamment dès l’entrée à l’école maternelle. Le but est de montrer que l’association des deux, en précisant ici le contexte des groupes d’ateliers, permet à chaque élève de se socialiser. Mais comment s’y prendre dans une classe de TPS/PS ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : -Sophie Briquet-DUHAZE, 2009, Différencier sa pédagogie à l’école maternelle, Nathan, Vivre à la maternelle. -Robert Fresnes, 1993, Pédagogie différenciée, Nathan pédagogie. -La Classe, janvier 2013, dossier Comment différencier à l’école maternelle. -Anne - Marie GIOUX, 1986, Réussir dès 2 ans à l'école maternelle : pratiques professionnelles et formation, Colloque AGIEM, Aquitaine. -Philippe Mérieux, 1985, L’école, mode d’emploi, « des méthodes actives » à la pédagogie différenciée, pédagogie outils, ESF. - Chantal METTOUDI, Alain YAÏCHE, 2011, Mettre en œuvre le programme de l’école maternelle, Hachette Education. -Franc MORANDI, 2006, René LA BORDERIE, Dictionnaire de la pédagogie, éducation en poche, Nathan. -Philippe Perrenoud, 2010, Pédagogie différenciée : des intentions à l’action, ESF, PARIS. MOTS-CLES : MATERNELLE, PEDAGOGIE DIFFERENCIEE, SOCIALISATION, ATELIER.
  • 11. Différencier dans la pédagogie de projet pour une meilleure motivation GOURDIN Marie-Florence, Master Professeurs des Ecoles La démotivation des élèves est un sujet de discussion régulier entre professeurs. Certains d’entre eux, pour y pallier, mettent en place de nouvelles pratiques. Ils organisent des projets, multiplient les activités alliant les intérêts des élèves et les exigences de l’école. Les bénéfices de la pédagogie de projet en terme motivationnel sont riches et souvent mis en avant. Cependant, est-elle adaptée à tous les élèves ? Comment différencier dans une démarche de projet pour que chacun soit motivé ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES HUBER, M. 2005, Apprendre en projets, Lyon, Chronique Sociale. VIAU, R. 1994, La motivation en contexte scolaire, Bruxelles, De Boeck Université, Coll. « Pédagogies en développement ». MOTS-CLES : projet, motivation, acteur, intérêts
  • 12. ET SI L’ORAL ETAIT UNE CLE POUR ENTRER DANS L’ECRIT HATTE Corinne, Master Professeurs des Ecoles L’oral à l’école est une compétence attendue dès le cycle 1. Il est présent dans toutes les situations en classe. Pour l’entrée dans l’écrit, il est un outil efficace attesté par de nombreux auteurs comme Elisabeth NONNON ou Jack GOODY. Il faut donc lui donner une place de choix. A partir de quels objectifs l’enseignant peut-il faire ces choix ? Structurer les situations de communication en amont est-il un de ces choix ? En vue de quoi pour l’entrée dans l’écrit ? Quelle est la place de la dictée à l’adulte ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BOUYSSE Viviane, Conférence du 14 Novembre 2012, « Entrer dans l’écrit en maternelle », compte rendu de Catherine MULERO. NONNON Elisabeth, « Des interactions entre oral et écrit : notes, canevas, traces écrites et leurs usages dans la pratique orale », Décembre 2002, Pratiques N°115/116 CUNFF Catherine et JOURDAIN Patrick, 2011, « Enseigner l’oral à l’école primaire », groupe oral Créteil, ed.profession enseignant « Guide d’enseignement efficace de la communication orale, de la maternelle à la 3ème année », 2008 : Ontario. Disponible sur : http://atelier.on.ca/edu/resources/guides/GEE_Communication_orale_M_3.pdf THEVENAZ-CHRISTEN Thérèse, 2012, « La dictée à l’adulte : une puissante machine pour entrer dans l’écrit et produire un genre textuel », disponible sur : http://www.leseforum.ch/myUploadData/files/2012_2_Thevenaz.pdf TREVOUX Estelle, 2011-2012, Mémoire « préparer à écrire en maternelle, enjeux et tensions » URL : https://www.itslearning.com/ifpnpdc/hattec/201/ MOTS CLES : MODES D’EXPRESSION COMPLEMENTAIRES, IMPREGNATION, REFLECHIR, SE FAIRE COMPRENDRE, INTERACTION
  • 13. Du travail de groupe à l'autonomie LEROUX Angélique, Master 2 Meef PE Comment faire acquérir de l'autonomie à nos élèves dès le plus jeune âge ? Question que tout professeur se pose... La pédagogie différenciée et le travail de groupe seraient-ils des moyens propices à développer l'autonomie ? Comment un élève en travaillant avec les autres pourrait apprendre à trouver des solutions, à prendre des initiatives ? C'est justement le but de cette recherche, trouver la réponse à cette question finale : En quoi le travail de groupe développe-t-il l'autonomie des élèves ? RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : ASTOLFI, JEAN PIERRE.1992/1995.L'ÉCOLE POUR APPRENDRE.PARIS : ESF EDITEUR BATTUT, ERIC/BENSIMHON, DANIEL.2006/2009.COMMENT DIFFÉRENCIER LA PÉDAGOGIE.PARIS : RETZ EDITION PRZESMYCKI, HALINA.1991.PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIÉE.PARIS : HACHETTE HTTPS://PECARI.AC-GUYANE.FR/CAYENNESUD/IMG/PDF/BRUNO_ROBBES_PEDAGOGIE_DIFFERENCIEE.PDF PAGE CONSULTÉE LE 16 MAI 2013 MOTS-CLÉS : AUTONOMIE – TRAVAIL DE GROUPE – PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIÉE
  • 14. Les illustrations : quelle influence sur la  compréhension ?  PERROQUIN Audrey, Master Professeurs des Ecoles    Dans ce livre, le texte est à gauche, l’image à droite. Dans celui-ci le texte se disperse sur l’image. Oh et puis là, il n’y a plus de texte du tout. La relation d’un texte et d’une illustration est très complexe. Un texte est fait de mots, de lettres, mais qu’est-ce qu’une illustration ? Un dessin, une photo, un collage ? Cette diversité fait la richesse de la littérature de jeunesse. Les auteurs et illustrateurs rivalisent d’originalité dans la conception d’ouvrages pour que le rapport texte-image joue un rôle dans la compréhension du récit chez l’élève.       REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES  • MAJA DANIEL, ILLUSTRATEUR JEUNESSE : COMMENT CREER DES IMAGES SUR LES MOTS?, EDITIONS DU SORBIER,  2004  • MOUREY JO, « LA LECTURE D’ALBUMS : L’ICONOTEXTE ET L’IMPREVISIBLE MOTIVE » D’APRES LA CONFERENCE DE  CHRISTIAN BRUEL,  IN LES ACTES DE LECTURE N°105 MARS 2009  • TAUVERON CATHERINE, LITTERATURE DE JEUNESSE OU NOUVELLE JEUNESSE POUR LA LITTERATURE ET SON  ENSEIGNEMENT, 2000  • VAN DER LINDEN SOPHIE, « L’ALBUM, LE TEXTE ET L’IMAGE », LE FRANÇAIS AUJOURD’HUI, 2008/2 N°161    MOTS‐CLES (5 MAX.) :  ILLUSTRATIONS – ICONOTEXTE  ‐ LITTERATURE DE JEUNESSE – ALBUM ‐  
  • 15. L’autonomie en classe d’anglais : mythe ou réalité ? VANHOOF Thaïs, Master 2 Alternatif Professeurs Collèges -Lycées, spécialité Anglais J’ai choisi d’intituler mon poster « L’autonomie en classe d’anglais : mythe ou réalité ? » qui découle de ma problématique de mémoire : Comment mettre en place les stratégies pour aider les élèves à se les approprier ? Je suis partie du constat qu’aujourd’hui, un élève acteur est un élève autonome ; autrement dit, capable de prendre en charge son apprentissage. Plus précisément, en cours d’anglais, la pédagogie de la démarche actionnelle est une « pédagogie de tâche » qui se centre sur l’agir et l’interaction des élèves. Or, malgré les multiples ressources à disposition pour les enseignants, existe-il des « techniques » qui favorisent, encouragent ou renforcent l’autonomie des élèves ? Plusieurs hypothèses sont à l’appui pour tenter d’apporter des pistes et des solutions afin d’améliorer sa pratique pédagogique, et ainsi donner à ses élèves les moyens de réussir en anglais. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BOURGUIGNON, CLAIRE. (2010). POUR ENSEIGNER LES LANGUES AVEC LE CECRL : CLES ET CONSEILS. DELAGRAVE. CAMILLERI, ANTOINETTE. (2002). INTRODUCTION DE L’AUTONOMIE DE L’APPRENANT DANS LA FORMATION DES ENSEIGNANTS. EDITIONS DU CONSEIL DE L’EUROPE. MARTINA, CLAUDINE. (2005). L’AUTONOMIE EN CLASSE D’ANGLAIS : UN DEFI. BELIN. PRZESMYCKI, HALINA. (2008). LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE. HACHETTE EDUCATION. REY, B., CARETTE, V., DEFRANCE, A., KAHN, S. (2006). LES COMPETENCES A L’ECOLE : APPRENTISSAGE ET EVALUATION. DE BOECK. MOTS-CLES : STRATEGIES, PEDAGOGIE DIFFERENCIEE, AUTONOMIE, MOTIVATION, COMPETENCE
  • 16. Les devoirs à la maison, une réalité contestée. VOSPETTE Jennyfer, Master Professeurs des Ecoles La sonnerie retentit, il est 16h30. Les élèves font leur cartable soigneusement pour ne rien oublier. « On a quoi à faire pour demain ? » Les devoirs à la maison sont une réalité qui concerne une grande majorité des écoliers, bien qu’ils soient formellement interdits depuis 1956. Cette situation est d’ailleurs l’objet d’un interminable débat. Cependant, si certains enseignants préfèrent aller à l’encontre de la loi, justifiant l’intérêt certain pour les devoirs à la maison, on peut se demander si les devoirs aident vraiment les élèves. Et si oui, dans quelle mesure ? A l’école primaire, quel est l’impact des devoirs écrits sur les processus d’apprentissage de l’élève ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ABGRALL, JEAN-PHILLIPPE. STIMULER LA MEMOIRE ET LA MOTIVATION DES ELEVES. ISSY-LES-MOULINEAUX : ESF EDITEUR, 2012, 128P. DE VECCHI, GERARD. AIDER LES ELEVES A APPRENDRE. PARIS : HACHETTE EDUCATION, 2001, 238P. MEIRIEU, PHILIPPE. LES DEVOIRS A LA MAISON. PARIS : SYROS, 1987, 126P. PERRENOUD, PHILIPPE. METIER D’ELEVE ET SENS DU TRAVAIL SCOLAIRE. PARIS : ESF EDITEUR, 1994, 208P. MOTS-CLES : DEVOIRS A LA MAISON, APPRENTISSAGE, MEMORISATION
  • 17. Come on let’s play MUSSARD Vincent, Master Professeurs des Ecoles. L’enseignement d’une langue étrangère en générale, et ici de l’anglais en particulier, peut faire l’objet d’appréhension de la part des élèves comme de l’enseignant. L’activité ludique peut représenter une entrée fédératrice qui pourrait instaurer une ambiance propice aux apprentissages. Le professeur des écoles peut l’intégrer à sa pédagogie à différents moments d’une période, soit pour découvrir une notion, la réinvestir ou l’évaluer. DE GRANDMONT, N. 1999. Jeu pédagogiques : jouer pour apprendre, Montréal, Editions logiques, 167p. DUCOULOMIER-TOURRET, S. 2010. « Le jeu comme outil pédagogique », Vues d’ensemble, jeux et enjeux, 49p. HUERRE, P. 2007. Place au jeu ! Jouer pour apprendre à vivre, Paris, Edition Nathan, 160p MOTS-CLES : ANGLAIS, ACTIVITE LUDIQUE, COMMUNICATION ORALE.
  • 18. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014 « Diversité »
  • 19. CHANET Noémie : La motivation scolaire CRESSON Norman : Comment, dans le cadre de la pédagogie différenciée, aider le professeur à intégrer au mieux un élève dys ? DELCROIX Pauline : J’suis pas intelligent DEZWARTE Sixtine : L’influence du périscolaire sur l’apprentissage des langues étrangères DUPLAQUET Aude : Regarde…C’est mon école ! FRICHOT Céline : L’évolution de l’enseignement de la Guerre Froide dans les manuels scolaires GIBERT Nicolas : L’importance du savoir-être de l’enseignant en classe MOONS Sophie : La dimension sportive comme objet d’enseignement en Histoire-Géographie RAMBURE Amandine : L’erreur, symbole d’échec ou d’apprentissage ? SALLEZ Pierre : Des différences ; un outil VAN MAEL Marion : La composante culturelle : un outil d’ouverture sur le monde ?
  • 20. LA MOTIVATION SCOLAIRE CHANET Noémie, Master Professeurs des Ecoles La motivation est la clé des apprentissages et des performances scolaires. Cependant, elle n’est pas systématique. Les professeurs se demandent alors quelles méthodes utiliser pour motiver leurs élèves. Notre exploration portera sur le désir d’apprendre qui est au cœur de la motivation intrinsèque de l’élève, c’est-à-dire son propre pouvoir de motivation et sa capacité de s’auto générer. On constatera qu’un contexte dynamique et varié est nécessaire pour stimuler, voire initier cette capacité. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE : • ANDRE, JACQUES. 2005. EDUQUER A LA MOTICATION CETTE FORCE QUI FAIT REUSSIR. PARIS. 272 P. • DELANNOY, CECILE. 1997. LA MOTIVATION. PARIS : HACHETTE EDUCATION. 160 P. • LIEURY, ALAIN ; FENOUILLET, FABIEN. 2004. MOTIVATION ET REUSSITE SCOLAIRE. PARIS : DUNOD. 142P. MOTS-CLES : • MOTIVATION INTRINSEQUE • THEORIE INTERACTIONNISTE • INFLUENCER • AUTO DETERMINISME • CLIMAT MOTIVATIONNEL.
  • 21. Comment, dans le cadre de la pédagogie différenciée, aider le professeur à intégrer au mieux un « élève Dys » ? Cresson Norman, Master Professeurs Collèges-Lycées option S.V.T En tant qu’enseignant, qui n’a jamais été confronté à un élève en difficulté ? Et si ces difficultés ne venaient pas de l’élèves ni de son professeur, mais de la communication qui existe entre eux ? Je me suis donc penché sur les élèves dit « Dys » dans l’optique de la pédagogie différenciée, afin de travailler sur des méthodes de communication plus adaptées. J’ai donc cherché dans un premier temps à savoir si les élèves « Dys » étaient connus du corps enseignant avant de voir avec les enseignants, eux même, les problèmes que tels ou tels élèves peuvent engendrer dans sa pédagogie et cela afin d’essayer de trouver « une » solution par le biais de la pédagogie différenciée. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (DONNEES PAR ORDRE ALPHABETIQUE) BORDAS PEDAGOGIE : ENFANTS HANDICAPES ET INTEGRATION SCOLAIRE, PARIS, PHILIPPE FUSTER, PHILIPPE JEANNE, 2000, 127P BROCHE : L'ECOLE DES ILLUSIONNISTES.3EME EDITION, ELISABETH NUYTS. PRIX ENSEIGNEMENT ET LIBERTE 2002. BROCHE : DYSLEXIE, TROUBLES DE LA MEMOIRE, PREVENTION ET REMEDES. 2011. CALMANN-LEVY : LA REVANCHE DES NULS EN ORTHOGRAPHE, ANNE-MARIE GAIGNARD, 2012, 256P DUCULOT : COACHING ORTHOGRAPHIQUE : 9 DEFIS POUR ECRIRE SANS FAUTE, ANNE-MARIE GAIGNARD, 80P EDITION 84 : L’ORTHOGRAPHE EST UN JEU, NICOLE RICALENS-POURCHOT, 2010, 96P ELISABETH NUYTS : DOSSIER, EXERCICES DE CONCENTRATION (ACCESSIBLE SUR SONT SITE HTTP://WWW.SAVOIRAPPRENDRE.INFO/ ). MOTS-CLES (5 MAX.) : ELEVES « DYS », PEDAGOGIE DIFFERENCIEE
  • 22. « J'suis pas intelligent » DELCROIX Pauline, Master Professeurs des Ecoles Le dernier rapport PISA est alarmant. Il pointe le haut niveau de stress des étudiants français. Le système éducatif semble privilégier des modes de contrôle qui font appel à l'intelligences verbales et logicomathématique. Pourtant, Howard Garden en définit huit. Il semblerait donc nécessaire de retrouver un équilibre. La théorie des intelligences multiples est une approche positive. Elle s'appuie sur le potentiel des enfants et non sur ce qui n'est pas déjà en place. Elle permet aux enfants d'améliorer leur estime de soi par la reconnaissance de leurs forces. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES AMSTRONG THOMAS. 1999. LES INTELLIGENCES MULTIPLES DANS VOTRE CLASSE. MONTRÉAL (QUÉBEC) : EDITIONS DE LA CHENELIÈRE. GELINAS FRANCINE, ROUSSEL MANON. 2007. LES INTELLIGENCES MULTIPLES DÈS LA MATERNELLE. MONTRÉAL (QUÉBEC) : EDITIONS DE LA CHENELIÈRE. HOURST BRUNO. 2006. , A L'ÉCOLE DES INTELLIGENCES MULTIPLES. PARIS : HACHETTE EDITION. ROSEE MORISSETTE ET VOYNAUD MICHELINE. 2002. ACCOMPAGNER LA CONSTRUCTION DES SAVOIRS. MONTRÉAL (QUÉBEC) : EDITIONS DE LA CHENELIÈRE. HTTP://EDUSCOL.EDUCATION.FR/CID52893/INTELLIGENCES-MULTIPLES.HTML , CONSULTÉ LE 15/10/2013.
  • 23. L’influence du périscolaire sur l’apprentissage des langues étrangères. DEZWARTE, Sixtine, Master Professeurs Collèges-Lycées, Anglais. Chaque cours de langues est un exercice nécessitant d’effectuer le passage de notre langue maternelle vers une langue inconnue. La difficulté de cet exercice soulève plusieurs problématiques intéressantes, particulièrement la recherche par le professeur d’un équilibre entre les deux langues utilisées en cours, le repère mais aussi la source d’erreurs que représente la langue connue, mais également le fait que le périscolaire est un outil incontournable pour faciliter l’apprentissage des langues étrangères. C’est sur ce dernier point que ce concentrera mon mémoire. Mots clés : périscolaire- langue source- langue cible- pédagogie différenciée- pédagogie de projetrôle de l’enseignant. Bibliographie : BOUCHER, ANNE-MARIE, DUPLANTIÉ, MONIQUE ET LEBLANC, RAYMOND (1988). PÉDAGOGIE DE LA COMMUNICATION DANS L’ENSEIGNEMENT D’UNE LANGUE ÉTRANGÈRE. BRUXELLES : DE BOEK WESMAEL S.A., 167 P. BOUTAN, PIERRE (1998). DE L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES. MICHEL BRÉAL, LINGUISTE ET PÉDAGOGUE. PARIS : HATIER FORMATION, 188 P. CORMON, FRANÇOISE (1992). L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES. THÉORIES ET EXERCICES PRATIQUES. LYON : IMPRIMERIE DES MONTS DU LYONNAIS, 210 P. HUBERT, DOMINIQUE (2013) S’ÉPANOUIR À L’ÉCOLE, C’EST POSSIBLE ! VIVRE L’ÉDUCATION BIOCENTRIQUE AU COLLÈGE ET AU LYCÉE. LYON : CHRONIQUE SOCIALE, 144 P. VIAU, ROLLAND (1994). LA MOTIVATION EN CONTEXTE SCOLAIRE. BELGIQUE : DE BOEK & LARCIER, 221 P.
  • 24. Regarde... C'est mon école ! DUPLAQUET Aude, Master Professeur des Ecoles La réussite scolaire d'un élève dépend de nombreux facteurs. De bonnes relations entre les parents et l'institution scolaire constituent une base solide dans le processus d'implication de l'enfant en tant qu'élève. Face à la diversité des profils familiaux, ces relations méritent d'être déclinées. En considérant que l'école tend à prendre en compte les « diversités parentales scolaires », en quoi la singularisation des rapports familles/institution peut contribuer à l'implication des enfants dans leur statut d'élèves ? Références : PERIER, Pierre. 2 Février 2010. La famille et l'école, enregistrement audio, INRP. PERIER, Pierre. 2007. « Des élèves en difficulté aux parents en difficulté : le partenariat école/familles en question », article extrait de l'ouvrage Tisser des liens pour apprendre, sous la direction de Gérard Toupiol, Retz. DURU-BELLAT Marie ; VAN ZANTEN Agnès. 2012. Sociologie de l'école , collection U. DESLANDES Rollande ; BERTRAND Richart. 2004. « Motivation des parents à participer au suivi scolaire au primaire », article extrait de La Revue des sciences de l'éducation, volume 30, numéro 2.
  • 25. Nicolas GIBERT M2 PLC SVT IFP, LILLE, FRANCE L’importance du savoir-être de l'enseignant en classe Durant notre scolarité, nous avons tous eu ce professeur qui nous a marqué et a laissé dans nos mémoires une trace indélébile. Une relation s'instaure et fonctionne davantage avec ce prof qu'avec un autre. Les cours magistraux sont mis à l'écart laissant place aux cours interactifs et favorisant l'autonomie de l'élève vis-à-vis de la construction de son savoir. Dans une société actuelle de connaissances, d'intelligence et de libre expression, en quoi le savoir-être de l'enseignant a-t-il plus d'impact sur l'élève que le savoir disciplinaire et le savoir-faire ? Baumard, Maryline. Les nouveaux profs : l’école change, eux aussi. Arte éditions, 2009. 181p. Gordon, Thomas. Enseignants efficaces. Les Editions de l’Homme, 2005. 240p. Pierre, Nicole. Pratique de l'analyse transactionnelle : avec des jeunes et dans les groupes. ESF, 2012. 125p. Runtz-Christian, Edmée. Enseignant et comédien, un même métier ? ESF, 2000. 138p. Toscani, Pascale. Les neurosciences au cœur de la classe. Chronique Sociale, 2013. 143p. Mots-clés Savoir-être, relation, autonomie 1
  • 26. La dimension sportive comme objet d’enseignement en Histoire-Géographie MOONS Sophie, Master Professeurs Collèges-Lycées Histoire-Géographie Le sport est omniprésent dans la vie des jeunes, que ce soit à travers la médiatisation de grands évènements sportifs ou à travers leur propre pratique. De plus, si un renouveau des sujets d'études historiques par l'entrée du sport est en train de voir le jour, la géographie du sport se trouve actuellement au cœur de la recherche en géographie autour de la question de la mondialisation. La finalité de ce mémoire comporte donc trois axes de recherche : démontrer que la dimension sportive est un objet d'enseignement pertinent, puis démontrer que la dimension sportive est un outil innovant pour le professeur, enfin, un moyen efficace d'apprentissage pour les élèves. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES AUGUSTIN, JEAN-PIERRE. 2007. GEOGRAPHIE DU SPORT. SPATIALITES CONTEMPORAINES ET MONDIALISATION. PARIS, ARMAND COLIN. HUBSHER, RONALD. 1992. L'HISTOIRE EN MOUVEMENTS : LE SPORT DANS LA SOCIETE FRANÇAISE (XIXEXXE SIECLE). PARIS, ARMAND COLIN. NADOT, SEBASTIEN. 2012. LE SPECTACLE DES JOUTES : SPORT ET COURTOISIE A LA FIN DU MOYEN ÂGE. PRESSES UNIVERSITAIRES DE RENNES. LES BULLETINS OFFICIELS : -B.O N°6 DU 28 AOUT 2008 POUR LES CLASSES DE SIXIEME, CINQUIEME ET QUATRIEME -B.O N°42 DU 14 NOVEMBRE 2013 POUR LES CLASSES DE TROISIEME ET DE TERMINALES ES ET L -B.O N°4 DU 29 AVRIL 2010 POUR LA CLASSE DE SECONDE GENERALE -B.O N° 9 DU 30 SEPTEMBRE 2010 POUR LA CLASSE DE PREMIERE ES ET L -B.O N°8 DU 21 FEVRIER 2013 POUR LA CLASSE DE PREMIERE ET TERMINALE S
  • 27. L’erreur, symbole d’échec ou d’apprentissage ? RAMBURE Amandine, Master Professeurs des écoles « Il était une foit un hommes normal à la à un mussé ». Cette phrase, écrite par un élève de CM1, illustre la difficulté pour l’élève de percevoir ses erreurs. Mon expérience professionnelle en cycle 3 m’amène à me questionner sur le statut accordé à l’erreur par les élèves en production d’écrits, l’idée étant de trouver des stratégies efficaces pour la comprendre et l’utiliser de manière efficace. L’enseignant correcteur souligne les erreurs à l’encre rouge, l’élève les visualise mais quel est son ressenti face à la situation ? L’élève peut-il, de lui-même, s’appuyer sur ses erreurs pour progresser ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (DONNEES PAR ORDRE ALPHABETIQUE) ASTOLFI, JEAN-PIERRE. 2001. L’ERREUR, UN OUTIL POUR ENSEIGNER. ISSY-LES-MOULINEAUX : ESF EDITEUR. BOURDIER-SAVIOZ, FRANÇOISE. 2008. L’ERREUR N’EST PAS UNE FAUTE, POUR UNE NOUVELLE APPROCHE DES DEVOIRS D’ELEVES. PARIS : L’HARMATTAN. LOZACH’ ANTHONY ET DE VANSSAY STEPHANIE. 2012. CAHIERS PEDAGOGIQUES N°494, L’ERREUR POUR APPRENDRE. PARIS : LE CRAP-CAHIERS PEDAGOGIQUES SITOGRAPHIE http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-erreur-orthographique-l-apprentissage-implicite-et-laquestion-des-methodes-de-lecture-ecriture, CONSULTE LE 29 OCTOBRE 2013 http://www.cahiers-pedagogiques.com/Les-erreurs-de-la-theorie-a-la-pratique, CONSULTE LE 12 NOVEMBRE 2013 MOTS-CLES : ERREUR – APPRENTISSAGE - CORRECTION
  • 28. Des Différences ; un Outil SALLEZ Pierre, Master Professeurs des Ecoles La différenciation passe par un diagnostic préalable du profil de l’élève. Ce profil pourra être défini sous l’angle pédagogique au travers de notions telles que : les modes de pensées, les stratégies d’appropriation, les relations et modes d’expression. Il pourra aussi être défini sous l’angle psychologique aux travers des six figures d’apprenants. Cependant, la phase de diagnostic demande du temps et se fait souvent de manière informelle. Par conséquent, il y a peu de trace de cette étape. Alors, quel outil mettre en place pour recevoir, étoffer et transmettre la trace du diagnostic à l’origine de la différenciation et ainsi améliorer l’efficacité de celle-ci ? Mots-clés : différenciation, diagnostic, outil, profil pédagogique REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DONCKELE J.P. [1999] ; PROFILS D’ENSEIGNANTS PROFILS D’ENSEIGNES / SE CONNAITRE – LES CONNAITRE, BOUGE, EDITION ERASME, 180 P. MEIRIEU P. [1985] ; L’ECOLE MODE D’EMPLOI : DES « METHODES ACTIVES » A LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE, « PREFACE » DE HAMELINE D., PARIS, ESF EDITEUR - 15EME ED. 2009 (PEDAGOGIES [OUTILS]), 188P. PERRENOUD P. [1997] ; PEDAGOGIE DIFFERENCIEE : DES INTENTIONS A L’ACTION, PARIS, ESF EDITEUR - 5EME ED. 2010 (PEDAGOGIES [REFERENCES]), 207P. PRZESMYCKI H. [1991] ; PEDAGOGIE DIFFERENCIEE, « PREFACE » D’ANDRE DE PERETTI, PARIS, EDITION HACHETTE EDUCATION-ED.2008, 159 P.
  • 29. VAN  MAEL  Marion   IFP  Lille  NPDC         Résumé  du  poster  «  La  composante  culturelle  :  un  outil  d’ouverture  sur  le   monde?  »       L’aspect  culturel  d’une  langue  joue  une  part  importante  dans  son  apprentissage.   L’objectif   de   ce   mémoire   sera   d’évaluer   en   quoi   les   différents   dispositifs   d’échanges   scolaires   permettent   de   développer   l’ouverture   de   l’élève   et   de   le   sensibiliser  par  rapport  à  la  différence  que  représentent  les  cultures  étrangères.   Le   voyage   scolaire   est   souvent   perçu   comme   un   séjour   de   détente   où   l’on   profite   d’une   évasion   loin   des   tracas   du   collège   ou   du   lycée.   Pourtant,   les   échanges   scolaires  donnent  l’opportunité  aux  élèves  de  s’imprégner  de  manière  concrète  à   la   langue   et   aux   cultures   étudiées  et   représentent   ainsi   une   mine   d’or   pour   l’enrichissement  linguistique  comme  pour  l’enrichissement  personnel  de  l’élève   (qui  travaille  son  savoir-­‐être  face  aux  locaux  d’un  pays  étranger).  Nous  verrons   alors   en   quoi   les   échanges   scolaires   sont   un   véritable   outil   pédagogique   et   comment  les  cours  d’anglais  peuvent  préparer  l’élève  à  un  ancrage  réussi.        
  • 30. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014 « Hétérogénéité »
  • 31. BODELET Coralie : MoTICEr, moTICEr, il faut les moTICEr ! BOLZINSKI-HOCHART Peggy : Aide-moi à faire tout seul… DELPOUVE Cyril : Des savoirs à enseigner aux savoirs enseignés en SVT DEMARET Ludivine : Partir des représentations des élèves en Sciences DEPRIESTER Marine : L’anglais, un incroyable talent ! DUBRUNFAUT Maurice : Fini les méthodes de grands-mères en grammaire FENART Justine : On m’appelle la girouette FRANCHOMME Louise : L’autorité à l’école GOUPIL Solène : Les clés de la mémorisation HOGUET Claire : TIC et toi ? LAVERNY Bruno : La notion de plaisir en cours d’anglais MOREEL Samuel : Les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires dans l’enseignement de l’anglais, une place à prendre en compte PALIAKARA-DUVAL Nita : Combattre les dyslexies avec les technologies numériques PASTOUR Chloé : Le stress de l’évaluation à l’école PAUL Mandy : La pédagogie par ateliers tournants au regard de la forme scolaire PIERENS Ludivine : Les parents au sein de l’école RAIMOND Olivier : Un cours ludique… mais sérieux ? SURMONT Pauline : Apprendre le français à l’école élémentaire…, oui, mais comment ? VERHAEGHE Claire : La liaison primaire-collège ZAK Marie-Catherine : L’apprentissage de l’anglais : une aide pour devenir citoyen responsable ?
  • 32. MoTICEr, moTICEr, il faut les moTICEr ! Bodelet Coralie, Master Professeurs Collèges-Lycées Aujourd’hui, les TUICE font partie intégrante de l’enseignement. La majorité des enseignants les utilisent, cependant beaucoup d’entre eux reste dans un modèle d’enseignement traditionnel basé sur la transmission de connaissance. Or le plaisir, l’estime de soi, la motivation… sont des moteurs de l’apprentissage, on peut donc se poser la question de savoir comment les TICE peuvent contribuer à cette motivation, à la différenciation des pédagogies et aux pédagogies différenciées. REFERENCES SITOGRAPHIQUES HTTP://CACHE.MEDIA.EDUSCOL.EDUCATION.FR/FILE/ETIC/94/1/ENQUETE_PROFETTIC_2011_RAPPORTCOMPLET_201941.PDF, CONSULTE LE (15/12/2013). HTTP://WWW.MISSIONFOURGOUS-TICE.FR/MISSIONFOURGOUS2/SPIP.PHP?ARTICLE5, CONSULTE LE (30/11/2013). MOTS-CLES : TUICE, MOTIVATION, APPRENTISSAGES, PEDAGOGIE, DIFFERENTIATION.
  • 33. « Aide-moi à faire tout seul … » (Maria Montessori) BOLZINSKI-HOCHART Peggy, Master Professeurs des Ecoles Résumé L’autonomie est une compétence du socle à développer sur le long terme, mais comment la mettre en place au quotidien dans une classe ? Lors d’une suppléance dans une classe à cours multiples, je me suis retrouvée face à une grande question : Que faire de l’autre niveau de classe lorsque je suis occupée avec l’autre moitié ? Il faut que le niveau avec lequel je ne travaille pas développe son autonomie et puisse travailler seul, sans l’aide du maître. Je me suis dit que cela était également valable pour tous les élèves, même en classe unique car tous les élèves ne travaillent pas à la même vitesse. L’autonomie est une notion complexe car elle ne s’enseigne pas, mais les élèves doivent l’acquérir, elle est plurielle (langagière, affective, spatio-temporelle, morale, matérielle, corporelle, intellectuelle, organisationnelle) et doit aider l’élève dans sa vie future. Le concept d’autonomie se construit dans l’action, le langage, le sentiment, la mémoire et l’imagination du sujet, il oriente les actes, colorie sa vie et comment, pour les pédagogues, il se prête à une opérationnalisation » Marie-Agnès Hoffmans-Gosset. Mais l’autonomie consiste également à faire sa propre loi. Dans ces conditions, on peut se demander, Comment faire pour rendre les élèves autonomes en classe ? Mon projet de recherche vise à la création avec les élèves et par ces-derniers d’un outil (« aidemémoire ») en conjugaison et en mesures, qui pourrait les aider à travailler en autonomie. Cet outil sera personnalisé, temporaire, évolutif et devra avoir un format adapté pour en faciliter la manipulation et ne pas encombrer l’espace de travail de l’élève. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : BRUNOT, ROGER, GROSJEAN, LAURENCE, APPRENDRE ENSEMBLE POUR UNE PEDAGOGIE DE L’AUTONOMIE, CRDP DE L’ACADEMIE DE GRENOBLE CAUDRON, HERVE, 2001, AUTONOMIE ET APPRENTISSAGES. LES QUESTIONS CLES. ARRAS, TEMPES HOFFMANS-GOSSET, MARIE-AGNES, 1996, APPRENDRE L’AUTONOMIE. APPRENDRE LA SOCIALISATION, CHRONIQUE SOCIALE LIQUETE, VINCENT, GROSJEAN, LAURENCE, 2007, LE TRAVAIL AUTONOME. COMMENT AIDER LES ELEVES A L’ACQUISITION DE L’AUTONOMIE., ARMAND COLIN MOTS-CLES: APPRENDRE A APPRENDRE, ORGANISATION DU TRAVAIL, AUTO-EVALUATION, COMMUNAUTE
  • 34. Des savoirs à enseigner aux savoirs enseignés en S.V.T. DELPOUVE Cyril, Master Professeurs Collèges-Lycées Cette recherche étudie « la transposition didactique interne » qu'opère les professeurs des Sciences de la Vie et de la Terre pour transmettre les savoirs scientifiques aux élèves. Force est de constater que beaucoup d'enseignants, notamment les débutants comme je le suis actuellement, rencontrent des difficultés lors de la préparation de leurs cours, par la multitude d'activités proposées par les supports pédagogiques. En effet, chaque séance préparée est le fruit de nombreux ajustements nécessaires, soit pour combler la part implicite des documents, soit pour les adapter aux besoins des élèves. Par conséquent, l'enseignant doit réaliser une transformation des « savoirs à enseigner » contenu dans les manuels en « savoirs enseignés » qui seront transmis en classe. Il est donc de mon ressort de bien appréhender ce travail afin de pouvoir faciliter cette transmission des savoirs à mes élèves, ceci dans les meilleures conditions d'apprentissage possibles. MOTS-CLÉS : TRANSPOSITION ; DIDACTIQUE ; INTERNE ; SAVOIR ; TRANSMISSION ; APPRENTISSAGE ; SUPPORTS PÉDAGOGIQUES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : - ASTOLFI JEAN-PIERRE (ET AL.). MOTS-CLÉS DE LA DIDACTIQUE DES SCIENCES - REPÈRES, DÉFINITIONS, BIBLIOGRAPHIES. PARIS – BRUXELLES : DE BOECK, 2008. - ASTOLFI JEAN-PIERRE. L'ÉCOLE POUR APPRENDRE : L'ÉLÈVE FACE AUX SAVOIRS. ISSY-LES-MOULINEAUX : ESF ÉDITEUR, 2010 (4ÈME ÉDITION). - ASTOLFI JEAN-PIERRE, DEVELAY MICHEL. LA DIDACTIQUE DES SCIENCES. PARIS : PUF, 2002 (6ÈME ÉDITION). - CHEVALLARD YVES. LA TRANSPOSITION DIDACTIQUE : DU SAVOIR SAVANT AU SAVOIR ENSEIGNÉ. GRENOBLE : LA PENSÉE SAUVAGE, 1985. - MORANDI FRANC, LA BORDERIE RENÉ. DICTIONNAIRE DE PÉDAGOGIE : 120 NOTIONS-CLÉS, 320 ENTRÉES. PARIS : NATHAN, 2009.
  • 35. Partir des représentations des élèves en Sciences DEMARET Ludivine, Master Professeurs des Ecoles L’importance du débat dans les apprentissages scientifiques n’est plus remise en cause. Cependant, il s’agit de savoir les utiliser dans une démarche didactique en prenant en compte la spécificité des contenus scientifiques à construire avec les élèves. Il est nécessaire d’organiser ce débat afin de faire ressortir les conceptions erronées des élèves et de mettre au jour les savoirs scientifiques. L’objet de ce mémoire sera de comprendre comment construire des contenus en Sciences en prenant en compte les représentations des élèves. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES GIORDAN, ANDRE, de VECCHI, GERARD. 1994. Les origines du savoir, des conceptions des apprenants aux concepts scientifiques. Yverdon-les-Bains (Suisse) : Delachaux & Niestlé S.A., 212 p. ORANGE, CHRISTIAN. 2003. Débat scientifique dans la classe, problématisation et argumentation : le cas d’un débat sur la nutrition au cours moyen. Paris : Institut national de recherche pédagogique. MOTS-CLES : Représentation – Sciences – Débat
  • 36. L’anglais, un incroyable talent ! DEPRIESTER Marine, Master Professeur des Ecoles Le cours d’anglais est perçu par les enfants comme un moment ludique et vivant. Dans cette matière, le professeur des écoles possède des outils pour varier son enseignement : les supports. Ces derniers jouent un rôle fondamental dans l’apprentissage d’une langue vivante : ils rythment les séquences, ils permettent une diversification pour aborder des notions, et enfin ils facilitent une différenciation pédagogique (l’enseignant adapte le support en fonction du profil de l’élève). Varier son enseignement : oui, mais comment ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (SELECTION) HALLIWELL. SUSAN. 2003. ENSEIGNER L’ANGLAIS A L’ECOLE PRIMAIRE. EDITION LONGMAN. ROLLAND. YVON. 2003. L’ANGLAIS A L’ECOLE. EDITION BELIN. MOTS-CLES: SUPPORTS, ANGLAIS, DIVERSIFICATION, DIFFERENCIATION
  • 37. Finies les méthodes de grands-mères en grammaire DUBRUNFAUT Maurice, Master Professeurs Collèges-Lycées Les élèves sont unanimes : Les méthodes pour enseigner la grammaire demeurent archaïques. Loin d’intéresser nos jeunes apprenants, elles s’avèrent même être source de difficultés. A cette situation, tout professeur consciencieux se doit d’y remédier en prenant notamment en compte l’hétérogénéité de ses élèves. A terme, il s’agit de redonner, ou plutôt de donner goût à la grammaire. Pour cela, ce travail propose de prendre en compte les différentes intelligences au sein de la classe. Ce renouveau didactique peut-il être efficace ? ASTOLFI, JEAN-PIERRE. 1998. « LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE OU, MIEUX : LA DIFFERENCIATION DE LA DIFFERENCIATION! » [EN LIGNE] HTTTP://WWW.ACCRETEIL.FR/MATHS/MODULO/M9/PEDAM9.HTML (PAGE CONSULTEE LE 19 DECEMBRE 2013) DE KONINCK, GODELIEVE. 2006. « FAIRE LA DIFFERENCIATION. POURQUOI, COMMENT ET QUAND ? » QUEBEC FRANÇAIS. VOL. 142, P.70 A 72. GILLIG, JEAN-MARIE. 1999. LES PEDAGOGIES DIFFERENCIEES. BRUXELLES : DE BOECK UNIVERSITE. KARSENTI, ANNE-FREDERIQUE. 2006. « DIFFERENCIER AU SECONDAIRE. IMPOSSIBLE ME DIREZ-VOUS ? » QUEBEC FRANÇAIS. VOL. 142, P. 95 A 97. MEIRIEU, PHILIPPE. 1996. LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE. PARIS : NATHAN. PERRENOUD, PHILIPPE. 1997. LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE : DES INTENTIONS A L’ACTION. ISSY-LES-MOULINEAUX : ESF.
  • 38. ‘’ On m’appelle la girouette ‘’ FENART Justine, Master Professeurs des Ecoles Qui n’a jamais manqué d’attention au cours de sa vie ? Nous avons tous déjà rencontré des problèmes d’attention à un moment ou à un autre. Les enfants porteurs du trouble du déficit de l’attention(TDAH), eux, doivent avancer au quotidien avec leur problème d’attention qu’ils ne contrôlent pas et qui est présent à chaque instant de leur vie. L’école est un lieu où les capacités attentionnelles sont sollicitées, ce qui met les enfants TDAH en grande difficulté. Et si nous leur proposions des adaptations favorisant leurs apprentissages ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : BANGE, FRANÇOIS.2007. VIVRE ET COMMUNIQUER AVEC UN ENFANT HYPERACTIF. PARIS : INTER EDITIONS-DUNOD. SAUVE COLLETTE.2007. APPRIVOISER L’HYPERACTIVITE ET LE DEFICIT DE L’ATTENTION. QUEBEC : CHU SAINTE-JUSTINE. THOMAS JACQUES.2007.TROUBLES DE L’ATTENTION CHEZ L’ENFANT. ISSY LES MOULINEAUX : ELSEVIER MASSON. VINCENT ANNICK.2010. MON CERVEAU A BESOIN DE LUNETTES. QUEBEC : LES EDITIONS QUEBECOR MOTS-CLES: TDAH : TROUBLE DU DEFICIT DE L’ATTENTION : TROUBLE NEUROLOGIQUE : IL S’AGIT D’UN PROBLEME DE POUVOIR ET NON DE VOULOIR.
  • 39. L’autorité à l’école FRANCHOMME Louise, Master Professeurs des Ecoles Il est des classes qui échappent à toute autorité. On se demande alors de quelle manière l’enseignant y peut trouver sa place et dispenser le savoir. On remarque que deux positionnements importants émergent : soit l’enseignant joue la relation de confiance et fait classe dans un climat d’intelligence et de gentillesse, soit l’enseignant déploie dès le début une forme d’intimidation qui lui permet de se protéger tout en pouvant transmettre les connaissances. La question qui se pose est celle de l’identification des moyens disponibles pour exercer une autorité de confiance ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES     BAR PIERRE : LA PUNITION A L’ECOLE, DANS ANALYSE UFAPEC 2011 N°03.11 GALLAND BENOIT : COLLOQUE SUR L’AUTORITE A L’ECOLE, DECEMBRE 2006, BRUXELLES MAHEU ELISABETH : SANCTIONNER SANS PUNIR : DIRE LES REGLES POUR VIVRE ENSEMBLE, MARS 2005 MEIRIEU PHILIPPE : CRISE DE L’AUTORITE : RECONSTRUIRE LA PROMESSE SCOLAIRE SOURCE : ARTICLE INTERNET MOTS-CLES :  AUTORITE  DIALOGUE  RESPECT  CONFIANCE  SANCTION
  • 40. Solène Goupil Master 2 MEEF PE Résumé de mémoire UE 95 Les clés de la mémorisation Le professeur a pour but de faire retenir efficacement par ses élèves un maximum de connaissances afin qu’ils les réutilisent dans des raisonnements ultérieurs. Or le geste mental de mémorisation se travaille, s’acquiert et s’automatise. Comment peut-on favoriser la mémorisation alors qu’il y a autant de manières d’apprendre que d’élèves ? Les habitudes mentales se classent selon plusieurs types, c’est ce qu’on appelle les profils pédagogiques. Il faut donc se demander comment construire son enseignement en prenant en compte les différents profils pédagogiques des enfants. Bibliographie  LA GARANDERIE (de) A, Les profils pédagogiques. Discerner les aptitudes scolaires : Centurion, 1989, 259p Sous la direction de Christine PREBEL, La gestion mentale à l’école : Retz, 1993,141p  CHICH J-P, JACQUET M, MERIAUX N, VERNEYRE M, Pratique pédagogique de la gestion mentale : Retz, 1995, 175p  EVANO C, La gestion mentale. Un autre regard, une autre écoute en pédagogie : Nathan pédagogie, 1999, 190p
  • 41. TIC et toi ? HOGUET Claire, Master 2 Alternatif Professeurs des Écoles Les nouvelles technologies envahissent nos vies et modifient notre manière de travailler et de communiquer. Le Ministère de l'Éducation incite leur usage dans les classes et préconise la maîtrise de ces nouveaux outils par les élèves. Utilisés par les enseignants, nous pouvons nous demander s'il en est de même lors de l’investigation et de la réalisation d'un exposé par les élèves. Les TIC peuvent influencer le fonctionnement des adultes, mais également celui des élèves. De ce fait, ils pourraient favoriser leur motivation et leur autonomie. MOTS CLÉS : TIC, OUTILS NUMÉRIQUES, MOTIVATION, AUTONOMIE, RÉALISATION D'EXPOSÉ, APPRENTISSAGE, CRÉATION D'ÉLÈVES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : FOURGOUS, JEAN-MICHEL. 2011. RÉUSSIR À L'ÉCOLE AVEC LE NUMÉRIQUE, LE GUIDE PRATIQUE. PARIS : ODILE JACOB, 173P. BALLARIN JEAN-LUC, BENAZET PATRICK. 1999. LE GUIDE DE L'INTERNET À L'ÉCOLE. PARIS : NATHAN PÉDAGOGIE, 87P. VIAU, ROLLAND. 2003. LA MOTIVATION EN CONTEXTE SCOLAIRE. PARIS, BRUXELLES : DE BOECK, 221P. PHILIBERT, HENRI. NOVEMBRE 2012. « LES CHEMINS DE L'AUTONOMIE », IN LA CLASSE MATERNELLE, N°213, P 98-103
  • 42. La notion de plaisir en cours d’anglais LAVERNY Bruno, Master Professeurs des Ecoles ou Professeurs Collèges -Lycées Anglais La notion de plaisir est difficile à intégrer dans le système éducatif français d’aujourd’hui. De ce fait, les élèves sont facilement démotivés à cause de l’ennui ressenti en cours. C’est pour cela que, ayant moi-même appris l’anglais grâce au plaisir, je veux prouver qu’il est possible d’apprendre l’anglais grâce à la notion de plaisir. D’où ma problématique : « comment concilier plaisir des élèves et pédagogie dans l’apprentissage de la langue anglaise ? » A partir de cette problématique, nous allons étudier les différentes hypothèses (par exemple, intégrer les jeux-vidéo dans les cours), puis faire des recherches scientifiques et mener des questionnaires pour répondre à nos hypothèses, et ainsi, à notre problématique centrale. L’objectif principal sera de trouver d’autres manières d’enseigner la langue anglaise, en incluant une notion de plaisir. MOTS-CLES (5 MAX.) : PLAISIR JEUX-VIDEO HUMOUR MOTIVATION
  • 43. Les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires dans l’enseignement de l’anglais, une place à prendre en compte MOREEL Samuel, Master Professeurs Collèges-Lycées La littérature pose problème pour les élèves d’aujourd’hui. Les médias ont pris une place de plus en plus importante. Quelle est donc la place des adaptations cinématographiques d’œuvre littéraires dans l’enseignement de l’anglais ? La littérature reste essentielle à l’apprentissage d’une langue. En quoi les adaptations cinématographiques peuvent être un élément motivateur à l’apprentissage de la langue anglaise ? Des recherches, des outils de recherches (questionnaires, entretiens) et des mises en situations m’aideront à répondre à cette question. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BELLUC, SYLVAIN (19 MAI 2012) « L’ANGLAIS PAR LES CONTEXTES : L’ADAPTATION CINEMATOGRAPHIQUE ET SA DIDACTISATION » (http://apliut.revues.org/2677?lang=en) DALMAIS, HERVE (1988) - CINEMA A L'ECOLE, ECOLE DU CINEMA - EDITEUR: PARIS : A. COLIN-BOURRELIER COLLECTION: PRATIQUE PEDAGOGIQUE N° 71 FOURNIER, MARTINE (OCTOBRE 2011) « POURQUOI APPRENDRE ? », IN SCIENCES HUMAINES (AUXERRE), N° 230, P. 32-43 LOYENS, ERIC (MAI 2007) DU LIVRE AU FILM (http://www.lamediatheque.be/ext/thematiques/films_a_la_fiche/PDF/Archipel_du_livre_au_fillm.p df) LORIERS, BENEDICTE, (MARS 2012) « LA MOTIVATION EN CONTEXTE SCOLAIRE : QUEL EST LE ROLE DE L’ECOLE ?» ANALYSE UFAPEC N°07.12 MAURY, CRISTELLE, (2012). RECHERCHE ET PRATIQUES PEDAGOGIQUES EN LANGUES DE SPECIALITE – « L’INTEGRATION DU CINEMA HOLLYWOODIEN EN CLASSE DE LANGUE : REFLEXIONS SUR QUELQUES POINTS DE CONVERGENCE DISCIPLINAIRES » (http://apliut.revues.org/2661?lang=en) VIAU ROLLAND, (AVRIL ET MAI 2000) « LA MOTIVATION EN CONTEXTE SCOLAIRE : LES RESULTATS DE LA RECHERCHE EN QUINZE QUESTIONS », IN : VIE PEDAGOGIQUE (QUEBEC), N°115, P.5 A 8 MOTS-CLES: MOTIVATION ADAPTATION CINEMA LITTERATURE
  • 44. COMBATTRE LES DYSLEXIES AVEC LES TECHNOLOGIES NUMERIQUES ________________________________________________________________________________ PALIAKARA-DUVAL Nita, Master 2 Professeur Collèges-Lycées Anglais A travers ma bibliographie, j’ai lu que 10% de la population mondiale et 4 à 6% des enfants françaissont dyslexiques(soit 1 à 2 enfants par classe). Des étudesscientifiques (présentées dans le journal scientifique PLOS ONE et de LuzRello)démontrent l’effet bénéfique des logiciels comme le lecteur numérique qui améliore la rapidité, la compréhension des étudiants atteints de dyslexies (dyspraxie, dysorthographie, etc …). Il existecertaines polices de caractères qui ont déjà été identifiées comme mieuxadaptées au lectorat dyslexique, et ainsi que leur taille ou l’espacement entre les mots et les lettres. Le logiciel miracle qui va régler tous les problèmes des élèves dyslexiques n’existe pas : la technologie numérique est seulement une « béquille » qui va permettre, après un temps d’apprentissage, de contourner certaines difficultés. L’ordinateur et la tablette peuventêtre un outil qui peut aider les dys au quotidien pour les rendre plus autonomes. Un enfant dit « ordinaire » apprend à lire en quelques mois. Le dyslexique quant à lui reste à la période initiale de l’apprentissage. L’enfant persiste à déchiffrer durant des mois, voire des années comme s’il débutait son apprentissage du langage écrit et de la lecture. En utilisant les différents outils méthodologiques (questionnaires pour les élèves dyslexiques, questionnaires pour les enseignants, entretiens avec des directeurs d’école et professionnels de santé) et la recherche théorique, je vais essayer d’étudier si l’utilisation des technologies numériques est une aide ou un obstacle pour contourner et combattre les problèmes des dyslexiques. BIBLIOGRAPHIE-SITOGRAPHIE : • Odile Golliet. 2011. La dyslexie, prise en charge à l’école et à la maison. Pour parents, professeurs et accompagnants des élèves dyslexiques. Tome 1. • http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0075634, October 2013. • http://www.reaap73.org/docs/1190625469Prise_en_charge_scolaire_des_enfants_dyslexiques_juillet_2007.pdf, October 2013. • http://www.apeda-france.com/spip.php?article36, October 2013. MOTS CLES : Dyslexies, les technologies numériques, logiciel, apprentissage, questionnaires
  • 45. Le stress de l’évaluation à l’école. PASTOUR Chloé, Master Professeur des Ecoles « Rangez vos cahiers, vous allez être en évaluation ». Ce mot d'ordre lancé, les visages se tendent singulièrement, la classe s'agite et une ambiance pesante s'installe. Le stress, qui est une pathologie que l'on retrouve aussi chez l'enfant, est produit ici par la représentation de l'évaluation et ce qu'elle induit. La question qui se pose est donc celle du contournement de ces représentations et de la mise en valeur du travail en lui -même. Par ailleurs, il convient d'aider l'élève à dépasser les obstacles émoti onnels de manière à valoriser ce même travail. On pourra se demander, de cette manière, si le modèle finlandais est satisfaisant. Mots clés : Valorisation – jugement – angoisse – évaluation – estime de soi. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : - GEORGE, GISELE. 2002. CES ENFANTS MALADES DE STRESS. PARIS : EDITIONS ANNE CARRIERE. 183 PAGES. - SARZAUD, SYLVIE. 2011. J’AIDE MON ENFANT À SURMONTER SON STRESS. PARIS : EDITIONS EYROLLES. 153 PAGES. - DOSSIER « L’ECOLE EN FINLANDE », CAHIERS PEDAGOGIQUES, PARIS. AVRIL 2005, N°432.
  • 46. La pédagogie par ateliers tournants au regard de la forme scolaire. PAUL Mandy, Master Professeur des écoles. En cycle 1, les ateliers tournants sont très présents, moins en cycle 2 et se font rares en cycle 3. Le constat de la disparition de ce dispositif questionne la forme scolaire de chacun des cycles et permet de se demander en quoi le dispositif des ateliers tournants permet de penser différemment la forme scolaire. L’organisation scolaire des apprentissages en France varie en fonction des cycles, des disciplines et cela expliquerait en partie l’utilisation ou non des ateliers tournants dans les classes. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :      COURTEBRAS BERNARD, REUTER YVES, VINCENT GUY. 2012. « LA FORME SCOLAIRE : DEBATS ET MISES AU POINT (PREMIERE PARTIE)», IN : RECHERCHES EN DIDACTIQUES. LILLE : PRESSES UNIVERSITAIRES DU SEPTENTRION. P 109-135. COURTEBRAS BERNARD, REUTER YVES, VINCENT GUY. 2012. « LA FORME SCOLAIRE : DEBATS ET MISES AU POINT (DEUXIEME PARTIE)», IN : RECHERCHES EN DIDACTIQUES. LILLE : PRESSES UNIVERSITAIRES DU SEPTENTRION. P 127-143. FIJALKOW JACQUES, NAULT THERESE. 2002. LA GESTION DE LA CLASSE. BRUXELLES : DE BOECK UNIVERSITE. P85-101. http://www.ac-paris.fr/portail/upload/docs/application/pdf/200806/ateliers_en_maternelle.pdf, consulté le 11/05/2013. http://www.unige.ch/fapse/publicationsssed/RaisonsEducatives/REenligne/FOREDU/Pages_ de_147_FOREDU_INT_Maulini.pdf, consulté le 30/10/2013. MOTS-CLES : FORME SCOLAIRE, ATELIERS TOURNANTS, ORGANISATION SCOLAIRE.
  • 47. Les parents au sein de l’école PIERENS Ludivine, Master Professeurs des écoles Les parents sont des membres à part entière de la communauté éducative. En effet, ce sont les premiers partenaires des enseignants. Souvent présents lors des réunions avec les professeurs, sorties de classe ou encore conseil d’écoles pour les délégués, on peut s’interroger sur leur rôle. Dans cette recherche, je me suis intéressée à la manière dont les enseignants peuvent les intégrer au sein de l’école afin que ce soit constructif pour les élèves. Cette implication a-t-elle un impact sur leur travail et leur comportement ? RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : AUDUC, JEAN-LOUIS. 2007. LES RELATIONS PARENTS-ENSEIGNANTS À L’ÉCOLE PRIMAIRE. CRDP ACADÉMIE DE CRÉTEIL-CHAMPIGNY-SUR-MARNE. 120 P. COLCANAP, PEGGY. FAIVRE, JEAN-MICHEL. 2008. ECOLE ET FAMILLES CAHIERS PÉDAGOGIQUES N° 465. KHERROUBI, MARTINE. 2008. DES PARENTS DANS L’ÉCOLE. EDITIONS ERES. 221 P. MATHON, OSTIANE. 2009. UN PROJET POUR… REPENSER LA RELATION PARENTS-ENSEIGNANTS. EDITIONS DELGRAVE. 95P. Mots-Clés : parents, coopération, APEL, réussite scolaire.
  • 48. Un cours ludique… mais sérieux ? RAIMOND Olivier, Master Professeurs Collèges-Lycées Anglais Rien n’est jamais parfait, surtout lorsque l’on commence un métier. Ceci est d’autant plus vrai pour l’enseignement. Les jeunes enseignants qui sortent à peine de l’université sont confrontés à de nombreux problèmes notamment réussir à motiver les élèves. Quoi de mieux pour cela que de rendre les cours ludiques ? Cependant, même si les solutions sont nombreuses, comme par exemple utiliser les nouvelles technologies en cours ou encore instaurer le jeu en cours, il est difficile de voir un enseignement ludique une fois arrivé au collège. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (DONNEES PAR ORDRE ALPHABETIQUE) BOUAROUR, SABAH. 2012. « L’APPORT DU LUDIQUE DANS L’ENSEIGNEMENT DU LEXIQUE EN FLE AU PRIMAIRE », EDITION PAF. TORAILLE, RAYMOND. 1973. « L’ANIMATION PEDAGOGIQUE», COLLECTION SCIENCE ET EDUCATION. EDITION ESF. HTTP://WWW.PCINPACT.COM/NEWS/69132-SONDAGE-IFOP-INTERNET-FRANCAIS.HTM, CONSULTE LE 10/12/2013. HTTP://WWW.ALAMEMEETOILE.NET/COMMENT-MOTIVER-LES-ELEVES.HTML, CONSULTE EN MAI 2013 MOTS-CLES (5 MAX.) : COURS LUDIQUES, MOTIVATION, NOUVELLES TECHNOLOGIES.
  • 49. « Apprendre le français à l’école élémentaire…, oui, mais comment » SURMONT Pauline, Master 2 Professeurs des Ecoles « Apprendre…, oui, mais comment »1 est une question que les enseignants se posent : Enseigner de façon théorique ? De façon ludique ? La manière d’enseigner reste propre à chacun et est perçue différemment par les élèves. Ainsi, pour moi, de nombreux élèves associent souvent les apprentissages à une contrainte alors qu’en fait il existe de multiples moyens qui les rendre plus attrayants et plus ludiques. Et si le jeu était l’outil qui permettrait aux enseignants d’éviter la démotivation chez les élèves et de faciliter leurs apprentissages lors de situations compliquées? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :  DE GRAEVE Sabine. 1996. Rôle du jeu dans les apprentissages. In Apprendre par les jeux. Editions De Boeck. Bruxelles : De Boeck et Larcier s.a, p. 16-17.  GRANDSERRE Sylvain et LESCOUARCH Laurent. 2009. S’amuser à apprendre ou apprendre à s’amuser. In Faire travailler les élèves à l’école. Editions ESF. Issy-les-Moulineaux : ESF éditeur, p 87-91.  MEIRIEU Philippe. 2009. Apprendre…oui, mais comment. Paris : éd. ESF, collection : Pédagogies.  VIAU Rolland. 2003. la motivation en contexte scolaire. Bruxelles : éd. De Boeck, collection : Pratiques Pédagogiques. 1 MEIRIEU Philippe. 2009. Apprendre…oui, mais comment. Paris : éd. ESF, collection : Pédagogies, 193 pages.
  • 50. La liaison primaire - collège VERHAEGHE Claire, Master 2 Professeurs des Ecoles L’entrée au collège est considérée comme un synonyme de réussite pour tous les élèves de CM2. À cet âge, ils ont forgé leur capacité de raisonnement et prennent conscience de leur statut. Ce passage, qui constitue un cap essentiel dans leur parcours scolaire, soulève pourtant des difficultés. Le changement du statut d’élève à celui de collégien peut bouleverser leurs représentations du travail et d’eux-mêmes. Les conséquences seront alors multiples. Dès lors, comment pouvons-nous expliquer ce passage du statut d’élève à celui de collégien ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES COULON, M. (2012) ECOLE, COLLEGE, LYCEE, PASSAGE OU RUPTURE ? CENTRE ACADEMIQUE MICHEL DELAY (http://camd.ac-lyon.fr/camd/education-prioritaire/ecolecollegelycee-passages-ouruptures) INSPECTION GENERALE DE L’EDUCATION NATIONALE GROUPE DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. (2010) LA LIAISON ENTRE L’ECOLE PRIMAIRE ET LE COLLEGE (http://www.ac-nancymetz.fr/casnav/rep/docs_rep/liaison-5.pdf) PERRENOUD, P. QU'EST-CE QU'APPRENDRE ? , ENFANCES & PSY 4/2003 (NO24), P. 9-17. REBOUL, O. 1980. QU'EST-CE QU'APPRENDRE ? PARIS : PUF
  • 51. L’apprentissage de l’anglais : une aide pour devenir citoyen responsable? ZAK Marie-Catherine, Master Professeur des Collèges-Lycées MEEF Suite à des bavardages permanents dans mes classes, je voulais en apprendre plus sur comment réagir face à ce problème que rencontre grand nombre d’enseignants. Au fil des lectures, j’ai constate que le bavardage etait lie a l’autorite et au comportement des élèves. Dans les deux cas, les élèves ne respectent pas des règles imposées par l’établissement, un des premiers cadres ausquels ils sont confrontés. Ils passent alors entre les mailles du filet et ne correspondent pas à la vision du citoyen français. J’aimerais – grâce à une vision culturelle différente – amener les élèves à devenir plus responsables en leur proposant des règles de vie (ou de survie pour certains) en classe, en insistant sur la balance entre parler et écouter. L’évaluation de mes méthodes viendrait en complément pour effectuer un constat sur leur efficacité. Références Bibliographiques : EHNUEL, Florence, 2012. Le bavardage, parlons-en enfin. Clamecy : Fayard. MAHEU, Elizabeth, 2005. Sanctionner sans punir. Lyon : Chronique Sociale. SALOME, Jacques, 2004. Minuscules aperçus sur la difficulté d’enseigner. Paris : Albin Michel. http://palf.free.fr/divers/autorite.htm, consulté le 01/12/2013.
  • 52. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014 « Complémentarité »
  • 53. CASANO Cécilia : La question de l’autorité à l’école maternelle CATTEAU Lucile : Tous les élèves peuvent réussir : mythe ou réalité ? COQUET Clémence : La relaxation à l’école DEHUYSSER Laure : Enseigner la grammaire anglaise GUEDET Audrey : Des mots pour tous, tous pour un mot ! HUYGHE-BAAS Sophie : L’enfant porteur de dyslexie : un différent parmi d’autres différents MASQUELIER Hélène : La lecture d’écrits littéraires, la condition au réinvestissement du vocabulaire à l’école POISSONNIER Pierre : La phonétique dans l’enseignement-apprentissage des langues ROUGEMONT Adeline : La pédagogie de contrat : un recours efficace pour des élèves difficiles VIEREN Sophie : Moi, j’apprends différemment
  • 54. La question de l’autorité à l’école maternelle CASANO Cécilia, Master Professeur des Ecoles La question que nous posons dans cette étude est celle de l’autorité à mettre en œuvre en maternelle pour respecter aussi le développement de l’enfant. A l’école maternelle, l’enfant va connaître pour la première fois une autorité différente de celle de ses parents, il passe du statut d’enfant au statut d’élève. Comment l’aider dans l’identification de ses nouveaux repères et dans l’adaptation de son comportement dans un contexte qui passe de celui de la famille à celui de la classe ? Ces deux dispositions (vis-à-vis du parent ou du maître, de la maîtresse) ne sont-elles pas antithétiques ? Comment l’enfant va-t-il accepter puis intégrer-cette nouvelle forme d’autorité ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BONCOURT, MARTINE. 2013. L’AUTORITE A L’ECOLE, MODE D’EMPLOI. PARIS : ESF EDITEUR. FOUSSARD, CECILE. 2011. LA CONSTRUCTION DE L’AUTORITE A L’ECOLE. PARIS : HACHETTE EDUCATION. GALLAND, BENOIT. 2006. COLLOQUE SUR L’AUTORITE A L’ECOLE. BRUXELLES : CHANGEMENTS POUR L’EGALITE. LEONARD, FRANCK. 2008. AUTORITE ET CONDUITE DE CLASSE. PARIS : NATHAN ROBBES, BRUNO. 2010. L’AUTORITE EDUCATIVE DANS LA CLASSE. ISSY-LES-MOULINEAUX : ESF EDITEUR. MOTS CLES DEVELOPPEMENT DE L’ENFANT – AUTORITE EDUCATIVE – SAVOIRS D’ACTION – CONSTRUCTION ET REGULATION DE L’AUTORITE
  • 55. Tous les élèves peuvent réussir : mythe ou réalité ? CATTEAU Lucile, Master Professeurs Collèges-Lycées « Tous peuvent réussir » ; une belle pensée en théorie, mais est-elle vraiment applicable sur le terrain ? J’ai choisi de croire que oui. Malheureusement, cette croyance n’est bien souvent pas partagée par les élèves qui peuvent se montrer extrêmement défaitistes. Afin de leur faire comprendre que tout le monde est capable du meilleur, il est nécessaire de les rassurer, protéger leur estime de soi et les sécuriser dans leur apprentissage avant de les pousser à se dépasser. La motivation est une composante clé dans ce processus ; il va s’agir de leur donner envie de s’améliorer, de progresser ; tout simplement leur donner goût aux apprentissages. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (DONNEES PAR ORDRE ALPHABETIQUE) ASTOLPHI, JEAN-PIERRE. 2008. LA SAVEUR DES SAVOIRS : DISCIPLINE ET PLAISIR D’APPRENDRE .ISSY-LESMOULINEAUX : ESF. FAVRE, DANIEL. 2010. CESSONS DE DEMOTIVER LES ELEVES : 18 CLES POUR FAVORISER L’APPRENTISSAGE. PARIS : DUNOD, COLLECTION ENFANCES. GALAND, BENOIT. BOURGEOIS, ETIENNE. 2006. (SE) MOTIVER A APPRENDRE. PARIS : PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE. MULLER, FANNY. 2006. « THE PYGMALION EFFECT ». HTTP://WWW.PERSONAL.PSU.EDU/BFR3/BLOGS/ASP/2013/06/THE-PYGMALION-EFFECT.HTML#MORE, CONSULTE LE 26 NOVEMBRE 2013 TROUILLOUD, DAVID. SARRAZIN PHILIPPE. 2003. « NOTE DE SYNTHÈSE– LES CONNAISSANCES ACTUELLES SUR L’EFFET PYGMALION : PROCESSUS, POIDS ET MODULATEURS. » IN REVUE FRANÇAISE DE PEDAGOGIE N°145. P.89120. HTTP://IFE.ENS-LYON.FR/PUBLICATIONS/EDITION-ELECTRONIQUE/REVUE-FRANCAISE-DEPEDAGOGIE/RF145.PDF. CONSULTE LE 01/12/2013.
  • 56. La relaxation à l’école COQUET Clémence, Master MEEF Professeurs des Ecoles Il est 15H30, les élèves reviennent de récréation, ils sont agités et fatigués de leur journée. Pourtant, l’après-midi n’est pas terminée, une séance de géographie les attend et pour certains, cela se poursuivra avec la garderie ou une activité extrascolaire. Julie rêvasse, Tom et Théo discutent et Manon gigote. Un besoin s’exprime : celui d’une relaxation. Dans cette étude, nous proposons d’explorer la manière dont l’enfant peut retrouver attention et énergie à travers une relaxation dirigée. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES LEFEVRE-VALLEE, ISABELLE. 2010. L’ENFANT ET LA SOPHROLOGIE. PARIS : EDITIONS ELLEBORE. BOSKI, SAMY. 1990. LA RELAXATION A L’ECOLE ET A LA MAISON. PARIS : EDITIONS RETZ. ISIMAT-MIRIN, MARYSE. 2007. SE DETENDRE POUR MIEUX APPRENDRE. LYON : EDITIONS DE LA CHRONIQUE SOCIALE. MOTS-CLES : RESPIRATION – RELAXATION – SOPHROLOGIE – STRESS - ATTENTION
  • 57. Enseigner la grammaire anglaise DEHUYSSER Laure, Master Professeurs collèges-Lycées Le mémoire est centré sur les difficultés qu’ont les élèves à comprendre et à mettre en application la grammaire anglaise que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Mais en plus des difficultés, les élèves ne s’intéressent pas vraiment à la grammaire car bien souvent ils trouvent ça compliqué et ennuyant. La problématique est donc « De quelles manières peut-on enseigner la grammaire anglaise pour que les élèves y trouvent un intérêt ? » Cette problématique permet de répondre à différents objectifs comme de démontrer que la grammaire peut être enseignée de façon intéressante et actionnelle (une PRL faite en français…), de faire comprendre aux apprenants que la grammaire est un outil varié et intéressant qui permet de faire plus que des phrases (utilisation de supports authentiques et variés…), de prouver que la langue, même si pour des élèves ce n’est qu’un cours parmi tant d’autres, est une langue qu’il faut parler et il faut donc trouver des moyens pour faire parler les élèves (grammaire de l’oral, vidéoconférences…). Mots-clés : grammaire de l’énonciation, grammaire de l’oral, méthode actionnelle, PRL, intérêt. Références bibliographiques : BOUSCAREN J. MOULIN M. ODIN H. 1996. « PRATIQUE RAISONNEE DE LA LANGUE », PARIS : EDITION OPHRYS. P. BOUSCAREN J. 1991. « LINGUISTIQUE ANGLAISE INITIATION A UNE GRAMMAIRE DE L’ENONCIATION », PARIS : EDITION OPHRYS. P. CONSEIL DE L’EUROPE. 2005. « CADRE EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE POUR LES LANGUES », PARIS : EDITION DIDIER. P. HUART, RUTH. 2010. « NOUVELLE GRAMMAIRE DE L’ANGLAIS ORAL », PARIS : EDITION OPHRYS. P. JULIE, KATHLEEN ET PERROT, LAURENT. 2008. « ENSEIGNER L’ANGLAIS », PARIS : HACHETTE EDUCATION. P. SITOGRAPHIE : http://eduscol.education.fr/cid55620/enseigner-la-grammaire-d-une-langue-etrangere-lire-la-culture-derriere-les-formes-etles-structures.html , CONSULTE LE 10 DECEMBRE 2013 http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/temoignages/ecole-primaire-la-visioconference-au-service-de-l-enseignement-deslangues-1180.htm , CONSULTE LE 23 NOVEMBRE 2013
  • 58. Des mots pour tous, tous pour un mot ! Guédet Audrey, Master Professeurs des Ecoles Souvent considérée comme implicite, l’acquisition du vocabulaire à l’école se fait au travers toutes les disciplines et n’obéit pas à une cohérence particulière. Cette recherche tend à démontrer que l’étude systématique de certains mots et la créativité langagière contribuent à favoriser cette appropriation. Dès lors à quelles conditions l’apprentissage explicite du vocabulaire permet-il de construire une véritable compétence lexicale chez les élèves ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : CELLIER, MICHELINE. 2008. GUIDE POUR ENSEIGNER LE VOCABULAIRE A L’ECOLE PRIMAIRE, COLL. « GUIDES POUR ENSEIGNER ». RETZ . PICOCHE, JACQUELINE ET GERMAIN, BRUNO. 2013. LE VOCABULAIRE, COMMENT ENRICHIR SA LANGUE, COLL. « QUESTIONS D’ENSEIGNANTS ». NATHAN. VANCOMELBEKE, PHILIPPE. 2004. ENSEIGNER LE VOCABULAIRE, COLL. « REPERES PEDAGOGIQUES ». NATHAN. WWW. VOCANET.FR, CONSULTE LE 19/12/13 WWW. EDUSCOL.EDUCATION.FR/PID25992/VOCABULAIRE.HTML, CONSULTE LE 19/12/13 MOTS-CLES: COMPETENCE LEXICALE, VOCABULAIRE, PROJET, CREATIVITE.
  • 59. L'enfant porteur de dyslexie : un différent parmi d'autres différents. HUYGHE-BAAS Sophie, Master Professeurs des Ecoles Depuis la loi du 11 février 2005, de plus en plus d'enseignants sont amenés à avoir des enfants porteurs de dyslexie dans leur classe. Cependant, une inclusion efficace de ces enfants ne signifie pas seulement leur proposer des adaptations et des aides aux apprentissages mais également faire en sorte qu'ils soient reconnus par leurs pairs et qu'ils se sentent appartenir à un groupe. Justement, la question que je me pose est "comment concilier les deux?". En effet, bien souvent les enseignants ne prennent pas assez en compte cette dimension sociale de l'inclusion alors qu'elle est fondamentale car c'est en apprenant des différences de chacun que les élèves s'enrichissent mutuellement. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : BILLARD, CATHERINE. TOUZIN, MONIQUE. 2008. TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES : L'ETAT DES CONNAISSANCES. SIGNES EDITIONS. (CHAPITRE 4 : LE LANGAGE ECRIT) DEHAENE, STANISLAS. 2007. LES NEURONES DE LA LECTURE. EDITIONS ODILE JACOB. PLAISANCE, ERIC. BELMONT, BRIGITTE. VERILLON, ALIETTE. SCHNEIDER, CORNELIA. 2007. "INTEGRATION OU INCLUSION? ELEMENTS POUR CONTRIBUER AU DEBAT.", IN : BENOIT HERVE, LA NOUVELLE REVUE DE L'ADAPTATION ET DE LA SCOLARISATION N°37. CHAMP SOCIAL EDITIONS. TREMBLAY, PHILIPPE. 2012. INCLUSION SCOLAIRE, DISPOSITIFS ET PRATIQUES PEDAGOGIQUES. BRUXELLES : DE BOECK EDUCATION. MOTS-CLES : INCLUSION, DYSLEXIE, ADAPTATIONS, RECONNAISSANCE PAR LES PAIRS
  • 60. La lecture d’écrits littéraires, la condition au réinvestissement du vocabulaire à l’école. Masquelier Hélène, Master Professeurs des Ecoles On connait le grand méchant loup, mais connait-on le gentil ? Et pourquoi le zèbre a-t-il des rayures ? Là est tout l’intérêt de la mise en réseau de textes littéraires d’une part et des contes des origines d’autre part, dans l’enrichissement du vocabulaire au cycle 3. La mise en réseau permet de varier les situations littéraires autour d’un même problème, et par extension donc de varier le vocabulaire. Les contes des origines quant à eux suscitent la curiosité des élèves et développent leur imagination aidant ainsi à l’acquisition et au réinvestissement du lexique. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES - CELLIER, MICHELINE. 2008. LE VOCABULAIRE A L’ECOLE PRIMAIRE, PERONNAS : RETZ - DEVANNE, BERNARD. 2006. LIRE, DIRE ECRIRE EN RESEAUX, LASSAY-LES-CHATEAUX : BORDAS - POSLANIEC, CHRISTIAN. 2003. PRATIQUE DE LA LITTERATURE DE JEUNESSE A L’ECOLE, PARIS : HACHETTE LIVRE - TAUVERON, CATHERINE. 2002. LIRE LA LITTERATURE A L’ECOLE, PARIS : HATIER. MOTS-CLES : VOCABULAIRE, MISE EN RESEAU, CONTES DES ORIGINES, ENRICHISSEMENT, REINVESTISSEMENT
  • 61. La phonétique dans l’enseignementapprentissage des langues POISSONNIER Pierre, Master 2 Professeurs Collèges-Lycées - Anglais La participation des élèves à l’oral en classe d’anglais est en déclin et l’amorce de ce travail de recherche est de comprendre les raisons de cette baisse inquiétante. En clair, quels aspects de l’oral font que les élèves boudent la participation en classe? La problématique centrale de ce travail est de savoir si la valorisation de la phonétique anglaise permet-elle une meilleure assimilation de la langue par les élèves. Après une investigation partielle auprès d’élèves, on constate que la qualité de leur accent, de leur prononciation, a un impact sur la fréquence de leur participation orale. C’est donc autour de la phonétique que ce travail s’oriente. Tout le but de cette recherche est de déterminer quelles sont les raisons de ce manque de volontariat à l’oral afin d’apporter des pistes de réponses pédagogiques et didactiques qui aideront ainsi les enseignants à recentrer et à revaloriser la phonétique dans les classes d’anglais. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : HENRY-BENIT, NADINE. 2011. DIDACTIQUE DE LA PHONETIQUE ANGLAISE. RENNES. PU RENNES MONTREUIL, JEAN-PIERRE. 2001. LA PHONOLOGIE DE L’ANGLAIS. RENNES. PU RENNES FOURNIER, JEAN-MICHEL; DUCHET, JEAN-LOUIS; DESCHAMPS ALAIN; O’NEIL, MICHAEL. 2000. MANUEL DE PHONOLOGIE DE L’ANGLAIS. DIDIER MOTS-CLES : PHONETIQUE : ETUDES DES SONS DU LANGAGE
  • 62. La pédagogie de contrat: un recours efficace pour des élèves difficiles ROUGEMONT Adeline, Master Professeurs des Ecole s Les enseignants du 1er degré s’entendent souvent dire que leurs élèves sont encore à un âge où l’on peut les contenir à loisir. Cependant, le climat des classes dans ce degré est loin d’être satisfaisant et propice à l’apprentissage. La question qui se pose est donc celle de l’aménagement d’un espace où la relation pédagogique pourra être optimale. Nous proposons d’explorer la pédagogie de contrat qui pose la mutualité de la relation tout en s’intéressant à chacun des points particuliers qui viennent composer cet espace. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES AUGER MARIE THERESE ET BOUCHARLAT CHRISTIANE, ELEVES « DIFFICILE ». PROFS EN DIFFICULTES, LYON: EDITION CHRONIQUE SOCIALE, 2001 BLIN JEAN FRANÇOIS, GALLAIS-DEULOFEU CLAIRE, CLASSES DIFFICILES, PARIS: DELAGRAVE, 2001 POSTIC MARCEL, LA RELATIONS EDUCATIVE, PARIS: EDITIONS PUF, 2001 PRZESMYCKI HALINA, LA PEDAGOGIE DE CONTRAT, PARIS, HACHETTE EDITIONS, 2003 RICHOZ JEAN CLAUDE, GESTION DE CLASSES ET D’ELEVES DIFFICILES, LAUSANNE: FAVRE, 2009 Mots clés  Pédagogie de contrat  Contrat  Elève difficile  Autorité  Relation pédagogique
  • 63. « Moi, J’apprends différemment » VIEREN Sophie, Master 2 Alternatif Professeurs des Ecoles En France, 5% des enfants seraient porteurs de dyslexie. L’observation de leurs pratiques scolaires m’a interpellée et m’a amenée à me demander comment il était possible d’aimer lire quand cela nécessitait un travail très exigeant et semé d’embuches ? En effet, ils sont déconcertés par un univers scolaire peuplé de signes inconnus et souvent sans signification. L’enfant porteur de dyslexie devra compenser et travailler plus pour devenir lui aussi un lecteur confirmé. Si la rééducation orthophonique est essentielle, n’est-il pas nécessaire de s’interroger sur les adaptations proposées par l’enseignant afin de cultiver le plaisir de la lecture ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :  http://www.auxilidys.fr/, CONSULTE LE 01/12/2013.  http://alain.lennuyeux.free.fr/index.htm, CONSULTE LE 08/12/2013  REID. Gavin, GREEN. Shannon.2010. 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques. Paris: éditions Tom Pousse  PAULHAC. Jean.2000.L’enfant dyslexique, un enfant qui s’ennuie. Paris : édition Hachette éducation.
  • 64. Master sciences humaines et sociales Mention "Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation" (MEEF) Spécialité : enseignement La recherche : résumés des problématiques des mémoires de master Année universitaire 2013-2014 « Interculturalité »
  • 65. COUROUBLE Justine : Au secours, mes parents divorcent ! DELECOURT Aline : Orthographe : mieux tard que jamais ! DEROO Jean-Michel : Comment réaliser un travail de groupe qui favorise les apprentissages ? DEVIN Marlène : Peut-on se passer de l’école maternelle ? LECONTE Gwendoline : Motiver grâce à l’oral en cours d’anglais POODEVIN Victor : Mémorisation et mobilisation, les outils à ne pas oublier SCHÖPS Geoffrey : La place des arts dans l’enseignement de l’anglais THUILLIER Marine : L’ortografe a l’ékol VAAST Isabelle : L’éducation pour les personnes sourdes et mal-entendantes
  • 66. « Au secours mes parents divorcent ! »" COUROUBLE Justine, Master Professeur des Ecoles " vingt ans, le taux de divorce a plus que doublé. A cela s’ajoute la multiplication des Depuis familles recomposées, monoparentales et homoparentales. Face à ces changements, la vie de l’enfant peut se trouver bouleversée, ce qui pourrait se manifester par des troubles du comportement (changements d’attitude, manque de confiance en soi…). L’école, en lien permanent avec la famille peut être le lieu de manifestation de cet impact sur la vie de l’élève. Seulement comment l’école, qui a tendance à véhiculer la normalité et une vision traditionnelle de la famille peut-elle accompagner ces enfants dans ce changement ? Et peut-elle mettre en place des moyens ou activités afin d’aider ces élèves à évacuer leurs émotions ? " " Références bibliographiques: ARCHAMBAULT.P et préface de SEGALEN.M. 2007. Les enfants de familles désunies en France, leurs trajectoires, leur devenir. Paris: Ed. de l’INED CLERGET.S. 2004. Séparons-nous mais protégeons nos enfants. Ed. Albin Michel MAJERUS.C. 2002. Les familles, face à la séparation et au divorce. Ed. Ministère de la Famille et de l‘Intégration et AG-QM-Psy (En ligne) http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/02/10/societe-alienee-insee-34des-enfants-ne-voient-plus-jamais-leur-pere/(consulté le 09 décembre 2013) " Mots clés: divorce, impact, élèves, accompagnement.
  • 67. Orthographe : mieux vaut tard que jamais ! DELECOURT Aline, Master Professeurs Collèges-Lycées Sms, réseaux sociaux, blogs, e-mails... Autant de moyens de communication utilisés par les lycéens au quotidien. Mais, si ces derniers recourent régulièrement à l'écrit, accordent-ils une réelle place à l'orthographe? On peut supposer qu'en seconde, cette compétence cognitive est globalement acquise, et pour cause, elle est travaillée dès l'école primaire et approfondie au collège – d'où un certain “silence” des instructions officielles du lycée sur le sujet! La réalité du terrain nous amène pourtant à questionner et briser ce silence car de nombreuses lacunes subsistent en seconde. Comment y remédier et aménager des temps consacrés à l'orthographe sans que ceux-ci ne soient une entrave à la réalisation du programme ? Comment réconcilier, sur le tard, des élèves démotivés et convaincus “qu'ils n'y arriveront jamais”? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES: CHERVEL, André. 2008. L'Orthographe en crise à l'école: et si l'histoire montrait le chemin? Paris: RETZ. MANESSE, Danièle et COGIS, Danièle. 2007. Orthographe, à qui la faute? Paris: ESF SECHER Frédéric. Janv-Fev 2011. “Orthographe et grammaire: une bataille perdue d'avance?”, in Education magazine. P 24-31. MOTS-CLES: orthographe, compétence cognitive, apprentissage, autonomie.
  • 68. Comment réaliser un travail de groupe qui favorise les apprentissages ? DEROO Jean-Michel, Master PE M2-Alternatif, IFP, Année 2013-2014. Résumé : Pour réussir les apprentissages scolaires, un enseignant doit diversifier ses pratiques pédagogiques surtout envers les élèves en difficultés. Le travail de groupe est une des méthodes mais elle semble peu utilisée. J’ai souhaité analyser les conditions nécessaires, les avantages et les écueils lors de travaux de groupe en cycle 3 afin de démontrer que le travail de groupe peut être un moyen d’améliorer les acquis scolaires. Pour cela, observer le comportement et les échanges verbaux d’élèves en difficultés m’aidera à comprendre en quoi il favorise l’apprentissage des élèves. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES (DONNEES PAR ORDRE ALPHABETIQUE) : Ouvrage : *BARLOW, Michel (1993). Le travail en groupe des élèves : Formation des enseignants. Edition Armand Colin. *DE VECCHI, Gérard (2006). Enseigner le travail de groupe. Edition Delagrave. *DONCKELE, Jean-Paul (2003). Oser les pédagogies de groupe. Edition Erasme. *LIQUETTE, Vincent ; MAURY Yolande (2007). Comment aider les élèves à l’acquisition de l’autonomie. Edition Armand Colin. *MEIRIEU, Philippe (1996). Itinéraire des pédagogies de groupes. Chronique sociale. *PLETTY, Robert (1998). Comment apprendre et se former en groupe. Edition du Retz. *ROY-BEAUDIN, Marthe ; VAYER Pierre (1997). La pratique du travail en groupe. Edition GCC. *WEIL-BARAIS, Annick (2004). Les apprentissages scolaires. Edition BREAL. Articles de périodiques : *LECOMTE, Jacques (2009) : « Travailler en groupe, les résultats de l’éducation humaniste », Sciences Humaines n°203, Avril 2009, Pages 43 et 44. *MOTTOT, Florence ; HOUSSAYE, Jean (2010) : « Les nouvelles pédagogies : une chance pour l’école ? », Education magazine n°7, Septembre/octobre 2010, Pages 24 à 31.
  • 69. Peut-on se passer de l'école maternelle ? DEVIN MARLENE, Master Professeurs des Ecoles C'est à partir du XIXème siècle que l'on voit apparaître les écoles maternelles. L'enfant de 2 à 6 ans apprend à vivre en société et se développe en douceur. La quasi totalité des enfants de 45 ans y sont scolarisés. Cependant, certains parents ne scolarisent pas leur enfant à l'école maternelle. Quelles sont ces raisons qui poussent les parents à aller à l'encontre de l'école maternelle, alors qu'elle comporte des programmes officiels, un environnement adapté et des professeurs des écoles qualifiés ? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES PLAISANCE, ÉRIC, 1986. « L'ENFANT, LA MATERNELLE, LA SOCIETE ». ÉDUCATEUR. PASSERIEUX, CHRISTINE, 2009. « LA MATERNELLE, PREMIERE ECOLE, PREMIERS APPRENTISSAGES ». CHRONIQUE SOCIALE. GIOUX, ANNE-MARIE, 2009. « LA MATERNELLE, UNE ECOLE DIFFERENTE ? ». HACHETTE. WW2.AC-POITIERS.FR, CONSULTE LE 19 DECEMBRE 2013. MOTS-CLES : ÉCOLE MATERNELLE NON SCOLARISATION LES PARENTS LA SOCIETE
  • 70. Motiver grâce à l’oral en cours d’anglais Leconte Gwendoline, Professeurs Collèges-Lycées La compréhension orale, l’expression orale, l’interaction orale… les compétences langagières sont devenues indispensables à l’apprentissage d’une langue vivante telle que l’anglais, mais peuvent-elle aussi être source de motivation pour l’élève ? Peuvent-elles le pousser à prendre la parole en cours, à le faire participer davantage ? C’est la question qui sera abordée tout au long de mon mémoire, qui consistera à répondre à la problématique suivante : « Dans quelle mesure les compétences langagières orales peuvent-elles être un facteur de motivation pour l’élève ? ». REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES BERGERON, REAL. 2000. « POUR UN APPRENTISSAGE REUSSI DE L’ORAL EN CLASSE », IN QUEBEC FRANÇAIS N°118. LES PUBLICATIONS QUEBEC FRANÇAIS. P. 30-33. COLLETTA, JEAN-MARC. « L’ORAL, C’EST QUOI ? », IN LES CAHIERS PEDAGOGIQUES « OSER L’ORAL » N°400. LES CAHIERS PEDAGOGIQUES. P. 38. LE CUFF, CATHERINE. « ECRIT-ORAL : SOLIDARITE OU CONFLIT ? », IN LES CAHIERS PEDAGOGIQUES « OSER L’ORAL » N°400. LES CAHIERS PEDAGOGIQUES. P. 29. MOTS-CLES : COMPETENCES LANGAGIERES ORALES – MOTIVATION – LANGUE VIVANTE
  • 71. Mémorisation & Mobilisation Les outils à ne pas oublier PODDEVIN Victor, Master Professeurs Collèges-Lycées Mention SVT Considérée comme l'une des principales facultés de l'esprit humain, la mémoire fait l'objet des toutes premières investigations scientifiques. Dans le cadre de l'enseignement, les processus de mémorisation et leur maîtrise par l'enseignant sont des éléments clefs pour une mémorisation idéale des élèves. Cette mémorisation est d'autant plus importante que l'élève aura souvent besoin de re-mobiliser ses connaissances acquises au cours de son cursus L'objectif de ce travail d'étude est d'établir un lien potentiel entre les outils disponibles pour l'élaboration des séances de l'enseignant et les avantages que peuvent en tirer les élèves dans leurs processus de mémorisation. BIBLIOGRAPHIE : LIEURY ALAIN : SOUVENIRS, SOUVENIRS..., TDC N°993, LA MÉMOIRE (1° AVRIL 2010) (PP 6 – 13) LIEURY ALAIN : MÉMOIRE ET APPRENTISSAGE., TDC N°993, LA MÉMOIRE (1°AVRIL 2010) (PP 22 – 24) SITOGRAPHIE : HTTP://WWW.PLANETESANTE.CH/MAG-SANTE/ACTU/VOULONS-NOUS-VRAIMENT-D-UNEMEMOIRE-PARFAIT HTTP://LECERVEAU.MCGILL.CA/FLASH/A/A_07/A_07_P/A_07_P_TRA/A_07_P_TRA.HTML MOTS-CLÉS (5 MAX.) : MÉMORISATION, APPRENTISSAGE, TUICE, OUTILS MÉMORIELS
  • 72. Geoffrey Schöps Master 2 Enseignement Alternatif Anglais Résumé du mémoire : La place des arts dans l’enseignement de l’anglais En cours d’anglais, les séances partent toujours d’un document qui sert de base à l’étude des notions. C’est-à-dire qu’un document ne sera pas choisi pour son message ou sa bonne réalisation, mais pour être en corrélation avec le thème et les objectifs de la séance que le professeur met en place. Ceci est un problème dans l’enseignement de l’anglais car les documents ne servent que de supports et perdent dans un sens tout leur intérêt propre. L’objectif de ce mémoire sera de voir dans quelle mesure les documents pourraient-ils être plus que de simples supports de cours, et ainsi apporter leur propre message à la construction des savoirs et des savoirs-être des élèves, notamment grâce à l'art ? Sitographie : - Etude Comment enseigner l’anglais : http://www.midilibre.fr/2013/04/16/les-beatles-harry-potter-et-mr-bean-plebiscites-parles-profs-d-anglais-dans-leurs-cours,679682.php consulté le 19/12/2013. - Article UNESCO (en anglais) : http://www.unesco.org/new/en/culture/themes/creativity/arts-education consulté le 19/12/2013,
  • 73. L’ortografe a l’ékol THUILLIER Marine, Master Professeurs des Ecoles Trop compliquée l’orthographe française ? Pour la plupart des chercheurs en orthographe, une réforme parait nécessaire afin d’améliorer les compétences des petits Français. Une réforme ? Sujet délicat et polémique qui revient régulièrement sur le devant de la scène politique depuis de nombreuses années. Alors, en tant que professeurs des écoles aujourd’hui, que mettre en place concrètement dans nos classes pour remédier aux problèmes d’orthographe rencontrés par nos élèves ? BRISSAUD,C,COGIS,D.COMMENT ENSEIGNER L’ORTHOGRAPHE AUJOURD’HUI ?. PARIS:HATIER,2011, 319 P. CATACH,N.1991.L’ORTHOGRAPHE EN DEBAT.EDITIONS NATHAN, 303 P. CHERVEL,A .L’ORTHOGRAPHE EN CRISE A L’ECOLE : ET SI L’HISTOIRE MONTRAIT LE CHEMIN .PARIS:RETZ, 2008, 79 P. FAYOL MICHEL, L'APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE. CONFERENCE DONNEE LE 20/11/2012 DANS LE CADRE DU SEMINAIRE "SCIENCES COGNITIVES ET EDUCATION", PARIS: COLLEGE DE FRANCE. PICOT, F. VERS UNE FRACTURE ORTHOGRAPHIQUE ?. L’ECOLE AUJOURD’HUI : ELEMENTAIRE, NOVEMBRE 2012, N°32, P. 13 HTTP://WWW.CAFEPEDAGOGIQUE.NET/LEMENSUEL/LARECHERCHE/PAGES/80ANALYSEORTHOGRAPHEAQUILAFAUTE.AS PX / CONSULTE LE 25 MARS 2013 MOTS-CLES : ORTHOGRAPHE, ECOLE, REFORME
  • 74. L'éducation pour les personnes sourdes et mal-entendantes VAAST Isabelle, Master 2 MEEF Enseignement Collège – Lycée en Anglais A l'heure actuelle, les jeunes sourds et malentendants ne bénéficient pas d'une éducation optimisée. En effet, dans la majorité des établissements spécialisés, l'oralisme – apprentissage du parlé – demande beaucoup de temps et d'énergie aux élèves, ils n'ont que quelques heures de cours de Langue des Signes et les quelques autres cours se font en français donc par lecture labiale. Quant à leur insertion en établissement classique, elle semble très difficile puisqu'il leur faudrait savoir parfaitement lire sur les lèvres et parler, sans évoquer les problèmes d'intégration sociale puisqu'ils présentent une « différence » et sont parfois jalousés car ils ont droit à un « traitement spécial ». RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES • • • • • • • • BERTIN, FABRICE, NOVEMBRE 2013, « LES SOURDS, L'AFFIRMATION D'UNE IDENTITÉ », IN : SCIENCES HUMAINES, PARIS: MENSUEL N° 253, P. 24 - 26. CACHEUX, ODE, 2003, SILENCE ET VIE, PARIS, O. CACHEUX. LEROY, ELISE, 2010, STRUCTURES FORMELLES DU LANGAGE (THÈSE), PARIS. MOTTEZ, BERNARD, 2006, LES SOURDS EXISTENT-ILS ?, PARIS, HARMATTAN. HTTP://CIS.GOUV.FR/ , CONSULTÉ LE 30 NOVEMBRE 2013 HTTP://MEDIA.EDUSCOL.EDUCATION.FR/FILE/ASH/90/4/GUIDE_SCOLARISER_ELEVES_SOURDS_ET_MALENTENDANTS _142904.PDF , CONSULTÉ LE 21 SEPTEMBRE 2013 HTTP://NOETOMALALIE.HYPOTHESES.ORG/279 , CONSULTÉ LE 12 DÉCEMBRE 2013 HTTP://WWW.UNISDA.ORG/ , CONSULTÉ LE 12 NOVEMBRE 2013 MOTS-CLÉS (5 MAX.) : ORALISME, LANGUE DES SIGNES, INTÉGRATION SOCIALE.