Los Lumieres
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,174
On Slideshare
1,171
From Embeds
3
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
7
Comments
0
Likes
0

Embeds 3

http://www.slideshare.net 3

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Les Lumières sont une époque d'aboutissement, de récapitulation, de synthèse – et non d'innovation radicale. À la fois rationalistes et empiristes, héritières de Descartes comme de Locke, les Lumières accueillent les Anciens et les Modernes, les universalistes et les particularistes. Elles sont éprises d'histoire et d'éternité, de détails et d'abstractions, de nature et d'art, de liberté et d'égalité. C'est au moment des Lumières que les idées passent des livres dans le monde réel. Mouvement intellectuel d’origine anglaise qui s’est répandu dans toute l’Europe, constitué de courants parfois contradictoires, les Lumières contribuent à l’histoire des civilisations. Les révolutionnaires français s’en sont prévalus et elles inspirèrent la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique (4 juillet 1776), dont la Constitution (1787) reprend des principes inspirés de Montesquieu (séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire).
  • 2. La philosophie au temps des Lumières Le XVIIIe siècle voit l’épanouissement d’idées apparues au fil des siècles depuis l’Antiquité ; il absorbe les mouvements idéologiques antérieurs, les réexamine, les remet en question et les synthétise. Voltaire Montesquieu Les philosophes des Lumières sont les héritiers de Galilée, Pascal, Leibniz. Ils se différencient de Descartes en postulant que la connaissance n’est pas innée, mais procède de l’expérience. Leur quête de la connaissance passe par la remise en cause Diderot Rousseau des idées reçues, l’ouverture à tous les domaines du savoir, l’exaltation des sciences (la science est regardée comme le moyen de libérer l’humanité des superstitions et de l’obscurantisme) et la foi inébranlable dans le pouvoir de la raison. La pensée doit être libre et non plus soumise à l’autorité et aux schémas antérieurs reposant sur une interprétation chrétienne de l’univers. À la suite de Pierre Bayle (Dictionnaire historique et critique, 1695), les penseurs doutent des doctrines théologiques et métaphysiques. La devise des Lumières : « Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! » est énoncée par Kant (Qu’est-ce que les Lumières ?,1784). L’individu doit être autonome pour conquérir sa liberté.
  • 3. La science au temps des Lumières Aucune femme n’aura pour veiller sur sa gloire, un admirateur aussi prestigieux que Voltaire. Animée par une exigence impérieuse de comprendre le monde et d’être utile à ses contemporains, elle fut une élève précoce, d’une intelligence vive, douée pour la philosophie comme pour les sciences. Elle travailla beaucoup et s’initia à l’univers scientifique en prenant des leçons avec les esprits les plus éclairés. Émilie lira tout ce qui compte d’important en physique et sera une grande Mme du Châtelet, une femme de science. adepte de Newton. Il est vrai qu’elle n’inventa pas de La Femme des Lumières. théorème et que son intention était de rendre accessible au plus grand nombre les travaux scientifiques qu’elle considérait comme majeurs. Elle participera aux grands débats en essayant de se placer au-dessus des querelles. Elle chercha dans tous ses ouvrages à incorporer les travaux de ses aînés afin d’aider un large public à saisir les subtilités et les difficultés des textes scientifiques. Une vraie femme témoin de son temps, active et curieuse, une vraie femme des Lumières, la seule peut- être qui incarne, en France,le coeur, l’oeil et l’esprit de son siècle.
  • 4. La science au temps des Lumières Antoine-Laurent de Lavoisier , chimiste français. Grâce à la précision de ses expériences et à son esprit de synthèse, Lavoisier mène à bien l'analyse de l'air, de l'eau et du feu, et établit le principe de conservation de la matière. II identifie et baptise l'oxygène (1778) et participe à la réforme de la nomenclature chimique. Lavoisier est souvent considéré comme le père de la chimie moderne. Antoine-Laurent de Lavoisier quot;Accoutumé à peser tout au poids de ma conscience et de ma raison, jamais je n'aurais pu consentir à aliéner mes opinions à aucun parti.quot;
  • 5. L’art au temps des Lumières Wolfgang Amadeus Mozart, le compositeur dont la musique incarne par excellence l'esprit des Lumières. Il devient l'auteur d'une œuvre immense : musique de chambre, concertos, symphonies, pièces vocales. Imprégnée de joie et de clarté, sa musique Wolfgang Amadeus Mozart est un éloge du bonheur humain ; elle s'ouvre par là à l'universel. quot;Je ne dois prendre conseil que de ma raison et de mon cœur.quot; Ses opéras – Les Noces de Figaro, Don Giovanni, La Flûte enchantée – expriment son attachement aux idéaux nouveaux : l'amour, la fraternité, les vertus des gens du peuple, l'égalité ; il adhère à la franc- maçonnerie, qui défend alors les valeurs des Lumières.
  • 6. L’art au temps des Lumières Élisabeth Vigée-Lebrun est née avec la passion de peindre. Elle suit à treize ans des cours de peinture et s'établit à quinze, en 1770, comme peintre Élisabeth Vigée-Lebrun professionnel. Très vite, les commandes affluent. Ce succès immédiat ne se démentira jamais puisqu'elle réalisera quelque sept cents portraits. Peintre favori de Marie-Antoinette, elle doit émigrer lors de la Révolution : à Rome, en novembre 1789, elle continue de peindre des portraits. La Galerie des Offices, à Florence, lui commande alors un autoportrait. Ce tableau, exposé à Rome, obtient un vif succès. Il est gravé l'année suivante par Vivant Denon et publié dans un livre en 1792. Portrait de Marie-Antoinette
  • 7. Les Lumières et le temps présent La pensée des Lumières est sortie victorieuse de son combat contre l'obscurantisme ; elle a cependant entraîné des conséquences imprévues qui ont fini par se retourner contre elle. On peut abuser de la liberté et de la raison, de la science et même des droits de l'homme. Ces détournements, mais aussi la résistance contre eux, étaient déjà en germe dès le XVIIIe siècle.
  • 8. Source de la recherche: http://expositions.bnf.fr/lumieres