• Save
Diet ethique Robert Debré 21 septembre 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Diet ethique Robert Debré 21 septembre 2010

on

  • 714 views

Réflexion sur l'éthique de la relation alimentaire. Soins diététiques

Réflexion sur l'éthique de la relation alimentaire. Soins diététiques

Statistics

Views

Total Views
714
Views on SlideShare
714
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • La symétrie caractérise les relation de partenariat ou d’égalité Dans l’interaction complémentaire il y a une maximisation des différences. Position haute et basse
  • Picasso, le gourmet est autonome
  • Zoé, magrébine termine un BEP sanitaire et sociale, âgée de 18 ans. Alexia a 20 ans,étudiante en BTS biotechnologie. Laurine est ingénieur dans l’aéronautique, cadre sup dans l’aéronautique a 32 ans.
  • D’après la solidarité, l’éthique des relations humaines, Raymond Chappuis, Que sais-je, PUF, 1999.

Diet ethique Robert Debré 21 septembre 2010 Presentation Transcript

  • 1. DIET’ETHIQUE [email_address] École Hôtelière d'Avignon Campus de la CCI | Allée des Fenaisons | Avignon UMR 6578 CNRS |Anthropologie bio culturelle| Marseille Hôpital Robert Debré, Paris, Le 21 septembre 2010
  • 2. Définitions
    • Manger , un ensemble de pratiques
    • Un acte symbolique
    • Une émotion dans un lieu : l’hôpital
    • Un acte relationnel et de communication
    • Une expression corporelle
    • Définir
    • La diète, diététique
    • L’éthique, la relation éthique
    • Manger à l’hôpital :
    • Une éthique de la relation humaine ?
    • La solidarité selon Chappuis
    • Comment qualifier la relation alimentaire éthique ?
  • 3. La relation Diét’éthique
    • Comment qualifier la relation alimentaire, la Diet’Ethique
    • à l’hôpital ?
    • 4 principes (Chappuis, 1999):
    • Le principe de désir
    • Le principe de réalité
    • Le principe de responsabilité
    • Le principe de la liberté et de l’égalité
  • 4. 1.Le désir /la solidarité
    • Le désir, dynamise la vie
    • Le désir de vivre reprend sa vigueur grâce à la «  force affirmative » qui jaillit de l’être , colore la vie
    • L’hôpital un espace de solidarité
    • La vie sociale et le désir d’entraide, de partage
    • Désir, joie de vivre,
    • Le don de lait maternel
  • 5. Solidarité pour les soins de la mère et l’enfant
    • Le lait de la mère
    • Le lien social et nutritionnel maintenu par les diététiciens
    Depuis 2007, on pasteurise le lait de Mère à l'hôpital Robert Debré
  • 6. 2.La réalité/La désillusion
    • La réalité : du diététicien ? De l’enfant ?
    • L’éducation thérapeutique nutritionnelle
    • Manger à l’hôpital, c’est apprendre
    • enfant-dominé /enfant-acteur
    • Les désirs de participation à l’éducation thérapeutique nutritionnelle sont variables. Aussi difficile d’accepter d’Etre éduqué que d’éduquer (Vaillant,2008)
  • 7. La réalité dans la relation d’éducation
    • Enfants/ados :
    • Confrontation à sa maladie : « Qu’est ce que cela veut dire faire un régime pour moi enfant ? » .
    • Vision de sa maladie à travers la représentation de son histoire de vie et de son corps et aussi à travers d’autres malades.
    • La relation alimentaire dans un réseau
    • Acquisition de capacités à prendre une décision thérapeutique nutritionnelle.
    • Catherine Ducommun-Nagy : importance de l’évolution individuelle dans la relation .
    • Diététiciens :
    • « Qu’est ce que je vais pouvoir lui donner à manger ? » la complexité de la diète.
    • Reconnaissance par les pairs de ses pratiques.
    • Nécessite capacité à faire participer les enfants et ados.
    • Manque de temps et de moyens, de formation
  • 8. 3. La responsabilité
    • Hans Jonas :  « Agis de façon que les effets de ton action soit compatible avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre. »
    • Acte de raison vis-à-vis de soi et d’autrui.
    • Priorité à l’éducatif et non au moralisme et à l’argument autoritaire (Ziegler,2009)
    • P. Ricoeur : Dire « soi » n’est pas dire  « je » .
    • Le « soi » requiert la question
    • «  qui ?  » Qui est le mangeur ?
    • A qui est imputée l’action de manger un régime alimentaire ?
    • Opposition entre le soi intime et le soi statutaire de l’enfant
  • 9. La responsabilité
    • En situation :
    • Un régime autoritaire « alimentaire » par l’angoisse maternelle, des soignants.
    • Le devoir de nourrir l’enfant selon les normes et valeurs familiales, médicales : le statut familial,
    • l e statut de malade .
    • Si par principe on pense que l’enfant ne sait pas
    • « Alors on le force à manger, on le gave et ..il vomit »
    • B. This
    • Imposer, forcer la bouche : 
    • « C’est atteindre la personne au plus profond, puisque la bouche est justement le passage ouvert et naïf vers l’intérieur d’un corps qui n’a pas tant de défenses que ça »
    • A. Desarthe
  • 10. 4. La liberté et l’égalité
    • Manger à l’hôpital :
    • Quelle espace de liberté pour les enfants et adolescents ?
    • Le consentement à un régime ?
    • Egalité des mangeurs ? Le manger à l’hôpital :
    http://hospitalfood.tumblr.com/
  • 11. l’activité communicationnelle
    • Approche systémique
    • de la communication
    Echanges formels et informels Participation à la décision du régime dans l’hôpital : acteurs différents aux compétences multiples Conditions favorables à la réalisation des régimes ? Enfants - Ados Activités extra Scolaires Produits Alimentaires Qui soignent Médias NTI Publicité Interactions Famille Amis Ecole - Lycée Entourage Médical Hôpital
  • 12. Conclusion
    • L’activité communicationnelle, une sortie possible des conflits.
    • Œuvrer pour une autonomisation de l’acte alimentaire et une reprise de pouvoir sur leur corps.
    • Rénover pour de nouveaux rapports aux pouvoirs. Une idée que chaque éducation alimentaire est mise au service de l’enfant .
    • Dans ce combat d’idées, personnels hospitaliers, la famille, les enfants sont impliqués et deviennent actifs pour renforcer la valeur éthique.
    • Des réflexions et des actes sur une diét’éthique…
  • 13. Merci de votre attention
    • « L’hydratation et l’alimentation appartiennent à l’intangible « droit à la vie »,
    • valeur suprême dans l’échelle des Droits de l’homme selon la
    • Cour européenne des Droits de l’homme. Il s’agit donc d’un droit
    • inaliénable, imprescriptible, garant de la possibilité d’exprimer
    • les libertés physiques et individuelles. Ce droit est présent dans
    • toutes les Conventions internationales et, en tout premier lieu, le
    • Pacte des Nations Unies de 1966, premier texte stipulant nommément
    • le droit à l’alimentation (droit à la nourriture). Cependant à
    • l’hôpital, lieu privilégié du soin, professionnalisé et technicisé,
    • toutes les enquêtes – notamment françaises et européennes –
    • montrent que ce besoin et ce droit ne sont que depuis fort peu de
    • temps, et encore partiellement, pris en compte. Il reste toujours
    • ‘ normal de maigrir à l’hôpital’. »
    • Pascal Crenn, Le droit à la nutrition : un droit de l’homme à promouvoir et à défendre
    • Nutrition clinique et métabolisme 23 (2009) 172–181