• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
 Portfolio vincent imfeld hd
 

Portfolio vincent imfeld hd

on

  • 477 views

 

Statistics

Views

Total Views
477
Views on SlideShare
477
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

     Portfolio vincent imfeld hd Portfolio vincent imfeld hd Document Transcript

    • 1 2 3 4 5 reconversion des anciennes halles à tabac DIEPPE 2013 Logements collectifs: affordable housing / un-habitat ACT 1 SCENE I. ACT 1 SCENE I. A circle of light escaping from aA circle of light escahole on the floor. A signal in from a hole on the ping the distance, a floor. A signal in the call. The audience comesa call. distance, closer as its desire The audience comes grows. closer as its desire PARIS 2012 SCENE II. SCENE II. The entrance to the theater. An The entrance to the atrium, a theater in itself. And atrium, a theater. An yet the experience in itself. And theater of a grows. yet the experience of a special environment. special environment. SCENE III. Seated. We are back in our place, in our Seated. W row. Here we are again in our pl as a member of the row. Here we audience. Butas mema a mem ber-actor transformed audience. B ber-actor tr by the experience. SCENE III. by the e SCENE III. Ticket in hand. Everyone is waiting toin hand. EveTicket enter the auditorium. ryone is waiting to Everyone is watching enter the auditorium. and sizing up each is watching Everyone other. Various topics up each and sizing are raised. other. Various topics Everybody is enjoying are informal the raised. Everybody theater. The bell rings. the informal is enjoying We get in. theater. The bell rings. We get in. Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD Theater - 300 seats new york city theater Theater - 700 seats Theater - 700 seats SCENE II. Theater - 300 seats Theater school + Housing for visiying artists Theater school + Housing for visiying artists Theater - 150 seats Theater - 150 seats ACT I SCENE I. ACT I SCENE I. The entrance to the auditorium.The entrance to the For the first time we are on stage. For the first auditorium. We are dominating the on stage. time we are assistance.We are dominating the We identify ourselves as an actor. We identify assistance. We are even becoming an actor. ourselves as him for a while.are even becoming We We are picturing things.for a while. We are him Then, slowly and almost with picturing things. Then, regret, we walk upand almost with slowly to the stairs so we can walk up to regret, we SCENE II. The path we are taking claims to be a visit ofwe are taking The path what is going on behind a visit of claims to be the scenes.what is going on behind Rehearsal spaces canthe scenes. Rehearsal be seen through huge windows.be seen spaces can We are becoming ahuge windows. through spectator behind the We are becoming a curtain. spectator behind the A spectatorcurtain. of embryo- NYC 2011 A spectator of embryonic performances. nic performances. the reach our seat.stairs so we can Outdoor Performance area reach our seat. Outdoor Performance area Theater - 400 seats Theater - 400 seats Logements collectifs: zac du port Résidences d’artistes PANTIN 2010 PARIS 2010 VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • Reconversion des anciennes halles à tabac Lieux: Dieppe Année: 2013 Programme: mixte Superficie: occupation maximale 8000m2 Cadre: Projet de fin d’études Un térritoire fragmenté: Le bâtiment des anciennes halles à tabac e trouve à la jonction de différentes aires aux fortes identités programmatiques : quartier résidentiel, zone-post industrielle en reconversion et institutions administratives et médicales. Ce batiment désafecté, enclavé au centre de ces différentes fonctions urbaines devient un espace de marginalité. TRANSFORMATION DE LA HALLE À TABAC DE DIEP APPROCHE THÉORIQUE BESOINS PROGRAMMATIQUES BESOINS PROGRAMMATIQUES TRANSFORMATION DE LA HALLE À TABAC DE APPROCHE THÉORIQUE BESOINS PROGRAMMATIQUES Une reserve potentielle: Suite à cette lecture et fort de nos connaissance sur l’évolution des besoins urbains, l’idée est d’utiliser ce bâtiment comme une réserve potentielle, capable d’absorber les fluctuations programmaMATION DE LA HALLE À TABAC DE DIEPPE tiques dans le temps des zones connexes. La volonté est de au pouvoir THÉORIQUE permettre et àbâtiment deéchelles devenir successivement différentes MATION DE LAbureaux, commerces, DE DIEPPE de temps : HALLE À TABAC logement, espace polyvalent espace polyvalent, espace mixte, partiellement COMBINAISONS PROGRAMMATIQUES RAMMATIQUES THÉORIQUE occupé... commerce bureau logement COMBINAISONS PROGRAMMATIQUES SÉPARATION CONSTRUCTIVE DES ÉLÉMENTS RAMMATIQUES constructive: COMBINAISONS PROGRAMMATIQUES Séparation L’idée est d’utiliser un principe mis en place par N. ÉLÉMENTS : J. Habraken qui prône la séparation constructive des éléments. Tel une poupée russe, le bâtiment 1_ structure 100% bureau 100% commerce 100% logement est divisé en plusieurs éléments le composant, indépendantisés et hiérarchisés en fonction de leur durée de vie. L’idée est de permettre une ré2_ couverture 100% bureau 100% commerce 100% logement organisation du bâtiment sans remettre en cause son intégrité : structure, couverture, aménage3_ aménagement ment et cloisonnement. En plus de permettre une flexibilité programmatique, ce système permet de espace polyvalent commerce minimiser l’obsolescence du bâtiment grâce à la 4_ cloisonnement facilité de renouvelle- ment des éléments abimés commerce bureau logement 25% / 25% / 25% / 25% stratification travé ou ne répondant plus aux normes en vigueur. ONSTRUCTIVE DES ÉLÉMENTS commerce bureau ÉLÉMENTS : PÉRENNITÉ : logement SÉPARATION POTENTIEL DE LA HALLE 30 ans 10 ans > 50 ans 2013 1965 4_ cloisonnement 3_ aménagement 10 ans 30 ans 2013 2013 4_ cloisonnement 10 ans 2013 logement 10 ans occupation partielle pixelisation pixelisation ÉLÉMENTS : PÉRENNITÉ : 50 ans > ∞ 1830 10 ans > 50 ans 1965 DATE DE RÉALISATION : 1830 3_ aménagement 2_ couverture bureau 2_ couverture 6,65 50 ans > ∞ 2013 30 ans 1_ ASSEMBLAGEstructure DATE DE RÉALISATION : 50% bureau/ 50% commerce CONSTRUCTIVE DES ÉLÉMENTS POTENTIEL DE LA HALLE 1965 1_ structure 10 ans > 50 ans polyvalente 1965 100% salle 50% bureau/ 50% commerce occupation partielle 11,50 PÉRENNITÉ : 10 ans > 50 ans 1830 50 ans > ∞ salle polyvalente 100% 25% / 25% / 25% / 25% stratification SÉPARATION CONSTRUCTIVE DES travé ÉLÉMENTS 6,65 11,50 ÉLÉMENTS : 2_ couverture DATE DE RÉALISATION : 2013 DATE DE RÉALISATION : ONSTRUCTIVE DES>ÉLÉMENTS 1830 1_ structure 50 ans ∞ PÉRENNITÉ : 25 travées structurelles 25 travées structurelles surface couverte 3_ aménagement 4000 m²30 ans surface couverte 4000 m² 4_ cloisonnement 10 ans 2013 distribution à l’échelle de l’îlot. distribution à l’échelle de l’îlot. 2013 TYPOLOGIE CONSTRUCTIVE MURS EXTERIEURS : CAISSONS CHEVRONNES TYPOLOGIE CONSTRUCTIVE bardage pare-pluie MURS INTERIEURS VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • ent commerce ÉLÉMENTS : bureau PÉRENNITÉ : logement 25% / 25% / 25% / 25% stratification travé pixelisation DATE DE RÉALISATION : 11,50 6,65 11,50 N 1_ structure CONSTRUCTIVE> DES ÉLÉMENTS POTENTIEL DE LA HALLE 1830 50 ans ∞ POTENTIEL DE LA HALLE Un potentiel préexistant: DATE DE du potentiel exisLe ÉLÉMENTS : ici doit tenir compte RÉALISATION : principe PÉRENNITÉ : 2_ couverture 10 ans > 50 ans 1965 tant : une halle en brique surmontée d’une char1830 1_ structure 50 ans > ∞ pente en bois construite en 1830, destinée à l’ori2013 3_ aménagement stockage du tabac, utilisée à cet usage gine au 30 ans 2_ couverture 10 ans > 50 ans 1965 jusqu’au début du siècle dernier puis reconvertie brièvement ans ateliers par un lycée technique, et en 4_ cloisonnement 10 2013 3_ aménagement 30 désaffectée à ceansjour. Cette2013 est composée halle de 4 m ONde 25 travées structurelles HALLE À80 entre-axe,DIEPPE DE LA HALLE À TABAC DE DIEPPETABAC DE TRANSFORMATION structurellesDE LA HALLE À TABAC DE 4000 m² TRANSFORMATION HALLE À TABAC surface couverte DIEPPE DE LA DE DIEPPE 25 travées TRANSFORMATION DE LA sur4_lesquelles repose un toit couvrant 4000 m2 VARIATIONS cloisonnement 10 ans 2013 VARIATIONS APPROCHE au sol. Cette structure combine plude surface THÉORIQUE surface couverte 4000 m² 25 travées structurelles sieurs distributions à l’échelle de l’îlot. BUREAUX COMMERCE ESPACE POLYVALENT COMMERCE BUREAUX BUREAUX 6,65 distribution à l’échelle de l’îlot. distribution à l’échelle de l’îlot. ESPACE POLYVALENT ESPACE POLYVALENT COMBINAISONS PROGRAMMATIQUES MURS INTERIEURS 100% commerce travé 50% bureau/ 50% commerce MURS INTERIEURS 100% salle polyvalente pixelisation 2,80 3,20 2,80 TYPOLOGIE CONSTRUCTIVE Éléments constructifs additionnels: TYPOLOGIE CONSTRUCTIVE Pour compléter ce potentiel existant, il m’a fallu MURS EXTERIEURS : CAISSONS CHEVRONNES mettre en place un système préfabriqué comGE TYPOLOGIE CONSTRUCTIVE binatoire en bois, venant s’abriter sous cette bardage MURS EXTERIEURS : CAISSONS CHEVRONNES 100% bureau 100% logement pare-pluie grande structure tout en gardant son indépenlame d’air dance. L’idée est de fournir un système complet isolant bardage pare-pluie proposant une multiplication des possibles tout lame d’air en gardant une facilité de manipulation et d’asisolant semblage à sec. Les planchers sont portés par des poutres elles-mêmes portées par des murs de refend. L’enveloppe extérieure est libre et auespace polyvalent bureau logement 25% / 25% / 25% / 25% stratification toportante. commerce 3,20 BESOINS PROGRAMMATIQUES SÉPARATION CONSTRUCTIVE DES ÉLÉMENTS occupation partielle POTENTIEL DE LA HALLE PLANCHERS PLANCHERS 6,65 11,50 Déclinaison, variation et itération: PÉRENNITÉ : DATE DE RÉALISATION : ÉLÉMENTS : Le système mis en place nous permet de pro- PANNEAUX DE TOITURE : CAISSONS CHEVRONNES poser quelques types 50 ans > variation programmade ∞ 1830 1_ structure PANNEAUX DE TOITURE : CAISSONS CHEVRONNES isolant tique non exhaustive allant du commerce au lopare-pluie 2_ couverture 10 1965 gement en passant par ans > 50 ans bureaux ainsi que des isolant pare-pluie des espaces polyvalents. Toutes les variations ici 2013 3_ aménagement 30 ans présentées sont incluses dans cette logique de travées facilitantcloisonnement 10 ans la compréhension2013 les compaet 4_ raisons et donnant un cadre au séquençage des 1/100ème 25 éléments, mais il aurait 1/100èmetout aussi possible de 1/100ème 1/100ème travées structurelles été s’en affranchir. ASSEMBLAGE surface 1/100ème 1/100ème couverte 4000 m² distribution à l’échelle de l’îlot. 1/100ème 1/100ème LOGEMENTS LOGEMENTS LOGEMENTS CONSTRUCTIVE TYPOLOGIE ASSEMBLAGE MURS INTERIEURS MURS EXTERIEURS : CAISSONS CHEVRONNES 3,20 TYPOLOGIE DISTRIBUTIVE bardage pare-pluie lame d’air TYPOLOGIE DISTRIBUTIVE 2,80 isolant POUTRES 0,30 m POUTRES 0,30 m distribution collective par coursives PANNEAUX DE TOITURE : CAISSONS CHEVRONNES Logement type 2 distribution mixte PLANCHERS R+1 1/100ème 1/100ème R+1 1/100ème R+1 Logement type 3 Logement type 3 L R+1 1/100ème 1/100ème R+1 12,40 m 12,40 m isolant pare-pluie R+1 1/100ème 1/100ème R+1 1/100ème R+1 distribution mixte distribution individuelle distribution collective en H Logement Logement type 2type 4type 2 Logement Logement Logement type 1type 3type 1 Logement ENSAPB _ PFE- Edifices et Pré-ExistAnce 2012-2013 ELD _ ENSAPB _ PFE- Edifices et Pré-ExistAnce 2012-2013 R+1 1/100ème distribution individuelle distribution collective en H distribution collective par coursives R TYPOLOGIE DISTRIBUTIVE POUTRES 1,2 0,30 m RdC 1/100ème RdC RdC RdC distribution collective par coursives 1/100ème 1/100ème 1/100ème RdC RdC 1/100ème distribution collective enRdC 1/100ème 1/100ème distribution individuelle H distribution mixteRdC 1/100ème RdC 1/100ème R 8m VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113 12,40 m
    • TRANSFORMATION DE LA HALLE À TABAC DE DIEPPE TRANSFORMATION DE LA HALLE À TABAC DE DIEPPE PROPOSITION JUIN 2013 PROPOSITION JUIN 2013 Aménagement urbain Une fois ce principe théorisé et cette « boite à outil» mise en place, j’ai proposé une réponse aux besoins actuels de l’îlot Pasteur : D’un point de vue urbain il était nécessaire de travailler sur l’articulation de la halle avec son environnement proche. La première des décisions fut de transférer la gare routière de l’autre coté de la gare SNCF, en lien direct avec la nouvelle entrée de ville. Ce geste permet ainsi de dégager un parvis qui devient une rotule desservant ces diverses entités. Un parking silo de 160 places vient s’installer au sud de cette place, une annexe de l’office du tourisme trouve sa place dans un bâtiment fermant l’espace au nord. Une voie à accès contrôlée vient raccorder le Bd. Georges Clemenceau à la rue Desmarquets, tandis qu’une rue piétonne traverse la halle de part en part, raccordant ainsi directement l’îlot Pasteur à la gare SNCF. TRANSFORMATION DE LA HALLE À TABAC DE DIEPPE Coupe place de la gare PROPOSITION JUIN 2013 coupe perspective 1/200 ème coupe perspective 1/200 ème Répartition programmatique La tête de la halle est quant à elle investie par un espace polyvalent en lien direct avec la place et les institutions. L’espace est capable de recevoir des évènements tel que des foires, des spectacles qui peuvent s’étendre hors des murs. Le reste de la halle est articulé autour de la travée centrale pensée comme une rue piétonne, à la manière des passages couverts. Le rez-de-chaussée accueille une programmation de commerces, restaurant et bar, en lien avec la gare et la nouvelle place, ainsi que des bureaux en réponse aux besoins croissant du CHU. Aux étages supérieurs et distribués par des coursives, des logements traversants en duplex viennent trouver leur place sous ce « parapluie » étanche que fournit la halle. coupe perspective 1/200 ème coupe perspective 1/200 ème Plan masse plan masse 1/500 ème plan masse 1/500 ème plan rdc 1/200 ème plan r+1 1/200 ème Coupe perspective vue perspective d’ensemble depuis la place de la gare vue perspective d’ensemble depuis la place de la gare Maquette 1/50ème Vincent IMFELD _ ENSAPB _ PFE- Edifices et Pré-ExistAnce 2012-2013 Vincent IMFELD _ ENSAPB _ PFE- Edifices et Pré-ExistAnce 2012-2013 coupe perspective 1/50 ème Vincent IMFELD _ ENSAPB _ PFE- Edifices et Pré-ExistAnce 2012-2013 perspective depuis la gare sncf plan r+2 1/200 ème
    • Logements collectifs: affordable housing Lieux: Ris-Orangis Année: 2012 Programme: logement / aménagement urbain Superficie: 4000m2 Cadre: studio 5ème année/ consultation un-habitat Urban strategy Location: Ris-Orangis, Paris area, France April 2012 Ecole d’Architecture de Paris-Belleville, with David Elalouf Stratégie urbaine 4 For this semester’s project, the only request was a housing project in the city of Ris-Orangis, as an alternative proposition to the ongoing project. Along with three students, we decided to developp an urban strategy for the no man’s land that separates the city to the river banks. The ultimate goal of this four steps program was to reveal specific caracter in four different places where the housing projects should take place. 3 FILL THE GAPS The negative picture of both the stroll and the equipements reveals 4 microsituations where the housing programs needed by the city will take place. The specificities of each batch implies a variety of projects and architectural expression, basic ingredients for the developpement of a city. MICROSITUATIONS: RIVER BANK 2 La voie ferrée lie le territoire à grande échelle mais se révèle être une fracture à l’échelle de la ville. PIVOT STATION PROGRAM Densifiying the activities that takes places along the promenade enhances the interest of the site, allowing the parc to combine useful with pleasure. NAUTICAL PARC CIRCUS VIEWPOINT DIAGNOSTIC IN BETWEEN MARKET STATION SQUARE CULTURAL CENTER WELD The first step of the urban strategy is to unroll a green path along the rail, making the “no man’s land” attractive for a stroll. GREEN PATH RAILWAY 1 STRATEGIE Implanter une promenade linéaire suivant le parcours du RER permet d’y créer un interêt. Ce nouvel axe deviens la colonne vertébrale desservant les points d’interêt du site ainsi que de nouveaux évènements programmatiques installés le long du parcours. SITE 30 minutes from Paris by train, the 1km long site has all the ingredients for an attractive piece of urban fabric. But if the RER train is a link for the greater scale, it is perceived as a scare between the city and the banks of the Seine river. Plan masse OPEN BUILDING VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • Affordable housing “Open Building” is a multidisciplinary approach applied in building design that supports building adaptability according to different requirements: in built environment, in production and construction methods, in the market of products and product technology and in the user’s demand for the suitable place. Throughout the world many non-residential buildings are constructed according to “Open Building” principles and strategies, for instance, many office buildings with “open plan” layout to support a variety of work space distribution. The main objective of “Open Building” approach is reaching building transformations according to requirements of different participants in design and building process: design and construction teams, lenders, owners, tenants, product manufacturers. New Open Architecture introduces “flexibility” in building design and construction practices which create capacity for transformation. The origins of the Open Building concept is best assumed by one of John Habraken’s statements: “We should not to forecast what will happen, but try to make provisions for the unforeseen”(Habraken, 1961). Types d’appartements séparation des couches structure circulation fluides/ reseaux enveloppe aménagement Plan étage courant VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • new york city theater Lieux: New York City Année: 2011 Programme: Théâtre Superficie: 3000M2 Cadre: Concours archmedium What if theater in New York was : Reconsidering the creator’s space. Marrying the existing theater that attracts a massive audience to the emerging theater that inflames curiosity but worries at the same time. Thinking of an ecosystem where the one will be supported and the others will be rekindled and renewed. Offering a place of complete development for young companies. A place of creation and circulation of worldwide theater. Offering a unique urban place where the informal meets the scheduled, and where all kind of audience can meet in order to combine and form only one group of people. Proposing an open forum to the active members of the audience that would like to request and welcome performances as much as creators would themselves. What if theater in New York was : An incubator. Séquence d’usage ACT 1 SCENE I. A circle of light escaping from a hole on the floor. A signal in the distance, a call. The audience comes closer as its desire grows. ACT 1 SCENE I. A circle of light escaping from a hole on the floor. A signal in the distance, a call. The audience comes closer as its desire grows. SCENE II. The entrance to the theater. An atrium, a theater in itself. And yet the experience of a special environment. SCENE II. The entrance to the theater. An atrium, a theater in itself. And yet the experience of a special environment. SCENE III. Seated. We are back in our place, in our row. Here we are again as a member of the audience. But a member-actor transformed by the experience. SCENE III. Ticket in hand. Everyone is waiting to enter the auditorium. Everyone is watching and sizing up each other. Various topics are raised. Everybody is enjoying the informal theater. The bell rings. We get in. SCENE IV. People are filling the room. They are becoming a multitude. Noises, the audience is getting impatient. Theater - 300 seats Theater - 400 seats The entrance to the auditorium. For the first time we are on stage. We are dominating the assistance. We identify ourselves as an actor. We are even becoming him for a while. We are picturing things. Then, slowly and almost with regret, we walk up to the stairs so we can Theater - 150 seats Ticket in hand. EveOutdoor Performance to ryone is waiting area enter the auditorium. Everyone is watching and sizing up each other. Various topics are raised. Everybody is enjoying the informal theater. The bell rings. magic begins The path we are taking claims to be a visit of what is going on behind the scenes. Rehearsal spaces can be seen through huge windows. We are becoming a spectator behind the curtain. A spectator of embryo- ACT I SCENE I. SCENE III. ACTIII SCENE I. Darkness. The backstage are closing. The SCENE II. Theater school + Housing for visiying artists Theater - 700 seats Balcony BALCONY nic performances. Dock DOCK Set construction Worshop SET CONSTRUCTION WORKSHOP Acrobatical Rehearsal room ACROBATICAL REHEARSAL ROOM SCENE III. reach our seat. Seated. We are back in our place, in our row. Here we are again as a member of the audience. But a member-actor transformed by the experience. We get in. SCENE II. ACT I SCENE I. The entrance to the auditorium. For the first time we are on stage. We are dominating the assistance. We identify ourselves as an actor. We are even becoming him for a while. We are picturing things. Then, slowly and almost with regret, we walk up to the stairs so we can - A typical Broadway facade - SCENE IV. The path we are taking claims to be a visit of what is going on behind the scenes. Rehearsal spaces can be seen through huge windows. We are becoming a spectator behind the curtain. A spectator of embryo- People are filling the room. They are becoming a multitude. Noises, the audience is getting impatient. ACTIII SCENE I. Darkness. The backstage are closing. The nic performances. magic begins reach our seat. - Becoming a surface we can walk on - - Each poster is a world - - Each poster is an entry - SCENE II. The applause. The end of the show. It’s time to go, to leave this world that we have perfectly captured and in which we were wrapped during hours. - Each poster is a world - A typical Broadway facade - Each poster a an entry --Each entry is is dramatic-choice - Becoming a surface we can walk on - - Each poster is a world - ACTIV SCENE I. - Each poster is an entry - Leaving the room, it is the disenchantment. A path gives us access to the rest of the set. As a spectator-traveler we can go to the backstage, to some loges. We can watch the storage of the set through a wall, a kind of mashrabiya. We are witnessing the destruction of a world. SCENE II. The exit. A fictive street. A new theater. An underside like a sort of temple with columns. Everybody meets here. It’s a place for the informal, for the discussion. Small performances take place here and there. Groups of people are forming and forming again. Slowly the multitude vanishes. SCENE II. The applause. The end of the show. It’s time to go, to leave this world that we have perfectly captured and in which we were wrapped during hours. The show is over. - Each entry is a dramatic choice ACTIV SCENE I. VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • Logements collectifs: zac du port Lieux: Pantin Année: 2010 Programme: Logement Superficie: 1500M2 Cadre: Studio 3ème année Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD Il s’agit ici d’habiter au bord d’un canal, mais pas COUPE SUR LA ZAC seulement. Car en dehors – ou en plus – de l’élément tout particulier qu’est l’eau, il faut a priori regarder non seulement l’espace physique du canal, de quai à quai, mais également ce qui l’entoure : ses berges, ses bâtiments, son sol, ses occupants, PLAN MASSE son environnement proche ou lointain. Zone industrielle délabrée, mise à l’écart de la ville par son propre statut, il s’agit de redonner vie à cet espace immense jusqu’ici délaissé. La ville ignore le canal ; le canal ignore la ville. La berge sud du canal, objet de notre étude, est COUPE limitée par le canal au nord et la ville de Pantin au LONGITUDINALE sud, lui tournant littéralement le dos. Nous voulons ré investir ce site, à travers un programme en partie donné : la ville réclame des logements. Mais nous avons une volonté plus grande : nous voulons rendre le canal à la ville. Pour cela, il nous a semblé évident d’élargir notre champ de vision. Nous pouvons rendre la berge pers ANTHONY sud à la ville, y amener les habitants, leur faire emprunter des passages les conduisant droit aux quais qu’ils ont jusqu’à présent ignorés. Il est possible de leur rendre l’eau, de leur faire profiter de cet élément et de son atmosphère privilégiée en PLAN créant des passages, des continuités avec la ville, D’ETAGE COURANT qui inviteraient au déplacement et à la découverte. Mais quelle serait la fin de ce parcours ? Car la réflexion pourrait s’arrêter là, et le canal serait rendu accessible aux habitants ; mais l’eau ne resterait LOGEMENT TYPE DUPLEX pas moins une limite, un arrêt brutal de la ville. Alors, pourquoi ne pas investir également l’autre berge ? Il nous semble que la meilleure façon de rendre réellement le canal à la ville est de lui restituer l’usage de ses deux côtés. De plus, la berge nord devenant le but du parcours, elle ferait profiter la ville d’une nouvelle richesse programmatique : des pôles d’intensité urbaine, à vocation culturelle, sportive ou éducative, deviendraient des points forts amenant les habitants à se tourner vers le nord. La question fondamentale devient alors celle du lien, et en filigrane celle du parcours. Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD pers vincent Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD AXONOMETRIE Anthony LE PAGE Lucile NICOSIA Lukas REDEUILH Vincent IMFELD VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • Résidences d’artistes Lieux: Paris Année: 2010 Programme: Logements et ateliers Superficie: 2000 M2 Cadre: Studio 3ème année Concept Coupe PROJET Pour ce projet j’ai travaillé sur la mise en place d’espaces évolutifs pouvant recevoir divers types de programmes (logement, atelier, exposition...) , en réponse à la question de temporalité, de reconversion, et de développement durable. Les espaces crées deviennent permutables, adaptables. On peut aisément envisager de rajouter ou de soustraire des modules. Un caractère spécial est accordé au rdc pour son rapport à l’espace public (lieux associatifs, espaces d’exposition, cafétéria). Le travail sur les espaces évolutifs passe par normalisation de la surface, tout en gardant une variété dans la forme. (cf. schéma) Plan masse R+3 1/500 ème R+2 1/500 ème R+1 1/500 ème N Studio ELALOUF /Vincent Imfeld / 13/02/2010 VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113
    • MEMOIRE: LA RÉACTIVITÉ DANS L’ARCHITECTURE DE L’HABITAT: ADAPTER ET TRANSFORMER Adapter Prévoir une architecture adaptable, c’est admettre le fait qu’il serait présomptueux de penser que nous pouvons tout anticiper. Fort de ce constat, l’architecte peut définir un cadre pour faciliter les adaptations. L’idée de ce principe d’adaptabilité est de trouver un moyen de créer des espaces souples, modifiables, capables de recevoir différents programmes, différents aménagements et différentes configurations. L’architecture adaptable est fondée sur un principe de stratégies. Ces diverses stratégies impliquent l’usage d’outils et des moyens pour rendre possible cette adaptabilité au travers du temps. Elles peuvent s’appuyer sur des principes constructifs, des dimensionnements, des organisations spatiales, voir même sur des choix programmatiques. Le principe d’adaptabilité est déjà normalisé et très bien illustré dans la construction de bâtiments de bureaux où l’espace bâti est souvent générique et adapté par la suite aux besoins nécessaires. De plus, en rapport avec les questions de pérennité, l’espace adaptable intègre l’idée de l’obsolescence programmée et permet un renouvellement facilité des éléments nécessitant un remplacement. Cette idée permet au bâtiment de prolonger sont efficience au travers du temps. Transformer L’idée de transformer l’espace est liée à la notion d’interactivité. En poussant, tirant, et manipulant l’architecture et les surfaces, on peut ré-agencer son habitation selon ses goûts et la subordonner ainsi à ses besoins. Les occupants peuvent ainsi quotidiennement manipuler l’espace selon leurs habitudes de sommeil, de repas, de travail et de loisir. Il peuvent aussi réagir aux nécessités saisonnières en créant une atmosphère d’intimité et de protection lors de la saison hivernale et en laissant la lumière pénétrer les jours de printemps. Ces transformations sont motivées par le rapport action/réaction de l’architecture à son environnement, qu’il s’agisse de l’environnement intérieur ou de l’environnement extérieur. Contrairement au principe d’adaptabilité, la transformabilité est le fait d’éléments intégrés dans le bâtiment dès sa conception. On note d’ailleurs comme impératif à cette notion la réversibilité de la transformation. Un autre point de différentiation est le rapport aux temporalités. Alors que l’adaptabilité compose avec la durée de vie du bâtiment, la capacité de transformation elle, influe sur les usages au quotidien, permettant de rendre l’environnement adéquat à plusieurs profils de besoins, et améliorant ainsi la qualité de vie et l’appropriation du logement par les habitants. Il s’agit d’une architecture dynamique. Les moyens Stratégies projet p_60 Plan libre: p_38 projets p_62-66-72 Séparation structure/ aménagement p_20 projets p_64-68 Plateau libre p_23 Structure poteau-poutre Structure tolérant surcharge Trame constructive supérieur à 5m a a a Espace non-fini p_40 Façade libre Espace additif p_44 projet p_78 Services libérés Espace indéterminé p_46 projet p_80 Cloisons non-porteuses Espace non-construit p_42 projet p_76 Circulations indépendantes Espace extérieur p_47 ? projet p_74 projet p_82 Open Building p_48 58 Les espaces projets p_70-84 Les outils Espace divisible p_119 projets p_140-164 Mur mobile Espace réversible jour/nuit p_121 projets p_138-142-144 146-148-166-172 Mobilier actif Espace réversible dedans/dehors p_123 projets p_136-152-154 156-158-160-168 Façade transformable Espace accessible p_97 projet p_150 Pièce mobile  Espace déplaçable p_125 projet p_170 Elément interactif Architecture intelligente p_127 projet p_162
    • Architecture digitale Lieux: Montréal Année: 2011 Programme: tour Superficie: // Cadre: 4ème année griffintown explored Lieux: Montréal Année: 2011 Programme: salle de spectacle ARC3614 Architectures Virtuelles: Morphogenèse Numériqu 007 / Vincent Imfeld / TP3 / 02.12.2010 Superficie: 2000 M2 Cadre: 4ème année &RXSH SHUVSHFWLYH $$ GRIFFINTOWN EXPOSED Lieux: MONTREAL Année: 2011 Programme: EXPOSITION Superficie: // Cadre: Fonderie darling &RXSH SHUVSHFWLYH %% marché couvert &RXSH SHUVSHFWLYH && Lieux: // Année: 2010 Programme: centre urbain Superficie: 1200 M2 Cadre: Studio 2ème année &RXSH SHUVSHFWLYH '' centre de danse Lieux: montréal Année: 2011 Programme: centre de danse Superficie: 1500 M2 Cadre: 4ème année VINCENT IMFELD ARCHITECTE 0619378113