• Save
Journal des assises du projet urbain Montpellier 2040
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Journal des assises du projet urbain Montpellier 2040

on

  • 4,636 views

Au terme de trois mois d'ateliers et de rencontres citoyennes dans les quartiers, la Ville de Montpellier a invité les Montpelliérains à participer aux Assises du projet urbain Montpellier ...

Au terme de trois mois d'ateliers et de rencontres citoyennes dans les quartiers, la Ville de Montpellier a invité les Montpelliérains à participer aux Assises du projet urbain Montpellier 2040.
L'équipe conduite par les architectes urbanistes Bernardo Secchi et Paola Viganò, associés au cabinet Mensia Conseil dirigé par Hervé Nadal, économiste, y a présenté le résultat de cette phase de concertation. Sous la responsabilité et avec la participation des représentants de la municipalité, elle a soumis au débat les lignes directrices du projet urbain, avant sa finalisation à l'automne 2013. Ces Assises étaient ouvertes à tous. Animées par Etienne Ballan, sociologue, elles visaient à donner une large place aux échanges afin de permettre l'expression du plus grand nombre.

Statistics

Views

Total Views
4,636
Views on SlideShare
1,624
Embed Views
3,012

Actions

Likes
1
Downloads
0
Comments
0

3 Embeds 3,012

http://montpellier2040.fr 2814
http://www.montpellier2040.fr 196
http://translate.googleusercontent.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Journal des assises du projet urbain Montpellier 2040 Journal des assises du projet urbain Montpellier 2040 Document Transcript

    • MONTPELLIER 2040 > EDITO Depuis plus de 30 ans, montpellier a connu un essor exceptionnel qui l'a hissé au rang de métropole. Si aujourd’hui, cet essor se poursuit avec la même vitalité, les contextes locaux, nationaux et internationaux ont profondément changé. A l’échelle locale, la croissance démographique, les ressources et les réserves foncières qui ont permis l’extension de la ville s’amenuisent. A une autre échelle, les crises économique et financière, le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources, la surexploitation de nos richesses dressent les nouveaux enjeux de notre développement. LA CROISSANCE N'EST PAS UNE FIN EN SOI Extrait de la délibération du Conseil Municipal de Montpellier en date du 1er octobre 2012 adoptée à la majorité des suffrages exprimés (48 pour, 2 contre). L’heure est donc venue de renouveler notre vision et notre stratégie. Telle est l’ambition du projet urbain de Montpellier pour les 30 ans à venir. Tel est le sens de la démarche prospective Montpellier 2040. Ce travail mérite réflexion et débat. Dans cet objectif, la Ville de Montpellier a souhaité bénéficier de regards extérieurs et sans complaisance. A l’issue d’un concours international, le choix de la Ville s’est porté sur l’équipe d’architectes-urbanistes conduite par Paola Viganò et Bernardo Secchi associée au cabinet Mensia. Nous avons également souhaité que cette démarche interroge les Montpelliérains dans le cadre de débats citoyens, de contributions et de confrontation d’idées, car dessiner le futur de notre ville ne doit pas être qu’une affaire de spécialistes. C’est l’affaire de tous. Le Conseil Municipal a exprimé cet objectif et cette méthode par sa délibération du 1er octobre 2012. Lancé le 4 décembre 2012 lors d’une conférence inaugurale, le débat s’est poursuivi durant les mois de février, mars et avril 2013 durant cinq semaines d’ateliers et de rendez-vous dans les quartiers afin que l’ensemble des montpelliérains puisse y prendre part. A mi-parcours de la démarche, les Assises du 7 mai 2013 sont l’occasion de rendre compte de cette phase d’ateliers. Cette publication, réalisée avec l’équipe SecchiVigano-Mensia, en propose un premier aperçu, de premiers enseignements pour guider la suite du projet. « …S’agissant du défi de la croissance démographique, la Ville de Montpellier, fidèle à sa tradition de tolérance et d’ouverture, entend réaffirmer sa fonction d’accueil de populations nouvelles, qu’elles soient d’ici ou d’ailleurs. Elle souhaite valoriser durablement les fruits de cette dynamique, source d’enrichissement et vecteur de créativité. De manière complémentaire, la Ville de Montpellier assumera pleinement son rôle central à l’échelle métropolitaine en veillant, par une intensification de son développement au plus près des transports publics notamment, à contribuer à l’exigence collective d’économie d’espace et d’énergie. Elle entend, par-là, proposer une alternative attractive, accessible et efficace à la périurbanisation généralisée qui menace le grand territoire métropolitain. Pour autant, cette croissance ne doit pas être une fin en soi au risque de mettre en péril les fondements mêmes des qualités qui contribuent au rayonnement montpelliérain. De surcroît, les évolutions démographiques qui s’annoncent à l’échelle nationale et régionale, notamment marquées par une accélération du vieillissement de la population et un moindre apport migratoire, dessinent des tendances lourdes desquelles la Ville de Montpellier ne pourra s’abstraire. Le Maire de Montpellier Dans ce contexte, le débat à venir sur la vision prospective de Montpellier à l’horizon 2040 ne peut se réduire à l’examen d’hypothèses contrastées de croissance démographique. Croissance il y aura. La question posée n’est donc plus tant celle du « combien » mais bien celle du « comment ». Comment anticiper, comment encadrer la croissance urbaine, comment l’inscrire dans le territoire et dans la ville ? C’est cette question du comment qui a vocation à structurer à la fois la réflexion prospective et le débat citoyen. » —2—
    • ASSISES DU MARDI 7 MAI 2013 > DÉCRYPTAGE IMAGINONS ENSEMBLE LA VILLE DE DEMAIN IMAGINER... LA VILLE DE DEMAIN ENSEMBLE... C’est jeter un regard sur le futur ; sur le futur proche et lointain. C’est interroger ses opportunités, évaluer les obstacles qu’il faut surmonter pour le construire à partir d’aujourd’hui. Imaginer ce n’est pas que rêver. L’imagination est alimentée par l’expérience et l’échange, par la connaissance et la recherche scientifique. C’est construire un parcours qui, à partir d’aujourd’hui, nous conduit vers une nouvelle étape du développement de la ville, de son cadre pour y habiter, y travailler, s’y cultiver, s’y déplacer. Et si possible y vivre mieux. C’est construire une génération d’interventions réalistes pour faire évoluer ce cadre urbain, se donner une stratégie, faire des choix, établir des priorités.. Parce que chacun de nous a un imaginaire différent, parfois opposé aux imaginaires des autres, basé souvent sur des préjugés et des intérêts tout à fait légitimes, mais difficiles à composer. Le projet urbain de Montpellier prend appui sur une connaissance de la ville et de son territoire à différentes échelles. Une connaissance détailée, fruit de longues promenades dans les quartiers et de l’écoute de leurs habitants. Une connaissance plus globale et objective, fruit des études conduites par diverses équipes de chercheurs et concepteurs montpelliérains. A ce stade, un premier regard a permis de dégager trois pistes de travail à privilégier : la piste des enjeux environnementaux (la gestion des eaux, de la biodiverbiodiver sité, de l’énergie), celle de la cohésion sociale et celle de la mobilité conçue comme un droit élémentaire de citoyenneté. Ces pistes de travail placent la question des espaces ouverts et des espaces publics au centre de la réflexion sur le futur de la ville et de son territoire. —3— La démarche d’élaboration du projet urbain de Montpellier a donné une grande importance à l’écoute des opinions des citadins: 5 promenades dans différents quartiers, 80 heures de « portes ouvertes » à la Maison de la Démocratie, 5 séminaires avec des experts, des dizaines d’entretiens avec des témoins privilégiés et 5 cafés projet urbain au terme des semaines d’atelier. Au global, plus d'un millier de citoyens se sont déjà impliqués.
    • MONTPELLIER 2040 — MARDI 7 MAI 2013 > RETOUR SUR LES ATELIERS PAR L'ÉQUIPE SECCHI-VIGANÒ-MENSIA 5 TEMPS FORTS, À TRAVERS LES QUARTIERS L’équipe Secchi-Viganò a proposé d'arpenter la ville selon 5 grands secteurs : Centre, Nord, Est, Ouest et Sud. Chacun d’eux a fait l’objet d’un travail approfondi et donné l’occasion aux Montpelliérains d’aller à la rencontre de leur ville. LA MÉTHODE A l’issue d’un concours international, l’équipe Secchi-Vigano Mensia a été chargée par la Ville d’élaborer le projet urbain Montpellier 2040. Ce projet n’est pas le fruit d’un travail mené dans un bureau fermé. Il est le résultat d’un long processus de participation, de consultation et de communication. Nous avons considéré la commande de la municipalité avec précaution et nous avons pensé que la meilleure façon de procéder était d’installer ici, à Montpellier, le lieu de production du projet. Nous avons décidé de déplacer (relocaliser) in situ “la fabrique”. C’est à partir de cela que les 5 Ateliers ont pris sens, chacun étant conçu à la fois comme le lieu et le moment de la production d’un projet collectif. Chaque atelier a débuté par une promenade publique permettant de rencontrer les citoyens et de découvrir certaines parties de la ville avec eux. Chaque projet doit en effet se nourrir de la connaissance de ceux qui pratiquent quotidiennement la ville. Les 5 ateliers se sont concentrés sur 5 parties de la ville et ils ont été à chaque fois l’occasion de développer des questions-clés pour l’avenir de Montpellier. Les 5 ateliers et leurs promenades n’ont pas vocation à être exhaustifs. Ils forment plutôt une série d’approches sensibles de la ville et de ses habitants ; des approches aptes à construire un débat commun et puis une vision commune à l’horizon 2040. ATELIER 1 NORD ATELIER 2 SUD ATELIER 3 CENTRE Changement climatique, transition énergétique: comment bâtir la ville résiliente ? Industrie, agriculture, bureaux, commerces : l’économie et ses espaces dans la ville de demain Centralité, proximité : quelle offre urbaine? Quels modes de ville? Un territoire au menu : le Nord de la ville. De la colline du bois de Montmaur au faubourg Boutonnet, la première promenade publique a permis d’arpenter les espaces du campus montpelliérain, de découvrir le ruisseau du Chambéry et la richesse des parcs privés qui composent un environnement urbain souvent désiré. Elle a révélé également les matériaux que nous percevons comme une “périphérie” propre à Montpellier ; une “périphérie” faite de lotissements et de grands ensembles souvent refermés sur eux-mêmes. Autant d’opportunités pour construire de nouvelles porosités, perméabilités et continuités. A la différence d’autres villes universitaires, le campus montpelliérain présente l’intérêt d’être proche du centre. Il dispose du potentiel pour devenir un ingrédient majeur de la centralité de demain. C’est un lieu stratégique pour la ville ; un lieu à réinvestir. La deuxième promenade a longé le cours du Lantissargues. Départ de l’EAI où l’économie créative et un nouveau cycle urbain vont redonner vie à l’ancien site militaire. Au Mas Drevon, c’est l’économie présentielle qui renforce les lieux de sociabilité comme le marché Tastavin. Une fois (difficilement) T franchi le faisceau ferroviaire, direction le marché-gare, principale infrastructure de la logistique urbaine dans une zone de la Restanque où la ville doit composer avec ses activités économiques. Au-delà de l’ l’A9, autour du Mas de Saporta, c’est la découverte des campagnes urbaines ; de celles qui alimentent la ville. Des Arceaux aux Aubes, entre Verdanson et Ecusson, la troisième promenade a traversé différentes époques d’une ville en transformation permanente. Centre historique, faubourgs, avenues arborées : un paysage perçu comme figé mais que la ville doit sans cesse réinventer. E Et si les vastes espaces publics des Arr rceaux accueillaient de nouveaux fêtes foraines et jeux de tambourin : nostalgie ou modernité ? Et si le Verdanson devenait E une grande promenade publique à travers la ville ? Le Verdanson côté nature, habité par de multiples espèces animales et végétales ; le Verdanson côté béton, déjà investi par les graffeurs qui en font le symbole d’une nouvelle expression urbaine. La ville, son patrimoine évoluent, se transforment. Des lieux de centralité pratiqués par tous mais qui doivent être pensés aussi pour leurs habitants. “S’adapter au changement climatique : c’est prendre en compte la vulnérabilité et non traiter l’aléa, c’est favoriser l’infiltration, le rôle du végétal comme facteur de rafraichissement de la ville…”. “Ne pas rejeter, donner une place à toutes formes d’activités dans la ville.” “Considérer les temps sociaux et les temps de la vie.” (séminaire 1) —4— (Séminaire 2) (Séminaire 3)
    • MONTPELLIER 2040 ATELIER 4 OUEST ATELIER 5 EST Habitat, espace public : quelles conditions pour la production urbaine demain ? mobilité, grand territoire: quelle ville au cœur d’une métropole en mouvement ? La quatrième promenade nous a conduits (sous une pluie battante) de Celleneuve à la Mosson, en passant par le Petit-Bard, la Pergola, le parc Malbosc et la Paillade. La dernière promenade a permis d’aborder les nouvelles échelles de la métropole en transformation. Pour parcourir ces échelles et franchir les limites de la commune en direction de Lattes, nous avons fait le choix du vélo. Au départ de l’hôtel de ville, nouvelle centralité en devenir, nous avons traversé les quartiers de la Rauze puis de la Céreirède au-delà de l’autoroute A9, là où de nouvelles infrastructures routières et ferroviaires vont prendre place. Au cœur de ces vastes chantiers à venir, la Céreirède se décrit comme « le jardin de Montpellier », petit quartier d’agriculture maraichère soumis aux caprices du Lez et de ses débordements. Plus à l’ouest, s’ouvre un autre paysage de plaine inondable : celui de la prairie. Une fois revenus sur les digues du Lez, notre parpar cours révèle le grand paysage du risque. Le chenal de la Lironde, creusé pour accueillir les débordements du Lez en cas de crues exceptionnelles, dessine une grande liaison entre Montpellier et l’étang du Méjean, une composante d’un nouveau “parc de la lagune” à imaginer pour demain. La promenade a emprunté des chemins très anciens, comme les chemins de St Pierre,de la deuxième écluse, du Mas rouge ; des chemins avec lesquels il faudra composer pour relier Montpellier et son parc lagunaire malgré la coupure des infrastructures. Des quartiers marqués par des tensions sociales, une précarisation préoccupante de ses habitants ; une image parpar fois dégradée. Dans ce territoire de la ville, les équipements (collèges, lycées notamment), composent un système de grandes “plaques” urbaines étanches qui mettent les quartiers à distance. Même le parc Malboc peine à relier plutôt qu’à séparer. Malgré ces fractures urbaines, on découvre des valeurs fortes : des quartiers solidaires et des jardins familiaux où l’entreaide demeure une vertu partagée ; un véritable monument naturel : le pli géologique de Montpellier qui se découvre au-dessus de la rivière Mosson souvent méconnue et pourtant magnifique. Le séminaire a souligné combien la question de l’habitat ne peut se réduire à une simple approche quantitative. Habiter, c’est bien plus que se loger. On habite sa ville ou son quartier autant que son logement. C’est donc en termes d’intensités urbaines (qualité de vie, proximité des transports et des services urbains) qu’il faut penser l’offre résidentielle. “L’espace public, colonne vertébrale de la ville et du projet urbain.” (séminaire 4) “Les mobilités ont produit une ville diffuse, une ville-territoire dont les dimensions ont dépassé, depuis longtemps, les limites de Montpellier. Penser la ville de demain ne peut pas s’envisager sans inscrire la réflexion à ces nouvelles échelles.” —5— (séminaire 5)
    • MONTPELLIER 2040 — MARDI 7 MAI 2013 > DÉBAT 3 TRAJECTOIRES POUR SUSCITER LE DÉBAT Ces trajectoires sont une ébauche du travail qui ont servi de base aux discussions et aux travaux menés avec les Montpelliérains. “Ce qu’on suggère, explique l’urbaniste Paola Viganò, c’est que les grandes images de Montpellier, utilisées dans le passé, peuvent être enrichies de contenus nouveaux et capables, encore, de donner des directions, de motiver des projets, d’amener Montpellier dans le futur. Les trois images ou figures de l’avenir que nous présentons ne sont pas en opposition : elles peuvent, au contraire, se rapprocher et renforcer si elles sont traversées par des objectifs communs ” “Montpellier, une ville de plus en plus fragmentée, exposée au risque du repli sur soi.” “Ne pas devenir la chambre d’hôtes de la mondialisation.” MONTPELLIER LA BELLE VIE MONTPELLIER “THE PLACE TO BE” Cette figure revisite une dimension centrale de ce qu’est aujourd’hui Montpellier : une ville de plus en plus fragmentée, exposée au risque du repli sur soi. Montpellier “la surdouée”, et après ? Une ville de l’avant-garde, une ville universitaire et de recherche, une ville de festivals, en perpétuel mouvement, qui se nourrit de flux et assume son statut de ville de mélange mais qui sait mieux en capter la valeur. Montpellier “The place to be” peut devenir une ville exemplaire qui se confronte d’une manière innovante à la crise énergétique et au changement du climat, une ville où les émissions de CO2 serait nulles, qui utiliserait 100% d’énergie renouvelable, qui recyclerait les déchets et qui se recyclerait elle-même. Il ne s’agit pas seulement de faire des éco-quartiers, mais de faire en sorte que toute la ville et son territoire s’imposent comme une référence de la qualité de vie en Europe. Dans une société toujours plus individualisée, cette image se décline plutôt comme “souci de soi”, selon deux versions possibles : la première prend appui sur les inégalités sociales, dont le “souci de soi” est une traduction consumériste (le jardin, la piscine, le bateau, le restaurant sont réservés à ceux qui en ont les moyens); la deuxième version, plus collective, met le bienêtre et la santé de tous au centre des préoccupations. Pour ce qui concerne le projet urbain, elle porte une forte attention aux espaces publics conçus comme les principaux lieux de sociabilité et d’urbanité. De nombreuses villes européennes ciblent le secteur de la santé (recherche et soins) comme un nouveau moteur de développement. Montpellier, qui possède déjà une forte densité d’établissements dans ce domaine, peut devenir une ville de la santé au sens large du terme, qui ne vise pas seulement une population de retraités, mais aussi une population jeune et sportive. Plus globalement, Montpellier “La belle vie” cherche à repenser son modèle originel pour l’infléchir. Elle ne vise pas la rupture radicale avec le modèle hédoniste sur lequel elle s’est construite mais cherche à le prolonger en le réinventant. Elle ne doit plus se rendre dépendante de la seule économie résidentielle. Ce faisant, elle invente et met en œuvre une nouvelle manière d’être ensemble dans la cité, un modèle sociétal plus raisonné, plus collectif, plus sobre, économe et soutenable dans un contexte de crise, voire lui-même producteur de valeur, y compris économique, pour le territoire. —6— “Montpellier, une référence de la qualité de vie en Europe.”
    • MONTPELLIER 2040 MONTPELLIER L'HUMANISTE BERNARDO SECCHI ARCHITECTE - URBANISTE Montpellier peut se revendiquer comme une ville d’accueil et de tolérance. L’étranger n’y est pas l’ennemi caché. Même si l’intégration n’est pas toujours parfaite, même si la ville est souvent clôturée, si les impasses ne communiquent pas entre elles, Montpellier lutte contre les phénomènes d’exclusion. Le “nouveau récit” de Montpellier 2040 sera le moteur du projet urbain. Les trois trajectoires que nous proposons ne sont pas exclusives les unes des autres. Au contraire, combinées entre elles, elles peuvent être autant de facettes de Montpellier 2040, imprimées dans son code génétique et imprégnant les politiques publiques. Accueillir ne se résume pas à construire du logement. Ce qui est important, c’est que les grandes images de Montpellier, utilisées dans le passé, puissent être enrichies de contenus nouveaux et capables de donner des directions, de motiver des projets, d’amener Montpellier dans le futur. Mettre en œuvre une politique d’accueil, une politique “humaniste”, implique une action forte pour améliorer la situation des quartiers en difficulté. Mieux équilibrée sur le plan démographique, Montpellier “l’humaniste” n’est ni la ville qui subit l’évasion des ménages les plus aisés pour ne conserver que les plus modestes, ni la ville de l’entre soi bourgeois qui chasse les ménages de classe moyenne vers la grande périphérie. La ville doit renouveler sa capacité à se rendre accessible à tous. Montpellier ville hédoniste devient la ville de la belle vie. Montpellier la surdouée veut être le meilleur lieu où vivre (the place to be), et Montpellier ville accueillante et tolérante s’affirme comme la ville humaniste. Ainsi, Montpellier 2040 deviendra un véritable un projet de ville. “Des fractures dans la ville, mais des solidarités dans les quartiers” “Montpellier, la ville accessible à tous” —7—
    • MONTPELLIER 2040 — MARDI 7 MAI 2013 > DU RÊVE À LA RÉALITÉ DES PREMIÈRES PISTES POUR GUIDER LE PROJET Les ateliers et la concertation citoyenne ont confronté cet imaginaire au réel, relevant les contrastes de la ville. Pour réaliser ses rêves, Montpellier devra relever de nouveaux défis. Cela passera par un changement de cap : miser sur le recyclage de la ville, son réinvestissement, sa transformation. Cela passera aussi par la capacité à se mobiliser pour atteindre des objectifs réalistes, aujourd’hui formules par l’équipe SecchiViganò-Mensia et enrichis par la contribution des habitants. UNE VILLE LISIBLE ET ACCESSIBLE À TOUS DÉSIRABLE, UNE VILLE SANS VOITURE VERS UNE VILLE À ÉNERGIE POSITIVE LA VILLE MOSAÏQUE > Renouveler les notions de centralité et de proximité. > Adresser l’offre d’équipements des quartiers à toute la ville. > Interroger l’interconnexion entre les lieux > Faire du tramway le vecteur de nouvelles centralités. > Miser sur les transports publics et les mobilités actives (marche à pied, vélo) 30% des déplacements en voiture sont inférieurs à 3 km ! > Amplifier l’offre de transport, > Rendre la ville adaptée aux vélos, accessible à tous. > Permettre le développement de nouvelles formes de fret urbain non polluant. > D’abord economiser l’énergie et produire plus d’énergies renouvelables. > Miser sur la récupération, les échanges gratuits. > S’adapter au changement climatique. > Réduire l’imperméabilisation des sols, favoriser l’infiltration, limiter les ruissellements. > Rafraichir la ville en développant la présence du végétal. > Recycler la ville, c’est aussi recycler l’énergie grise qu’elle contient déjà. > Valoriser la variété des formes d’habitat dans la ville. > Travailler avec la singularité des quartiers. T > Surmonter la fragmentation des tissus urbains. > Investir dans les interstices et à l’intérieur de chaque espace. Avenues, rues, A places, jardins, promenades...l’ensemble de la palette des espaces publics doit contribuer à redonner de la lisibilité à l’espace de la ville. > Requalifier les lieux habités et de penser à nouveau, avec beaucoup d’imagination les typologies d’habitat ou d’activités héritées du passé. CAMPUS, UN NOUVEAU CŒUR DE VILLE ? La place de l’université dans la ville de Montpellier est à redéfinir et à valoriser. Le Campus devra relier ses espaces les uns avec les autres et, surtout, les ouvrir sur la ville. A l’horizon 2040, grâce à la nouvelle ligne de tramway 5 et à la reconquête des espaces publics, le centre-ville pourra s’élargir vers le nord en direction du Campus. Autour de la place de la Voie Domitienne pourra notamment prendre forme un nouvel espace central, doté de services et d’équipements répondant aux besoins de la ville et de l’université. —8—
    • MONTPELLIER 2040 LA VILLE PRODUCTIVE QUELLE(S) VILLE(S) POUR QUEL TERRITOIRE ? > Réinvestir le site militaire de l' E.A.I pour en faire une zone d'économie créative, renforcée par des lieux de sociabilité et de présence permanente. > Injecter de la mixité dans les zones d’activité pour accueillir les nouveaux styles de vie et d'activités. > Promouvoir un modèle économique renouveromouvoir renouve lé qui intègre les fonctions économiques comme une composante vivante de la ville mixte. > Ouvrir la réflexion aux échelles supérieures, tout invitant désormais à penser la ville de Montpellier comme le territoire support d’une économie productive modérément consommatrice d’espace. > Penser le foncier, l’eau et l’énergie comme des ressources limitées, à préserpréser ver en commun > Déterminer le rôle de Montpellier au cœur de la ville-territoire > Reconsidérer les interdépendances entre les villes pour construire de nouvelles solidarités. NOURIR LA VILLE Le marché-gare accueille des productions agro alimentaires de la région. Il est aujourd’hui la plateforme d’échanges entre les producteurs et les marchés de la ville. Et s’il devenait demain le grand marché des Montpelliérains ? —9—
    • MONTPELLIER 2040 — MARDI 7 MAI 2013 > SUPPORT-SURFACE UNE NOUVELLE MATRICE QUI RÉCONCILIE LA VILLE À SON TERRITOIRE LES ÉLÉMENTS NATURELS ET LES LIEUX DE FLUX (AVENUES ET LIGNES DE TRAMWAY) SONT AUTANT DE LIGNES DE FORCE POUR MONTPELLIER QUI ONT STRUCTURÉ SES PAYSAGES ET SON FONCTIONNEMENT URBAIN. DES VASTES PLAQUES URBAINES ET ESPACES NATURELS OU AGRICOLES À MIEUX CONNECTER. PAOLA VIGANÒ ? RECONNECTER LA VILLE À LA PLAINE LAGUNAIRE “La plaine asséchée est, parmi les paysages de la ville, celui le moins valorisé. Territoire de risque (inondation), mais en même temps d’érosion par les constructions et les infrastructures, il nous parait nécessaire de le protéger et de le valoriser , non pas en l’éloignant de la ville, mais en le rapprochant. Territoire de transition, il permet d’apprécier la distance entre Montpellier et la mer et en même temps sa proximité. Les nouvelles infrastructures autoroutières et ferroviaires vont encore morceler ce territoire qui peut être lu comme une grande surface marquée par toutes les traces de l’eau: les canaux, les digues, les drainages, les arbres alignés.... Redécouvrir la plaine asséchée peut introduire en ville un paysage méconnu, mais stratégique dans les transformations de Montpellier et dans sa relation à la mer. Il s’agit de rendre perméable le grand faisceau des infrastructures et de reconnecter ainsi la ville à ce paysage.” DES LIGNES DE CONTINUITÉ DES SURFACES COMME “COMMON SPACE” Les grands éléments naturels qui traversent la ville, les lieux de flux (les avenues et les lignes de tramway) qui structurent les mobilités à l’intérieur de la ville et les relations avec sa proche périphérie, sont autant de lignes de force pour le territoire : ces lignes structurent à la fois le paysage et le fonctionnement urbain. Faire la ville de demain – consolider la ville d’aujourd’hui – autour de ces lignes de force apparaît comme un enjeu à la fois de clarification et de défragmentation de la structure urbaine et de conciliation entre logique de flux et logique de lieux. La ville est aussi occupée par des surfaces plus ou moins vastes, souvent fermées et monofonctionnelles. Qu’il s’agisse des emprises universitaires, de lycées ou collèges, de terrains de sport, de « plaques » d’activités ou de commerciales, le thème qui se pose à l’horizon 2040 est celui de leur réinvestissement. Il s’agit d’imaginer une utilisation plus intense d’espaces utilisés souvent à mi-temps, de profiter des surfaces sous-utilisées et de proposer un mix fonctionnel plus élargi. A l’intérieur des “plaques” il y a aussi des espaces ouverts dont la ville pourrait profiter pour regagner des nouvelles continuités. DES POINTS ET DE NOUVELLES CENTRALITÉS Le projet urbain a pour ambition, avec la stratégie des “points”, de créer de nouvelles centralités, de créer des “clusters” difdif fus sur le territoire ; des “clusters” scolaires et sportifs, des espaces publics de parcs et jardins. Il s’agit d’imaginer des résonnances entre les espaces, avec une mixité de fonctions, pouvant aller jusqu’à la polyvalence des lieux. — 10 — Parmi les grandes surfaces à l’échelle de la ville-territoire, les espaces agricoles, les espaces du risque lié à l’eau, les bois, sont autant d’occasion pour réfléchir sur la continuité entre les différents morceaux de la ville-territoire. Il s’agit d’imaginer une nouvelle structure spatiale qui place Montpellier au cœur de sa nouvelle échelle métropolitaine.
    • MONTPELLIER 2040 — 11 —
    • CALENDRIER : LES 3 TEMPS DE LA DÉMARCHE >1 >2 >3 1 / Letemps des études préalables 2 / Le temps des débats 3 / Le temps de la mise au point Le Conseil Municipal sélectionne 3 équipes : Klouche, Madec et Secchi Viganò. Au terme de 6 mois d’études préalables, chaque équipe propose une orientation et une méthode. 4 décembre 2012 : Conférence inaugurale salle Pétrarque. 18 octobre 2013 : Seconde journée d’Assises au Corum. De février à mai 2013 : 5 semaines d’Ateliers citoyens à la Maison de la Démocratie et dans les quartiers. Décembre 2013 : Adoption du projet urbain par le Conseil Municipal. 1er octobre 2012 : La Ville a retenu l’équipe Secchi Viganò pour élaborer le projet urbain. 7 mai 2013 : Première journée d’Assises au Corum. Coordination : Ville de Montpellier Rédaction : équipe Séqui-Viganò-Mensia Conception graphique : Voix publique Crédits photo : © David Richard – TOMA / © Nanda Gonzague – TOMA / © Julien Goldstein – TOMA / © Stéphanie Frantzen / © Rebecca Marshall — 12 —