Your SlideShare is downloading. ×
Vademecum de l'adhérent soumis à questions
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Vademecum de l'adhérent soumis à questions

190

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
190
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 1 vademecum de l'adhérent soumis aux questions Que répondre aux questions contradictoires que les sceptiques opposent aux adhérents Vercors à Cœur ! En tant qu'adhérents de Vercors à Cœur, vous vous êtes, discutant avec d'autres personnes, retrouvés confrontés à des questions difficiles auxquelles il n'était pas facile de répondre pour éclairer votre opposition au téléphérique. Nous avons essayé d'en faire la recension et d'y apporter les réponses qui nous ont semblé les plus judicieuses. Parcourez-les, vous y trouverez certainement nombre d'entre elles, y compris celles que vous vous posez parfois et qui "vous gênent aux entournures". • Vous êtes contre parce que ça se passe dans votre jardin – Premier angle : L'intérêt individuel n'est pas contraire à l'intérêt collectif. Evidemment les gens concernés directement sont logiquement les premiers à se poser des questions. Souvent ils sont les mieux placés pour réfléchir à la pertinence d'un projet qui a un impact local. Exemple : Les gens qui habitent autour d'une centrale nucléaire sont évidemment les premiers à s'inquiéter de sa dangerosité. Ils vont légitimement se poser des questions qui ne se posent pas à l'habitant lointain. Il est facile de comprendre que leurs interrogations sur la sécurité rendront service aussi à la collectivité. – Second angle : C'est la moindre des choses de se préoccuper de ce qui se passe chez soi (dans son jardin). – Qui d'autres que ceux chez qui ça se passe devraient réagir ? Les choses fonctionneraient mieux si chacun s'occupait de ce qui le
  • 2. 2 concerne directement plutôt que de laisser les autres décider à sa place. • Vous défendez votre intérêt particulier – Parce que vous pensez pas que ce projet sert aussi d'autres intérêts très privés, et discrets ceux-là ? • Vous voulez gardez le plateau pour vous – Le plateau du Vercors continue à s'urbaniser à un rythme soutenu, téléphérique ou pas. Il n'est donc pas fermé aux nouveaux arrivants. Mais si l'on veut conserver au plateau ses qualités qui en font l'attractivité pour ses habitants et ses touristes, il faut garder la maîtrise de l'urbanisation. Sinon le Val de Lans ressemblera bientôt à ces zones mi-habitat mi-commerciales qui prolifèrent autour de Grenoble. • Vous êtes contre l'urbanisation alors que vous en avez profité – On s'excuse d'habiter ici et d'être chez nous. Quand vous vous rendez à l'étranger la moindre des choses est de respecter le pays et ses habitants. Il en va de même ici. Le plateau n'a pas vocation à résoudre les problèmes d'habitat de l'agglomération grenobloise, ce n'est pas un territoire à conquérir. D'ailleurs il ne le peut pas pour des raisons de taille (limite en eau, infrastructures sous-dimensionnées, surfaces cultivables à préserver pour la vie des agriculteurs et producteurs locaux…). • Pas la peine de s'inquiéter, ça n'est pas encore fait ! – Les décisions se prennent aujourd'hui. C'est maintenant qu'il faut dire non. Quand de lourds budgets seront engagés par les uns et les autres, stopper le projet sera impossible car on nous dira : "il ne faut pas gaspiller l'argent déjà dépensé". Un comble ! Le gaspillage déjà réalisé justifiera celui à venir. • C'est le Privé qui va payer – Aucun privé n'acceptera de payer sans l'assurance qu'en cas de déficit d'exploitation la collectivité paiera avec nos impôts. Un Privé n'est pas un sponsor à moins que le Qatar s'en mêle… • 50 millions c'est pas cher – Ça coûtera beaucoup plus. Au minimum 100 millions à cause de la technologie 3S nécessaire pour des raisons de sécurité, de cadencement élevé, de fonctionnement intensif (de très tôt à très tard et
  • 3. 3 toute l'année), d'infrastructures routières. Coût élevé aussi parce que cet objet est un prototype. Jamais on a réalisé un téléphérique grand public fonctionnant tous les jours de l'année sur une distance pareille, et en montagne de surcroît. On ne vous parle même pas des lignes haute tension à traverser ni du problème du chauffage des cabines les quatre mois d'hiver. 30 minutes entre 0°et -10°c'est long pour des personnes vêtues comme des employés de bureau et pas comme des skieurs alpins. Réalisable évidemment, mais à un prix qui sera très élevé. Exemple du centre culture : en 2010 coût prévisionnel des travaux – 2,84 M€ HT en 2013 coût en début de réalisation 5 M€ HT – Pour 2014 à la fin du chantier, on vous laisse la surprise ! • Le téléphérique représente un faible investissement, bien moins qu'une route – Sauf que les routes existent déjà et que cet objet ne peut en aucun cas les remplacer. Son coût vient simplement s'ajouter au coût d'entretien des premières. A moins que l'on supprime routes et réseau de bus pour récupérer de l'argent… A ce propos, sous le téléphérique, devra être réalisé l'équivalent d'une route pour des questions de sécurité. Bien vu non ! • C'est la Région qui va payer – Comme le Privé ne prendra aucun risque, au bout du compte ce sont nos impôts qui combleront le manque à gagner. Nos impôts régionaux, départementaux et communaux via les différentes taxes ponctionnées par ces structures. La Région c'est évidemment nos impôts. D'où croyez-vous que provienne l'argent ? • Ne laissons pas passer cette chance unique – Il n'y a aucune urgence. Si ce projet était valable et rentable, il le serait tout autant dans 5 ans, voire dans 20 ans. "Achetez tout de suite ou on s'en va" phrase typique du marchand de tapis qui veut précipiter votre achat pour qu'on se décide sans réfléchir ; et qu'on évite de se poser les bonnes questions sur l'utilité de notre achat. • On prendra moins sa voiture – On prendrait moins la voiture si on gagnait du temps ! Ce qui se révèle faux dans presque tous les cas de figure. Faites votre calcul. Et de l'argent ! le prix du billet pour un aller-retour pour une personne égalerait peu près un trajet automobile. Quel intérêt pour deux personnes !
  • 4. 4 • Le téléphérique va me garantir rapidité, fréquence et régularité – Il ne sera jamais plus rapide que la voiture, peut-être égal de gare à gare, mais en aura fini avec son trajet dans l'une ou l'autre gare ? Quant à sa régularité elle dépendra de la météo : par grand vent, quand il ne sera pas simplement indisponible, il devra aller au ralenti pour des raisons de sécurité. Embêtant pour vous de ne pas arriver à l'heure non ? • Ce moyen de transport servira aux jeunes – Pas aux très jeunes à coup sûr… Qui acceptera que ses enfants avant 14 ans voyagent seuls sur une aussi grande distance pour aller en ville ? Quant aux autres qui les amènera à la gare et viendra les y chercher ? Vous et votre voiture bien sûr… De plus, peut-on envisager un investissement aussi élevé, même utile, que pour une petite fraction de la population, même sympathique ? • Ça va éviter les bouchons pour ceux qui montent faire du ski – Le skieur moyen, encombrés par son matériel, n'utilisera jamais le téléphérique puisqu'il ne le déposera pas à pied d'œuvre. Et encore, on ne parle pas de ceux qui se déplacent au ski en famille ou entre amis : la grosse majorité. Il faudra y ajouter le désavantage de devoir emprunter plusieurs moyens de transport successifs. Bonjour le coût. Quant aux hypothétiques navettes sillonnant le plateau en toute saison avec une fréquence calée sur le téléphérique… on en rit déjà. • Il y a beaucoup d'accidents sur les routes du Vercors – Faux, les accidents dans le Vercors, rapportée à sa circulation, n'y sont pas en plus grand nombre qu'ailleurs. • Le téléphérique diminuera les bouchons sur Fontaine et Sassenage – Les automobilistes du Vercors représentent une portion ridicule des flux qui convergent vers Fontaine et Sassenage. Si l'on veut diminuer l'engorgement sur ces communes, le plus efficace est de résorber l'énorme flux qui provient du Voironnais et de la vallée de Voreppe. Evidemment devant l'ampleur du problème, les courageux décideurs de l'agglomération préfèrent regarder ailleurs. • Grâce au câble la pollution va diminuer
  • 5. 5 – L'impact sur la pollution sera nulle. Exploiter sur 30 ans et en imaginant un succès massif (1/3 des automobilistes du plateau le préfèrent à leur voiture tous les jours), en co2 on économise l'équivalent de 60 jours de pollution dans l'agglomération. • Vous êtes contre le progrès – Le progrès c'est construire des choses utiles à tous – Le progrès c'est d'éviter le gaspillage de l'argent public à l'heure où les priorités ne seront plus à améliorer le transport pour quelques privilégiés qui ont l'oreille des décideurs. • Le câble c'est l'avenir – Probablement vrai à plein d'endroits. Principalement quand il faut relier des zones à forte densité urbaine sur des distances pas trop longues. Et que le gain de temps est indiscutable. • Si on vous écoutez on en serait encore à l'âge de Pierre – Si on suivait sans réfléchir tous les promoteurs désireux de vendre leur camelote, à l'âge de Pierre on retournerait très vite. • Toujours à critiquer alors que vous ne proposez rien – Notre rôle n'est pas celui des politiques. A eux de proposer des projets intelligents et utiles. Pas des projets dont on voit qu'ils sont l'émanation d'industriels et de bâtisseurs qui n'ont que faire des intérêts des habitants. Nous nous cantonnons à alerter sur le gaspillage d'argent public en refusant des projets allant contre l'intérêt commun. • Normal qu'on soit rattaché à la Métro, tout le monde sur le plateau travaille sur l'agglomération. – Faux. 60% de la population active du plateau travaille sur le plateau. Seulement 40% des gens travaille sur l'agglomération ou plus loin. • Le PLU intercommunal a tout verrouillé … l'urbanisation sera contenue – Faux. Dès lors qu'on aura construit cet axe de transport public, la loi Grenelle 2 nous obligera à urbaniser massivement autour des gares. Elle aura prééminence sur le PLU local. • C'est bien pour les grenoblois qui n'ont pas d'argent – Pour les grenoblois célibataires et sans voiture. Dès qu'on est plus d'un, et a fortiori en famille, on a intérêt à prendre sa voiture. C'est
  • 6. 6 beaucoup moins cher et au moins on n'est pas condamné à se promener autour des gares d'arrivée. Les touristes viennent chez nous pour rayonner partout sur le plateau, pas pour pique-niquer autour d'une gare aussi high tech soit-elle. • C'est bien pour le rayonnement de Grenoble et de la Région – Probablement. Mais pour le rayonnement du plateau du Vercors, on peut en douter. A l'époque du tourisme écologique et durable, poser des pylônes dans un parc naturel en le transformant en LunaPark, sera préjudiciable à l'image du plateau. • C'est bien pour le tourisme sur le plateau – Les touristes viennent dans le Vercors pour ses spécificités : un espace naturel protégé encore vivant grâce à ses agriculteurs, ses producteurs bio, ses travailleurs du bois… toutes personnes qui construisent son authenticité. Ils ne viennent pas pour ici se retrouver dans une zone dortoir, fut-elle haut de gamme, identiques à celles qu'ils viennent de quitter.

×