Your SlideShare is downloading. ×
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Epidémiologie et dépistage du cancer colo rectal

6,309

Published on

mars 2012

mars 2012

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
6,309
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
34
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Epidémiologie et dépistage du cancer colorectal Céline MONTUCLARD (CHU DIJON)
  • 2.  Maladie fréquente :  40500 nouveaux cas en 2011  Risque cumulé 0–74 ans : 1 / 25 français  Âge moyen au diagnostic Prostate  70 ( H ) 73 ( F ) Sein  Sexe ratio : 1,5 Côlon rectum Poumon ORL Lymphome Vessie Rein Mélanome Pancreas 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 70000 Source : Francim/Hospices civils de Lyon / INCa/Inserm/InVS 2011
  • 3.  Maladie grave  17 500 décès en 2011  2ème cause de mortalité par cancer  Âge médian au décès  75 ( H ) 80 ( F ) Source : Francim/Hospices civils de Lyon /INCa/Inserm/InVS 2011 Guérison si diagnostic précoce Survie relative à 5 ans globale 60 % Stade 1 95% Stade 2 80% Stade 3 60% Stade 4 2%
  • 4. Incidence dans le monde en 2008 ( taux pour 100 000 habitants)
  • 5. Evolution de l’incidence de 1980 à 2005 selon le sexe en France +2% + 0,3 %Valeur en pointillée : dernière projection disponibleSources : période 1980 à 1985 Belot A, 20081 ; période 1990 à 2011 HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm, 20112Traitement : INCa 2011
  • 6. Taux d’incidence pour 100 000 habitants par période de diagnostic et par localisation 20 28% Côlon droit 20 Côlon 7% 28% Côlon droit descendant Côlon 15 15 7% ++12 % 12 % descendant + 10 % + 10 % 10 10 +6% 5 +6% 5 +6% 0 0 76-80 81-85 86-90 91-95 96-00 01-05 76-80 81-85 86-90 91-95 96-00 01-05 20 26% Sigmoïde 20 38 % Rectum- JRS 26% Sigmoïde 15 NS 15 NS -3% 10 10 5 5 -2% - 5 %% -5 0 0 76-80 81-85 86-90 91-95 96-00 01-05 76-80 81-85 86-90 91-95 96-00 01-05 Chauvenet et al. BMC cancer 2011
  • 7. Évolution de la mortalité selon le sexe et la période de diagnosticValeur en pointillée : dernière projection disponibleSources : période 1980 à 1985 Belot A, 20081 ; période 1990 à 2011 HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm, 20112Traitement : INCa 2011
  • 8. Evolution de la survie relative à 5 ansSurvie relative à 5 ans (%) 100 90 80 60 % 70 60 50 34 % 40 30 20 10 0 1976-80 1981-85 1986-90 1991-95 1996-00 2001-05 Période de diagnostic Chauvenet et al, 2009 EJC
  • 9. Différents niveaux de risque Sujets à risque élevé Sujets à risque très élevéATCD personnel ou familial = formes familialesd’adénome ou de cancer, Syndrome HNPCC PAFMICI 2à3% 1% 15 à 20 % 79 % Sujets à risque moyen H et F > 50 ans, sans ATCD significatif
  • 10. Taux d’incidence spécifique par âge et par sexe 250 taux spécifique Hommes 200 Femmes 150 100 50 0 âgePersonnes > 50 ans = 90% des nouveaux cas estimés en 2011 Sources : HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm, 2011
  • 11. Histoire naturelleAdénome Adénome >1 cm Cancer > 10 ans1 000 100 25
  • 12. Dépistage de masse organisé Justification : maladie fréquente , grave ,précédée par une tumeur bénigne et curable si diagnostiquée tôt Test simple, acceptable, sans danger, peu coûteux, efficace 16 millions de personnes en France Stratégie en 2 temps :  recherche saignement occulte dans les selles = TEST DE SELECTION  Si positif : coloscopie totale
  • 13. Test au gaïac : Hemoccult II
  • 14. Effet du dépistage par la recherche d’un saignement occulte dans les selles sur la mortalité RECUL EN DIMINUTION DIMINUTION CHEZ ANNEES GLOBALE LES PARTICIPANTSFunen 10 18 % 33 %(Danemark)Nottingham 6.7 15 % 39 %(Angleterre)Bourgogne 11 16 % 33 %(France)Minnesota 13 Non extrapolable à la population 32 % générale ( volontaires)
  • 15. Participation aux campagnes de dépistage et taux de positivitéCampagnes 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6èmepopulation 45642 43852 41404 38887 37502 34623participation 53 % 54 % 57 % 58 % 56 % 54 %Taux de 2,1 % 1,3 % 1,5% 1,2 % 1,3 % 1,4 %positivité Faivre et al, Gastroenterology 2004
  • 16. Retombées en santé publique •EN EUROPE- Inscription du dépistage du cancer colorectal dans le codeeuropéen contre le cancer- Recommandations des experts cancérologues de l’UE puisde la Commission européenne •EN FRANCE- Dépistage organisé tous les 2 ans, des patients des deuxsexes, âgés de 50 à 74 ans, sans antécédents et asymptomatiques- Cahier des charges- Mise en place progressive d’une politique nationale généraliséedepuis 2009
  • 17. Tests Immunologiques Plus sensibles Utilisation d’anticorps monoclonaux ou polyclonaux, spécifiques de la partie globine de l’hémoglobine humaine Lecture automatisée quantitative Automates mesurant la concentration d’ hémoglobine par millilitre de solution tampon avec seuils de positivité ajustables 3 tests : OC Sensor , FOB Gold et Magstream non comparables directement:  Méthodologie identique pour OC Sensor et FOB Gold : seuils de 150 ng/ml et 176 ng/ml respectivement similaires  Technique immunologique différente pour Magstream: seuil de 20 ng/ml comparable aux seuils de 150 ng/ml et 176 ng/ml
  • 18. Tests immunologiquesOC – Sensor FOB Gold Magstream Eiken Beckman Fujirebio Coulter
  • 19. Etude IGOR : Taux de positivité - Réalisation concomitante test Hémoccult sur 3 selles consécutives et 1 test immunologique à lecture automatisée sur 2 selles consécutives - Seuil positivité : OC Sensor (150ng/ml) FOB-Gold (176ng/mL) Magstream (20ng/mL) Hem OC Sensor Hem FOB-Gold Hem Magstream N = 33 691 N= 33 215 N = 19 244Nombre de 560 1260 723 1655 443 892positifsTaux de 1,7 % 3,7 % 2,2% 5,2% 2,3 % 4,6 %positivitéRatio positivité 2,2 2,4 2,0Coloscopie 94% 94% 92% 92% 91% 90% Faivre et al , 2012 ( sous presse)
  • 20. Etude IGOR : Taux de détection Hem OC Sensor Hem FOB-Gold Hem MagstreamCANCERTaux ‰ 1,1 ‰ 2,8 ‰ 1,5‰ 2,9‰ 1,1‰ 2,5‰Ratio 2,5 1,9 2,3ADENOMESAVANCESTaux ‰ 3,0‰ 12,0‰ 2,7‰ 9,8‰ 3,4‰ 10,8‰Ratio 4,0 3,2 3,6 Faivre et al , 2012 ( sous presse)
  • 21. Effet du seuil de positivité et du nombre de prélèvements : OC Sensor Seuil de Taux de Taux de Lésions manquées positivité positivité coloscopies en ng/ml ADENOMES CANCER AVANCESOC SENSOR150 ( 2 selles ) 3,7 % référence référence250 ( 2 selles ) 2.6 % - 30 % + 24 % + 12 %300 ( 2 selles ) 2,3 % - 37 % +28 % +17 %150 ( 1 selle ) 2,5 % - 34 % +26 % +17 %300 ( 1 selle ) 1,5 % - 59 % +50 % +36 % Faivre et al , 2012 ( sous presse)
  • 22. Conclusion Les caractéristiques épidémiologiques du cancer colorectal ont conduit à la mise en place d’une politique de dépistage généralisée organisée au niveau national. Il est bien établi que la recherche d’un saignement occulte dans les selles permet de diminuer la mortalité par cancer colorectal. Les tests immunologiques sont supérieurs au test au gaïac pour la détection des cancers et des adénomes avancés , quel que soit le seuil de positivité, au prix d’une augmentation du nombre de coloscopies de dépistage. Le remplacement du test Hemoccult® par les tests immunologiques est prévu début 2013 selon la conférence de presse donnée par la secrétaire d’Etat à la santé le 1er mars 2012.
  • 23. Population à risque élevé Risque de cancer colorectal Taux cumulé ( 0 - 74 ans )Population générale 4%2 parents atteints 20%1 parent atteint < 45 ans 20%1 parent atteint 45-60 ans 10%1 parent atteint > 60 ans 6% J Med Screening 2000
  • 24. Le dépistage par coloscopie est justifié :• A partir de 40 ans lorsque : 2 parents sont atteints 1 parent est atteint < 45 ans• A partir de 45 ans lorsque : 1 parent est atteint entre 45 et 60 ans
  • 25. Alimentation et séquence adénome cancer Muqueuse normale Favorisant Protecteur féculents charcuteries viandes abats maigres tabac Petit adénome charcuteries féculents abats alcool Gros adénome calories act. physique féculents, légumes abats Cancer charcuterie, graisses Am J Epidemiol 1995 Br J Cancer 1996 Gastroenterology 1995 Nutr Cancer 1996 Europ J Cancer Prev 2000 Nutr Cancer 2002

×