Enfévrierau théâtre La Coupoleà Saint-Louis

la nostalgie de l’avenir
compagnie défilé

THéâtre

CAT bmar.01.0220:30
D’a...
©Serge Gutwirth
©Serge Guthwirth

semianyki-la familletheatrsemianyki
CAT bmer.05.0220:30
cirque
Quartier Libres Producti...
CAT cmar.11.0219:30

©F.Iovino

THéâtre
D’après le conte d’ Hans Christian Andersen
Adaptation et mise en scène : Florenc...
Chorégraphie : Thierry Malandain
Ballet néo-classique avec 18 danseurs
Magifique est une suite des plus célèbres morceaux ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Dossier de presse février 2014 Théâtre La Coupole Saint-Louis

205

Published on

Programme Février 2014 Théâtre La Coupole Saint-Louis

Published in: Entertainment & Humor
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
205
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Dossier de presse février 2014 Théâtre La Coupole Saint-Louis"

  1. 1. Enfévrierau théâtre La Coupoleà Saint-Louis la nostalgie de l’avenir compagnie défilé THéâtre CAT bmar.01.0220:30 D’après La Mouette d’Anton Tchekhov Adaptation et mise en scène de Myriam Saduis Avec Soufian El Boubsi, Fabrice Dupuy, Florence Hebbelynck, Aline Mahaux, Pierre Verplancken, Tessa Volkine Spectacle accueilli dans le cadre de la tournée des Régionales 2013/2014. Myriam Saduis offre sa perception de La Mouette et crée un spectacle captivant, intense, drôle parfois. Les six personnages évoluent dans un décor sobre aux parois translucides. La musique, la danse et la vidéo s’associent au jeu des comédiens. Une proposition intelligente et sensible pour relire Tchekhov. Biographie. De Myriam Saduis Myriam Saduis, metteur en scène, de nationalité française, vit à Bruxelles. Elle a commencé le théâtre en faisant des stages au Théâtre du Soleil, avec Ariane Mnouchkine, rencontre qui sera déterminante pour elle. Elle étudie ensuite le théâtre à l’INSAS, à Bruxelles, travaille en tant qu’actrice pendant plusieurs années, puis se tourne vers la mise en scène. Parallèlement à sa pratique artistique, elle a travaillé quinze ans en milieu psychiatrique où elle a mené des ateliers théâtre avec des personnes en difficulté. Elle est également formée à la clinique psychanalytique. En 2000, elle réalise une première petite forme, Enorme Changement de dernière minute d'après des nouvelles de l'auteur américaine, Grace Paley. En 2004, Ingmar Bergman lui accorde les droits d’adapter au théâtre Une affaire d’âme un scénario de lui, resté inédit.(Editions Cahiers du Cinéma, traduction V. Fournier) Créé en 2008, au Théâtre Océan Nord, cette mise en scène constitue la première création théâtrale de ce récit de Bergman. Affaire d’âme reçoit le prix « Découverte de l’année » aux Prix de la critique 2009. En janvier 2012, elle crée La nostalgie de l'avenir d'après La Mouette de Tchekhov, dont elle signe l'adaptation et la mise en scène. Sélectionné au Théâtre des Doms - Festival d'Avignon 2012, La nostalgie de l'avenir reçoit un magnifique accueil public et critique. La spectacle a été primé deux fois aux Prix de la critique Belge 2012 : Prix du Meilleur Espoir Féminin pour Aline Mahaux, et Prix de la Meilleure Mise en scène pour Myriam Saduis. Kostia est un jeune homme d’aujourd’hui. Ecrivain, il garde tout dans son ordinateur, ses notes, son journal, des vidéos… La pièce commence par la fin : son suicide, et le temps remonte. Autour de son portable, ses proches commencent un travail de mémoire et cherchent à comprendre. On plonge au cœur d’une famille décomposée, centrée autour de cette mère avec qui il entretient une relation tourmentée. Entre art, amours, désirs, mensonges et trahisons, La Nostalgie de l’avenir décrit une lutte artistique intimement liée à un conflit familial. 1
  2. 2. ©Serge Gutwirth ©Serge Guthwirth semianyki-la familletheatrsemianyki CAT bmer.05.0220:30 cirque Quartier Libres Productions rth Scénographe :Boris Petrushanskiy rth AvecOlga Eliseeva, Alexandre Gurasov, Marina Makhaeva, KasyanRyvkin, Elena Sadkova, YuliaSergeeva Sans prononcer un mot, ces clowns débridés à l’humour corrosif nous entrainent dans leur bouffonnerie. Cette troupe russe nous livre une saga familiale désopilante, parfois cruelle, avec poésie, sensibilité et tendresse. Originaire de Saint-Pétersbourg, le TeatrSemianyki est composé des six comédiens fondateurs du spectacle éponyme. Ces artistes sont issus de la première promotion de l’École de Théâtre et Mime fondée par le célèbre TeatrLicedei. Tout premier théâtre de clowns russes, le spectacle Semianyki est leur création de fin d’étude en 2003. À l’origine une cascade de sketchs, une « famille » qui naît devant les rires et les larmes de pur bonheur de leurs amis, leurs familles, et des spectateurs du Chaplin Club à Saint-Petersbourg, théâtre où les Licedei jouent et présentent leurs élèves chaque soir. « Semianyki » devient bien vite un spectacle à part entière connaissant un succès grandissant particulièrement au Festival d’Avignon en 2005, le spectacle triomphe dans toute la France et à l’international. En 2011, Semianyki the Family s’est joué à guichet fermé au Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées à Paris pour 51 représentations. ©DR Semianyki raconte les déboires d’une famille complètement déjantée qui tente de joindre les deux bouts dans un pays en crise. Nous assistons à un combat pour le pouvoir domestique entre le père alcoolique et bipolaire qui menace de partir, la mère enceinte menaçant d’accoucher et 4 marmots qui cherchent leurs limites et se poussent dans leurs retranchements. Dans cette lutte drôle et délirante, ils survivent au chaos et la vie continue ! ©DR Le stoïque soldat de plomb Compagnie de L’oiseau-Mouche 2
  3. 3. CAT cmar.11.0219:30 ©F.Iovino THéâtre D’après le conte d’ Hans Christian Andersen Adaptation et mise en scène : Florence Lavaud Avec Martial Bourlart, Florian Caron, Thierry Dupont A partir de 9 ans Création en janvier 2014 Spectacle accueilli dans le cadre duFestival Momix 2014 Pour la seconde année, le théâtre La Coupole participe au festival international jeune public Momix. La création de Florence Lavaud sera programmée pour une représentation scolaire et une familiale. La metteure en scène a choisi de travailler avec la compagnie L’Oiseau-Mouche et de s’inspirer du conte Le petit soldat de plomb d’Andersen pour nous parler de la différence. Note du metteur en scène Florence Lavaud « Stéphane Frimat m’a conviée, un jour, à diriger un stage avec des comédiens de l’Oiseau-Mouche. Parmi ces comédiens j’ai rencontré Martial. Quand, quelques temps après, Stéphane m’a proposé de mettre en scène un spectacle jeune public avec des comédiens de l’Oiseau-Mouche, j’ai tout naturellement eu envie de partir de ce point de départ… de cette rencontre avec Martial. Martial est comédien dans la Compagnie de l’Oiseau-Mouche depuis plus de 15 ans. Il a une énergie créatrice étonnante, une envie débordante de donner, de ne rien retenir... Il vit le plateau comme s’il s’agissait d’une dernière représentation, la dernière représentation… J’ai passé quelques jours seule avec lui. Nous avons parlé de théâtre, de rôle, d’enfance, d’histoire... Quelle « histoire » - outrame, ou instant de vie - Martial aimerait voir portée au théâtre? Martial a envie de parler de différence, de regard de l’autre … Thèmes qui me sont chers aussi, nous avons lu des histoires, des contes, parlé de la vie…de nos envies… Alors voilà… c’est le début de l’histoire… » Extrait du Conte Le stoïque soldat de plomb d’Andersen. « …Il y avait une fois vingt-cinq soldats de plomb, tous frères, tous nés d'une vieille cuillère de plomb. L'arme au bras, la tête droite, leur uniforme rouge et bleu n'était pas mal du tout. La première parole qu'ils entendirent en ce monde, lorsqu'on souleva le couvercle de la boîte fut : des soldats de plomb! Et c'est un petit garçon qui poussa ce cri en tapant des mains. Il les avait reçus en cadeau pour son anniversaire et tout de suite, il les aligna sur la table. Les soldats se ressemblaient exactement, un seul était un peu différent, il n'avait qu'une jambe, ayant été fondu le dernier quand il ne restait plus assez de plomb. Il se tenait cependant sur son unique jambe aussi fermement que les autres et c'est à lui, justement, qu'arriva cette singulière histoire… » MAgifiquetchaikovski suitesmalandain ballet biarritz CAT amar.18.0220:30 danse Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski 3
  4. 4. Chorégraphie : Thierry Malandain Ballet néo-classique avec 18 danseurs Magifique est une suite des plus célèbres morceaux de Tchaïkovski : La Belle au bois dormant, Le Lac des Cygnes et Casse-Noisette. Le chorégraphe, Thierry Malandain, puise dans ses souvenirs personnels, bercés par la musique du compositeur, pour en donner une interprétation enjouée et poétique. Note de thierrymalandain « Pour tenter d'éterniser l'enfance, l'intention fut de mêler aux souvenirs, aux impressions musicales, aux nuances de sentiments, des réminiscences des ballets de Tchaïkovski. Car c'est à l'âge où la vie s'invente qu'il m'a été donné de les découvrir. Tout y était : la joie, la tristesse, la mélancolie. Il y avait aussi des princesses, des princes, des fées, des palais enchantés et des forêts effrayantes au milieu desquelles des êtres maléfiques commettaient des choses encore plus sombres. (…) Puisque tout spectacle se nourrit d'expériences en même temps qu'il invente, celui-ci vaguement "kamikaze", privilégie la spontanéité de la création. Il se présente aussi comme un tiret entre le passé et le présent, comme un trait d'union entre le réel et l'imaginaire. Dans un décor au pays de nulle part, il pourrait s'agir d'un conte où le héros et sa part d'enfance traversent une série d'épreuves, parcourent des contrées gardées par des ombres magnifiées. Point de talisman, d'objet magique, sinon des miroirs capables de révéler la danse ou les souhaits les plus profonds. Point de morale non plus. Mais n'hésitez pas à en inventer une, car il s'agit aussi d'un spectacle où chacun peut se souvenir de sa propre histoire, afin de soutenir ce qu'il voit, ce qu'il imagine. Enfin, lui cherchant un titre, je me suis souvenu qu'enfant, je qualifiais mes émerveillements de "Magifique". Magnifique sans "n" parce que la haine divise, et que ce mot inventé, ce court-circuit du langage, convient aux intentions de cette création : produire de la magie ou encore recycler la matière brute de la vie en formes expressives et poétiques. Mais, il s'intitule aussi "Tchaïkovski Suites", pour en avoir dans les idées. (…)» Le chorégraphe propose des formes épurées, des duos, des chorégraphies d’ensemble, joue avec la symbolique classique, intégrant à sa scénographie barres et miroirs. Ce spectacle est un trait d’union entre le réel et l’imaginaire où les danseurs font preuve d’humour et de folie. Une œuvre intime pour redécouvrir les plus belles partitions de la musique classique avec amusement et magie. ©Olivier Houeix ©Olivier Houeix C0NTACT 4

×