Uploaded on

Plus d'infos: www.uvcw.be …

Plus d'infos: www.uvcw.be
Nommé par le Gouvernement régional sur avis du Conseil des ministres fédéral, le gouverneur de province est avant tout un commissaire de ces deux exécutifs. A ce titre et en vertu de diverses dispositions légales, il exerce des compétences tant régionales que fédérales. A n’en pas douter, le gouverneur tient donc une place importante dans une série de matières essentielles pour les communes.

More in: News & Politics
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
276
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Gouverneurs de province Cet article est la version courte d’un article plus complet que le lecteur trouvera sur le site internet de l’UVCW. Il pourra y parcourir l’entièreté des entrevues avec les cinq gouverneurs de province. Gouverneurs de province : RENCONTRES ALAIN DEPRET SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Nommé par le Gouvernement régional sur avis du Conseil des ministres fédéral, le gouverneur de province est avant tout un commissaire de ces deux exécutifs. A ce titre et en vertu de diverses dispositions légales, il exerce des compétences tant régionales que fédérales. A n’en pas douter, le gouverneur tient donc une place importante dans une série de matières essentielles pour les communes. A INSI, IL SE VOIT notamment Quelle sera la place donnée aux gouver- confier des missions visant à assu- neurs dans la réforme des services d’in- rer l’exécution et l’application d’un cendie, les bourgmestres travaillent-ils en ensemble de tâches très variées: étroite collaboration avec les gouverneurs sécurité civile et plans d’urgence, sécurité lorsqu’il s’agit de la sécurité du territoire, policière et ordre public, tutelle adminis- quelle vision ont les gouverneurs des ins- trative spécifique sur le fonctionnement titutions locales qui leur sont proches  ? de la police locale, services incendie, Autant de questions qui ont ici été posées traitement des dossiers en matière de à Michel Foret, Gouverneur de la Province calamités. de Liège, Denis Mathen, Gouverneur de la Enfin, c’est dans ce qui résulte de l’autorité Province de Namur, Claude Durieux, Gou- morale de la fonction qu’il faut trouver un verneur de la Province du Hainaut, Marie- rôle important au gouverneur. A ce titre, José Laloy, Gouverneure de la Province du il est un relais entre de multiples institu- Brabant wallon et Bernard Caprasse, Gou- tions publiques. A l’aube de la réforme de verneur de la Province du Luxembourg. notre pays, le Mouvement communal veut Un tour d’horizon complet pour un avenir ici rappeler aux mandataires locaux com- local qui compte également avec le repré-© belpress. com bien il est essentiel de connaître le rôle que sentant de l’Etat dans sa province, ainsi prend le gouverneur provincial dans le jeu revêtu de la qualité d’officier de police institutionnel wallon. administrative. 14 MOUVEMEN COMMUNAL N°86 DÉCEMBRE 2011 14 MOUVEMENT COMMUNAL N°863 DÉCEMBRE 2011 MOUVEMENT COMMUNAL N°863 DÉCEMBRE 01 VEM EME CEM 11
  • 2. DOSSIER MICHEL FORET, GOUVERNEUR DE LA PROVINCE DE LIÈGE « Le gouverneur est au carrefour des institutions »Pouvez-vous nous dresser, en préambule, s’agit de la coordination de la sécurité, du Comment se concrétise la coordinationun rapide portrait de votre province ? maintien de l’ordre sur le territoire de la sécuritaire en Province de Liège ?La Province de Liège comporte 84 com- province. Mon rôle est d’être aux côtés des poli-munes, 20 services de police, 20 zones Votre tutelle émane à la fois du fédéral et ciers, des pompiers, des médecins et desde police et 25 services d’incendie pour du régional. Comment faites-vous pour militaires. De les aider en vérifiant qu’ilsune population d’un million cent mille concilier des intérêts qui peuvent parfois appliquent la loi, mais aussi de faire enhabitants et un peu moins de 4000 km2. être contradictoires ? sorte qu’ils travaillent ensemble, queCe sont des services d’incendie de tailles Pour moi, elles sont plutôt complémen- chaque corps ait la volonté de travailleret de formes très différentes. Nous admi- taires. Le seul problème, c’est que les avec ses voisins. Depuis le début de monnistrons deux régimes linguistiques par délais ne sont pas les mêmes et que, par- mandat, j’ai, en cette matière, privilégiéla présence de la Communauté germa- fois, le temps mis pour répondre à l’exer- le contact. Je réunis régulièrement lesnophone sur le territoire liégeois. Nous cice d’une tutelle défavorise l’exercice interlocuteurs parce que le succès d’unesommes donc la province qui comporte le de l’autre. Pour moi, nous ne contrôlons intervention en situation de catastropheplus de communes, avec cette particularité pas la même chose dans les deux cas. Au passe d’abord et avant tout par le fait quelinguistique en plus, ce qui rend parfois les niveau fédéral, il s’agit d’un contrôle de les gens se connaissent entre eux, pardossiers complexes. conformité à la loi sur la police intégrée et rapport aux approches méthodologiquesPouvez-vous rappeler à nos lecteurs ses arrêtés d’exécution. A la Région, il s’agit qui sont les leurs. Il faut donc constituercomment s’exerce la multiplicité de votre plutôt de l’intérêt général et régional. des plans d’urgence, il faut désigner desfonction ?Je voudrais rappeler aux lecteurs que lafonction de gouverneur est aussi unefonction de service et que, pour ma part,j’essaie de l’accomplir en étant plus parti-culièrement au centre de la province queje représente, de ses entreprises, qu’ellessoient économiques ou culturelles. J’ai lachance d’être au carrefour des institutionset donc de pouvoir, peut-être plus qued’autres, servir de facilitateur et de média-teur. Le premier axe de notre fonction, c’estle rôle protocolaire, celui qui fait que legouverneur est le représentant du roi surle territoire de la province. A ce titre, il pré-side la réception des visites royales et pré-sidentielles, des personnalités importantes,des ambassadeurs… C’est une tâche dont ilne faut pas sous-estimer l’importance caril y a un rôle d’intermédiation essentiel. Ledeuxième axe concerne, en tant que com-missaire du Gouvernement, le contrôle dela légalité, l’interface par rapport aux autresniveaux de pouvoirs. Ce rôle de tutelle, jele conçois comme l’opportunité d’être auxcôtés des communes en les aidant à régler © belpress. comdes problèmes qui concernent parfois plu-sieurs niveaux de pouvoir. Enfin, le dernieraxe comporte sa dose de responsabilités. Il DÉCEMBRE 2011 N°863 MOUVEMENT COMMUNAL 15
  • 3. Gouverneurs de province organes. Il est essentiel de voir les gens amener les bourgmestres à rédiger leur plus. Complémentairement à cela, les travailler ensemble. Dans la fonction plan d’urgence ou à les sensibiliser à l’or- approches se sont heureusement mieux de gouverneur, nous essayons d’être ganisation d’exercices. Je comprends qu’il organisées. En ce sens, la réforme des proactifs et d’anticiper les problèmes. Il soit difficile, dans une commune de 3000 polices a, pour moi, été un réel succès. y a une action de coordination qui est là ou 4000 habitants, de désigner un fonction- En tant que gouverneur de province, je essentielle. naire qui va s’occuper de la planification dois ainsi, par exemple, réunir ce que l’on En matière de catastrophe à Liège, vous d’urgence, avec des responsabilités très appelle la concertation provinciale de avez été servis ces dernières années… Je réelles, qu’il ne faut pas sous-estimer. Mon sécurité. De la même manière, je réunis suppose que vous avez beaucoup appris rôle est d’encourager ceux qui peuvent le tous les trois mois la commission provin- de ces divers événements ? plus, mais aussi d’être aux côtés de ceux ciale de la prévention de la criminalité. Le De chacun de ces événements, nous avons qui ont le plus de difficultés à avancer en rôle des gouverneurs est alors d’éviter le tiré des enseignements différents car un leur apportant mes services. Tout cela en cloisonnement que l’on pouvait connaître cas n’est pas l’autre. Nous essayons donc s’assurant d’une indispensable égalité de auparavant en matière policière. de réinjecter tous les acquis dans le méca- traitements pour tous les habitants de la En conclusion, si vous aviez un message à nisme pour progresser. Cela me réjouit de province. faire passer auprès des mandataires via voir qu’on a le souci, au niveau régional et Quel est l’avenir de la sécurité en Wallo- le Mouvement communal, quel serait-il ? fédéral, de procéder à des retours d’expé- nie, selon vous ? J’ai eu la chance d’être pendant 20 ans riences généralisés. Aujourd’hui, en région Toutes les matières de sécurité ont pris, mandataire communal. J’en ai gardé, à titre de Liège, nous avons des plans dans toutes aux cours de ces dernières années, une personnel, un excellent souvenir. J’y ai vu à les communes, dans toutes les entreprises, importance accrue. Des problèmes nou- la fois la grandeur et la limite de la fonction devant tous les risques majeurs que l’on veaux sont aussi apparus: la cyber cri- des uns et des autres. J’ai conservé le plus pourrait rencontrer. minalité, la violence intraconjuguale, grand respect pour les missions que les Pensez-vous que les bourgmestres soient les matières qui touchent à la sécurité mandataires locaux exercent parce que ce conscients de leurs responsabilités en routière, les problèmes relatifs à tous sont des missions de très grande proximité cette matière ? les désagréments environnementaux... et d’un intérêt essentiel. Je ne puis qu’en- Une grande majorité d’entre eux, oui… Face à cette augmentation de pro- courager tous ces mandataires à créer des Certains autres, pas suffisamment encore. blèmes, je constate que les services de vocations parce qu’il faut accompagner la C’est parfois aux forceps qu’il a fallu police se professionnalisent de plus en volonté citoyenne de participation. DENIS MATHEN, GOUVERNEUR DE LA PROVINCE DE NAMUR « La complémentarité© belpress. com et l’interaction entre pompiers volontaires et professionnels doivent être renforcées » Comment évaluez-vous les procédures éva convient aujourd’hui de confirmer et de d’urgence en ca de grandes catastrophes cas conforter la position essentielle des centres E en Wallonie ? En êtes vous satisfait ? d’appel 100 et101. La mise en place effec- Les pr procédures qui existent ont tive des centres unifiés 112 constitue à ce été testées et approuvées, par niveau une priorité opérationnelle incon- ex exemple en ce qui concerne tournable. Pour ce qui concerne la Wallo- la mise en alerte. Mais il nie plus spécifiquement, la collaboration 16 MOUVEMEN COMMUNAL N°86 DÉCEMBRE 2011 16 MOUVEMENT COMMUNAL N°863 DÉCEMBRE 2011 MOUVEMENT COM UNAL N°863 DÉCEMBRE 01 OUV OMM DÉC 11
  • 4. DOSSIERentre les centres de crise de la filière dite peuvent être eux-mêmes acteurs de leur aux côtés des autorités judiciaires etfédérale et le centre de crise régional est propre sécurité en adoptant les comporte- d’autres parties prenantes en fonctionencore à travailler et à encadrer par des ments adéquats. des assemblées concernées et des ordresprocédures ad hoc. Le centre de crise Le gouverneur de province intervient du jour des réunions. Ainsi, la concerta-régional a un rôle d’expertise à jouer lors également en matière de sécurité poli- tion provinciale de sécurité vise à stimulerde crises. Il doit être un réel support pour cière, et ce à plusieurs niveaux. Comment les conseils zonaux de sécurité. Ce forumles autorités communales, notamment. gérez-vous cette complexité ? étant également un organe de consulta-Il y aura sans doute de grands défis sécu- C’est, me semble-t-il, le propre de la mis- tion pour le gouverneur afin d’évaluer leritaires à relever en Wallonie dans les sion du gouverneur, ce qui en fait sa spé- fonctionnement et la répartition du corpsannées qui viennent … cificité et sa richesse, de travailler sur les d’intervention entre les services de policeEn matière de sécurité, la volonté de tou- interfaces, et dans ce cas-ci sur le rapport de la province. La commission provin-jours s’améliorer est essentielle et c’est, je fédéral - régional. Il y a toujours un risque, ciale de prévention de la criminalité est,pense, le plus grand défi que nous avons à dans un état fédéral comme le nôtre, de quant à elle, chargée d’étudier et d’évaluerrelever… Toujours chercher des améliora- voir certains frottements entre les com- la criminalité dans la province, d’analysertions, refuser la fatalité. Certains dossiers pétences des uns et des autres. Le rôle les besoins en matière de prévention, depeuvent néanmoins être épinglés comme du gouverneur tel que je le conçois est de soutenir les programmes de prévention…dossiers prioritaires. repérer ces frottements, de les analyser, Par exemple, la commission a procédéTout d’abord la révision du statut de pom- d’en informer les autorités responsables cette année, à la mise en place de tablespier. Dans ce cadre, le système du volonta- et éventuellement de voir comment rondes des conseillers en techno préven-riat devant être maintenu, il est indispen- mettre en place des solutions dans le res- tion des zones de police.sable de doter les pompiers volontaires pect de toutes les autorités. C’est parce La concertation CIC (centre d’informa-d’un statut et d’une meilleure couverture que je suis particulièrement conscient tion et de communication) a de son côtésociale. Il importe aussi, dans la limite de cette mission que j’ai demandé à mes pour mission d’évaluer l’offre de servicesd’un engagement financier réaliste, de services fédéraux de développer des liens du dispatching provincial, son adapta-prévoir dans chaque zone, en fonction de partenariat avec les services régionaux tion aux besoins locaux, la couverture dudes risques et des impératifs opération- dans le cadre de cette tutelle sur les zones réseau ASTRID... En province de Namur,nels, un effectif suffisant de pompiers de police. Il s’agit bien entendu de relever le projet de colocation 100/101 se metprofessionnels. La complémentarité et les éventuelles divergences de décision progressivement en place et devrait bien-l’interaction entre pompiers volontaires mais surtout de prévenir les éventuels tôt aboutir.et professionnels doivent être maintenues problèmes qui pourraient se poser, avant Vous connaissez bien, je pense, le travailet renforcées. même que ceux-ci ne surviennent. de l’Union des Villes et Communes deLe deuxième dossier qui me semble par- Wallonie. En guise de conclusion, quelticulièrement prioritaire concerne la est votre avis à ce propos ?formation des membres des services desecours. Celle-ci doit être optimisée en LA RÉFORME Le travail de l’Union des Villes et Com- munes est important parce qu’il permetcoopération avec les provinces qui sontdes opérateurs essentiels en ce domaine. N’A PAS ÉTÉ UN d’offrir un soutien aux autorités locales, qui doivent composer avec un très LONG FLEUVELa planification d’urgence demeure, selon grand nombre de matières et de dossiers.moi, aussi un domaine prioritaire. Les L’UVCW offre ainsi un lieu de partage TRANQUILLEleçons tirées des crises passées et des exer- d’expériences mais aussi un espace d’ana-cices réguliers nous amènent à réfléchir lyse et de réflexion sur la politique locale,plus particulièrement aujourd’hui sur la ses enjeux, ses difficultés, ses question-gestion des situations d’urgence liées aux nements. C’est pour cette raison que jeintempéries neigeuses ainsi que sur les En outre, vos compétences sont aussi de m’associe volontiers à ce travail lorsquedispositifs préventifs en matière de grands l’ordre de la coordination policière… l’occasion m’en est donnée, notammentrassemblements. En effet. Celles-ci trouvent leur fondement par la participation à des colloques dansEnfin, les questions de communication en légal dans la loi provinciale, en son article lesquels je suis plusieurs fois intervenu,cas de crise, notamment en lien avec les 128, et divers autres textes qu’il serait long et que je n’hésite par ailleurs pas à sol-évolutions technologiques mais aussi la d’énumérer ici. La mission de veiller à la liciter l’expertise de l’Union sur certainsmontée en puissance des réseaux sociaux, bonne coopération entre les services de dossiers, comme je l’ai fait dernièrementexigent une réflexion globale pour à la fois police et entre les zones de police dans la sur la question des gens du voyage. Jeprendre conscience des risques liés à ces province s’inscrit pleinement dans l’esprit suis et resterai toujours attentif au travailévolutions en termes de communication, de la réforme des services de police et de de l’UVCW et à ses publications, qui, enmais aussi des opportunités que peuvent leur fonctionnement intégré. tant que caisse de résonance du vécu desêtre ces moyens en terme de communi- Il me revient de présider différents forums communes dans leur ensemble, éclairecation avec la population. Il faut en effet en matière de sécurité, où sont représen- nos propres questionnements de gestion-de plus en plus rappeler que les citoyens tés les services de police de la province naires publics. DÉCEMBRE 2011 N°863 MOUVEMENT COMMUNAL 17
  • 5. Gouverneurs de province CLAUDE DURIEUX, GOUVERNEUR DE LA PROVINCE DE HAINAUT « Le rééquilibrage financier est la clé de la réussite de la réforme incendie » Le sort réservé aux services d’incendie est Devant la multiplication des risques de contribution acceptable, il faut tout de désormais connu. Quel est votre avis sur industriels, la profession s’est complexi- même souligner que notre coût moyen un rééquilibrage financier en matière fiée et spécialisée. Ne pas ouvrir le chan- par habitant des services d’incendie est d’incendie entre le Fédéral et les com- tier d’une réforme aurait donc été incon- l’un des plus faibles d’Europe. munes ? cevable. Tous les pays européens qui nous Mais je comprends qu’il est déplaisant de J’ai dans mes responsabilités l’analyse entourent l’ont fait avant nous. La tâche naviguer à vue. C’est pourquoi il est impé- des rapports d’inspection et l’exercice est toutefois de grande ampleur et les pre- ratif que tous les acteurs de ce vaste dos- d’une tutelle sur les services d’incendie. mières avancées ont dû être faites dans un sier bénéficient d’une véritable analyse du Ce double regard m’a permis de constater contexte institutionnel incertain. coût réel de la réforme. que l’organisation de ce secteur ne cor- Je note toutefois que les bourgmestres de Comment envisagez-vous vos nouvelles respondait plus à l’évolution des besoins ma province ont pris leurs responsabilités missions dans le cadre de cette réforme ? des citoyens et aux attentes légitimes en définissant rapidement trois futures En la matière, le rôle du gouverneur doit des hommes du feu. Dès mon entrée en zones de secours équilibrées qui permet- être celui de la coordination dans sa pro- fonction dans le contexte douloureux du tront d’organiser les synergies et les mises vince. Il est important que les différentes drame de Ghislenghien, j’ai donc perçu la à niveau qui s’imposent. Même si je com- zones opérationnelles de secours agissent réforme comme une nécessité impérieuse. prends l’impatience des pompiers, il est selon une cohérence globale, qu’elles Depuis la loi de 1963, le nombre de mis- clair que nous sommes engagés dans une appliquent de manière bien comprise le sions de services décennie d’évolutions. principe de l’aide adéquate la plus rapide d’incendie s’est Il conviendra particulièrement, dans et que soit favorisé l’échange de bonnes accru considéra- ce contexte, de ne pas éluder le débat pratiques. Par leur position centrale, les blement. Le type «volontaires – professionnels». Je suis par- services du gouverneur peuvent assumer de missions a tisan, en la matière, d’une réelle mixité. ce rôle et apporter ainsi une plus-value à également terri- Mais j’ai le sentiment qu’il sera de plus en la réforme. blement évolué. plus difficile de trouver un nombre suf- En matière d’incendie toujours: vous êtes fisant de volontaires. Un réel effort est à également responsable de la clé de répar- mener pour sensibiliser les employeurs à tition des dépenses entre communes de la souplesse qu’il convient d’avoir à leur votre province. Cette répartition semble égard et pour organiser une formation qui parfois créer quelques problèmes… leur soit accessible. Mais c’est le rééqui- Avez-vous des souhaits particuliers à ce librage financier qui est évidemment, et propos ? fondamentalement, la clé de la réussite Il faut distinguer la situation d’aujourd’hui de la réforme. de celle qui prévaudra après la réforme. Une sécurité civile complètement moder- On sait que le système actuel apparaît nisée nécessitera des investissements comme difficile à appréhender pour les conséquents que les communes, parti- communes, mais je prône le maintien culièrement sollicitées dans de multiples de la plus grande stabilité possible dans domaines, ne pourront pas assumer sans l’attente de la réforme. Celle-ci apportera une implication significative de l’Etat davantage de pouvoir aux bourgmestres fédéral. Le principe du 50/50 dans la prise réunis en conseil de zone pour organiser en charge du coût des services de secours la répartition des coûts. Le gouverneur à l’issue de la réforme est un cap à tenir. n’interviendra plus que dans le cas de Ceci implique que l’Etat trouve de nou- figure où un accord entre eux ne peut pas velles pistes de financement. Si bien des être trouvé. Il conviendra alors d’appliquer communes ont déjà atteint leur niveau une clé de répartition qui sera définie par18 MOUVEMENT COMMUNAL N°863 DÉCEMBRE 2011 8 MOUVEMENT COMMUNAL N°86 DÉCEMBRE 2011 MOUVEMENT COMM NAL N°863 D C MBRE 01 M 6 BRE
  • 6. DOSSIER la loi. Les critères retenus pour appliquer général d’urgence et d’intervention pour lequel, hélas, je déplore un manque cette clé seront évidemment essentiels et provincial. Il est désormais résolument de moyens humains mis à disposition par devront, à mon sens, être identiques pour pratico-pratique et organisé en fiches le Fédéral. chaque province. d’informations et d’actions adaptées Mon souhait est toutefois d’aller de l’avant Je constate que la formule actuelle péna- à toute situation d’urgence dont l’am- et de proposer à tous les acteurs de la lise les services qui disposent d’un service pleur concerne plusieurs communes ou planification d’urgence des outils per- X, Y ou Z par rapport à celles organisant dépasse le cadre frontalier. Il entre égale- formants pour améliorer l’efficacité des un corps communal (C). Ces dernières ment dans mes responsabilités de tenir à schémas d’alerte. C’est ainsi que je déve- n’interviennent pas dans le processus de jour les plans particuliers d’urgence des 25 loppe en ce moment dans ma province solidarité qui prévaut dans la répartition entreprises Seveso seuil haut du Hainaut un nouveau système de communication des frais d’incendie alors qu’elles ont sou- et de sites majeurs tels que l’IRE à Fleu- d’« autorités à autorités » permettant aux vent besoin du renfort des grands services rus. Ma province rassemble en réalité une services et partenaires de la Province d’être d’incendie voisins. Un équilibre s’impo- densité maximale de risques à prendre en alertés immédiatement par SMS, par alerte sera dans un contexte nouveau. considération comme les ouvrages d’art, vocale sur GSM ou téléphone fixe ou par Pourriez-vous commenter le rôle que l’aéroport et les entreprises Seveso seuil email dès qu’un incident ou qu’un danger vous jouez dans le cadre de la législation bas pour lesquelles au-delà de strictes imminent risque d’affecter les popula- sur la planification d’urgence ? obligations locales j’ai confié un travail tions. Ce système, appelé Alarm Tilt, faci- Ma première priorité, lors de mon entrée d’analyse à l’Université de Mons. Tout litera une communication directe avec les en fonction, a été de revisiter le plan cela représente un travail considérable communes. MARIEJOSÉ LALOY, GOUVERNEURE DE LA PROVINCE DU BRABANT WALLON « La sécurité est une priorité à laquelle il faut s’atteler à tous les niveaux »Photo : Marc Lerchs - 2011 Quel est votre avis sur le sort compétence des services d’incendie reste que les communes investissent déjà beau- qui est aujourd’hui donc fédérale et le rôle des gouverneurs ne coup pour le fonctionnement des services réservé par le Fédé- change pas. Les PZO sont lancées mais il faut d’incendie. La sécurité du citoyen est une ral aux services aller plus loin dans la mise en place des prin- priorité à laquelle il faut s’atteler à tous les incendie ? cipes de la réforme. Pour ce qui concerne les niveaux. La régionalisa- missions nouvelles du gouverneur, la loi lui Pouvez-vous nous dresser un rapide por- tion de la sécu- attribue un rôle renforcé de tutelle, notam- trait de la planification d’urgence en Bra- rité civile ne ment sur les budgets et les cadres. Les gou- bant wallon ? fait finalement verneurs jouent un rôle d’impulsion et de Parmi leurs missions en matière de pas partie des suivi, relayant notamment les difficultés sécurité, les gouverneurs de province et décisions qui ont auprès du fédéral. Pour moi, cette période les bourgmestres sont chargés, à leurs été retenues dans transitoire ne peut s’éterniser et il est temps niveaux respectifs, de coordonner l’en- le cadre de l’accord de donner aux zones le statut et les moyens semble des secours qui interviennent institutionnel. La suffisants pour être à même de garantir les lors d’une situation d’urgence. La phase missions essentielles qui leur sont dévolues. provinciale concerne l’intervention de La loi de 2007 devrait être adaptée, selon différents services de secours lorsque vous ? les conséquences directes de la situa- La loi de 2007 consacre le principe du réé- tion d’urgence dépassent le territoire quilibrage financier par le fédéral jusqu’à d’une commune ou lorsque la situation hauteur de 50 %. Il me paraît important que d’urgence concerne certains risques ce principe soit mis en vigueur afin que le spécifiques. Cette importante mission fédéral augmente sa contribution. D’autant demande une préparation. Pour ce faire, DÉCEMBRE 2011 N°863 MOUVEMENT COMMUNAL 19
  • 7. Gouverneurs de province le gouverneur est aidé de la cellule pro- sur l’importance de leur responsabilité deviendra 100-101-112, mais aussi à la mise vinciale de sécurité. en la matière. L’organisation des exercices en place d’une zone de secours et des plans Les missions de la cellule sont d’établir et permet aussi de préparer les communes à particuliers qui restent encore à finaliser en d’actualiser les plans d’urgence et d’inter- ce rôle. matière d’inondations, par exemple, ou en vention, d’en informer les destinataires, En cas de grandes catastrophes en Wal- matière d’autoroutes… d’organiser des exercices, d’évaluer les exer- lonie, les procédures prévues par le Pour conclure, pourriez-vous nous dire cices et les situations d’urgence, d’établir plan d’urgence vous paraissent-elles comment vous percevez les services ren- l’inventaire et l’analyse des risques et d’orga- suffisantes ? dus par l’Union des Villes et Communes de niser l’information préalable. Le plan géné- L’arrêté royal relatif à la planification d’ur- Wallonie ? ral d’urgence et d’intervention provincial gence de 2006 et les circulaires NPU ont Le Mouvement Communal est un outil qui répond à la plupart des risques et des acci- permis de structurer la matière et de donner est très utile pour l’ensemble des adminis- dents susceptibles de se produire en Brabant une définition des rôles et un langage com- trations publiques établies en Wallonie. wallon. Pour certains risques spécifiques, il mun aux acteurs de la planification et de la Ainsi, cette revue nourrit régulièrement est cependant complété par des plans parti- gestion de crise. Chaque situation d’urgence et de façon pertinente les agents du Gou- culiers d’urgence et d’intervention. ou exercice est suivi d’un débriefing permet- vernement provincial du Brabant wallon Dans ce cadre, vous entretenez donc tant d’évaluer le fonctionnement et d’amé- dans leurs tâches quotidiennes. De plus, pas mal de relations avec les édiles liorer les plans. au cours de ces dernières années, je n’ai communaux… Les moyens des gouverneurs, comme ceux eu qu’à me réjouir des contacts person- Les relations sont nombreuses, en effet. des bourgmestres d’ailleurs, sont toutefois nels que j’ai noués avec les conseillers de En matière de planification d’urgence, limités et nous plaidons pour un renforce- l’UVCW. A titre d’exemple, j’ai eu l’hon- chaque commune a désigné un fonction- ment de ceux-ci, dans l’intérêt de la sécurité neur de les accueillir à plusieurs reprises naire responsable. Les contacts entre ces du citoyen. au sein de la Conférence des Bourgmestres responsables communaux et les services Quels sont, pour vous, les grands défis du Brabant wallon que je préside et orga- du gouverneur sont suivis. Des formations wallons, mais surtout locaux, en matière nise en vue d’informer et d’être à l’écoute sont organisées, avec l’aide du fédéral, qui de sécurité ? de nos mandataires locaux. Les conseillers permettent de renforcer les contacts avec Pour ce qui concerne la sécurité civile et de l’Union ont toujours pu nous éclairer de les fonctionnaires communaux. Notre rôle la planification d’urgence, notamment, je manière pointue grâce à leur très bonne est aussi de sensibiliser les bourgmestres pense à la mise en place d’un centre 100, qui connaissance des dossiers. BERNARD CAPRASSE, GOUVERNEUR DE LA PROVINCE DU LUXEMBOURG « Le combat pour la neutralité budgétaire de la réforme est d’une totale pertinence » Quel est votre avis sur un rééquilibrage sont louables. Encore faudrait-il pouvoir financier en matière d’incendie entre le les concrétiser. Où sont les moyens ? A cet Fédéral et les communes ? égard, le combat de l’Union des Villes et La réforme a pour objet, on le sait, de mieux Communes de Wallonie concernant le organiser les services opérationnels de la principe de la neutralité budgétaire de sécurité civile, notamment en les dotant des la réforme pour les communes moyens adéquats, en assurant aux citoyens d’abord, pour un rééquili- l’aide adéquate la plus rapide, en procédant brage à charge du Fédéral à une analyse précise des risques présents à hauteur de 50 % ensuite, sur le territoire des zones. Ces objectifs est d’une totale pertinence.20 MOUVEMENT COMMUNAL N°863 DÉCEMBRE 2011
  • 8. DOSSIERLes communes ne sauraient supporter Quels seront, pour vous, les grands défis reçu par le Collège et le Conseil provin-des efforts supplémentaires. Je songe par wallons à venir en matière de sécurité ? cial. Ce partenariat est apprécié des com-exemple aux coûts exorbitants liés au paie- La sécurité est désormais un sujet de pré- munes. De la part de la province, c’est enment éventuel des gardes à domicile des occupation majeure pour la population. Il outre un retour concret et convaincantvolontaires. est important de répondre de manière cré- vers la population.La loi de 2007 devrait-elle être adaptée ? dible aux risques industriels et au risque Et en matière de coordination policière ?Il sera compliqué d’assurer la réforme si nucléaire en particulier. Il faut se préoc- Le gouverneur préside en effet la Com-quelques arcboutants ne la confortent cuper davantage de la sécurité dans les mission provinciale de prévention de lapas. Ainsi, il faut doter les zones de la per- lieux publics, notamment lors de grandes criminalité et la concertation provincialesonnalité juridique. Pour le moment, il est manifestations, ou encore dans les écoles. relative à la sécurité. Ces organes per-demandé aux Pré-zones opérationnelles En élargissant le spectre, les risques liés au mettent aux responsables administratifs,d’exécuter, fut-ce de manière embryonnaire, transport des produits dangereux doivent aux autorités policières, aux Procureurs dula loi de 2007 avec des outils juridiques qui retenir l’attention. Dans tous ces domaines Roi d’évoquer les problèmes de la sécuritéremontent à 1963. Il faudrait aussi définir et bien d’autres, il y a en outre de la place au sens large en rapport avec les spécifici-un cadre et un statut pour le personnel qui pour l’innovation et pour d’importants tés du territoire en répondant à diversessoit clair, efficace, financièrement maîtrisé. développements économiques. Aux Wal- questions: quel type de criminalité, à quelA cet égard, la réforme des polices laisse un lons d’être créatifs ! endroit, avec quelles évolutions, quellessouvenir mitigé. Il faudrait encore des lignes sont en conséquence les priorités ?de conduite homogènes concernant l’équi- Dans le Luxembourg, je préside en outrepement en matériel des postes de secours et une fondation, nommée «  Partageons LA LOI DE 2007un plan comptable adapté aux spécificités Nos Routes  », qui regroupe notammentdes hommes du feu. les autorités politiques, administratives, judiciaires, policières, les associations des ÉVOQUE LAComment déclinez-vous la législation surla planification d’urgence en Province de victimes des accidents de la route, les assu-Luxembourg ? reurs, les RYD, afin de définir les politiquesLe gouverneur doit approuver les plansd’urgence et d’intervention élaborés par POSSIBILITÉ POUR relatives à la sécurité routière en y consa- crant les moyens adéquats. Dans une pro-les communes. Il doit lui-même établir unplan identique pour la province et le faire LES PROVINCES vince traditionnellement accidentogène, les résultats sont encourageants. D’INVESTIR DANSapprouver par le Ministre de l’Intérieur. Quel est votre avis sur le travail deDans le Luxembourg, nous avons, au départ l’Union des Villes et Communes de Wallo- LES SERVICESdu SPF intérieur à Arlon, mis à la disposition nie ? Avez-vous des contacts particuliersdes communes qui le souhaitent une équipe avec nos services ?chargée de les aider dans l’élaboration des L’Union des Villes et Communes est trèsplans. En outre, toutes les communes ontadhéré à un programme d’informatisation D’INCENDIE efficace à la fois dans son rôle de défense des communes et dans l’expertise qu’ellede leurs plans d’urgence en collaboration leur apporte. Lors de réunions tenues entreavec l’Agence Prévention Sécurité située à l’UVCW, et plus particulièrement avecMarche-en Famenne. La valeur ajoutée est Louise-Marie Bataille, Secrétaire généraleappréciée. S’agissant des pouvoirs locaux, je plaide et Jacques Gobert, le Président, et les gou-Comment évaluez-vous vos relations avec pour un partenariat structuré des com- verneurs, j’ai pu mesurer la connaissanceles communes en cette matière ? munes et des provinces. La loi de 2007 approfondie des dossiers et le sens dePour ma part, je ne puis que me féliciter des évoque cette possibilité. Dans le Luxem- l’écoute de votre équipe.relations qui me lient aux 44 bourgmestres bourg, la province a investi 7 millions Je me permettrai cependant une petitedu Luxembourg. Nos réunions sont régu- d’euro dans le charroi des SRI. Elle demande, en guise de conclusion. Il seralières, et même fréquentes, s’agissant des finance aujourd’hui l’achat d’équipement utile, me semble-t-il, que des échanges14 bourgmestres des communes qui héber- permettant la formation des pompiers aient lieu entre l’UVCW et les gouverneursgent un service d’incendie. Je copréside confrontés au flashover. Elle participera à propos de la régionalisation program-avec le bourgmestre d’Arlon les réunions au financement des locaux de l’Ecole du mée du Fonds des Calamités agricoles etde la Pré-zone opérationnelle. Convenons feu dont la construction va débuter bien- du Fonds des Calamités publiques. Nouscependant qu’il a fallu du temps pour que tôt à Bastogne. J’ai proposé en outre que sommes chargés des dossiers relatifs à ces la culture de la sécurité se répande le savoir-faire des fonctionnaires provin- fonds dans lesquels le rôle des communes dans les esprits. Quelques catas- ciaux en matière comptable, informatique peut être décisif. Nous pouvons donner un trophes, qui se sont soldées par la ou technique soient mises à contribution avis sur les difficultés, les manquements mise en cause pénale des respon- pour organiser la PZO, laquelle héberge auxquels nous sommes confrontés, les sables, ont aidé à cette prise de déjà certaines de ses données sur le ser- solutions pour les résoudre, les améliora- conscience, je crois…. veur de l’institution. Ce message est bien tions à concrétiser. A bon entendeur ! DÉCEMBRE 2011 N°863 MOUVEMENT COMMUNAL 21