Your SlideShare is downloading. ×
Conseiller en énergie, un métier d'avenir
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Conseiller en énergie, un métier d'avenir

940
views

Published on

Plus d'infos: www.uvcw.be …

Plus d'infos: www.uvcw.be
Engagés pour la plupart fin 2007 ou début 2008, les conseillers en énergie des communes énerg-éthiques présentent un beau bilan de leurs premières années d’activité au service des communes et des citoyens. La voie d’une maîtrise énergétique au niveau communal est ouverte; elle doit être élargie à l’ensemble des communes intéressées et les initiatives amplifiées et soutenues.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
940
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Énergie Conseiller en éne Un métier d’ MARIANNE DUQUESNE CONSEILLER Engagés pour la plupart fin 2007 ou début 2008, les conseillers en énergie des communes énerg- éthiques présentent un beau bilan de leurs premières années d’activité au service des communes et des citoyens. La voie d’une maîtrise énergétique au niveau communal est ouverte ; elle doit être élargie à l’ensemble des communes intéressées et les initiatives amplifiées et soutenues. Le programme « communes programme « communes énerg-éthiques » candidatures, 95 communes (sur 167 can- énerg-éthiques » a pour objectif d’encourager les pou- didates) ont été retenues et se partagent Lancé en mai 2007 par les Ministres voirs locaux à s’engager dans un pro- depuis lors 66 conseillers en énergie1. Antoine et Marcourt alors respectivement gramme volontariste de maîtrise éner- L’aide financière régionale aux communes en charge de l’Énergie et de l’Emploi, le gétique à l’échelon local. Suite à l’appel à consiste en l’octroi de 8 points APE par an36 MOUVEMENT COMMUNAL N°857 AVRIL 2011
  • 2. DOSSIER programme « communes énerg-éthiques » et de la comptabilité énergétique. La mise jusqu’à la fin de la législature (juin 2014). en place de ces outils de pilotage est loin Reste à étendre le dispositif à l’ensemble d’être anecdotique car elle nécessite de des communes wallonnes comme le rassembler les données relatives aux revendiquait l’Union dans son mémoran- consommations des trois dernières années dum à l’occasion des élections régionales et aux dimensions des bâtiments. Ces 2009 et comme le prévoit la Déclaration de informations sont rarement directement politique régionale 2009-2014. disponibles ou même, parfois, inexis- Vers un élargissement du programme « communes énerg-éthiques » ? Extraits de la Déclaration de politique régionale 2009-2014 : - Page 20 : « Au vu des besoins encore non satisfaits, il est proposé d’initier un nouveau plan de création d’emplois APE et/ou PTP dans ces mêmes secteurs mais aussi dans les emplois verts (conseillers énergie dans les pouvoirs locaux, ouvriers ressourceries…) et dans la revitalisation de quartiers (conseillers logement, brico- dépanneurs, ouvriers entretiens abords…). » - Page 75 : « Par ailleurs, le Gouvernement s’engage à : – assurer la couverture de l’ensemble du territoire par la présence de « conseillers énergie » dans les communes ou groupements de communes. Ils travailleront au sein de guichets uniques en collaboration étroite avec les « guichets de l’énergie » et de concert avec les « conseillers logement ». La mission d’information et de conseil à la population de ces conseillers sera systématiquement assurée (conseils énergétiques et informations sur les primes, les prêts, les normes,rgie la libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité, etc.) en sus des travaux accomplis pour les services communaux ; » Des missions très larges, tantes par bâtiment (chaudière alimentantavenir de beaux résultats plusieurs bâtiments, absence de plans) et Les actions des conseillers en énergie se demandent dès lors des recherches (ana- déclinent selon quatre volets principaux lyse des factures énergétiques…) ou la réa- fixés dans la charte de la commune énerg- lisation de campagnes de mesure. éthique signée entre la commune et la - De nombreuses communes lancent Région : ensuite des audits énergétiques sur les - la maîtrise de la performance énergétique bâtiments identifiés comme prioritaires et de 2 500 euros annuels pour les frais de dans les bâtiments communaux ; par le cadastre énergétique. Depuis l’arri- fonctionnement par conseiller en énergie. - le contrôle du respect des dispositions du vée des conseillers en énergie, le nombre Les conseillers en énergie bénéficient Cwatupe ayant trait à la performance éner- de bâtiments communaux ayant fait l’objet en outre d’un encadrement spécifique gétique des bâtiments dans les demandes d’un audit énergétique a triplé, passant de (notamment une mise en réseau et des for- de permis d’urbanisme ; 188 à 593 bâtiments. Sur base des résultats mations) organisé par l’Union des Villes et - la sensibilisation du personnel commu- d’audit, une liste des travaux à effectuer est Communes de Wallonie avec le soutien de nal à ces deux aspects ; établie et tenue à jour. la Wallonie. - l’information en première ligne et la sen- - Parallèlement à la mise en place de ces Sous l’égide des nouveaux Ministres, Jean- sibilisation de la population à l’utilisation outils, les conseillers en énergie procèdent Marc Nollet, en charge de l’Énergie, et rationnelle de l’énergie. à de nombreuses mesures correctrices sur André Antoine, en charge de l’Emploi, le Gestion énergétique des les bâtiments. Celles-ci engendrent, sans financement octroyé pour une première bâtiments communaux grand investissement, une réduction non phase de 24 mois a été prolongé d’abord La maîtrise de la performance énergétique négligeable des consommations d’énergie. jusqu’à fin 2010. dans les bâtiments communaux passe par Il s’agit le plus souvent d’effectuer l’entre- Interpellé à nouveau par l’Union sur la une série d’actions. tien des chaudières, de les arrêter l’été si prolongation du financement au-delà de - Les premières consistent à évaluer leur elles ne produisent pas d’eau chaude sani- cette date, le Gouvernement wallon s’est qualité énergétique et à identifier les prio- taire et de mieux régler les composants de prononcé, lors du conclave budgétaire rités d’interventions grâce à la réalisation l’installation de chauffage (brûleur, circula- de l’automne 2010, pour la poursuite du et la tenue à jour du cadastre énergétique teur, régulation, etc.) ou encore d’effectuer AVRIL 2011 N°857 MOUVEMENT COMMUNAL 37
  • 3. Énergie de petites interventions peu coûteuses mais efficaces sur le bâtiment (colmatage de fuites d’air autour des châssis ou sous certaines portes, blocage des vannes ther- mostatiques dans les écoles, placement de ferme-portes automatiques…). Dans plu- sieurs communes, l’analyse des régimes de chauffe, effectuée à l’aide d’enregistreurs de température, permet de repérer les mesures correctrices à apporter. Ces mesures sont souvent complétées par la réalisation d’un schéma descriptif et explicatif des installations lorsque les plans as built n’existent pas, ou encore d’un mode d’emploi (thermostat d’ambiance…) pour les utilisateurs. L’occupation des locaux est également rationnalisée dans certains bâtiments pour éviter de chauffer l’ensemble durant les heures d’occupation partielle (activités changement de châssis, isolation de combles La plupart du temps, les communes font extrascolaires, cours du soir, permanences ou du toit et parfois de murs extérieurs, appel aux subsides pour financer partiel- en soirée…) lorsque les activités peuvent installation de systèmes de régulation du lement les gros investissements. Compte être regroupées dans une seule et même chauffage, pose de faux-plafonds, rénova- tenu des diverses procédures à respec- zone de chauffage. tion de l’éclairage intérieur… L’introduction ter (inscription budgétaire, cahier des Ce sont généralement ces mesures correc- de clauses énergétiques dans les cahiers des charges, subsides, demande de permis le trices qui produisent les premières éco- charges est incontournable pour obtenir des cas échéant, marchés publics,…), ces dos- nomies d’énergie car leur mise en œuvre réalisations performantes. Cette tâche est siers demandent un suivi continu pour nécessite peu de moyens financiers et peut complexe et mobilise pas mal de temps. Cer- aboutir dans des délais raisonnables et être effectuée rapidement. taines exigences introduites dans les cahiers atteindre le résultat escompté. La mise en -Afin de réduire de manière structurelle des charges visent également à faciliter le œuvre est longue mais l’amélioration des les consommations d’énergie, des travaux suivi des consommations (installation de bâtiments se concrétise progressivement. plus importants ont également été réali- compteur pour l’eau chaude sanitaire, ins- Plusieurs communes réalisent déjà d’im- sés dans un certain nombre de bâtiments tallation de compteur volumétrique de fuel portantes économies grâce aux travaux communaux : remplacement de chaudières, sur le gicleur des nouvelles chaudières…). effectués (v. ex. en encadré). Quel bénéfice pour les mesures correctrices et la sensibilisation des occupants ? Deux exemples chiffrés démontrent l’impact positif de ces à près de 174.000 kWh (v. graphique). Une meilleure régulation actions. des installations de chauffage en fonction de l’occupation des - Le conseiller en énergie de Gerpinnes a relevé une diminution locaux contribue largement à cette diminution. de 10 % de la consommation de chauffage normalisée2 des Évolution de l’énergie totale (chauffage normalisé bâtiments communaux entre 2007 et 2008-2009 suite aux + électricité) consommée en KWh pour les écoles actions entreprises sur les systèmes de régulation de chauffage communales et l’Hôtel de Ville à Frasnes-lez-Anvaing des bâtiments identifiés prioritaires par le cadastre énergétique. 1250000 Cela correspond à une économie de 17 585 litres de mazout ou 1 223 801 m³ de gaz par an. La baisse des consommations de chauffage des deux bâtiments prioritaires est de 27,5 % et 32 %. Dans 1200000 cette commune, la réduction des consommations d’électricité constatée suite aux actions entreprises sur les systèmes de 1150000 régulation de chauffage et aux actions de sensibilisation est KWh également de 10 % pour les bâtiments communaux entre 2007 1100000 et 2008-2009. - À Frasnes-lez-Anvaing aussi, le conseiller en énergie a pris 1 050 017 des mesures correctrices et a sensibilisé les occupants des 1050000 1 045 78 bâtiments dès son arrivée début 2008. Les économies d’énergie réalisées grâce à ces actions sont significatives. Entre 2007 et 1000000 1 006 927 2007 2008 2009 2010 2008, la réduction des consommations énergétiques de l’Hôtel Année de Ville et des 6 écoles communales est de 14,2 % et se chiffre38 MOUVEMENT COMMUNAL N°857 AVRIL 2011
  • 4. DOSSIER qu’un architecte soit contrôlé sur ce point Quelles économies d’énergie durant sa carrière était très faible. Au début suite à des investissements URE ? de leur action, les conseillers en énergie ont dès lors été confrontés à un certain nombre Les effets des améliorations énergétiques apportées aux bâtiments peuvent être mesurés grâce à la comptabilité énergétique. Pour mémoire, la comptabilité d’architectes qui n’étaient pas suffisam- énergétique est un outil de gestion qui permet d’enregistrer, de traiter et d’analyser ment informés des évolutions successives les données de consommations des bâtiments afin de suivre leur évolution3. de la réglementation énergétique ou avaient Le graphique suivant, établi par la conseillère en énergie de Farciennes sur base simplement une mauvaise compréhension des données de la comptabilité énergétique, met en évidence les économies de la réglementation (en particulier concer- d’énergie engendrées par les investissements réalisés dans un ensemble de 4 nant les exigences en matière de ventilation bâtiments comprenant l’Administration communale, l’école primaire et l’école ou la manière de calculer les surfaces de maternelle. Deux nouvelles chaudières gaz à condensation y remplacent, depuis déperditions) et reproduisaient une même l’hiver 2008, les 6 chaudières au mazout qui alimentaient le site. La réduction erreur de dossier en dossier. annuelle de la consommation de chauffage normalisée s’élève à quelque Après des premiers contacts parfois diffi- 440.000 kWh ou l’équivalent de 44 000 litres de mazout. L’économie financière ciles, l’action des conseillers en énergie a correspondante est de plus de 25 000 euros pour un prix du mazout de 0,60 euro/ conduit à l’instauration progressive d’un litre et à près de 35 000 euros pour un prix du mazout supérieur à 0,79 euro/litre. véritable dialogue entre les architectes, les Consommations annuelles de chauffage normalisées pour l’Administration candidats bâtisseurs et la commune en vue communale, l’école primaire et l’école maternelle à Farciennes de dégager des solutions visant à améliorer 2000000 les performances du projet et à promou- voir les bâtiments à faible consommation 1800000 d’énergie. Cela se traduit par davantage de 1600000 dossiers complets d’emblée sur le plan éner- 1400000 gétique et la diminution des erreurs obser- 1200000 vées (calculs, prise en compte des surfaces de déperditions, cohérence entre les plans et KWh 1000000 les valeurs annoncées…). Les maîtres d’ou- 800000 vrage et architectes sont également invités à 600000 consulter le conseiller en énergie en amont de la demande de permis pour discuter 400000 d’éventuelles améliorations à apporter à leur 200000 projet en matière énergétique. 0 Cette action préventive de conseil et 2005 2006 2007 2008 2009 2010 d’information revêt encore un sens nou- Année veau avec l’entrée en vigueur complète de En outre, en 2009, les anciens châssis double vitrage en aluminium âgés de 30 la réglementation PEB depuis le 1er mai ans ont été remplacés par des châssis PVC double vitrage performants dans 2010, celle-ci constituant un changement l’un des 4 bâtiments. Cet investissement engendre une économie d’énergie majeur pour tous les acteurs. supplémentaire équivalant à plusieurs milliers de litres de mazout annuels, Vu la durée de vie d’un bâtiment et l’im- observable dès 2010. portance des consommations de ce sec- teur (près d’un tiers des consommations- La présence du conseiller en énergie encore réalisés afin d’en améliorer signifi- de la Région wallonne), la vérification duconduit également à une prise en compte cativement la performance énergétique. respect des normes PEB et l’incitation àplus systématique du facteur énergé- Cependant, les modifications ne sont pas aller au-delà est primordiale. Cette missiontique lors de travaux de rénovation et de toujours possibles et une solution adoptée exercée par les communes énerg-éthiquesconstruction des bâtiments. Idéalement, a posteriori reste souvent moins efficace et a un impact à long terme certain au regardc’est dès les prémices d’un projet qu’il plus coûteuse qu’une bonne conception du taux de renouvellement du parc de loge-convient d’associer le service énergie ou énergétique initiale. ments qui est de 1 % par an. Les conseillersle conseiller en énergie afin qu’il puisse Vérification du respect de la PEB dans en énergie relèvent d’ailleurs à regret quedonner des conseils ou fixer des exigences les demandes de permis d’urbanisme suite aux dernières réformes du Cwatupe,quant à l’orientation du bâtiment (apports Une deuxième grande mission des conseil- beaucoup de travaux sont soumis à simplesolaires, éclairage naturel), l’isolation des lers en énergie consiste à veiller au respect déclaration urbanistique et échappent dèsparois, le choix des systèmes et des vec- des exigences de performance énergétique lors aux exigences énergétiques et à toutteurs énergétiques, le recours aux énergies dans les dossiers de permis d’urbanisme. contrôle de la commune.renouvelables… Certes, certains conseil- Avant leur arrivée, cette mission était quasi Sensibilisation du personnel communallers en énergie ont pu adapter des dossiers exclusivement exercée en coup de sonde par La sensibilisation du personnel commu-de travaux montés avant leur arrivée et non l’Administration régionale. La probabilité nal permet d’associer l’ensemble du staff AVRIL 2011 N°857 MOUVEMENT COMMUNAL 39
  • 5. Énergie à la démarche afin de créer une véritable afin de les inviter à intégrer les aspects remportent un succès croissant depuis leur culture de la maîtrise énergétique au sein énergétiques à leur projet pédagogique. lancement. Lors de celles-ci, les citoyens de la commune. - Enfin, dans plusieurs communes, le ont l’opportunité de poser des questions - Les occupants des bâtiments communaux conseiller en énergie s’est concerté avec le relatives à leur situation particulière et de constituent la première cible des conseil- CPAS pour créer des synergies, former son recevoir des conseils personnalisés. Les lers en énergie afin d’éviter les gaspillages personnel et lui offrir une aide au conseil demandes les plus fréquentes ont trait aux énergétiques et d’amplifier les efforts réa- énergétique. primes disponibles en matière d’énergie, lisés pour économiser l’énergie dans les La sensibilisation est cependant loin d’être aux gestes URE, à la facture énergétique bâtiments. Le personnel communal, en une tâche facile car l’être humain oppose (compréhension, analyse, conseils pour particulier, est invité à montrer l’exemple naturellement une résistance au change- réduire la facture et la consommation…), en matière d’utilisation rationnelle de ment. Or adopter un comportement URE aux exigences en matière de performance l’énergie (ci-après « URE »). Séances d’in- passe souvent par un changement des énergétique des logements et aux choix formation, discussions informelles avec habitudes voire par la modification de la technologiques les mieux adaptés à une les agents, conseils transmis via l’intra- manière de réaliser certaines tâches (pour situation particulière. Certaines communes net, questionnaires sur l’énergie, affiches, les agents techniques notamment). offrent également la possibilité au citoyen signalétiques de rappel sur les portes ou L’influence du comportement des occu- d’emprunter un wattmètre (pour 15 jours à côté des interrupteurs, guide de bonnes pants sur les consommations d’énergie généralement) afin de se rendre compte de pratiques URE au bureau, fiches mémo, est loin d’être négligeable : les économies la consommation de ses équipements. informations périodiques sur l’évolution d’énergie engendrées par les campagnes - Par ailleurs, les conseillers en énergie des consommations constituent l’arsenal de sensibilisation des utilisateurs se constatent que suite à l’accroissement des de sensibilisation aux comportements URE chiffrent généralement de 6 à 15 % de la actes et travaux dispensés du concours des conseillers en énergie. Ces actions sont consommation du bâtiment. d’un architecte par le Cwatupe, davan- également l’occasion d’identifier d’éven- Information et sensibilisation tage de citoyens encore les consultent tuelles situations d’inconfort et d’y trou- du grand public pour obtenir de l’aide dans le remplissage ver des solutions satisfaisantes tant pour La quatrième mission des conseillers en des formulaires « énergie » à joindre à la l’occupant que sur le plan énergétique. énergie consiste en la sensibilisation du demande de permis. Les conseillers en Pour être plus pratiques encore et illustrer grand public. énergie en profitent pour les sensibiliser et objectiver leur propos, les conseillers -Les permanences qu’ils organisent à son à l’intérêt d’une isolation renforcée et à en énergie utilisent des petits appareils intention (également sur rendez-vous, l’utilité (et pas seulement l’obligation) de de mesure tels que des wattmètres ou des en soirée ou le samedi matin pour les mettre en place les dispositifs d’amenée sondes de température. Dans certaines rendre accessibles au plus grand nombre) d’air lors du changement de châssis. communes, ces appareils sont même prê- tés au personnel pour leur permettre d’ob- server les consommations énergétiques à leur domicile, avec effet boule de neige et transfert des comportements adoptés au travail vers la sphère privée. - Selon la fonction qu’il occupe dans la commune, le personnel est associé plus étroitement encore aux actions de maîtrise énergétique : l’information et la collaboration du service des travaux et des agents techniques chargés de la maintenance et de l’entretien des ins- tallations, tout comme la sensibilisation du personnel du service d’urbanisme, sont primordiales pour mener à bien les deux premières missions. Les concierges ou le personnel d’entretien constituent également d’intéressants relais au sein de chaque bâtiment (v. encadré « bonnes pratiques »). L’implication et l’appui de chaque membre du personnel, en rap- port avec sa mission, est évidemment recherché. - Les directions scolaires et le personnel enseignant sont également sensibilisés40 MOUVEMENT COMMUNAL N°857 AVRIL 2011
  • 6. DOSSIER- Afin de toucher le public le plus largepossible, y compris ceux qui ne font pas Les bonnes pratiques dans les communesla démarche de les contacter, les conseil- énerg-éthiques ?lers en énergie publient régulièrement des Nous avons déjà eu l’occasion de présenter quelques-unes des bonnes pratiquesarticles relatifs à la maîtrise énergétique dans les communes énerg-éthiques dans des numéros précédents du Mouvementdans le bulletin communal ou diffusent communal. Elles peuvent également être consultées dans l’espace énergie dedes informations et conseils sur le site web notre site web : http://www.uvcw.be/cadredevie/energie/ (rubrique « bonnesde la commune. pratiques ») :- Ils organisent également des séances - Réseau de chaleur public-privé à Libin ;d’information, des jeux concours, des - La pause de midi raccourcie, source d’économie d’énergie à Frasnes-lez-Anvaing ;visites de bâtiments et d’installations per- - Les « répondants de bâtiments » à Liège ;formantes ; ils mettent sur pied un salon - Les techniciennes de surface ont l’œil sur les bâtiments à Fléron ;« énergie » ou « développement durable » - Succès pour les rangs vélos à Perwez.et tiennent un stand lors des manifesta- A côté de celles déjà publiées, les expériences positives ne manquent pas. Citons par exemple :tions locales. Certaines de ces actions de - La publication d’une rubrique « énergie » mensuelle, dans un journal tiré àsensibilisation sont organisées en collabo- 70 000 exemplaires et distribué dans 20 communes, par les conseillers en énergieration avec des collègues d’autres services d’Aywaille, Jalhay, Malmedy-Stavelot-Waimes, Spa.ou des associations (Centre Jeunes…) pour - Suite à l’arrivée du conseiller en énergie et sur base de ses conseils concernantaccroître la visibilité des actions et favori- de gros dossiers en cours, les décisions des élus de Baelen, d’une part,ser l’échange d’expérience. d’améliorer la performance énergétique initialement prévue pour ces projets afin- Dans un certain nombre de communes, de réaliser des rénovations et une construction basse énergie et, d’autre part, deles diverses rencontres organisées sur le commander une étude de faisabilité relative à l’implantation d’une chaudière authème de la maîtrise énergétique ont ins- bois centralisée alimentant via un réseau de chaleur les trois bâtiments du sitetauré une dynamique d’échange d’expé- (Administration communale, foyer culturel et ancienne école, nouvelle école) etrience entre citoyens à la base d’initiative d’ensuite concrétiser cet investissement vu les résultats de l’étude.pour la mise en place d’achats groupés. - La sensibilisation URE des citoyens par le Conseil communal des enfants épaulé par le Conseiller en énergie à Bouillon.Ces deux approches favorisent très certai- Et bien d’autres encore…nement l’accès financier et technique desménages aux technologies efficientes sur leplan énergétique. Quelques améliorations à -Cinq conseillers en énergie partagent leur- Dans plusieurs communes énerg- apporter au programme temps de travail entre 3, 4 ou 5 communes.éthiques, les tiers qui occupent les bâti- Le bilan des actions des conseillers en éner- Cette situation est difficile à gérer au quoti-ments communaux (locaux loués à des gie est impressionnant. Si bien qu’il pourrait dien : la présence une semaine sur trois dansparticuliers, clubs sportifs…) ont égale- masquer quelques difficultés qu’il convient chaque commune associée, par exemple,ment été responsabilisés par la mise en de résoudre dans le cadre de la prolonga- ralentit fortement le suivi des dossiers, rendplace d’un comptage et de la facturation de tion du programme « communes énerg- impossible l’examen systématique des per-l’énergie consommée (plutôt qu’un forfait) éthiques » et dans la perspective de son mis d’urbanisme (vu les délais de rigueur)et par l’installation de petits équipements élargissement à l’ensemble des communes. et ne facilite pas les contacts avec les élus,permettant à la fois de conscientiser les -L’insécurité du poste de conseiller en éner- les collègues et les différents services com-utilisateurs et de pallier leur éventuelle dis- gie, et en particulier les longues périodes munaux concernés par les questions éner-traction (par ex. : minuteur pour le chauf- d’incertitude (plus de 5 mois dans cer- gétiques. Le service de conseil aux citoyensfage de salles de fête avec bouton poussoir taines communes selon la date d’engage- en est également affecté vu la présencepour la relance). ment du conseiller en énergie) vécues lors épisodique du conseiller. Il conviendrait- Plusieurs conseillers en énergie ont des renouvellements des subsides fin 2009 de permettre aux communes de réévaluerdonné l’impulsion pour la création de et fin 2010 pose problème pour conser- leurs besoins, compte tenu de leur taille, et àprimes communales « énergie ». Certains ver dans les communes des agents dont le tout le moins, de limiter le partage du tempsont également proposé l’adaptation du profil technique, très recherché, facilite la de travail à 2 communes par conseiller enrégime de primes existant afin d’encoura- mobilité et auxquels il conviendrait dès lors énergieger les investissements prioritaires (audit, d’offrir une sécurité d’emploi plus grande.isolation thermique). Le succès de ces De nombreuses communes ont ainsi dû Et l’avenir ?primes est important dans plusieurs com- faire face au départ de leur conseiller en Réduire ses consommations d’énergie etmunes et le temps nécessaire à leur suivi énergie. Les procédures d’engagement accroître son indépendance énergétiquene doit pas être sous-estimé. pour leur remplacement sont longues ; ces sont une nécessité. La hausse actuelle du- Enfin, dans bon nombre de communes, interruptions dans l’occupation de la fonc- prix des produits pétroliers, qu’ils soientdes actions de sensibilisation visent des tion portent dès lors longuement atteinte l’objet de spéculation ou qu’elle résulte depublics spécifiques, en particulier la aux résultats pouvant potentiellement être l’instabilité politique dans les pays pro-CCATM ou les agriculteurs. attendus dans les communes. ducteurs, a un impact important sur nos AVRIL 2011 N°857 MOUVEMENT COMMUNAL 41
  • 7. Énergie économies et montre la vulnérabilité de utilisateurs changent (par ex. dans les écoles, de maîtrise énergétique, les communes nos sociétés à la baisse de la disponibilité les infrastructures sportives…), d’autre part, doivent en effet pouvoir bénéficier d’une des énergies conventionnelles.. la modification des comportements est un mesure structurelle inscrite dans la durée. Dans ce contexte, l’action des conseillers en processus lent et l’être humain a vite fait de Il s’agit en particulier : énergie est plus que jamais utile. reprendre ses anciennes habitudes. - de donner des perspectives suffisantes et claires aux conseillers en énergie en assu- rant une certaine stabilité du poste ; - de donner un temps suffisant pour la mise en place d’actions transversales (car l’éner- gie est une matière transversale répartie entre différents services communaux) ou de longue haleine ; - d’octroyer un soutien suffisamment long pour permettre à la commune de bénéfi- cier des résultats de la politique menée, à savoir les économies engendrées par les investissements réalisés, compte tenu du délai inhérent aux diverses procédures : Les actions des conseillers en énergie en quelques montage de dossier, délivrance de per- chiffres (bilan au 30 septembre 2010) : mis ou de certificat de patrimoine le cas échéant, demande de subsides, marchés - près de 600 bâtiments communaux 11,5 % sur le recours aux énergies publics, réalisation des travaux, mesure ont fait l’objet d’un audit énergétique ; renouvelables ; - plus de 850 mesures correctrices - plus de 9 400 permis d’urbanisme des économies générées après une année ont été apportées aux installations des vérifiés quant au respect de la d’occupation du bâtiment rénové… bâtiments communaux ; réglementation PEB ; Les résultats démontrent que ce pro- - près de 1 250 projets - près de 800 actions de gramme constitue un véritable outil opé- d’investissements instruits dans sensibilisation du personnel rationnel pour le développement de la les bâtiments communaux dont communal ; maîtrise énergétique au niveau local. 36,5 % portent sur l’enveloppe - plus de 22 800 demandes de citoyens Par leurs actions en faveur de l’efficacité du bâtiment, 40,5 % sur les traitées lors des permanences ; énergétique, les conseillers en énergie installations de chauffage, 11,5 % - plus de 1 400 actions de contribuent à rendre les communes et sur les installations d’éclairage et sensibilisation directe des citoyens. les citoyens moins sensibles à la hausse des prix des énergies fossiles. Ils aident Nous le savons bien, le potentiel d’économies Le rôle de conseil et de vérification du également nos territoires à rencontrer les d’énergie dans les bâtiments est très impor- respect de la réglementation dans les objectifs fixés par l’Europe en matière de tant : la majorité des bâtiments sont peu ou demandes de permis garde toute son maîtrise énergétique et de lutte contre les pas isolés, souvent les installations tech- importance avec le renforcement prévu, à changements climatiques. niques ne fonctionnement pas de manière court terme, des normes de performance L’Union plaide dès lors pour que le dispo- optimale voire sont carrément vétustes ou énergétique et l’objectif fixé par l’Europe de sitif des conseillers en énergie soit étendu obsolètes… Après la réalisation du cadastre tendre vers des bâtiments neufs « zéro éner- à l’ensemble des communes wallonnes, et de la comptabilité énergétique, les don- gie » en 2020. comme le prévoit la DPR. nées de ces outils de gestion doivent être Les permanences pour les citoyens ren- Conseiller en énergie est un métier d’avenir ! exploitées et mises à jour de manière conti- contrent un succès réel, avec un accrois- nue afin de poursuivre l’amélioration éner- sement de la fréquentation. Cette mission gétique des bâtiments communaux, cette répond donc aux attentes de la population. 1 Les très petites communes (moins de 5 000 habitants) étaient problématique étant loin d’être épuisée et Ce besoin de conseils personnalisés et l’at- invitées à rentrer une candidature groupée ; cette possibi- nécessitant encore beaucoup d’efforts. Les trait de ce guichet d’information de proxi- lité étant par ailleurs offerte, sans obligation, pour les autres communes. moyens doivent être dégagés pour réaliser mité ne feront très probablement qu’aug- 2 Normaliser la consommation de chauffage consiste à neutra- les investissements nécessaires. En outre, le menter avec le renchérissement du coût de liser l’effet des variations climatiques d’une année à l’autre suivi ne s’arrête pas après un entretien, un l’énergie. en ramenant cette consommation à celle qu’elle aurait été lors d’une année climatique moyenne. Cette opération est meilleur réglage ou le remplacement d’un Après avoir obtenu une première prolon- indispensable car sans normalisation, un hiver doux pour- rait masquer des dérives de consommation dues à un dys- équipement ; il doit être permanent afin de gation des conseillers en énergie jusque fonctionnement de l’installation et, a contrario, un hiver pouvoir détecter rapidement des dérives de fin 2010, l’UVCW se réjouit de la décision rigoureux pourrait rendre invisibles les effets de l’améliora- tion énergétique des bâtiments. Pour ce faire, on recourt à la consommation ou adapter leur fonctionne- du Gouvernement de poursuivre le pro- technique des degrés-jours. ment à une nouvelle utilisation des locaux. gramme « communes énerg-éthiques » 3 V. M. Duquesne, Pourquoi tenir à jour une comptabilité La sensibilisation des occupants doit égale- jusqu’à la fin de la législature. Afin de pou- énergétique ? Comment l’établir ?, Mouv. comm., 11/2008. L’article peut également être consulté sur notre site web : ment s’inscrire dans la durée : d’une part, les voir développer des politiques intégrées http://www.uvcw.be/articles/33,685,486,486,2786.htm42 MOUVEMENT COMMUNAL N°857 AVRIL 2011