• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Communes sportives, communes actives
 

Communes sportives, communes actives

on

  • 1,099 views

« Le sport, c’est la santé » : combien d’entre nous ont entendu cette phrase depuis leur plus tendre enfance ? Nous avons tous en mémoire ce principe, mais malheureusement nous sommes encore ...

« Le sport, c’est la santé » : combien d’entre nous ont entendu cette phrase depuis leur plus tendre enfance ? Nous avons tous en mémoire ce principe, mais malheureusement nous sommes encore trop peu à l’appliquer. L’activité physique régulière diminue pourtant la mortalité et prévient l’apparition de maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du cancer.

Statistics

Views

Total Views
1,099
Views on SlideShare
875
Embed Views
224

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

3 Embeds 224

http://www.uvcw.be 218
http://intranet2 3
http://uvcw.be 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Communes sportives, communes actives Communes sportives, communes actives Document Transcript

    • Sport COMMUNES SPORTIVES COMMUNES ACTIVES ALAIN DEPRET SECRÉTAIRE DE RÉDACTION B « Le sport, c’est la santé » : combien d’entre nous ont entendu REF, LE SPORT CONDITIONNE cette phrase depuis leur plus tendre enfance ? Nous avons tous la vie d’une bonne partie de la en mémoire ce principe, mais malheureusement nous sommes population et, notamment, de la encore trop peu à l’appliquer. L’activité physique régulière jeunesse. Outre ses bienfaits pour la santé tant physique que psychologique, diminue pourtant la mortalité et prévient l’apparition de maladies le sport tient aussi un rôle important dans cardiovasculaires, de l’obésité, du cancer. la création du lien social. Face à ces défis10 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012 0 MOUVEMEN COMMUNAL N°86 AVRIL 2012 MOUVEMENT COMMUNAL N°8 A RIL 2 2 OU N MM NAL N°867
    • DOSSIERnon négligeables, les autorités locales sont INGRID COLICIS,les premiers réceptacles des besoins descitoyens : elles constituent d’indispensables ÉCHEVINE DES SPORTS À CHARLEROIleviers pour la mise en œuvre de politiquesefficaces et pertinentes en cette matière etméritent à cet égard d’être traitées en parte-naires pour le bien-être du citoyen. « Dans ma Ville,Pour développer une politique du sport dequalité, les pouvoirs locaux sont en effetparticulièrement bien placés, en termes, le sport est une évidence »notamment, de proximité. Par ailleurs,les villes et communes wallonnes s’inté-ressent plus volontiers à tous les sports,même les plus traditionnels, dont le faibleretentissement médiatique et la moindre Charleroi a convaincu les instances européennes : elle est enrentabilité pourraient causer la perte sans effet cette année consacrée « Ville européenne du sport ». Unl’intervention des pouvoirs publics.C’est ainsi que, depuis de nombreuses label de qualité dont Ingrid Colicis, Échevine des Sports, n’estannées déjà, les pouvoirs locaux déve- pas peu fière. Il faut dire que la métropole wallonne est une villeloppent des initiatives sportives en ins- t où le sport est un élément fédérateur de la vie sociale et detallant des infrastructures sur le territoirecommunal, en créant un centre sportif l’épanouissement humain. ment Dlocal, en organisant des activités sportivesde quartier. Mais, malheureusement, le ERRIÈRE LA DYNAMIQUE E plaît beaucoup. Etfinancement sportif octroyé ne permet CHÉE ENCLENCHÉE par quelques pourtant, celapas à tous les pouvoirs locaux de mener ubs grands clubs qui contribuent au a été parfoisune politique communale de qualité. Et développement de son image ement difficile carlà, les communes font donc, comme pour au-delà de ses limites territoriales, bon mites je n’étais paschacune de leurs missions au quotidien, nombre de clubs composent le tissu asso- issue du sérail.preuve d’une grande créativité. ciatif sportif carolorégien. Et cela, parfois orégien. Je me suisLe Mouvement communal voulait, en ce es dans les disciplines les plus inattendues. donc réinvestiemois d’avril, rendre hommage à toutes les Car l’activité et les animations sportives y ces dernièrescommunes sportives en Région wallonne en ultiples. sont denses et multiples. Le Mouvement années dans lemettant, une fois n’est pas coutume, le sport communal porte ici un regard furtif sur le ci domaine du sport,à l’honneur dans son sommaire. Le choix est monde du sport carolo où l’ambition est de roloévidemment arbitraire mais a le mérite de es fédérer les clubs, les dirigeants et tous lesdonner quelques bons exemples de bonnes citoyens sportifs autour d’un même projet. utourpratiques parmi les membres de l’UVCW. Qu’on se le dise, à Charleroi, il y a tou-Ce dossier donne donc la parole tour à jours du sport près de chez soi. stour à Ingrid Colicis, Échevine des Sports Madame Colicis, vous voici en finà Charleroi, Fabrice Fourmanoit, Premier de premier mandat. Pourriez- ndat.Échevin et Échevin des Sports à Saint- nter vous vous présenter succincte-Ghislain, et Xavier Malmendier, Échevin cteurs ment pour les lecteurs qui nedes Sports à Visé. Sans oublier de clôturer nt vous connaîtraient pas encore ?le tout en laissant s’exprimer Jean-Michel hevine Je suis en effet Échevine depuisRouillon, Attaché Conseiller technique à cinq ans à Charleroi, mais j’ai roi,la Direction générale du Sport de la Fédé- d’abord été Échevine à la Com- neration Wallonie-Bruxelles sur un événe- illers. mune des Bons Villers. J’étais,ment fédérateur en la matière : le Tro- parallèlement à cela, Parle-phée communes sportives, qui se tiendra mentaire wallonne et à la Com- ecette année le 29 septembre. Le mois munauté française. Lorsque j’ai .prochain, le Mouvement communal évo- déménagé à Charleroi, j’y suis rleroi,quera d’autres initiatives communales en devenue Conseillère communale. On èrematière sportive, avec la commune de te m’a proposé ensuite de devenir ÉchevineRebecq et l’AES, l’association des établis- des Sports. Cela tombait particulière-sements sportifs. ment bien car c’est une matière qui me st AVR 20 2 N°86 MOUVEMEN COMMUNAL AVRIIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 11 AVRIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 11 OU ENT
    • Sport tout en me remettant également à en sportive » organisée par l’Adeps (NDLR : cf. avons un club de rugby ou d’escrime à faire. Aujourd’hui, je comprends mieux ce la quatrième entrevue de ce dossier), nous Charleroi ? En escalade, nous avons égale- que pensent les sportifs, ce qu’est le sens allons permettre aux différentes villes et ment une jeune championne de 15 ans sur de l’effort et je comprends la difficulté de communes qui nous entourent de parti- notre territoire. s’investir dans des structures qui peuvent ciper à une même activité. Avec l’Adeps, Ca veut dire que vous êtes particuliè- parfois poser des problèmes. nous leur livrons donc en quelque sorte rement attentive aux demandes de la Vous avez obtenu, pour 2012, le statut de un clef-sur-porte sportif. Car je sais à quel population ? Ville européenne du sport accordé par la point cela peut être difficile pour les éche- Oui. Si un club veut s’ouvrir, nous essayons Commission européenne à titre honori- vins de plus petites communes de mettre de le soutenir. Nous avons 40 infrastruc- fique. Pouvez-vous nous expliquer en quoi en place des organisations sportives, qui tures sportives qui tournent autour du consiste ce label ? demandent en général beaucoup de per- football à Charleroi, nous avons 43 terrains Ce label repose sur trois critères : l’impor- sonnel. Le deuxième axe concerne les dif- de football et ils sont remplis tout le temps. tance donnée à la formation des jeunes férentes organisations qui sont mises en C’était donc une nécessité de s’ouvrir à dans la ville, le lien entre le sport et la santé, place par la Ville ou parrainées par elle. On d’autres disciplines. Mon analyse, c’est et le fait de permettre un accès direct au amplifie donc des organisations existantes que certains clubs étaient auparavant arti- sport à la fois par les infrastructures, par comme, par exemple, les « 10 miles » de ficiellement maintenus en vie par la Ville. la disponibilité et le nombre important Charleroi, en y effectuant une campagne L’évolution est donc, pour moi, tout à fait de clubs, mais aussi par des mécanismes de communication grand public. naturelle. comme, par exemple, le chèque-sport De nouvelles infrastructures vont sortir Que consacre votre troisième axe ? pour les personnes défavorisées. Nous de terre ? Le troisième axe concerne le lien entre le avons eu une visite des délégués de la Nous allons en effet inaugurer pas mal de sport et la santé. À Charleroi, les médecins Commission en 2010. Ils ont pu consta- nouvelles infrastructures dans le domaine du sport de l’intercommunale hospitalière, ter, durant les trois jours de leur présence, de la formation des jeunes. Et puis, nous l’ISPPC, possèdent un service de méde- que toutes les activités demandées étaient allons, cette année, ré-inaugurer l’Hélios, cine du sport assez pointu. Ils vont donc mises en place. Ils ont visité des écoles et notre piscine aux dimensions olympiques. organiser un colloque au mois d’octobre des grandes infrastructures. Ils n’étaient C’est une étape importante pour le sport à sur le sujet du sport et de la santé. Mais absolument pas concernés par le sport Charleroi. nous avons également mis en place tout un d’élite. Ce qui arrangeait bien les affaires Quels sont les autres événements organi- cycle de conférences concernant le geste de la Ville car la ligne que nous avions défi- sés par la Ville ? qui sauve ou l’asthme qui peut être utilisé nie en 2008 concernait le sport pour tous. Charleroi est la Ville qui a mis en route le sur demande dans les communes voisines. Et donc, nous sommes passés du célébris- programme « Je cours pour ma forme ». Est-il facile, pour un échevin des sports, sime « Charleroi la sportive » à « Charleroi, Depuis quatre ans, plus de 400 personnes féminin de surcroît, de défendre les dos- Ville des sports ». Ils nous ont fait part de y adhèrent et terminent ensuite leur che- siers sportifs auprès de ses collègues ? l’octroi du label en 2011 en nous disant que min dans des clubs. Mais nous avons aussi Je ressentais beaucoup plus de difficultés nous serions « Ville européenne du sport » toute une série de nouvelles organisations dans une plus petite commune, aux Bons en 2012. Dont acte. qui vont s’installer à Charleroi et qui, j’es- Villers. J’ai la chance que, dans ma Ville, le Vous étiez en compétition avec d’autres père, vont y rester : la « Woman race », une sport est une évidence. Il y a 40 000 per- communes wallonnes ? course contre le cancer du sein, un festival sonnes par semaine qui font du sport. 452 Nous étions les seuls candidats belges. Par nommé « Rock and Ride » consacré aux clubs sont répertoriés et plus de la moitié contre, Anvers était candidate pour le titre sports de glisse et à la musique métal, huit bénéficie d’un subside. Tout cela crée une de Capitale européenne des sports mais heures de marche nordique, une décou- vie à laquelle les hommes politiques ne ils n’ont pas été retenus. Ils le seront sans verte des sports sur les terrils via le death- peuvent pas échapper. Même chose pour doute l’année prochaine. Nous avions fait, ride, le VTT, le run and bike… Vous voyez, la culture, je pense. Nous n’avons donc pour ce deuxième label, candidature com- notre but est aussi de s’intéresser aux pas dû batailler ferme pour obtenir des mune avec Anvers en sachant que la petite sports moins conventionnels, du moment budgets et j’ai toujours obtenu le soutien soutiendrait la grande et vice-versa. Je suis qu’ils peuvent se pratiquer facilement et nécessaire de la part du Collège. contente de savoir qu’ils se préparent dès en famille. Quels conseils donneriez-vous à vos collè- aujourd’hui pour obtenir leur label l’année C’était une volonté de votre part ? gues en matière de gestion sportive ? prochaine. Oui, car lorsque je suis devenue Éche- Il faut se définir une ligne politique et s’y Et maintenant que ce label est obtenu, vine, j’ai rencontré beaucoup de gens qui tenir, ne jamais la lâcher. Parce que cela quels sont les défis que s’est fixés Charle- se plaignaient de ne pas être soutenus permet d’avoir une cohérence par rapport roi en matière de sport ? quand ils pratiquaient des disciplines à ses choix, même s’ils sont négatifs pour Cela se décline en trois axes. D’abord, particulières comme le tir à l’arc ou l’esca- certains. Le tout est d’avoir le courage de s’y l’idée est d’associer les communes de la lade. Nous avons donc vraiment recentré accrocher. L’idée est aussi, et là je parle de périphérie de Charleroi à la fête du sport les moyens budgétaires sur ces clubs pour mon cas dans une grande ville, de conser- que nous avons mise sur pied. Et donc, leur permettre de grandir et de se déve- ver du personnel avec un esprit sportif car au travers d’une activité « Commune lopper. Savez-vous, par exemple, que nous il faut savoir de quoi on parle.12 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012
    • DOSSIER FABRICE FOURMANOIT, PREMIER ÉCHEVIN ET ÉCHEVIN DES SPORTS À SAINTGHISLAIN« Aider les jeunes jusqu’à la limite des moyens de la commune »Saint-Ghislain n’a pas hésité, elle aussi, à s’investir en matière communes. Une récente étude du Comitésportive. Après s’être dotée d’infrastructures de qualité, olympique interfédéral belge a ainsi mis en exergue que seuls quatre Belges sur dixdiversifiées et sans cesse plus performantes, la Commune s’est pratiquent un sport de manière hebdoma-lancée dans un nouveau défi : construire un véritable projet sportif, daire. Force est de constater que ce chiffre asocial et éducatif, accessible à tous, en collaboration avec les diminué de 6 % au cours des cinq dernières années, ce qui est pour le moins alarmant.clubs du cru via un concept baptisé « Action Jeunes ». Pourtant, les recommandations des profes-C sionnels sont unanimes quant à l’impor- ETTE INITIATIVE, MISE EN place Je suis en effet Échevin des Sports depuis tance de l’exercice physique pour le main- depuis plus de dix ans, permet à mon entrée au Collège en 1996 et cela me tien d’une bonne santé. Outre ces aspects, chaque enfant, quels que soient tient beaucoup à coeur. Il faut dire que le sport joue également un rôle psychoso- sa culture, son contexte familial et j’étais professeur d’éducation physique et cial important, en renforçant, entre autres,social, ses capacités et aptitudes sportives, que j’ai suivi l’Académie olympique belge l’estime de soi et en encourageant l’intégra-de participer à de nombreux stages durant où je suis académicien du sport. J’assure tion dans le milieu social.ses périodes d’inactivité scolaire. Ce que également la présidence de l’Association Il s’agit d’une initiative supracommunalenous explique Fabrice Fourmanoit, Pre- des Échevins des Sports depuis près de dix pure ?mier Échevin et Échevin des Sports à Saint- ans où nous rassemblons presque toutes les Elle est en effet spontanée, avec une aideGhislain, par ailleurs fondateur d’une communes de la Région de Mons-Borinage, financière minime des communes. Elleassociation des échevins du sport avec à savoir douze communes sur treize. Notre nous permet de partager des pratiques, desses collègues du Borinage. Mutualisation association a pour vocation de promou- usages, de développer des projets com-quand tu nous tiens ! voir et d’encourager par différents moyens muns, de mettre en communauté des initia-Monsieur Fourmanoit, le sport est un sujet l’activité physique dans notre région, tout tives. Nos événements phare sont l’« Happyqui vous tient à cœur ? en assurant une réelle solidarité entre nos New Year Trophy », une course qui se situe entre les deux réveillons, et le « Vivons vélo ». Avec ce dernier événement, nous essayons de convaincre nos communes respectives de l’utilité de développer l’usage du vélo via la mobilité douce afin, notamment, de sen- sibiliser les enfants au déplacement à vélo vers l’école. Chaque commune va, au tra- vers de l’association, développer une demi- journée au mois de septembre. L’idée est de sensibiliser la population et le Collège sur l’intérêt d’avoir des budgets communaux consacrés aux voies douces. Nous avons aussi organisé depuis très longtemps un mérite sportif, à l’échelon de notre région, pour mettre en évidence les sportifs talen- tueux de moins de 18 ans. Chaque com- mune vit différemment le développement du sport et nous essayons de sensibiliser chacun au sport-santé dans le domaine ali- mentaire ou au bon comportement à avoir. L’association a également son site, une mine d’or en matière d’information sportive… AVRIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 13
    • Sport sportive durant les périodes de vacances scolaires. Basé sur la qualité, la diversité et un taux réduit au strict minimum, nous organisons ainsi de très nombreux stages sportifs dans un maximum de disciplines sportives, une cinquantaine par an, pour nos jeunes de 3 à 18 ans, et ce durant toutes les périodes de congés scolaires. Un stage au sein d’un des clubs de Saint-Ghislain ne peut pas dépasser 50 euros. Si ces condi- tions sont respectées, la Ville interviendra pour les enfants de sa population à raison de 50 %. Nous avons également créé un centre sportif local intégré qui organise en parallèle le multi-sports et la psychomotri- cité en général. C’est une initiative qui porte ses fruits ? Oui, elle induit une naturelle symbiose Ensemble, au sein de l’association, nous structure de pétanque couverte renom- avec nos clubs. Elle permet à chaque avons en effet construit et élaboré un site mée au niveau national. L’idée est de per- enfant de participer à de nombreux stages nommé « sportcommunal.be ». Sur ce mettre au plus grand nombre d’avoir accès durant ses périodes d’inactivité scolaire site, nous avons souhaité analyser l’offre à toutes ces infrastructures, de faire de la et surtout, de s’inscrire, en finalité, dans sportive dans nos communes et réperto- qualité accessible à moindre coût. Toutes l’un ou l’autre club, après avoir goûté aux rier tout cela par discipline sportive. Mais les infrastructures sont mises gratuitement diversités sportives. Peut-être ce jeune sta- nous y faisons aussi apparaître les direc- à la disposition des clubs. En contrepartie, giaire deviendra-t-il un champion, nous le tives de l’Adeps, du Comité olympique, de ceux-ci sont invités à mettre en place une lui souhaitons. Mais là n’est pas l’objectif la Fédération Wallonie-Bruxelles… Nous politique éducative de qualité, à respecter primordial d’« Action Jeunes ». C’est plutôt avons aussi offert la possibilité aux clubs un plafond annuel de cotisations, à mettre de concevoir une véritable politique édu- d’y constituer leur page. La réalisation de en évidence leurs disciplines dans un cative sportive accessible à tous. ce site a pour objectif d’informer de l’offre esprit éthique et à organiser des stages de On le voit, vous ne manquez pas d’ini- sportive existante dans notre région, pour vacances. tiative. Comment le Collège reçoit-il vos encourager un maximum d’enfants et Votre volonté était donc de répondre à un propositions jusqu’ici ? d’adultes à choisir et pratiquer une activité besoin social… Il faut toujours défendre ses projets, c’est sportive motivée et adaptée, de proximité Il faut savoir que Saint-Ghislain est compo- sûr… Nous sommes dans des temps un peu ou non. Le sport est l’essence même de sée, pour 20 % du parc locatif, de logements plus difficiles et nous savons très bien que, l’esprit d’équipe, de fraternité et de res- sociaux. On veut donc intégrer un maxi- lorsque l’on a un parc sportif important, pect. Avec tous les collègues Échevins des mum de jeunes par des infrastructures de les bonnes infrastructures sont vieillis- Sports, nous souhaitons donc structurer et proximité. Nous avons aussi des espaces santes. J’ai attribué dès le départ beaucoup construire, ensemble, une réelle politique multi-sportifs de rue qui fonctionnent bien. d’importance à ce que l’on intervienne sur sportive culturo-éducative et solidaire Cela prouve que l’on a bien répondu à une les infrastructures afin qu’elles soient pré- pour Mons-Borinage. attente urgente de proximité. Ce qui m’in- servées. Comme il y en a beaucoup, il y a Pouvez-vous nous en dire plus sur la poli- téresse, c’est de donner la possibilité aux souvent beaucoup de dossiers qui passent. tique sportive de la Ville ? jeunes de découvrir une discipline dans Je crois qu’il ne faut pas se limiter à pro- À Saint-Ghislain, nous avons mis en place laquelle ils vont pouvoir évoluer. Le sport téger son patrimoine, mais qu’il faut aussi une politique sportive dès le lendemain coûte cher et nous ne pouvions accepter s’adapter à l’évolution du monde dans de la fusion des communes. La Ville a qu’il soit source d’exclusion. Ainsi, outre lequel on vit. ainsi développé de nombreux projets l’accessibilité gratuite d’infrastructures Nous sommes à l’aube de nouvelles élec- d’infrastructures. La diversité sur notre sportives publiques libres et le maintien tions communales. Quels conseils don- sol territorial, pour une petite commune d’une piscine publique, il était nécessaire neriez-vous aux nouveaux collègues en de 23 000 habitants, est relativement d’agir sur d’autres axes avec nos clubs pour matière de sport ? impressionnante : nous avons un stade atteindre un résultat et limiter toute dérive. Cela dépend évidemment de la commune. d’athlétisme, le premier synthétique agréé D’où, d’ailleurs, votre « Action Jeunes »… Cela dépend aussi de beaucoup de para- FIFA, de nombreuses infrastructures de J’en suis très fier. Cela fait plus de quinze mètres : la dimension de la commune, les tennis couvert, une piscine, quatre halls ans que l’on a initié le concept. Bien avant moyens, les infrastructures disponibles ou omnisports, deux salles d’éducation phy- que l’on ne parle des chèques-sports, nous que l’on a promises dans un programme sique, un parc remarquable à Baudour, avons souhaité, au travers de la politique électoral, la constitution du collège… C’est un ballodrôme, un club de jogging et une « Action Jeunes », réfléchir à l’attente très bien de développer des projets et de14 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012
    • DOSSIERles défendre, mais c’est encore mieux de auquel chaque échevin des sports doit d’accompagner un projet et de constater quepouvoir les inscrire dans les budgets com- faire face pour maîtriser le tout. les jeunes évoluent. La commune doit doncmunaux. C’est évidemment fondamental Quoi d’autre ? aider ces jeunes dans leur évolution jusqu’àd’avoir la possibilité d’utiliser des moyens. Je pense qu’aujourd’hui, dans les communes la limite de ses moyens. Il y a des mentalitésC’est la base de tout. Et, néanmoins, wallonnes, on donne beaucoup d’impor- à changer et il ne faudrait pas que le sportlorsque le budget est là, nous ne sommes tance au culturel, à l’intergénérationnel. Il devienne la propriété des personnes qui ontencore nulle part car toutes les contraintes est donc important d’avoir une vision large une certaine dimension sociale. Il est fonda-prennent énormément de temps. Le para- du sport et non une vision qui se limiterait mental de donner du sens à l’utilisation d’unmètre temps est, pour moi, un paramètre à un match de football ou à des bons résul- outil sportif et à la pratique d’un sport, quel tats. Ce qui est séduisant et motivant, c’est qu’il soit. XAVIER MALMENDIER, ÉCHEVIN DES SPORTS À VISÉ « Le sport a aussi un rôle de prévention sociale à jouer » À Visé, l’Échevinat des Sports n’est pas en reste. Ainsi, chaque année, un répertoire des clubs sportifs de la Ville, distribué en toutes-boîtes, informe les citoyens sur les nombreuses disciplines présentes sur le territoire de la Commune. La Ville, elle, s’investit, en collaboration avec des clubs ou associations qui, par ailleurs, profitent de toute l’infrastructure sportive de la Commune gratuitement, dans l’organisation d’événements sportifs afin de promouvoir la pratique du sport. Sans oublier les stages sportifs organisés durant les congés scolaires, comme nous l’explique Xavier Malmendier, Échevin des Sports. Monsieur Malmendier, depuis quand Visé est l’une des villes sportives wallonnes vous occupez-vous du sport à Visé ? par excellence… Je suis Échevin des Sports depuis bientôt La Ville est en effet propriétaire de toutes six ans. Préalablement, j’ai été Échevin les infrastructures sportives disposées sur des Finances, Échevin du Commerce et son territoire, en ce compris les différents Échevin de la Culture. J’en suis à mon halls, la piscine, mais aussi les terrains de troisième mandat. Le sport, c’est un tennis et de football. Elle met donc gratui- échevinat que je désirais réellement. tement ces infrastructures à disposition Il faut dire que cela me passionne et de tout un chacun, de tous les clubs qui que, avec les finances, j’ai pu faire le désirent. Il n’y a pas de tarif de loca- mes armes en matière de gestion. tion. L’idée est de favoriser le plus pos- Je suis juriste de formation et sible la pratique du sport pour tous. Faire expert fiscal. Je pense pourtant mieux que cela me paraît impossible car, a que les finances ne sont pas des contrario, nous ne demandons pas à inter- matières très agréables à prati- venir dans les décisions et la gestion des quer dans un milieu politique. clubs qui profitent de nos infrastructures. L’important, pour moi, était Nous les incitons juste à organiser des évé- cependant de toucher à tout, de nements et des actions spéciales destinés voir d’autres disciplines et d’évo- aux plus jeunes. luer. Je n’ai pas donc trop à me Vous aidez également les clubs plaindre. Mais le sport reste la financièrement ? matière dans laquelle je me sens On donne un petit subside annuel mais le plus impliqué. celui-ci est très minime. Notre volonté est AVRIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 15
    • Sport se déroule le deuxième week-end du mois de mai. Le sport est-il aussi considéré comme essentiel par vos collègues du Collège ? C’est vrai que le sport n’est pas la matière la plus protégée au niveau local wal- lon. Mais Visé n’est pas dans ce cas de figure, pour des raisons historiques sans doute. Nous pensons en effet que le sport a aussi un rôle de prévention sociale à jouer. Pour nous, il est important d’occu- per les plus jeunes par le sport. C’est une habitude prise par la Commune depuis maintenant de nombreuses années. Et puis, il s’agit de mon troisième mandat et je connais donc bien les rouages de la Ville. Cela aide de bien connaître le fonc- tionnement des dossiers, de pouvoir agir efficacement pour atteindre notre but. vraiment d’aider les clubs par la gratuité sont accompagnées d’une aire de détente C’est l’expérience qui commence à porter des infrastructures et des aires extérieures, et de jeux pour les plus petits. C’est la pra- ses fruits. mais aussi par l’aide que le personnel du tique du sport à toute heure du jour ou de Visé a sans doute aussi son rôle à jouer Service des Sports peut apporter, ne serait- la nuit, les jeunes y vont quand ils veulent. en matière de transcommunalité. Est- ce qu’en matière d’entretien. Notre parti- Vous semblez être très à l’écoute de vos elle reconnue par les communes voisines cularité, à l’Échevinat des Sports de Visé, concitoyens lorsqu’il s’agit de répondre comme le lieu où il faut se déplacer pour c’est que nous avons notre propre service aux demandes particulières en matière pratiquer un sport de qualité ? d’ouvriers. Ainsi, on ne veut pas que les de sport… Il est vrai que plus de 50 % de la popula- clubs soient tentés de rémunérer du per- Oui, car Visé est une ville à visage humain. tion qui fréquente nos clubs vient de com- sonnel, ce n’est pas l’objectif. On voudrait On peut donc parfois changer nos priorités munes avoisinantes. Mais c’est normal car vraiment inciter tout un chacun à s’intéres- en la matière, mais on veille tout de même nous avons beaucoup d’écoles à Visé. Les ser à toutes les disciplines existantes. Et il y à n’accepter que les demandes qui ont un clubs organisent aussi des stages sportifs en a quelques-unes… caractère collectif. Mais bon, il faut bien destinés aux enfants des écoles mater- Les travaux ont été conséquents ces der- se dire que notre offre est variée et que nelles et primaires. Les piliers de la fré- nières années ? les citoyens trouvent en général ce qu’ils quentation de Visé sont le sport, la culture, Ces dernières années, nous avons surtout recherchent. Pour les informer, les clubs le commerce et les écoles. Tout cela se tient, veillé à mettre toutes les infrastructures font eux-mêmes leur publicité. Quant à je pense. C’est une image de marque que aux normes. Les clubs et les fédérations nous, nous publions annuellement un possède la Ville en général : il y fait bon ont des exigences qui ne cessent de croître, guide de la pratique du sport en toutes- vivre et la vie y est plutôt facile. sans oublier qu’il faut éclairer les terrains boîtes. Et les parents peuvent bénéficier En conclusion, et vu que le sport est une de plus en plus tard. Nous avons effectué du chèque-sport de 20 euros pour l’ins- affaire qui marche à Visé, quels conseils des travaux dans notre piscine et nous cription de leurs enfants à un club. donneriez-vous à vos collègues Échevins l’inaugurons très bientôt. Il y a une grande Visé semble également capitaliser sur cer- des Sports ? demande en matière nautique, car notre tains événements phares… Pour moi, il est essentiel de ne pas se subs- section aviron fonctionne pas mal. Et puis, Citons notamment : l’Open international tituer aux clubs et de ne pas intervenir nous avons eu une énorme demande pour de la Ligue belge de Judo, le Cross de la dans leur gestion. Je pense qu’avoir une les sports d’extérieur. Nous venons donc Julienne, la Zatopek en famille, mais éga- commune dirigiste n’est pas une bonne d’achever récemment un terrain synthé- lement l’organisation d’événements spor- chose. Pour que les clubs tiennent debout, tique multisports sur notre plaine. tifs occasionnels comme les rencontres il faut leur laisser leurs choix de gestion. Vous avez quelques infrastructures de rue internationales de rugby, de boxe anglaise, Tout le monde est mis sur un pied d’éga- aussi, j’imagine ? de tennis de table, de jiu-jitsu, de bad- lité, d’où qu’il vienne, quel que soit le sport Il y a effectivement quelques petites minton… L’Open international de judo, pratiqué. C’est comme cela que les clubs se infrastructures au-delà des infrastruc- par exemple, se déroule fin janvier, début prennent en main et évoluent. Mais com- tures purement sportives, mais égale- février. On reçoit alors 400 à 500 judokas prenons-nous bien, nos chefs de service ment un petit peu de sport de rue. Il s’agit de haut niveau, champions du monde ou sont tout de même en contact permanent de zones ouvertes à toutes pratiques. Les d’Europe, et champions olympiques. Nous avec les clubs. Il n’y a pas besoin de mettre jeunes peuvent y jouer au basket ou au organisons également de manière récur- une procédure en place avec eux, elle est mini-foot. Souvent, ces infrastructures rente le Marathon de la Basse-Meuse qui naturelle.16 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012
    • DOSSIER JEANMICHEL ROUILLON, ATTACHÉ CONSEILLER TECHNIQUE À LA DIRECTION GÉNÉRALE DU SPORT DE LA FÉDÉRATION WALLONIEBRUXELLES « Il faut investir dans la santé des jeunes »Mieux connue sous l’ancienne appellation d’Adeps, la Direction générale du Sport fait partieintégrante du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 1983.C E SERVICE PUBLIC COMPTE plus Jean-Michel Rouillon, Attaché Conseiller fédérations sportives reconnues, les pou- de 400 personnes, aidées de 1.600 technique, nous entretient ici d’un évé- voirs locaux et près de 60 centres sportifs moniteurs occasionnels, chargées nement plus particulièrement destiné locaux agréés. La Direction générale du de créer, animer et promouvoir un aux communes : le Trophée communes Sport de la Fédération Wallonie-Bruxellesnombre croissant d’activités sportives : sport sportives, qui se tiendra cette année le 29 compte quatre Directions, dont l’une, cellepour tous, stages de vacances sportives et septembre. du « Sport pour tous », a pour mission lesoutien financier à des activités organisées Monsieur Rouillon, pouvez-vous nous développement des programmes desti-par les administrations publiques ou les rappeler quelles sont les missions locales nés à inciter la population francophoneassociations de jeunesse, aux fédérations de l’Adeps ? à faire plus de sport. C’est un service quisportives reconnues, au sport francophone L’Adeps est présente au niveau local par existe depuis 40 ans, l’Adeps elle-mêmede haut niveau au travers, notamment, des le biais de ses 18 centres sportifs, de ses existant depuis 56 ans. J’ai été engagé encontrats de travail et des bourses indivi- six centres de conseil du sport et par sa tant que licencié en éducation physiqueduelles attribuées aux élites. collaboration avec une soixantaine de pour contribuer au développement de ces AVRIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 17
    • Sport programmes nouveaux, en plein air, parce à destination de l’enseignement secon- que le public a de plus en plus conscience daire, mobilise chaque année 200 établis- que la condition physique est importante sements scolaires. L’idée est d’inciter les pour le psychique et le professionnel. écoles à développer tout un programme Vous vous adressez aux plus jeunes ? d’entraînement. Notre mission est en effet de développer Vous vous préparez aussi à organiser votre une série d’activités par de la communi- 16e “Trophée communes sportives”, plus cation événementielle. Nous organisons particulièrement destiné aux communes… des opérations parce que nous n’avons On a en effet une action vers les com- pas les moyens de mener de grandes cam- munes, depuis 15 ans déjà : le “Trophée pagnes publicitaires. Il s’agit de sports communes sportives” qui, chaque année, orientés sur la famille afin d’entraîner les regroupe une petite centaine de com- parents dans la course. On vise aussi les munes. Pendant dix ans, nous avons professeurs d’éducation physique. Ainsi, organisé cet événement avec le Centre le « Rhétos trophée », que nous organisons sportif du Sart-Tilman à Liège et celui de Louvain-la-Neuve. Ce Trophée se base sur six épreuves compétitives réservées aux Échevins des Sports : la course à pied, la natation, le football, le VTT, la pétanque et le tir à l’arc. Dans chacune de ces dis- ciplines, la commune doit désigner ses meilleurs sportifs. La commune reçoit des points en fonction de son classement. À côté de cela, on incite à la participation des habitants. À partir de 2008, nous avons décidé d’organiser ce trophée en extérieur, dans les communes même. La première fut Marche-en-Famenne, puis ce fut La Louvière, Woluwé-Saint-Lambert, puis Le 16e Trophée Wanze. À partir de là, nous avons incité les communes à organiser un programme retombées positives au niveau de la pra- communes d’activités locales. Sur 96 communes, une tique sportive générale dans la Fédération soixantaine a, au fil des années, développé Wallonie-Bruxelles. C’est pourquoi la 16e sportives ce concept. édition du “Trophée communes sportives” Que nous réserve la prochaine édition ? ambitionne d’assurer une très large mobi- Comment Je pense que nous sommes mûrs pour passer à la vitesse supérieure en mobili- lisation de la population francophone en Wallonie et à Bruxelles pour augmenter s’inscrire ? sant l’ensemble des communes en Wallo- nie et à Bruxelles. Nous demandons donc le niveau de pratique sportive de notre population. Toutes les informations ainsi que aux communes d’organiser du sport avec C’est 62 fédérations et 6 000 clubs sportifs le formulaire d’inscription peuvent l’ensemble de leurs clubs le 29 septembre qui devraient être conscientisés… être obtenus dans les services prochain. Nous avons réuni les 62 fédéra- La Direction générale du Sport du Minis- de la Direction générale du Sport tions reconnues pour ce faire et on leur a tère de la Fédération Wallonie-Bruxelles du Ministère de la Fédération demandé si elles étaient prêtes à relever le reconnaît en effet une soixantaine de Wallonie-Bruxelles - Service Sport défi avec nous. fédérations sportives qui assurent la ges- pour Tous - Tél. : 02/413.25.00 - Il s’agira d’une édition « olympique »… tion d’une cinquantaine de disciplines Fax : 02/413.29.04 - Les Jeux olympiques de Londres se dérou- sportives différentes par l’intermédiaire info.spt@cfwb.be leront en effet du 27 juillet au 12 août 2012. de leurs 6 000 clubs sportifs répartis dans Avertissement La Belgique et la Fédération Wallonie- les 281 villes et communes de la Fédé- En cette année d’élections Bruxelles pourront compter sur plusieurs ration Wallonie-Bruxelles. Le samedi 29 communales, il importe de athlètes de talent pour briller au plus haut septembre, ces 6 000 clubs sportifs et une rappeler que l’organisation d’un tel niveau sportif mondial : les frères Borlée, grande partie de leurs 450 000 affiliés événement pourrait être retenue Jean-Michel Saive, Charline Van Snick, se mettront au service des 3 millions de comme dépense électorale. Fanny Lecluysse ou encore Philippe Gilbert francophones non sportifs pour leur faire Pour toute information, l’UVCW est à votre service (Caroline seront effectivement les porte-drapeaux découvrir une ou plusieurs disciplines Francotte 081 24 06 74). du sport francophone. Il serait souhaitable sportives et essayer de les convaincre de que leurs performances provoquent des poursuivre une pratique sportive régulière.18 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012
    • DOSSIER à Louvain-la-Neuve. Il sera organisé dans les infrastructures du Centre sportif de Blocry à Louvain-la-Neuve. Un maximum de 96 villes ou communes seront admises à participer à ce programme dont le clas- sement sera établi en fonction de critères précis. Le Trophée « participation » sera, lui, basé sur la participation de la popu- lation aux activités sportives organisées dans chaque commune de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Déjà au programme lors des précédentes éditions du “Tro- phée communes sportives” sous le label « Programme d’activités locales – PAL », cette seconde option a pour objectif de permettre aux habitants de valoriser leur participation sportive, le jour du Trophée, dans les clubs et infrastructures sportives de leur propre commune. Vous visez également une renommée euro- péenne, je pense… En effet. Comme vous le savez sans doute, le sport est une matière européenne depuis le Traité de Lisbonne. À l’Union euro- péenne, il s’est donc créé une Direction Sport avec des budgets à la clé. L’Europe a d’ailleurs distribué des titres de villes euro- péennes du sport. Nous voudrions inviter l’Union européenne à venir voir ce que l’on fait en Wallonie le 29 septembre. L’objectifComment les communes pourront-elles sportivité en prenant part à l’un ou aux serait d’être un modèle pour l’Europe.dès lors s’associer à l’événement ? deux aspects de l’organisation. Cette Pensez-vous qu’il soit facile de conscienti-La 16e édition du “Trophée communes année, deux classements seront établis. ser les communes wallonnes à la pratiquesportives” va permettre à toutes les villes Le Trophée « compétition » sera basé sur du sport ?et communes de la Fédération Wallo- la participation de sportifs communaux Dans certaines communes, certaine-nie-Bruxelles de prouver leur niveau de aux six épreuves compétitives organisées ment. Je dirais qu’à 50 %, oui. Et parmi AVRIL 2012 N°867 MOUVEMENT COMMUNAL 19
    • Sport les communes qui participent au Tro- population. Parce qu’il faut aussi absolu- un centre de conseil et un inspecteur qui phée, il y a des échevins acharnés. Mais ment investir sur la santé des jeunes. est à l’écoute des communes de sa pro- il y a malheureusement l’aspect financier Quel est le message que vous voudriez vince. Il faut que les communes se ren- et organisationnel. Certaines communes aujourd’hui faire passer auprès de nos seignent sur les possibilités qui s’offrent à possèdent un Service des Sports, d’autres membres ? elles en cette matière et qu’elles réservent pas. En règle générale, il y a de la bonne Mon message est celui-ci : la pratique un bon accueil aux inspecteurs quand volonté mais, parfois, l’Échevin des Sports sportive est essentielle pour la jeunesse. ils viennent chez eux. Là, avec ce Tro- a beaucoup d’autres occupations. Le sport Il faut que l’on s’associe… Qu’il y ait, phée, il y a moyen de faire quelque chose n’est donc pas forcément une priorité pour dans chaque commune wallonne, une ensemble et je crois vraiment que, pour les communes, mais nous sommes pour- collaboration qui se mette en place avec lancer ce mouvement, l’année des Jeux tant persuadés qu’il faut absolument pro- les services de la Direction générale des olympiques est une opportunité qu’il ne mouvoir la pratique sportive auprès de la Sports. L’Adeps a, dans chaque province, faut pas manquer. L’AES : un acteur indispensable pour le sport communal I L SERAIT IMPOSSIBLE DE clôturer la pratique sportive quel qu’en soit le ce dossier sans faire référence à un niveau ; acteur indispensable pour le sport - s’intéresser à tout autre but connexe se communal : l’AES. L’Association des rapportant directement ou indirectement Etablissements sportifs est née en 1979 de au décret du 27 février 2003 organisant la la fusion de l’Association des Bains publics reconnaissance et le subventionnement et de l’Association des Centres sportifs. des centres sportifs locaux et des centres Son rôle essentiel est de regrouper, de sportifs locaux intégrés, ainsi qu’à ses arrê- représenter et de défendre les intérêts tés d’application ; des centres sportifs des Communautés - s’intéresser par toute voie à toute autre française et germanophone. L’AES a été association ou groupement poursuivant reconnue officiellement par la Fédération des buts similaires ou connexe. Wallonie-Bruxelles avec effet à la date du L’AES a constitué des commissions tech- 1er janvier 2003. niques, appelées « secteurs », pour étudier Les objectifs de l’asbl sont multiples : les problèmes liés à des secteurs bien précis - exercer une mission de conseil auprès de l’activité. Ces commissions sont ouvertes des centres sportifs reconnus ou qui sou- à toute personne qui souhaite apporter son haitent solliciter leur recon- expérience et investir un peu de son temps. REGROUPER, naissance, ainsi qu’auprès du Gouvernement de la Com- Il peut s’agir de gestionnaires, de personnel technique ou de spécialistes extérieurs pour REPRÉSENTER ET munauté française ; - aider à une mise en place et certaines matières, comme les assurances par exemple. La gestion journalière de l’AES DÉFENDRE LES à une amélioration constante est animée par un staff de six personnes qui de la gestion et du fonction- relayent et mettent en application les choix CENTRES SPORTIFS nement des infrastructures des administrateurs et qui apportent quoti- sportives ; diennement aux centres sportifs membres - contribuer à l’encourage- aide et soutien. Le Mouvement communal ment et à la promotion de y reviendra le mois prochain. Pour plus d’infos AES asbl - Allée du Bol d’Air, 13 à 4031 Angleur - Tél. 04 336 82 20 - info@aes-asbl.be20 MOUVEMENT COMMUNAL N°867 AVRIL 2012