Your SlideShare is downloading. ×
Conférence Belfedar au Salon de l'éducation 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Conférence Belfedar au Salon de l'éducation 2012

62

Published on

Le 19 octobre 2012, Christelle Lacour a donné une conférence concernant Belfedar, « un jeu favorisant le respect entre les jeunes », au Salon de l’éducation à Namur. …

Le 19 octobre 2012, Christelle Lacour a donné une conférence concernant Belfedar, « un jeu favorisant le respect entre les jeunes », au Salon de l’éducation à Namur.
La vidéo est accessible sur notre site Internet : http://www.universitedepaix.org/video-conference-belfedar-jeu-cooperatif

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
62
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 10/19/2012 1 Belfedar, un jeu qui favorise le respect chez les jeunes Salon de l’Education de Namur 19 octobre 2012 Christelle Lacour 1. Université de Paix 2. Conception de Belfedar 3. Recherches : Social skills 4. Objectifs et spécificités 5. Objectifs pédagogiques et défis 6. Rôle de l’animateur Imaginer d’aut res défis Trier les cart es Expliquer les règles du jeu Ajout er des règles de vie Cadrer et animer la part ie Quest ionner les joueurs Sommaire
  • 2. 10/19/2012 2 Université de Paix Fondée par Dominique Pire (Prix Nobel de la Paix 1958),Organisation de Jeunesse depuis 1976. Formations : courtes, longues, certificatives Animations Ateliers Conférences Coaching Supervisions d’équipes Publications Outils pédagogiques Recherche-action M édiation par les pairs depuis 25ans. Demande d’outilsconcrets,ludiques, directement utilisablessans formation. Sensibilisation des jeunes et des adultesencadrants. 4 années de conception pour la version française : Conseils de PascalDeru : anthropologue, concepteur dejeux, journaliste, formateur et écrivain dans ledomainedu jeu coopératif. Testing dans plus de 150 groupes de jeunes, de familles, d’amis. Questionnaires et ajustements. Financement par la Fondation Evens. Traduction en Néerlandais,Polonaiset Espagnol (avril 2013). Conception de Belfedar
  • 3. 10/19/2012 3 Recherches : Social Skills En Belgique, les recherches de Benoît Galand à propos de la violence en milieu scolaire indiquent 3 axes de prévent ion : la pédagogie ; la discipline ; les compét ences sociales. Ét ude américaine d’une universit é de Chicago (2011) : t rès large enquêt e recouvrant les enfant s ent re 5 et 18 ans et incluant l’école, la famille, les aut res groupes d’appart enance. Apprendre à coopérer en s'amusant ! Prévenir la violenceen favorisant la cohésion du groupe. Développer des habiletés sociales pour gérerles conflits. Précisément, les défis ont pour but de … mieux se connaître et mieux connaître les autres développer l’estime de soi favoriser l’expressioncréative exprimer et gérer les émotions prat iquer l'écoute apprendre la coopérat ion Objectifs
  • 4. 10/19/2012 4 Jeu pédagogique LUDIQUE ! Coopération surle fond (défis) et sur la forme (stratégies à négocier) >< habituellementsur la forme. Défis reproductibles, même avec les mêmes joueurs. Div ersité des moyens d’expression: chanter, parler, dessiner, écrire, mimer, faire des mouv ements. Avec ou sans animateur : autonomie des jeunes, scolaire et extrascolaire, plus ou moins en profondeur. Adaptationà l’écoleet aux activitésextrascolaires: cours philosophiques, Français, langues, sport ou expression corporelle, … Défis coopératifs inv entables à l’infini. Un jeu hors du commun Apprendre à connaître les autres autrement, s’exprimer sur son propre v écu: outil de prévention des conflits car, si je connais l’autre, je peux : trouv er aveclui des points communs plus facilement, plutôt que des différences, sources de conflits ; comprendre son point de vue et me mettre à sa place, sans pour autantêtre d'accordavec lui ; dépasser mes a priori sur lui et le v oir autrement. Mieux se connaître
  • 5. 10/19/2012 5 Manque de confianceen moi : en cas de conflit, je fuis, je m’écrase ou je domine l’autre. Confiance en moi et en l’autre : j’exprime mon opinion tout en respectant celle de l’autre et je cherche des solutions qui conviennentaux deux parties. Sentiment d’appartenance au groupe : précieux pour prév enir la v iolence(harcèlement, boucémissaire) et faciliter la gestion positiv e des conflits. Estime de soi
  • 6. 10/19/2012 6 En situation conflictuelle, j’ai parfois tendance à penser qu’il n’existe qu’une solution possible au problème posé. Faire preuve de créativité signifie sortir du cadre habituel de pensée pour imaginer des solutions nouvelles aux difficultés rencontrées, des solutions win/win. Créativité
  • 7. 10/19/2012 7 Communicationpositive et nonviolente de ces 30 dernières années : point commun= expression des émotions (en « je ») plutôt que jugements. Par ailleurs, gérer physiquement mes émotions en cas de conflit permet de : prendre du recul ; clarifier ce dont j’ai besoin pour me sentir mieux ; m’exprimer sans être submergé par mon ressenti. Gestion des émotions
  • 8. 10/19/2012 8 Formidable outil à la fois de prévention de la violence et de gestion positive des conflits. Si je prends le temps d’écouter l’autre, de comprendre ce qu’il vit, même sans être d’accord avec lui, il se sentira entendu et accueilli. L’autre pourra alors mieux comprendre mon vécu en retour. Ecoute
  • 9. 10/19/2012 9 Choisir entre coopérer ou jouer la compétition et découvrir les av antages de la coopération. Ils gagneront ou perdront la partie tous ensemble, plutôt que les uns contre les autres. Coopération
  • 10. 10/19/2012 10 Imaginer d’autres défis. Trier les cartes. Expliquer les règles du jeu. Ajouter des règles de vie. Cadrer et animer la partie. Questionner les joueurs. Rôle de l’animateur Difficulté Critère de réussite Nombre de joueurs minimal M ode d’expression privilégié Temps Imaginer d’autres défis
  • 11. 10/19/2012 11 Cartes défis et/ou fioles : changer d’ordre ou supprimer/ne garder que certaines cartes. Selon le niv eau de difficulté. Selon le mode d’expression. Selon le niv eau de tension : activ ités calmes ou plus remuantes. Selon le niv eau de confiance de l’équipe des joueurs. Selon l’âge, le nombre, les désirs, le degré de concentration, les spécificités des joueurs. Trier les cartes Le but est d’ouvrir t outes les portes de la forteresse de Belfedar, pour sort ir et rejoindre le monde merveilleux d'Uménia. Pour cela, les joueurs doivent relever des défis. À la fin du jeu, s’il rest e une seule port e fermée, un sortilège jeté par la sorcière Belfedar referme toutes les port es et emprisonne les joueurs dans le chât eau … Expliquer les règles du jeu
  • 12. 10/19/2012 12 Le jeu se termine dans 3 cas … Si un joueur arrive sur la dernière case et que toutes les portes sont ouvertes : les joueurs tirent une dernière carte défi. Si le défi final est réussi : la partie de jeu est gagnée. Sinon elle est perdue. Si un joueur arrive sur la dernière case et qu’une ou plusieurs porte(s) est (sont) fermée(s) : les joueurs font autant de défis qu’il y a de portes encore fermées + le défi final. Si un seul de ces défis est raté, la partie est perdue. Ex. 2 portes fermées = 2 défis + le défi final = 3 défis à réussir ! Si toutes les portes ont disparu grâce aux bombes récoltées, que les joueurs aient atteint la fin de la spirale ou pas, le jeu est automatiquement gagné. Expliquer les règles du jeu Règles pour le mieux «Viv re ensemble »en plus des règles du jeu. Sécurité de règles transposables en dehors du jeu. Négociées ou pas av ec les jeunes. Enoncées/modifiées selon ce qui se passe. Maître du jeu explique, affiche, rappelle règles et applique sanctions. Jeunes peuvent aussi y avoir recours. Transgression => gage = sanctionpour assumer, réparer les conséquences de la transgression. Ajouterdes règles de vie
  • 13. 10/19/2012 13 Je parle en mon nom et quand j’exprime mes émotions et mon opinion : « Je pense … » ; « Je ressens … » => Je redis ce que je viens d’expliquer en utilisant le « je ». Je ne fais pas mal, ni avec les mots, ni avec les gestes => Si je dis une parole blessante, je m’excuse et je reformule enlangage acceptable ; si je fais mal avec les gestes, je propose une réparation. Je parle uniquement quand j’ai le bâton de parole => La première fois, je répète ce qui vient d’être dit ; si je recommence, je perds mon droit à la parole la fois suivante/pendant x minutes. Ajouterdes règles de vie Humour déplacé, jeux sexuels, liberté de ne pas participer, … Qui joue ? Minimum 4 et maximum 8 joueurs : moins de 4 = pas un groupe ; plus de 8, ralentissement du rythme. 10 ans au moins : écriture et vocabulaire, décentration/empathie. Quand jouer ? Rituel (2x/mois ou 1x/semaine). En cas de tension. Rôle du maître dujeu durant la partie? Rapport égalitaire dans le jeu : l’animateur joue aussi. Maître du jeu relie jeu et situations vécues en réalité dans le groupe. Il peut lire les cartes défis ou fioles et répondre aux questions. Il est garant du respect des règles du jeu/de vie et des consignes des cartes. En cas de désaccord, le maître du jeu tranche : défi gagné ou pas, indécision sur une stratégie à adopter, divergences dans la compréhension d’une règle ou consigne, … L’animation peut passer dans les mains des jeunes : joueurs plus âgés ou expérimentés, joueurs ayant joué plusieurs fois à Belfedar, tournante d’animation entre joueurs, … Autonomie progressive des jeunes : plus d’animateur mais simplement un accompagnateur adulte ? Cadrer et animer la partie
  • 14. 10/19/2012 14 Connaissance de soi Comment me suis-je senti(e) lors de cette activité ? Ce que j’ai présenté de moi a-t-il permis aux autres de me connaître autrement ? Je préfère travailler individuellement, à deux ou en groupe ? Pourquoi ? Connaissance des autres Ce jeu m’a-t-il permis de découvrir chez l’autre des aspects de lui que j’ignorais ? Quels points communs ai-je trouvé avec l’autre ? Difficultés /stratégies Est-ce facile d’accepter la solution proposée par un autre participant ? Comment le groupe a-t-il fonctionné pour se mettre d’accord : distribution de la parole à chacun, débat animé, vote, ... ? Qu’est-ce que je souhaiterais pouvoir faire ou dire lors de la prochaine partie de jeu ? Lienavec la vie réelle Y a-t-il des situations de la vie courante où je comporte comme dans l’activité ? Ce que j’ai appris et découvert grâce à l’activité, puis-je l’appliquer dans des situations de la vie courante ? Questionner les joueurs Questionner les joueurs « … ça donne envie d'y rejouer ! » « On apprend à se dét endre, à se décoincer et à parler avec les aut res. » « … ça permet de bien se sent ir dans le groupe ! »
  • 15. 10/19/2012 15 Christelle Lacour : +32/81.55.41.41 c.lacour@universitedepaix.be www.universitedepaix.org www.belfedar.org Merci pour votre écoute et votre partage ! Bravo pour votre participation ! A vous de jouer à présent … Pour vous informer

×