Presentation elhaiby-fsr-original

257 views
218 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
257
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
8
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Presentation elhaiby-fsr-original

  1. 1. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR Intégration des compétences : TPCs Croisés Edgard Haiby Institut supérieur de sciences religieuses ISSR
  2. 2. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 1 - Contexte  En adoptant le processus de Bologne, la mission académique se trouve de plus en plus concentrée autour des compétences que le processus d’apprentissage s’occupe à développer chez l’apprenant.  Selon la taxonomie de Bloom, l’accès à la compétence est jalonné par plusieurs niveaux selon lesquels l’étudiant passe du niveau de la (1) connaissance et de la (2) compréhension à celui de (3) l’application, de (4) l’analyse, de la (5) synthèse et de (6) l’évaluation. Or, comme dans chaque cours (ou séminaire) les séquences pédagogiques n’ont pas toutes la même fonction et ne se situent pas sur le même niveau taxonomique, de même tous les cours d’un cursus n’ont pas la même fonction et ne se situent pas sur le même niveau taxonomique. D’où la nécessité de promouvoir le travail personnel de l’étudiant dans le sens de l’intégration des différents éléments (plus ou moins simples) d’une compétence complexe. Ceci ressemble, en mathématique, au statut de l’intégral par rapport aux éléments différentiels.
  3. 3. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 1 - Contexte Synthétiser Evaluer Analyser Compétences Connaître Appliquer Comprendre
  4. 4. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 1 - Contexte  Dans ce contexte, après des séances de travail commun avec le département de formation continue de la Faculté des sciences de l’éducation autour des différents types d’intégration (conceptuelle et méthodologique), et en prenant en compte la charge de travail qui doit être assumée par l’étudiant, l’ISSR s’est lancé dans cette expérience depuis le 1er semestre de l’année académique 2010-2011.  Afin de signifier cette fonction d’intégration, j’ai proposé le titre « TPC intégrateur » qu’on écrit actuellement selon le sigle « TPCI ». Un autre titre est formulé pour cette présentation, qui reflète aussi les objectifs et la méthode de cette pratique : « Intégration des compétences : TPCs Croisés ».
  5. 5. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 2 - Objectifs – Objectifs pédagogiques • Intégration conceptuelle → Entre deux ou plusieurs disciplines • et/ou • Intégration méthodologique → Entre deux ou plusieurs types de TPC. – Objectifs académiques • Au niveau des enseignants : Promouvoir l’interdisciplinarité (plusieurs enseignants conçoivent ensemble le TPC intégrateur). • Au niveau des étudiants : Alléger la quantité des TPCs indépendants (35-50 %) afin de développer l’approche qualitative de la production estudiantine.
  6. 6. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 2 - Objectifs • Selon la reformulation de la Fsédu « dans le cadre du TPC intégrateur, il s’agit de produire un TPC commun à deux ou plusieurs matières suivies par l’étudiant, visant l’intégration des concepts appris dans le cadre de deux ou de plusieurs matières et non d’une simple juxtaposition. Le TPC intégrateur permet à l’étudiant de relier plusieurs concepts enseignés et/ou des méthodes apprises et d’avoir une approche globale dans le traitement d’une question », in TPC Intégrateur, FSedu, 2012.
  7. 7. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 3 – Démarches et outils utilisés I. Avant le début des cours : a. Partager les descriptifs de leurs matières (objectifs, démarche méthodologique, contenu, etc.) ; b. Déterminer les objectifs transversaux du travail personnel qui doit être effectué par l’étudiant ; c. Préparer une liste claire et concise (2 ou 3) de TPC Croisés ; d. Prévoir un cadre pour la correction et fixer les échéances II. Au début des cours : Les enseignants concernés expliquent le fonctionnement des TPC Croisés, présentent les descriptifs (du TPC classique et du TPC croisé) et élaborent des listes en fonction des choix des étudiants. Ces listes définitives seront communiquées, au Secrétariat de l’ISSR, dans six semaines.
  8. 8. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 3 – Démarches et outils utilisés a. La liste à proposer doit préciser : i. Le type du TPC : note de lecture, analyse de texte, recherche thématique, etc.; ii. Une indication bibliographique ; iii.La démarche pratique que doit effectuer l’étudiant. b. Pour la correction : i. Fixer les paramètres de correction ii. Prévoir une procédure simple pour le suivi iii.Prévoir aussi une procédure de correction double : Une double correction doit être prévue, dans la mesure du possible. En cas de divergence les deux notes sont maintenues et les deux notes sont comptées en fonction des matières concernées.
  9. 9. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 3 – Démarches et outils utilisés N.B. « TPC simple » et « TPC Croisé ou Intégrateur » Pour toutes les matières concernées par les TPC intégrateurs, les enseignants élaborent deux types de descriptif de TPC : un type dit « classique » et donc mono-disciplinaire et un « intégrateur » car les étudiants ont le choix de réaliser l’un ou l’autre type de TPC en fonction de leurs besoins et de leurs conditions d’inscription (seuls les étudiants qui sont en même temps inscrits aux matières concernées par le TPC intégrateur peuvent le choisir).
  10. 10. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 4 – Evaluation Remarque ! • L’un des objectifs du TPC intégrateur consiste à alléger le travail des étudiants s’inscrivant à plusieurs cours : donc le TPC ne double pas ni au niveau quantitatif ni au niveau du volume horaire. • Difficulté pédagogique : Pour réussir une intégration méthodologique et pédagogique des compétences dans un cursus de formation donné, l’on doit respecter deux conditions au moins. – La conception préalable du cursus à partir d’un référentiel de compétences. Chose qui n’est pas encore achevée dans notre institution ; – La connaissance suffisante des objectifs et des instruments de chaque cours par les enseignants. Ceci ne va pas de soi !
  11. 11. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 4 – Evaluation • Difficulté administrative : La concertation entre les enseignants concernés est nécessaire afin de mieux gérer cette nouveauté pédagogique. Or cette obligation souffre de l’impossibilité pratique de trouver des plages horaires communes entre les enseignants vacataires. J’ai essayé de contourner cette difficulté en aménageant le programme de la sorte à placer les cours concernés par un TPC Croisé le même jour sur deux séances consécutives. Chose qui n’est pas du tout évidente. • Difficulté pécuniaire : Le travail de concertation entre les enseignants concernés exigent aussi un temps de préparation supplémentaire et une méthodologie différente. Les enseignants se demandent alors, en filigrane la plupart du temps, à propos de la rémunération équitable par rapport à ces nouvelles exigences. La direction s’interroge aussi sur la nécessité de la formation adéquate des enseignants intéressés.
  12. 12. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 5 – Liens entre cette pratique et la culture des Résultats d’apprentissage En plus de ce qui a été déjà formulé jusqu’ici, les points suivants peuvent être soulignés : • L’enseignant – développe la conception et la méthodologie de sa matière (contenu et outils de travail personnel) en intégrant à la fois les différentes dimensions traitées dans la formation globale et le profil qu’aura l’étudiant à la sortie de cette formation ; – articule les concepts et les objectifs de sa matière selon une perspective interdisciplinaire à la fois synchronique (en lien avec les objectifs des autres disciplines) et diachronique (en vue des compétences acquises à la fin de la formation) ; – ne se contente pas d’atteindre les objectifs de sa matière d’une manière close et autosuffisante. • L’étudiant – développe les différents niveaux d’acquisition des compétences simples et complexes tout au long de sa formation ; – ne tombe pas dans le piège de cumuler des connaissances et des outils d’une manière insulaire et non, ou peu, opérationnelle ; – articule, d’une manière plus ou moins réelle, les objectifs partiels de sa formation avec les compétences fonctionnelles à la fin de son apprentissage et mesure ainsi la distance restante à traverser.
  13. 13. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR 5 – Liens entre cette pratique et la culture des Résultats d’apprentissage En plus de ce qui a été déjà formulé jusqu’ici, les points suivants peuvent être soulignés : • L’administration (cellule pédagogique de l’institution) – Développe son ingénierie des programmes en promouvant, pratiquement, l’aspect interdisciplinaire de toute formation ; – Veille à la coordination des enseignements à la lumière des résultats d’apprentissage visés et ceci tout au long du processus pédagogique dès la définition des objectifs jusqu’à l’évaluation.
  14. 14. Intégration des compétences : TPCs CroisésEdgard Haiby - ISSR

×