UM2 Magazine n°4 Décembre 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

UM2 Magazine n°4 Décembre 2012

on

  • 705 views

Le quatrième numéro est consacré à la fusion de l'Université Montpellier 2 et de l'Université Montpellier 1 et vous présente les grandes lignes de la nouvelle université qui verra le jour en ...

Le quatrième numéro est consacré à la fusion de l'Université Montpellier 2 et de l'Université Montpellier 1 et vous présente les grandes lignes de la nouvelle université qui verra le jour en 2015. Le magazine universitaire au cœur de science vous invite à une plongée au cœur de l'Université Montpellier 2. Ce rendez-vous trimestriel vous permet de découvrir l'UM2 dans toute sa diversité. Entrez dans les coulisses de l'Université grâce à la rubrique "Au cœur du campus" et faites connaissance avec ceux qui font l'université dans "A l'honneur à l'UM2". Découvrez également le cœur de sciences de l'UM2 en vous plongeant dans "L'écho des labos". Ce magazine vous propose chaque trimestre un focus sur les formations, l'innovation et les relations internationales

Statistics

Views

Total Views
705
Views on SlideShare
705
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

UM2 Magazine n°4 Décembre 2012 UM2 Magazine n°4 Décembre 2012 Document Transcript

  • DISPONIBLE EN TÉLÉCHARGEMENT SUR Le magazine universitaire au cœur de science www.univ-montp2.frNuméro 4Décembre 2012 Des masters-ingénieurs experts formés à la faculté des sciences La quête du boson de Higgs enfin Ensemble récompensée vers la nouvelle Les pratiques culturelles au cœur de luniversité université 1 Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES N°4 - 12.2012 MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE
  • Sommaire 4 Dossier 16 International Ensemble vers la nouvelle université  Le Programme Erasmus fête ses 25 ans 8 Au cœur du campus 18 Innovation  Le son à fleur de peau grâce à l’audio-tactile  Avec AxLR, la recherche en Languedoc-Roussillon passe  Les pratiques culturelles au cœur de luniversité à la vitesse supérieure  La tablette numérique au service de la pédagogie  Handicap : mieux vivre à lUM2 12 À l’honneur à l’UM2 20 Formation  Trois chercheurs de l’UM2 nommés membres  Inventer les objets intelligents de demain de l’Institut Universitaire de France  Des masters-ingénieurs experts formés à la Faculté  Yacine Benyoucef, un étudiant entreprenant des sciences  Sara Cavaliere, une subvention dexcellence  Clément Bessaguet, un étudiant qui vise juste 22 Composantes  Polytech Montpellier vous offre la mer à boire 14 Vie des labos  La quête du boson de Higgs enfin récompensée  Les physiciens planchent sur le comportement de la matière 23 Publications UM2 N°4 - DÉCEMBRE 2012 IMPRESSION Offset Deux Mille (France) DIRECTEUR DE LA PUBLICATION UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 Michel Robert Sciences et Techniques RÉDACTRICE EN CHEF Place Eugène Bataillon Aline Périault, 34095 Montpellier CEDEX 5 aline.periault@univ-montp2.fr Tél. +33 (0)4 67 14 30 30 Tél. +33 (0)4 67 14 92 87 communication@univ-montp2.fr A COLLABORÉ À CE NUMÉRO www.univ-montp2.fr Philippe Raymond Tirage : 2.500 ex. CONCEPTION & MISE EN PAGE Dépôt légal : décembre 2012 Olivier Piau, Agropolis Productions ISSN : 2259-874X Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses représentants est illicite (art. A du Code de la Propriété Intellectuelle).2N°4 - 12.2012
  • Édito De grands enjeux pour la communauté universitaire En ce début d’année universitaire, des défis majeurs animent notre communauté. Le premier concerne les Assises de l’Enseignement Supé- rieur et de la Recherche. Lancées par notre Ministère, elles1, 2, 3... taguez ! se déroulent aux échelles nationale, régionale et locale, avecLe QR code, vous connaissez ? notamment la mise en place d’ateliers-débats et d’un congrèsCe drôle de carré permet, à partir au sein de l’Université Montpellier 2.de votre téléphone, daccéderdirectement à du contenuélectronique (page Internet, vidéo, Centrées autour des trois thèmes de la formation, la recherche et la structuration descontenu multimédia...) sans universités, ces assises sont l’occasion de rappeler que de telles questions sont indis-avoir besoin de saisir ladresse sociables d’une mission de Service Public.correspondante.Muni de votre téléphone équipé Le second évènement, auquel ce numéro d’UM2, le magazine universitaire au cœur ded’un appareil photo et d’uneapplication (gratuite) de lecture science consacre son dossier, constitue un acte majeur pour notre avenir : il concerne(QR Reader en anglais), Qrafter la fusion de l’Université Montpellier 1 et de l’Université Montpellier 2, avec la création(iPhone), Goggles (Android), d’une nouvelle université début 2015.QR Code Scanner Pro(Blackberry), Bing (WindowsPhone), trois étapes suffisent : Les objectifs sont d’abord ceux d’une meilleure visibilité et d’une attractivité renforcée1. lancer lapplication, pour cet établissement. Ils sont aussi ceux d’une cohésion accrue de son offre de2. photographier le Qrcode,3. lire le contenu.  formation, de la mise en place de passerelles plus nombreuses pour les étudiants et d’une plus grande synergie entre ses laboratoires de recherche. Il s’agit également d’avoir une meilleure efficacité et réactivité des structures de pilotage. Ce projet est celui des deux universités partenaires ; leurs équipes de direction tra- vaillent de façon conjointe et rapprochée pour sa mise en place progressive, avec des groupes de travail thématiques et des réunions communes de leurs conseils centraux. Bien au delà des logiques comptables et financières, cette fusion devra susciter l’adhé- sion du plus grand nombre, aussi bien au sein de notre communauté qu’à l’extérieur. Les questions qui peuvent en résulter feront ainsi l’objet d’échanges avec l’ensemble des acteurs, personnels et étudiants. Cette nouvelle université de Montpellier permettra, nous en sommes certains, de mieux répondre aux enjeux universitaires de notre région. Michel Robert, Président de l’Université Montpellier 2 - Sciences et Techniques 3 N°4 - 12.2012
  • Dossier Ensemble vers la nouvelle université Construisons une nouvelle université À PARTIR du premier janvier 2015, centraux ont déjà commencé à sexpli- la structuration de la nouvelle université. lUM1 et lUM2 formeront une quer mutuellement leurs pratiques. Des Celle-ci se déclinera en un réseau de cam- seule et même université. groupes de travail font actuellement pus accueillant les composantes de for- Nous nous sommes engagés dans linventaire des procédures et des ou- mation et les laboratoires de recherche. cette fusion avant tout afin de simplifier tils utilisés. Nous préparons ainsi nos Ces campus devront avoir les moyens la vie des étudiants et des personnels, administrations pour quelles abordent de développer une politique de vie étu- et le fonctionnement des laboratoires. en toute sérénité les différentes étapes diante en concertation avec les autres du processus. Nous saurons profiter établissements présents sur ces sites La fusion devrait également faciliter les des expériences des autres universités pour contribuer à créer une dynamique relations que nous entretenons avec des et nous rendrons compte régulièrement commune. partenaires extérieurs qui, malgré leur de lévolution du projet : nous organi- désir de tisser des liens avec luniversité, serons un congrès dans quelques mois Enfin nous serons particulièrement atten- sont parfois découragés par lexistence pour présenter lavancement du projet. tifs aux engagements de lÉtat sur les de deux établissements intervenant sur moyens dotant cette nouvelle université les mêmes secteurs disciplinaires et qui Les équipes de direction des deux univer- qui devra être un phare en région au ne savent pas à qui sadresser. Elle nous sités sont prêtes pour la fusion politique : service des étudiants et de la formation permettra dexpliquer plus simplement une grande partie de loffre de formation tout au long de la vie, une université où notre offre de formation en sciences de fait déjà lobjet de cohabilitations et nos tous les personnels trouverons leur place la vie, santé ou chimie aux lycéens et laboratoires et écoles doctorales ont avec des conditions de travail améliorées. aux étudiants et de mettre en place des pris l’habitude de raisonner à l’échelle Ensemble nous pourrons ainsi continuer initiatives cohérentes pour lutter contre du site. Les structures de gouvernance à défendre les missions de Service Public léchec. Enfin, elle rendra plus aisé le respecteront les principes de collégialité denseignement et de recherche.  développement de thématiques trans- et de subsidiarité auxquels nous tenons et versales. sappuieront sur les collegium et pôles de site pour définir une politique commune Pour réussir cette fusion, nous veille- notamment en matière demploi. Gilles Halbout, rons à associer tous les acteurs. Lob- 1er Vice-président en charge de la jectif nest pas de faire des économies Nous devons aussi accélérer les chan- nouvelle université mais au contraire daméliorer la qualité tiers de rénovation de nos campus. Les des services et les conditions de travail constructions et réhabilitations trop long- des personnels. Les différents services temps attendues devront accompagner4N°4 - 12.2012
  • L’Université Montpellier 1 vers la fusion LUM1 est parfois vue comme une plus réactive. C’est le cas de la biologie des dotations qui ne permettent pas deuniversité forte de ses traditions ; santé, de la chimie et de la gestion, même conduire de manière satisfaisante l’en-comment vit elle la perspective dune si, pour ces deux derniers domaines, semble de nos missions, le processusfusion avec lUM2 ? d’autres structures continueront à exis- de fusion peut susciter des craintes. CeCôté UM1, l’idée d’une fusion des trois ter sur le site après 2015. La fusion doit n’est pas l’objectif poursuivi. Nous devonsuniversités de Montpellier est ancienne. aussi permettre d’améliorer l’image de tout abord expliquer et communiquer surNous avons toutefois pris acte du sou- notre ville universitaire et, côté visibilité, les étapes et les processus suivis. Mais,hait de l’UM3 de ne pas se joindre à un conduire à créer une des cinq plus grandes surtout, nous devons être accompagnéstel processus. L’UM1 est effectivement universités de province pour renforcer son par le ministère et les collectivités terri-présentée comme une université attachée attractivité, d’abord au niveau national toriales qui tireront aussi un bénéfice deà ses traditions. C’est sans doute le poids mais également à l’international. cette fusion en terme d’image de marquede l’histoire, dans le sens où la plupart du site. de ses UFR se dénomment « Facultés »  Quelles seront les étapes clefs du processus ?en raison de leur existence antérieure àl’université. Les directeurs de ses com- Une fusion constitue le « toit » sur le plan Philippe Augé,posantes bénéficient ainsi d’une large juridique, mais il faut aussi construire les Président deautonomie pour faire fonctionner leur « murs ». Ainsi 2013 sera l’année d’élabo- l’Universitéstructure, même si les questions les plus ration du contrat quinquennal définissant Montpellier 1stratégiques sont gérées au niveau central. notre stratégie. Avant cela, il faudra adop-Je ne pense toutefois pas que le poids ter une « Charte commune » des valeursdes composantes soit un frein à la fusion et principes que cette université devracar elles sont aussi au centre de l’UM2. respecter et, durant 2013, les murs seLa nouvelle université devra s’appuyer construiront par un rapprochement pro-sur la renommée des composantes qui gressif des services et des outils de ges-constitueront sa colonne vertébrale. tion avec une harmonisation des procé- dures. L’université qui verra le jour début Quelles avancées attendez- vous de lafusion ? 2015 doit fonctionner dès sa naissance.  Voyez-vous des obstacles potentiels ?Cette fusion doit en premier lieu permettrela « recomposition » de domaines au- Il est évidemment plus facile de mobili-jourd’hui divisés entre nos établissements ser une communauté lorsque le contexteafin d’asseoir une politique scientifique financier est favorable. À l’inverse, avec 5 N°4 - 12.2012
  • Dossier Les grands axes de la nouvelle université Luniversité fusionnée : une véritable synergie  À quoi ressemblera l’université fusionnée ? personnels administratifs et techniques, ensei- gnants, enseignants chercheurs et chercheurs, Une université ancrée sur le territoire et constituée étudiants, composantes, laboratoires), puis tra- d’un réseau de campus qui auront leur identité vailler ensemble, en partageant nos méthodes et et vie interne ; ils rendront aux étudiants et aux en pensant aux nouvelles procédures de l’uni- personnels tous les services de proximité indis- versité unique. Chacun en a la forte volonté ; il pensables. nous faut la transformer en une véritable syner- gie sur la base d’un enrichissement mutuel. La  Comment réussir cette fusion ? réussite de la fusion se prépare ensemble et dès Christophe Iung, Il nous faut apprendre d’abord à mieux nous maintenant.  Vice-président connaître à tous les niveaux (équipes de direction, du Conseil d’Administration La formation Cette fusion constitue un enjeu fort pour Ces bases vont permettre aux équipes l’avenir de la formation universitaire et pédagogiques de se rapprocher afin de du développement économique par le préparer la future offre de formation de Jean-Patrick biais de l’insertion professionnelle des l’établissement commun. L’objectif est Respaut, étudiants, tant du point de vue local que celui d’un enrichissement mutuel, sur la Vice-président du régional. Le nombre de formations co- base du respect de la diversité et des Conseil des Études et habilitées entre les deux universités est identités des composantes d’enseigne- de la Vie Universitaire déjà conséquent aux niveaux Master et ment ainsi que des acteurs en formation Licence, notamment dans les domaines de initiale, continue ou par apprentissage. Un la biologie, de la biochimie ou de la santé. beau et grand chantier en perspective.  La recherche La fusion de nos deux universités est une rapprochement des différentes universités naturels entre les communautés et la pré- chance pour notre recherche. Elle simpli- et écoles. Toujours au niveau du site aca- sidence.  fiera la vie de nos chercheurs et clarifiera démique, des pôles thématiques sont en les stratégies de nos laboratoires qui ont train de se structurer entre les différents souvent pour tutelles les deux établisse- acteurs que sont les universités, écoles, Bernard Godelle, ments. Au niveau du site académique, la organismes de recherche... (pôle MIPS, Vice-Président du création imminente dun collège doctoral pôle Agro, pôle Chimie Balard, pôle Biolo- Conseil Scientifique unique, positionné au niveau du PRES, gie Santé...). Au niveau interne de lUM2, permettra une coordination et une har- et sans présager de la structuration interne monisation des formations doctorales et de la future université fusionnée, ces pôles constitue une étape importante dans le d établissement sont les intermédiaires6N°4 - 12.2012
  • Les étudiants Les étudiants sont la principale richesse de demain, que du développement de la des universités montpelliéraines. Au delà vie étudiante « territoriale » avec une mise de leur investissement au sein de leurs en réseau des campus et sites affiliés à Olivier Ourmières- formations, ils portent de nombreuses l’UM1 et à l’UM2. Les étudiants seront Montel, actions, associatives ou autres, qui des acteurs majeurs sur ces aspects et Vice-président Étudiant contribuent au rayonnement des établis- lors du processus de fusion, en mettant sements. Cette fusion représente une véri- en place un comité de pilotage qui définira table opportunité pour eux, aussi bien en la structuration de cette université, entre termes de complémentarité de l’offre de autres autour d’un bureau et d’assemblées formation que de son enrichissement par de la vie étudiante.  l’interdisciplinarité, au cœur des métiersL’innovationIndéfectiblement attachées à soutenir la Partenaires dans de nombreux labora-recherche libre et en quête de connais- toires qui ont tissé des liens de recherchesances, l’Université Montpellier 2 et l’Uni- fructueux avec des industriels, partenaires François Pierrot,versité Montpellier 1 sont aujourd’hui éga- dans la Société d’Accélération du Trans- Vice-présidentlement très actives dans les travaux qui fert de Technologies AxLR qui vient juste délégué à l’innovationvisent à répondre à des besoins directs de de voir le jour, nos établissements ont et aux relations avec les entreprisesla société. On peut ainsi trouver au sein plus que jamais vocation à développerd’un même laboratoire des chercheurs un service efficace, en appui et à l’écoutepassionnés par une question théorique et des chercheurs et de leurs collaborateursd’autres très impliqués dans le transfert industriels. entre universités et entreprises.L’international Aujourd’hui encore plus qu’hier, l’interna- La fusion de nos établissements nous tionalisation de l’enseignement supérieur rendra plus visible. Elle nous permettra et de la recherche s’impose comme une d’accroitre notre représentation dans les François Henn, nécessité. C’est une véritable opportunité pays étrangers, de mutualiser nos moyens Vice-président pour nos établissements qui se nourrissent et ainsi de démultiplier l’impact de nos délégué aux relations tout autant d’ouverture et de confronta- actions et, enfin, de mieux coordonner internationales tions que de ressources et de compé- l’accueil des étudiants, enseignants et tences. Comme pour toute forme d’action chercheurs étrangers, éléments essen- géopolitique, les relations internationales tiels de notre rayonnement international.  des universités obéissent à l’adage qui veut que l’union fait la force.Le personnelLes équipes administratives et tech- La fusion entre nos deux établissements la consultation. C’est sous ces conditionsniques sont au cœur de nos missions fera se rencontrer ces équipes pour aller que le fonctionnement de la nouvelle uni-principales (formation, recherche, inser- vers une mise en commun maitrisée et versité sera une réussite. tion, etc.). Elles opèrent sur la base de respectant les prérogatives de chacun.méthodes communes mais aussi selon Ce principe de collégialité et de subsi-des processus plus individualisés, liés à diarité constitue le socle du processus de Jacques Soëte,l’identité de chacun et à une culture de fusion, qui se fera nécessairement avec Chargé de mission auxtravail développée au fil des années en la participation de tous. Cela nécessite personnels BIATSS defonction des spécificités. d’y mettre les moyens nécessaires et d’y la nouvelle université consacrer le temps de l’explication et de 7 N°4 - 12.2012
  • Au cœur du campus Le son à fleur de peau grâce à l’audio-tactile repose sur une approche purement intuitive », précise Lynn Pook. L’artiste souhaite échanger avec des spécialistes en physiologie et en neurosciences pour améliorer sa compréhension des phéno- mènes mis en jeu. « J’espère également pouvoir rencontrer des informaticiens, des roboticiens ou tout autre scientifique se sentant concerné dans sa pratique par ce qui est mis en œuvre avec l’au- dio-tactile et qui pourront apporter leur contribution pour faire évoluer aussi bien les interfaces de musique assistée par ordinateur que les prototypes découte », souligne l’artiste. Pendant 2 semaines, les étudiants et les chercheurs auront la possibilité de dé- couvrir l’audio-tactile grâce à un hamac A PPRENEZ à écouter avec votre stimulations sonores et musicales à installé à la bibliothèque universitaire où corps grâce à l’artiste Lynn la surface de leur corps. Ces derniers chacun pourra venir tenter l’expérience Pook, accueillie en résidence à sont par ailleurs équipés de bouchons immersive. Une rencontre entre l’univers l’Université Montpellier 2, qui invite son d’oreille pour les priver de leur mode scientifique et l’univers artistique qui va public à une expérience immersive hors d’écoute classique. « Parce que moins permettre au projet « Substance son » de du commun. on entend avec les oreilles, plus on se transformer et de s’ouvrir à un plus entend par conduction osseuse », sou- large public. « Je souhaite également « Sensible, inouï, surprenant et diffici- ligne Lynn Pook qui a toujours intégré travailler avec des personnes en situa- lement descriptible ». Les spectateurs dans son travail artistique le rapport avec tion de handicap, notamment autistes qui ont fait l’expérience de l’audio-tac- le corps et les perceptions. Résultat : ou malentendantes, et pourquoi pas tile ne manquent pas d’enthousiasme. «  une œuvre in situ, sur et dans le corps voir des applications thérapeutiques L’audio-tactile ? C’est un travail artis- du spectateur ». découler de l’audio-tactile », envisage tique développé par la plasticienne Lynn Lynn Pook. À bon entendeur…  Pook qui explore la dimension vibratoire Le Pôle Culture de l’Université Mont- du son. Principe : un dispositif d’écoute pellier 2 a invité l’artiste et son projet qui permet à l’auditeur/spectateur de « Substance son » pendant 2 mois pour Où : Pôle Culture percevoir le son par conduction osseuse permettre de faire partager l’audio-tac- Bâtiment 34 Tél. +33 (0)4 67 14 48 34 et den ressentir la dimension vibratoire tile à un public élargi et notamment se culture@univ-montp2.fr tactile sur la peau. Une quinzaine de rapprocher de la communauté scienti- …www.lynnpook.de haut-parleurs sont disposés sur la peau fique. «  Je n’ai pas de formation spé- des participants pour faire circuler des cifiquement scientifique, mon travail8N°4 - 12.2012
  • Curiosité, éveil etdéveloppement personnel  Les Fais(lés) de limpro à lUM2.les pratiques culturelles au cœur de luniversitéL E PÔLE Culture de l’Université ateliers numériques et technologiques, artistique», précise Eléonore Mercier. Montpellier 2 organise des mettant ainsi les sciences au cœur de la Chaque atelier est en effet encadré par ateliers de pratique artistique pratique. Les usagers peuvent par exemple un artiste professionnel qui bien au-delàpour le personnel et les étudiants. s’initier à la photo numérique grâce à un de la compétence technique va amenerObjectif : ouvrir une fenêtre sur l’art et atelier qui couvre toutes les étapes du pro- son point de vue et sa sensibilité.créer du lien. Au menu : photo, création cessus de création, de la prise de vue àsonore ou encore théâtre. la retouche sur ordinateur jusqu’au tirage Le pôle culture propose également des ate- photo et à la mise en place de l’exposition. liers création de meubles en carton, choraleComment sensibiliser les étudiants et Les passionnés de photo peuvent éga- ou encore théâtre d’impro, en partenariatpersonnels de l’Université Montpellier lement participer à l’atelier sténopé qui avec le comité d’action sociale de l’UM2.2 à l’art  ? « Rien ne vaut la pratique », propose une initiation au maniement de la « Ces activités sont également de bonnesrépondent Eléonore Mercier et Caroline boîe noire, remontant ainsi aux origines de occasions pour les personnels de rencon-Dat. Les deux médiatrices culturelles orga- la photographie. Les amateurs de nouvelles trer des gens qui travaillent dans d’autresnisent des ateliers de pratique artistique technologies seront également comblés par services et qu’ils ne sont pas amenés àamateur proposés gratuitement aux étu- l’atelier musique assistée par ordinateur côtoyer autrement », souligne Eléonorediants et à tous les membres du personnel qui leur permettra de s’initier à la création Mercier. Créer du lien grâce à l’art : paride l’université. « Au-delà de la dimension sonore ou encore par l’atelier circuit-ben- réussi pour le Pôle Culture. artistique, ces ateliers représentent des ding qui propose de détourner les jeuxlieux et moment de rencontre, d’échange d’enfant pour en faire de la musique. Led’expérience, de création de lien intergé- service met également en place un atelier Où : Pôle Culture Bâtiment 34nérationnel : ils participent réellement au Ciné-Mix, en partenariat avec le Crous, Tél. +33 (0)4 67 14 48 34bien-être des personnels et étudiants », qui propose de mélanger son et image. culture@univ-montp2.frexplique Eléonore Mercier. … www.facebook.com/pages/Pôle-Culture- « Il ne s’agit cependant pas d’ateliers tech- UM2/134421229994403Parmi les nombreuses activités artistiques niques, ces technologies sont toujoursproposées, le pôle culture développe les utilisées dans une démarche de création 9 N°4 - 12.2012
  • Au cœur du campus La tablette numérique au service de la pédagogie L A RENTRÉE se décline aux étudiants d’au- en numérique à Polytech jourd’hui, donc un Montpellier : l’école va équiper facteur de motivation d’une tablette numérique chacun de et de réussite dans ses 300 nouveaux étudiants. Mission les études », poursuit assignée à la petite fenêtre : ouvrir de le directeur de Poly- nouveaux horizons pédagogiques. tech Montpellier. La tablette numérique, un cadeau de Si l’opération peut pa- bienvenue ? « Absolument pas, assure raitre spectaculaire, elle Serge Pravossoudovitch, directeur de se fera à terme à coût Polytech Montpellier. C’est un nouvel réduit en engendrant une outil de travail qui répond aux besoins nouvelle façon de penser pédagogiques modernes. L’évaluation l’informatique à l’école : des différentes solutions numériques a il fallait de toute façon fait l’objet d’une analyse approfondie par remplacer le parc des or- l’équipe pédagogique, en concertation dinateurs. « On a préféré pour aider les avec les étudiants. La solution retenue, équiper les étudiants plutôt étudiants à se réapproprier la tablette tactile, a plus d’un avantage que l’école, explique Serge les contenus pédagogiques, ses attentes sur l’ordinateur portable. Elle est moins Pravossoudovitch. Cela permettra de dis- vont bien au-delà. chère. Elle est moins perturbante pour poser de ressources informatiques dans les enseignants, qui gardent mieux le toutes les salles de l’école et de donner « L’arrivée de la tablette fait partie de contact avec les étudiants que face à aux apprenants un outil plus performant ». notre démarche globale de rénovation une forêt d’écrans levés. Et elle est plus Cette année, le financement est assuré pédagogique, qui consiste par exemple prometteuse en termes de développement pour moitié par les ressources propres à intégrer de plus en plus les TD dans de nouvelles approches pédagogiques ». de l’école et pour moitié par l’Université les cours pour réconcilier théorie et pra- Montpellier 2, dans le cadre du Contrat tique, et à apporter un accès direct aux Ressources au bout des doigts Objectifs Moyens. ressources ». Du côté des enseignants comme des étudiants, il s’agit aussi de Autres avantages : l’accès permanent Nouveaux usages pédagogiques stimuler l’imagination et « d’inciter à de aux ressources pédagogiques et une nouveaux usages ». interaction plus participative. On peut Ancien directeur adjoint de Polytech désormais, pendant le cours, échanger Montpellier, aujourd’hui vice-président Premier bilan ? « À la fin du semestre, des données et obtenir les résultats en délégué aux Ressources - Personnels, avec les étudiants et les enseignants ». temps réel, répondre à un QCM, annoter Pilotage, Numérique à l’UM2, Christophe Ces derniers se sont mobilisés : une les supports pédagogiques, intégrer le Fiorio a mené de bout en bout l’opération vingtaine d’entre eux est volontaire pour multimédia dans une présentation modi- « tablettes numériques ». S’il compte l’opération.  fiable par chacun… « C’est un outil adapté sur la dimension ludique de ce matériel10N°4 - 12.2012
  • HandicapUM2 mieux vivre à l Accompagnement sur mesure Ateliers de sensibilisationL E SERVICE dAccompagnement des Étudiants et Personnels Handicapés (SAEPH) Aménagement de son poste de travail, Aider les personnes en situation deaccompagne au quotidien toutes les réorientation professionnelle, mise en handicap, c’est aussi aider leur entou-personnes en situation de handicap. place du télétravail… Le SAEPH est là rage. « Pas toujours facile d’accepterAvec un projet commun : permettre à pour trouver des solutions adaptées. la différence, dit Isabelle Pecquenard,chacun de mieux vivre son travail ou Les services destinés aux étudiants ? référente handicap des étudiants. Il fautses études. Ils sont nombreux : documents péda- parfois apaiser des situations de tensions gogiques adaptés (copies en braille, et de non-dits. D’autant que le handicapIl est né de la loi du 12 février 2005, podcasts sous-titrés…), prêt de matériel n’est pas toujours visible, ce qui estqui pose « l’égalité des droits et des (ordinateurs, logiciels spécialisés…), ou source d’incompréhension ».chances  » des personnes handicapées. même accompagnement au quotidienLa mission du SAEPH ? Aider à compen- (tutorat, interprétariat…). En matière de sensibilisation, le SAEPHser les conséquences d’un handicap. innove en proposant des initiations lu-Si la démarche reste la même pour les Assistante pédagogique, Charline diques au braille ou à la langue des signespersonnels et les étudiants, «  chaque Artières se veut avant tout un « outil française. Des ateliers qui permettentsituation est unique  » explique Véronique au service de l’étudiant ». Comment ? de vivre de nouvelles expériences sen-Desbois, responsable d’un service qui En lui apportant une aide à la prise sorielles, et qui rencontrent un énormese veut d’abord « un espace de parole et de note, à l’organisation, ou encore succès. Même s’il reste encore beaucoupd’écoute ». Où avant d’obtenir une aide à la méthodologie de travail. Mais de chemin à accomplir… concrète, l’on vient d’abord s’exprimer, aussi en faisant le lien avec l’équipes’informer sur ses droits, demander pédagogique et avec l’environnementconseil. de l’étudiant.LE SAEPH EN CHIFFRES  3 permanents, 1 chargé de mission et 5 assistants pédagogiques  5 à 10 contrats passés chaque année avec des étudiants ou des enseignants  46 agents de l’UM2 sont suivis par le SAEPH. 20 d’entre eux bénéficient d’un aménagement de poste  200 étudiants sont en situation de handicap à l’UM2. 100 d’entre eux bénéficient d’un aménagement des examens, 50 sont suivis au quotidien par le SAEPH.  Une équipe au service de laccueil et de laccompagnement des personnes handicapées 11 N°4 - 12.2012
  • À l’honneur à l’UM2 Trois chercheurs de l’UM2 nommés membres de l’Institut Universitaire de France É RIC Tournié, professeur Guillaume Cassabois, d’électronique, Guillaume nommé membre junior Cassabois, professeur de physique et Frédéric Wrobel, maître Guillaume Cassabois est professeur de de conférence en électronique ont physique au laboratoire Charles Cou- été nommés membres de l’IUF, pour lomb. Ses activités de recherche sins- une durée de cinq ans, par le ministre crivent dans le contexte général de lin- de l’enseignement supérieur et de la teraction lumière-matière en physique recherche. du solide. Éric Tournié, Son projet de recherche pour lIUF a pour nommé membre senior objectif dexplorer les propriétés optiques et quantiques de nouveaux dispositifs se- Éric Tournié est responsable du groupe mi-conducteurs de taille nanométrique. Ce « Composants à nanostructures pour le projet sera réalisé avec un théoricien et un moyen infra-rouge » (nanoMIR) de l’Ins- expérimentateur, récemment recrutés au titut d’Electronique du Sud. laboratoire Charles Coulomb, afin de créer un nouveau groupe à linterface des activi- Il est nommé à l’IUF pour développer de tés locales existant en théorie de lélectro- nouvelles approches permettant de faire magnétisme et spectroscopie optique de converger les technologies – a priori in- létat solide, et avec lambition de réaliser compatibles – de l’optoélectronique (émis- des travaux pionniers en physique de la sion/détection de lumière) et de la micro/ plasmonique et des métamatériaux.  nano-électronique, étape clé pour le déve- loppement futur des Technologies de l’In- Frédéric Wrobel, formation et de la Communication.  nommé membre junior Frédéric Wrobel est maître de confé- rences à l’Institut d’électronique du Sud (IES). Son projet de recherche pour les cinq années à venir concerne la caractérisation de l’environnement radiatif naturel (spa- tial, avionique, terrestre). Il s’attachera en particulier à évaluer la contrainte radiative naturelle dans des environnements réels (notamment dans les véhicules spatiaux). À terme une modélisation multi-physique et multi-échelle permettra d’évaluer la fia- bilité des composants électroniques très intégrés soumis aux radiations. 12N°4 - 12.2012
  • Yacine Benyoucef, Sara Cavaliere,un étudiant entreprenant une subvention d’excellenceIls répondent à des appels d’offres, par- Sara Cavaliere, maître de conférences auticipent à des concours ou des salons, Laboratoire AIME (Agrégats, Interfaces,s’engagent dans des projets collectifs, Matériaux pour lÉnergie) de lInstituts’investissent dans la vie associative… Charles Gerhardt a obtenu une subven-La Faculté des sciences a décidé de tion de l’European Research Councilrécompenser les plus entreprenants de (ERC) pour ses projets de recherche. Cetses étudiants grâce à un concours qui organisme a pour vocation dencouragervalorise le travail extra-universitaire ef- la recherche de haut niveau en Europe àfectué en lien avec la formation initiale. travers le financement de projets com- pétitifs, et ce dans toutes les disciplines.Yacine Benyoucef, diplômé d’un Mas-ter  2 spécialisé en recherche biomédicale, Dotée de 1,3 M€ sur 5 ans, cette subven-est un des lauréats de cette première édi- tion permettra à Sara Cavaliere de mettretion intitulée « Les étudiants de la Faculté en place sa propre structure de recherche,des sciences sont entreprenants ». Ce prix grâce au recrutement d’une équipe et àrécompense sa participation au concours lachat déquipement. « Ma recherchede l’Agence Spatiale Européenne (ESA) en porte sur le développement de nouveaux2011. « J’ai proposé une méthode de réani- matériaux d’électrolyte et d’électrodesmation cardiopulmonaire en hypogravité », pour piles à combustible à membrane »,explique Yacine. Le projet a séduit l’ESA, explique Sara Cavaliere.qui a invité le jeune homme au dernier sym-posium de la station spatiale internationale Face à l’augmentation de la demandequi s’est déroulé à Berlin en mai 2012. énergétique mondiale, à la diminution des ressources d’énergie fossile et à l’aug-« Une distinction importante », pour Ya- mentation de la pollution, ces dernièrescine. Mais le label décerné par la faculté années la recherche s’est orientée vers ledes sciences constitue aussi un atout développement de nouveaux moyens denon négligeable pour la poursuite de ses production d’énergie. L’une des voies pro-études : « de plus en plus de recruteurs metteuses pour la production d’électricités’intéressent au moins autant aux activités est représentée par les piles à combustibleextra-universitaires qu’aux résultats sco- à membrane échangeuse de protons. Enlaires. J’ai déjà obtenu plusieurs entretiens effet ces générateurs ont des rendementsgrâce à ce prix qui fait une vraie différence élevés et présentent des avantages impor-sur mon CV ». Et qui l’aidera certainement tants sur le plan environnemental, émettantà décrocher la thèse qu’il recherche.  une quantité très faible de polluants. « Le projet SPINAM (Electrospinning: a method to elaborate membrane-electrode Clément Bessaguet, materials for energy devices) se propose de préparer des nouveaux matériaux pour les un étudiant qui vise juste piles à combustible à base de nanofibres Étudiant en Génie Electrique Infor- issues de la méthode de l’electrospinning matique Industrielle à lIUT de Mont- ou électrofilage », explique Sara Cavaliere. pellier, Clément est devenu triple champion du monde universitaire « La stabilité et la performance de ces na- de tir au pistolet en individuel et nomatériaux sont désormais démontrées, par équipe en septembre à Kazan notamment par les travaux effectués au (Russie). sein de notre laboratoire. Les retombées à attendre de ces travaux sont importantes, autant sur le plan environnemental que sur le plan économique. »  13 N°4 - 12.2012
  • Vie des labos La quête du boson de Higgs enfin récompensée L ES PHYSICIENS auraient modèle standard, celle-là même qui est particules issues de la désintégration du découvert une particule qu’ils responsable de la masse de toutes les boson », explique le chercheur. traquent depuis des années : autres particules », souligne Jean-Loïc le boson de Higgs. Explications avec Kneur du laboratoire Charles Coulomb Cette découverte représente une avancée les chercheurs de l’équipe Interactions (L2C). majeure de la physique du 21e siècle, pour Fondamentales, Astroparticules et autant il reste de nombreuses questions Cosmologie (IFAC) de l’Université Pourquoi ce boson a-t-il été si difficile à auxquelles les physiciens ne peuvent pas Montpellier 2 qui participent à ces débusquer ? « Parce que d’une part la encore répondre. Ce boson correspond-il recherches. théorie ne prédit pas sa masse et d’autre exactement à la particule imaginée par part il faut augmenter notablement Peter Higgs ? «  Nous pouvons affirmer Voilà bientôt 50 ans que les chercheurs l’énergie et la luminosité de la machine que nous avons observé une particule tentaient de mettre la main dessus : le pour le discerner d’un gigantesque bruit qui a des caractéristiques de boson de boson de Higgs aurait enfin été identifié. de fond  », répond Gilbert Moultaka du Higgs, répond Cyril Hugonie. Mais nous « C’est la clé de voûte du modèle standard L2C. Sa découverte annoncée le 4 juillet aimerions qu’elle ait quelques différences de la physique des particules », explique 2012 a été réalisée au LHC, le grand par rapport au boson standard  ». Le Cyril Hugonie, chercheur au Labora- accélérateur de particules situé près de modèle standard comporte en effet de toire Univers et Particules de Montpellier Genève. D’ailleurs les chercheurs n’ont nombreuses lacunes que les chercheurs (LUPM). Le modèle standard est le cadre pas observé directement le boson de tentent de combler. « La masse du boson théorique qui décrit les particules élé- Higgs. Impossible : une fois produit il se de Higgs dans le modèle standard est très mentaires et leurs interactions. désintègre immédiatement pour donner instable », précise Gilbert Moultaka. Les Problème  : il n’explique pas d’autres particules connues. « Ce qu’ont théoriciens de l’Université Montpellier pourquoi les particules ont une observé les expérimentateurs, ce sont jus- 2 continuent à plancher sur la ques- masse. Pour résoudre ce pro- tement les tion : «  Nous travaillons sur l’extension blème, il fallait introduire dans ce supersymétrique du modèle standard modèle un mécanisme qui implique qui pourrait résoudre le problème l’existence d’une nouvelle particule : de stabilité de la masse du le boson de Higgs. Son existence a été boson de Higgs ». Le boson postulée par Peter Higgs et d’autres a peut-être été identifié, physiciens dès 1964 mais le fameux mais l’histoire n’est pas boson n’avait encore jamais été terminée.  détecté jusque là. « C’est la der- nière particule fondamentale du14N°4 - 12.2012 © ATLAS Collaboration
  • physiciens planchent sur leLescomportement de la matièreS OLIDE, poudre, mousse, fluide… La matière est dans tous ses états. Quelles sont lesrègles qui régissent son comportement,beaucoup plus complexe qu’il n’yparaît ? Près de 650 physiciens se sontréunis autour de cette question lors des« Journées de la Matière Condensée »à l’Université Montpellier 2.Quelles sont les règles qui régissent lecomportement surprenant de la matière ?Pourquoi le sable coule-t-il entre lesdoigts ? Comment l’eau passe-t-elle duflocon à la goutte quand la températures’élève  ? Ce sont quelques-unes desinterrogations qui occupent les physi-ciens de la matière condensée qui sesont réunis à l’Université Montpellier 2 finaoût à l’occasion des 13e Journées de laMatière Condensée (JMC13) organisées  Dispositif expérimental pour létude dun billard à photons - © L2Cavec la Société Française de Physique etcoordonnées par le Laboratoire Charles grains eux-mêmes constituent des entités «  On peut pousser plus loin l’analogieCoulomb. Avec près de 650 participants, complexes formées d’un grand nombre avec les systèmes vivants : par exemplece congrès est l’un des plus importants de molécules. «  Des matériaux tels que les mouvements collectifs au sein desrassemblements de physiciens en France. sables, poudres ou mousses nous sont bancs de poisson ou des nuées d’oiseauxObjectif  :  comprendre, prédire et ainsi familiers mais la connaissance que nous rentrent aussi dans le cadre d’étude desmaîtriser les propriétés physiques d’une avons de leurs propriétés mécaniques systèmes complexes puisqu’il s’agit detrès grande variété de matériaux. est encore rudimentaire et empirique, mieux comprendre et caractériser les malgré des enjeux majeurs pour l’indus- comportements collectifs qui résultent « Les physiciens se penchent de plus en trie pharmaceutique ou agro-alimentaire de l’interaction entre un grand nombreplus sur des matériaux qui sont considérés qui doivent concevoir et manipuler ces d’entités, précise le chercheur. La diffé-comme des systèmes complexes, com- matériaux », souligne le chercheur. rence c’est qu’ici il ne s’agit plus de grainsposés de constituants élémentaires qui de sable ou de bulles, mais d’oiseauxne sont pas aussi "simples" que l’atome De la matière aux systèmes vivants ou de poissons  ». Autant de matière àou l’électron  », explique Ludovic Ber- réflexion pour les physiciens… thier, chercheur au Laboratoire Charles Autre terrain de recherche pour les phy-Coulomb, qui a été invité à présenter siciens de la matière condensée : lesses travaux lors des JMC13 et illustre systèmes vivants. «  Ils constituent euxun des axes de recherche abordés au aussi une classe de matériaux encorecongrès. Un exemple : un tas de sable plus complexes », explique Ludovic Ber-peut être considéré comme un ensemble thier. Exemple  :  un tissu biologique estde particules en interactions, chaque composé d’un ensemble de cellules ca- …www.jmc13.univ-montp2.frparticule étant un grain de sable. Mais ces pables de se mouvoir de façon autonome. …www.coulomb.univ-montp2.fr 15 N°4 - 12.2012
  • International Le Programme Erasmus 25 ans fête ses G RÂCE au programme Ce programme phare contribue enfin à la ficient de ce programme. Destinations d’échange européen Erasmus, création d’un réservoir de jeunes diplômés les plus prisées : Royaume-Uni, Irlande les étudiants de l’Université possédant une expérience internationale. et Danemark. «  Dans ces trois pays, les Montpellier 2 ont la possibilité d’aller cours sont en anglais ce qui confirme que passer un ou deux semestres dans une Augmenter l’employabilité les étudiants partent pour améliorer leurs université étrangère. Un programme connaissances en langues et surtout en qui favorise également la mobilité Fondé par 11 États européens, le pro- anglais », analyse la coordinatrice du pôle des enseignants et du personnel gramme Erasmus intègre désormais 33 relations internationales. « L’UM2 propose administratif. États dont les 27 membres de lUnion également des échanges avec la Croatie, européenne, lIslande, le Liechtenstein, la Pologne et la République Tchèque, Comment faire rimer études et séjour à la Norvège, la Suisse, la Croatie et la pays moins prisés mais qui présentent l’étranger  ? Grâce à Erasmus. Ce pro- Turquie. eux aussi l’avantage de dispenser leurs gramme européen de mobilité qui fête enseignements en anglais ». ses 25 ans en 2012 rencontre un succès L’Université Montpellier 2 propose des grandissant. « Erasmus propose aux étu- échanges avec 25 pays. Chaque année Tout est mis en place pour faciliter le diants de partir un semestre ou une année environ 200 étudiants de l’UM2 béné- départ et l’intégration des étudiants. faire des études dans un autre pays parti- cipant au programme », explique Mar Roig Ripoll, coordinatrice du pôle relations internationales et mobilité à l’Université Montpellier 2. La grande majorité des universités européennes prennent part au programme Erasmus et plus de 2,2 millions détudiants y ont participé depuis son lancement en 1987. Objectif affiché : permettre aux étudiants de profiter des avantages que procure l’expérience des études dans d’autres pays européens aux niveaux éducatif, linguistique et culturel. Mais Erasmus représente également un atout pour les universités car il permet de promouvoir la coopération entre les établissements et d’enrichir leur environnement éducatif.  Accueil Erasmus à la maison des Relations Internationales © PRES Sud de France16N°4 - 12.2012
  • Ces derniers bénéficient d’une bourseErasmus d’environ 160 euros par mois Côté cours, les étudiants bénéficient d’un contrat pédagogique : des pro- L’ÉCOLE DE L’AUTONOMIEqu’ils peuvent cumuler avec les bourses fesseurs référents de l’université d’ori-sur critères sociaux et d’autres finance- gine et de l’université de destination Samuel Ginot estments comme des bourses de la Région s’assurent que les enseignements des étudiant en MasterLanguedoc-Roussillon ou des chèques deux établissements sont cohérents PPP, Paléontologie,mobilité. Autre avantage : les étudiants avec la filière choisie par l’étudiant. « Au Paléobiologie,Erasmus n’ont pas à payer les frais d’ins- final les étudiants décrochent un diplôme Phylogénie. Aprèscription dans l’université qui les accueille de leur université d’origine, grâce aux avoir étudié lapuisqu’ils s’en sont déjà acquittés dans examens qu’ils ont passé à l’étranger », biologie pendantleur université d’origine. « Les étudiants explique Mar Roig Ripoll. Par ailleurs les 2 ans à l’Universitébénéficient également d’une prise en étudiants peuvent également bénéficier Montpellier 2, Samuelcharge à leur arrivée notamment pour les du programme Erasmus entreprise qui a eu envie de « bougeraider à trouver un logement ou leur pro- leur permet de partir faire un stage à un peu ». Direction l’Angleterre grâceposer des cours de langue », complète l’étranger. au programme Erasmus. « J’ai fait maMar Roig Ripoll. troisième année de licence à l’université Erasmus pour les enseignants de Bristol, c’était une super expérience ». et le personnel administratif À son arrivée, Samuel trouve rapidement un appartement en colocation grâce aux Mais les étudiants ne sont pas les seuls annonces mises à sa disposition par à bénéficier de ce programme : les ensei- l’université d’accueil. Il conserve sa bourse gnants et les personnels administratifs du CROUS et reçoit en plus une bourse des universités peuvent également par- Erasmus de 800 euros pour l’année. tir à l’étranger avec Erasmus. «  C’est Pour Samuel, c’est l’apprentissage de intéressant pour les professeurs qui l’autonomie : « jusque là je vivais chez s’occupent des contrats pédagogiques mes parents, cette expérience m’a permis des étudiants d’aller intervenir dans les d’être indépendant tout en restant dans un universités d’accueil  », explique Mar cadre scolaire rassurant ». Une autonomie Roig Ripoll. Chaque année une douzaine que Samuel a également retrouvée dans d’enseignants de l’Université Montpel- ses études : « les méthodes de travail lier 2 se laissent tenter par l’aventure. à l’université sont très différentes en Depuis 1997, 250  000 professeurs et Angleterre, il y a moins d’heures de cours autres membres du personnel de lensei- mais beaucoup plus de travail personnel, gnement supérieur sont partis grâce à j’ai dû apprendre à étudier autrement Erasmus.  et aujourd’hui je sais mieux faire des recherches et travailler en autonomie ». Autre avantage : « j’ai boosté mon niveau d’anglais ». Autant d’atouts pour la poursuite des études de Samuel qui se destine à une carrière de paléontologue. 17 N°4 - 12.2012
  • Innovation Avec AxLR la recherche Languedoc-Roussillon en passe à la vitesse supérieure C OMMENT valoriser la recherche Pourquoi le gouvernement soutient-il la recherche, notamment en assurant les en Languedoc-Roussillon, création de ces structures de valorisation dépôts de brevets, favoriser les transferts sensibiliser les chercheurs au de la recherche ? Parce que si la France de technologies à lindustrie ou encore monde économique et mieux détecter dispose dune excellente recherche fon- aider à la création de start-up. les inventions dans les laboratoires ? damentale, elle peine encore à traduire Grâce à AxLR, la Société d’Accélération ses découvertes en applications indus- La région la plus pluridisciplinaire de Transfert de Technologie dont trielles : alors quelle se situe au 6e rang l’Université Montpellier 2 est partenaire. mondial pour les publications, elle ne En Languedoc-Roussillon, la SATT dé- figure quau 12 e rang mondial pour le nommée AxLR a comme périmètre la Bonne nouvelle pour la recherche en nombre de brevets internationaux dépo- région et comprend onze actionnaires : les Languedoc-Roussillon : le projet de sés selon l’Office européen des brevets. cinq universités (UM1, UM2, UM3, UPVD, Société d’Accélération de Transfert de Pour améliorer le transfert de technolo- UNîmes), deux grandes écoles (Montpel- Technologie (SATT) déposé par l’Uni- gies, le gouvernement a décidé la création lier SupAgro, ENSCM) et quatre orga- versité Montpellier 2 a été retenu par le dun nombre limité de SATT. nismes de recherche (CNRS, INSERM, jury dans le cadre des Investissement IRSTEA, IRD). Le périmètre d’activité de d’avenir. La SATT nommée AxLR a été Leur mission : assurer la maturation des la SATT couvre une centaine d’unités de crée le 1er août 2012 à Montpellier par projets issus des établissements de recherche représentant 4 750 chercheurs, l’État, les universités et les organismes recherche pour en faciliter la diffusion enseignants-chercheurs et personnels de recherche présents en Languedoc- dans le milieu socio-économique, contri- de recherche (ingénieurs, doctorants, Roussillon. buer à la protection des résultats de la post-doc).1818N°4 - 12.2012N° 12.2012N°4 12 201
  • « En nous rapprochant des équipes de la promotion et l’accès pour les tiers par l’association internationale des pépi- recherche actives en Languedoc-Rous- aux plateformes technologiques et nières, et le réseau Synersud qui fédère sillon, nous allons évaluer le potentiel de grands équipements régionaux. Avan- 18 pépinières d’entreprises en région. développement économique des projets tage pour les chercheurs : un meilleur pour l’industrie régionale et nationale », accompagnement dans lensemble des « Nous devons développer une forte explique Philippe Nérin, le président de démarches de valorisation tels que dé- capacité à rassembler les acteurs de la la SATT. « Par rapport aux autres SATT, pôt de brevet ou création dentreprise. recherche, et à constituer une expertise la spécificité du Languedoc-Roussillon est Un atout aussi pour les entreprises qui industrielle, souligne Philippe Nérin. d’être la région la plus pluridisciplinaire », bénéficieront dun interlocuteur leur L’enjeu, c’est de trouver les grands complète-t-il. proposant un bouquet complet de tech- projets structurants qui, dans dix ans, nologies et compétences développées aideront à repositionner l’économie de AxLR dispose d’un capital de 1 million au sein des laboratoires de recherche. la région et de la France ».  d’euro et sera au total dotée de 45 mil- lions d’euro sur dix ans par le programme « J’ai déjà identifié une trentaine de d’Investissements d’Avenir. Ce montant projets, dans divers secteurs tels que les sera complété par un fonds régional de énergies renouvelables, le médicament, AxLR va travailler 5 millions d’euros sur trois ans financé par la chimie, la science des matériaux, les avec les réseaux la Région, l’Agglomération de Montpellier capteurs… Nous en sélectionnerons et le Fonds Européen de Développement entre 10 et 15 par an. Nous allons travail- principalement Régional. « Ce capital nous permettra de ler avec les réseaux que j’ai développés dans les pays financer les projets issus des établisse- depuis 20 ans, principalement dans les ments de recherche pour les porter du pays d’Europe de l’Est, aux États-Unis, et d’Europe de l’Est, stade préliminaire à celui de prototypes au Japon », précise le président d’AxLR. aux États-Unis, et ou de démonstrateurs technologiques », au Japon explique Philippe Nérin. La SATT travaillera en étroite collabora- tion avec les acteurs locaux du soutien Repositionner à l’innovation, notamment Transferts LR, Philippe Nérin l’économie de la région l’association de transfert de technologie président d’AxLR dédiée aux entreprises, mise en place AxLR s’occupera de l’ensemble de la par l’État et la Région en 2005. Elle chaîne de valorisation, depuis la sensi- s’appuiera également sur les structures bilisation et la détection dans les labo- d’accompagnement à la création d’en- ratoires, jusqu’à l’incubation de start-up. treprises comme le Business Innovation Elle assurera également la promotion Centre de Montpellier Agglomération, vers les entreprises et aura en charge classé 1ère pépinière mondiale en 2007 De gauche à droite : Régis Ferron (IRD), Ghislaine Gibello (CNRS), Jacques Moret (DRRT), Matthieu Martel (UPVD), Elisabeth Viola (CDC), Jacques Mercier (UM1), Christian Perigaud (UM2), Sébastien Massart (Direccte), Françoise Guetron- Gouaze (OSEO), François Pierrot (CNRS). 19 N°4 - 12.2012
  • Formation Inventer les objets intelligents de demain M ÉCONNUS du grand public, ils jouent un rôle clef dans notre quotidien. Les « Systèmes Embarqués » sont l’objet d’une nouvelle formation d’ingénieur par apprentissage proposée par Polytech Montpellier. Ils sont parmi nous. De la minuterie de votre four à Curiosity, le robot qui explore le sol de Mars, ces serviteurs high tech des temps modernes se rencontrent partout : dans les produits grands publics, appareils photos ou téléphones portables, mais aus- si dans toutes les branches de l’industrie. Répondre aux attentes des industriels et des étudiants  Les 12 apprentis de la première promo "systèmes embarqués" « Les systèmes embarqués ? Ils sont au cœur des enjeux de société ». C’est le de branches au niveau national. « Il nous Depuis septembre, les douze apprentis constat de Laurent Latorre, responsable faut désormais répondre aux besoins des de la première promo découvrent ainsi de la nouvelle formation dispensée à industriels qui nous ont fait confiance, le monde de l’entreprise par la grande Polytech. Une formation qui répond à poursuit Laurent Latorre. Et bien sûr satis- porte, au sein de grands groupes indus- une double évidence : « le tissu industriel faire les attentes de nos étudiants ». triels (Eurocopter, Safran) ou au service régional est en quête de compétences. Il d’entreprises régionales représentant y a donc une forte demande du marché Former des acteurs clefs des secteurs d’activités variés (santé, de l’emploi, mais aussi de la part des étu- dans l’économie de demain domotique, multimédia…). Ils expéri- diants : la formation par apprentissage, mentent une formule qui fait rimer alter- c’est la voie directe vers une première Habilitée par la Commission du Titre d’In- nance avec excellence… et exigence : embauche. Surtout dans des domaines génieur (CTI), la nouvelle formation forme autant d’heures de cours qu’un étudiant aussi porteurs… » en trois ans des ingénieurs généralistes, classique, et en prime un gros volume de et leur propose une spécialisation dans la travail en entreprise. Avec à l’arrivée, une Pour mener à bien ce projet, il aura fallu conception, le développement et la mise ambition affichée : devenir les architectes deux années de travail avec le Centre de en œuvre de systèmes électroniques ou de des futurs objets intelligents, mais aussi Formation des Apprentis, en partena- dispositifs d’informatique industrielle. For- « des acteurs clefs dans l’innovation des riat avec de nombreux industriels – une mation par apprentissage, elle est rythmée entreprises et dans l’économie de de- trentaine d’entreprises, pour la plupart par l’alternance entre 15 jours à l’école et main ».  régionales – et le soutien des syndicats 15 jours passés au sein d’une entreprise.20N°4 - 12.2012
  • Des masters-ingénieurs énieursexperts formésà la Faculté des sciences iences Une formationA VEC son nouveau cursus de master en ingénierie (CMI), la pluridisciplinaire faculté des sciences propose un de pointeenseignement renforcé dispensé en lienétroit avec lindustrie et la recherche. Au programme : unObjectif : former en 5 ans des Masters- enseignement renforcéingénieurs experts en innovation proposé à tous les candi-technologique. dats dès la première année de licence. Avec 50 heuresPeut-on se préparer au métier de mas- de cours supplémentairesters-ingénieurs en passant par la case par semestre, les étudiantsuniversité ? Cest désormais possible à qui choisissent ce cursus re-la Faculté des sciences de lUniversité çoivent un enseignement plusMontpellier 2 grâce au nouveau cursus intensif notamment en sciencesnommé CMI dispensé depuis la rentrée humaines et sociales. Dès la deu-2012. Pourquoi choisir de former des xième année les étudiants les plusmasters-ingénieurs au sein de la faculté ? motivés qui continuent dans ce par-« Lintérêt est doccuper une niche de mé- cours seront immergés dans le mondetier délaissée par les écoles dingénieurs de la recherche grâce à un couplage Les futurs « ingénieurs-experts » trou-classiques et où il y a pourtant dimpor- étroit de lenseignement avec les labo- veront des débouchés sur des postestants besoins au niveau national », répond ratoires de recherche et les partenaires dingénieur recherche et développement,Christian Jay-Allemand, responsable de industriels. « Les étudiants sont amenés chef de projet innovant ou encore ingé-ce nouveau cursus. Beaucoup détu- à réaliser des projets innovants sur 2 ou nieur en expérimentation ou en produc-diants issus de ces écoles sorientent en 3 ans dans les entreprises », précise tion. « Ce cursus répond à une réelleeffet vers le management, le marketing Christian Jay-Allemand. À la clé : un demande sociale et économique pourou encore la gestion au détriment du diplôme de master labellisé CMI mais optimiser le domaine de linnovation,secteur de linnovation technologique. Un également un réel atout pour décro- souligne Christian Jay-Allemand. Cestvide comblé grâce à ce nouveau cursus cher un travail grâce aux partenariats aussi un moyen efficace de remettre lesproposé par une dizaine duniversités en et aux réseaux développés pendant la étudiants au cœur du monde du travail etFrance, dont lUniversité Montpellier 2. formation. de redonner à luniversité toute la place quelle mérite socialement et économi- quement ».   1 CURSUS, 6 SPÉCIALITÉS Responsables CMI à l’Université Montpellier 2 Le cursus CMI propose 6 spécialités sur des domaines innovants :  Bernard Orsal, orsal@opto.univ-montp2.fr  Christian Jay-Allemand,  Chimie christian.jay-allemand@univ-montp2.fr  Physique  Gilles Halbout, gilles.halbout@univ-montp2.fr  Biotechnologies  Capteurs Optoélectroniques Hyperfréquences  Mécanique  Informatique 21 N°4 - 12.2012
  • Composantes Polytech Montpellier vous offre la mer à boire P PEUT-ON changer l’eau de l’eau pour l’évaporer, puis à la condenser «  basse température  ». La vapeur pro- mer en eau potable ? Oui, grâce afin de récupérer une eau dépourvue de duite est ensuite transportée dans une au dessalement. Différents sel. « Mais si le dessalement se présente colonne froide où elle est condensée au procédés existent pour la transformer comme une alternative à la pénurie d’eau, contact de parois froides qui serviront en eau douce mais ils consomment des efforts importants restent à faire pour aussi au préchauffage initial de l’eau. beaucoup d’énergie. Un prototype d’un l’inscrire dans un contexte de dévelop- Les sels restent du côté « évaporateur » genre nouveau a été installé à Polytech pement durable », explique Marc Héran, du système, alors que l’eau produite est Montpellier. enseignant en Sciences et Technologies collectée du côté du « condenseur ». Son de l’Eau à Polytech Montpellier. Les avantage  :  un procédé respectueux de 56 millions de mètres cubes. C’est le moyens mis en œuvre pour éliminer le sel l’environnement qui permet le dessale- volume d’eau dessalée produit par jour à (ou plutôt pour extraire de l’eau douce) ment en n’utilisant que le rayonnement travers le monde, soit environ 1,5 % de sont en effet très gourmands en énergie, solaire comme source d’énergie. la production mondiale d’eau potable. soit pour appliquer une pression permet- Pourquoi transformer l’eau salée en eau tant à l’eau de traverser les membranes Afin de vérifier le fonctionnement de douce  ? Parce que l’eau de mer est la dans le cas de l’osmose inverse, soit cette technologie innovante, les pre- seule ressource de nombreux pays cô- pour chauffer l’eau afin de provoquer son miers essais vont être réalisés à la ren- tiers. C’est notamment le cas de nos voi- évaporation dans le cas de la distillation. trée 2012 par les étudiants. « Ce proto- sins espagnols qui utilisent cette technolo- type servira pour les projets industriels gie à grande échelle : à Barcelone, un tiers Utiliser l’énergie solaire de fin d’étude des élèves ingénieurs en de l’eau douce qui alimente les habitants Sciences et Technologie de l’Eau mais provient du dessalement de l’eau de mer. Pour réduire la consommation en éner- représente également un terrain d’expé- gie des procédés de dessalement, un rimentation inédit pour nos étudiants en Le dessalement s’appuie sur deux prin- prototype innovant utilisant le procédé Mécaniques et Interactions (analyse ther- cipes physiques majeurs : la filtration Dunetec * développé par la société modynamique) ou en étude des matériaux (osmose inverse) et la distillation. La pre- Montpellier Engineering a été installé à (transfert de chaleur et précipitation des mière consiste à faire passer l’eau à tra- l’Université Montpellier 2. Son principe : sels) », précise Marc Héran. Ces essais vers des membranes denses (perméabi- chauffer l’eau grâce à des panneaux pourront ensuite être supportés par des lité sélective) qui retiennent les éléments solaires thermiques afin de produire de la fonds d’aide à l’innovation et par le volet dissouts, la deuxième consiste à chauffer vapeur dans une colonne d’évaporation formation du labex NUMEV.  Avec Dunetec©, il sera possible de fournir de leau potable de qualité à un coût sans … www.dunetec.com équivalent sur le marché, de façon totalement * © Dunetec : “Sun to desalinate water” écologique Laurent Trémel président de Montpellier Engineering22N°4 - 12.2012
  • PublicationsPublications Une membrane dynamique capable de sauto-réparer Des chercheurs de lInstitut européen des membranes (CNRS/ENSCM/Université Montpellier 2), en collaboration avec lInstitut de chimie radicalaire, ont développé la première membrane dynamique pour la filtration de leau en sinspirant des membranes cellulaires. En fonction de la pression de leau, celle-ci peut ajuster de façon autonome la taille de ses pores. Autre atout : elle est capable de sauto-réparer en cas de défaillance, ce qui augmente sa durée de vie et renforce la sécurité sanitaire du produit filtré. Ces recherches ont été publiées dans la revue Angewandte Chemie. …Dynamic Interactive Membranes with Pressure-Driven Tunable Porosity and Self-Healing Ability. Prashant Tyagi, André Deratani, Denis Bouyer, Didier Cot, Valérie Gence, Mihail Barboiu, Trang N. T. Phan, Denis Bertin, Didier Gigmes, Damien Quemener. Angewandte Chemie. 2012 Jul 16 Contrôler la croissance et la texture d’un polycristal modèle Les propriétés mécaniques macroscopiques de la plupart des métaux et céramiques sont déterminées par la taille et l’organisation des grains cristallins qui les composent. Pour comprendre les mécanismes mis en jeu, des physiciens du Laboratoire Charles Coulomb de Montpellier (L2C – CNRS / Université Montpellier 2) ont élaboré un cristal modèle à base de polymère et de nanoparticules dont la texture peut être finement contrôlée. Ce travail publié dans la revue Soft Matter devrait permettre d’obtenir de nouvelles informations résolues dans l’espace et dans le temps sur la déformation de polycristaux sous contrainte mécanique. …Grain refinement and partitioning of impurities in the grain boundaries of a colloidal polycrystal, N. Ghofraniha, E. Tamborini, J. Oberdisse, L. Cipelletti et L. Ramos, Soft Matter, 8, 6214-6219 (2012). Le figuier mâle imite l’odeur de la femelle Une équipe dirigée par des chercheurs du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Universités de Montpellier 1, 2, 3/Université de Nîmes/Montpellier SupAgro/Cirad/ EPHE/IRD/Inra) vient de mettre en évidence un cas de mimétisme chimique particulièrement élaboré chez le figuier méditerranéen. Les guêpes qui pollinisent cette espèce nayant rien à gagner à visiter les arbres femelles, les arbres mâles modifient lodeur quils émettent, de manière à ce que les insectes ne puissent pas distinguer les sexes. Une étude publiée dans Ecology Letters. …Evidence for intersexual chemical mimicry in a dioecious plant, Catherine C. L. Soler, Magali Proffit, Jean-Marie Bessière, Martine Hossaert-McKey & Bertrand Schatz, Ecology Letters, sept 2012 Comment les racines des plantes se ramifient Les racines des plantes croissent et se ramifient constamment pour explorer le sol, à la recherche deau et de nutriments. Une équipe du Laboratoire de biochimie et physiologie moléculaire des plantes de Montpellier (CNRS/Inra/Université Montpellier 2 / Montpellier SupAgro), en collaboration avec des chercheurs anglais et allemands, a décrit un mécanisme qui, grâce à une hormone végétale et aux protéines régulant le passage de leau, permet lémergence des racines secondaires. Ces résultats permettent denvisager une optimisation de la croissance des racines de plantes. …Auxin regulates aquaporin function to facilitate lateral root emergence - Benjamin Péret, Guowei Li, Jin Zhao, Leah R. Band, Ute Voß, Olivier Postaire, Doan-Trung Luu, Olivier Da Ines, Ilda Casimiro, Mikael Lucas, Darren M. Wells, Laure Lazzerini, Philippe Nacry, John R. King, Oliver E. Jensen, Anton R. Schäffner, Christophe Maurel and Malcolm J. Bennett Nature Cell Biology, 16 sept 2012 23 N°4 - 12.2012
  • @UMONTP2Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE PLACE EUGÈNE BATAILLON - 34095 MONTPELLIER CEDEX 5 - FRANCE www.univ-montp2.fr