UM2 Magazine n°5 Mars 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

UM2 Magazine n°5 Mars 2013

on

  • 1,263 views

Le cinquième numéro présente les success stories de l'Université Montpellier 2 : quand la recherche s'invite dans votre quotidien... Le magazine universitaire au cœur de science vous invite à ...

Le cinquième numéro présente les success stories de l'Université Montpellier 2 : quand la recherche s'invite dans votre quotidien... Le magazine universitaire au cœur de science vous invite à une plongée au cœur de l'Université Montpellier 2. Ce rendez-vous trimestriel vous permet de découvrir l'UM2 dans toute sa diversité. Entrez dans les coulisses de l'Université grâce à la rubrique "Au cœur du campus" et faites connaissance avec ceux qui font l'université dans "A l'honneur à l'UM2". Découvrez également le cœur de sciences de l'UM2 en vous plongeant dans "L'écho des labos". Ce magazine vous propose chaque trimestre un focus sur les formations, l'innovation et les relations internationales

Statistics

Views

Total Views
1,263
Views on SlideShare
1,263
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

UM2 Magazine n°5 Mars 2013 UM2 Magazine n°5 Mars 2013 Document Transcript

  • DISPONIBLE EN TÉLÉCHARGEMENT SUR Le magazine universitaire au cœur de science www.univ-montp2.frNuméro 5Mars 2013 Préserver aujourdhui le patrimoine scientifique de demain LUniversité Montpellier 2 dans la course à l’espace Success Un observatoire de pointe sur le Larzac pour Géosciences stories UM2 1 Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES N°5 - 03.2013 MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE
  • Sommaire 4 Dossier 18 International Les success stories de l’Université  LUniversité Montpellier 2 confirme sa vitalité internationale Montpellier 2 8 Au cœur du campus 19 Formation  Préserver aujourdhui le patrimoine scientifique de demain  LUniversité Montpellier 2 partenaire  Les mathématiques, cest tout public du Centre universitaire de Mayotte  Les dangers du binge drinking exposés à lUM2 12 À l’honneur à l’UM2 20 Innovation  Bernard Gil, Docteur Honoris Causa  LUniversité Montpellier 2 dans la course à l’espace  David Mouillot à la recherche des paradis originels  Sandra Mandato, chercheuse bardée de récompenses  « Un nuage sur le toit du monde » 22 Service  Outils de verre made in UM2 14 Vie des labos  Un observatoire de pointe sur le Larzac pour Géosciences  Laisser du poisson pour les oiseaux marins  Une plateforme IRM unique en France à l’UM2 23 Publications UM2 N°5 - MARS 2013 IMPRESSION Offset Deux Mille (France) DIRECTEUR DE LA PUBLICATION UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 Michel Robert Sciences et Techniques RÉDACTRICE EN CHEF Place Eugène Bataillon Aline Périault, 34095 Montpellier CEDEX 5 Photo à la une : Dronéa, un exemple de aline.periault@univ-montp2.fr Tél. +33 (0)4 67 14 30 30 success story de lUniversité Montpellier 2 Tél. +33 (0)4 67 14 92 87 communication@univ-montp2.fr © Guillaume Boguszewski - Cyleone A COLLABORÉ À CE NUMÉRO www.univ-montp2.fr Philippe Raymond Tirage : 2.500 ex. CONCEPTION & MISE EN PAGE Dépôt légal : mars 2013 Olivier Piau, Agropolis Productions ISSN : 2259-874X Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses représentants est illicite (art. A du Code de la Propriété Intellectuelle).2N°5 - 03.2013
  • Édito L’Université Montpellier 2 avance ! Au-delà des actuelles évolutions du paysage général de l’en- seignement supérieur et de la recherche (modification de la loi1, 2, 3... taguez ! LRU, remplacement de l’AERES, transformation des PRES,Le QR code, vous connaissez ? création de l’ESPE…), notre établissement poursuit son avan-Ce drôle de carré permet, à partir cée sur des priorités essentielles : l’insertion professionnellede votre téléphone, daccéder des étudiants, les relations avec les entreprises ainsi que ladirectement à du contenuélectronique (page Internet, vidéo, valorisation de la recherche et le transfert des savoirs.contenu multimédia...) sansavoir besoin de saisir ladresse Ces missions fondamentales engagent plus que jamais l’avenircorrespondante. de nos structures, mais aussi et surtout celui de nos étudiants.Muni de votre téléphone équipéd’un appareil photo et d’uneapplication (gratuite) de lecture Au travers de ce dossier spécial d’UM2, le magazine universitaire au cœur de science,(QR Reader en anglais), Qrafter nous avons choisi de mettre en avant les réussites emblématiques construites en lien(iPhone), Goggles (Android), avec le monde socio-économique. Elles illustrent notre forte capacité d’innovation etQR Code Scanner Pro(Blackberry), Bing (Windows notre volonté d’être en harmonie avec notre territoire, en participant notamment à sonPhone), trois étapes suffisent : développement socio-économique.1. lancer lapplication,2. photographier le Qrcode,3. lire le contenu.  Il nous a semblé capital d’aborder des modèles de réussites sous l’angle de leurs acteurs. Ces « success stories » sont en effet le fruit d’un travail commun, reposant sur les contributions de personnels techniques et administratifs, de chercheurs et d’ensei- gnants-chercheurs, ainsi que de doctorants et d’étudiants. Si notre université avance dans cette démarche partenariale innovante, si elle s’ouvre sur le monde en restant attachée à sa mission de service public, c’est à tous ses acteurs qu’elle le doit. Michel Robert, Président de l’Université Montpellier 2 - Sciences et Techniques 3 N°5 - 03.2013
  • Dossier Les success stories de l’ Université Montpellier 2 Université Montpellier 2 : le gène « recherche et entreprise » L E TEMPS de l’opposition entre Carnot soit mis en place. De même, le ce choix ne peut rendre justice à tous les recherches qui poursuivent secteur des sciences et technologies ceux qui ont contribués à les écrire, il une quête de connaissance et de l’information et de la communication illustre une réalité : le gène « recherche celles qui cherchent à répondre à des est très actif dans l’aide à la création et entreprise » est bien présent partout enjeux sociétaux ou économiques est de jeunes entreprises : le succès inter- à l’UM2.  aujourd’hui révolu. national de l’incubateur de Montpellier Agglomération repose pour une bonne Chacun sait que ces deux formes de part sur des entreprises créées en lien travail sont indispensables et complé- avec ces laboratoires. François Pierrot, mentaires, qu’une université ouverte Vice-président délégué à l’innovation sur le monde doit les promouvoir. D’un Cette ouverture vers l’entreprise se et aux relations avec côté, enrichir le savoir universel ; de généralise dans tous les domaines ; le les entreprises l’autre, répondre à des attentes plus rôle croissant de notre université lors immédiates  : se déplacer, se soigner, des concours de création d’entreprises se nourrir… ou, plus concrètement, innovantes depuis le début des années développer et renforcer les entreprises 2000 l’atteste. Chercheurs, qui emploient nos proches, nos amis, nos enfants. À quoi sont dus ces succès ? D’abord à ingénieurs la volonté de l’université d’être toujours mettent leur Les relations de notre université avec ouverte aux entreprises et de chercher passion au service les entreprises sont nombreuses et va- à comprendre leurs contraintes. Mais de recherches riées : ses équipes sont actives dans surtout au dynamisme, à l’inventivité les recherches partenariales, déposent et à la ténacité de ses chercheurs et tournées vers les des brevets, essaiment en donnant nais- ingénieurs qui mettent leur passion au besoins du monde sance à des start-up, attirent des entre- service de recherches tournées vers les qui nous entoure prises en région. besoins du monde qui nous entoure. Aussi, plutôt que de parler de statis- Cette culture est ancienne dans certains tiques souvent austères et désincarnées, domaines comme la chimie, où l’acti- nous avons choisi dévoquer ici des his- vité est assez intense pour qu’un Institut toires « à hauteur d’homme » ; même si4N°5 - 03.2013
  • Drones à tout faire T ROIS ANCIENS étudiants un formidable ou- de l’Université Montpellier 2 til de diagnostic dont Guillaume Jouanno issu dans la préven- de biotechnologie et bio-industrie et tion des redé- Guillaume Boguszewski issu de l’Institut marrages de feux d’Électronique du Sud (IES) viennent de de forêt et éviter créer une start-up innovante qui propose ainsi la mobilisa- l’utilisation de drones dans de nombreux tion d’un nombre domaines d’application. important de sol- dats du feu », ex- Vous connaissez les drones, ces petits plique Guillaume aéronefs commandés à distance ? Sou- Boguszewski. vent associés au domaine militaire, ces petits appareils peuvent également s’avérer Cette solution très utiles dans de nombreux autres sec- permet égale- teurs. « Nous nous sommes rapidement ment d’analyser des parcelles pour opti- nement ». Accompagnée par l’IES et par rendus compte de l’intérêt commercial des miser l’aménagement de l’espace. Autre Polytech Montpellier, la start-up Cyleone drones  », explique Guillaume Boguszewski. client : le secteur industriel. Les drones est aujourd’hui composée de 4 personnes Ce constat est à l’origine de la naissance peuvent analyser la qualité de l’air et aider dont 3 anciens étudiants de l’UM2. de la start-up Cyleone créée en novembre à établir un diagnostic environnemental. « Nous accueillons régulièrement en stage 2012 et qui propose une solution spécifique « Cette solution permet à l’homme d’obtenir des étudiants de l’UM2. Notre objectif est baptisée Dronéa. des données, gérer les risques et adapter aussi de créer de l’emploi : nous souhaitons Objectif : ouvrir un nouveau champ de me- un comportement écoresponsable ». Cette embaucher au moins 6 personnes d’ici à sures environnementales aux entreprises technologie est d’ailleurs de plus en plus uti- 2015», précise Guillaume Boguszewski. sur de nombreux secteurs porteurs comme lisée pour favoriser l’écoconstruction. « Elle Une initiative soutenue par les structures l’agriculture de précision, le bâtiment, la permet par exemple de fournir un maxi- d’accompagnement au développement de prévention des pollutions industrielles ou mum d’informations aux bureaux d’étude start-up de la Région Languedoc-Roussil- encore les énergies renouvelables. Quels pour optimiser la consommation d’énergie lon qui s’investit fortement dans ce drone types de services offre Dronéa ? « Notre des bâtiments en choisissant les matériaux de projet…  solution peut, par exemple, s’avérer être les plus adaptés en fonction de l’environ-Du poisson zèbre à la recherche contre le cancerK ARIMA KISSA observe les ce modèle, ce qui leur a valu poissons zébrés pour… trouver de une publication dans la pres- nouvelles molécules destinées à tigieuse revue scientifiquelutter contre les métastases cancéreuses. Nature. Aujourd’hui KarimaElle a déjà déposé un brevet et est en train Kissa va plus loin et espèrede créer une start-up. identifier des molécules per- mettant d’empêcher les mé- Embryon de poisson zèbre de 3 joursKarima Kissa est chercheuse au labora- tastases cancéreuses. « Nous faisons ces tests sur des embryonstoire Dynamique des interactions mem- Explication : « nous savons que le mé- de moins de 5 jours qui font à peine 1,5 mil-branaires normales et pathologiques de canisme de bourgeonnement de cellules limètres. Leur transparence nous permetl’Université Montpellier 2. Elle travaille souches sanguines est très similaire au de visualiser en même temps l’impact desdepuis des années sur le poisson zèbre. mécanisme qui permet à une cellule can- substances testées sur les autres organesPourquoi cette espèce ? « Parce qu’il est céreuse de quitter une tumeur primaire en développement ». Et donc de vérifiergénétiquement semblable à l’Homme à pour aller créer des métastases. Si on si les molécules candidates sont toxiques85 % et que c’est le seul vertébré qui soit parvient à identifier une substance qui pour l’organisme. Une start-up, lauréatetotalement transparent au stade larvaire, bloque le bourgeonnement de ces cellules du concours national de création d’entre-ce qui en fait un modèle unique », répond souches sanguines, cette molécule pour- prises innovantes 2012, est en cours dela chercheuse. Cette transparence est un rait être utilisée en thérapie chez l’homme création pour développer ce projet. Sonatout considérable pour comprendre cer- pour lutter contre les métastases ». La nom : Zebrascreen. Objectif : tester plus detains mécanismes du développement. chercheuse a déjà déposé un brevet sur 50.000 molécules candidates. Et peut-êtreEn 2010, la scientifique et ses collègues ce procédé de criblage des molécules trouver celle qui révolutionnera la prise enont identifié le mécanisme de naissance anti-métastasiques avec le modèle pois- charge des cancers…  5des cellules souches sanguines grâce à son zèbre. N°5 - 03.2013
  • Dossier Un logiciel pour mieux comprendre le comportement de la matière divisée L ES CHERCHEURS du Laboratoire l’utilise pour réduire les coûts de mainte- Le groupe Hydro-Québec, équivalent qué- Mécanique et Génie Civil de nance de ses voies ferrées. « Le passage bécois d’EDF, fait lui aussi appel au savoir Montpellier ont développé à grande vitesse des TGV endommage le des chercheurs du LMGC. un logiciel permettant de modéliser ballast, ce lit de graviers qui supporte les Si les principales applications du logiciel de grandes collections dobjets en voies. Le logiciel a permis de mieux com- résident dans le calcul de structure, le interaction pour mieux prédire leur prendre l’interaction des grains entre eux et génie civil et le génie des procédés, il inté- comportement. de minimiser l’usure des ballasts », explique resse également les chercheurs d’autres le développeur. EDF utilise également ce disciplines. En biologie par exemple. Comment de nombreux objets qui entrent logiciel pour mieux comprendre le com- « Les milieux vivants ce sont aussi des en contact les uns avec les autres se portement de barrages en enrochement. cellules qui interagissent entre elles, on comportent-ils ? Pour répondre à « Il permet détudier peut modéliser leur comportement pour cette question, les chercheurs du comment l’eau s’in- comprendre leur déplacement ou leur inte- LMGC ont développé un logiciel. filtre sous la struc- raction avec un substrat par exemple  ». Son nom  : LMGC90. « Il y a 10 ans, ture et provoque LMGC90 peut notamment être utilisé pour seuls quelques logiciels commer- une érosion qui peut optimiser la texture dune peau synthé- ciaux permettaient de répondre par- conduire à la rupture tique. Comment ? « On regarde comment tiellement à cette question, c’était du barrage ». se disposent les cellules en fonction de la un créneau prometteur alors nous Cet outil permet non forme du récipient utilisé » explique Frédé- l’avons rempli  », explique Frédéric seulement de fiabi- ric Dubois. Fruit de la mise en commun de Dubois, ingénieur de recherche et liser les structures nombreuses compétences développées à développeur du logiciel. existantes mais éga- lUM2 et d’un travail collaboratif, ce logiciel Créé en 2001, cet outil a conquis de lement de construire utilisé en Europe, aux États-Unis ou en Asie nombreux partenaires, autant aca- de nouvelles struc- « accroît la notoriété du laboratoire », se démiques qu’industriels. La SNCF tures plus fiables. réjouit Frédéric Dubois.  La chimie de pointe pour créer de nouveaux matériaux L ES CHERCHEURS de l’équipe duits du quotidien, l’équipe travaille sur légers et performants dans le cadre du Ingénierie et Architecture des produits de très haute valeur ajoutée programme « Finather » coordonné par la Macromoléculaire créent des à base de fluor destinés à des applica- société Fibres Recherche Développement. matériaux innovants que vous retrouvez tions dans le domaine de l’énergie, les Les chercheurs de l’équipe ont mis au point dans votre vie de tous les jours. fibres optiques, les élastomères hautes une large gamme de résines fabriquées à performances comme joints d’étanchéi- partir d’huile de lin et aux performances Ce sont des « serial breveteurs ». Les té pour « boosters » de fusée. « Un défi surprenantes, invention d’ores et déjà chimistes de l’équipe IAM de l’Institut majeur aujourd’hui pour la recherche sur protégée par deux nouveaux brevets et Charles Gerhardt ont une centaine de les polymères, c’est de mettre au point qui a fait l’objet de partenariats avec de brevets à leur actif. Leur spécialité : la des matériaux ne contenant pas d’additifs grands groupes industriels. Des collabora- création de nouveaux matériaux. « Nous toxiques tels que les phtalates », souligne tions qui portent leurs fruits : les planchers étudions sur le plan fondamental les mé- Jean-Jacques Robin. Pour mener à bien de coffres de divers véhicules du groupe thodes de polymérisation pour créer des cette mission, les chercheurs travaillent Peugeot-Citroën seront conçus avec ce polymères aux propriétés particulières », notamment sur les agro-ressources. nouveau matériau. explique Jean-Jacques Robin, le directeur Un des projets concerne la réalisation de Le groupe Alstom Transport va lui aussi de l’équipe. sols sportifs (stades, gymnases) à base utiliser une formulation biosourcée déve- Les applications de la vie courante sont d’huiles végétales non comestibles. Arrivé loppée à l’Université Montpellier 2 pour nombreuses : câbles pour l’industrie aé- en phase de démonstration à l’échelle 1, le fabriquer le nez des TGV. L’entreprise Co- ronautique, apprêts anti-tâche pour les projet a fait l’objet de deux brevets interna- rima s’intéresse elle aussi aux matériaux vêtements ou les moquettes, peintures tionaux. Une autre réalisation phare vise à made in UM2 notamment pour fabriquer du anti-salissures, matériaux résistants aux développer des composites renforcés de mobilier design. Un « serial success »…  températures extrêmes... Au delà des pro- fibres végétales pour créer des matériaux6N°5 - 03.2013
  • Une première mondiale dans le domaine de l’électro-stimulationD AVID ANDREU, chercheur Comment favoriser la récupération mus- Le produit est commercialisé par la société au laboratoire d’informatique culaire chez les patients qui ont besoin de Vivaltis à Montpellier et représente déjà de robotique et de rééducation ? Grâce à la stimulation élec- un quart de son chiffre d’affaire. Un suc-microélectronique de Montpellier trique fonctionnelle. Le principe est simple : cès avant tout dû à la collaboration entre(Lirmm) a été primé pour ses travaux le muscle est stimulé électriquement pour chercheurs, médecins, patients et indus-sur la robotique et la stimulation provoquer sa contraction. Les chercheurs triels. « Trois années ont été nécessairesélectro-fonctionnelle qui ont permis de l’équipe-projet Demar viennent de ré- pour passer du stade recherche au stadede développer un stimulateur volutionner ce secteur médical en créant commercialisation », précise David Andreu.commercialisé par la société Vivaltis. un système d’électro-stimulation sans fil © Vivaltis destiné aux professionnels de la Ce dernier a reçu le premier prix de la santé. Une première mondiale. Fédération des industries électriques, électroniques et de communication qui ré- « L’architecture du système compense des chercheurs travaillant dans repose sur des unités de sti- des structures publiques dont les travaux mulation ou de mesure appe- ont été industrialisés par une PME. Cette lés Pod qui sont portées par le collaboration est aussi un vrai tremplin patient et contrôlées à distance vers l’emploi : 3 diplômés de l’Université par le soignant », explique David Montpellier 2 ont déjà été embauchés par Andreu. Avantage : le patient Vivaltis dans son centre de recherche et garde une meilleure liberté de développement. « Sans oublier les retom- mouvement. « Ce système per- bées pour la formation des étudiants », met également d’effectuer diffé- rappelle David Andreu. Un parfait exemple rentes stimulations sur un même de collaboration gagnant — gagnant entre patient et rééduquer plusieurs recherche et industrie.  membres simultanément », pré- cise le chercheur.Améliorer la conservation et la cuisson des alimentsG RÂCE au chauffage ohmique augmente la température très rapidement Aujourd’hui l’industriel GEA Process Engi- Jean-Pierre Pain améliore les et permet une exposition très brève. « Ce neering utilise cette technologie pour la méthodes de transformation des procédé respecte les qualités nutrition- conservation des produits laitiers et dealiments et propose des procédés de nelles des aliments et permet de les grands groupes agro-alimentaires telscuisson innovants. conserver plus longtemps », précise le que Nestlé font appel à lui. Pour Jean- chercheur. Un partenariat avec l’équi- Pierre Pain ce partenariat avec le mondeSi votre lait, vos œufs, ou le lait infantile de pementier italien Emmepiemme permet industriel est gagnant-gagnant : « ça nousvos enfants sont parfaitement stérilisés, d’appliquer ce procédé à de nombreux permet notamment d’améliorer la forma-c’est en partie grâce à lui. Jean-Pierre produits. tion des étudiants qui peuvent ensuitePain, Professeur au laboratoire Qualisud, être embauchés plus facilement dansest un spécialiste du génie des procédés ces secteurs », se réjouit le cher-alimentaires. Il travaille depuis les années cheur, fervent défenseur du lien90 sur le chauffage ohmique. Le principe formation – recherche – transfertest simple : on place des produits dans de technologie, qui est lui-même © GEAun champ électrique pour les chauffer à l’origine de deux brevets et par-très rapidement. Et les applications sont ticipe à deux contrats européens.nombreuses. « Cette technique permet Aujourd’hui il collabore avec lesnotamment d’améliorer la conservation industriels du secteur de la bou-des aliments », explique Jean-Pierre Pain. langerie pour mettre au pointEt apporte des solutions innovantes à des une méthode de cuisson du painproblèmes parfois délicats. par chauffage ohmique. « Cette cuisson beaucoup plus rapide etExemple : les œufs destinés à la cuisine qui consomme beaucoup moinsindustrielle doivent impérativement être d’énergie intéresse beaucouppasteurisés pour éviter la contamination les industriels ». Bientôt du painpar les salmonelles. Mais comment les de mie ou des biscottes made inpasteuriser en les chauffant sans les UM2 ?  7cuire ? Grâce au chauffage ohmique qui N°5 - 03.2013
  • Au cœur du campus Préserver aujourdhui le patrimoine scientifique de demain P OUR PRÉSERVER le Ce vieux microscope poussiéreux oublié avancées technologiques après guerre ont patrimoine scientifique dans un placard vous semble sans valeur ? été perdues faute d’inventaire », déplore en devenir, l’Université Tout comme cet ordinateur un peu dépas- Audrey Théron. Montpellier 2 participe à la mission sé qui va bientôt être remplacé ? Détrom- nationale de sauvegarde du pez-vous… Ces objets contemporains qui Préserver la mémoire PATrimoine Scientifique et TEchnique ne sont plus tout à fait à la pointe de la Contemporain (PATSTEC). technologie ont un vrai intérêt  : ils consti- C’est donc pour préserver la mémoire de tuent notre patrimoine scientifique et tech- ces chemins du savoir que l’Université nique de demain. « Au cours des dernières Montpellier 2 participe à la mission de décennies, les sciences et les technologies sauvegarde du PATrimoine Scientifique ont connu une évolution particulièrement et TEchnique Contemporain, PATSTEC rapide », explique Audrey Théron, du Pôle pour les intimes. Cette mission nationale Patrimoine Scientifique de l’UM2. a été créée en 2003 par le musée des arts et métiers. À la tête de cette tâche en Les instruments scientifiques sont pro- Languedoc-Roussillon, Audrey Théron se gressivement remplacés et risquent de penche sur les étagères parfois poussié- disparaître alors qu’ils constitueront de- reuses des laboratoires où elle découvre main un outil privilégié permettant aux pro- des trésors inattendus. « Les chercheurs chaines générations de se familiariser avec n’ont pas toujours conscience de l’impor- les savoirs, les techniques et les innova- tance de ces objets, du patrimoine et de tions de la seconde partie du 20e siècle. l’histoire qu’ils sont en train de créer  ». La Si le patrimoine n’est pas répertorié, c’est jeune femme pousse les portes des labos un maillon de la chaîne du savoir qui dis- et travaille main dans la main avec les parait. « Beaucoup d’informations sur les scientifiques qui sont les « utilisateurs  » de Balance semi-automatique, ces objets. « Il faut pouvoir contextualiser TESTUT-DAYTON, 1940-1950 © UM2-Sonnet l’appareil qui nous a été confié : les cher- cheurs nous accompagnent pour nous QUATRE THÉMATIQUES... expliquer à quoi il sert, quelle est son his- toire, quelle est son importance dans leur La mission PATSTEC en région  Médecine et santé, avec l’Université domaine de recherche ». Languedoc-Roussillon est spécialisée Montpellier 1 et le Centre hospitalier sur 4 thématiques : universitaire Pour mener à bien son travail d’inventaire,  Botanique la chargée de mission PATSTEC va cher-  Enseignement des sciences Une nouvelle thématique va bientôt voir le jour cher non seulement du côté des orga-  Microscopie et photographie en région : vigne et vin nismes de recherche et d’enseignement supérieur mais aussi parfois chez les parti- culiers et les entreprises privées.8N°5 - 03.2013
  • Microscope, ZEISS, environ 1980 © UM2-Sonnet Microtome, LEITZ, 1900-1925 © UM2-Sonnet« Quand IBM a fermé son musée d’entre- Sauvegarderprise en 2008, ils nous ont fait don d’une le patrimoine matérielcollection de serveurs et ordinateurs des et immatérielannées 70 ». Un don de taille qui met enlumière une difficulté souvent rencontrée Si les instruments sont la ma-dans ce programme de sauvegarde  : le tière dure de ce patrimoine, ilsstockage. Les étagères du Pôle Patri- n’ont de vie que par l’utilisa-moine Scientifique croulent sous les mi- tion qu’en font les chercheurscroscopes, les autoclaves, les balances, qui sont « la mémoire de celes microscopes… Mais quand il faut ac- demi-siècle d’évolution tech- Ordinateur, APPLE, 1980-1990 © UM2-Sonnetcueillir de très gros objets, la place vient nique et scientifique », souligneà manquer. Audrey Théron. Pour que la mémoire de ce savoir-faire ne disparaisse pas quand« Parfois on répertorie l’objet et on le les chercheurs quittent les laboratoires,conserve in situ dans son laboratoire la mission PATSTEC s’attelle égalementd’origine souligne Audrey Théron. D’ail- à préserver ce patrimoine immatériel.leurs certains instruments inventoriés Comment ? Grâce au projet Parcourspar PATSTEC sont encore utilisés par de chercheurs. « Nous restituons la ren-les chercheurs, c’est notamment le cas contre entre chercheurs et instruments au … www.collections.univ-montp2.fr/patstecde certains microscopes électroniques à moyen d’interviews vidéo d’une vingtaine Tél : 04 67 41 37 50balayage ». Au total la mission PATSTEC de minutes retraçant les carrières et les audrey.theron@univ-montp2.fren Languedoc-Roussillon a déjà invento- recherches de personnes remarquables patsteclr@univ-montp2.frrié 1200 objets. dans le domaine des sciences et des tech- niques ». Mission accomplie.  9 N°5 - 03.2013
  • Au cœur du campus Les mathématiques, cest tout public destinés à montrer aux visiteurs que les maths sont non seulement intéressantes et étonnantes, mais aussi utiles et très présentes dans la vie quotidienne. Un autre regard sur les maths « L’objectif de cette expo est de modi- fier leur relation aux mathématiques », souligne Viviane Durand Guerrier. La mathématicienne souhaite « faire bouger le regard porté sur les maths, aussi bien par les étudiants que par le grand public  ». Pari gagné : l’expo a fait le plein de visiteurs de tous bords. « Quarante classes sont venues la vi- siter  », précise Daria Stepanova, en thèse au laboratoire de mathématiques. « Et les retours des enseignants sont très positifs, tous ont été surpris par G RÂCE à l’exposition mathématiques à l’université. « Pour l’enthousiasme de leurs élèves et par « Pourquoi les eux les maths sont une matière très leur investissement dans les ateliers mathématiques ? », figée, nous voulions leur montrer que proposés ». l’Université Montpellier 2 invite le public les maths sont en réalité en constante à découvrir les maths sous un nouveau évolution et que de nouveaux concepts L’exposition a également été présen- jour : ludiques, utiles, étonnantes. apparaissent sans cesse », explique tée à la médiathèque Emile Zola de Alain Bruguières, directeur du dépar- Montpellier où un large public a pu la C’est quoi les maths ? C’est compli- tement mathématiques de la faculté découvrir. « Nous avons eu des visiteurs qué ! C’est des calculs. Ça sert à rien… des sciences. de 4 à 90 ans tous fascinés par l’expo », Pour en finir avec ces idées fausses, le se réjouit Daria Stepanova. «  Beau- département mathématiques de l’Uni- Pour éclairer cette démonstration, les coup d’entre eux nous ont confié qu’ils versité Montpellier 2 a invité le grand mathématiciens ont fait venir à l’univer- n’avaient jamais rien compris aux maths public à découvrir l’exposition « Pour- sité l’exposition « Pourquoi les mathé- à l’école, mais que là ils les voyaient quoi les mathématiques ?». matiques ? », une installation conçue différemment ». Un franc succès dont par le centre des sciences d’Orléans se réjouissent tous les mathématiciens À l’origine de ce projet, un constat : à l’initiative de l’Unesco et qui tourne qui ont participé à ce projet. Et qui a les lycéens sont très mal informés sur dans le monde entier depuis 2004. Une peut-être éveillé des vocations pour ce que sont vraiment les études de dizaine de stands ludiques et interactifs former la relève… 10N°5 - 03.2013
  • Les dangersdu binge drinking exposés à lUM2 « Boire vite et beaucoup ?D U 16 janvier au 20 février 2013, Le risque de ces comportements est de l’UM2 accueillait une exposition On fait que ça ! » rendre les sujets adultes plus vulnérables sur les pratiques et les risques à l’alcool ».d’un phénomène préoccupant : le « binge « En soirée, on se rend pas compte desdrinking », ou « biture expresse ». verres qu’on boit » dit Anthony, 20 ans, Prévention sur un mode ludique étudiant en chimie. À ses côtés, Laura,Elle a trôné tout un mois au cœur du 19 ans : « boire vite et beaucoup en début Quelle est l’efficacité d’une telle actionbâtiment administratif de l’UM2. Propo- de soirée ? On fait que ça ! En boîte c’est de sensibilisation ? « C’est ludique, doncsant vidéo, « théâtre optique » (ou holo- trop cher ». En soirée avec les potes, le porteur : ça accroche beaucoup plusgrammes) et création sonore, l’étrange principe est simple : d’abord se réunir qu’un discours moralisateur » poursuitmachine est l’œuvre du plasticien Pierrick chez un ami où on augmente rapidement Véronique Viard. Le principe est sur-Sorin. son taux d’alcoolémie, puis « foncer en tout d’attirer l’œil : un bon début pour boîte avec une dernière bouteille à se sensibiliser aux risques. L’installation aL’idée : faire réfléchir les étudiants sur partager en route ». ainsi connu plusieurs temps forts, avecles dangers des soirées où lon ingurgite diverses animations proposant de l’infor-un maximum dalcool dans un minimum Ce comportement est en train de se bana- mation et de la prévention sur un modede temps. Venu de Grande-Bretagne liser, prévient Véronique Viard du Service ludique : bar à cocktails sans alcool, si-où il est considéré comme un problème Commun de Prévention et de Promotion mulateur d’alcoolémie, lunettes simulantmajeur de santé publique, ce phénomène de la Santé de l’UM2 (SCOPPS). « À partir un état d’ivresse, quizz… Des animationsqui touche surtout les jeunes s’appelle du moment où l’alcool est occasionnel, assurées par le Pôle Culture de l’UM2, le« binge drinking ». Traduction approxi- on pense que ce n’est pas grave. Rien de SCOPPS, le Service Universitaire de Mé-mative : « biture expresse »… plus faux ! Agressivité, violences, acci- decine Préventive et de Promotion de la dent, coma éthylique, la soirée peut très Santé (SUMPPS) de l’UM1, l’Association mal tourner, aussi bien pour soi que pour Nationale de Prévention en Alcoologie les autres ». Les dangers existent aussi à et en Addictologie (ANPAA) et la LMDE long terme : « chez un sujet jeune, le cer- mutuelle étudiante. Résultat ? « Ça calme veau n’est pas arrivé à complète maturité. un peu » dit Anthony…  11 N°5 - 03.2013
  • À l’honneur à l’UM2 Bernard Gil, David Mouillot Docteur Honoris Causa à la recherche de l’Université de des paradis originels Saint-Pétersbourg Nouvelle-Calédonie, îles Tonga, Poly- Physicien au laboratoire Charles Cou- nésie Française : ce n’est pas une liste lomb, Bernard Gil a été distingué par de destinations de rêve, mais celle des l’université russe pour ses recherches terrains de recherche identifiés par sur les matériaux. l’équipe de biologistes marins emmenée par David Mouillot de l’UM2 et Laurent Directeur de recherche CNRS, Bernard Vigliola de l’IRD Nouméa. Gil a été récompensé pour ses travaux dans la théorie de la symétrie en physique Leur objectif : référencer la biodiversité quantique et en particulier pour sa maîtrise d’écosystèmes coralliens quasi-intacts, des applications de la théorie des repré- grâce à des techniques de comptage sentations de groupes aux matériaux. Il visuel en plongée sous-marine. Les sites est un spécialiste des propriétés optiques d’études ciblés l’ont été pour leur « vir- des semi-conducteurs. Après avoir étu- ginité » de tout contact humain : c’est le dié la structure électronique des princi- sens du mot anglais « Pristine » dont a été pales familles d’hétéro-structures à semi- baptisé ce programme de recherche, fi- conducteurs il s’est intéressé à l’étude nancé par la Fondation Total, qui a débuté des nitrures à partir de 1994. GaN est le en septembre 2012 et doit comprendre 5 composé binaire générique de cette famille missions de 15 jours. Les poissons sont re- de matériaux qui sont maintenant utilisés censés en notant le nom de lespèce ainsi pour l’éclairage à diode électrolumines- que labondance, la taille et la position de centes bleues, blanches et pour le laser à chaque individu. semiconducteur bleu qui permet à l’heure actuelle le développement de la technolo- Stéphanie D’Agata, étudiante UM2 issue gie Blu-Ray High Density Vidéo Disk. du parcours Ingénierie en Écologie et Ges- tion de la Biodiversité (IEGB) au sein du Pour les travaux scientifiques conduits en master Écologie & Biodiversité, effectue collaboration avec ses collègues russes sa thèse sur ce sujet et assure une par- depuis plus de vingt années, Bernard Gil tie des comptages. L’étude permettra de a été nommé docteur Honoris Causa de fournir des éléments pour évaluer le carac- l’Université de Saint-Pétersbourg le 26 tère patrimonial de ces paradis premiers. octobre 2012. En observant les systèmes coralliens des derniers sites vierges ou quasi-vierges de Bernard Gil s’est beaucoup investi dans différentes zones du Pacifique, elle per- plusieurs tâches de direction, notamment mettra aussi d’établir un état de référence à celle du Groupe d’Études des Semi- partir duquel on pourra réellement évaluer conducteurs jusqu’en 2009. Il dirige éga- l’impact de l’homme sur l’environnement lement lInstitut de Physique de Montpel- océanique et l’efficacité des aires marines lier.  protégées. Des informations utiles aux générations futures, et qu’il faut recueillir avant qu’il ne soit trop tard.12N°5 - 03.2013
  • Sandra Mandato, « Un nuagejeune chercheuse bardée sur le toit dude récompenses monde »Chercheuse en science des aliments, Lair de lHimalaya aus-Sandra Mandato s’est vu décerner de si pollué que celui desnombreux prix pour ses travaux. villes dEurope ? C’est l’idée un brin provo-Ingénieur agroalimentaire spécialisée catrice du documen-en Sciences des Aliments et Docteur en taire de 52 minutes réalisé par AgnèsGénie des Procédés de Montpellier Sup- Moreau, et auquel ont participé plu-Agro, Sandra Mandato est actuellement sieurs chercheurs du laboratoire Hydro-post-doctorante au sein du laboratoire Sciences Montpellier (UMR CNRS, IRD,Ingénierie des Agropolymères et Tech- UM1, UM2).nologies Émergentes. L’ensemble de sesrecherches aborde les problématiques des En octobre 2008, les résultats de mesuressolides divisés et du procédé d’agglomé- atmosphériques réalisées à plus de 5 000ration humide de poudres. Ce procédé, uti- mètres daltitude, au pied de lEverest,lisé dans des domaines d’application très alertent le grand public. Après la décou-variés (pharmaceutique, génie civil, agro- verte dun gigantesque nuage de pollutionalimentaire...) consiste à agiter des parti- sur locéan indien, une équipe scientifiquecules solides sous un apport d’eau pour franco-italienne venait en effet de releverformer des structures granulaires de taille pour la première fois des taux de concen-supérieure. Les travaux de Sandra ont été tration de particules de suie surprenantsréalisés dans le cadre de sa thèse de doc- dans l’espace censé être vierge des hautstorat, encadrée par les Dr. Bernard Cuq et sommets himalayens.Thierry Ruiz, et intitulée : « Génie des pro-cédés d’agglomération de poudres alimen- Le film enquête sur ce phénomène qui mettaires : éléments de phénoménologie des en évidence les liens entre pollution, ré-apports d’eau et d’énergie mécanique ». chauffement climatique, système hydrau- lique et agriculture de la région. Il suit desPour ses travaux, Sandra s’est vue décer- équipes multidisciplinaires parties étudierner trois prix de recherche dont l’Isydore les interdépendances de lair, de la neige,Hlynka Best Student Paper Award 2012, de leau et de la glace, à la recherche deremis par la Division Rhéologie de l’Asso- solutions possibles.ciation Américaine de Chimie des Céréales(AACC) pour la mise au point d’un dispositif Intitulé « Un nuage sur le toit du monde »,expérimental de mesures rhéologiques de le film a reçu plusieurs prix en 2012 :poudres, et le Prix Marcel LONCIN 2012 • Prix du FReDD Film Recherche et deve-destiné à récompenser le travail innovant loppement Durable, Toulouseréalisé dans le domaine des industries • Prix Pierre-Gilles de Gennes, Festivalalimentaires par un jeune ingénieur ou Parisciencechercheur et remis par l’Association des • Prix de l’Union Européenne, Ekotopfilm,Chimistes, Ingénieurs et Cadres des Indus- Brastislava.  tries Agricoles et Alimentaires (ACIA).  13 N°5 - 03.2013
  • Vie des labos Un observatoire de pointe sur le Larzac pour Géosciences P OUR MIEUX comprendre L’Hospitalet du Larzac, petite commune « Ce site a été choisi car c’est un endroit comment l’eau circule à 1 heure de route de Montpellier. Sur le stratégique : le terrain est simple par rap- dans le sol, le laboratoire site de la Jasse se trouve une modeste port aux autres karst, il n’y a pas de rivières, Géosciences a installé un cabane en bois. Une construction dis- l’eau est apportée par la pluie et n’a qu’un observatoire de pointe en crète qui abrite pourtant un laboratoire seul point de sortie, la source du Durzon à géodésie sur le plateau du scientifique dernier cri : l’observatoire Nant », précise Cédric Champollion, en- Larzac. Une structure unique en Géodésie des Eaux Karstiques, GEK pour seignant-chercheur au laboratoire Géos- Europe qui contribue à améliorer les intimes. ciences Montpellier. En mesurant préci- la protection et la gestion des sément les précipitations et le débit de ressources en eau. Derrière ces murs, hydrogéologues et la source, les chercheurs peuvent mieux géophysiciens s’affairent autour de maté- comprendre comment l’eau se transfère riel de pointe. Objectif : étudier les res- et se stocke. sources en eau en domaine karstique. Le karst ? C’est une formation géologique Peser la terre composée d’un ensemble de roches, pour mesurer la quantité d’eau de fractures et de grottes. En d’autres termes : « un gruyère », répond Nicolas Le Pour cela, les chercheurs doivent déter- Moigne, responsable technique du site. miner depuis la surface la quantité d’eau Ce gruyère est un terrain d’expérimenta- présente dans le sous-sol. Comment ? En tion idéal pour les chercheurs. pesant la terre.14 © Arthur MeauxsooneN°5 - 03.2013
  • « Les masses sont à l’origine de la pesan- mettent de déterminer la température etteur donc si on mesure la pesanteur on la hauteur du niveau des nappes d’eaupeut évaluer la quantité d’eau contenue souterraines et de soumettre l’eau à desdans le sol », explique Cédric Cham- analyses chimiques.pollion. Pour déterminer la pesanteur,les chercheurs utilisent un gravimètre. Protéger et gérer les ressources«  L’observatoire est équipé d’un gravi-mètre ultra-précis sensible à des variations « Ces outils nous permettent de fournirde quelques millimètres d’eau, souligne des données qui seront utiles par exempleNicolas Le Moigne. En faisant des mesures pour l’étude des crues mais aussi pour larégulières, on peut déterminer l’évolution protection et la gestion des ressourcesde l’eau dans le sol ». en eau », explique Cédric Champollion. Mais c’est aussi pour les chercheurs unSi le gravimètre donne une vue d’ensemble moyen de tester la fiabilité et la précision L’OBSERVATOIREde la quantité d’eau contenue dans le de leurs instruments de mesure. « Lesol, d’autres instruments permettent de site sur le plateau du Larzac est idéal carmesurer de nombreux paramètres. « Le il est éloigné des bruits parasites liés auxkarst est abordé sous différents points de activités humaines », souligne Nicolas Levue afin de le décrypter », précise Cédric Moigne. D’ailleurs l’observatoire GEK va © Nicolas Le MoigneChampollion. En plus des gravimètres, être utilisé par une start-up qui souhaiteles scientifiques disposent de nombreux tester un gravimètre de haute-techno-instruments leur permettant d’évaluer la logie. « Ce double intérêt thématique etquantité de pluie, l’évaporation, l’incli- méthodologique fait de l’observatoire GEKnaison du sol, sa résistance et ses vibra- une structure assez unique en Europe »,tions. « Chacun de ces instruments permet concluent Jean Chéry et Roger Bayer, lesde rassembler une pièce du puzzle utile à chercheurs à lorigine du projet. L’observatoire GEK a été créé en 2011l’hydrogéologue, explique Cédric Cham- par l’OREME (Observatoire de Recherchepollion. Par exemple après une forte pluie, Mieux comprendre la Terre Méditerranéen en Environnement),on observe une augmentation de la gravité l’Université Montpellier 2 et l’INSU (Institutà cause de la masse de l’eau tombée du L’intérêt de ces recherches dépasse déjà National des Sciences de l’Univers) avecciel, puis la résistance électrique du sol largement le cadre du plateau du Larzac la Région Languedoc-Roussillon.diminue et les rivières souterraines en crue et les frontières de l’Hexagone. L’obser-génèrent de faibles vibrations sismiques et vatoire est en effet équipé d’un sismo- Une dizaine de chercheurs, ingénieurs etenfin le sol se déforme sous le poids de mètre qui a notamment enregistré les techniciens du laboratoire Géosciencesl’eau ». Les chercheurs parviennent ainsi à séismes les plus récents qui ont eu lieu Montpellier travaillent sur ce site quisuivre le déplacement des masses d’eau, au Japon et en Russie en mars 2012. Le a accueilli depuis sa création unece qui leur permet de mieux comprendre site va participer au nouveau réseau sis- cinquantaine de chercheurs venus de lale fonctionnement du karst. Ces mesures mologique national français qui comptera France entière.sont complétées par des forages qui per- entre 140 et 200 stations d’ici 2018.  15 N°5 - 03.2013
  • Laisser du poisson pour les oiseaux marins P OUR ASSURER la survie des des ressources. « La Californie a déjà oiseaux marins, les pêcheurs utilisé ces résultats afin d’adapter ses doivent leur laisser 30 % directives concernant les politiques de des ressources en poisson. C’est la pêche  », souligne le chercheur. Trans- conclusion de travaux menés par les formé en farine ou en huile pour nourrir chercheurs du laboratoire Écosystèmes les poissons d’aquaculture ou encore les Marins Exploités à Sète. porcs ou les poulets, le poisson fourrage est extrêmement pêché dans le monde 28 % des oiseaux marins sont en danger entier et dans certaines zones comme d’extinction, menacés par la destruction la méditerranée le niveau des stocks est de leur habitat mais aussi par la dimi- très préoccupant. « Dans les zones où la nution de leurs ressources alimentaires. pêche n’est pas gérée, on descend bien Ces oiseaux se nourrissent en effet de ce en deçà de ce seuil de 30% », s’inquiète © Ron LeValley que les chercheurs appellent du « pois- Philippe Cury. Cette approche à l’échelle son-fourrage » : anchois, sardines ou de l’écosystème cherche à réconcilier la harengs dont ils consomment environ conservation des espèces et la gestion 80 millions de tonnes par an. Problème : des ressources. Une étude aux retom- les pêcheurs ponctionnent également de poissons d’un côté, et la survie des bées majeures qui a valu à Philippe Cury environ 80 millions de tonnes de poisson oisillons de l’autre. Au total ce sont près et à son collaborateur de l’Ifremer Sylvain par an, dont 37% de poisson-fourrage. de 438 années de données cumulées qui Bonhommeau le prix 2012 de la réalisa- Une concurrence importante pour ces ont permis de résoudre cette question. tion scientifique de l’Ifremer.  oiseaux… Conclusion : pour assurer la survie des espèces d’oiseaux marins, il faut leur Combien faut-il laisser de poisson aux laisser au moins 30% des ressources oiseaux marins pour assurer la survie de en poisson fourrage. En dessous de ce Réconcilier l’espèce ? C’est la question que s’est seuil, ils souffrent d’une insuffisance de la conservation posée Philippe Cury, directeur du labora- nourriture. toire Ecosystème Marins Exploités à Sète des espèces qui regroupe des chercheurs de l’Institut 1 poisson sur 3 pour les oiseaux et la gestion de Recherche et de Développement, de des ressources l’Ifremer et de l’Université Montpellier 2. « Si nous avons pu aboutir à ces résultats, Pour y répondre, le chercheur a convié c’est grâce à l’extraordinaire coopération 12 collègues des 4 coins du globe à qui s’est établie entre les chercheurs par- partager leurs données collectées parfois ticipants à ce projet », se réjouit Philippe depuis des dizaines d’années. Tous ont Cury. Des travaux qui servent d’ores exploré le rapport entre l’abondance et déjà de référence pour la gestion16N°5 - 03.2013
  • Une plateforme IRM unique en France à l’UM2 © L2CP OUR FAIRE avancer la recherche sur la moelle épinière, les chercheurs de l’UniversitéMontpellier 2 disposent désormaisd’une plateforme IRM révolutionnaire.C’est le troisième équipement de ce genreen Europe et le seul en France. Installéeà l’Université Montpellier 2, la nouvelleplateforme IRM baptisée BioNanoNMRI varévolutionner les travaux des chercheursdans de nombreuses disciplines. L’IRM9.4 Tesla « Petit organisme » s’apparenteà un appareil classique mais avec sonouverture de 12 centimètres, il est destinéà des observations sur des petits animaux.« Son atout majeur, c’est sa capacité àfaire de la spectroscopie et de l’imagerieavec une résolution spatiale hors du com-mun : de l’ordre de 30 micromètres, ce qui sur des animaux vivants », se félicite le L’Université Montpellier 2 a construitpermet presque de voir une cellule ner- chercheur. Ainsi que de tester en direct un bâtiment spécifiquement destiné àveuse », explique Christophe Goze-Bac, des thérapies consistant par exemple à accueillir l’IRM et le CNRS a détaché undirecteur de la plateforme et chercheur au greffer des cellules nerveuses. ingénieur de recherche et un technicien.laboratoire Charles Coulomb. Une implantation idéale qui bénéficie Ces recherches sur les petits animaux aux chercheurs de toutes les disciplinesPrincipal domaine d’intervention : la re- ouvrent la porte à des progrès chez concernées. Biologistes, physiciens, cli-cherche sur la moelle épinière. L’arrivée de l’homme. C’est l’Association Verticale niciens mais aussi électroniciens vontcet appareil réjouit le docteur Alain Privat, qui a fait don à l’Université Montpellier 2 mettre leurs compétences en communancien directeur de recherche à l’Inserm, de cet appareil d’une valeur de 625 000 €. pour mieux comprendre et traiter lesqui a consacré sa carrière à tenter de répa- Son président, Roger Philibert, ne cache lésions de la moelle épinière. rer les dommages de la moelle épinière. pas ses espoirs que la recherche permette« Nous aurons enfin la possibilité d’étudier un jour aux personnes handicapées del’évolution dans le temps de ces lésions remarcher. UNE PLATEFORME PLURIDISCIPLINAIRE La recherche sur les traumatismes de la moelle des entreprises. La plateforme sert notamment épinière occupe 40 % du temps d’utilisation à la recherche sur Alzheimer et le vieillissement de l’IRM. 30 % sont consacrés à la mise au cérébral. L’IRM est également utilisée par des point de nouvelles méthodologies et les 30 % chercheurs en biologie végétale pour améliorer restant mis à la disposition des laboratoires et la qualité des fruits. 17 N°5 - 03.2013
  • International LUniversité Montpellier 2 confirme sa vitalité internationale E N 2013, l’UM2 s’affirme Photo extraite de la vidéo UM2, the place to be comme l’une des universités européennes les plus actives à l’international. Un dynamisme pleinement revendiqué, qui reflète aussi celui de Montpellier et de sa région. Avec pas moins de 20 programmes Eras- mus Mundus dont plusieurs en coordina- tion, l’Université Montpellier 2 multiplie les échanges internationaux au-delà de l’Europe. Premier projet du genre piloté par l’université, le programme Averroès a permis depuis 2008 de multiplier les partenariats au Sud de la Méditerranée. Mais l’UM2 est aussi très présente via ces programmes en Europe de l’Est, en Car l’aventure internationale est une riales et des partenaires institutionnels Asie du Sud-Est et en Amérique latine. chance à saisir. « C’est un gage d’ouver- qui manifestent une volonté d’ouverture à ture d’esprit mais aussi d’employabilité, l’international – et soutiennent activement « Favoriser la mobilité confirme Colin Volle, responsable pour les projets de l’UM2 : la Région Langue- de nos étudiants » l’UM2 du programme Backis d’échanges doc-Roussillon, la Ville de Montpellier, avec l’Europe de l’Est. Les recruteurs l’Agglo, le Rectorat… mais aussi les Une politique internationale dynamique s’accordent à le dire : l’expérience in- autres universités, les écoles d’ingénieurs et volontaire ? François Henn assume ternationale offre un plus sur le CV, et et les organismes de recherche. pleinement. « Amplifier le rayonnement davantage de chances de décrocher un de la recherche et de lenseignement premier emploi ». L’ouverture au monde ne se traduit pas supérieur français : c’est une des pre- que dans la mise en œuvre de la mobilité mières missions que l’État assigne aux Synergie de site montpelliéraine ou les partenariats de recherche. L’UM2 universités » souligne le Vice-président développe de plus en plus d’actions délégué aux relations internationales. Si l’UM2 se signale par sa vitalité interna- Tempus : des projets financés par la « Être une université d’accueil est essen- tionale, c’est aussi parce qu’elle s’appuie Commission européenne pour favoriser la tiel mais non suffisant. Il nous faut aussi sur un environnement privilégié. « Au modernisation de l’enseignement supé- exporter nos savoirs et savoir-faire, et cœur de l’arc méditerranéen, Montpel- rieur grâce au transfert de compétences favoriser la mobilité de nos étudiants et lier offre un terreau favorable », soutient entre l’Europe et les pays voisins.  personnels » François Henn. Des collectivités territo-18N°5 - 03.2013
  • FormationsLUniversité Montpellier 2 partenaire du Centre universitaire de Mayotte Des jeunes diplômés dansP OUR RENFORCER la collaboration avec les professionnels de formation et la recherche sur des secteurs en pleine croissance ces secteurs », souligne le chercheur. l’île de Mayotte, l’Université Ces deux domaines sont en effet enMontpellier 2 est partenaire du Aujourd’hui ce département regroupe plein développement sur l’île qui possèdedépartement sciences de ce centre 60 étudiants répartis en deux licences 1, un des plus grands lagons au monde.universitaire situé en plein cœur de « mathématiques informatique physique «  Ces secteurs font face à une pénuriel’Océan Indien. système » et « géosciences biologie de personnel qualifié, nous allons former écologie ». « Si ces deux filières existent des agents techniques de terrain quiÀ plus de 7500 kilomètres de Montpellier, aujourd’hui, c’est grâce à ce partenariat pourront combler ce manque », expliqueen plein cœur de l’Océan Indien, bienve- avec l’UM2 et aux enseignants de Mont- Elliott Sucré. Les enseignants du par-nue à Mayotte. Ce département d’outre- pellier qui ont partagé leurs supports de cours «  Aquaculture et développementmer abrite depuis 2011 un établissement cours », souligne Elliott Sucré, ensei- durable  » de l’Université Montpellier 2français denseignement supérieur : le gnant-chercheur et directeur du dépar- viendront prêter main forte à leurs col-centre universitaire de Mayotte. Pour tement sciences. Pour l’instant l’ensei- lègues de Mayotte pour peaufiner cesaider ce nouvel établissement à mettre gnement s’arrête à la licence 1 mais formations.en place son activité de formation et de l’objectif est de monter à la licence  3.recherche, l’Université Montpellier 2 s’est « Notre objectif prioritaire est surtout Implanter la rechercheassociée comme université partenaire du de créer des licences pro spécialisées dans l’Océan Indiendépartement des sciences. en aquaculture et en environnement en Au-delà de l’aspect formation, le déve- loppement de ce centre universitaire permet d’implanter une vraie activité de recherche dans l’Océan Indien. «Nous allons développer la recherche en éco- physiologie et en écotoxicologie dans la mangrove », souligne Elliott Sucré qui travaille avec le laboratoire Écologie des systèmes marins côtiers de l’UM2. Pour l’instant le centre universitaire dispose d’un petit laboratoire qu’il souhaite déve- lopper, notamment pour pouvoir accueil- lir des chercheurs en biologie venus du monde entier.  © Elliott Sucré 19 N°5 - 03.2013
  • Innovation L Université Montpellier 2 dans la course à l’espace E N CRÉANT la Fondation Le fameux satellite Robusta, ce sont eux. La famille Van Allen dédiée aux nano- Les étudiants de l’Université Montpellier 2 des nano-satellites s’agrandit satellites étudiants, l’Université ont du talent à revendre. Pour financer la Montpellier 2 met en orbite de conception et la réalisation de leurs Petit frère de Robusta, le satel- nouvelles activités spatiales et forme projets, l’université vient de lite Robusta 1B servira à les cadres de demain. Une première créer la Fondation Van Allen recueillir des données mondiale. et se positionne comme sur la dégradation une pionnière du spatial des composants en France. électroniques dans l’espace Guidée par les pro- pour dévelop- fessionnels de la per une norme recherche spatiale, la internationale. Le fondation est spécia- satellite RCube lisée dans la mise au permettra lui de point de nano-satellites mettre en orbite entièrement conçus et des technologies très fabriqués par des étudiants. innovantes qui n’ont en- Le premier bébé spatial montpel- core jamais décollé. Enfin le liérain s’appelle Robusta et a vu le jour satellite Méditerranée qui verra le en 2012. Ce premier né d’1 kilo et 10 cm jour en 2017 permettra, avec le concours de côté a été mis en orbite avec succès de l’OSU-OREME, de récupérer des don- en février 2012. Grâce à la fondation nées atmosphériques pour affiner la pré- Van Allen, en s’appuyant sur l’expertise vision des épisodes cévenols. Un triple des laboratoires de recherche de l’UM2 Cubesat plus sophistiqué puisqu’il faudra (l’IES qui est à l’origine de cette aven- pouvoir contrôler son vol afin de pouvoir ture, le LIRMM et le LMGC) la famille des observer un point précis de la Terre. « On nano-satellites étudiants va très bientôt change de gamme avec celui-ci », se féli- s’agrandir. « Trois nouveaux satellites vont cite Frédéric Saigné. être mis au point d’ici à 2017 », se réjouit Frédéric Saigné, professeur à l’IES et di- Pour le reste, la recette est la même que recteur de la Fondation Van Allen. pour Robusta : des étudiants motivés, POURQUOI VAN ALLEN ? En hommage à James Alfred Van Allen, astrophysicien américain qui a démontré que la Terre est entourée de ceintures de radiation : les ceintures de Van Allen.20N°5 - 03.2013
  • investis et qualifiés. « Près de 300 étu- sont formés à gérer un projet extrêmement Astrium et 3DPlus l’aventure n’en seraitdiants participent au projet, explique Fré- complexe sous tous ses aspects », sou- pas là. « Ils viennent chercher leurs futursdéric Saigné. Ils font partie de la faculté de ligne Michel Courtois. À ses côtés dans le collaborateurs et s’impliquent dans la for-sciences, de l’école d’ingénieur Polytech, conseil d’administration on compte égale- mation des étudiants », souligne Frédéricde l’IUT de Nîmes et maintenant de l’IUT ment d’autres vedettes du spatial comme Saigné.de Montpellier ». Si le projet est un tel le spationaute Michel Tognini ou encoresuccès, c’est aussi grâce à l’engagement Charles Elachi, directeur du Jet Propul- Un engagement qui porte ses fruits dèsdes enseignants qui donnent « du temps sion Laboratory de la NASA qui a envoyé maintenant : « de plus en plus de start-et de la persévérance ». La création de la le robot Curiosity sur Mars. up vont chercher des nano-satellites àfondation s‘accompagne justement d’une Montpellier pour tester leur équipement »nouvelle spécialité « sureté de fonction- Des emplois à la clé assure Michel Courtois. Des entreprisesnement en ingénierie spatiale » du Master qui tablent sur dix à quinze créations deÉlectronique Électrotechnique et Automa- Pour les étudiants embarqués dans postes sur les quatre prochaines années.tique, seule formation de ce type existant l’aventure, c’est aussi la promesse de dé- «  Nous pourrons ainsi garder nos meil-en France. bouchés professionnels solides. «  C’est leurs étudiants dans la région », se félicite un domaine porteur d’emploi qui manque le directeur de la fondation. La RégionUne recette qui a convaincu les plus de jeunes qualifiés », explique Michel Languedoc-Roussillon ne s’y est pasgrandes « stars » du domaine spatial d’ac- Courtois. « Les étudiants ont accès à trompée  : elle soutient ce projet depuiscompagner l’Université Montpellier 2 dans des stages dans les plus grandes entre- le début. Et si vous aussi vous souhaitezl’aventure. Le président de la Fondation prises qui leur ouvrent un grand nombre participer à l’aventure spatiale, la Fon-Van Allen n’est autre que Michel Cour- de portes », complète Frédéric Saigné. Le dation Van Allen a lancé une campagnetois, créateur de Spot1, le premier satel- soutien des industriels est primordial pour d’appel aux dons. « Tout le monde peutlite d’observation français lancé en 1986, le projet, sans y participer, précise Frédéric Saigné, c’estancien responsable du CNES, du centre Intes- une façon de prendre un étudiant sousspatial de Toulouse et de l’Agence pace, son aile ». Et de l’aider à mettre sa carrièreSpatiale Européenne. « C’est une en orbite. opportunité extraordinairepour ces étudiants qui 21 N°5 - 03.2013
  • Service Outils de verre made in UM2 Seul atelier universitaire L´ ATELIER de verrerie de l’UM2 gistes, des géologues : « que ce soit pour a rouvert ses portes : depuis de Montpellier la formation ou pour la recherche, tous janvier 2012, il propose un utilisent au quotidien des outils de verre  » service commun de fabrication et de « À Montpellier, on comptait autrefois 4 souligne André Vioux. L’objectif est donc réparation à toute la communauté ateliers universitaires », se souvient André aujourd’hui de relancer une activité à universitaire et scientifique. Vioux. Dernier survivant en date, celui de temps plein et d’offrir un « service com- l’UM2 avait dû fermer ses portes en 2010, mun au meilleur prix » accessible à tous De son souffle il fait naître des arabesques faute de compétences : un souffleur de les intervenants du campus… et au-delà. de feu. Dès 14 ans, Jean-François Carrié verre est plutôt un oiseau rare, surtout entrait comme apprenti dans la carrière de dans le domaine scientifique. « Toute la Activité à temps plein souffleur de verre scientifique. « Plus de communauté des chimistes s’est battue dès septembre 40 ans après, ce métier est toujours une pour relancer l’activité » poursuit le direc- passion, dit-il : celle d’inventer des formes, teur du PFR Chimie. Car André Vioux pense déjà à la nais- de transformer la matière ». sance du Campus chimie Balard, à l’hori- En janvier 2012 la verrerie scientifi que zon 2016. Le plan Campus Sud de France Ballons, éprouvettes, réfrigérants ou en- fait son retour à l’UM2 : la venue à temps prévoit en effet l’implantation de la future core appareils de micro distillation, Jean- partiel de Jean-François Carrié, verrier école de chimie en bordure du Campus François intervient sur toute la palette de indépendant, permet de relancer l’acti- Triolet. Et donc l’arrivée d’une commu- la verrerie scientifique. Depuis l’incon- vité. Situé au bâtiment 18 du Campus nauté d’enseignants-chercheurs qui aura tournable pyrex, casserole à tout faire des Triolet, l’atelier assure pour l’instant un grand besoin d’éprouvettes. Entre-temps chimistes, jusqu’au quartz constitué de service minimum, avec deux jours de l’atelier de l’UM2 aura rouvert ses portes silice pure qui servira à faire fondre des fonctionnement par semaine. pour de bon : le 1er septembre 2013, un minerais à très haute température… emploi sera pourvu à plein temps grâce Sa réouverture répond pourtant à une à la mutation à l’UM2 de Tristan Beldi, demande forte, de la part des chimistes souffleur de verre aujourd’hui en poste à mais aussi des physiciens, des biolo- l’Université de Poitiers. 22N°5 - 03.2013
  • PublicationsPublications Les hommes sont attirés par les femmes qui leur ressemblent Les hommes trouvent plus attirantes les femmes avec qui ils partagent certains traits du visage. Cest la conclusion dune étude réalisée par une équipe de lInstitut des sciences de lévolution de Montpellier. Contrairement à la plupart des travaux réalisés à ce jour, les scientifiques ont mis en rapport les traits des hommes interrogés et ceux des femmes quils désignaient comme attirantes. Ils se sont intéressés à certains caractères du visage comme la couleur des yeux et des cheveux, lépaisseur des lèvres et des sourcils, ou encore, la présence dune fossette au menton. Ces travaux, publiés le 21 novembre 2012 dans la revue PLoS One, renforcent la théorie de lhomogamie — selon laquelle les individus recherchent un partenaire sexuel qui leur ressemblent — en létendant ici à des traits génétiques. …Mens preference for womens facial features: testing homogamy and the paternity uncertainty hypothesis. Jeanne Bovet, Julien Barthes, Valérie Durand, Michel Raymond, Alexandra Alvergne. PLoS One, 21 novembre 2012. Un lien entre anorexie et hyperactivité L’anorexie est très souvent associée à une hyperactivité. Pour expliquer cette association plutôt inattendue, certains experts estiment que l’hyperactivité des anorexiques serait une attitude intentionnelle, destinée à perdre davantage de poids en brûlant plus de calories. Aujourd’hui, les résultats d’une nouvelle étude à laquelle ont collaboré des chercheurs de l’Université Montpellier 2 viennent remettre en cause cette hypothèse : ils mettent en évi- dence un mécanisme moléculaire commun à l’anorexie et à l’hyperactivité, qui associerait inévitablement les deux phénomènes. Ces travaux ont été publiés dans la revue Translational Psychiatry. …The nucleus accumbens 5-HTR4-CART pathway ties anorexia to hyperactivity. Jean A, Laurent L, Bockaert J, Charnay Y, Dusticier N, Nieoullon A, Barrot M, Neve R, Compan V. Transl Psychiatry. 2012 Dec 11 Une carte des pluies en Afrique Des chercheurs du laboratoire Hydrosciences Montpellier ont collaboré à la création d’une carte des pluies moyennes annuelles sur la totalité du continent africain, calculées sur la période 1940-1999. Ce travail a été publié par le service cartographie de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Unique sur une telle amplitude d’espace et de temps, elle est le fruit d’une longue coopération avec les services climatologiques et de gestion de bases de données africains. Les relevés de près de 6 000 postes de mesure ont été utilisés pour le calcul des valeurs moyennes. Cette carte a été réalisée par Gil Mahé, Nathalie Rouché, Claudine Dieulin, Jean-François Boyer, Boubacar Ibrahim, Agnès Crès, Éric Servat, Catherine Valton et Jean-Emmanuel Paturel. 23 N°5 - 03.2013
  • @UMONTP2Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE PLACE EUGÈNE BATAILLON - 34095 MONTPELLIER CEDEX 5 - FRANCE www.univ-montp2.fr