Joubert

594 views

Published on

Published in: Travel, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
594
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
232
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Joubert

  1. 1. Michel JOUBERT, Université Paris 8 (Saint-Denis), CRESPPA (CNRS) Le psychologue acteur de prévention
  2. 2. Références de l’intervention  Suivi et analyse de nouveaux dispositifs de travail de proximité : Points Accueil et Ecoute Jeunes, Ateliers Santé Ville  Avec E. Jacob, S. Touzé, Evaluation des Points écoute jeunes et/ou parents, Resscom, OFDT, 2000  Avec C. Mannoni, Les Ateliers Santé Ville. Expérimentations en Seine-Saint-Denis, Saint- Denis, Profession Banlieue, 2003  Avec F. Bertolotto, Les Ateliers Santé Ville. Territoires, santé publique et politiques de santé au niveau local, DIV, 2004  Recherches-action avec plusieurs collectivités territoriales sur la prévention des conduites à risques et addictives (93, Paris)  Villes et toxicomanies : de la connaissance à la prévention, Erès, 2005  Penser et agir la prévention (coll), Mission de prévention du CG93 (téléchargeable sur leur site)  Le rôle de la recherche en sciences sociales dans les politiques de prévention, Psychotropes 2005/3-4 (vol. 11)  Recherches sur plusieurs domaines sensibles dans le champ de la santé mentale (recours en urgence à la psychiatrie, troubles du voisinage, vulnérabilités)  Santé mentale, ville et violences , Erès, 2003  Santé mentale : enquêtes sur l’accueil en urgence, La santé de l’homme, 388 (2007)  Un schizo dans la place, Rhizome : bulletin national santé mentale et précarité, 2007, n° 29 “Le voisinage et ses troubles”, p. 46-51  Avec C. Louzoun, Répondre à la souffrance sociale : Erès, 2005  Recherche en cours pour l’ANR : l’action préventive sur les vulnérabilités sociales Le psychologue acteur de prévention
  3. 3. Actualité d’une lecture sociologique des « pratiques psys » en prévention  Croisement de déterminants sociaux et de logiques subjectives (phénomènes hybrides, multi-factoriels) : santé mentale, addictions, inégalités sociales de santé et d’accès aux soins  Interactions entre les facteurs psychologiques et sociaux (souffrance sociale et psychosociale) ainsi qu’entre acteurs « psys » et acteurs sociaux (actions de proximité, travail en réseau, alliances préventives) : développement des approches psychosociales  Santé mentale et maladie mentale : recomposition du champ, redéfinition des paradigmes Le psychologue acteur de prévention
  4. 4. Référents et apories de la prévention  Paradigme ?  Approche structurelle ou environnementale (solidarisation) / logiques d’auto- régulation (responsabilisation)  Approche ciblée (sous-populations, facteurs de risques) / approche globale , prévention universelle  Approche vaccinale (primaire) / approche écologique (processus, recouvrements)  Paradoxes !  Limites de l’approche par ciblage sur les « hauts risques » / une « sous-population » / ou le « dépistage précoce » : soit l’effet est temporaire, soit l’action a peu d’effet au niveau individuel (tonalité trop générale, injonctions mal vécues) avec un faible intérêt ressenti par les plus vulnérables (G. Rose)  Effets pervers du cadrage autour des risques (R. Castel) : étiquetage et stigmatisation précoce,  Transformation hétéronomes des comportements / développement de capacités et de maîtrises propres (Rappaport)  Tensions structurelles !?  Postures de moralisation et de normalisation : source de résistances et de mise à distance ;  Effets pervers des méthodes suggestives (persuasion, influence) : incidences de surface, absence de prise sur les ressorts des comportements ;  Faible incidence des interventions préventives généralistes en population générale (cf. évaluations peu probantes). Le psychologue acteur de prévention
  5. 5. La relation de prévention comme agencement inter-subjectif Conditions pour construire une relation de prévention avec des personnes vulnérables :  Retrouver le contact : lieux de pause, espaces intermédiaires  Faire une place, travailler dans les interstices (ados, précaires, errants, usagers de psychotropes..), créer des espaces potentiels (proches des dispositions des publics, décalés des représentations péjoratives de l’aide psychologique)  Recréer de la proximité et de l’interactivité sur les lieux de vie (Psys qui trainent, espaces bas seuil)  Tramer des supports de communication au cœur de logiques conflictuelles (médiation) Le psychologue acteur de prévention
  6. 6. La relation de prévention comme agencement inter-subjectif Conditions pour construire une relation de prévention avec des personnes vulnérables :  Inscrire la relation d ’écoute dans une logique de soutien  Co-construire les conditions de l’écoute / travail de care  Faciliter les opportunités d’énonciation et d’échanges  Réduire l’isolement, (groupes de parole, pairs, réseaux sociaux)  S’inscrire dans des approches croisées (psycho-sociales), travailler en réseaux intersectoriels  Mobiliser des supports relationnels ouverts : expression créative (arts plastiques, théâtre), espaces de vie accessible sans condition, activités collectives Le psychologue acteur de prévention
  7. 7. La relation de prévention comme agencement inter-subjectif Conditions pour construire une relation de prévention avec des personnes vulnérables :  Contribuer au développement des compétences préventives  Reconnaissance et renforcement des compétences propres des personnes (estime et souci de soi, attention aux autres) comme de leurs proches (attentions croisées)  Empowerment : augmentation des capacités d’agir à moindre risque, prise de confiance et auto-contrôle  Renforcement de l’inscription au sein de dynamiques collectives et communautaires (mutualisation des ressources, solidarisation, usage des aides accessibles) Le psychologue acteur de prévention
  8. 8. Composantes des pratiques Quelques séquences possibles du travail du psychologue (en dehors de ce qui relève du travail thérapeutique), qui semblent plus particulièrement stratégiques dans les actions de prévention :  Compréhension des dispositions, styles de vie, contextes relationnels et culturels des personnes concernées par l’intervention  Inscription dans une approche et un partenariat inter-sectoriels (travail éducatif, promotion de la santé, travailleurs sociaux, acteurs associatifs..)  Co-construction de l’espace de la relation avec les personnes concernées  Identification de leurs ressources et compétences propres ainsi que celles de leur entourage social et familial  Activation et suivi des dynamiques d’empowerment (développement estime de soi, des ressources de soutien dans la communauté, valorisation des alternatives aux comportements à « hauts risques », etc.) Le psychologue acteur de prévention

×