Radioscopie de l'e-santé

1,122 views
1,041 views

Published on

Radioscopie de l'e-santé dans le cadre de l'Observatoire Orange Terrafemina.

Published in: Health & Medicine, Business
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,122
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
59
Actions
Shares
0
Downloads
44
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Radioscopie de l'e-santé

  1. 1. Radioscopie de l’e-santé16 févier 2011 www.treizearticlesweblab.com 1
  2. 2. Méthodologie 1 réunion de groupe réalisée le 31 janvier 2011 pendant 3 heures  Profils : • 8 femmes • 18 ans et + (âges répartis) • Naviguant au moins une fois par semaine sur les sites de santé, les rubriques Santé des sites féminins… Tous sites, blogs, forum liés à la santé. • Quelques contributrices sur les forum et / ou les blogs de santé • Quelques utilisatrices des services types : carnet de santé en ligne, prise de rendez-vous en ligne avec les médecins… • Mères au foyer avec enfants / Femmes actives avec enfants / Femmes sans enfants 2
  3. 3. Le contexteUne angoisse collectiveface aux problèmes de santé« Quand il y a des grosses crises sanitaires,tout le monde se jette sur Internet » 3
  4. 4. Un sujet très vaste De l’alimentation à la santé Problèmes médicaux, questions de beauté, alimentation et régimes minceur appartiennent à un même univers : celui de la santé  L’alimentation  Les régimes « Alimentation » « Régime » « Les tisanes » « Dukan » « Je regarde les recettes « Weight Watchers » pour mon mari qui a « Je calcule mon IMC » du cholestérol »  Le sport « Ca peut aller sur le sport aussi » 4
  5. 5. Un contexte anxiogèneUne angoisse collective alimentée par de nombreux sujetsLa santé publique mise à mal par des logiques de profit : − L’affaire du Médiator et le mercantilisme des laboratoires « Avec le Médiator. Ils savaient et ils ont laissé le médicament en vente » « C’est l’argent qui gouverne. Il suffit que le médecin soit démarché par ce laboratoire et il donnera ce médicament » − Les interrogations sur la dangerosité des plastiques « Le bisphénol dans les plastiques, maintenant on sait que ce n’est pas bon » « Les bouteilles d’eau, il ne faut pas les re-remplir » « Les Tupperware aussi, c’est pas bon » « Et la salade en sachet ! » « Ils s’aperçoivent qu’il y a des produits dedans qui sont très toxiques. » 5
  6. 6. Un contexte anxiogèneUne angoisse collective alimentée par de nombreux sujetsDes politiques publiques qui inquiètent ou modifient les repères – Les grandes crises sanitaires : le sang contaminé, la vache folle, la grippe aviaire ou le virus H1N1 « Chaque année il y a des scandales comme ça » « Il y a eu la grippe aviaire, la vache folle, le chikungunya, la grippe H1N1, … » – Le doute sur l’efficacité des génériques « Les génériques posent beaucoup de problèmes » « Certains génériques sont bons mais pas tous » 6
  7. 7. Un contexte anxiogène Une perte de confiance affichée envers les médecins – Un déclaratif « anti-médecin » très présent « On ne fait plus confiance aux médecins » « Je suis anti-médecins »– La « cupidité » des médecins dénoncée « A chaque fois, on se demande s’il est préoccupé par ses prochaines vacances à Tataouine ou par ma santé… » « Il voulait que j’emmène ma fille dans sa clinique privée » « Les dépassements d’honoraires, c’est obligé » 7
  8. 8. Un contexte anxiogène Une perte de confiance affichée envers les médecins– La crainte de l’erreur de diagnostic « Il vaut mieux avoir plusieurs avis » « On n’est jamais assez informé. » « On vérifie »– L’hôpital rend malade plutôt qu’il ne soigne « Avec les maladies nosocomiales que l’on attrape dans les hôpitaux ou les cabinets médicaux, ça donne pas envie d’aller voir le médecin. » 8
  9. 9. Un réel attrait pour des solutions différentes Des femmes en quête d’autres réponses, plus douces et plus naturelles « On peut faire appel à toutes les médecines » – L’homéopathie « Je suis plus médecine naturelle, – La médecine alternative homéopathie , les huiles essentielles » « Il y aussi les autres médecines qu’il faut prendre, les médecines chinoises »– Les « recettes de grands-mères » « Je suis pour les astuces – Le remplacement des médicaments de grand-mère » «J’ai lu le dossier sur le mal de ventre des adolescents pour trouver d’autres solutions. » Mais une perception claire des limites de ces solutions « Avoir un avis médical est toujours nécessaire » « On n’est pas là pour remettre en cause le médecin » 9
  10. 10. Ma santé on-line !Une relation plus intime avec sa santé« Il y a des questions que l’on ne se posait pas avantet qu’on se pose maintenant » 10
  11. 11. S’informer pour se rassurerL’e-santé : le bon moyen de prendre en charge sa santé – Un accès immédiat au « Savoir » « On peut comprendre au lieu de prendre des médicaments bêtement comme on prenait dans le temps » « Je regarde les médicaments pour savoir ce que je prends » « Quand c’est lié à l’actualité, je fais des recherches pour me renseigner » « J’ai des petits bouts qui sont souvent malades, je vais voir le médecin mais je fais quand même des recherches sur Internet. » 11
  12. 12. S’informer pour se rassurerL’e-santé : le bon moyen de prendre en charge sa santé – Un objectif : se rassurer « On veut y croire » « On se rassure par nous même. On essaie de se rassurer » « Parfois on se rassure, parfois on s’inquiète. Il faut ajuster les réponses à ses problèmes » 12
  13. 13. S’informer pour se rassurerUne logique plus féminine que masculine « Je prends en charge mon mari. Il n’ira pas sur Internet par curiosité comme moi. Il n’ira que si ça le concerne. Moi, même si ça ne me concerne pas, je regarde. » Les problèmes de santé rencontrés jouent un rôle de catalyseur « Ca dépend du problème que l’on a chez soi, dans la famille, chez les amis, … » « C’est lié à mon entourage, si j’ai besoin d’un renseignement. » « Quand je cherche un professionnel pour moi ou ma famille, je regarde sur Ameli. » 13
  14. 14. Des internautes à la recherche d’une réponse personnalisée Une logique utilitariste et personnelle – Chacun est différent « Un conseil n’est pas valable pour tout le monde » « Chaque personne réagit différemment » « Il faut ajuster les réponses à ses propres problèmes »– La réponse à MA question plutôt qu’une offre éditoriale formatée « Sur Internet, les textes sont – Un faible intérêt pour les formats faciles à comprendre, j’ai toujours des magazines féminins trouvé ce que je voulais » « Top Santé c’est la santé au « Je ne vais pas directement sur les féminin, moins sérieux. » sites de santé. Je tape ma question « Ce qui m’embête dans les dans Google » journaux, c’est que je lis quelques articles et le reste je zappe. » 14
  15. 15. Une recherche d’informations cibléesUne recherche d’information en deux temps :- 1. Mots clefs et moteur de rechercheUne entrée par le nom de la maladie« redoutée » ou diagnostiquée « Je tape mon mot-clé dans Google et je regarde les résultats. »Ou par le nom du médicament : « On tape directement le nom du médicament. » - 2. Sélection des sites les plus crédibles « S’il y a plusieurs propositions, je vais directement sur Doctissimo » « Doctissimo, c’est super docteur, rien que par le titre c’est sérieux » « J’essaie de partir des sites institutionnels. » « Je n’aime pas Wikipedia, c’est du partage d’infos entre gens » 15
  16. 16. Mon « cyber-docteur » et moi !Un nouveau rapport à la médecine« Les médecins descendent de leur piédestal.On les comprend mieux.On est plus pertinente quand on est face à eux » 16
  17. 17. Un complément au diagnostic Le souci de compléter ou valider le diagnostic posé par le médecin « L’Internet complète le médecin » « C’est un complément pour vérifier ce qu’a dit le médecin » « On vérifie, on contrôle que le médecin n’a pas caché ou oublié des choses. »Une perception claire des dangers de l’automédication « L’automédication c’est à double- tranchant, il y a à prendre et à laisser. Ca peut être dangereux. » 17
  18. 18. Le symptôme « Cybercondriaque » Internet renforce le sentiment de paranoïa− Par un effet de dramatisation « Moi je suis hypocondriaque, je crois tout. » « J’ai eu des petits boutons, je suis allée sur Internet et j’ai eu peur. En fait, c’était juste une allergie à la lessive »− Par les témoignages des autres internautes « Les forums c’est des gens comme nous. » « On se reconnaît bien dans les témoignages des autres » « On parle avec des personnes qui ont du recul mais qui ont vécu la même expérience. »  Mais une capacité à relativiser « Les forums, il faut toujours trier. » « Je m’en méfie » « Il ne faut pas tout prendre. Il y a le bon sens » 18
  19. 19. Une parole plus libre et plus facileLa liberté de poser anonymement des questions gênantes – Sans crainte d’afficher son ignorance « On peut poser nimporte quelle question sans passer pour une débile, on na pas peur du ridicule… » « Face au médecin, on n’a pas toujours la bonne question » – Notamment pour les problèmes de sexualité « J’ai eu une baisse de ma libido. C’est plus facile d’en parler sur Internet que d’en parler avec un médecin » « Moi je suis tombée sur un forum sur la sexualité… Eh bien accrochez-vous ! » 19
  20. 20. Les limites de la « sagesse des foules »Des sources d’informationplus ou moins crédibles« Pour trouver un spécialiste sur Internet, il faut aller sur les sitesdes hôpitaux et sur les sites du ministère » 20
  21. 21. Une hiérarchie de la crédibilité très évidente • Les avis d’experts 1 • Un label officiel 2 • Les rubriques santé des sites féminins 3 • Les forums 4 • Les blogs 5 • Les réseaux sociaux 6 21
  22. 22. Une hiérarchie de la crédibilité très évidente L’expertise médicale est toujours plébiscitée « Doctissimo, c’est bien. Les références sont aussi bien institutionnelles que générales. » « C’est des experts qui écrivent sur Doctissimo » « Le blog de la rédac est écrit par un médecin. C’est bien » La labellisation des contenus est appréciée HON Code (Health on the Net) « C’est bien. C’est comme les labels, ça rassurerait » Les rubriques santé des sites féminins sont perçues comme moins sérieuses « Les magazines féminins, c’est moins sérieux » 22
  23. 23. Une hiérarchie de la crédibilité très évidente Les forums sont pris avec du recul « A gauche ce sont les informations sérieuses. Dans les forums on trouve à manger et à boire. Le site c’est beaucoup plus sérieux. » Les blogs restent pour elles des journaux intimes publiés « Il n’y a pas de modérateur. Le type peut écrire ce qu’il veut » Les réseaux sociaux ne sont pas appropriés « Une maladie c’est personnel, ca ne se partage pas » « On ne va pas sur Facebook pour la santé » « Ma fille ne va pas dire à tous ses amis qu’elle prend la pilule» 23
  24. 24. Quelques exemplesLes sites de santéLes services de santé en ligne 24
  25. 25. Doctissimo : la référence santéDoctissimo : la référence incontestée « Je ne vais que sur Doctissimo » « C’est la référence » « C’est le plus connu » « C’est le plus sérieux » « C’est plus généraliste » « Il est super facile à lire » « On tombe toujours sur celui-là » Santé de A à Z (Au féminin) : trop féminin « On va sur le magazine mais pas sur les pages santé » « C’est comme Elle, Biba, etc… » « Ca fait sérieux » Entre patients / Patients like me : un intérêt certain « Je trouve ça bien parce qu’effectivement quand on va se faire opérer, c’est de savoir comment les gens l’on vécu, quelles sont les astuces » 25
  26. 26. Une attente de services fiables  Le Dossier Médical Personnel : pratique mais trop contrôlé ? « Je trouve ça très bien parce qu’on ne sait jamais où on a mis ses papiers » « C’est à double tranchant » « Si on va voir plusieurs médecins, ils vont le voir » « C’est un peu flicage. Big Brother »  Les carnets de santé : trop risqués (Sanoia / Google health / Carnet de vaccins ) « Ca n’a pas de valeur médicale » « C’est pas fiable » « Pour les vaccins peut-être mais pour nous uniquement » « Il y a le problème des vols de données » « Ca me gène moins de montrer mes comptes que mes petits bobos » 26
  27. 27. Une attente de services fiablesSkype / Chat en ligne : peu efficace « On ne veut pas de ça » « Je veux bien mais avec mon médecin. « Pas avec un médecin que je ne connais pas » Sans rendez-vous : pratique mais inhumain « C’est bien. Ca fait gagner du temps au lieu de passer du temps au téléphone » « Ca va supprimer les secrétaires » 27
  28. 28. Conclusion :une nouvelle conception de la médecine• Les pouvoirs publics participent à l’effet de stress plus qu’ils ne rassurent « Ca va avec l’évolution de la société et tous les scandales »• Un nouveau rapport de force entre professionnels et patients « L’information sur Internet aide la médecine à se remettre en question » « Ca permet l’évolution de la médecine »• Un rapport plus consumériste à la médecine « Avec Internet, on sur-vérifie » « Internet, c’est un complément » 28
  29. 29. Etudes qualitatives pour le numérique www.treizearticlesweblab.com 29

×