• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
La web campagne 2012 et la génération Y
 

La web campagne 2012 et la génération Y

on

  • 1,059 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,059
Views on SlideShare
929
Embed Views
130

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

5 Embeds 130

http://treizearticlesweblab.com 62
http://www.treizearticlesweblab.com 47
http://treize-articles.com 12
http://www.treizearticles.com 5
http://treizearticles.com 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La web campagne 2012 et la génération Y La web campagne 2012 et la génération Y Presentation Transcript

    • Internet et la Présidentielle 2012vue par la génération YLa web campagne tient-elle ses promesses ?par
    • Avertissement méthodologique1 réunion de groupe réalisée le 29 mars 2012 pendant 3 heures  Profils : • Age : 18-30 ans (hommes et femmes mélangés) • Des personnes ayant un intérêt pour la politique en général et s’intéressant particulièrement à la campagne présidentielle • Des personnes surfant sur Internet et consultant quotidiennement les sites d’informations générales et particulièrement les pages politiques (lemonde, lefigaro, liberation, rue89, etc) • Des personnes consultant les sites des partis politiques ET les sites des candidats à la présidentielle au moins une fois par semaine, s’intéressant aux actualités postées sur les plateformes des candidats • 4 sympathisants de gauche et 4 sympathisants de droite (Pas de militants adhérents à des partis) • Des personnes avec une importante pratique d’Internet : surfant tous les jours plusieurs heures, disposant d’un compte Facebook et l’utilisant, disposant d’un smartphone avec plus de 10 applications installées et les utilisant, disposant éventuellement d’une tablette tactile. Avertissement : Les résultats issus de cette réunion de groupe ne visent pas à être représentatifs mais significatifs. Ce travail repose sur l’analyse des jugements et attentes d’un groupe déterminé. 2
    • La web campagnevue par la génération YFacebook et les portails d’infos,premières sources d’informations 3
    • La présidentielle, c’est 3 lignes d’info par hasard• Les dépêches d’actualité des portails « Google actu » « AFP » « Reuters » « SFR » « Yahoo » « Hotmail » « Orange » « C’est de la dépêche en boucle » « C’est pas des articles de 8 pages » « Tout le monde est devant son ordi et même sans le vouloir on tombe sur des sujets politiques »• Les posts sur Facebook « Facebook » « Il y a toujours quelqu’un pour rappeler la campagne » « Les gens voient que c’est important et on le voit sur Facebook avec les gens qui parlent de politique » « C’est forcément sur Facebook » « Batailles entre amis sur Facebook » « Il y a plus de présence sur les réseaux sociaux en 2012 par rapport à 2007 » « C’est des actus en 3 lignes. Par exemple DSK soutient Hollande mais on ne sait pas pourquoi » 4
    • Une informationsuperficielle et répétitive• La course à l’audience« Pour les infos importantes comme lesprogrammes, on n’a pas beaucoup d’info maisuniquement des infos sur les petits trucs »« C’est un débat qui manque de fond »« C’est très générique et ils ne traitent pas dufond »« Ce n’est pas très pointu »« C’est les ragots » « people » « Ils sont là pour • Les mêmes informationsmettre un peu de piment » en boucle« Il y a des choses qui ne méritent pas d’être « C’est la même info qu’on retrouvedites » partout »« C’est le rôle des médias de faire du « De façon générale sur les pagessensationnel pour faire de l’audimat » d’actu du web, il se répètent tous »« Sur les sites d’actu, il y a le mélange entre « C’est le téléphone arabe »l’info et le voyeurisme » « On est trop assailli de la même chose. Il y a le même sujet partout » 5
    • Des internautes qui aiment l’idée d’une information différente• Un journalisme citoyen à portée de clics « Il faut aussi aller sur les sites impertinents » « Il faut plus rechercher, aller sur les sites pointus » « Il faut aller là où il y a des témoignages de vrais gens » « C’est des petits sites indépendants. Ils n’ont pas de pression et peuvent écrire ce qu’ils veulent » « Blogs des gens » « Blogs sur les petits partis » « Blogs spécialisés sur des sujets » « Sans parler de dictature il n’y a pas que les journalistes » 6
    • Internet et politique,l’éloge de la transparence• Les bourdes des candidats, • La pression sur les rien n’est caché candidats « Dérapages » « Rien ne s’efface » « Ils sont sous surveillance et « Le casse toi pauv’con, tout le monde l’a ne peuvent pas dire n’importe vu sur Facebook » quoi » « Tu peux tout voir et revoir sur Internet » « On renonce à une partie de « Y ‘a pas de censure » sa vie privée quand on est• La rapidité candidat » « Ils sont plus traqués parce qu’Internet diffuse plus « Il a commencé à vouloir jouer vite » avec les médias, il ne peut pas « Avec Internet, ça va à une vitesse et on sait tout » dire après qu’il n’est pas content » « Facebook permet de diffuser le message très vite » « Avec les tablettes et les smartphones, ça va encore plus vite. On n’a même plus besoin d’allumer l’ordi » 7
    • Le fact-cheking,le b.a.-ba du journalisme• A chaque support, son parti-pris « Libé qui fait une desintox sur Sarko, ça ne me surprend pas » « C’est quand même de la propagande » « Chaque média reprend l’info et l’adapte à son candidat » « Il faudrait un site comme ça mais indépendant » « Je ne vais pas avoir confiance » « La desintox, c’est qu’il y a une intox des médias »• Le fact-cheking, une attente fondamentale « Ce n’est pas le boulot des journalistes de dire la vérité de façon précise ? » « C’est la page où les journalistes font leur boulot » « C’est bizarre cette page, de justifier ce qui est dit » 8
    • Le buzzL’alpha et l’oméga du débat politique 9
    • La seule info qui comptec’est celle qui fait du buzz• L’actu du jour, l’événement « Il y a un sujet et c’est repris partout » « Dès qu’il y a un événement, ça buzz » « Tous les jours, Sarko dit quelque chose et inversement » « Il y a un scoop qui dure 24h »• L’infotainment • L’info « cachée » « A la base on y va parce que c’est « L’info qu’on n’a pas avec les médias divertissant puis on va approfondir traditionnels » après » « L’info un peu sensationnel » « On peut voir des choses qu’on ne voit pas ailleurs. Par exemple, Mélenchon et « C’est plus divertissant » Lepen en train de rigoler au parlement « C’est mieux de regarder la vidéo européen » rigolote que 2 heures de débat » « On peut voir des photos volées » 10
    • Parodies, fakes : le coté obscurde la campagne est au cœur du buzz• Parodies « Parodies » « On a le droit à l’humour sur Internet » « Internet, c’est plus facile pour parodier » « Y’a des parodies comme Hollande en bisounours » « Des films avec Sarko en Dark Vador »• Fakes « Fausses infos » « Faux comptes » « Il y a des choses qui peuvent créer le buzz et même si ce n’est pas vrai, ça se diffuse » « Sans limites » « Divagation » « Ca peut aussi être déformé les vidéos sur YouTube » « Il y a de la désinformation aussi » « Ce n’est pas toujours évident de savoir si c’est vrai ou faux, par exemple avec des faux commentaires de journalistes » 11
    • Le buzz,Un phénomène qui tire la campagne vers l’anecdote ?• Hit parade du buzz politique« Ca nous titille et on a envie d’aller voir »« L’affaire DSK était le sujet principal sur Facebook »« Bayrou qui veut acheter français et roule en Audit »« Carla Bruni qui dit qu’elle est modeste »« Hollande avec sa femme journaliste dont tout lemonde se fout mais on est tous au courant »« Hollande et son régime » 12
    • La « web série » présidentielleL’apogée de la politique spectacle 13
    • Présidentielle 2012,la web série culte !• Les épisodes de la saison 1 « Il y a toujours un petit truc » « Il y a toujours des rebondissements » « Ils exploitent l’actu comme avec l’affaire Merah » « Il y a des épisodes et on suit » « C’est comme les Feux de l’amour » « C’est un peu Plus belle la vie » « Amour, gloire et beauté « C’est plutôt les Têtes à claques » « Maintenant qu’on connaît tous les noms des candidats, il y a un peu moins de suspense » « On en parle entre amis » 14
    • Un ressort narratif efficace :l’affrontement• La guerre numérique « Pour simplifier, il y a deux camps qui s’affrontent et on va regarder » « C’est la guerre des candidats » « Les guerres entre les uns et les autres » « C’est un vrai affrontement » « Quelque part, il y a le jeu de mettre à mort l’autre » « Il y a toujours une attaque » « Les candidats s’insultent » « Ca peut être très gentil comme très virulent » « Les journalistes reprennent ça et attendent de savoir quelle va être l’insulte en réponse » « Hollande, il dit quelque chose puis après quand il sait ce que pense l’opinion, il dit autre chose, ce qu’il va faire » 15
    • Quand la politique fait du Brand Content et de l’Advertainment !• Séduction et marketing politique « Séduction » « Trop de communication » « C’est du marketing » « Quelque part, il font une vente » « Ce sont des communicants derrière les candidats » • Twitter, un outil « Il y a le côté moderne sur Internet » de comm « Il y a le côté moderne d’Internet pour toucher les jeunes » « C’est la guerre des « Internet les oblige à être plus modernes sur la communication, followers » leur look, leur discours » « C’est beaucoup plus « Pour les jeunes qui ne savent pas pour qui voter, ils sont perso » influencés par le volume d’info qu’ils voient sur le candidat » « C’est pour donner un « Un site de candidat, c’est comme de la pub sur Internet » côté plus humain au « Un site de candidat, c’est comme une tête de gondole » candidat » « Ce n’est pas comme avec le minitel où c’est difficile d’être « Facebook, Twitter, glamour » c’est pour être moderne » 16
    • Et les enjeux politiques n’intéressentpas grand monde…• Lire un programme devient • Les sites de campagne déjà trop compliqué perçus comme cosmétiques « On regarde les résumés des « Le but des politiques, c’est de dire des débats » choses pour se faire élire, donc on ne va « Un débat de 4 heures, on peut le voir pas mettre son programme économique en 3 minutes » en avant » « Il y a aussi des gens qui ne « Il y a les programmes mais ce n’est pas s’intéressent pas aux programmes » ce qui saute aux yeux sur les sites » « On ne vas pas non plus s’intéresser « L’ergonomie, les couleurs, c’est à tous les programmes » important sur le site » « C’est plus difficilement accessible les « Si le site n’est pas sympa, tu vas programmes. Faut aller chercher ailleurs » l’info » « Faut quand même que ça donne envie d’y aller » 17
    • Des spectateurs d’un e-militantismedont ils mesurent mal l’efficacité• Des e-militants bien visibles « J’ai un ami qui y est et c’est du boulot. Il y a du taff à faire » « Les militants essaient de convaincre sur Internet » « Ceux qui parlent beaucoup sur Facebook, c’est des militants » « Chaque fois qu’il y a une actu, ils laissent un commentaire et il y a débat » « Ca fait un peu témoin de Jéhovah » « J’ai un ami qui raconte sa vie à l’UMP mais ce n’est pas ça qui va me faire voter Sarko » « On est importuné » « Avec les notifications sur Facebook, on est importuné dès qu’on a laissé un commentaire »• Mais un questionnement sur l’efficacité « Ca peut influencer » « Si quelqu’un a un bon sens de la répartie, ça peut marcher » « Ca peut apporter des infos supplémentaires » « Pour les indécis, si vous tombez au bon moment, ça peut marcher » 18
    • La web campagneinfluence-t-elle le vote ?Rien n’est moins certain… 19
    • La web campagne,un spectacle ludique et désorganisé• Une posture • La perception très passive d’un mouvement brownien « C’est un grand écran Mac qui « Avec le net, ça bouge. On peut moduler prend toute la pièce. Un grand l’image. C’est un petit jeu Pacman » meeting. Je suis chez moi et j’ai « La BD « Où est Charlie ? » avec plein de toute la politique sur l’écran » monde partout et plein de fouillis et plein de « Un grand écran High Tech gens qui font n’importe quoi. On voit les avec tous les candidats, avec les grosses têtes des principaux candidats » sondages qui montent et « Ruche avec ceux qui travaillent à l’info, ceux descendent » qui partent chercher de l’info, ceux qui la « Un grand écran avec un ramènent » pupitre et les candidats » 20
    • 5 conseils pour gagner la campagne• Internet dans le top 3 des facteurs de victoire ! 1. Les médias classiques « Le plus important, c’est l’image dans les médias classiques pour gagner l’élection » 2. Le programme « Le programme, c’est important aussi » 3. Internet « Internet pour la campagne, c’est du bonus » 4. L’argent « Les moyens financiers » 5. La campagne de terrain « La campagne de terrain » VICTOIRE 21
    • ConclusionLes paradoxes de la web campagne 22
    • Les paradoxes de la web campagne• Le paradoxe de la longue traîne : Seuls les épisodes de la « web série » présidentielle semblent « faire la campagne ».• Le paradoxe de l’Internet 2.0 : L’utilisation des outils d’e-militantisme ne semble pas se démocratiser. 23
    • Etudes qualitatives pour le numérique www.treizearticlesweblab.com Crédits photos Fotolia : © HaywireMedia - Fotolia.com / © 3d_kot - Fotolia.com / © libertad - Fotolia.com /© Thomas Pajot - Fotolia.com / © Beholder - Fotolia.com / © Philippe GIRAUD - Fotolia.com 24