Document strategique atec-directive_its

502 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
502
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
19
Actions
Shares
0
Downloads
13
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Document strategique atec-directive_its

  1. 1. Stratégie ITS en FranceRéflexion stratégique sur les Services et Systèmes de transports intelligents Définition des axes structurants Introduction, enjeux pour l’économie française La Commission Européenne a publi é en 2010 une directive sur les Services et Systèmes de Transports fondés sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC), en anglais les « ITS »– (cf. directive 2010/40/UE du 7 juillet 2010, JOCE du 6 août 2010), qui lui donne le pouvoir, en vertu des dispositions du traité de Lisbonne, d’élaborer des spécifications d’ordre fonctionnel, technique, organisationnel, sur la quasi-totalité des domaines des ITS (voir annexe 1) soit: - L’information voyageurs - La gestion de trafic routier - La gestion de fret - La télématique embarqués et les systèmes coopératifs, Les acteurs français, conformément aux obligations de la directive, mais surtout parce qu’il y a des enjeux industriels et économiques importants, engagent une réflexion sur une stratégie ITS en France. En effet, le périmètre de la directive porte sur des services existants et futurs, dans l’objectif de favoriser le développement du secteur. Les spécifications qui seront élaborées par la CE, incluant la référence à des normes européennes, ouvrent ainsi une opportunité exceptionnelle aux développement des activités ITS par les acteurs français, en France et en Europe, en particulier en prenant en compte les produits et travaux déjà engagés en France. C’est pour ces raisons que d’autres pays (Allemagne, Suède par exemple) ont déjà mis en place une organisation spécifique sur la directive ITS. Il est donc nécessaire que les acteurs français mettent en place une approche aussi structurée que possible sur le développement des services et systèmes, nouveaux ou existants, dans les transports basés sur les TIC, afin - d’une part assurer la compatibilité des spécifications qui seront proposées par la CE avec les systèmes en place et les projets en cours de développements des différents acteurs, - et d’autre part favoriser le développement des ITS en France avec des produits et services interopérables au niveau européen, gage de compétitivité des entreprises et d’efficacité de la dépense publique. Les groupes d’acteurs concernés sont : - Les gestionnaires d’infrastructures et AOT - Les exploitants de réseaux de transports publics - Les industriels et équipementiers automobiles - Les opérateurs télécoms - Les fournisseurs de services ITS (d’information, d’assistance, de paiement, …) - Les fournisseurs d’équipements et de systèmes, installateurs et intégrateurs - Les opérateurs de fret - Les consultants et sociétés d’ingénierie - Les usagers - Les chercheurs La directive oblige chaque Etat Membre à élaborer un plan national ITS en deux phases, août 2011 pour le bilan et les projets dans les 4 domaines prioritaires de la CE, août 2012 pour la stratégie à 5 ans sur l’ensemble des ITS. 16 février 2011 1
  2. 2. Stratégie ITS en FranceCe travail est coordonné par l’Etat / Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports etdu Logement (MEDDTL)A ce stade de la réflexion et pour apporter à l’administration responsable des éléments sur la position desdifférents groupes d’acteurs, il est proposé une démarche permettant d’établir les axes structurantsd’une stratégie ITS avec l’ensemble des acteurs publics et privés concernés, sur un horizon de 5 ans,afin d’identifier du point de vue des acteurs pour chaque domaine fonctionnel : - la situation actuelle, - les points clés de la stratégie de développement, en préservant les aspects confidentiels, - les verrous à lever, - les attentes vis-à-vis des autres acteurs.Enjeux - Économiques et industriels. Le travail proposé doit permettre aux différents acteurs concernés pour chaque domaine ITS d’identifier les points prioritaires à faire avancer. En particulier la démarche proposée devrait poser les bases d’une coordination des acteurs français sur les ITS, définir un plan d’action, par exemple sur les normes et les architectures (organisationnelle et technique) à introduire dans les spécifications qui seront imposées par la CE sur les systèmes de transports. Il s’agira également d’identifier les potentialités de développement économique et de créations d’emplois ne faisant pas nécessairement appel aux fonds publics. - Environnementaux : Les ITS permettent de rationnaliser l’usage des infrastructures de transports pour le transport de passagers et le fret. Les gains sur les émissions de CO2 sont potentiellement très importants - Financiers : les ITS constituent une solution économiquement efficace, à court et moyen terme, aux problèmes de mobilité, et permettent d’optimiser l’utilisation des infrastructures existantes et futures. La coordination des acteurs doit aider à l’interopérabilité, gage d’économie d’échelle (et donc de taille de marchés) pour les industriels, et d’économie financière pour les acheteurs.Méthode de travailLa méthode de travail doit permettre d’aboutir à un accord des parties prenantes des ITS en France sur lespoints clés à faire avancer à un horizon de 5 ans.Le délai de mise au point du document est fixé à l’été 2011 (au plus tard le 26 août 2011).Il est proposé, au-delà des contraintes de la directive, un premier travail permettant d’identifier leséléments structurants d’une stratégie ITS sur l’horizon de 5 ans.Pour ce faire il est proposé les étapes suivantes : - Lancement de la démarche : journée ITS France du 3 mars - Etape 1 : Réflexion par acteurs : mi février - mi mars Travail individuel, par groupe d’acteurs et par domaines, selon le format établi (cf. annexe 2), avec fonds de dossier (note de présentation du contexte, synthèse états des lieux, sur la base du document du SETRA). - Etape 2 : Mise en commun : Séminaire à organiser entre le 4 et 8 avril (date à confirmer) : o restitution de la production des groupes d’acteurs o travail en sous groupes o restitution travail en sous groupe, synthèse en séance - Etape 3 : Synthèse et rédaction : début mai16 février 2011 2
  3. 3. Stratégie ITS en France Proposition de restitution/synthèse et 1ère version du document stratégique sur les ITS en France, envoi aux acteurs pour analyse. Présentation de l’avancement des travaux au congrès ITS Europe et/ou à la conférence ITS AP de début juin à Lyon. - Etape 4 : Validation, mise au point : mi juin nd Retours des acteurs sur la version 1 du document de stratégie ITS pour début juin, 2 séminaire d’analyse vers la mi juin (date à confirmer). - Etape 5 : Finalisation : mi juillet Finalisation du document après le séminaire, mise au point du document stratégique et de sa synthèse. Intégration dans le document officiel à envoyer par l’Etat à la CE au plus tard le 27/08/2011.16 février 2011 3
  4. 4. Stratégie ITS en FranceAnnexe 1 : Les domaines et actions prioritaires de la directive ITSLes lignes qui suivent sont des extraits in extenso de la directive ITS.Contenu des spécifications (art6.4 de la directive)« Le cas échéant, et en fonction du domaine dont relève la spécification, celle-ci comporte un ou plusieursdes types de dispositions suivants:a) des dispositions fonctionnelles qui décrivent les rôles des différentes parties prenantes et le fluxd’information entre elles;b) des dispositions techniques qui fournissent les moyens techniques permettant de satisfaire auxdispositions fonctionnelles;c) des dispositions organisationnelles qui décrivent les obligations des différentes parties prenantes entermes de procédures;d) des dispositions relatives aux services qui décrivent les différents niveaux de services et leur contenupour les applications et services STI. »Domaine prioritaire I : utilisation optimale des données relatives aux routes, à lacirculation et aux déplacementsLes spécifications et les normes pour une utilisation optimale des données routières, de circulation et dedéplacement comprennent les éléments suivants :1. Spécifications pour l’action prioritaire a) « mise à disposition, dans l’ensemble de l’Union, deservices d’informations sur les déplacements multimodaux »La définition des exigences nécessaires pour que les utilisateurs des STI disposent, par-delà lesfrontières, dans l’ensemble de l’Union, de services précis d’informations sur les déplacementsmultimodaux, sur la base : - de la possibilité, pour les prestataires de services STI, d’accéder, dans la mesure où elles existent, à des données précises et en temps réel sur les routes et la circulation aux fins des services d’informations sur les déplacements multimodaux, sans préjudice des contraintes en matière de sûreté et de gestion des transports, - de la facilitation des échanges transfrontaliers de données électroniques entre les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées et les prestataires de services STI, - de la mise à jour en temps utile, par les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées, des données disponibles relatives aux routes et à la circulation utilisées aux fins des informations sur les déplacements multimodaux, - de la mise à jour en temps utile, par les prestataires de services STI, des informations sur les déplacements multimodaux. - de la mise à jour en temps utile, par les prestataires de services STI, des informations sur les déplacements multimodaux.2. Spécifications pour l’action prioritaire b) « mise à disposition, dans l’ensemble de l’Union, deservices d’informations en temps réel sur la circulation »La définition des exigences nécessaires pour que les utilisateurs des STI disposent, par-delà lesfrontières, dans l’ensemble de l’Union, de services précis d’informations en temps réel sur lacirculation, sur la base : - de la possibilité, pour les prestataires de services STI, d’accéder, dans la mesure où elles existent, à des données précises et en temps réel sur les routes et la circulation aux fins des services d’informations sur la circulation, sans préjudice des contraintes en matière de sûreté et de gestion des transports, - de la facilitation des échanges transfrontaliers de données électroniques entre les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées et les prestataires de services STI, - de la mise à jour en temps utile, par les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées, des données disponibles relatives aux routes et à la circulation utilisées aux fins des informations en temps réel sur la circulation,16 février 2011 4
  5. 5. Stratégie ITS en France - de la mise à jour en temps utile, par les prestataires de services STI, des informations en temps réel sur la circulation.3. Spécifications pour les actions prioritaires a) et b)3.1. La définition des exigences nécessaires pour que les autorités publiques compétentes et/ou, lecas échéant, le secteur privé, collectent les données routières et de circulation (c’est-à-dire lesplans de circulation routière, la réglementation routière et les itinéraires recommandés, notammentpour les poids lourds) et qu’elles les communiquent aux prestataires de services STI, sur la base : - de l’accès des prestataires de services STI aux données routières et de circulation existantes (c’est-à-dire les plans de circulation routière, la réglementation routière et les itinéraires recommandés) collectées par les autorités publiques compétentes et/ou le secteur privé, - de la facilitation des échanges de données électroniques entre les autorités publiques compétentes et les prestataires de services STI, - de la mise à jour en temps utile, par les autorités publiques compétentes et/ou, le cas échéant, par le secteur privé, des données routières et de circulation (par exemple, les plans de circulation routière, la réglementation routière et les itinéraires recommandés), - de la mise à jour en temps utile, par les prestataires de services STI, des services et applications STI utilisant ces données routières et de circulation.3.2. La définition des exigences nécessaires pour que les données relatives aux routes, à lacirculation et aux services de transports utilisées pour les cartes numériques soient précises etaccessibles, si possible, aux fabricants de cartes numériques et aux prestataires de services decartographie numérique, sur la base : - de l’accès des fabricants de cartes numériques et des prestataires de services de cartographie numérique aux données existantes relatives aux routes et à la circulation, à inclure dans les cartes numériques, - de la facilitation des échanges de données électroniques entre les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées et les fabricants et fournisseurs privés de cartes numériques, - de la mise à jour en temps utile, par les autorités publiques compétentes et les parties prenantes concernées, des données relatives aux routes et à la circulation à inclure dans les cartes numériques, - de la mise à jour en temps utile des cartes numériques par les fabricants de cartes numériques et les prestataires de services de cartographie numérique.4. Spécifications pour l’action prioritaire c) « données et procédures pour la fourniture, dans lamesure du possible, d’informations minimales universelles sur la circulation liées à la sécuritéroutière gratuites pour les usagers »La définition d’exigences minimales concernant les «informations universelles sur la circulation» liées à lasécurité routière fournies, si possible, gratuitement à tous les usagers, ainsi que leur contenu minimal, sur labase : - de l’établissement et l’utilisation d’une liste type de situations liées à la sécurité routière («messages d’information universels sur la circulation»), qui devrait être communiquée aux utilisateurs de STI gratuitement, - de la compatibilité des «messages d’information universels sur la circulation» et leur intégration dans les services STI pour des informations en temps réel sur la circulation et les déplacements multimodaux.16 février 2011 5
  6. 6. Stratégie ITS en FranceDomaine prioritaire II : continuité des services STI de gestion de la circulation et dufretLes spécifications et les normes pour la continuité et l’interopérabilité des services de gestion de lacirculation et du fret, en particulier sur les RTE-T, comprennent les éléments suivants :1. La définition des mesures nécessaires en vue de constituer une architecture-cadre des STI del’Union, portant spécifiquement sur l’interopérabilité liée aux STI, la continuité des services et les aspectsmultimodaux, y compris par exemple une tarification interopérable multimodale, au sein de laquelle lesÉtats membres et leurs autorités compétentes, en coopération avec le secteur privé, pourront élaborer leurpropre architecture STI relative à la mobilité au niveau national, régional ou local.2. La définition des exigences minimales nécessaires pour la continuité des services STI, enparticulier pour les services transfrontaliers, pour la gestion du transport de voyageurs entre lesdifférents modes de transport, sur la base : - de la facilitation des échanges électroniques de données et d’informations sur la circulation au-delà des frontières et, au besoin, d’une région à l’autre, ou entre zones urbaines et interurbaines, entre les centres d’information ou de contrôle de la circulation compétents et les différentes parties prenantes, - de l’utilisation de flux d’informations ou d’interfaces de circulation normalisés entre les centres d’information ou de contrôle de la circulation compétents et les différentes parties prenantes.3. La définition des exigences minimales nécessaires pour la continuité des services STI pour lagestion du transport de marchandises dans les corridors de transport et entre les différents modesde transport, sur la base : - de la facilitation des échanges électroniques de données et d’informations sur la circulation au-delà des frontières et, au besoin, au niveau régional, ou entre zones urbaines et interurbaines, entre les centres d’information ou de contrôle de la circulation compétents et les différentes parties prenantes, - de l’utilisation de flux d’informations ou d’interfaces de circulation normalisés entre les centres d’information ou de contrôle de la circulation compétents et les différentes parties prenantes.4. La définition des mesures nécessaires à la réalisation d’applications STI (notamment la localisationet le suivi des marchandises durant leur transport et d’un mode de transport à l’autre) pour la logistique dutransport de marchandises (eFreight), sur la base : - de la possibilité, pour les développeurs d’applications STI, de disposer des technologies STI pertinentes et leur utilisation par ceux-ci, - de l’intégration des résultats du positionnement dans les outils et les centres de gestion de la circulation.5. La définition des interfaces nécessaires pour assurer l’interopérabilité et la compatibilité entrel’architecture STI urbaine et l’architecture STI européenne, sur la base : - de l’accès des centres de contrôle urbains et des prestataires de services aux données concernant les transports publics, la planification des déplacements, la demande de transport, la circulation et le stationnement, - de la facilitation de l’échange électronique de données entre les différents centres de contrôle urbains et les prestataires de services pour les transports publics ou privés et pour tous les modes de transport possibles, - de l’intégration de toutes les données et informations pertinentes dans une architecture unique.16 février 2011 6
  7. 7. Stratégie ITS en FranceDomaine prioritaire III : Applications des STI à la sécurité et à la sûreté routièresLes spécifications et les normes pour les applications de STI à la sécurité et à la sûreté routièrescomprennent les éléments suivants :1. Spécifications pour l’action prioritaire d) « mise à disposition harmonisée d’un service d’appeld’urgence (eCall) interopérable dans toute l’Union » La définition des mesures nécessaires pour la mise à disposition harmonisée d’un service d’appeld’urgence (eCall) interopérable dans toute l’Union, notamment : - la possibilité d’échanger les données obligatoires à partir des STI embarqués, - la disponibilité, dans les centres de réception des appels d’urgence, du matériel nécessaire pour recevoir les données transmises par les véhicules, - la facilitation des échanges électroniques de données entre les véhicules et les centres de réception des appels d’urgence.2. Spécifications pour l’action prioritaire e) « la mise à disposition de services d’informationsconcernant les aires de stationnement sûres et sécurisées pour les camions et les véhiculescommerciaux »La définition des mesures nécessaires pour la mise à disposition de services d’information fondés sur lesSTI concernant les aires de stationnement sûres et sécurisées pour les camions et les véhiculescommerciaux, en particulier sur les aires de service et de repos le long des routes, sur la base : - de la disponibilité des informations sur le stationnement pour les utilisateurs, - de la facilitation des échanges électroniques de données entre les aires de stationnement, les centres et les véhicules.3. Spécifications pour l’action prioritaire f) « la mise à disposition de services de réservationconcernant les aires de stationnement sûres et sécurisées pour les camions et les véhiculescommerciaux »La définition des mesures nécessaires pour la mise à disposition de services de réservation fondés sur lesSTI concernant les aires de stationnement sûres et sécurisées pour les camions et les véhiculescommerciaux, sur la base : - de la disponibilité des informations sur le stationnement pour les utilisateurs, - de la facilitation des échanges électroniques de données entre les aires de stationnement, les centres et les véhicules, - de l’intégration des technologies STI pertinentes dans les véhicules et les aires de stationnement afin de mettre à jour les informations sur la disponibilité des places de stationnement à des fins de réservation.4. Spécifications pour d’autres actions4.1. La définition des mesures nécessaires pour contribuer à la sécurité des usagers de la route en ce quiconcerne leur interface homme-machine embarquée et l’utilisation de dispositifs nomades pour aider à laconduite et/ou au transport, ainsi que la sécurité de leurs moyens de communication embarqués.4.2. La définition des mesures nécessaires pour améliorer la sécurité et le confort des usagers de la routevulnérables dans toutes les applications STI pertinentes.4.3. La définition de mesures nécessaires à l’intégration de systèmes d’informations avancés d’aide à laconduite dans les véhicules et les infrastructures routières ne relevant pas du champ d’application desdirectives 2007/46/CE, 2002/24/CE et 2003/37/CE.16 février 2011 7
  8. 8. Stratégie ITS en FranceDomaine prioritaire IV : lien entre le véhicule et l’infrastructure de transportLes spécifications et les normes en ce qui concerne le lien à établir entre les véhicules et l’infrastructure detransport comprennent les éléments suivants :1. La définition des mesures nécessaires pour intégrer différentes applications STI sur une plate-forme embarquée ouverte, sur la base : - de la définition d’exigences fonctionnelles relatives aux applications STI existantes ou prévues, - de la définition d’une architecture de système ouvert qui définisse les fonctionnalités et les interfaces nécessaires pour assurer l’interopérabilité/l’interconnexion avec les systèmes et les installations de l’infrastructure, - de l’intégration conviviale a posteriori d’applications STI nouvelles ou actualisées dans une plate- forme embarquée ouverte, - de l’utilisation de processus de normalisation pour l’adoption de l’architecture et les spécifications relatives à la plate-forme embarquée ouverte.2. La définition des mesures nécessaires pour poursuivre le développement et la mise en œuvre desystèmes coopératifs (entre véhicules, entre le véhicule et l’infrastructure ou entre les infrastructures), surla base : - de la facilitation des échanges de données ou d’informations entre les véhicules, entre les infrastructures et entre le véhicule et l’infrastructure, - de la possibilité, pour les parties respectives, véhicule ou infrastructure routière, d’échanger des données et informations pertinentes, - de l’utilisation d’un format de message type pour l’échange de données ou d’informations entre le véhicule et l’infrastructure, - de la définition d’une infrastructure de communication pour l’échange de données ou d’informations entre véhicules, entre infrastructures et entre véhicule et infrastructure, - de l’utilisation de processus de normalisation pour l’adoption des architectures respectives.16 février 2011 8

×