• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
L'écho de l'Arogat utilise les QR codes
 

L'écho de l'Arogat utilise les QR codes

on

  • 749 views

 

Statistics

Views

Total Views
749
Views on SlideShare
254
Embed Views
495

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 495

http://web.publihebdos.com 495

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    L'écho de l'Arogat utilise les QR codes L'écho de l'Arogat utilise les QR codes Document Transcript

    • Infos du Pays 3Tél. 02 96 40 62 40l’écho du Mercredi 8 mai 2013«C’est incroyablequ’en 2013, il y aitencore un créneaude libre. » Lunettes de soleil,petite barbe de trois jours etmanteau vert. Sébastien Peilletaffiche un large sourire. Il sa-voure. A quelques mètres duponton n°2, dans le port de Lé-zardrieux, l’homme regardeson bateau. Depuis un mois, ils’est lancé dans une nouvelleaventure. Avec sa compagne,Véronique, il a créé Le Passeurdu Trieux, destiné à réaliserquotidiennement des croisièresfluvio-maritimes entre Lézar-drieux et Pontrieux. Sur leTrieux, il n’y en avaitjusqu’alors aucune… Port d’at-tache du bateau : Pontrieux.« Notre volonté est de faire par-tager des balades sur les eauxcalmes et abritées de la ri-vière », expliquent les deux in-téressés.Pour le capitaine et saconjointe, c’est le résultat deplusieurs mois d’investisse-ment. Car le projet, lui, mûritdepuis novembre de l’annéedernière. « Ce qui a été le pluslong, c’est bien la recherche dubateau », se souvient SébastienPeillet. Pas question d’agir surun coup de tête, sans la moin-dre réflexion.❚ Trouver lebateau idéal« Il nous fallait trouver ce-lui qui était idéal dans la tailleet le tirant d’eau… Nous avonsvraiment eu de la chanced’avoir trouvé celui-là. » Celui-là, justement, mesure11,20 mètres de long et 3,90mètres de large. Il a fallu allerjusqu’à l’île de Ré pour le récu-pérer. « Nous l’avons ramenépar camion, raconte SébastienPeillet. Il pèse deux tonnes ! »Datant de 1980, il a servi deuxannées pour la pêche avant dedevenir le bus du port de LaRochelle, durant vingt-cinqans.Mais avant d’accueillir lescurieux, Le Passeur du Trieuxa dû subir un léger lifting.« Des experts ont notammentdécoupé les côtés du bateaupour que nous puissions em-barquer les fauteuils roulantsdes personnes à mobilité ré-duite. » Le samedi 30 mars, levoilà fin prêt.Depuis, Sébastien et Véroni-que Peillet ne masquent pasleur enthousiasme. Le couplefait tout son possible pour dé-velopper son entreprise. « Sanscette combinaison, cela ne se-rait pas viable, reconnaît Sé-bastien. Nous travaillons en-semble sans être vraiment en-semble. » Comprenez : à lui lebateau et à elle le volet admi-nistratif. Un peu plus d’un moisaprès un lancement plutôt pro-metteur, il semblerait bien quele Passeur du Trieux com-mence à trouver son allure decroisière.Gaël ARCUSET◗ Un nouveau bateau dans le port de PontrieuxBienvenue au Passeur du TrieuxSon port d’attache est à Pontrieux. Depuis quelques semaines, le bateau de Sébastien et Véronique Peilletvogue sur le Trieux et propose des croisières fluvio-maritimes.PratiqueLe Passeur du Trieux propose cinq types de balade avecdes tarifs allant de 18 à 32 euros pour une personne adulte.Des prestations variées, donc, qui permettent de découvrirautrement le secteur. « Nous ne nous adressons pas seu-lement aux touristes de passage, mais aussi aux gens duterritoire », insistent Sébastien et Véronique Peillet.Douze places sont disponibles. Il est préférable de réser-ver en amont. A Pontrieux, port d’attache du bateau, l’em-barquement a lieu près du club nautique de kayak.Contact : 06.21.07.30.72 ou http://www.lepasseurdu-trieux.com■ « On s’est donné les moyens », soulignent Sébastien et Véronique Peillet◗ Biskoaz !Le chiffre9445C’est le nombre desuffrages que comptaitle chêne du colombierde Bégard, hier matin,mardi, dans leconcours du plus belarbre de France. Il estlargement premier àprès d’un mois de la findu vote. Pour le plusgrand plaisir du maireGérard Le Caër, quiconfie : « Je regarde lesite tous les matinspour voir où ça enest ! »A lire en page 21.La phrase« Je conserve tous mesdessins. Quand jeregarde certains quej’ai fait il y a 30 ans, jeconstate qu’il y a destextes entiers que jepourrais réutiliseraujourd’hui. Lamoralité en politiquen’a pas bougé d’unpouce », assure AlainGoutal, le dessinateurde Saint-Servais quivient de sortir unnouvel album.A lire en page 52.L’histoireDeux supporters duKop Rouge ont pris ladirection d’Avignon…en stop ! Damien etBenoît sont partis lemercredi en débutd’après-midi pourassister au matchopposant Arles àGuingamp. Comme sicela n’avait pas suffi,ils ont remis ça auretour arborantfièrement le maillotoffert par FrançoisBellugou en fin dumatch sur les bordsd’autoroute.Flashez sur LéchoCette semaine, dans Lécho de lArmoret lArgoat, vous apercevrez des rectan-gles blancs remplis de carrés noirs. Leurnom : des flash codes. Grâce à eux, vouspourrez accéder à lunivers multimédiade votre hebdomadaire et découvrir desphotos et des vidéos.Comment ça marche ? Pour lire unflashcode, il faut dabord être muni dunsmartphone ou dune tablette numérique,disposer dune connexion Internet ainsique dune application spéciale (ex. : Bar-code Scanner, Flashcode…) disponiblesur Appstore ou Google Play.Ensuite, il suffit de démarrer cette ap-plication et de scanner le code. Rien deplus simple ! Vous atterrirez directementsur notre site Internet et sur la page de-mandée.Excellente lecture !La rédaction◗ La question de la semaineVos réactions sur le site www.lechodelargoat.frQuelles sont les chancesd’En Avant de Guingampde monter en Ligue 1 ?
    • En Avant 50Tél. 02 96 40 62 40l’écho du 8 mai 2013Cramponné à la troi-sième place du classe-ment, En Avant deGuingamp est maître de sondestin. A trois journées duterme du championnat, lefaux pas est interdit. D’autantque derrière, ça pousse. Ma-thématiquement, plusieurséquipes sont encore encourse. Mais les plus dange-reuses restent Caen, qua-trième avec 59 unités, et An-gers, cinquième avec le mêmenombre de points.Il est un rendez-vous, dansle calendrier de fin de saison,que les amateurs n’ont pasoublié de noter : lundi 13 mai,en cloture de la 36ejournée,Caen accueille Nantes, so-lide deuxième. Un match im-portantissime pour les deuxéquipes. Les Canaris ne fe-ront pas le déplacement enNormandie pour du beurre.Lors de cette même journée,Angers sera à l’Abbé-Des-champs pour y affronterl’AJA.La semaine suivante, leStade Malherbe est hors deses bases, à Châteaurouxtandis que le SCO accueilleson voisin, Tours.Enfin, pour la dernièrejournée du championnat deLigue 2, Caen reçoit le GFCAjaccio. De son côté, Angersva à Sedan.Six matches, donc, qui se-ront très suivis en Argoat.Mais qu’on se le dise : le des-tin d’En Avant se trouve en-tre les mains de ses joueurs.Et pas ailleurs…G.A.Derrière, ça poussePlusieurs équipes sont encore en lice pour le terminer sur le podium. Parmi elles, Caen et Angers, qui aurontquelques matches délicats à négocier.■ Christophe Mandanne, face à Angers, en février dernier. Les deux clubssont encore à la lutte pour la montée en Ligue 1.Trois matches. Neufpoints en jeu. Rarementune fin de saison de Li-gue 2 n’aura été aussi palpi-tante. Du côté de Roudourou,on imagine facilement cer-tains cœurs battre fort à l’ap-proche du dénouement de lasaison. Ce qui est bien hu-main, après tout. Aujourd’hui,beaucoup s’interrogent,créant de leur esprit des sce-narios improbables. Le pireserait-il à venir ? Impossiblede répondre. En fouillantdans les locaux de L’écho del’Armor et l’Argoat, nousn’avons pas déniché de boulede cristal. Mais nous avonstrouvé autre chose : dix rai-sons de croire qu’En Avant deGuingamp peut monter enLigue 1.n°1 : Le jeu des Rouge etNoir impressionne. Souvent,lors des conférences depresse, les entraîneurs adver-ses le reconnaissent : EnAvant joue au ballon. Etd’une belle manière. « Al’aile, la vie est belle », dit-ontraditionnellement au rugby.Le proverbe se prête plutôtbien aux P’tits gars de l’Ar-goat. Il suffit de voir les mon-tées de Jonathan Martins-Pe-reira, dans le couloir droit, etson association avec FatihAtik, ou bien encore les drib-bles de Thibault Giresse, àgauche. L’une des plus bellesdémonstrations de ce jeu ra-pide, sur les côtés et dans ledos des défenseurs, est peut-être la deuxième mi-tempscontre Nantes, le samedi16 février, lors de laquelle leslatéraux des Canaris avaientété mis au supplice.n°2 : Guingamp joue deuxfois à domicile (Lens et Di-jon) et une sur terrain neutre(Ajaccio, à Gueugnon). Etdans leur antre de Roudou-rou, les Rouge et Noir laissentrarement passer leur chance.Si bien qu’ils occupent ledeuxième rang du classementgénéral des équipes à domi-cile, avec 36 points pris en17 rencontres (10 victoires,6 nuls et 1 défaite). Autrechose : à la maison, Guin-gamp fait parler la poudre.Les protégés de JocelynGourvennec inscrivent 1,88but par match en moyenne, etn’en encaisse qu’un toutes les180 minutes.n°3 : Mustapha Yatabaréest meilleur buteur de Ligue2. Avec 19 réalisations aucompteur, le Franco-Malientrône sur le siège du roi desbuteurs. Lors des deux der-nières saisons, les meilleursbuteurs faisaient partie d’unedes équipes du trio de tête(Cédric Fauré, en 2012, avecle Stade de Reims et Sébas-tien Ribas, en 2011, avec Di-jon). Ne pas briser la chaîne,ne pas briser la chaîne… En-fin, rappelez-vous de la saisonen National, le meilleur bu-teur du championnat se nom-mait alors Thibault Giresse.Et En Avant avait pris l’as-censeur pour en-haut.n°4 : L’anniversaire de« Kirikou ». Vendredi 24 mai,pour la réception de Dijon àl’occasion de l’ultime journéede Ligue 2, Ladislas Dou-niama aura 27 ans. Et un an-niversaire, ça ne se rate pas !Et si ce soir-là, c’était lui quioffrait le cadeau ?n°5 : En Avant est plein desagesse. Tandis qu’une fin desaison est toujours tumul-tueuse, apportant son lot detensions, les dirigeants guin-gampais ont su prendre lesdevants afin d’éviter les re-mous. Ainsi, au retour dumatch victorieux à Sedan (1-2), le vendredi 29 mars, Ber-trand Desplat, le président,annonce le prolongement ducontrat de Jocelyn Gourven-nec, qu’il sait « courtisé ». « Iln’était pas question de le lais-ser filer avant que nous ayonsterminé notre collaboration »,explique alors B. Desplat.n°6 : Se frotter au voisin.Il se murmure qu’à 1h30 deGuingamp, plus à l’Est quandon emprunte la RN 12 (suivezmon regard…), une équipe at-tend avec impatience de pou-voir se frotter à En Avantaprès la désillusion survenueaux alentours du 9 mai 2009.Et un nouveau choc, cettefois-ci à Roudourou et en Li-gue 1, aurait fière allure.n°7 : Un groupe arrivé àmaturité. « Cela fonctionnebien, avouait Lionel Mathis,en mars dernier, à L’écholorsqu’il évoquait l’effectifguingampais. Les jeunes com-prennent l’état d’esprit et seplacent rapidement dans unniveau d’exigence. Ils saventles choses qu’ils ont à faire.Les anciens, comme moi,n’ont pas besoin d’être der-rière eux. » Cette année, legroupe guingampais est ho-mogène, fait de jeunes pous-ses prometteurs, de joueursconfirmés. Un mélange qui« fonctionne », donc. Parolede capitaine.n°8 : Jamais deux sanstrois. En Avant de Guingampa connu à deux reprises lesjoies de la montée en Li-gue 1 ; d’abord lors de la sai-son 1994-1995, puis lors de lasaison 1999-2000.n°9 : Pour ponctuer unesaison de rêve marquée pardes grands moments d’émo-tion, à domicile comme à l’ex-térieur. D’autant que croiserles Brestois, qui s’apprêtent àfaire le chemin inverse, ne dé-plairait pas aux supportersd’En Avant…n°10 : Un peu de chance.C’est le moins que l’on puisseécrire. Après une très belle sé-rie jusqu’au mois de février,En Avant a connu quelquesdifficultés à l’extérieur (défai-tes à Châteauroux, Auxerre,Laval, Tours et Istres). Deséchecs quasi-sans frais, pourl’instant. Les hommes du pré-sident Desplat sont toujoursdans la course. Mais à domi-cile, aussi, la chance s’en mêle.Souvenez-vous du but deChristophe Kerbrat à 17 se-condes de la fin du matchcontre Caen ou bien encore deces autres succès arrachésdans les dernières secondes.C’est clair : cette saison, lachance de Guingamp estd’avoir su la provoquer.Gaël ARCUSETMontée en Ligue 1 : 10 raisons d’y croireNous aurions pu en trouver 100 000, et peut-être même 100 001… Comme voir Christophe Kerbrat mettre un petit pont à Zlatan.Pourtant, nous n’avons sélectionné que dix raisons qui laissent penser qu’En Avant peut accéder à la Ligue 1. Dix bonnes raisons.■ Le Roudourou qui s’enflamme. C’était contre Caen, à la mi-mars. Christophe Kerbrat et les Guingampais pourraient bien provoquer une nouvelleexplosion de joie d’ici la fin de la saison.Vendredi 9 mai, à 20h, ildevrait y avoir du monde,beaucoup de monde, au stadede Roudourou pour assisterau match En Avant de Guin-gamp - RC Lens, comptantpour la 36ejournée de Ligue2. Pour ceux qui n’auront pasla chance d’être sur place, pasde panique puisqu’il sera pos-sible de suivre l’oppositionentre les Rouge et Noir et lesSang et Or directement de-puis le web, grâce à www.le-chodelargoat.fr. Le live débu-tera à 19h30. Pour le suivre,il suffit de flasher le pressecode ci-joint, à partir de ven-dredi 19h30, ou de seconnecter directement à no-tre site Internet.Retrouvez l’ambiance dustade sur votre smartphone,sur votre tablette ou sur votreordinateur grâce à L’écho del’Armor et l’Argoat. Et bonmatch !EAG - RCL :le live de L’écho
    • Gens d’ici l’écho du 8 mai 2013Tél. 02 96 40 62 4052On revient un an etdemi en arrière. Oncraque devant lecoup de crayon de l’artiste eton savoure ses textes pimen-tés. « Ça commence justeaprès le burnes-out de DSK.On est aux préliminaires desprésidentielles. Les primairesdu PS n’ont pas encore eu lieuet un primate s’est fait prendredans un hôtel à New York »,résume Alain Goutal. Le des-sinateur de Saint-Servais s’estencore fait plaisir dans cenouvel album Là où ça faitmal, qui vient tout juste desortir, tiré à 700 exemplaires.A gauche comme à droite, toutle monde en prend pour songrade. « Ça tire dans tous lessens », reconnaît Goutal.« C’est mon regard critique surla politique. En tant que ci-toyen, je considère que ce nesont plus les politiques quigouvernent, mais qu’ils sontpieds et poings liés aux lob-bies qui nous gouvernent. Aufinal, on crève de tout ça… »❚ Un regardsans concessionAlain Goutal est un dessina-teur engagé, et pas seulementquand il dessine. Pour lui,« l’insoumission devrait fairepartie intégrante de notre cur-sus vital. On devrait chacunavoir ce regard critique sur deschoses qu’on nous présentecomme inéluctables. Il seraittemps qu’on s’émancipe de cequ’on présente parfois commeparole d’évangile. »Cet album est en fait unecompilation des nombreuxdessins publiés par Alain Gou-tal sur son blog depuis plu-sieurs mois. Un blog qui comp-tabilise 5 000 visiteurs par moiset pour cause : « J’y mets undessin tous les deux jours enmoyenne. C’est mon regard surl’actualité nationale, régionaleet internationale aussi, sur lemonde dans lequel je vis etsans concession. »Celui qui milite aussi pour lapréservation de l’environne-ment s’est fait plaisir en dessi-nant sur Notre Dame des Lan-des : le monde un peu à l’en-vers où un CRS poursuit unePrim’holstein, matraque à lamain, en pestant « mort auxvaches ! » On retrouve bien làl’Alain Goutal qui militait déjàcontre le remembrement, lenucléaire, l’agrandissement descamps militaires, et plus récem-ment contre le projet de centred’enfouissement des déchetsnucléaires en Centre-Bretagne.« Ils se sont rendu compte quele désert était habité et réac-tif ! », savoure le pamphlétairedu Kreiz Breizh. C’est cet Ar-goat authentique qui a plu audessinateur quand il est venus’installer à Saint-Servais audébut des années 70. « C’est unpays qui est vrai, un pays de ré-sistants aussi », sourit celui quitravaille actuellement sur l’an-née 1944.Laurent LE FURPratique. L’album (12 euros)est en vente dans une trentainede points en Bretagne (maisonsde la presse et librairies), ainsique sur commande à : AlainGoutal, Hirguer 22160 Saint-Servais. Contact :02.96.45.90.28 ou alaingou-tal@wanadoo.fr◗ Rencontre avec le dessinateur de Saint-ServaisGoutal l’insoumis croque l’actuLe nouvel album d’Alain Goutal vient de sortir. Il a compilé plusieurs de ses dessins de presse où les hommes politiques en prennentpour leur grade, Sarkozy et Hollande en tête. Mais pas qu’eux… C’est du Goutal, donc forcément c’est croustillant !Un projet avec KatellAlain Goutal travaille actuellement sur un projet quiprendra corps à l’automne prochain : « ce sera un comtepour enfants avec Katell », confie-t-il. Et il prépare aussiun autre projet qui devrait voir le jour en juin 2014 : « cesera un album BD sur une période de l’histoire contem-poraine récente », annonce-t-il sans, en dire plus.■ « Là où ça fait mal » accompagne, sur 68 pages, « la fin de de règnedel’hyperprésidentNicolasSarkozyetlespremiersmoisdel’avènementd’un François moyen, Hollande… »