Etude Xerfi ecommerce 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Etude Xerfi ecommerce 2012

on

  • 5,402 views

 

Statistics

Views

Total Views
5,402
Slideshare-icon Views on SlideShare
4,430
Embed Views
972

Actions

Likes
1
Downloads
78
Comments
0

3 Embeds 972

http://www.marketing-digital.fr 781
http://www.scoop.it 187
http://www.twylah.com 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Etude Xerfi ecommerce 2012 Etude Xerfi ecommerce 2012 Document Transcript

    • L’étude de référence sur : Les stratégies gagnantes dans l’e-commercePerspectives de croissance à l’horizon 2015, transformation du paysage concurrentiel, évolution des profils et attentes du consommateur : Quels impacts sur les stratégies des e-commerçants ?L’expertise Xerfi | Precepta : - Décrypter le jeu concurrentiel et les rapports de force au sein du secteur de l’e-commerce - Analyser l’environnement et les scenarii d’évolution du secteur à court et moyen terme - Déterminer les modèles économiques les plus performants - Identifier les facteurs clés de succès et les avantages concurrentiels des opérateurs - Des dizaines d’acteurs cités et analysés - Une étude réalisée par Delphine David, l’expert Xerfi du secteur de la distributionL’e-commerce est dynamique mais pour combien de temps encore ?L’e-commerce est apparemment indifférent à la dégradation de la conjoncture économique. Les ventes enligne ont progressé de 22% en 2011 et Xerfi-Precepta table sur des taux de croissance à deux chiffres àl’horizon 2015. Principal facteur de ce dynamisme, les innovations technologiques favorisent unemultiplication des points d’accès à l’internet - en situation de mobilité notamment - et une extensionprogressive du champ des produits commercialisables. Mais ce dynamisme est-il réellement exemptd’incertitudes ? En réalité, l’affaiblissement du pouvoir d’achat a déjà stoppé la progression du paniermoyen. Et surtout, l’analyse révèle que si la proportion de cyberacheteurs continue d’augmenter au mêmerythme, le potentiel maximum pourrait être rapidement atteint compte tenu des évolutions démographiques.S’il n’est pas récent, le défi de la fidélisation revêt en conséquence un caractère d’urgence pour les e-commerçants. L’étude Xerfi-Precepta dresse un panorama complet de l’environnement dans lequel évoluentces opérateurs et met en exergue les menaces auxquelles ils seront confrontés à plus ou moins brèveéchéance.Les leaders français de l’e-commerce font face à d’importants défis stratégiquesLa dynamique cumulative des effets de réseau a permis à certains e-commerçants, notamment ceux qui ontles premiers doté leur site d’une market place, d’établir des positions fortes et des barrières à l’entréeélevées. Néanmoins, les effets de réseau s’épuisent, et avec eux, les stratégies de volume, comme entémoigne l’essoufflement de l’audience de la plupart des sites leaders. Plus que jamais se pose laquestion de la pérennité des business models qui pour certains n’ont pas encore fait la preuve de leurrentabilité. Les opérateurs sont confrontés à d’importants défis : fidéliser leur clientèle (vendeurs etacheteurs pour les plateformes d’intermédiation), trouver des relais de croissance et faire progresser lesmarges via la monétisation de l’audience et la mutualisation des moyens (logistiques, marketing…) et descoûts. La mutation des business model s’accélère. La création de régies publicitaires et d’agences decommunication (3W Régie chez Cdiscount, PixAgency chez Pixmania…) en est une preuve manifeste. Lesincursions dans la délégation e-commerce - via la croissance externe pour certains (rachat de GSICommerce par eBay) - en est une autre. L’étude Xerfi-Precepta fait le point sur ces évolutions quiprogressivement font des e-commerçants de véritables prestataires de services aux entreprises. groupe Xerfi 13-15, rue de Calais 75009 Paris Tél : 01 53 21 81 51 Télécopie : 01 42 81 42 14
    • L’offensive des enseignes physiques bouleverse la donne concurrentielleLes enseignes de distribution traditionnelle ont accumulé un retard certain en matière d’e-commerce et ce,en dépit des avantages concurrentiels qui sont les leurs. Selon les estimations Xerfi-Precepta, ellesgénèrent moins d’un quart des ventes en ligne. Toutefois, ce bilan doit être nuancé. Tout d’abord, parcequ’elles ont passé la vitesse supérieure et mettent au point des stratégies cross canal innovantes,sources de différenciation non seulement vis-à-vis des consommateurs, mais également des distributeursindépendants dans le cadre du commerce associé. Ensuite, la situation apparaît extrêmement contrastéeselon les secteurs. Si l’inertie des enseignes physiques a largement profité aux pure players sur certainsmarchés (optique par exemple), il en est d’autres, au contraire, où les opportunités n’ont pas été saisies etoù les retailers ont aujourd’hui toute la latitude pour se développer en ligne (bricolage par exemple). Danscette étude, les experts de Xerfi-Precepta proposent une grille d’analyse concurrentielle (poids du e-commerce, phase de structuration et de concentration de l’offre, catégories d’opérateurs dominantes…) surune douzaine de marchés témoins de l’équipement de la personne, de la maison, des loisirs et de laculture.L’impératif d’un commerce de précision via une nouvelle approche clientet un positionnement différenciantS’il est impossible de dresser le portrait du consommateur type d’aujourd’hui, il est en revancheenvisageable de mettre en exergue ses traits saillants : individualisme, hédonisme, rassurance, relianceet défiance. Ces caractéristiques appellent de la part des distributeurs des stratégies à l’opposé de cellesqui dominent à l’heure actuelle la distribution (lutte par les coûts et par les prix). Toutefois, des e-commerçants s’approprient progressivement ces valeurs via des modèles économiques différenciants(personnalisation, co-création, abonnement…) et rentables, ou encore, en exploitant les nouveaux outils quemettent à leur disposition le marketing mobile et les réseaux sociaux. L’étude Xerfi-Precepta propose unegrille d’analyse des profils du consommateur et des focus sur des best practices d’e-commerçants.Grâce à cette analyse complète et opérationnelle, Xerfi-Precepta met à la disposition des dirigeants dusecteur un véritable outil pour organiser et hiérarchiser l’information, stimuler la réflexion et préparer lesdécisions. Nous sommes à votre disposition pour vous apporter des compléments d’information concernantcette étude de référence dont vous trouverez ci-joint la présentation. Pour la recevoir, il vous suffit de nousretourner le bon de commande au verso de la plaquette après l’avoir complété. Delphine David Directrice d’études – Pôle Distribution Xerfi-Precepta
    • Les stratégies gagnantes dans l’e-commerce Perspectives de croissance à l’horizon 2015, transformation du paysage concurrentiel, évolution des profils et attentes du consommateur : Quels impacts sur les stratégies des e-commerçants ? Edition : Mars 2012 280 pages• Les perspectives de croissance à l’horizon 2015  Analyse de l’environnement dans lequel évoluent les e-commerçants ? Opportunités, freins et menaces à la progression des ventes en ligne ?• Les orientations stratégiques et les mutations des business models  Lutte par les coûts et les prix, positionnement et business models différenciants, quelles orientations stratégiques suivent les e-commerçants compte tenu de l’évolution de l’environnement concurrentiel et des profils et attentes des cyberacheteurs ?• L’analyse concurrentielle sur 12 marchés témoins  Poids du e-commerce, niveau de structuration et de concentration de l’offre, proportion de click & mortar… quels opérateurs se sont imposés sur chacun des 12 marchés témoins sélectionnés dans les secteurs de l’équipement de la personne (habillement, chaussure, beauté…), de la maison (ameublement-décoration, bricolage…), des loisirs et de la culture (multimédia, articles de sport…).• Le classement Xerfi-Precepta des principaux e-commerçants français  Quels sont les principaux e-commerçants en termes de chiffre d’affaires ? Pure players, click & mortar, véadistes traditionnels, qui domine la sphère marchande virtuelle en France ? www.precepta.fr
    • Edition : Mars 2012 280 pages Les stratégies gagnantes dans l’e-commercePerspectives de croissance à l’horizon 2015, transformation du paysage concurrentiel, évolution des profils et attentes du consommateur : quels impacts sur les stratégies des e-commerçants ? LE RAPPORT D’ANALYSE STRATEGIQUE EN 80 SLIDES 1. FORCES EN PRESENCE ET PERSPECTIVES DE CROISSANCE A L’HORIZON 2015 Cette partie fait le point sur les forces en présence dans l’e-commerce (typologies et classements d’opérateurs). Elle présente également les facteurs de tous ordres (technologiques, économiques, législatifs…) qui influent sur l’activité ainsi que les prévisions de croissance des ventes en ligne à moyen terme.  Le classement exclusif Xerfi-Precepta des sites marchands par chiffre d’affaires  L’analyse PESTEL : quelles menaces susceptibles d’affecter la croissance du e-commerce ?  Les prévisions exclusives Xerfi-Precepta des ventes en ligne à l’horizon 2015 2. EFFETS DE RESEAU, MARKET PLACES ET MUTATION DES BUSINESS MODELS Cette partie a pour objectif d’analyser les stratégies de conquête des plus importants e-commerçants en s’appuyant sur la théorie des effets de réseaux. Elle fait le point sur les limites des stratégies de volume et sur les relais de croissance qui s’offrent aux opérateurs.  L’introduction aux effets de réseaux, les caractéristiques d’un marché à effet de réseaux  Les market places et effets de réseaux croisés : les limites de la dynamique cumulative des effets de réseaux ne sont-elles pas atteintes ? Comment les opérateurs peuvent-ils défendre leurs avantages concurrentiels ?  L’évolution des business models : de la distribution à la prestation de services aux entreprises (régies publicitaires, délégation e-commerce…) 3. CLICK AND MORTAR, ENVIRONNEMENT CONCURRENTIEL ET CROSS CANAL Cette partie a deux finalités. Elle dresse tout d’abord un état des lieux des stratégies e-commerce des principales enseignes de distribution françaises (tous secteurs confondus) en faisant le point sur leurs positions concurrentielles par marché dans la sphère marchande virtuelle. Elle apporte ensuite un éclairage sur les stratégies cross canal des click & mortar.  L’état des lieux : quelle est la proportion de e-commerçants parmi les enseignes de distribution traditionnelle (physique) par secteur d’activité ? Qui sont les grands absents du e-commerce ?  L’analyse concurrentielle par marché : les positions des click & mortar sur 12 marchés témoins de l’équipement de la personne, de la maison, des loisirs et de la culture  Les stratégies cross canal des click & mortar : un facteur clé de succès pour répondre aux attentes des cyberacheteurs ; un avantage concurrentiel dans les stratégies de déploiement des réseaux indépendants 4. PROFILS DES CONSOMMATEURS ET E-COMMERCE Cette partie expose les traits saillants du consommateur d’aujourd’hui et les conséquences que ces profils impliquent en matière de distribution. Elle propose des focus sur quelques business models et positionnements différenciants en adéquation avec les attentes du consommateur.  Les caractéristiques du consommateur d’aujourd’hui : comment les e-commerçants se les approprient-ils ?  La nécessaire évolution vers un commerce de précision et une logique servicielle www.xerfi.com
    • LE RAPPORT RESEARCH EN 200 PAGES1. LES FONDAMENTAUX DU BUSINESS 4. LA STRUCTURE DE LA CONCURRENCE La cartographie de la concurrence, le classement Tout ce qu’il faut savoir pour maîtriser le secteur du exclusif Xerfi-Precepta des 40 principaux sites e-commerce et ses spécificités. marchands par chiffre d’affaires. Le cadre de l’étude  L’évolution du nombre de sites marchands Les données phares du marché  Le classement des e-commerçants par chiffre La typologie des opérateurs d’affaires (2010)  Les véadistes traditionnels : société, actionnariat, chiffre d’affaires et résultat net (selon données2. LES DONNEES MACRO-ENVIRONNEMENTALES disponibles)  Les pure players : société actionnariat, chiffre L’environnement dans lequel évoluent les e- d’affaires et résultat net (selon données commerçants, les grandes tendances à venir dans disponibles) les domaines économique, technologique et  Les enseignes de distribution physique : état des réglementaire. lieux de leur présence dans la sphère marchande virtuelle, proportion de click & mortar La conjoncture française en 2012-2013 : le PIB, par secteur d’activité… le pouvoir d’achat et la consommation des ménages, le commerce de détail 5. LES MONOGRAPHIES Les Français et Internet à l’horizon 2015 : l’équipement en terminaux connectés, Une présentation des principaux opérateurs de l’e- la population d’internautes et de mobinautes commerce sous forme de monographies : chiffres Le marché de l’e-publicité à l’horizon 2015 : les clés, faits marquants, positionnement, axes de dépenses globales et leur ventilation par format développement… (search, display, affiliation…) La réglementation Les pure players  Amazon  Cdiscount3. LA DYNAMIQUE DU E-COMMERCE  eBay  Pixmania L’historique et la dynamique du marché. Les  Priceminister déterminants de l’activité et les perspectives de  Rueducommerce croissance à l’horizon 2015.  Vente-privee.com Les ventes en ligne aux particuliers (2000- 2011) : la croissance, le poids dans la Les véadistes traditionnels consommation des ménages et dans le  3 Suisses commerce de détail, les comparaisons  La Redoute européennes Les contributeurs à la croissance des ventes en Les click & mortar ligne (2005-2011) : la population de  Darty cyberacheteurs, le panier moyen, le nombre de  Fnac transactions, la dépense moyenne par individu Le poids des ventes en ligne par grand marché (2010) : l’habillement, la chaussure, le bricolage, 6. L’EPHEMERIDE DES PRINCIPAUX EVENEMENTS l’ameublement-décoration, l’EGP… DU SECTEUR Les prévisions de croissance de l’e-commerce à l’horizon 2015 Les principaux faits marquants de la vie des e- commerçants (2010-2012) présentés par thématiques.  Les lancements de sites marchands  Les levées de fonds  Les opérations de fusions/acquisitions  Les restructurations  (…) www.xerfi.com
    • Principaux opérateurs analysés ou cités dans l’étude (*)Principaux groupes CAMIF EVIOO LAPEYRE RUE DU COMMERCEet sociétés analysés ou CARREFOUR FEU VERT LDLC.COM SARENZAcités dans l’étude (*) CASINO FNAC LE CLUB SEPHORA CASTORAMA FRANCOISE SAGET DES CREATEURS SHOES.FR CDISCOUNT GALERIES LAFAYETTE DE BEAUTE SHOWROOMPRIVE.COM3 SUISSES LEROY MERLIN3W REGIE CELIO GEMO SPARTOO CONFORAMA GIFI MARIONNAUD SYSTEME UADAMENCE MATELSOMAFIBEL CORA GLOSSYBOX TOYS’’R’’US DAMART GROSBILL MATERIEL.NET UTELEMARKETALLOPNEUS MATYAMAZON DANIEL JOUVANCE GSI COMMERCE VENTE-PRIVEE.COM DARTY HAPPYVIEW MICROMANIA VENTE-UNIQUE.COMARMAND THIERY MISTERGOODDEALAUCHAN DAXON HELLINE VERTBAUDET DECATHLON HOURA MIXCOMMERCE VITRINE MAGIQUEAVENUE DES JEUX MONOPRIXBAZARCHIC DELAMAISON IKEA WITT INTERNATIONAL DIGITAL COMMERCE INTERMARCHE NOCIBE WOODBRASSBECQUET NORAUTO FACTORY INTERSPORT YVES ROCHERBHV NUMILOG DISCOUNTEO ITUNES ZALANDOBLANCHE PORTE OSCARO.COM DR PIERRE RICAUD JARDILAND ZARABLEU BONHEUR OXYBUL EVEIL & JEUX E.L.F. JAVARIBONPRIX PICARD E.LECLERC JOUECLUBBOULANGER PIXAGENCY EBAY KIABIBRANDALLEY PIXMANIA EDITIONS ATLAS KRYS (*) Liste non exhaustiveBRICORAMA PRICEMINISTER E-MERCHANT LA HALLEBUT QUELLE EPAGINE LA MAISON DE VALERIEC&A REGILIST 3 SUISSES ETAM LA REDOUTECAMAIEUInformations complémentaires Contact : Frank BenedicContact : 01.53.21.81.51 e-mail : fbenedic@xerfi.fr