Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
L’utilisation du cloud computing pour l’infrastructure fédérale de données géographiques suisse : 4 années d’expérience
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

L’utilisation du cloud computing pour l’infrastructure fédérale de données géographiques suisse : 4 années d’expérience

  • 609 views
Published

Les rencontres de SIG-la-lettre, Mardi 3 avril 2012, Paris …

Les rencontres de SIG-la-lettre, Mardi 3 avril 2012, Paris

Le Cloud, nouvel eldorado ?

15h30-16h : L’utilisation du cloud computing pour l’infrastructure fédérale de données géographiques suisse : 4 années d’expérience par Hanspeter Christ et Alain Buogo, Swisstopo

L’effet slashdot, une annonce de presse ou une situation d’urgence mettent souvent les sites webs à rude épreuve.Pour répondre à de fortes charges momentanées, le Cloud Computing permet de mobiliser rapidement des ressources et de les consommer à la demande.
Partant de cette constatation, la Confédération Suisse a décidé l’utilisation du Cloud Computing pour la mise en place de son Infrastructure Fédérale de Données Géographiques (IFDG).
‘On Demand Self Service’, ‘Broad Network Access’ et ‘Rapid Elasticity’ sont des aspects du Cloud Computing qui permettent de servir au mieux les dizaines de milliers d’utilisateurs journaliers. Pour pleinement profiter du Cloud Computing, un haut niveau d’automatisation et un réarchitecturage des applications traditionnelles est nécessaire. Ces travaux permettent ensuite de réduire les coûts de fonctionnement tout en offrant une meilleure flexibilité. Il est ainsi possible de faire bénéficier de nombreux autres départements et clients des avantages d’une Infrastructure mutualisée.
Cette présentation donne un aperçu de la mise en place de l’IFDG Suisse. Elle s’inscrit parfaitement dans la stratégie Cloud Computing des autorités suisses. Cette dernière décrit la manière dont les autorités suisses souhaitent utiliser ces nouvelles possibilités et quelles sont les mesures à prendre, afin que les risques allant de pair avec l’utilisation du Cloud puissent être minimisés et que les chances qui en découlent, notamment dans le cadre du soutien de la cyberadministration, puissent être utilisées.

Published in Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
609
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
7
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide
  • Que cela soit planifié ou non, le Cloud Computing se généralise aussi de plus en plus dans les autorités avec l’omniprésence d’Internet et du nombre croissant d’offres facilement accessibles – souvent sans que les utilisateurs en soient conscients. Les avantages promis sont intéressants: le Cloud Computing peut contribuer de manière significative à la mise en oeuvre de la stratégie suisse de cyberadministration. Le Cloud Computing permet de réduire potentiellement les coûts et d’augmenter la capacité d’innovation des autorités suisses. En utilisant le Cloud, les autorités peuvent accroître leur efficacité, augmenter la flexibilité de leurs TIC, libérer des ressources pour l’activité principale et développer plus simplement et rapidement une offre de cyberadministration moderne. Le Cloud Computing permet en outre aux petites communes de proposer des prestations électroniques sans rupture de média et sans qu’elles soient tenues de mettre une infrastructure en place. La cyberadministration peut ainsi être mieux généralisée. Il n’y a cependant pas seulement des avantages, mais aussi des risques, notamment dans le domaine de la sécurité qui doit être suffisamment pris en considération: les données sont chez le prestataire Cloud – peut-être à l’étranger. Le traitement est délocalisé chez lui. Les temps de réponse dépendent des marges disponibles. La complexité des structures de la fourniture des prestations augmente. En ce qui concerne les personnes privées, l’utilisation des offres de Cloud Computing est déjà largement répandue. Selon un sondage réalisé au niveau mondial dans 2000 entreprises, 3% ont actuellement délocalisé la majorité de leurs TI dans le Cloud. On s’attend à ce que ce chiffre passe à 43% au cours des 4 prochaines années1. Dans de nombreux pays, des activités en vue de l’utilisation du Cloud Computing dans les administrations publiques sont en cours. Les USA ont décidé une stratégie Cloud First. L’UE a annoncé une stratégie Cloud pour 2012. En Suisse, le groupe de spécialistes eCH SEAC (Swiss eGovernment Architecture Community) a identifié le Cloud Computing comme étant une possibilité digne d’être examinée pour soutenir les objectifs de la stratégie suisse de cyberadministration et a élaboré une étude préliminaire à ce sujet. L’étude préliminaire arrive à la conclusion que certains problèmes de mise en oeuvre existant dans le cadre de la cyberadministration en Suisse pourraient être résolus grâce à l’utilisation coordonnée du Cloud Computing. La stratégie Cloud Computing des autorités suisses complète la stratégie suisse de cyberadministration. Elle décrit la manière dont les autorités suisses souhaitent utiliser les nouvelles possibilités et quelles sont les mesures à prendre, afin que les risques allant de pair avec l’utilisation du Cloud puissent être minimisés et que les chances qui en découlent, notamment dans le cadre du soutien de la cyberadministration, puissent être utilisées. Elle est complétée par un catalogue des mesures de mise en oeuvre. Elle s’adresse principalement à la Confédération, aux cantons, aux communes et aux entreprises liées à la Confédération, et en deuxième lieu aux cercles économiques concernés, notamment les prestataires Cloud.
  • Les autorités utilisent les offres Cloud Les autorités suisses et leurs fournisseurs de prestations TIC utilisent, dans le cadre des bases légales, des services Cloud pour le soutien TIC de leur activité lorsque ces services sont économiquement avantageux et suffisamment sûrs. Ils le font afin  de réduire leurs coûts,  d’augmenter leur efficacité,  d’augmenter la flexibilité de leur utilisation TIC,  de libérer davantage de ressources pour l’activité centrale,  d’utiliser les synergies entre les autorités,  d’accélérer la modernisation de l’administration généralisée à tous les niveaux étati-ques et  de proposer aux destinataires de leurs prestations – privés, économie et autres autorités – une offre de prestations moderne et avantageuse. Les fournisseurs de prestations TIC des autorités utilisent les services IaaS afin d’optimiser leurs coûts et de pouvoir respecter les besoins de leurs clients. Les autorités utilisent le Cloud Computing de manière responsable et rentable. Elles savent quand il est avantageux d’utiliser les offres Cloud, à quoi elles doivent veiller lors de l’utilisation et quand il faut renoncer à utiliser des solutions Cloud. Des moyens auxiliaires appropriés leur permettent d’utiliser les services Cloud de manière responsable et réduisent la charge de travail et les coûts des analyses nécessaires.
  • Les autorités proposent des services Cloud Les autorités suisses mettent à disposition du public leurs prestations sous forme de services Cloud (SaaS) lorsque cela est économiquement justifiable et apporte une plus-value aux clients. Leurs fournisseurs de prestations importants mettent à leur disposition des services de plates-formes (PaaS) adaptés à leurs besoins, pouvant être utilisés par des développeurs internes et externes pour le développement de nouvelles solutions spéciales à l’intention des autorités.
  • Cloud gouvernemental pour un besoin de sécurité élevé Pour les données et les applications dont le besoin de sécurité est élevé, les autorités utilisent des services Cloud gouvernemental dédiés mis à disposition sous forme de Clouds communautaires. Ceux-ci sont à la disposition de toutes les autorités de la Confédération, des cantons et des communes, ainsi qu’éventuellement des entreprises liées à la Confédéra-tion et de l’économie.
  • Promotion de l’utilisation responsable du Cloud Les autorités de la Confédération, des cantons et des communes peuvent évaluer les offres Cloud simplement et sans charge de travail importante. Elles utilisent les possibilités progressivement afin d’augmenter leur efficacité et de minimiser les coûts. Adaptation des bases légales Les bases légales soutiennent l’utilisation responsable du Cloud Computing par la Confédération, les cantons et les communes. Les obstacles juridiques injustifiés sont écartés et, le cas échéant, complétés par des dispositions nécessaires spécifiques au Cloud. Mise en place d’offres Cloud dédiées pour les autorités En plus de l’offre publique, les autorités de la Confédération, des cantons et des communes ont à leur disposition des offres Cloud spécialement adaptées à leurs besoins et exigences spécifiques. Ceci est notamment valable pour les scénarios d’application dont le besoin de protection est élevé et pour lesquels l’utilisation d’offres Cloud public n’entre pas en ligne de compte pour des raisons de politique étatique ou de pondération des risques. Mise en place d’offres Cloud pour les privés et l’économie Les privés et l’économie profitent de pouvoir obtenir et utiliser les prestations des autorités avec un minimum de travail. Les autorités suisses se positionnent en tant que fournisseurs de prestations modernes et orientés vers l’avenir. Collaboration avec l’économie et l’environnement international Les autorités et l’économie profitent réciproquement de la collaboration en ce qui concerne la standardisation et la promotion du Cloud Computing.
  • La majorité des usagers Internet seront en 2014 des surfeurs „mobiles“ Dans les prochains 18 mois il se vendra dans le monde plus de Tablette mobiles et de smartphones que de PC - Pas de souris - Pas de clavier Mêmes fonctionnalités mais autres modes d‘utilisation
  • Approx 130 tiles per inhabitant, (a user session) Target: 6. Mio internt user in CH (85%)
  • What is invisible („under the hood“) is typically far more substancial than what the average vistors sees. These items steer the function and perfomance of the application. The red items are enabling the success of geo.admin.ch: the key was CC to bust innovation OA AS and OSS unleash ist power with CC
  • Hopp on Opensource bandwagon Leverages the power oc cloud computing, boosts innovation Important: the whole stack needs to be OSS from OS to App level -> have a loook at the luxembourg portal map.geoportail.lu
  • Bonjour, c‘est un grand plaisir pour moi, d‘avoir la possibilité, ici à Paris, de partager avec vous, les 4 années d‘expériences de l‘office fédérale de topographie swisstopo dans l‘utilitsation du cloud computing. Si vous retenez ces deux message dans la tete et évitez des discussions purement techniques, vous avez déjà fait un premier pas dans la direction juste. Vu sous la perspective technique, le cloud computing est une évolution technique toute naturelle, rien de spécial. Mais de la perspective de la gestion d‘entreprise le cloud computing déclenche des changements fondamentaux. Ce nouveau modèle d‘entreprise promets des hautes économies réalisées sur le coûts, mais c‘est à mon avis, pas la raison principale du tapage (Hype). Je suis même d‘avis, que dans certains cas, l‘utilisation du cloud computing peut coûter plus cher que la prestation traditionnelle, surtout si on a une charge plus ou moins stable ou une très grande installation de plusieurs centaines de serveurs avec déjà un haut degré d‘automatisation. La révolution c‘est le fait, que des infrastructures informatiques gigantesques sont disponibles pour Monsieur tout-le-monde, sans la nécessité d‘un immense investissement préalable. La révolution c‘est le fait, que les coûts d‘investissement sont remplacés, de plus en plus, par des coûts d‘exploitations. Ca a pour conséquence, que le rapport (la relation) entre la prestation et les coûts est de plus en plus évident et visible. En pratique, cet évolution fortifie la collaboration entre le management d‘un entreprise et son département informatique. La gestion des projets informatiques se transforme aussi d‘une manière essentielle. On n’a plus à s’occuper de l‘achat de hardware qui prend beaucoup de temps. On peut plus se concentrer sur le développement et déjà commencer sur la plateforme définitive, ce qui réduit le risque pendant la mise en production.
  • Si on se rend compte de tous les changement qui sont apportés et nécessaire avec la transition dans le cloud, c‘est clair que ça ne fait pas flash et vous êtes dans le cloud, c‘est vraiment un pas après l‘autre qu‘il faut faire pour ne pas ‚en demander trop au management et au departement informatique.
  • Voilà l’historique de la relation entre swissstopo et le Cloud. Vous voyez, que déjà en Avril 2008, swisstopo avait une application, qui tournait partiellement dans le cloud public d’Amazon. C’est clair, que ce pas n’était pas une décision stratégique. On l’a simplement fait par nécessité. La fondation Suissemobile nous avait demandé d’exploiter leur application sur notre infrastructure pour profiter des synergies. Eux, il voulaient utiliser nos données (surtout l’image aérienne et la carte pixel) couvrant tout le territoire suisse sans devoir les intégrer et les maintenir. Le problème était, que le hardware n’était pas disponible et l’achat et l’intégration de ce hardware aurait occupé tous le temps qu’on avait pour réaliser le projet. Heureusement, le CEO de Camptocamp nous a mis l’offre de Amazon dans la tête où on pouvait, déjà a 2008, louer des capacités de calculs à la demande. Parce qu’on voulait servir ce client, on a décidé d’essayer et on a mis la solution en production en Avril 2008. Ici le cloud nous a aidé à satisfaire un de nos clients le plus important. Une autre fois, que le cloud nous a aidé était en Février 2009. A cause d’une annonce de presse d’un de nos clients qui avait une application qui tournait sur notre infrastructure, notre infrastructure tombait en panne. la seule possibilité pour dépanner à cette époque était de migrer l’application dans le cloud sur une machine virtuelle plus puissante. Un journée plus tard, notre infrastructure de géodonnées tournait de nouveau normalement. Après ces expériences positives, la décision était prise d’envisager l’installation du géoportail de la Confédération dans le cloud public pour profiter de l’extensibilité de l’infrastructure. Et on a survécu à la mise en production et l’annonce de presse sans tomber en panne. Pendant le go-live on a doublé la capacité des serveurs et tout ça d’une manière transparente pour nos clients. Après la finalisation de la migration dans le Public Cloud, une autre promesse du Cloud s’est réalisé. On a eu le temps pour s’investir dans la version mobile de geo.admin.ch qui est opérationnelle depuis 2011!
  • Des différentes modèles de prestation, swisstopo a choisi le modèle IaaS, ce qui signifie „Infrastructure as a Service“. Dans ce modèle, l‘organisation assume la responsabilité de la couche applicative. Dans ce modèle toute la responsabilité pour le patching, le déploiement, et la gestion des changements reste sur la côté client. Comme prestataire des services geographiques, c‘est très important de garder la souplesse dans le gestion des services et des applications géographiques sans sacrifier les compétences principales. Avec le modèle PaaS ou même SaaS on aurait du transférer trop de compétences en externe. Mais cette constatation est seulement correct pour le Public Cloud. Si vous avez un Private Cloud, toutes les tâches sur les couches Virtualisation, Serveur physique, Mémoire et Réseau restent sous le responsabilité de l‘organisation. C‘est encore pire, vous devez encore exploiter les logiciels nécessaires pour exploiter la private cloud.
  • Pour cela, swisstopo a installé une infrastructure qui bénéficie des meilleurs avantages de ces deux environnements. Dans le réseau interne on a pas besoin d‘une large extensibilité, parce qu‘on exploite presque uniquement des serveurs de développement et pas des serveurs en production.
  • si je me focalise de nouveau un peu plus sur l‘exemple swisstopo, on vois le progrès énorme qui se manifeste si on compare la situation en 2008 avec 2012. En 2008, quand swisstopo a commencé à s‘intéresser au cloud, aucune expérience ni stratégie existait, que des difficultés dans l‘exploitation des systèmes existantes. En 2011, on pouvait confirmer une disponibilité de plus de 99.9%, grâce au cloud computing et un haut degré de l‘automatisation. Le fait qu‘ l‘adoption du cloud cloud computing est accompagné d‘une transformation des coûts d‘investissement vers des coûts d‘exploitations augmente l‘intérêt du management dans des prestations cloud. La possibilité d‘accéder le tableau de bord même sur des clients mobile, permet d‘avoir un liens beaucoup plus proche entre les décideurs et le département informatique. ça explique aussi, pourquoi l‘adoption du Cloud Computing et de plus en plus dirigé par le top managment et plus seulement par des développeurs. Mais l‘influence des développeurs ne doit pas être sous-estimé! Le fait, que des infrastructures hautement standardisée sont disponibles via une interface de programmation donne aux programmeurs beaucoup plus de possibilités d‘adapter l‘infrastructure dynamiquement à ses besoins et de minimiser le risque de la mise en production. Les rôles de sysadmin et de développeur se soudent, ce qui est bon pour la qualité des applications. Que le cloud computing n‘est vraiment plus seulement un joli jouet de programmeur montre l‘augmentation des fonctionnalités pour des entreprises, la multiplication des offres cloud et la hausse de offres d‘emploi dans le domaine cloud computing sur la job plateforme américaine indeed.com.
  • j’aimerais arriver à la fin avec quelques conclusions, qui me semble importantes: Le modèle IaaS (infrastructure as a Service), mise à disposition dans un public cloud, offre à swisstopo une très grand flexibilité et agilité, mais on doit quand même encore maîtriser a l’exploiter des serveurs virtuels. Le fait, que l’infrastructure est hautement standardisée et très bien documentée, a simplifié les relations avec nos clients. On envoie un lien sur la site du fournisseur cloud et beaucoup est déjà réglé! Grâce à la modèle « pay as you go » et à l’infrastructure mutualisé du Cloud, on profite d’un environnement innovant. Et finalement, à la «Multitenancy», swisstopo jouit de la même excellence de service que les «grands». Mais quand même, même un centre informatique globale peut tomber en panne (je veux vous rappeler à la grande panne d’Amazon ou de Microsoft en automne 2011), c’est pourquoi on est maintenant occupé de tester des alternatives d’amazon comme plan B, pour aussi réduire ce risque…
  • Some awards..one more now

Transcript

  • 1. armasuisse Office fédéral de topographie swisstopo Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)Utilisation du cloud computing pourl’infrastructure fédérale de donnéesgéographiques suisse :4 années d’expérienceLes rencontres de SIG-la-lettre / 3 avril 2012Hanspeter Christ et Alain Buogo, Swisstopo
  • 2. Sommaire• Stratégie Cloud Computing des autorités suisses• L‘infrastructure fédérale de données géographiques (www.geo.admin.ch)• Expériences Cloud Computing 2008-2012Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 2Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 3. Sommaire• Stratégie Cloud Computing des autorités suisses• L‘infrastructure fédérale de données géographiques (www.geo.admin.ch)• Expériences Cloud Computing 2008-2012Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 3Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 4. Stratégie Cloud Computing des autorités suisses : Constats • Des offres publiques de Cloud Computing peuvent déjà être utilisées avec succès dans des créneaux appropriés. • Le Cloud Computing pourrait avoir un effet de catalyseur pour la modernisation de ladministration en permettant une meilleure utilisation des ressources informatiques, • à la condition toutefois que les offres de Cloud Computing soient réalisées dans lespace juridique suisse, sur lequel les autorités gardent le contrôle.Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 4Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 5. Vision (I) : Les autorités utilisent les offres Cloud • Les autorités suisses utilisent des services Cloud pour le soutien de leur activité lorsque ces services sont économiquement avantageux et suffisamment sûrs. • Ils le font afin : • de réduire leurs coûts, • d’augmenter leur efficacité, • d’augmenter la flexibilité de leur utilisation TIC, • d’utiliser les synergies entre les autorités, • d’accélérer la modernisation de l’administrationOffice fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 5Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 6. Vision (II) : Les autorités proposent des services Cloud • Les autorités suisses mettent à disposition des administrations et du public leurs prestations sous forme de services Cloud (SaaS) lorsque cela est économiquement justifiable et apporte une plus-value aux clients.Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 6Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 7. Vision (III) : Cloud gouvernemental pour un besoin de sécurité élevé • Pour les données et les applications dont le besoin de sécurité est élevé, les autorités utilisent des services Cloud gouvernemental dédiés mis à disposition sous forme de Clouds communautaires. • Ceux-ci sont à la disposition de toutes les autorités de la Confédération, des cantons et des communes, ainsi qu’éventuellement des entreprises liées à la Confédération et de l’économie.Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 7Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 8. Principaux axes stratégiques • Promotion de l’utilisation responsable du Cloud • Adaptation des bases légales • Mise en place d’offres Cloud dédiées pour les autorités • Mise en place d’offres Cloud pour les privés et l’économie • Collaboration avec l’économie et l’environnement internationalOffice fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 8Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 9. Sommaire• Stratégie Cloud Computing des autorités suisses• L‘infrastructure fédérale de données géographiques (www.geo.admin.ch)• Expériences Cloud Computing 2008-2012Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 9Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 10. Loi sur la géoinformation Loi fédérale sur la géoinformation, 1. juillet 2008 Art. 1 But La présente loi vise à ce que les autorités fédérales, cantonales et communales, les milieux économiques, la population et les milieux scientifiques disposent rapidement, simplement et durablement de géodonnées mises à jour, au niveau de qualité requis et d’un coût approprié, couvrant le territoire de la Confédération suisse en vue d’une large utilisation. Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 10 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG) Picture by floofy
  • 11. Bienvenue sur www.geo.admin.ch Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 11 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 12. „Interfaces“ Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 12 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 13. Septembre 2011: «geo.admin.ch» goes mobile! 150 thématiques fédérales accessibles en tout temps! • Exempt d‘émoluments • Disponibles sur un grand nombre d‘interfaces mobiles • Et sur le PC © swisstopo Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 13 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 14. «geo.admin.ch: le géoportail fédéral et ses géoservices“geo.admin.ch -> information (hosted On Premise)map.geo.admin.ch -> viewing (hosted in the cloud)api.geo.admin.ch -> mashups (hosted in the cloud)wms.geo.admin.ch -> download (hosted in the cloud) Accès à la géoinformation où que vous soyez et via un grand nombre différents d‘interfaces mobiles! © ul_Marga Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 14 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 15. Spécificités de l’IFDG1‘300‘000‘000 tuiles délivrées en 2 ans1‘000‘000‘000 de tuiles à gérer10‘000 usagers/jour, pic > 35‘000 usagers/jour1‘300 tuiles à la seconde - performance150 cartes thématiques5 langues1 portail Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 15 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG) Picture by Iklasuhl Amal
  • 16. ComponentsView Search Access Applications API Geoservices Tiles & Databases OS Software stack Cloud Computing Office fédéral de topographie swisstopo Sea of laws Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 16 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 17. Open SourceExtensible à la demande - innovant - réutilisable Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 17 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG) Picture by ravages
  • 18. Sommaire• Stratégie Cloud Computing des autorités suisses• L‘infrastructure fédérale de données géographiques (www.geo.admin.ch)• Expériences Cloud Computing 2008-2012Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 18Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 19. • Cloud Computing n‘est pas une nouvelle technologie • Cloud Computing est un nouveau modèle d‘entrepriseOffice fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 19Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 20. Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 20Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 21. Historique de la relation entre swisstopoet le Cloud• Janvier 2008 Demande pour l’exploitation de l’application «Suissemobile»• Avril 2008 Go-Live de «Suissemobile v.1» (Cluster formé de 1 serveur physique et 3 serveurs EC2, AWS étant encore en version Beta)• Juillet 2008 La nouvelle loi sur la géoinformation (LGéo) entre en vigueur• Février 2009 Début de la migration de l’infrastructure IFDG dans le Public Cloud• Mars 2009 Go-Live de «Suissemobile v.2» (Cluster formé de 10 serveurs EC2)• Août 2010 Go-Live du site «geo.admin.ch: le géoportail de la Confédération»• Janvier 2011 Fin de la migration de l’infrastructure BGDI dans le Public Cloud• Septembre 2011 La version mobile de «geo.admin.ch» est opérationnelle!Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 21Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 22. Les différents modèles de service Cloud Adaptez VOTRE Cloud! le choix de swisstopo On Premise IaaS PaaS SaaS Apps & Services Apps & Services Applications Applications VM VM Services Services Serveur Serveur Serveur Serveur Mémoire Mémoire Mémoire Mémoire Réseau Réseau Réseau Réseau L‘utilisateur du Cloud et le L‘organisation assume la Le fournisseur de Cloud fournisseur partagent la responsabilité assume la responsabilité responsabilité [Cloud Security and Privacy, by Tim Mather, Subra Kumaraswamy, and Shahed Latif, ISBN 978-0-596-80276-9]Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 22Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 23. Enfermement propriétaire minimal grâce àl‘automatisation des machines virtuelles avec Puppet, OnPremise comme dans le Cloud Extensible vers le haut en moins d’une heure
  • 24. L’objectif de la loi & le Cloud … s’accordent très bien!Loi fédérale sur la géoinformation Définition du Cloud Computing(LGéo) en vigueur depuis juillet 2008 Institut Fraunhofer, novembre 2010Art. 1 But „Le Cloud Computing est un modèle„La présente loi vise à ce que les permettant laccès sur demande et enautorités fédérales, cantonales et ligne à un ensemble de ressourcescommunales, les milieux économiques, la "Computing" configurables, telles quepopulation et les milieux scientifiques réseaux, serveurs, systèmes dedisposent rapidement, simplement et mémoire, applications et services.durablement de géodonnées mises à Celles-ci peuvent être adaptées auxjour, au niveau de qualité requis et besoins, préparées et mises àd’un coût approprié, couvrant le disposition rapidement, avec unterritoire de la Confédération suisse en minimum de tâches administrativesvue d’une large utilisation.“ et à un coût avantageux.“ Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 24 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG) © floofy
  • 25. Cloud Computing: qu‘est-ce qui a changé les 4 dernières années?2008: attente de l’iPhone 2012: CloudIntroduction de l’iPhone sur le marché • Cloud ComputingUSA: 29 juin 2007 • MobileFrance: 28 novembre 2007 • SocialSuisse: 11 juillet 2008 • Consommation • Augmentation des données
  • 26. 2008 20121. Aucune expérience et stratégie • >3 ans d‘expériences positives avec le en CC chez swisstopo: difficultés CC, disponibilité de «geo.admin.ch» dans l‘exploitation >99.9% en 20111)2. Presque exclusivement des • Augmentation des clients mobile clients PC3. CapEx • OpEx4. L‘adoption du Cloud Computing • L’adoption du Cloud Computing est et son innovation sont menées menée par les Techies et le Top par les „Techies“ (bottom up) management (bottom up & top down)5. Développement et exploitation • Développement et exploitation séparés croissent ensemble (DevOps)6. Peu d‘offres Cloud sur le marché • Multiplication des offres Cloud7. Peu de fonctionnalités pour • Augmentation des fonctionnalités pour entreprises entreprises (IAM, Encryption, etc) 1) http://stats.pingdom.com/ck7m1kd6s4ym/203024 Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 26 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 27. Principales conclusions• IaaS offre à swisstopo une grande flexibilité et agilité Mais: beaucoup de responsabilités repose sur le client (pour la sécurité et l’exploitation des serveurs virtuelles, entre autres)!• La bonne documentation, ainsi que la haute standardisation des services Cloud ont renforcé les bonnes relations avec nos clients• Le modèle «Pay as you go» et la «Multitenancy» du Cloud favorise l’innovation• Investir dans le développement, l’automatisation et les processus standards d’exploitation, pas dans le hardware• Grâce à la «Multitenancy», swisstopo jouit de la même excellence de service que les «grands» Mais: Il est recommandé de construire une solution hybride, afin de partager les risques d’exploitation sur plusieurs fournisseurs CloudOffice fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 27Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)
  • 28. ..et celafonctionne!Quelquesreconnaissances: Office fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 28 Coordination, Géoinformation et Services (COSIG) Picture by swisstopo
  • 29. M M e a tt e a r c tt e rc e ii n d n tt ii d e o e o v n vo n o tt r r e eOffice fédéral de topographie swisstopo Les rencontres SIG-la-lettre / Etat au 03.04.2012 29Coordination, Géoinformation et Services (COSIG)