SONGO - 4 boulevard léon bureau44 200 NANteStél : 02 51 80 60 80Courriel : info@stereolux.orgwww.stereolux.orgwww.scopiton...
SOMMAIREradioscopie de l’année 2012 5Musique 7Multimédia 11laboratoire Arts et technologies 15Action Culturelle 17Communic...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 20124Volume d’activité 2012TYPE DACTIVITE 2012 2011 2010 Observati...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20125Radioscopie de l’année 2012Cette première année pleine a vu l...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20126PROVENANCE GEOGRAPHIQUE DES ARTISTESSUR LA TOTALITÉ DES CONCE...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20127MusiqueDIFFUSIONla diffusion musicale s’organise selon cinq a...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20128	  	  Mise	  à	  disposition	  des	  salles	  	  Styles music...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20129• Les soirées thématiques et les temps fortsCes soirées ont p...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201210les statistiques ci-dessous concernent la totalité des artis...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201211MultimédiaCette première année à Stereolux a permis d’instal...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201212(1) : Une seule exposition en 2012, "Bain de Midi", présenta...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201213SOUTIEn à LA CRÉATIOn ET ACCUEIL En RÉSIDEnCENous avons sout...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201214LES ACTIVITÉS DU LABORATOIRE> L’animation d’un réseau spécia...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201215le laboratoire Arts et technologie est intégré au service mu...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201216EDUCATION ARTISTIQUE EN MILIEU SCOLAIREATELIERS2012 2011 201...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201217l’arrivée à Stereolux a permis au projet Action culturelle d...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201218EDUCATION ARTISTIQUE EN MILIEU SCOLAIRE (suite)EDUCATION ART...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201219ACTIOnS POUR DÉVELOPPER LA COnnAISSAnCE SUR LES ARTS ET LA C...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201220Communication digitale
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201221l’arrivée à Stereolux a vu la définition d’une nouvelle stra...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201222La promotion des activités par service (hors internet)Les st...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201223Communication et commercialisation (suite)RELATIOnS ET PARTE...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201224FREQUENTATION ANNEE 2012ActivitéLOCATIONSREDUITSPECIALGUICHE...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201225Un BILAn TRèS POSITIfla fréquentation du projet pour l’année...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201226thé numérique - multimédiaCaen Maintenant - Stereoluxopen Da...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201227l’équipe exploitation-technique a été mise à rude épreuve en...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201228237 2362081902002102202302402012 2011 2010Nombre dadhérentsE...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201229UnE fORTE ACTIVITÉ DU COnSEIL D’ADmInISTRATIOn le Conseil d’...
StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201230Budget général Stereolux 2012DEPENSES 2012 2012 réalisé RECE...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201231ADmInISTRATIOnun travail de réorganisation interne (modifica...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201232Web2day - ConférenceCinetose - ScopitoneAperture - Scopitone...
StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201233StereoluxSongo (association loi 1901)licence d’entrepreneur ...
Stereolux / Association Songo - Rapport d'activité 2012
Stereolux / Association Songo - Rapport d'activité 2012
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Stereolux / Association Songo - Rapport d'activité 2012

7,351 views

Published on

Stereolux / Association Songo - Rapport d'activité 2012

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
7,351
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4,811
Actions
Shares
0
Downloads
23
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Stereolux / Association Songo - Rapport d'activité 2012

  1. 1. SONGO - 4 boulevard léon bureau44 200 NANteStél : 02 51 80 60 80Courriel : info@stereolux.orgwww.stereolux.orgwww.scopitone.orgRapportd’activité2012
  2. 2. SOMMAIREradioscopie de l’année 2012 5Musique 7Multimédia 11laboratoire Arts et technologies 15Action Culturelle 17Communication 21Fréquentation 25exploitation et technique 27Vie associative 29Administration et Budget 313StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20123
  3. 3. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 20124Volume d’activité 2012TYPE DACTIVITE 2012 2011 2010 Observations / ExemplesDiffusionARTISTES MUSICAUX PROGRAMMES PAR SONGO 236 199 226 A Stereolux et extérieur (Scopitone)SPECTACLES MULTIMEDIAS, PERFORMANCES,CINE-CONCERT36 17 13Stand Alone Zone (Cie Système Castafiore),Cinétose, Zone Libre…INSTALLATIONS ART NUMERIQUE 20 10 11 Tripwire, Particles...EXPOSITIONS MUSIQUE(photos, pochettes albums etc.)2 GREMSSPECTACLES « JEUNE PUBLIC » 10 9 5 Dont 1 installation Jeune-Public "Bain de Midi"PROJECTIONS et NET-ART 32 33 58Le cinéma danimation ce nest pas que pour lesenfants !Soutien à la création et aux pratiques artistiquesCREATIONS MUSIQUE 1 RevolverCREATIONS MULTIMEDIA 16 Aperture, Mol, Superamas,…CREATIONS JEUNE PUBLIC & ACTION CULTURELLE 2 1 Micro Jeu (Jeanne Robet)REPETITIONS ET ACCOMPAGNEMENT SCENIQUES(Musique)6 32 41 Création Revolver, Répétition Von PariahsRESIDENCES ARTISTIQUES 165 61 13Salles maxi et Micro : 11 - Labos et autres lieux :154Action culturelle et éducativeCONFERENCES, DEBATS TOUT PUBLIC 10 12 9Le cycle « le cinéma danimation, ce nest pas quepour les enfants ! » a projeté 31 films avec unemédiation qui sont comptabilisés en« projection »ATELIERS TOUT PUBLIC 20 9 Thé numérique, Atelier Mapping…ATELIERS SCOLAIRES 23 209Ateliers réalisés en majorité dans lesétablissements scolaires : Mécaniques poétiques,Robotique...ATELIERS PUBLICS SPECIFIQUES 8Ateliers réalisés en extérieur : Atelier Des cinés lavie, Atelier sonore…CONFERENCES et SPECTACLES SCOLAIRES 39 19 47Spectacles organisés à Stereolux : The PuppetShow, Les Volleyeurs…Développement localMISE A DISPOSITION DES SALLES POURORGANISATION DE SPECTACLES29 22 21 Concerts : Aaron, Cinetic, Brigitte, Festival SOY…EVENEMENTS PROFESSIONNELS SOUTENUS OUAUXQUELS STEREOLUX COLLABORE (Laboratoirearts et technologies)6 1Web2Day, Forum Open data, Startwest,Hackaton etc.EVENEMENTS PROFESSIONNELS PRODUITS OUCOPRODUITS (Laboratoire arts et technologies) 15 2 1Journées interfaces neuronales, Journée du Codecréatif, workshop, etc.PROJETS COLLABORATIFS DE RECHERCHE -CREATION (Laboratoire arts et technologies)6ENSANantes, Ecole Centrale de Nantes, SATMontréal, LINA-Univ. de NantesMODULE DEXPERIMENTATION / RECHERCHE(Laboratoire arts et technologies)3 9 4 Pierre Gufflet et Bérenger RecoulesACCOMPAGNEMENT PROJETS EN PHASE DEDEMONSTRATION DE FAISABILITE (Laboratoirearts et technologies)4Campus /Sounderbox, Tacit lab, Alchimistes dupatrimoine etc.MISES A DISPOSITION DE LABORATOIRES(Laboratoire arts et technologies)15 9 Société Human Connects, EDNA, Ouvre Boîte etc.MISES A DISPOSITION DE LOCAUX POUREVENEMENTS PROFESSIONNELS (Laboratoire artset technologies)12 Digital Slaves, Laurent la torpille etc.PARTICIPATION AUX ACTIONS DE FILIERE(Laboratoire arts et technologies)16 5 4Forum Atlanpôle, salon des Entrepreneurs, OuestMedialab, etc.MISE A DISPOSITION DE LOCAUX POUREVENEMENTIEL7 6 7 Eurocities, Prix Images EntrepriseVolume dactivité 20129 9
  4. 4. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20125Radioscopie de l’année 2012Cette première année pleine a vu le projet se déployer et prendre une forme multiple pour un volumed’activités très important.Si les disciplines «  historiques » du projet olympic (diffusion musicale, ateliers en milieu scolaire)sont restées sensiblement identiques, la diversification du projet en direction des arts numériques(expositions et spectacles), de l’action culturelle (ateliers de pratique proposés au « tout public », petiteenfance), de la musique (soirées thématiques consacrées à des labels ou des villes) et l’installation dulaboratoire Arts et technologies (projet inter-filières) a augmenté considérablement le volume d’activités.Il faut y ajouter la mise à disposition de locaux (salles de spectacles et labos, que ce soit pour desspectacles, des manifestations professionnelles ou événementielles ou des expérimentations artistiqueset technologiques) et l’ouverture pendant l’été 2012, dans le cadre de Voyage à Nantes pour l’expositionParticles.l’ensemble présente donc une activité pluridisciplinaire et multiforme mais dont la cohérence estévidente, tant par le sens du projet (allier création-diffusion-médiation), par les univers et disciplines quise répondent, les enjeux culturels et sociétaux qui y sont traités que par les croisements entre activitéset services qui commencent à se développer (par exemple, le temps fort Berlin Go !).l’utilisation des salles a donc été très intensive (en dehors des périodes de travaux, maintenance etformations techniques pour lesquelles elles sont aussi occupées) et totalise 198 jours pour la Maxi et144 jours pour la Micro.l’ensemble du projet est donc actuellement mis en œuvre, avec quelques manques ou décalages departies du projet ou d’activité (accompagnement et création musique, partenariats internationaux, etc.)qui, pour diverses raisons (problème de calendrier, disponibilité des salles, suites du chantier Fabrique,dossiers pluriannuels, manque de temps, ouverture estivale etc.) n’ont pu être mis en œuvre ou ontété différées.le lancement de la communication de Stereolux a été couronnée de succès et la notoriété du projet en abeaucoup profité, au niveau national et international. le service a su gérer la multiplicité de disciplines/activités/réseaux et publics (et les stratégies très différentes qui en résultent) avec pour résultat de trèsbonnes fréquentations pour l’ensemble du projet.un important travail a été mené dans les domaines de l’exploitation (suivi post chantier, travauxcomplémentaires) et de l’organisation technique (accueil d’activités aux besoins logistiques multiples,formations aux matériels). l’investissement en matériel a été poursuivi.Parallèlement, un travail de réorganisation interne a été mené afin d’optimiser nos procédures etfonctionnements, d’adapter les fiches de postes à la situation et de définir et engager un programmede formations. le recrutement de l’équipe permanente a été achevé avec l’arrivée de trois personnes.Cette année a démontré l’ancrage territorial de Stereolux, par les collaborations partenariales avec 80structures régionales, les nombreuses filières non culturelles intéressées par le projet et par la trèsforte fréquentation des activités qui totalisent plus de 160 000 spectateurs ou visiteurs. l’ensemble desservices sont dans cette dynamique très positive : la musique dont les chiffres sont supérieures de 20 à30 % à la moyenne nationale, les expositions qui enregistrent 55 000 visiteurs et l’action culturelle et lelabo qui dépassent 5 000 participants chacun.Cette année 2012 est donc un succès validé par la reconnaissance public, média et professionnelle, dulocal à l’international.
  5. 5. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20126PROVENANCE GEOGRAPHIQUE DES ARTISTESSUR LA TOTALITÉ DES CONCERTS PROGRAMMES EN 2012NB : nous n’avons les chiffres pour la catégorie «RÉGION (hors département)» que depuis 2012.ORIGINE DES ARTISTES ETRANGERS0%10%20%30%40%50%60%2012 2011 2010DÉPARTEMENT LOIREATLANTIQUERÉGION (horsdépartement)France HORS RÉGIONGROUPES ÉTRANGERS0% 10% 20% 30% 40% 50%Royaume-Uni – IrlandeAllemagne – Bénélux- ScandinavieAutres pays Communauté EuropéenneAutres pays dEuropeAmérique du NordAmérique du SudAfrique + Antilles / CaraïbesAsie-Océanie-Moyen Orient201020112012Provenance géographique des artistes
  6. 6. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20127MusiqueDIFFUSIONla diffusion musicale s’organise selon cinq activités :l’accueil de tournées d’artistes, la programmation de soirées thématiques (dédiées à une ville ou unlabel), la programmation de temps forts ou de festivals (Scopitone, Inrocks, les Femmes s’en mêlentetc.), la mise à disposition de nos espaces de diffusion à des acteurs du territoire local (associationset producteurs privés), la programmation d’expositions (photos, graphes etc.) dans le hall.la ligne éditoriale a été bien suivie et donne une identité forte à la programmation :• les musiques actuelles indépendantes  : 99 % des artistes programmés sont issus de labelsindépendants,• les découvertes (jeunes artistes, nouveaux projets, etc...) : 59% des artistes en 2012 ne s’étaientjamais produits sur la salle de l’olympic et de Stereolux, 46 % des artistes accueillis viennent desortir leur premier album voire n’ont pas encore sorti d’album,• les courants musicaux émergents, innovants, originaux et les niches esthétiques : 44% des artistesne se sont encore jamais produits sur une scène nantaise, 7% des artistes présentés sont classésdans des «niches esthétiques» et 6 % dans de nouveaux courants musicaux,• la scène locale, émergente ou confirmée : 22 % des artistes sont issus de la région,• les courants esthétiques peu représentés dans la programmation des années précédentes,• les artistes «référents» d’un courant et présentant une actualité pertinente qualitativement : BeachHouse, Bloc Party, the xx, the Dandy Warhols, Jon Spencer, etc.88 soirées ont été produites ou coproduites, avec la programmation de 236 artistes (record olympic-Stereolux). le nombre de soirées est en deçà des premières estimations du projet (2007-2008) maiscorrespond aux chiffres fixés en 2010. l’utilisation de la salle Micro, véritable carrefour d’activités(autres que musicales) et l’augmentation des mises à disposition à d’autres organisateurs ne permetpas actuellement d’aller au-delà.• La provenance des artistesla proportion d’artistes régionaux reste stable par rapport aux années précédentes. Par contre, lesartistes étrangers sont en hausse. Ce déséquilibre s’explique par une volonté affirmée de défendreune programmation «différente» et «nouvelle», qui passe forcément par la présentation d’unescène plus internationale. on remarque un certain «tassement» de la scène hexagonale (en termesd’innovation artistique ou de diffusion en raison des difficultés des labels indépendants).on peut constater une légère baisse des artistes anglo-saxons (-5 % par rapport à 2011) même siils restent tout de même majoritaires (65 % des étrangers). le pourcentage des artistes européenscontinentaux a augmenté de 7% par rapport à 2011 ce qui correspond à l’un de nos objectifs : fairedécouvrir une scène hors communauté anglo-saxonne.• Les styles musicaux représentésGlobalement les pourcentages concernant les styles musicaux restent stables par rapport à l’année2011, ce qui ne correspond pas aux objectifs souhaités, puisque les courants peu représentés àsavoir : métal, musiques du monde, musiques improvisées et expérimentales restent trop faibles.Ce point est à améliorer en 2013.
  7. 7. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20128    Mise  à  disposition  des  salles    Styles musicaux des concerts programmés par SoNGoMise à disposition des salles    Mise  à  disposition  des  salles    
  8. 8. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 20129• Les soirées thématiques et les temps fortsCes soirées ont pour objectif d’être au plus près de l’actualité musicale et de l’innovation et dedevancer les tournées. l’objectif est aussi de faire un focus et d’élargir la connaissance, en liaisonavec d’autres services et activités (expos, arts numériques, conférences, films). trois labels (dontdeux français), deux villes françaises et Berlin ont donc été présentés. le temps fort Berlin Go !a permis un croisement entre différentes disciplines, des conférences et une collaboration avectrempolino (stage). une autre soirée a aussi présenté la scène noise japonaise.Ce genre d’événement présente l’opportunité d’aller au-delà d’une simple diffusion en initiant unvéritable échange avec d’autres structures culturelles étrangères. la démarche et le concept restentà développer et à bâtir.Stereolux a aussi accueilli quatre temps forts (les Nuits de l’Alligator, les femmes S’en Mêlent, lesNuits Zébrées, Le festival des Inrocks).mISE A DISPOSITIOn DES SALLES29 concerts ont été produits en 2012 par des structures extérieures (16 en Salle MAxI et 13 en salleMICro). les associations locales sont majoritaires (20 concerts soit 69 %), principalement en Microles producteurs privés (9 concerts) travaillant dans la Maxi.Pour les 20 concerts organisés par des associations, 13 (65 %) ont été conventionnées et aidéespar la Mairie de Nantes pour utiliser l’une ou l’autre salle de Stereolux. De notre côté, nous avonssoutenu 1 projet.un grand nombre de styles musicaux sont représentés avec une carence au niveau des musiquesdu monde et des musiques expérimentales et une forte représentation des musiques électroniquesau sens large.CRÉATIOn ET ACCOmPAgnEmEnTune seule création a été produite en 2012, celle de revolver. Nous avons accueilli trop peu derépétitions (encore une fois en raison des problèmes de calendrier de la salle Micro).COnCLUSIOnPour 2013, nous tenons compte de l’ensemble de ces résultats pour fixer des objectifs à l’intérieurde ceux décrits plus haut.Nous renforcerons le soutien aux labels indépendants, par des soirées thématiques et un tempsfort qui sera organisé fin mai. Nous développerons aussi les rencontres artistiques et l’accueil decollectifs artistiques locaux.Dans le domaine de l’accompagnement, nous redémarrons la collaboration avec trempolino (accueilde groupes locaux en répétitions accompagnées), nous accueillerons aussi des groupes en répétitionsimple et accompagnerons un groupe local sur le moyen terme.Stereolux / l’olympicSongo – association loi 1901rapport d’activité 2011Musique (suite)
  9. 9. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201210les statistiques ci-dessous concernent la totalité des artistes programmés (hors saison Jeune-Public), à savoir : 67artistes en 2012, 35 en 2011 et 38 en 2010.PROVEnAnCE gÉOgRAPhIqUE DES ARTISTESORIgInE DES ARTISTES ÉTRAngERS En 2012PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES ARTISTESPROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES ARTISTESPROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES ARTISTES
  10. 10. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201211MultimédiaCette première année à Stereolux a permis d’installer en saison les activités du service multimédia etde développer de nouveaux axes à son projet : diffusion, accompagnement, création et coproduction,expérimentation de différentes formes d’art numérique, laboratoire arts et technologies.l’installation d’une première saison est toujours une démarche délicate : installer une ligne éditoriale,convaincre le public d’y adhérer avec le travail de réseau et de communication que cela suppose etpréparer la saison suivante. l’ensemble des espaces du bâtiment (plateau Multi, plateforme intermédia,salles de spectacle et espaces publics tels que hall, bar, couloirs, …), les équipements techniques et lescompétences du personnel administratif et technique ont été éprouvés sur ces activités. Ils ont bienrépondu aux attentes.PREmIèRES SAISOnS :SPECTACLES/PERfORmAnCES mULTImÉDIAS ET jEUnE PUBLICune véritable saison Jeune public a été installée, bien identifiée sur le département grâce à uneprogrammation dédiée aux nouvelles formes issues des technologies numériques et aux croisementsmusique et image (ciné-concerts). Neuf spectacles vivants et une exposition (création) ont été proposéset ont rencontré un très grand succès (5 spectacles complets et 1 500 spectateurs).une première saison de diffusion de spectacles multimédias et performances a permis de montrerune trentaine de projets innovants, tant sur la forme (graffpainting), les technologies utilisées (outilsconnectés...) que le rapport public-œuvre (nouvelles formes scénographiques, dispositifs immersifs et/ou intéractifs). le choix a été de proposer une saison très éclectique pour témoigner des nombreusespistes suivies par les artistes. Dans une époque en devenir, d’évolution très rapide des technologies et desusages, il est important de montrer les différentes directions prises par ceux-ci.la fréquentation a été diverse, selon les rendez-vous proposés. un travail reste à accomplir pour fairevenir un plus large public sur les propositions payantes. Au total 5 800 spectateurs ont suivi cette premièresaison.ExPOSITIOnSPour la première fois depuis la création de Scopitone (2002), a été installée une véritable saison dediffusion d’installations, avec cinq rendez-vous (dont une, Bain de Midi pour le jeune public).la programmation a permis d’évoquer des recherches sur des phénomènes physiques (Tripwire), sur lagéolocalisation (Voices of aliveness), l’architecture dynamique ou organique qui utilise le détournement detechnologies (Aperture et Particles) et d’outils (réseau WIFI / ZigBee).le bilan artistique est très positif : Tripwire (diffusée depuis au Canada et au Chili) et Particles (diffuséeen Corée et installée de façon pérenne, mais sous une forme plus petite à Ars electronica en Autriche)sont deux œuvres qui feront date dans l’histoire de l’art numérique. Certaines œuvres ont fait l’objet depremières présentations en province, en France et en europe, ce qui a permis à Stereolux d’acquérir unereconnaissance auprès de différents réseaux. le public a aussi répondu massivement avec près de 42 000visiteurs.
  11. 11. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201212(1) : Une seule exposition en 2012, "Bain de Midi", présentant 6installations commandées par StereoluxSoutien à la CréationDate(s) deprésentationpubliqueNom Artiste / Compagnie &projetTypologie de projet Autres CoproducteursNbre de jours derépétitions àStereolux19/01/12LAURENT LA TORPILLE / BubbleStoryInstallation Jeune-Public1020/03 au08/04/2012THE GREEN EYL / Aperture Installation The Green Eyl 6Du 2/05 au03/06/2012OLIVIER RATSI / Les cheminsblancs dans la matrice rougeInstallation Théâtre de lAgora – Evry 909/05/2012CHARLIE MARS et STEVEBUCCHANANPerformance 10(1)Du 6/07/12 au20/07/12MASAKI FUJIHATA / Voices ofAlivenessInstallation ESBA Nantes Métropole 5Du 13/09/12 au11/11/12LAURENT LA TORPILLE / 13septembre 1858Installation Château des ducs de Bretagne 47Du 16/09/12 au23/09/12RYOICHI KUROKAWA /MolPerformance etinstallationFrenoy Tourcoing , CimaticsBruxelles20/09/2012DESAXISMUNDI / Live AV avecSkyenceLive AV 2022/09/2012CHAUSSE TRAPPE / Ciné-concertCiné-Concert Association Bulciné 2(1)22/09 et23/09/12AURÉLIEN LAFARGUE : NatureGraphiqueScénographie /Mapping6(1)23/09/2012 NLF 3 /Der Golem Ciné-ConcertLa Carène Brest, La cité de laMusique Paris308/11/2012DESAXISMUNDI / Créationmapping Salle MaxiMapping Eurocities / Nantes Métropole 2628/11/2012CIE SUPERAMAS dont Pierre etYves GUFFLET / THEATRESpectacleArt center Vooruit/ Belgique,Manège Mons / Belgique,Mousontrum FrankfortAllemagne, …10Du 7/12/12 au23/12/12LAB 212 / Bain de midiInstallation Jeune-PublicLab 212 811/12/2012CIE BLANCHE / Les flèches duPartheSpectacle TU Nantes 16TOTAL des jours de répétitions à Stereolux 160(2)(1) : répétitions dans un lieu loué par STEREOLUX ; soit un total de 18 jours(2) : total des jours de répétitions : 178SOUTIEn à LA CRÉATIOn(1) : répétitions dans un lieu loué par STEREOLUX ; soit un total de 18 jours(2) : total des jours de répétitions : 178
  12. 12. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201213SOUTIEn à LA CRÉATIOn ET ACCUEIL En RÉSIDEnCENous avons soutenu neuf créations de formes vivantes (incluant ciné-concerts, performances, spectacles)et cinq installations. les labos de l’espace Multi ont accueilli durant 35 jours des artistes locaux, nationauxet internationaux, en portant une attention particulière aux collaborations entre ces différentes catégoriesd’artistes. Des relations suivies avec certains artistes permettent de mener un travail de veille artistique ettechnologique et, ainsi, de maintenir la structure et ses projets en position d’avant-garde.Cette année a aussi permis de renforcer les relations nationales et internationales avec des festivals et deséquipements. S’ils ne font pas tous actuellement l’objet de partenariats formalisés, les collaborations, tantsur la diffusion que sur les coproductions de créations se développent.SCOPITOnEle festival Scopitone a présenté de multiples formes artistiques des cultures électroniques (concerts liveet DJ, performances audio/video, installations, ciné-concerts, conférences et tables rondes, spectaclesjeune public, workshop). ont été programmés une cinquantaine d’artistes français et internationaux, unesoixantaine d’installations, concerts et performances, trois rencontres, un atelier pour les professionnelsdes filières numériques, un atelier d’action culturelle et des visites scolaires des expositions. laprogrammation était légèrement plus fournie que les années précédentes, notamment en musique.l’édition 2012 a été un franc succès, un record depuis la création du festival. la quasi totalité desespaces ont annoncé complet pour une fréquentation de près de 37 000 personnes. Celle-ci est en netteaugmentation par rapport à l’année dernière (+15 %) qui était la première année de Scopitone à Stereolux/ la Fabrique avec l’intérêt que suscitait l’inauguration de cette dernière 15 jours avant.Cinq créations furent présentées avec des projets ambitieux et des artistes de renommée internationale(ryoichi Kurokawa). Par ailleurs, le festival présentait dix premières françaises ou européennes. les artistesétaient de dix nationalités différentes et des cinq continents.PASSERELLES AVEC L’ACTIOn CULTURELLEQuatre projets ont été mutualisés avec le service Action culturelle (éducation artistique), ce qui permetune économie d’échelle, un travail éducatif plus développé et la venue au spectacle, via l’école, d’enfantsdéfavorisés.COnCLUSIOnles objectifs pour 2013 sont  d’élargir la prospection afin de renforcer les caractères innovants de laprogrammation : le Japon, les biennales d’art contemporain avec un fort volet numérique (Séoul, Santiago,Mexico, etc...), les réseaux de type ICAS / eCAS, rAN sont quelques pistes qui peuvent être suivies.les croisements entre l’activité de diffusion et celle du laboratoire Arts et technologies seront développées(résonance entre les ateliers et collaborations inter-filières du laboratoire et la programmation artistique).une meilleure homogénéité de la qualité des spectacles multimédias sera recherchée.Deux thématiques communes ont été définies pour les années 2013 et 2014 : les mondes d’après (ou lesautres mondes) et le traitement des données.Multimédia (suite)
  13. 13. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201214LES ACTIVITÉS DU LABORATOIRE> L’animation d’un réseau spécialisé et la diffusion de connaissances depointe sur les technologies de la création numérique et leurs usages ;• en 2012, quinze événements (ateliers, table-rondes, colloques...) ont été organisés qui ont rassemblé903 personnes.• Les filières concernées par ces quinze événements sont :- Bâtiment et matériaux de construction / Urbanisme et Architecture / Design d’espace : 4 évènements- Médias, télécommunications / Communication : 9 évènements- Voyages et loisirs / Culture – Tourisme : 11 évènements- Matériel et équipements des technologies de l’information : 8 évènements- Équipements et services de Santé : 3 évènements- Logiciels et services informatiques : 12 évènements> L’accompagnement de porteurs de projets, avec la mise à disposition demoyens (conseils, locaux) et un suivi adéquat ;• Nous avons accueilli trois artistes pour des expérimentations technologiques (36 jours de mise àdisposition de labos),• 4 entreprises accompagnées en phase de proof of concept : conseil, expertise, mise à dispositionde locaux,• 15 jours de locations de locaux à des entreprises ou associations (séminaires, workshop)> Le montage et l’accompagnement de projets de recherche associantartistes et laboratoires et de projets de R&D associant artistes et entreprises ;• 6 projets ont été menés cette année avec des structures de recherche /ES comme le LaboratoireInformatique Nantes Atlantique, l’Ecole d’Architecture de Nantes, l’Ecole centrale, l’entreprise Dictanova,etc.> La participation active aux actions de filières (promotion, événementsprofessionnels) et la collaboration avec les dispositifs et structures existantes :• 16 interventions lors d’événements professionnels (salons, colloques...) régionaux ou accueils dedélégations,• 6 événements organisés par d’autres acteurs ont été accueillis et soutenus : Forum Open data,Web2Day, StartWest : 1 174 personnes y ont participé15 évènements initiés 6 évènements soutenusPrès de 3000 participants aux activitésdu Laboratoire9 projets collaboratifs inter-filières(3500 heures de travail)Mise à disposition de 300 locaux-jour7 grandes filières économiques concernées
  14. 14. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201215le laboratoire Arts et technologie est intégré au service multimédia et a pour objectif le développementdes collaborations inter-filières (culture, art, entreprise/économie, enseignement supérieur/recherche) auservice du développement économique du territoire.Pour sa première année de fonctionnement, les résultats sont enviables. Installé comme une tête de pontdu Quartier de la Création, lui-même en devenir, dans une période de crise où l’avenir est incertain et lesdépenses et investissements sont réduits, le laboratoire a su trouver son public auprès des professionnels.Il est maintenant reconnu et légitime auprès de ces derniers, issus de différentes filières et statuts (fonctionpublique, entreprise, recherche,…) : la diversité des filières et des métiers qui ont participé aux travaux,les collaborations et partenariats installés avec des structures d’accompagnement, les établissementssupérieurs, les réseaux et les organismes n’ont cessé de progresser et de s’approfondir au fur et à mesurede l’année écoulée. une soirée comme celle de Start West organisée à Stereolux pour promouvoir lesindustries créatives et les collaborations inter-filières est un exemple parlant de l’intérêt que suscitentcelles-ci et les activités du laboratoire.Dans un territoire encore jeune sur ces thèmes, les mises en connexion, la création d’un réseau informelet inter-filière, regroupé autour de la créativité et de l’innovation sont aussi des sources de satisfactionimportantes et des réponses au besoin de construire une nouvelle économie créative.orientées « projet », les activités du laboratoire ne sont pas redondantes, ni avec les réseaux commeAtlantic 2, ni avec des structures d’incubation comme Atlanpole ou d’accompagnement comme le Quartierde la Création. elles s’inscrivent dans une chaîne dont chaque maillon est essentiel, pour ses voisinssur lequel il peut s’appuyer et pour les porteurs de projets. D’ailleurs, nous avons collaboré ensembleà plusieurs reprises et dans plusieurs domaines au cours de 2012. les porteurs de projets font bienla différence entre tous ces types de structures. le laboratoire se positionne en amont ou au débutd’une démarche entrepreneuriale, et constitue un soutien inédit sur notre territoire pour de nouvellesgénérations d’entrepreneurs.l’intérêt des entreprises pour suivre les ateliers, conférences ou pour utiliser nos ressources matérielleset d’expertise est en progression constante. Il nous reste à développer les projets de r&D entre lesentreprises et le vivier artistique. Ce sera chose faite en 2013 : deux projets sont en cours de définition etun appel à projet sera lancé au début de l’année pour médiatiser cette possibilité.l’autre piste de développement est un travail sur d’autres territoires du département. le chiffre de 5 à 10% des participants aux activités (chiffre comparable à d’autres organismes ou manifestations du secteur)issus du territoire départemental hors métropole doit pouvoir être augmenté. Cette année d’installationn’a pas permis de pouvoir pousser aussi loin que nous l’aurions souhaité la prospection territoriale.l’arrivée d’une deuxième personne dans l’équipe du laboratoire va permettre un approfondissement. Descontacts ont été pris avec la Carène qui peut être aussi une courroie de transmission d’information et depromotion de nos activités.l’ensemble des partenaires, publics et privés avec qui nous avons travaillé cette année souhaite poursuivreune collaboration qui s’est avérée fructueuse. Nous sommes au début d’un projet qui, en quelques mois,a déjà commencé à récolter ses fruits. l’année qui arrive capitalisera encore plus ces premiers résultats.Laboratoire Arts et technologie
  15. 15. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201216EDUCATION ARTISTIQUE EN MILIEU SCOLAIREATELIERS2012 2011 2012 2011ATELIERS ECOLES PRIMAIRES 213 27 9 1ATELIERS COLLEGES 308 356 10 13ATELIERS LYCEES 91 107 4 6ATELIERS PUBLICS SPECIFIQUES 41 0 8 0TOTAL 653 490 31 20CONCERTS ET SPECTACLES SCOLAIRES2012 2011Nombre de concerts / spectacles 36 19Nombre délèves 2 904 2 360Nombre délèves Nombre de projets0100200300400500600700Ateliers : Origine des élèves par niveaux 2012ATELIERS PUBLICSSPECIFIQUESATELIERS LYCEESATELIERS COLLEGESATELIERS ECOLES PRIMAIRES0500100015002000250030003500NOMBRETOTALDELEVESNantes NantesMétropoleReste dudépartementConcerts & Spectacles : Origine des élèves par niveaux 2012LycéeCollègePrimairePetite Enfance &MaternelleATELIERSCONCERTS ET SPECTACLES SCOLAIRESÉducation artistique en milieu scolaire
  16. 16. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201217l’arrivée à Stereolux a permis au projet Action culturelle de Songo d’amplifier son action et de ladiversifier.L’ÉDUCATIOn ARTISTIqUE En mILIEU SCOLAIREl’axe « historique » que constitue l’éducation artistique (action en direction des élèves scolarisés) aété développé, en quantité mais a aussi diversifié ses cibles. l’action a été renforcée dans les lycéeset nous avons installé une offre en direction de la petite enfance et des maternelles, parents pauvresdes propositions d’équipements culturels.Pour les collèges, nous avons renouvelé et surtout élargi l’offre des projets (atelier Dancing Box :mélange de danse et vidéo, Atelier Robotique : construire et animer des objets). Nous avons aussidiversifié les établissements scolaires, notamment en dehors de la métropole (selon les activités, 15 à45 % des élèves résident en dehors de la métropole).Nous avons aussi, à côté d’une programmation spécifique (venue des élèves à Stereolux pour desconcerts «pédagogiques» sur temps scolaire), initié une offre pour permettre aux collégiens et lycéensd’assister à un spectacle «tout public», en soirée. Près de 3 000 élèves ont assisté aux concerts et spectacles, ce qui constitue une progression de 33 %.Plus de 1 100 ont visité les expositions (auxquels s’ajoutent 500 étudiants). C’est une progressionde 500 % (due au fait qu’avant Stereolux, en dehors de Scopitone, nous ne programmions pasd’expositions).Un nOUVEL AxE : « LES PUBLICS SPÉCIfIqUES »Nous avons initié une action pérenne en direction des publics «spécifiques» ou «empêchés» d’accéderà la culture en raison de maladie ou d’éloignement social. Huit ateliers ont été réalisés avec différentspartenaires (PJJ, instituts spécialisés, centre nantais des réfugiés).L’ACTIOn En DIRECTIOn DU « TOUT-PUBLIC »Permettre à des amateurs d’utiliser les labos et salles de Stereolux pour une pratique créative estun objectif du projet : cette année 9 ateliers « tout-public / adultes » ont été organisés. Plusieurspublics ont été ciblés (adultes, seniors) et de nombreux ateliers ont vu un public de participantsintergénérationnel. la fréquentation de ces ateliers est bonne dans l’ensemble, seuls quelques uns ontrencontré des difficultés (période ou horaire, durée se révélant peu adaptés).Nous avons aussi fortement développé les ateliers hors temps scolaire (le mercredi ou pendant lesvacances scolaires) : 48 ateliers ont été proposés pour la tranche d’âge 5-17 ans.Dans cette dynamique, le projet le cinéma d’animation, ce n’est pas que pour les enfants, initialementproposé aux seniors, a été élargi à d’autres publics et proposé à d’autres heures, suite à des demandes.Action culturelle
  17. 17. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201218EDUCATION ARTISTIQUE EN MILIEU SCOLAIRE (suite)EDUCATION ARTISTIQUE HORS TEMPS SCOLAIRE ET ACTIVITES TOUT PUBLICNombre deprojetsNombre deséancesNombre departicipantsATELIER TOUT PUBLIC / 5-10 ANS 3 22 25ATELIER TOUT PUBLIC / 11-17 ANS 6 26 58ATELIER TOUT PUBLIC / ADULTES 11 89 127Total 20 137 210DAUTRES RETOMBEES POSITIVES DE LACTION CULTURELLEHEURESARTISTESDEPARTEMENTREGIONNATIONALINTERNATIONALATELIERS SCOLAIRES 559 10 2ATELIERS PUBLICS SPECIFIQUES 140 5 1ATELIERS HORS TPS SCOLAIRE 5-17 ANS 361 9 2ATELIERS TOUT PUBLIC ADULTES 298 12CONCERTS SCOLAIRES 276 4SPECTACLES / PERFORMANCES SCOLAIRES 144 4 1 4TOTAL 1 777 44 2 8 0POURCENTAGE 100% 81% 4% 15% 0%ORIGINE ARTISTES / INTERVENANTS0 100 200 300 400 500 600 70020122011Visites dexpositionsEnseignement supérieur Lycée Collège Primaire Petite enfance et Maternelle
  18. 18. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201219ACTIOnS POUR DÉVELOPPER LA COnnAISSAnCE SUR LES ARTS ET LA CULTUREla programmation de films et de conférences a été confortée : six conférences en collaboration avectrempolino et quatre liées à la programmation Stereolux.organisés en majorité en collaboration avec trempolino, ces conférences et débats sur les mouvementsartistiques musicaux sont proposés au grand public. Ils permettent de mieux comprendre la créationcontemporaine : la genèse, les diverses dimensions culturelles/sociales, les artistes référents et lesévolutions des mouvements.À celles-ci s’ajoute un traitement rédactionnel du journal Stereolux, de manière à présenter les enjeuxet l’environnement des artistes et des cultures programmés à Stereolux.De même les sites Internet stereolux.org et scopitone.org bénéficient d’un travail important, tant dans ledomaine des explications que de celui de la captation de spectacles, de reportages vidéo sur les artisteset les œuvres et de l’archivage.COnCLUSIOnPour conclure, il est certain que l’arrivée à Stereolux a considérablement fait évoluer la typologie despublics touchés qui s’emparent du lieu et des activités de manière enthousiaste, notamment certainspublics spécifiques qui sont ravis de tisser un lien permanent avec une équipe et un lieu culturel commeStereolux.Pour 2013, l’objectif est de mieux organiser et développer les relations entre la programmation artistiquede Stereolux et les activités d’action culturelle qui sont difficiles à harmoniser en raison des planningsde programmation différents.Action culturelle (suite)
  19. 19. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201220Communication digitale
  20. 20. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201221l’arrivée à Stereolux a vu la définition d’une nouvelle stratégie et d’une refonte globale des outilset supports de communication.COmmUnICATIOn DIgITALEPour la communication digitale, la stratégie est de multiplier les points de contacts, d’utiliser lessites internet (Stereolux et Scopitone) comme outils informatifs et rédactionnels, de renforcer lacommunication avec le public et de préparer l’open data :• Spectre de plus en plus large de portails et de blogs spécialisés investis sur internet• Ouverture de nos données via la plateforme Cibul (en attendant la mise en place del’open data)• Développement du Livecom  (dispositif temps réel mobile et participatif sur Twitterprincipalement) : reportage en live sur les activités du laboratoire arts & technologies etScopitone essentiellement pour inciter à la participation des internautes.• Mise en place de tous les mailings dédiés par typologies d’activités (en moyenne1 newsletter par mois par secteur d’activité  : ateliers, arts numériques, conférences,spectacles Jeune public, concerts, alertes mises en vente, menu du jour brasserie,laboratoire) et poursuite de la newsletter générale tous les 15 jours  : 53 newslettersthématiques envoyées en 2012 et 15 newsletters générales.l’ensemble des actions a amené une progression d’audience, de connexion et de ventes (voirschémas) : le site Stereolux est aujourd’hui le premier point de vente de nos spectacles.COmmUnICATIOn PAPIERPour la communication papier, nous avons peaufiné la formule du «  Stereolux mag  », supportpromotionnel mais aussi informatif sur les enjeux qui traversent nos activités.le Stereolux Mag a bénéficié d’ajustements visant à le rendre plus clair et informatif, tout en étantexhaustif sur les sujets traités. le succès de cette formule est aujourd’hui réel et les nombreuxretours très positifs en témoignent.Pour l’impression des supports, nous avons recours à des imprimeries locales qui nous garantissent unpapier recyclé proprement (sans incidence sur l’environnement), des encres végétales et des pâtesà papier fabriquées en France dans le respect de la législation du travail.Pour les autres supports (affiches, flyers, etc.), les stratégies et moyens utilisés sont très différentsselon les services et activités promues. Ceci complexifie notablement le travail du service maisrépond positivement aux usages et pratiques différenciés de ces cibles.Communication et commercialisation
  21. 21. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201222La promotion des activités par service (hors internet)Les statistiques portent sur :- Musique : 87 concerts dénombrés en 2012- Art Numérique : 18 événements- Laboratoire : 22 événements(1)- Action Culturelle : 36 événements(2)(1) : les activités du Laboratoire sont défendues essentiellement via les outils digitaux (site internet, twitter, facebook,emailings dédiés…). La promotion print reste anecdotique et ne concerne que les événements à haute portée stratégiquepour le Labo et/ou avec un volet diffusion (ex : Pure Creative Data)(2) : Laction culturelle présente un fonctionnement particulier eu égard aux autres services. En effet, la plupart des supportsde communication print font la promotion de plusieurs événements ; ceux-ci pouvant être à cheval sur 2 années (lesbrochures ont par ex présenté la totalité des ateliers programmés en 2012/2013). Ainsi, ces chiffres indiquent que lacommunication du service action culturelle passe par un nombre limité de support (en termes de type et de quantité)Promotion des activités par service (hors internet)
  22. 22. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201223Communication et commercialisation (suite)RELATIOnS ET PARTEnARIATS mÉDIASAujourd’hui, même si la partie diffusion et plus particulièrement diffusion musique est encore la mieuxidentifiée du projet Stereolux, beaucoup de médias sont venus à la Fabrique sur Scopitone ou lors del’exposition Particles dans le cadre de Voyage à Nantes et ont pu ainsi connaître et comprendre le projetartistique et culturel dans sa globalité.Des partenariats nationaux ont pu être démarrés en 2012 sur Scopitone avec ArteliveWeb et Arte Creativeet des partenariats annuels sont signés avec des médias nationaux : ArteliveWeb, MCD, Digitalrati, Nova,tsugi... et ponctuellement les Inrocks.la multiplicité des activités, réseaux et filières nous a amené à recruter une chargée de communicationpour les activités multimédias (expositions, spectacles, Jeune public, action culturelle et le laboratoireArts et technologie).CLUB D’EnTREPRISE ET PARTEnARIATS PRIVÉSle Club d’entreprises a vu le nombre de ses membres stagner. Aussi, le Club d’entreprise a étéprovisoirement abandonné pour la saison 2012/2013.les autres partenariats privés se sont maintenus, notamment sur Scopitone.une personne a été engagée en mission durant plusieurs mois pour négocier des partenariats privésmais sans résultat. une stratégie doit être posée avant d’aller plus avant dans ce domaine.COnCLUSIOnle lancement de la communication de Stereolux a été couronné de succès et la notoriété du projet en abeaucoup profité, au niveau national et international. le service a su gérer la multiplicité de disciplines/activités/réseaux et publics (et les stratégies très différentes qui en résultent) avec pour résultat de trèsbonnes fréquentations pour l’ensemble de celles-ci.Pour 2013, l’objectif en terme de communication digitale est d’augmenter nos abonnés aux newslettersthématiques et principalement Jeune public et conférences, de poursuivre les évolutions pour les sitesinternet et renforcer notre présence via portails et blogs.Il est nécessaire d’optimiser la stratégie et la tactique de communication pour les spectacles multimédias(quel public toucher ? Comment ? Selon quel planning?) et les nouvelles activités (création, laboratoirearts & technologies et action culturelle notamment) pour asseoir notre identité pluridisciplinaire et inter-filière et la marque Stereolux.enfin, en ce qui concerne la presse, le resserrement des liens avec la PQr, notamment en impliquantplus directement les programmateurs dans ces relations et le développement et la diversification de nospoints de contacts nationaux sont essentiels pour une meilleure couverture de nos activités.
  23. 23. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201224FREQUENTATION ANNEE 2012ActivitéLOCATIONSREDUITSPECIALGUICHETTotalPAYANTS%PAYANTSEXOSINVITATIONS31 175 4 837 941 1 063 38 016 88% 2 824 2 233 43 0737 274 1 025 0 0 8 299 70% 2 609 1 000 11 9085 492 2 260 0 934 8 686 79% 1 279 1 004 10 969298 428 60 28 814 15% 4 170 486 5 470Installations Art Numérique 63 624 63 624Spectacles Jeune Public 329 227 0 262 818 54% 128 580 1 526440 4400 0 0 0 0 0% 0 1 552 1 55211 311 0 2 978 1 153 15 442 88% 603 1 424 17 469Concerts et spectacles scolaires / Visites expositions par des scolaires 0 0% 4 481 4 481Ateliers scolaires 612 612Ateliers Publics Spécifiques / Visites expositions par des publics spécifiques 41 40 81Ateliers tout public 210 210Événements professionnels soutenus par Stereolux ou auxquels Stereolux collabore 1 174 1 174Événements professionnels initiés, produits ou coproduits par Stereolux 680 680Mises à disposition de locaux pour évènements professionnels (Labo & Evènementiel) 2 618 2 618TOTAL GENERAL 55 879 8 777 3 979 3 440 72 938 11 613 81 336 165 887Légendes :Colonne exos = invitations sur activités payantes (presse, jeux, partenariat)Colonne invitations = spectacle gratuit (Cartes Olympic, scolaires, Happy Hour, Transmusicales, plein air gratuit etc.)Les expositions « musique » présentées dans le hall (pour 2012, Grems et photographes Stereolux) ne sont pas comptabilisées.CARTES OLYMPIC > STEREOLUXNbre % Nbre % Nbre %Salarié 18 € 456 32% 406 0 273 0Duo 29 € 153 11% 288 0 148 0Famille 32 € 19 1% 42 0 0Étudiants 14,5 € 368 26% 247 0 141 0Pass Culture 14,5 € 62 4% 69 0 112 0Demandeurs demploi 9 € 357 25% 245 0 156 0TOTALConcerts programmés par Songo - Hors Stereolux2012 2011 20101415 1297 830Concerts programmés par Songo à Stereolux / Micro TOTALSPECTATEURSPRIX 2012Spectacles multimédias, Performances, Ciné-Concerts, ProjectionsConférences et débats tout publicMises à disposition des salles pour concert avec soutien logistiqueAutres mise à disposition des salles pour concertsSPECTATEURS PAYANTS GRATUITSConcerts programmés par Songo à Stereolux / MaxiMoins de 20 ans12%De 20 à 24 ans17%De 25 à 34 ans43%De 35 à 44 ans20%45 ans et plus8%201262%38%2012Homme FemmeFréquentation 2012
  24. 24. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201225Un BILAn TRèS POSITIfla fréquentation du projet pour l’année 2012 est très positive. en témoignent les moyennes de spectateurspayants des concerts qui, bien souvent, sont nettement supérieures (20 à 30 %) à la moyenne nationale.l’ensemble des activités enregistrent de très bons scores. Notamment les nouvelles activités «numériques » du projet (installations d’arts numériques, ateliers «tout public», laboratoire arts ettechnologies). Ceci est notamment illustré par les quatre expositions qui en dehors de Particles(présentée dans le cadre de Voyage à Nantes) et de Scopitone, totalisent pour 10 semaines d’ouverture15 000 visiteurs !un bémol dans ce panorama positif : la fréquentation des spectacles transdisciplinaires. elle est en « dentde scie ». Certains spectacles ont très bien fonctionné (Stand Alone zone / Castafiore, Turn off the lightet les performances multimédias gratuites) ; d’autres beaucoup moins bien (Theatre / Superamas). lesnouveaux champs explorés par ces spectacles qui croisent différentes disciplines, le caractère hétérogènede la programmation (différentes disciplines ou médias selon les propositions) entraînent parfois unedifficulté à toucher un public conséquent et fidèle. une présentation de « saison » formant un « tout »pourrait être une possibilité pour contourner ces écueils.Stereolux a donc rencontré son public. Ces tendances ne semblent pas s’inverser en fin d’année 2012, alorsque le projet a dépassé sa première année d’existence.CARTES STEREOLUxle nombre de cartes venues est de 1 415, en très légère progression (1 297 en 2011 soit 9 % de progression).les hommes restent très majoritaires (61 %). on note une forte progression des 35-44 ans qui atteignent 20% (record depuis la création de la structure en 95) et au-dessus de 45 ans (8 %). les conditions d’accueilet de confort de Stereolux par rapport à l’olympic en sont peut-être une des raisons.Fréquentation
  25. 25. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201226thé numérique - multimédiaCaen Maintenant - Stereoluxopen Data - ConférenceBain de midi - Multimedia enfantthe xx - StereoluxInterface neuronale - rencontre
  26. 26. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201227l’équipe exploitation-technique a été mise à rude épreuve en 2012 : sur un rythme soutenu et sans pauseestivale, l’équipe a dû répondre à différentes configurations d’événements et de bâtiment, sous forme depremières pour plusieurs d’entre elles, avec des freins et des limites liées à l’après-livraison du bâtiment,de la jeunesse du nouveau projet et d’un service nouvellement constitué.InCIDEnCES DU RETARD DE LIVRAISOn DU BÂTImEnTle retard pris avant l’inauguration (30 septembre 2011), liée à la livraison tardive du bâtiment et de certainséquipements, a occasionné des retards dans l’exploitation pérenne de nombreux équipements sons etlumière, des glissements de postes préjudiciables aux conditions de travail de l’équipe et à la formationdes personnels techniques aux nouveaux matériels.De plus, la période de garantie de parfait achèvement (GPA) du chantier (finition de certains lots nonterminés à l’ouverture, les levées de nombreuses réserves etc.) ont mobilisé certaines personnes duservice (l’ensemble de la mobilisation de l’équipe est estimée à 1 etP pendant 1 an).Nous avons poursuivi la campagne d’investissements en matériels et équipements entamée en 2011.fOnCTIOnnEmEnT DU SERVICE : PROCÉDURESle travail d’évaluation des problématiques de fonctionnement et l’établissement formel de procéduresinternes au service et inter-services (relations entre les services de programmation d’activités et le servicetechnique) a été poursuivi. Ceci a aussi amené au recrutement d’un régisseur son en juillet 2012.COnCLUSIOnle caractère pluriel et pluridisciplinaire des activités et la particularité technique et organisationnelle decertains événements (exposition Particles, événement Web2Day pour ne citer qu’eux) a fortement sollicitél’équipe dans la préparation et l’exploitation. Des savoir-faire ont été acquis durant toute cette annéela totalité des activités ont été correctement menées du point de vue technique. Aucun dysfonctionnementnotable n’est apparu pour les artistes, les utilisateurs du lieu et le public. un cap a été franchi qui permetla reconnaissance de Stereolux sur les plans de l’accueil technique.les objectifs sont la poursuite du travail engagé et décrit ci-dessus, afin d’apporter une meilleure fluiditéet de meilleures conditions de réponse aux sollicitations.en raison du retard de livraison du bâtiment et de la forte activité, une seule formation a pu être menée(nacelle) en 2012. une campagne de formation sera menée en 2013 (habilitations électriques, accroches,etc..) pour la compléter.Service exploitation
  27. 27. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201228237 2362081902002102202302402012 2011 2010Nombre dadhérentsEffectif0% 20% 40% 60% 80% 100%201220112010Répartition par sexeFemmesHommes54%39%7%Répartition par collège 2012Diffusion et créationAction culturelle & dvpt des pratiquesStructuration du secteur et soutien aux initiatives
  28. 28. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201229UnE fORTE ACTIVITÉ DU COnSEIL D’ADmInISTRATIOn le Conseil d’administration s’est réuni neuf fois (deux de moins qu’en 2011). C’est donc un fortinvestissement de ce dernier, en regard à la montée en charge de l’activité et de l’actualité de lastructure.DES ADhÉSIOnS STABLESle nombre d’adhérents est identique à l’année 2011 (237).le taux de renouvellement a progressélégèrement, passant de 23% à 27,8 %. on note une forte augmentation des femmes adhérentes(majoritaires avec 55 % contrairement à 2011).DE nOUVELLES ACTIVITÉS PROPOSÉES AUx ADhÉREnTSl’année 2012 amorce un tournant dans la vie associative. l’association avait à cœur de proposerà ses adhérents de nouvelles activités sortant du schéma classique de « pur bénévolat ». Deuxactivités sous forme d’atelier ont ainsi été mises en place.• Atelier programmation « go sound » 12 adhérents en collaboration avec le programmateur musique, Jean-Michel Dupas ont eu en chargel’organisation et la programmation d’une soirée arrêtée à la date du 19 octobre 2012.Des rendez-vous réguliers, au nombre de cinq, avec le programmateur musique ont permisl’élaboration d’un budget, le choix de la programmation (soirée comptant pas moins de 5 groupes !).les adhérents ont ensuite fait les démarches auprès des artistes / tourneurs : propositions descachets, contrats, besoins logistiques...Désireux d’aller encore plus loin, ils ont également pris en charge la création et diffusion des supportsde communication, la mise en place de la billetterie, l’accueil artiste...soutenus et accompagnés parles salariés des différents services.• Atelier scénographie « Bain de midi »Proposé dans le cadre de l’exposition multimédia « Bain de midi », quatre adhérents ont pris encharge une partie de la scénographie autour de l’exposition.lors d’un premier rendez-vous les participants ont rencontré les artistes du collectif lab 212, afin dedécouvrir leur univers artistique et définir ensemble une esthétique.en relation avec les responsables du service action culturelle (Mélanie legrand) et du servicemultimédia (Cédric Huchet), carte blanche leur a été donnée pour penser le balisage de l’expositionet la création d’une zone récréative. Ils ont aussi pensé et réalisé le livret pédagogique remis auxenfants des écoles.la vie associative se développe donc de manière positive. Des relations plus fortes existent entreles adhérents et les activités du projet.Stereolux / l’olympicSongo – association loi 1901rapport d’activité 2011Vie associative
  29. 29. StereoluxSongo – association Loi 1901Rapport d’activité 201230Budget général Stereolux 2012DEPENSES 2012 2012 réalisé RECETTES 2012 2012 réaliséDIFFUSION MUSIQUES ACTUELLES 1 829 152 € 1 691 573 € DIFFUSION MUSIQUES ACTUELLES 1 133 385 € 964 607 €Recettes propres 1 133 385 € 964 607 €Saison de programmation musicale 867 666 € 838 737 € Recette dexploitation 893 125 € 830 013 €Soirées spéciales - Thématiques 99 766 € 77 770 € Apport partenaires privé 15 000 € 0 €Financement société civile / professionnel 12 000 € 27 000 €Communication 59 928 € 71 640 € Autres recettes 197 456 € 80 736 €Recettes communication 15 804 € 26 859 €Personnel permanent imputé à la diffusion musique 376 481 € 358 056 € Financements publics fléchés 0 € 0 €Quote part frais fixes de la structure 425 312 € 345 370 €DIFFUSION MULTIMEDIA / ARTS NUMERIQUES 537 347 € 503 347 € DIFFUSION MULTIMEDIA / ARTS NUMERIQUES 196 001 € 134 333 €Recettes propres 120 172 € 59 567 €Saison de programmation spectacle multimédia et performance 97 955 € 104 594 € Recette dexploitation 80 317 € 30 825 €Saison dexposition darts numériques 189 338 € 124 997 € Apport partenaires privé 0 € 0 €Saison de spectacle jeunes publics 31 917 € 12 990 € Financement société civile / professionnel 0 € 0 €Autres recettes 39 855 € 21 416 €Communication 11 198 € 19 538 € Recettes communication 7 325 €Financements publics fléchés 75 829 € 74 766 €Personnel permanent imputé à la diffusion multimédia 121 094 € 149 615 € Subvention ville de Nantes VAN 80 000 € 80 000 €Quote part frais fixes de la structure 85 845 € 91 614 € tva s/subvention -4 171 € -5 234 €0 €SOUTIEN A LA CREATION MUSIQUE 70 302 € 67 930 € SOUTIEN A LA CREATION MUSIQUE 5 890 € 19 928 €Recettes propres 5 890 € 19 928 €Création musique 28 650 € 29 401 € Recette dexploitation 0 € 0 €Apport partenaires privé 0 € 0 €Communication 1 995 € 3 256 € Financement société civile / professionnel 0 € 16 039 €Autres recettes 5 890 € 2 668 €Personnel permanent imputé à la création musique 26 971 € 23 859 € Recettes communication 1 221 €Quote part frais fixes de la structure 12 686 € 11 414 € Financements publics fléchés 0 € 0 €SOUTIEN A LA CREATION MULTIMEDIA 228 473 € 114 490 € SOUTIEN A LA CREATION MULTIMEDIA 18 366 € 5 642 €Recettes propres 18 366 € 5 642 €Création multimédia 53 485 € 32 365 € Recette dexploitation 0 € 0 €Projet européen - coproduction de création 37 000 € 291 € Apport partenaires privé 0 € 0 €Création Scopitone 0 € 0 € Financement société civile / professionnel 0 € 0 €Communication 5 075 € 6 513 € Autres recettes 18 366 € 3 200 €Recettes communication 2 442 €Personnel permanent imputé à la création multimédia 93 353 € 61 632 € Financements publics fléchés 0 € 0 €Quote part frais fixes de la structure 39 560 € 13 690 € Conseil Régional - Aide à la création Arts Numériques (TTC) 0 € 0 €TVA sur subvention 0 € 0 €ACTION CULTURELLE 259 090 € 260 509 € ACTION CULTURELLE 37 067 € 33 750 €Recettes propres 33 276 € 30 946 €Education artistique 54 615 € 46 243 € Recette dexploitation 12 200 € 16 438 €Actions en direction du tout public 31 350 € 50 832 € Apport partenaires privé 0 € 0 €Action en direction de publics spécifiques 13 890 € 7 696 € Financement société civile / professionnel 0 € 0 €Autres recettes 21 076 € 9 625 €Communication 9 805 € 13 025 € Recettes communication 4 883 €Financements publics fléchés 3 791 € 2 804 €Personnel permanent imputé à laction culturelle 104 032 € 101 540 € Conseil Régional - Dispositif "Décibel" (TTC) 4 000 € 3 000 €Quote part charges fixes de la structure 45 398 € 41 172 € TVA sur subvention -209 € -196 €SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT LOCAL POUR LA MUSIQUE 238 429 € 182 934 € SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT LOCAL POUR LA MUSIQUE 149 717 € 160 283 €Recettes propres 149 717 € 160 283 €Mise à disposition des salles de spectacle 95 655 € 97 402 € Recette dexploitation 127 396 € 150 806 €Accompagnement artistique de la scène locale 16 218 € 395 € Apport partenaires privé 0 € 0 €Financement société civile / professionnel 0 € 0 €Communication 4 265 € 3 256 € Autres recettes 22 321 € 8 256 €Recettes communication 1 221 €Personnel permanent imputé au développement local - Musique 74 213 € 46 562 € Financements publics fléchés 0 € 0 €Quote part charges fixes de la structure 48 078 € 35 319 €LABORATOIRE ARTS & TECHNOLOGIES 209 636 € 197 515 € LABORATOIRE ARTS & TECHNOLOGIES 99 442 € 114 939 €Recettes propres 49 442 € 64 939 €Module de travail et/ou dexpérimentation 9 750 € 1 573 € Recette dexploitation 34 815 € 54 093 €Evènement professionnel / conférence / workshop 12 950 € 45 212 € Apport partenaires privé 0 € 0 €Projet collaboratif art / recherche / entreprise 18 899 € 8 754 € Financement société civile / professionnel 0 € 0 €Accompagnement de porteur de projet ("proof of concept") 0 € 0 € Autres recettes 14 627 € 5 962 €Collaboration / soutien à des évènements non produit 0 € 0 € Recettes communication 4 883 €Mise à disposition des locaux 26 317 € 4 411 € Financements publics fléchés 50 000 € 50 000 €Nantes Métropole (TTC) 0 € 0 €Communication 8 185 € 13 025 € TVA sur subvention (19,6%) 0 € 0 €Conseil Régional (TTC) 0 € 0 €Personnel permanent imputé au développement local - Multimédia 102 030 € 99 034 € TVA sur subvention (19,6%) 0 € 0 €Quote part charges fixes de la structure 31 505 € 25 506 € Conseil Général (TTC) 50 000 € 50 000 €TVA sur subvention (19,6%) 0 € 0 €SCOPITONE 752 984 € 1 190 393 € SCOPITONE 358 036 € 659 545 €Recettes propres 265 382 € 514 685 €Concerts, Spectacles, Performances 106 946 € 139 152 € Recette dexploitation 120 400 € 390 401 €Expositions, Installations, Arts Visuels 29 000 € 27 734 € Apport partenaires privé 55 000 € 49 831 €Coproduction 0 € 630 € Financement société civile / professionnel 13 000 € 16 673 €Autres dépenses liées aux activités 219 387 € 404 648 € Autres recettes 76 982 € 57 781 €Evènement professionnel / conférence / workshop 3 200 € 3 293 €Ateliers Action culturelleFinancements publics fléchés 92 654 € 144 860 €Communication 42 000 € 131 735 € Conseil Régional 45 000 € 55 000 €TVA sur subvention -2 346 € -3 598 €Personnel permanent imputé à Scopitone 186 635 € 236 027 € Nantes Métropole 50 000 € 50 000 €Quote part charges fixes de la structure 165 816 € 247 173 € TVA sur subvention 0 € -3 271 €Ville de Nantes 0 € 50 000 €TVA sur subvention 0 € -3 271 €FINANCEMENTS PUBLICS AU FONCTIONNEMENT 2 127 508 € 2 128 473 €Ville de Nantes 1 751 000 € 1 751 000 €Ministère de la Culture 242 050 € 242 040 €Conseil Général 85 000 € 90 000 €Conseil Régional - Aide Label SMAC 47 000 € 43 000 €Nantes Métropole 0 € 0 €Aide à lemploi 2 458 € 2 433 €TOTAL DEPENSES (avant dotations auxamortissements)4 125 412 € 4 208 692 €TOTAL RECETTES (avant réintégration subventioninvestissement)4 125 412 € 4 221 500 €DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTSintégrées dans lesquote-parts de fraisfixes de chaqueservice316 075 € REINTEGRATIONS SUBVENTIONS INVESTISSEMENTSintégrées dans lesquote-parts de fraisfixes de chaqueservice297 392 €TOTAL DEPENSES 4 125 412 € 4 524 767 € TOTAL RECETTES 4 125 412 € 4 518 892 €Résultat après investissements : 0 € -5 875 €Budget Stereolux 2012
  30. 30. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201231ADmInISTRATIOnun travail de réorganisation interne (modification des fiches de postes, fin des recrutements, procéduresinternes…), de construction d’outils budgétaires pour le nouveau projet et de suivi par activités a étépoursuivi.le budget a doublé par rapport à l’époque olympic, les activités se sont diversifiées, la dimensioninternationale de Stereolux entraîne également une augmentation des collaborations et contractualisationsavec l’étranger (artistes, entreprises et structures culturelles) ce qui sollicite très fortement le serviceadministration.BUDgET 2012le budget réalisé 2012 est supérieur au budget prévisionnel de 10 % environ.la majeure partie de cet écart provient du festival Scopitone dont le chiffre d’affaires a été nettementsupérieur aux prévisions, celles-ci ayant été faites fin 2011 sans connaître les lieux et programmationsdu festival 2012 ; il faut rappeler que la jauge des Friches électros a été augmentée de 500 personnes etqu’un travail spécial de décoration et d’aménagement a été décidé au printemps.les autres activités sont assez conformes aux prévisions. Il est à noter que la réintégration dessubventions d’investissement était répartie dans chaque service (au prorata de son poids budgétairepar rapport au budget général des activités), alors que dans le « réalisé » (et pour les années futures),pour une commodité de lecture et de compréhension, ils ont été isolés en bas de tableau. Ceci entraîneune tendance à abaisser le budget « réalisé » de chaque service.en ce qui concerne le fonctionnement général de la structure, on remarque une surestimation descharges de personnel, en raison des arrivées plus tardives et de prévisions de charges supérieures à laréalité. Par contre, nous avons eu des dépenses de petit équipement et de complément de matériel/décoration et aménagements supérieures aux prévisions liées à l’arrivée dans un nouveau bâtiment.Au final, le budget 2012 est très légèrement déficitaire, de l’ordre de 5 000 t.Administration et budget
  31. 31. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201232Web2day - ConférenceCinetose - ScopitoneAperture - ScopitonetHeAtre Superamas - StereoluxC2C - ScopitoneBody head - Stereolux
  32. 32. StereoluxSongo – association loi 1901rapport d’activité 201233StereoluxSongo (association loi 1901)licence d’entrepreneur de spectacle :1-1048676 ; 2-1013579 ; 3-1013580l’association est conventionnée avec laVille de Nantes,la DrAC des Pays de la loire / ministèrede la Culture et de la Communication(label national SMAC), le Département dela loire-Atlantique, la région des Pays dela loire.Conseil d’administration :Président : Cyrille Bureau,Vice-Président : laurent Mareschal,trésorier : Jean-Alain Navarre,Secrétaire : Arnaud Mesnard,Administrateurs : Isabelle eveillard,Christophe Beauducel,Gilles Janin, Cécile Staehle, GaëlleWarion.ÉQuIPe PerMANeNteDirectionDirecteur : eric BoistardAdjoint de direction : Davy DemalineAssistante de direction : Céline PouxAdministration / comptabilitéAdministratrice : Véronique BernardeauPaie - Comptabilité : Caroline CosteComptabilité : Céline ImarimusiqueProgrammateur Musique : Jean-MichelDupasChargée de production musique :Pauline Schopphovenmultimédia et festival ScopitoneProgrammateur Arts numériques,Multimédia et festival Scopitone : CédricHuchetAssistante de production Artsnumériques, Multimédia et festivalScopitone : Yeliz ozenresponsable laboratoire Arts ettechnologies : lucile ColombainAssistant de production laboratoire Artset technologies : Boris letessierAction culturelleresponsable de l’Action culturelle :Mélanie legrandAssistante action culturelle : SoniaNavarroCommunicationresponsable communication, relationspubliques et partenariat :Marieke rabouinCommunication web / nouveauxmédias : Vincent loretCommunication Musique : rémi BascourVie associative / Promotion et locationsévénementiel : Sophie CrouzetCommunication arts numériques etlaboratoire Arts et technologies :Cécile SarrazinCommercialisation/billetterie :Anita BesnierExploitation & services techniqueDirecteur d’exploitation :Christophe Godtschalckrégisseur Général : Nicolas Chataignerrégisseur multimédia / Audiovisuel etréseaux : Maël Pinardrégisseur multimédia / vidéo :Floriane réthorérégisseur lumière : Simon Bitotrégisseur son : Christophe ServaisÉQuIPe VACAtAIreAccueil billetterie : oriane Gay, DelphineVaute, Wilfried PériboisAssistante de production : edwige BeckStagiaires : Adrien Cornelissen, ArnaudDouillard, Anne Coursanrégie Générale : Christophe Burban,Anthony Dreux, Alban Gaudion, WilfridJaunatre, Pierre Pineau...technique spectacle : Maxime Bayle,erwan Belland, elie Bossis, MatthieuBourdeau, Jeremy Bregeon, AntoineCarrique, eric Chapron, StéphanieChavaroc, Christophe Corbel, JohannCornier, Stéphane Descoutures,Guillaume Durand, Guillaume escoffier,Mickael Fauchoix, Aurélien Freslon,Nicolas Gaborit, Marie Giraudet, WilfridHubert, Sébastien Jaunet, Claire lassale,Frédéric le Gavrian, Sara lebreton,Fabien lecleve, Jean Baptiste lemoine,Gildas Masse, olivier Ménard, MarieMercier, Maëla Palvadeau, olivier Pare,laurent Pinet, Christophe rousseau,Jean-Pierre Sabiron, Andy Sebillet, Patricetendron,…Équipe Bar-Brasserie / mon VoisinSARLGérant : olivier PadiouChef Brasserie : Sébastien Dugast, JulienCoicaudSecond de cuisine : Boris Villalobosresponsable Bar Concert : ludovicDutertreresponsable Brasserie : «Gino» GrimaldiServeurs Brasserie : Gwenaëlle Poumier,Zoran eruam,Serveurs Bar Concert : Mélanie Main,Pierre Stadelmann, renaud Chambre,Aline Schaal, olivia Blanchard,…Cuisine catering : Martine VillieuMerci aux salariés vacataires nonnommés qui ont participé à certainesactivitésdu projet.Merci aussi aux bénévoles et à leurprécieux concours !Prestataires :Accueil public : AGPAffichage - distribution : APS, Igloo, MComédiasGraphisme : Kiaï, Paplar, Manon rivière,Appelle-moi Papa, Alice Dufay, PlasticBionic, Antonin Faurel, lab 212, Nosoda…Nettoyage : eHSImpressions : Imprimerie Allais, rDSPartenaires officiels :Scopitone : Crédit Mutuel loireAtlantique Centre ouest ; INBeV ;Ackerman Stereolux reçoit le mécénat de IntuitiCrédits photosÉtienne houtin, magalie fonteneau,Nicolas Bretaudeau, bellavieza, songo.

×