Etude sur les réseaux sociaux pour une valorisation du tourisme de randonnée
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Etude sur les réseaux sociaux pour une valorisation du tourisme de randonnée

on

  • 913 views

 

Statistics

Views

Total Views
913
Views on SlideShare
913
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Etude sur les réseaux sociaux pour une valorisation du tourisme de randonnée Document Transcript

  • 1. Groupe IF2EExamens de la FEDERapport d’activité présenté à l’épreuveprofessionnelle de soutenance du Diplôme Européend’Etudes Supérieures en Tourisme et Hôtellerie de2013Etude sur les réseaux sociaux pour une valorisation dutourisme de randonnée en DordognePrésenté par Stéphanie ALFFN° Candidat : 69840
  • 2. RemerciementsJe tiens à remercier Mme Montfort et Mme Devillers pour leurs conseils et leursuivi tout au long de mes recherches.Mes remerciements vont à M. Honorat, chef du Service Tourisme du Conseilgénéral de la Dordogne pour m’avoir permis de réaliser mon stage au ServiceTourisme et pour m’avoir consacré du temps.Je remercie tout particulièrement M. Philippe Debet, mon maître de stage,ainsi que Mme Corinne Laleu que j’ai assidument sollicité durant ces mois destage; merci d’avoir répondu à mes questions et d’avoir toujours été à monécoute.L’accueil chaleureux et avenant de ces personnes qui m’ont accueilli m’apermis d’aborder avec confiance le travail que je devais réaliser.Je remercie M. Arnaud Zany pour m’avoir aidé et conseillé dans mesrecherches tout au long de mon stage.
  • 3. SOMMAIREIntroduction..................................................................................................1I. La Randonnée en Dordogne..................................................................2A. Une pratique en pleine évolution depuis 1988 ......................................................... 21. Le PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée) ..................22. Un médium national et un médium européen pour une meilleure approche des populationsde randonneurs : la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP) et la FédérationEuropéenne de Randonnée Pédestre (FERP)..................................................................................4B. La Randonnée en Dordogne : mode d’emploi et limites ........................................... 61. L’édition des outils de randonnée ..........................................................................................62. Les limites...............................................................................................................................8II. Les enjeux touristiques de la randonnée en Dordogne.........................10A. Les acteurs de sa valorisation au sein du Conseil général ....................................... 101. Le Service Tourisme du Conseil général ...............................................................................102. Le Comité Départemental du Tourisme (CDT)......................................................................103. SEMITOUR ............................................................................................................................11B. A l’ère de la communication : un outil majeur de valorisation de la Randonnée enDordogne : le site internet du Service Tourisme........................................................... 121. Etat des lieux ........................................................................................................................132. Limites et constat personnel ................................................................................................143. Objectifs à l’issue de mon stage ...........................................................................................16C. Réseaux sociaux..................................................................................................... 181. Etat des lieux des réseaux sociaux du Service Tourisme de la Dordogne .............................182. Mes recherches et les critiques pour la randonnée..............................................................193. L’aboutissement de mes recherches pour une meilleure valorisation de la randonnée enDordogne......................................................................................................................................26
  • 4. III. Diagnostic de territoire.......................................................................31A. Le département de la Dordogne............................................................................. 311. Etat des lieux et patrimoine..................................................................................................312. Détermination des enjeux ....................................................................................................35B. Les randonnées...................................................................................................... 351. La GR : Grande Randonnée...................................................................................................362. La GRP : Grande Randonnée de Pays....................................................................................363. La PR : Petite Randonnée......................................................................................................364. Vélo routes – Voies vertes....................................................................................................365. L’itinérance douce ................................................................................................................366. Les sentiers thématiques (ou sentiers d’interprétation) ......................................................377. La marche nordique..............................................................................................................37IV. Plan marketing...................................................................................38A. Analyse SWOT ....................................................................................................... 38B. Segmentation / Cible / Positionnement ................................................................ 381. Segmentation .......................................................................................................................382. Ciblage..................................................................................................................................393. Positionnement ....................................................................................................................41C. Marketing mix ....................................................................................................... 42V. Plan de communication ......................................................................43A. Spot vidéo.............................................................................................................. 43B. Logotype................................................................................................................ 44C. Livret « Randonnée en fête »................................................................................. 45D. Les autres médias .................................................................................................. 47Conclusion ..................................................................................................48Bibliographie...............................................................................................49Sitographie .................................................................................................49
  • 5. 1IntroductionComment utiliser au mieux les réseaux sociaux et l’outil internet ? Que peuvent-ilsapporter à l’activité de randonnée et au territoire ?C’est l’objet de ma recherche pour ce stage de huit semaines au sein du Service Tourisme duConseil général de la Dordogne.Une présence sur internet est désormais indispensable pour toute entreprise ou institutionqui souhaite voir son activité grandir et être connue du plus grand nombre.La randonnée en Dordogne est une activité qui est en évolution constante depuis quelquesannées et elle a été réglementée depuis 1988 avec l’apparition du Plan Départemental desItinéraires de Promenade et de Randonnée.Cette activité de plein air est souvent le moyen dun ressourcement intellectuel ou spirituel.La randonnée peut être un moment déchange, de réflexion, de rapprochement avec lanature.Le projet concernant la valorisation de la randonnée en Dordogne à travers les réseauxsociaux et le site internet est une demande qui a été faite par les responsables du ServiceTourisme du Conseil général de la Dordogne car ils sont conscients que ces outils peuventleur permettre de développer encore plus cette activité et valoriser le territoire.Avant de pouvoir travailler sur la mise en place du projet, il m’a fallu comprendre commentutiliser au mieux ces réseaux sociaux et l’outil internet et ce qu’ils pouvaient apporter àl’activité de randonnée et au territoire : j’ai donc tout d’abord effectué de nombreusesrecherches pour cibler au mieux ce sujet.Par la suite, j’ai mis en place des actions sur ces réseaux pour tenter de créer une interactionavec les internautes, de les intéresser au mieux et comprendre leurs besoins et leursattentes.
  • 6. 2I. La Randonnée en DordogneA. Une pratique en pleine évolution depuis 1988La randonnée est une activité de plein air qui consiste à suivre un itinéraire balisé ou non.C’est la plus accessible et la plus pratiquée des activités de pleine nature car elle est gratuite etabordable. Elle s’exerce en Dordogne autant lors de séjours sportifs que lors de séjours touristiquesgrâce aux aménagements de sentiers réalisés depuis 1988 et amont au PDIPR.1. Le PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et deRandonnée)La Randonnée en Dordogne n’apparaît de façon claire et définie qu’à partir de l’élaboration du PlanDépartemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (PDIPR) en 1988 établi par le Conseilgénéral de la Dordogne.Il serait faux de dire que cette activité n’existait pas déjà mais elle était pratiquée différemment. Elleétait pratiquée en clubs et il y avait très peu de randonneurs individuels. Puisque les itinérairesétaient libres, le randonneur se promenait où bon lui semblait, parfois même sur des propriétésprivées car personne n’était très regardant à ce sujet, la législation était peu respectée et les actionsen justice rares.Le PDIPR règlemente cette pratique sportive et de loisir.En effet, le Conseil général, a décidé, par délibération du 17/11/1988, de confier à la RégieDépartementale du Tourisme de la Dordogne, la réalisation du Plan Départemental de Randonnée.La randonnée a donc eu un cadre plus officiel.L’objectif, outre la sauvegarde du patrimoine des chemins ruraux, a été de tisser un réseau de voiesde communication entretenu et balisé à l’intention des randonneurs pédestres, équestres etcyclotouristiques dans un but de sécurité des personnes et des biens.En 1991, le Conseil général de la Dordogne a accepté l’adhésion de 344 communes au PlanDépartemental de Randonnée.En 1995, la mission générale relative à la réalisation, à la promotion et à l’information du PDIPR a étéconfiée au Comité Départemental du Tourisme (CDT).En 1997, la mise en œuvre de ce plan a été confiée au Service du Tourisme du Conseil général. Lesprincipales mises en œuvre ont été : Les itinéraires de randonnées ont été étudiés et positionnés sur des domaines ruraux etpublics.
  • 7. 3 Le PDIPR a permis d’établir un état des lieux précis concernant le patrimoine naturel ethumain des secteurs traités, le recensement des services et activités ainsi que lerecensement qualitatif et quantitatif des capacités d’accueil par hébergement. Des couleursissues d’une charte nationale ont été attribuées depuis aux circuits, un balisage a étéeffectué et des panneaux installés sur les sentiers.Actuellement, 516 des 557 communes de la Dordogne sont intégrées au PDIPR. Les communautés decommunes se doivent d’entretenir leurs boucles et liaisons inscrites au Plan Départemental de laRandonnée dans le cadre de la convention d’aménagement, de gestion et d’entretien des itinérairesde promenades et de randonnées.Le problème de l’activité de pleine nature est la maîtrise du foncier car c’est ce qui va permettre defaire de la production, en fonction de la faisabilité du projet.La plupart des itinéraires tracés sont maintenant publics, entretenus par les collectivités locales,départementales, des associations de bénévoles avec, au premier rang, la Fédération Française deRandonnée Pédestre (FFRP). Quelques passages privés sont autorisés, d’autres sont tolérés ; celui quimarche sait que tous sont à respecter absolument.Aujourd’hui, la Dordogne propose 6392 kilomètres de sentiers aménagés et 1300 kilomètres dechemins de Grande Randonnée. Elle figure en superficie parmi les plus grands départements deFrance et bénéficie de randonnées très diverses : pédestres, équestres, canoë, VTT, escalade…Les parcours terrestres et nautiques permettent de découvrir quelques 350 000 ans d’occupationhumaine.Randonnées à piedIl existe en Périgord près de 1300 km de sentiers de grande randonnée (GR) pédestre. Parmi eux, unsentier vers Saint-Jacques de Compostelle, ou le GR 36 qui longe les sites préhistoriques de la valléede la Vézère.Randonnées à VTT ou véloLa plupart des sentiers sont ouverts à la pratique du VTT. Pour les amateurs de cyclotourisme, lePérigord offre 28 circuits de randonnées sur route, sur plus de 2000 km.
  • 8. 4Randonnées à chevalLespace ne manque pas dans ce département pour pratiquer la randonnée équestre. "Le Périgord àcheval" propose aux amateurs de randonnées un réseau de 900 km de pistes équestres balisées etjalonnées de relais détapes qui attendent les cavaliers itinérants.Randonnées nautiquesEn Périgord, il est difficile déchapper à lenvie dune rafraichissante descente en canoë. Plus de 60loueurs attendent les amateurs de randonnée nautique de Pâques à Octobre sur les plus longsparcours nautiques de France.Le Périgord se démarque par son patrimoine si riche, c’est ce qui attire les randonneurs et c’est encela que les chemins de randonnées peuvent être identifiés dans l’offre nationale grâce à laFédération Française de la Randonnée Pédestre.2. Un médium national et un médium européen pour une meilleureapproche des populations de randonneurs : la Fédération Française de laRandonnée Pédestre (FFRP) et la Fédération Européenne de RandonnéePédestre (FERP)La FERP a été créée en 1969 en Allemagne et la FFRP en 1978. Elles sont toutes les deux délégatairesde la pratique de la randonnée pédestre, en définissent les normes et entretiennent le réseau densede sentiers sur le territoire national et européen.La FFRP est représentée par 120 comités régionaux et départementaux de la randonnée pédestre. LaFERP regroupe 55 membres dans 30 pays, soit 2.700.000 randonneurs licenciés.La Fédération Française de Randonnée Pédestre a créé et balisé des itinéraires sur le territoirefrançais. Elle a mis en place 65 000 km de sentiers de Grande Randonnée (GR®et GR de Pays®),115 000 km d’itinéraires de Promenade et Randonnée (PR®) soit au total 180 000 km de sentiersreconnus et entretenus par quelques 6000 baliseurs bénévoles adhérents à la Fédération.
  • 9. 5Source : Site Fédération Française de la Randonnée (www.ffrandonnee.fr), 2013Pour défendre et protéger les sentiers, la FFRP a mis en place le programme Eco-Veille qui amène lespratiquants à participer à la sauvegarde des chemins en rapportant les anomalies constatées sur leterrain grâce à une fiche que transmet chaque comité départemental membre de ce réseau.Généralement, chaque club ou service s’occupant de la randonnée met cette fiche à disposition ; leService Tourisme du Conseil général de la Dordogne le fait également. Cela aide à mieux préserverles sentiers et à agir si une anomalie est constatée sur un itinéraire.Ces fiches sont transmises aux préfectures et aux collectivités locales qui remédient aux anomaliessignalées.Source : Site Fédération Française de Randonnée Pédestre, 2013 (www.ffrandonnee.fr)La FERP, elle, s’est dotée d’un système de critères « Leading Quality Trails – Best of Europe » quipermet de mesurer l’attractivité d’un sentier et garantit la qualité de la randonnée. Ce système decritères répond à la diversité et à l’unicité des paysages et des sentiers de randonnée dans lesdifférents pays et régions d’Europe. Ce label est à la fois une distinction et un moyen concret pouroptimiser l’infrastructure des itinéraires de randonnée mais il est aussi un outil de promotion desitinéraires et un outil de communication et de valorisation des pays européens. La FédérationEuropéenne de la Randonnée Pédestre s’intéresse à des éléments indispensables tels que laprotection de la nature, la coopération transfrontalière, la connaissance de l’histoire et de la cultureeuropéenne et l’organisation d’évènements à l’échelle européenne.Chiffres clés 2011- 210 000 adhérents- 20 000 bénévoles animateurset baliseurs- 120 Comités- 3 380 clubs- 80 départements Eco-Veille®- 180 000 km de sentiers balisés- 260 Topoguides®
  • 10. 6La randonnée pédestre permet de rapprocher les peuples européens entre eux et de leur faireconnaître les spécificités de chacun à travers une activité de nature.Les sentiers européens de Grande Randonnée ont été créés sous l’égide de la FERP et sont un réseaud’itinéraires traversant l’Europe. Chacun de ces sentiers traverse plusieurs pays européens sachantqu’ils sont longs de plusieurs milliers de kilomètres.Source : Wikipédia (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mapa_senderos_Europa.png)B. La Randonnée en Dordogne : mode d’emploi et limites1. L’édition des outils de randonnéeLe PDIPR a permis de déterminer les sentiers et ainsi de pouvoir les faire connaitre au plus grandnombre. Pour cela, un travail d’édition et de valorisation de ces sentiers a été rendu possible.
  • 11. 7Dès les premières ébauches sur le PDIPR, le CDT a pu éditer des documents concernant larandonnée. Les premiers topoguides datent des années 90 donc peu après l’apparition de ce plandépartemental.Un topoguide est un livre qui regroupe les randonnées à effectuer dans le département et qui donnedes informations pratiques telles que l’itinéraire à suivre tout en proposant une définition deséléments de patrimoine présents in situ.En ce qui concerne les éléments cartographiques, le CDT a édité des plans guides. Ces cartestopographiques sont des cartes à grande échelle représentant le relief. La particularité de ces plansguides est qu’ils sont indéchirables donc utilisables à vie. Ils sont vendus localement dans les Officesde Tourisme ainsi que dans les structures touristiques du Conseil général (Service Tourisme, CDT) etsont gratuits ou vendus très peu chers (2,50€ environ).Cependant, les pratiques évoluent et maintenant d’autres outils sont mis à notre disposition pourrepérer les sentiers de randonnée.Actuellement, la cartographie numérique est en pleine expansion.Dans le cadre de la randonnée, les acteurs communiquent sur leurs sentiers essentiellement àtravers des cartes numériques qui retracent les parcours.La cartographie numérique permet de visualiser sur un ordinateur léquivalent des cartes IGN©25:000 utilisées dans la pratique de la randonnée.Les logiciels de cartographie permettent aussi de tracer des randonnées et de transférer les parcoursdepuis ou vers un GPS.Les acteurs s’occupant de la randonnée peuvent créer et mémoriser les sentiers qu’ils proposent surdes logiciels ou des applications telles que Google Maps (cf. Annexe I). Cette application est la plusutilisée à l’heure actuelle car elle est facile d’utilisation. En effet, elle permet en quelques clics decréer le sentier de randonnée souhaité, d’y ajouter une description sur chaque point, d’y ajouter unlien vers un site de transport tel que la SNCF, etc.Un autre logiciel appelé Google Map Maker permet lui le partage d’informations en autorisant lesinternautes à participer à la construction des cartes de la plateforme en annotant tous les lieux deleur choix. Chacun pourra interagir sur une information déjà présente ou soumise à validation sur sazone dintérêt.Le système est énormément utilisé en mobilité. On peut imaginer que nombre dinternautes vonteux-mêmes rajouter leurs propres points dintérêts. Google Map Maker sera vite à la cartographie cequest Wikipédia pour le texte1. Et donc une obligation pour lorganisme institutionnel représentant1Source : etourisme.info
  • 12. 8le territoire dintervenir sur cet outil, à la fois pour valoriser son information, mais aussi pourcontrôler ce qu’il en est dit.Un autre développement fulgurant est l’utilisation des smartphones en randonnée. Ainsi, il fauts’adapter à cette demande et créer des circuits avec des coordonnées GPS précises pour quel’utilisateur puisse les retranscrire sur son téléphone et suivre le chemin.L’utilisateur peut, depuis un site internet de randonnée, télécharger des cartes sur son smartphonepuis ensuite les utiliser sans connexion internet sur le terrain.Cela rassure le randonneur qui utilise le smartphone comme d’autres avant utilisaient la boussole,c’est un outil sécurisant car il permet de ne pas se perdre.Grâce aux QR Codes, l’utilisateur Smartphone peut, lors d’une randonnée, scanner ce « code barre »et accéder ainsi à des informations supplémentaires. Par exemple, sur les randonnées organisées parle Service Tourisme, il existe des QR Codes qui renvoient à des enregistrements audio permettantd’en savoir un peu plus sur l’endroit traversé.Les utilisations varient cependant. Certains ne vont utiliser que leur smartphone pour allerrandonner tandis que d’autres préféreront la carte format papier. Cela dépend des âges, despratiques et des mœurs.L’outil internet va être pour certaines personnes qu’un moyen de visualiser l’offre mais elles vontpréférer utiliser l’outil papier sur le chemin de randonnée.Chacun utilise la carte qu’il préfère mais en tout cas, le randonneur a un large éventail de possibilitésqui s’offrent à lui.2. Les limitesLes premiers produits touristiques ont été montés dans les années 90-92 et comprenaient desséjours forfaits dans les gorges de l’Auvezère où les itinéraires de randonnée étaient sur du domainepublic. Les publics concernés étaient à cette époque des Comités d’Entreprises mais les forfaits ontété créés pour des individuels car ce sont eux qui répondaient à cette offre. Ils venaient en groupe de2-3 personnes pour une semaine. A cette époque la randonnée n’était pas une activité de masse2.Aujourd’hui, c’est une activité difficile à quantifier, nous connaissons mal les pratiquants donc nousne pouvons pas avoir leur nombre exact. Les pratiques des randonneurs à l’heure actuelle sontdifficiles à cerner.2Propos recueillis par M. Defarges, responsable de l’animation du réseau Rando Accueil au ComitéDépartemental du Tourisme
  • 13. 9Cependant, grâce à l’outil internet nous pouvons communiquer auprès des randonneurs et lessolliciter plus facilement pour mieux connaître leurs attentes, leurs pratiques et mieux cibler lafréquentation sur les chemins de randonnée en Dordogne.
  • 14. 10II. Les enjeux touristiques de la randonnée en DordogneA. Les acteurs de sa valorisation au sein du Conseil général1. Le Service Tourisme du Conseil généralCe service a pour rôle de mettre en place la politique touristique du département. Il met en œuvredes études ainsi que de nouveaux outils de développement touristique tels que le PDIPR3.Le Service Tourisme va avoir pour objectif principal la valorisation des sentiers de randonnée enDordogne et va qualifier l’offre proposée en classant par exemple les sentiers de randonnée selonleur intérêt touristique, selon le type de randonneurs (famille, sportif…). Un autre rôle qui lui estattribué est de vérifier les sentiers de randonnée inscrit dans le PDIPR. En effet, afin de ne pasvaloriser des sentiers non praticables ou situés sur un domaine privé, les personnes travaillant ausein du service doivent régulièrement vérifier l’état des sentiers. Il y a donc une approche physiquedu terrain.Afin de mener à bien ses objectifs, le Service Tourisme va se voir attribuer un budget defonctionnement émanant du Conseil général qui lui permettra de mettre en place des actions enfonction de celui-ci.Dépendants du Conseil général, d’autres acteurs sont en lice.2. Le Comité Départemental du Tourisme (CDT)La loi du 23/12/1992 (loi de décentralisation) porte sur la répartition des compétences dans ledomaine du tourisme. Reprise dans le Code du Tourisme, elle fixe le cadre dans lequel s’exercel’action de l’Etat, des Régions, Départements et Communes.Au niveau départemental, le Comité Départemental du Tourisme, créé à l’initiative du Conseilgénéral, généralement sous la forme associative, prépare et met en œuvre la politique touristique dudépartement.Le CDT se base sur 4 axes d’intervention : L’observation touristique (statistiques, études) : l’objectif ici est de mieux adapter l’offre auxattentes des clientèles et définir la stratégie de promotion en fonction des marchés.3Se reporter en page 1 pour la définition du PDIPR
  • 15. 11 Le montage de produits touristiques (production/qualification) : l’objectif est de développerune offre répartie sur tout le territoire et de qualité. La promotion des activités touristiques du département : faire connaitre la Dordogne tant enFrance qu’à l’étranger. La commercialisation : tester et vendre les produits touristiques de la Dordogne, encomplément des prestataires privés.Ses recettes proviennent des subventions, des participations des partenaires et adhérents etprestations de services et des dotations pour service rendu.En ce qui concerne la randonnée, c’est ce service qui va s’occuper de la promotion du PDIPR parl’édition de plans guides.Tout cela se fait avec la collaboration du Service Tourisme car c’est lui qui détient les informationsqui doivent être respectées pour la communication.3. SEMITOURLe lien entre ce réseau de Grands Sites et la randonnée est possible grâce aux itinéraires aménagésdont nous parlerons plus en avant.La SEMITOUR4est une organisation de manifestations culturelles et touristiques pour le compte dudépartement de la Dordogne.C’est une entreprise publique locale créée en 1998, instaurée dans la continuité de la RégieDépartementale du Tourisme et détenue à 80% par le Conseil général de la Dordogne.4La SEMITOUR est située au 3èmeétage du bâtiment qui regroupe le Service Tourisme du Conseil général et leCDT
  • 16. 12Source : PDF fourni par la SEMITOUR, 2012Gestionnaire de sites culturels, d’hébergements et de loisirs, la SEMITOUR Périgord est la premièreentreprise touristique du département de la Dordogne, elle a pour mission de valoriser et deprésenter un ensemble de sites exceptionnels, d’accueillir et d’animer les lieux de séjour.Depuis plus de dix ans, la SEMITOUR Périgord prouve qu’une initiative public-privé (portée par leConseil général de la Dordogne) peut obtenir des résultats économiques probants tout en servant lacause du tourisme de patrimoine et en valorisant les sites dont l’exploitation lui est confiée.La SEMITOUR c’est un réseau de quatorze sites dont sept qu’elle gère et sept délégués à despartenaires privés.Cette organisation s’appuie sur une dynamique exigeante parce qu’elle a besoin de résultats : lessites et monuments ne continueront à vivre et à être visités que s’ils sont valorisés, restaurés,entretenus, aménagés. Les propriétaires des 14 sites ont choisi de travailler ensemble. Chacun peutainsi valoriser ce que son patrimoine a d’unique, tout en s’appuyant sur un réseau qui l’informe,assure sa promotion et alimente les points de diffusion.B. A l’ère de la communication : un outil majeur de valorisation dela Randonnée en Dordogne : le site internet du Service TourismeAfin de pallier aux limites des enquêtes quantitatives de terrain, faillibles par définition (manque depersonnel, développement et multiplication des sentiers de randonnée…), le site internet du Service
  • 17. 13Tourisme du Conseil général est une des solutions envisagées avec les réseaux sociaux pour valoriserla randonnée en Dordogne : « mieux cibler les usages pour une valorisation de la pratique » etgénérer un plus grand intérêt pour ce territoire dans un but de développement économique5à courtet long terme.1. Etat des lieuxLe site internet existait dès 2000 sous le nom de randonne-dordogne.fr, devenu rando.cg24.fr en20126.Il se caractérise en premier lieu par une phrase d’introduction « un chemin… une histoire ». Celapermet de se différencier et de mettre en lumière l’offre proposée spécifique au Conseil général,celle de la randonnée culturelle, la randonnée sous forme d’histoires. En effet, en suivant les circuitsde randonnée « historique » organisés par le Conseil général, les promeneurs découvriront certes lepatrimoine historique et naturel mais aussi l’histoire des lieux, cest-à-dire les évènementsdramatiques ou plaisants qui s’y sont déroulés.La Dordogne, département rural, ne peut pas proposer des randonnées en montagne, terraintraditionnellement privilégié des randonneurs, et doit se démarquer des autres pour exister. Elle lepermet en transmettant à tous son histoire, ses richesses culturelles. Arborescence du siteIl est constitué d’une page d’accueil où défilent des actualités concernant les animations randonnéeorganisées sur le département. A l’aide de ces images, l’utilisateur a tout de suite un aspect visuel dusite.Sous ces actualités, l’utilisateur pourra choisir entre les différents onglets qui permettent dedécouvrir les randonnées mises en ligne.L’onglet « les sentiers thématiques »7répertorie tous les sentiers ayant une histoire, un thèmeassocié. Exemple : le sentier thématique de la résistance à Bassillac (cf. Annexe II) où des évocationsde la résistance sont réparties tout le long du parcours situé autour d’un ancien camp du maquis deplein air.L’entrée « les itinérances douces » répertorie les principales itinérances (circuits longs) de la région,celles praticables en plusieurs jours.5Cf. : page 25.6A cause d’un changement d’opérateur au sein du Conseil général il y a douze mois, le siterandonnee-dordogne.fr est devenu rando.cg24.fr. C’est gênant dans un sens car toute la communication sefaisait sur l’ancien nom mais d’un autre côté cela ne change pas beaucoup car si l’utilisateur tape :randonnee-dordogne.fr, il se rendra sur le nouveau site internet.7Cf. page 26.
  • 18. 14Pour chaque randonnée est ajoutée une carte précise du chemin de randonnée avec un descriptifcomplet du parcours qui est téléchargeable en format PDF (cf. Annexe II) pour pouvoir être imprimé.Sont indiqués également la difficulté de la randonnée, les coordonnées GPS du point de départ, letype de balisage, la durée, le lien vers le plan guide concernant la randonnée et le lien vers lesstructures touristiques pouvant donner de plus amples informations.Un onglet « dans le sac à dos » regroupe toutes les informations qui peuvent être utiles sur leschemins de randonnée, cest-à-dire la cartographie du département, la cartographie deshébergements, des fiches à télécharger pour indiquer un problème survenu sur un chemin, etc.L’onglet « les animations randonnées » reprend les animations offertes par le Conseil général enpartenariat avec les offices de tourisme. Ce sont des animations qui sont proposées depuis denombreuses années puisque « Randonnée en fête » existe depuis 11 ans.L’onglet « Le numeri-cantou » reprend tout ce qui concerne l’utilisation numérique de la randonnée :écoutes multimédia, visuels vidéo…Le titre « numeri-cantou » est un clin d’œil à la langue et à la culture occitane dont le pôle occitan del’agence culturelle Dordogne Périgod est associé à la définition thématique des sentiers.Enfin, le dernier onglet « la boite aux lettres » est créé pour informer les utilisateurs. Cet onglet estconstitué de la newsletter, des informations de contact et d’une page témoignage où les personnespeuvent s’exprimer.2. Limites et constat personnelSelon les statistiques issues de Google Analytics, le site internet est moyennement apprécié desutilisateurs. En effet, celles-ci indiquent, au 11 Mai 2012, que sur 2149 connections, le taux derebond est de 43%, ce qui veut dire que les visiteurs se sont connectés sur une page puis sont partisdu site internet. Ceci prouve qu’ils n’ont pas pu utiliser cette interface, et pour des raisons que jepréciserais plus avant, ils n’ont pas trouvé l’information qu’ils souhaitaient dès le premier « clic ».Le site bénéficie en effet, au 11/05/2012, de 2149 visites en un mois et d’un temps moyen de visitede 3 minutes. Il connaît un taux de fréquentation de 73,94% nouveaux visiteurs par mois maisseulement 26% d’utilisateurs reviennent sur l’interface. C’est un résultat préoccupant car il indiqueque le site ne fidélise pas le visiteur, celui-ci n’est pas tenté d’y retourner afin d’être informérégulièrement des nouvelles offres et actualités mises en ligne.Je pense que la visibilité du site internet n’est pas assez forte, les personnes ne comprennent pasclairement ce qui est proposé et où il est possible de trouver de l’information.
  • 19. 15Afin d’obtenir des pistes de recherche sur les réseaux sociaux et le web, j’ai rencontré M. AntoineChotard, responsable de la veille chez Aquitaine Europe Communication8à Bordeaux le 09 mai 2012.Celui-ci m’a indiqué qu’il ne comprenait pas comment naviguer sur le site internet de la randonnée,que des noms d’onglet n’étaient pas clairs et que le site semblait plus adressé à une populationlocale.En effet, il est souvent indiqué dans les titres « le caminaire ira randonner… ». Or, pour quelqu’und’extérieur, il est difficile de comprendre ce qu’est un caminaire. Une communication sur cepersonnage de caminaire serait à mettre en place pour que l’information soit accessible à tous lesutilisateurs, venant de n’importe quelle région ou pays.Selon M. Chotard, il faut également faire apparaître les cartes concernant l’itinéraire proposé demanière plus évidente, il faut les mettre en avant car c’est ce que l’utilisateur recherche en premierlieu.Il trouve également que l’offre proposée n’est pas mise en exergue : nous communiquons sur deschemins sans que leur histoire patrimoniale apparaisse clairement alors que c’est le but recherché.Aujourd’hui, selon lui, sur le net, les personnes recherchent du contenu : photos, vidéos, élémentscartographiques et des avis, des témoignages car c’est ce qui va permettre aux utilisateurs dedéterminer la destination finale.Autre constat critique : le manque de communication entre les services.Il y a peu de communication entre le site internet institutionnel du Conseil général et le site de larandonnée du Service Tourisme. Les deux sites internet n’ont pas de trame ou de mise en pagecommune. Un effort de corrélation est à mon avis indispensable entre ces structures quireprésentent la même organisation.Enfin, mis à part le logo, rien n’indique sur le site internet de la randonnée que celui-ci dépend duConseil général, ce qui nuit encore à la cohésion entre les sites.Cela est dommageable car tous gagneraient en s’identifiant sous la même dénomination. En effet,cela permettrait aux personnes qui visitent ces sites de comprendre que l’un et l’autre font partie dela même structure et se complètent.Même constat pour l’absence de partenaires. En effet, peu d’offices de tourisme ou de clubs derandonnées parlent du ou font un lien vers le site du Service Tourisme. Ce que m’a indiqué M.Chotard est qu’il fallait que cette démarche soit un échange. Il est indispensable que le site duService Tourisme renvoie vers d’autres sites internet tels ceux des offices de tourisme ou autres. Enrenvoyant vers leurs sites, chacun communique sur l’autre et tous gagnent en visibilité.8Agence Aquitaine des initiatives numériques situé 137 rue Achard à Bordeaux.
  • 20. 16Le site internet du Service Tourisme n’est disponible qu’en français et c’est un point important àaméliorer dans une région aussi touristique que la Dordogne. En nombre de nuitées, les principalesclientèles étrangères sont : les anglais (62.000 nuitées), les belges (35.000 nuitées), les américains(31.500 nuitées), les espagnols (23.400 nuitées).Ainsi, il serait important de proposer le site en version anglaise et espagnole pour être accessible auxnombreux touristes originaires de ces pays qui sont très nombreux en Dordogne.Un point positif important est qu’au niveau du site internet mais également en général, lesresponsables de la valorisation de la randonnée du Service Tourisme du Conseil général de laDordogne s’adaptent rapidement à la demande. Par exemple, ils ont définis et mis en ligne denombreux QR Codes qui sont des « codes barres » que l’on peut scanner depuis son Smartphone etqui renvoient sur une page internet spécifique. De nombreux QR Codes ont été positionnés sur lessentiers de randonnées pour renvoyer vers des liens audio ou des textes expliquant plus amplementle lieu. Certains de ces liens audio ont été créés grâce à des enregistrements de personnes ayantvécus sur les lieux et connaissant ainsi parfaitement l’histoire et les anecdotes de ces endroits. Cesenregistrements sont ensuite retranscrits sur le sentier thématique. Ils apportent ainsi une touchepersonnalisée au chemin de randonnée et le rende plus vivant.Les responsables de la valorisation de la randonnée du Service Tourisme du Conseil général sontréactifs aux nouveautés, aux pratiques et aux attentes actuelles des « consommateurs » afind’actualiser et de développer le site internet et répondre ainsi à leurs besoins. Ils enquêtentégalement sur ce qui se fait ailleurs, sur d’autres sites internet de randonnée, cela leur permet decomparer et d’évaluer ce qu’ils pourraient améliorer (cf. Annexe III).Il faut également savoir que le site internet n’a pas été réalisé par un professionnel, ou un graphisteweb. Le webmaster du Conseil général a mis en place le site web de la randonnée mais ce sont deuxresponsables, M. Philippe Debet et Mme Corinne Laleu qui s’en occupent quotidiennement. C’estavec leurs propres ressources qu’ils ont « bâti » ce site internet, l’ont aménagé selon leurs propresobjectifs.3. Objectifs à l’issue de mon stageSuite à l’entretien du 23 Avril 2012 que j’ai eu avec le webmaster du Conseil général, M. Cyril Debrayoù j’ai présenté les conclusions de ma recherche, nous avons décidé mon maître de stage et moi-même, d’apporter quelques modifications au site internet.Ce qui ressortait de cette entrevue est qu’il fallait mieux qualifier l’offre et de manière plus explicite.
  • 21. 17Il a été décidé de changer la dénomination de l’onglet « les sentiers thématiques » par « deschemins… des histoires » qui est le référent du site et de classer les randonnées selon une typologiecomme nous l’avons dit précédemment définie par défaut : randonnées en famille selon le temps etla difficulté, découverte du patrimoine d’exception et marche nordique cest-à-dire destiné à desrandonneurs expérimentés.Après l’entretien du 09 mai 2012 avec M. Chotard, il a été décidé de modifier à nouveaul’arborescence du site internet (cf. Annexe IV).Cela se caractérise ainsi : Un onglet « des randonnées » qui reprend les circuits sans histoire événementielle : marchenordique, itinérances…Nous avons tenté de classer les randonnées par catégories : famille, découverte… pour ciblerles utilisateurs au mieux et les aider dans leur choix.Il est également mis à la disposition de l’internaute dans cet onglet une carte globale de tousles itinéraires de randonnée de la Dordogne. Un onglet « des histoires » avec des fichiers audio ou vidéo qui racontent l’histoire d’uncircuit de randonnée mais qui est également un espace ressource pour les aspects culturels,patrimoniaux... Un onglet « en Dordogne » où nous expliquons la destination : carte de la Dordognecaractérisant ses entités paysagères, les autres clubs de randonnées du département et unepage accès regroupant les transports permettant de venir dans le département. Un onglet « Dans le sac à dos » qui reprend les informations pratiques à avoir lors de lapratique de la randonnée : liens vers le CDT pour acheter les plans guides, fiches éco veillepour signaler une anomalie sur un sentier, lien météo, liens partenaires… Un onglet « Actualités » où sont regroupées les différentes animations proposées :randonnée en fête, Lawrence d’Arabie, l’Isle fête la randonnée… Un onglet « La boîte aux lettres » : contact, témoignages et newsletter.Grâce à une comparaison avec d’autres sites internet proposant la randonnée, il a été décidé demettre moins d’informations sur nos pages. Ainsi, lorsque l’utilisateur arrive sur la page d’accueil dusite et clique sur l’onglet Rando Enfants, Rando Découvertes ou Itinérances douces, il est renvoyévers une page où tous les chemins sont listés (cf. Annexe IV). Les sentiers sont présentés avec lenombre de kilomètres, du plus long parcours au plus petit et l’information est résumée àl’essentielle. En dessous de chacun de ces résumés se trouvent le lien « en savoir plus » qui renvoie àdes informations plus détaillées (cf. Annexe IV) telles que le visuel de la carte du chemin, le PDF àtélécharger contenant toutes les étapes à suivre…
  • 22. 18Cela permet d’être plus clair dans ce que nous proposons car à l’heure actuelle, l’internaute veutobtenir l’information de manière simple et rapide. Il veut comprendre et trouver ce qu’il cherche enquelques clics.Un post It est également présent maintenant sur le côté de la page d’accueil pour mettre en avantune actualité importante. En mai 2012, l’actualité concernait le week-end événementiel du 22 et 23septembre 2012 à St Michel de Montaigne ayant pour objet la mise en place du nouveau circuitcyclotouristique « Lawrence d’Arabie ».Les photos sur la page d’accueil sont désormais fixes. Les actualités diffèrent mais la photo reste lamême pour que la visibilité soit meilleure.C. Réseaux sociauxLes réseaux sociaux sont des sites qui permettent de connecter les gens à travers le monde. C’est unecommunauté d’individus ou d’organisations en relation directe ou indirecte, rassemblée en fonctionde centres dintérêts communs, comme par exemple les goûts musicaux, les passions ou encore la vieprofessionnelle.Le web 2.0 est une évolution du web vers plus de simplicité et d’interactivité.Lexpression « Web 2.0 » utilisée par tous aujourd’hui désigne lensemble des techniques, desfonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme initiale du web. Lesinternautes contribuent à léchange dinformations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) defaçon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créantnotamment le Web social. Linternaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personneactive sur la toile.1. Etat des lieux des réseaux sociaux du Service Tourisme de laDordogneA mon arrivée dans la structure, les responsables de la randonnée avaient mis en place une politiquede communication sur les réseaux sociaux.La randonnée organisée par le Service Tourisme du Conseil général était présente sur les réseauxsociaux Facebook, Twitter, Flickr et Youtube.Le but de ce positionnement est d’être visible auprès du plus grand nombre et de partager lesinformations à ces internautes.
  • 23. 19FacebookUne page fan (cf. Annexe V) a été créée depuis 2011 pour partager l’actualité de l’entreprise. Avantque je ne m’occupe de ce réseau, les organisateurs de la randonnée publiaient des statutsconcernant l’agenda, les randonnées à venir, les actualités de l’organisation (salon des randonnées àParis…).Ainsi, le 02 Avril 2012, seuls 144 utilisateurs de Facebook indiquaient aimer la page.J’ai pu observer que la page Facebook de la randonnée était utilisée par des particuliers d’unetranche d’âge de 25-44 ans essentiellement.L’origine géographique des inscrits sur la page du Service Tourisme est essentiellement la France etplus particulièrement les villes de Bordeaux et Périgueux.TwitterEn ce qui concerne le compte Twitter, celui-ci est essentiellement utilisé par des professionnels, desentreprises même si des utilisateurs individuels sont aussi présents.Sur ce compte, les responsables de la randonnée communiquent essentiellement sur l’agenda, lesrandonnées à venir et partagent les informations d’autres professionnels des activités de plein air.FlickrLes responsables du Service Tourisme ont créé un compte Flickr dans le but de partager les photosdes randonnées et que les randonneurs qui le souhaitent publient également leurs photos ;l’échange était ici privilégié.2. Mes recherches et les critiques pour la randonnéeLors de ce stage, ayant peu de connaissances sur tous les réseaux sociaux qui sont présents sur leweb et qui peuvent apporter beaucoup dans une stratégie de valorisation de l’entreprise, je me suisbeaucoup documenté. Cela m’a été assez facile car toutes les informations se trouvent sur internetet en masse. Il m’a suffit par exemple de chercher sur Twitter et Facebook les professionnels qui necommuniquent que sur les réseaux sociaux. Ainsi, tous les jours, dans le « fil d’actualité » de cesréseaux, je pouvais voir des liens menant à différents sites internet qui traitaient de l’apport de cesréseaux, des études faites sur ceux-ci, du développement de nouveaux réseaux…J’ai également rencontré M. Arnaud Zany à deux reprises, le 6 avril et le 17 avril 2012. Il estanimateur multimédia au centre culturel de Marsac sur l’Isle et a beaucoup de connaissances sur lesréseaux sociaux. Ainsi, je suis allée me renseigner auprès de lui pour savoir comment utiliser aumieux ces réseaux et lesquels utiliser.
  • 24. 20Je vais ici expliquer ce que j’ai pu en retirer et si l’information était pertinente pour la valorisation dela randonnée.FacebookFacebook a été lancé en 2004 par Mark Zuckerberg, et n’était à l’époque accessible qu’aux étudiantsde l’université d’Harvard. Le réseau social s’est ensuite ouvert aux autres universités américaines,puis à tous en 2006. Depuis 2009 et encore à l’heure actuelle, c’est le site le plus consulté au mondederrière le moteur de recherche de Google. Facebook se lance en 2012 dans de grosses acquisitions,comme Instagram, racheté 1 milliard de dollars. Le réseau a fait son introduction en bourse le 18 mai2012.Quelques chiffres9: 1,06 milliard de membres 57% de femmes contre 43% d’hommes. 26 millions de français sont membres de Facebook. 78% des français connaissent Facebook et 50% déclarent y posséder un compte dont 82% demoins de 25 ans. 8 millions d’entreprises ont une page Facebook.Facebook est le premier réseau social au monde en termes d’inscrits et de temps de connexion. Ilreprésente une opportunité majeure pour entrer en contact et développer des relations avec desmillions de personnes.C’est un réseau indispensable pour être au plus près de ses clients, de leurs attentes.Facebook est un réseau social où l’information se relaye entre amis. Les personnes que l’on ajoutesur Facebook sont des personnes que l’on a déjà rencontrées. C’est une interaction assez personnellequi se créé sur Facebook.En ce qui concerne les pages que l’on indique aimer, elles permettent de voir dans notre fild’actualité les informations relatives à ce centre d’intérêt.Créer une page fan concernant la randonnée en Dordogne permet d’échanger pour favoriserl’interaction avec les utilisateurs, communiquer sur notre offre, nos projets. Cela permet égalementde mieux comprendre les attentes de nos clients d’après le recueil de leurs critiques ou de leursquestions.Cependant, la page fan était en perte de vitesse lors de mon arrivée en stage.9Sources : Challenges.fr et e-marketing.fr
  • 25. 21Cela s’explique par le fait qu’elle était peu alimentée par manque de temps et de connaissances de lapart des responsables de la randonnée. Or, pour intéresser les gens, il faut vraiment être très présentsur ce genre de réseaux.Les actualités publiées intéressaient certains utilisateurs mais l’interaction était tout de même faible.Cette page fan peut pourtant nous permettre de faire grandir notre réseau pour gagner en visibilité.TwitterCe réseau a été créé par Jack Dorsey en 2006 et le lancement officiel s’est fait en mars 2007. Le butétait de créer un service sms en ligne.Twitter, cest un outil qui permet denvoyer des micros-messages (appelés Tweet) de 2-3 lignesmaximums (140 caractères ou moins). Au lancement du réseau, il n’était pas possible de partager desphotos, des vidéos, simplement des mots et des liens. Maintenant, il est possible de partager unephoto avec les tweets et le partage de vidéo a été mis en place en Janvier 2013.Twitter est un média en temps réel qui informe à la seconde près. Le but est de partager del’information en masse. Le slogan de ce réseau social est : « discover what’s happening right now,anywhere in the world » (« Découvrez ce qui se passe en ce moment dans le monde »). Et c’estexactement cela le but de Twitter : des informations tout le temps et en temps réel. Il suffit derechercher un sujet qui nous intéresse et les informations nous seront transmises sans cesse.Pour les professionnels c’est une aubaine car cela leur permet d’être visibles à un plus grand nombreet pas seulement auprès de leurs clients mais également auprès d’autres entreprises.Contrairement à Facebook, le réseau social Twitter nest pas encore fortement exploité par le grandpublic.Un seul chiffre : 200 000 000 d’utilisateurs.Lorsqu’une personne ouvre son compte Twitter, elle peut décider de “suivre” (follow) des gens quil’intéresse ou qui “tweet” sur des sujets qui l’intéresse. Et un va et vient se créé dans les deuxdirections, d’autres utilisateurs de Twitters peuvent décider de vous suivre, devenir des « followers »de vos “tweets” et ainsi constituer une audience pour tous les “tweets” que vous diffuserez. Il estcependant possible de suivre des gens qui nous intéressent sans être suivis par eux.Les retweets sont les informations d’autrui qui sont partagées sur notre page pour que celles-cisoient visibles par nos abonnés.Le hashtag (#) permet de rechercher nos centres d’intérêt par mots clés. Par exemple, enrecherchant #randonnée sur Twitter, les résultats affichés vont concerner tous les sujets dediscussion relatif à ce mot clé et les professionnels qui communiquent sur cette activité.Le #FF ou follow Friday est appliqué les vendredis, il est utilisé pour remercier nos abonnés, leur direque nous apprécions leur engagement.
  • 26. 22L’arobase (@) est utilisé pour mentionner un utilisateur. Cette arobase indique que nous nousadressons directement à cette personne. Cela va également lui envoyer une notification par emailpour lui dire que quelqu’un l’a mentionné sur Twitter.Lorsqu’une personne publie un tweet, généralement elle l’accompagne d’un lien internet qui renvoievers un article de journal, une page Facebook ou autre, tout dépend de l’information diffusée. Làencore, il y a une astuce à connaître : sachant qu’une adresse url peut être longue, des logiciels enligne permettent de les réduire. Le plus utilisé est bitly. Il suffit d’entrer l’adresse url complète et cesite nous la réduit considérablement.Exemple:http://www.cauedordogne.com/images_contenus/1_CONNAITRE/environnement_anim.swf devientbit.ly/Jll1viLes DM (Direct Message) sont les messages que nous envoyons en privé, qui ne concerne que lapersonne avec qui nous correspondons.Concernant le profil de la randonnée sur Twitter (cf. Annexe VI), celui-ci n’est pas très porteur carnous ne pouvons guère envoyer de l’information en masse tout le temps sur ce sujet. Cependant,cela permet d’être présent sur un réseau social qui est tout de même puissant, qui se développe etqui prend de l’ampleur. Nous assurons ainsi notre visibilité auprès de nos partenaires, d’autresentreprises et des particuliers.PinterestPinterest est un réseau social qui existe depuis décembre et dont la notoriété ne cesse de s’accroîtreen France. Aux Etats-Unis, il se positionne déjà comme étant le troisième réseau social le pluspopulaire après Facebook et Twitter.Il se distingue par un affichage ludique, sous forme de post It comme sur un tableau de bord lors deréunions de travail, un tableau de liège virtuel sur lequel chacun peut facilement épingler une photoou une vidéo. Ici, l’utilisateur peut tout voir de façon synthétique. L’affichage ne se fait plus ligne parligne comme sur Facebook et Twitter mais au contraire, les publications deviennent claires, lisibles etvisibles au premier coup d’œil. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble et ainsi de mettre en avantl’image que l’on souhaite dégager.Au 20 Avril 2012, la seule ville française à utiliser Pinterest est la ville de Louviers. D’autres ont suiviesdepuis telles que la ville de Toulouse. Le but étant de développer l’image de la ville, du territoire enpubliant des photos, des vidéos, des liens…
  • 27. 23Les utilisateurs, les membres, les fans de la page peuvent commenter les publications, les « re-pinées » (les partager sur leur profil), les « aimer ». Ce réseau social allie à la fois Facebook avec lescommentaires, les photos et Twitter dans le fait du partage de l’information.Nous sommes ici dans une logique de l’image avant tout.Lorsque nous tapons un mot clé comme Louviers par exemple dans la recherche sur Pinterest, nousavons trois possibilités : Un affichage des pins, cest-à-dire de toutes les photos ayant dans leur description ou commetitre le mot clé Louviers Les tableaux de photos ayant pour titre Louviers Les personnes ayant créé un profil sous ce nomDans le cadre de la randonnée, cela peut être intéressant car il s’agirait ici de se démarquer enutilisant un réseau social qui est en pleine effervescence et dont la notoriété va s’accroître de plus enplus d’ici quelques mois. L’autre point fort pour la randonnée est le partage des données sous formede photos, d’images, de vidéos. Le rendu de ce site est très visuel, il attire immédiatement le regard.Le texte est ici accompagnateur du visuel.Ensuite, les randonneurs pourront échanger sur le sujet, ils pourront partager leurs photos, leursvidéos, les publier sur notre profil. D’autres pourront les commenter.Le partage de contenu est rendu possible grâce à une modification de l’administration. En effet, il estpossible de créer plusieurs tableaux, chacun relatant d’un sujet précis, et nous pouvons choisir degérer seul le tableau ou d’en partager l’administration avec les utilisateurs.Ce réseau social s’inscrit dans une dynamique collaborative et participative où est apporté unedimension visuelle et graphique de la ville. L’idée pour la valorisation d’un territoire est de construirepour et avec tous, ce qui caractérise la ville ou le territoire.C’est ce que nous souhaitons faire dans le cadre de la randonnée en Dordogne : promouvoir l’activitéde plein air ainsi que le territoire et ses richesses.Ainsi, il a été décidé de se positionner sur ce réseau social pour valoriser les chemins de randonnéeen Dordogne (cf. Annexe VII).
  • 28. 24Source : www.pinterest.com, 2012Google +Google + a été créé en 2011 et compte à l’heure actuelle, environ 500 millions d’utilisateurs. C’est unréseau qui est particulièrement fréquenté par les hommes qui communiquent sur les nouvellestechnologies.Ce réseau se définit comme un service social de partage de liens et autres vidéos en concurrencedirecte avec Facebook.Ceux qui avaient déjà une adresse Gmail ont pu recevoir une invitation pour essayer ce nouveauréseau social.L’outil phare de ce nouveau réseau, ce sont les « cercles ». En effet, quand quelqu’un s’inscrit surGoogle +, il peut créer des cercles lorsqu’il ajoute des personnes. Ces derniers qualifient lespersonnes. Il existe quatre principales catégories de cercles : Famille : la famille proche Amis : les vrais amis, ceux qui nous sont proches, en qui on a confiance et avec qui nouspartageons des informations personnelles Connaissances : personnes que nous avons rencontrées mais avec qui nous ne sommes pasparticulièrement proches. Suivi : personnes que nous ne connaissons pas personnellement mais que nous trouvonsintéressantes selon leur profil ou les statuts qu’elles publient.Il est possible de créer de nouveaux cercles, cette liste n’est pas exhaustive.Les cercles permettent ainsi de partager nos contenus en fonction de leur degré de confidentialité.
  • 29. 25Dans sa partie centrale, la page d’accueil comporte un outil de publication ainsi que le fil d’actualitésur lequel s’affichent les informations que nous partageons et celles publiées par nos cercles et leurscontacts. L’outil de publication permet d’éditer du texte, des liens, des photos, des vidéos et notrelocalisation.Sur Google plus, nous pouvons également utiliser le chat et le chat vidéo.Ce que les utilisateurs publient sur ce réseau est visible par tous sur Google.Nous avons convenu avec mon maître de stage de ne pas nous positionner sur ce réseau socialconcernant la randonnée car il n’est pas tout à fait adapté à ce que nous souhaitons mettre en avantdans le sens où nous n’avons pas besoin de trier notre partage de contenu en fonction de noscontacts.FlickrFlickr est un site internet de partage de photos et de vidéos gratuits.Le compte Flickr de la randonnée apparaît comme étant peu utilisé en tant qu’espace de partage. Eneffet, les photos sont mises en ligne mais peu regardées et surtout les randonneurs ne partagent pasleurs photos personnelles. Ce réseau est soumis à de nombreux droits d’auteurs et c’est ce qui faitqu’il est utilisé essentiellement par des photographes professionnels et touche moins les particuliers.PicasaPicasa est un logiciel de gestion de photos permettant de rechercher et dorganiser les photosstockées sur le disque dur. Les images stockées sur lordinateur sont analysées et triéesautomatiquement par date.Les autres possibilités proposées par Picasa sont nombreuses : tri, affichage, diaporamas, montages,écrans de veille, vidéos, détection automatique de photos sur supports amovibles, corrections,recadrages, effets, impressions multiples, recherche par mot-clé...Ce qui peut nous intéresser pour la randonnée est le fait que les randonneurs peuvent nous envoyerleurs photos directement par e-mail et un lien aura été créé pour que ces photos se retransmettentdirectement sur le logiciel. Par la suite, nous pourrons sélectionner ces photos et les partager sur leréseau social Picasa ou sur Facebook.YouTubeLe site dhébergement de vidéos a été créé en mai 2005 et a été racheté par Google en 2006.Youtube est devenu le leader des sites d’hébergement vidéo en ligne et l’un des sites les plus visitésau monde avec des milliards de vidéos vues chaque jour.
  • 30. 26Ce site permet de visualiser des vidéos gratuitement en ligne.Après avoir créé un compte (gratuit), l’internaute peut à son tour partager des vidéos et les rendreaccessibles au monde entier ainsi que les noter et les commenter. Sur ce réseau se trouve des vidéosprofessionnelles et des vidéos d’amateurs.La vidéo représente l’outil de communication idéal pour inspirer des voyageurs à visiter unedestination par exemple car celle-ci peut influencer ceux qui la visionnent. Elle représente un outilincontournable pour les destinations qui cherchent à inspirer des visiteurs potentiels. Lorsqu’elle estbien réussie, elle évoque un avant-goût du voyage en présentant ses attributs, en introduisant laculture locale d’un lieu et en mettant en valeur le caractère unique d’un milieu.Concernant la randonnée, un compte Youtube est déjà créé mais peu amélioré, peu alimenté. C’estdû au fait que les responsables ne savent pas comment mettre en avant le territoire par la vidéo carc’est un travail de fond qui doit être maîtrisé.C’est un outil de communication indispensable depuis quelques années mais il faut savoir quellestratégie mettre en place sur ce réseau, comment communiquer. Il faut associer l’image au son touten conservant un caractère attrayant pour amener le consommateur à venir visiter la destinationproposée.Je ne me suis pas occupée de ce réseau car je n’ai pas les qualifications nécessaires pour mettre enplace un tel projet.3. L’aboutissement de mes recherches pour une meilleure valorisationde la randonnée en DordogneFlickrEn ce qui concerne le compte Flickr, nous avons convenu avec mon maitre de stage de le supprimercar il ne correspondait pas aux publics que nous souhaitons toucher à travers la randonnée.M. Arnaud Zany, responsable multimédia du cyber Marsac, m’a indiqué un système de partage dephotos faciles grâce au logiciel Picasa. En effet, grâce à ce logiciel, il suffit aux randonneurs de nousenvoyer leurs photos par e-mail et celles-ci sont directement transmises sur le logiciel ; on pourraitdans ce cas précis les utiliser, ce qui correspond beaucoup plus à l’échange que nous voulons créerqui sera mis en place prochainement.FacebookPour ce qui est du compte Facebook, je me suis inspirée de ce que faisaient les autres structurestouristiques parlant de la randonnée pour mettre en place des actions. Ainsi, la page Facebook del’entreprise « Cirkwi » m’a beaucoup aidée.
  • 31. 27J’ai ainsi créé des actions : partager des statuts pour faire vivre la page et faire réagir les internautes,publier des photos…La première action que j’ai mise en place le 05 Avril 2012 fut le partage d’un statut pour unerandonnée spéciale Pâques qui avait lieu à Loubéjac. Cela fut bien perçu car une personne a partagél’information sur sa page personnelle et quatre autres ont indiqué aimer l’information. C’était un bondébut.Par la suite, le 6 avril 2012, j’ai publié une photo de la vallée Dordogne avec une citation. Cela abeaucoup plu car il y a eu des retours provenant de sept personnes qui ont cliqué sur la mention« j’aime ».Vu l’aspect positif, j’ai renouvelé cette action à plusieurs reprises mais l’effet s’est estompé par lasuite. Peut-être n’était-ce pas ce que les utilisateurs attendaient et surtout je pense qu’il faut sanscesse renouveler l’offre pour les intéresser.Pour inciter les utilisateurs à commenter, à interagir avec nous, j’ai publié des informationsrenvoyant vers le site internet tout en leur demandant leur avis.Exemple : le 17 avril, voici ce que j’ai publié : « Vos témoignages de randonnée nous intéressent.Laissez nous vos commentaires ici ou sur notre site internet ».Cependant, je n’ai pas eu de réponses, les utilisateurs indiquaient seulement « aimer » l’informationmais l’effet que j’attendais ne s’est pas produit. Cela est surement dû au fait qu’ils ne se sentaientpas intéressés par la question ou par l’information. Il fallait donc trouver autre chose pour les faireréagir.
  • 32. 28Ainsi, à plusieurs reprises, j’ai créé l’action « question du jour ». Cela consistait à publier une photoprise en Dordogne en demandant où cela se situait. L’interaction a enfin été plus présente, lesutilisateurs se sont prêtés au jeu et ont répondu volontiers à ces questions.J’ai poursuivi la communication sur les actualités, sur les randonnées à venir pour le week-end, surl’arborescence du site qui avait changé, etc. mais les résultats n’étaient pas très satisfaisants.Il est en effet difficile « d’accrocher » les utilisateurs, de répondre à leurs attentes. Le problèmeégalement est qu’ils recherchent de plus en plus de promotions. Les pages Facebook les mieuxclassées sont en général des grandes marques (Ben&Jerry’s, McDonald’s, Air France) qui font de lapromotion sur leur page, qui proposent des réductions ou des offres spéciales grâce à un code qu’ils
  • 33. 29ne publient que sur la page. C’est ce qui est recherché par les utilisateurs à l’heure actuelle. Or, dansle cadre de la randonnée, nous ne pouvons pas proposer de telles actions actuellement car nousavons vu l’absence de partenariat.Autre constat : les utilisateurs veulent aujourd’hui de la photo, ils veulent avoir un visuel. Il estindispensable d’associer un visuel aux statuts ou à toute action mise en place sur ce réseau : visuelphoto, vidéo.Ce réseau permet de communiquer sur notre « marque », sur l’offre que nous proposons tout enmettant en avant notre site internet. Chaque action que nous mettons en place, chaque statut,chaque actualité, nous permet de mettre un lien vers notre site. Ce lien est indispensable car ilpermet d’attirer des utilisateurs de Facebook vers le site internet de la randonnée et cela leur permetde mieux visualiser l’offre proposée.Au 05 Juin 2012, 157 personnes indiquaient aimer la page.TwitterCe réseau est préconisé pour apporter de l’information en masse et nous ne pouvons en proposerque dans une certaine limite car il nous est difficile de publier des informations nouvelles toutes lesheures. Ainsi, au début de mon stage, j’ai continué à publier des informations concernant lesactualités, en indiquant à l’utilisateur une randonnée intéressante qui aurait lieu le week-end. C’estessentiellement ce que j’effectuais sur ce réseau pendant les premières semaines de stage :communiquer sur les actualités, sur les dates de randonnée et les changements sur le site internet.Une autre action que j’ai mise en place dès le départ est de chercher les personnes qui seraientintéressantes dans le cadre de la randonnée pour m’abonner à elles et avoir leurs informationsaffichées dans notre fil d’actualité. Je me suis donc abonnée à des particuliers qui avaient larandonnée comme centre d’intérêt et des professionnels relatant des activités de plein air, desprofessionnels de l’information (France bleu Périgord, Sud Ouest, Dordogne Libre…) et des personnesrelatant des réseaux sociaux pour m’aider dans mon travail de recherche.Cela me permettait de voir quotidiennement les actualités s’afficher et d’en tirer profit au maximum.Si une actualité était intéressante pour les randonneurs, je retweetais et la publiais sur le profil de larandonnée en Dordogne.Chaque fois que je publiais des « tweets », j’ajoutais des hashtags (#) avec les mots clés : randonnée,cg24, Dordogne. Cela permettait d’être visible au plus grand nombre.Plus j’avançais dans mes recherches concernant les réseaux sociaux, plus je me rendais compte quel’information relayée provenait beaucoup des journaux. Tous les jours je me rendais sur le siteinternet de Sud Ouest pour voir si des articles étaient publiés sur la randonnée en Dordogne. Danscette optique, j’ai créé deux alertes Google : l’une avec comme mot clé randonnée Dordogne etl’autre avec comme mot clé rando Dordogne pour être sûre d’obtenir toutes les informations. Celles-
  • 34. 30ci vont permettre d’avoir une alerte sur l’adresse e-mail de la randonnée du Service Tourisme duConseil général de la Dordogne dès qu’il y aura sur Google une actualité qui concerne la randonnéeen Dordogne : articles de presse, forums, sites internet… Tout ce qui touche à ce sujet nous seratransmis grâce à ces alertes. Cela facilite la recherche et évite d’aller chercher l’information par soimême quotidiennement.Les actions que j’ai mises en place ont parfois été partagées par d’autres personnes mais en faiblenombre.Cependant, comme je l’ai indiqué auparavant, ce réseau nous permet d’être visibles auprès desparticuliers mais aussi et surtout des professionnels.
  • 35. 31III. Diagnostic de territoireCette étape me semble indispensable pour bien comprendre l’offre proposée aux randonneurs. LaDordogne est riche de nombreux atouts que les promeneurs peuvent découvrir grâce aux sentiersaménagés. Ce département a choisi de faire de la randonnée et des activités de pleine nature uncentre d’intérêt touristique de premier plan, confortant ainsi sa place de leader du tourisme vert etajoutant à la qualité de vie de ses habitants. Dans cette partie, nous traiterons de tout ce qui fait larichesse de ce département.A. Le département de la Dordogne1. Etat des lieux et patrimoineLe département de la Dordogne (cf. Annexe VIII), situé en Aquitaine, doit son nom à la rivièreDordogne qui traverse le département d’est en ouest dans sa partie méridionale.A l’intérieur des terres, le département de la Dordogne, l’un des plus vastes de France, est d’une rarediversité. C’est un pays à lui tout seul : le Périgord.Le climat tempéré, océanique et l’ensoleillement généreux furent avantageux pour l’épanouissementde la nature.Depuis près de 400 000 ans, les ressources de la nature ont permis l’épanouissement humain : lesabris, les grottes ornées de la vallée Vézère, dont la plus illustre est la grotte de Lascaux.L’époque romaine a baptisé les habitants de ce pays « Petrocores » qui donna plus tard son nom auPérigord.L’art roman s’est exprimé à travers les villes et villages et la réalisation de nombreux édificesreligieux. Au Moyen Age, la guerre de Cent Ans, durant laquelle le territoire fut le siège deredoutables luttes entre le royaume de France et la couronne d’Angleterre, a laissé comme héritaged’impressionnantes forteresses et des bastides magnifiquement préservées.Les richesses patrimoniales naturelles expliquent prioritairement le développement de la randonnéeen Dordogne.Le patrimoine préhistoriqueLa vallée de la Vézère ou vallée de l’Homme, emprunte son nom à la rivière Vézère qui la traverse.Ses sites préhistoriques lui valent d’être classés au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO.C’est dans les falaises calcaires de ses sites que les homo sapiens ont élus refuge. Et c’est à Lascauxque « naquit » l’art préhistorique.
  • 36. 32Au cœur du « site musée » que constitue la vallée de la Vézère, le Musée national de la Préhistoireest le reflet d’une recherche archéologique en pleine expansion. De nouveau ouvert en 2004, cemusée rassemble aujourd’hui la plus importante collection paléolithique de France.Le patrimoine médiéval et renaissance :Les châteaux du PérigordParmi tous les châteaux recensés en Périgord (on en compte plus de 1001), de nombreuxpropriétaires ont accepté d’ouvrir leurs portes à la visite et de faire partager leur patrimoine. C’est lecas du Château de Jumilhac (du 13 au 18e siècle), ou encore le Château de Puyguilhem (16e siècle).Non loin de la vallée de l’Auvézère, Hautefort occupe une position dominante sur un rocher etsurplombe l’ensemble du village.Si le château de Losse domine la vallée Vézère, le château de Castelnaud sur la rive gauche de larivière Dordogne fait face à celui de Marqueyssac et ses jardins, et de Beynac, véritable forteressemédiévale.Le Périgord Pourpre n’en est pas moins pourvu avec les châteaux de Lanquais, de Monbazillac ou deBiron.Les édifices religieuxInscrite parmi les sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO sur les chemins de Saint-Jacques deCompostelle, l’abbaye de Cadouin est le monument le plus prestigieux de l’architecture monastiqueen Périgord. Son cloître est un véritable chef d’oeuvre de l’art gothique flamboyant (15e – 16esiècle). Celui-ci a d’ailleurs bénéficié du programme opérationnel aquitain du Fonds Européen deDéveloppement Régional (PO FEDER)10.Toujours sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, on retiendra la cathédrale Saint-Front dePérigueux.L’abbaye de Chancelade est un autre joyau situé tout près de Périgueux.Aux confins de la Dordogne et de la Charente, les églises romanes du Ribéracois, édifiées pour laplupart au cours du 12e siècle, font le charme des petits villages du Val de Dronne.Au cœur de la forêt de la Double, dans l’Abbaye d’Échourgnac, les moniales fabriquent encore le plusancien fromage du Périgord, la Trappe d’Échourgnac et des confitures de renom qui méritent ledétour.10Ce programme, approuvé par la Commission européenne le 30 juillet 2007, vise à "faire de linnovation et dudéveloppement durable les moteurs de la compétitivité régionale". Un des objectifs de ce programme est defaire du patrimoine naturel et paysager un atout du développement. Source : http://www.europe-en-aquitaine.eu
  • 37. 33Les villages du PérigordNombreuses cités médiévales ou villages du Périgord comme notamment Issigeac, St Geniès… sontréputés pour leur beauté et leur authenticité.Certains possèdent même la classification « plus beaux villages de France ». C’est le cas de : SaintJean de Côle - Saint Léon sur Vézère - Limeuil, cité médiévale au confluent de la Vézère et de laDordogne – Beynac - La Roque-Gageac - Domme, bastide royale française - Belvès, la cité médiévaleaux sept clochers - Monpazier, bastide anglaise et le village de Saint-Amand-de-Coly.Les villes : l’appellation ville d’Art et d’HistoireCapitale du Périgord, Périgueux propose de parcourir 2000 ans d’histoire : de l’ancienne cité gallo-romaine Vesunna au cœur de la ville médiévale renaissance, elle compte 39 monuments inscrits ouclassés.Autour de la cathédrale Saint-Front, inscrite site jacquaire au Patrimoine mondial de l’UNESCO,s’étend le quartier sauvegardé médiéval-renaissance.Les marchés de Périgueux sont devenus des rendez-vous incontournables tous les mercredis etsamedis matins de l’année, surtout en hiver, à l’époque des marchés au gras.Sarlat est une cité médiévale qui s’est développée autour d’une grande abbaye bénédictine, d’originecarolingienne. Grâce à la loi de restauration des secteurs sauvegardés, les immeubles aux façadesanciennes, protégées par des toits de lauzes ont retrouvé leur authenticité. Aujourd’hui, la majeurepartie des monuments de la ville est inscrite ou classée monuments historiques. Dans ce cadremédiéval plus vrai que nature, le marché du samedi matin anime les pavés de la ville et permet dedécouvrir les produits régionaux. L’ancienne église paroissiale de style méridional a été restaurée parl’architecte Jean Nouvel et abrite désormais le marché couvert.Les bastidesLes bastides ou « villes neuves » ont été construites au Moyen Âge pour concevoir un dispositifexemplaire d’organisation d’un espace de vie urbanisé en milieu rural. Edifiées de chaque côté de larivière Dordogne, elles ont joué un rôle important durant la guerre de Cent Ans.Considérée comme « bastide modèle », Monpazier est le joyau des bastides périgourdines. Fondéeen 1284 par Edouard 1er d’Angleterre, cette cité a conservé son caractère d’origine (place centraleentourée d’arcades, rues perpendiculaires et remparts).Une autre plus ancienne a été le passage obligé vers le Lot et Garonne : Villefranche du Périgord. Sahalle abrite encore aujourd’hui un important marché aux cèpes à la saison.Qu’elles soient anglaises comme Beaumont du Périgord, bâtie en forme de H, en souvenir d’Henri III(père d’Édouard 1er), comme Fonroque, Lalinde ou qu’elles soient françaises comme Domme,
  • 38. 34Molières ou Eymet, ces « villes nouvelles » offrent au Périgord de charmants villages de caractère àdécouvrir.Le patrimoine naturel :Les rivièresDe nombreuses rivières traversent l’ensemble du territoire périgourdin. La Dordogne, bien sûr, laVézère, l’Isle, l’Auvézère, la Dronne. Ces rivières sont aujourd’hui des lieux de loisirs : promenades engabare, en canoë, pêche…Depuis toujours l’eau a été exploitée. De nombreux édifices témoignent encore de l’exploitation dela force motrice de l’eau.C’est le cas des moulins à papier (Moulin de la Rouzique), à farine ou à huile de noix (Moulin de laTour), des papeteries (Vaux) ou des forges (Savignac Lédrier).Le Parc naturel régional Périgord-LimousinÉtendu sur le département de la Dordogne et de la Haute Vienne, le Parc naturel régional est unterritoire idéal pour la randonnée et la découverte. Il offre 1800 km2 d’espace préservé où l’on peutdécouvrir une faune et une flore rares.Des jardins d’exceptionDans le cadre des sorties « nature », vous découvrirez 33 parcs et jardins dont 14 bénéficient du label« Jardin remarquable ». On y retrouve tous les types d’atmosphères : des plus «classiques» commeles Jardins du Manoir d’Eyrignac classés monuments historiques, les jardins à la française du Châteaud’Hautefort ou les romantiques jardins suspendus de Marqueyssac, aux plus «contemporains»comme les Jardins de l’Imaginaire à Terrasson …Le Périgord compte aussi 13 villes et villages fleuris classés de une à quatre fleurs dont Périgueux etBergerac qui depuis plusieurs années détient le Prix national du fleurissement.Les paysagesLa Dordogne se situe au carrefour d’influences géographiques et climatiques qui lui confèrent unegrande diversité de paysages et de milieux naturels.Le patrimoine immatérielLa collecte de la mémoire sur les territoires périgourdins permet de faire partager à tous cetterichesse et de la valoriser. Ce patrimoine se caractérise par des témoignages de personnes sur lepatrimoine (lavoirs, puits…) et les histoires liées à ce patrimoine. Ces récits sont témoins de la vie enPérigord au XIXème siècle et début du XXème.
  • 39. 352. Détermination des enjeuxLe tourisme de randonnée est perçu aujourd’hui comme un enjeu du développement local.Constituant désormais une activité largement répandue parmi la population des pays européens, larandonnée évolue, passant du rang de loisir informel au niveau de véritable démarche touristique.Le développement du tourisme de randonnée exige une forte implication de tous les acteurs locaux,privés et publics. Plus qu’un simple circuit, le touriste-randonneur “consomme” en effet une régionavec ses paysages et son identité et des itinéraires adaptés.La découverte fait partie de la randonnée et marcher est un moyen de découvrir une région, desmodes de vie, le patrimoine naturel, culturel, historique, etc. Si la marche ou la randonnées’apparente à une démarche de loisirs et non à un sport, il semble qu’elle suscite un fort degréd’attachement de la part des pratiquants. Cela signifie que l’absence d’offre de randonnée ou depromenade sera dissuasive aux yeux des amateurs de randonnées, même pour un territoire dequalité tel que la Dordogne.Apparemment étranger à l’activité elle-même, l’hébergement occupe une place importante dans leproduit touristique “randonnée”. Pour le client, au-delà du repos, l’hébergement est aussi un lieu desociabilité, à travers les rencontres et les échanges avec les autres résidents, et une précieuse sourced’information sur la région.Quelles que soient les structures d’accueil considérées, elles doivent proposer des prestationsrépondant aux besoins spécifiques des pratiquants de la randonnée.La randonnée pédestre est une activité particulièrement adaptée aux opportunités offertes par letourisme vert. Le patrimoine historique et naturel de la Dordogne regorge d’opportunités quipeuvent et doivent être mises en valeur pour permettre l’exploitation touristique.La découverte d’une région est aussi un gage d’installation dans le temps, l’achat de résidencessecondaires est souvent déterminé par cette activité.B. Les randonnéesLa randonnée peut se pratiquer sur une distance courte ou sur des distances plus longues pendantplusieurs jours (dite itinérance).
  • 40. 361. La GR : Grande RandonnéeD’intérêt national, la GR se définit comme des itinéraires numérotés qui traversent la France. Cesitinéraires sont gérés par la FFRP et sont parfois balisés sur plusieurs centaines de kilomètres.En Dordogne, il existe 4 itinéraires GR qui regroupent à eux seuls environ 1300 km de sentiers.2. La GRP : Grande Randonnée de PaysD’intérêt local, la Grande Randonnée de Pays permet la découverte d’un territoire en moyenne surune semaine. L’itinéraire doit permettre de faire une boucle et doit bénéficier d’hébergements.En Dordogne, il existe 3 itinéraires GRP.3. La PR : Petite RandonnéeCe sont des randonnées qui n’excédent pas 4 ou 5 heures et qui sont ainsi réalisables en une journée.En Dordogne, il existe environ 6000 km de sentiers de Petite Randonnée.4. Vélo routes – Voies vertesCes itinéraires répondent à une demande de circulations douces, particulièrement à vélo. Cesitinéraires induisent peu d’émissions de gaz à effet de serre ; ils contribuent à réduire la congestiondans les villes et à améliorer la qualité de l’air.La découverte maîtrisée des espaces naturels et des paysages facilite leur appropriation par lapopulation, ce qui est favorable à leur protection.5. L’itinérance douceC’est un concept né de la prise de conscience des nuisances environnementales.L’itinérance douce vise à proposer, grâce à des modes de déplacements doux (à pied, à vélo, àcheval…), une nouvelle façon de découvrir les richesses patrimoniales et naturelles du départementde la Dordogne. Cette randonnée se pratique sur plusieurs jours, elle permet une immersion dans leterritoire et l’hébergement est souvent associé au déplacement.
  • 41. 376. Les sentiers thématiques (ou sentiers d’interprétation)Un sentier dinterprétation est un outil idéal pour valoriser la richesse dun milieu naturel. Plusquune simple information, il est porteur dun message : "Que veut-on que le public retienne ?".Un parcours adapté, ludique et accessible, peut ainsi permettre de développer lattractivité dun siteet, par là même, sensibiliser le visiteur à sa richesse et à sa préservation.Accueillir les publics est la raison d’être du sentier d’interprétation. Cette forme d’accueil est unepossibilité de plus pour communiquer avec les visiteurs.La présence d’un sentier d’interprétation renforce, parmi les habitants, la notion de patrimoine : ilssont fiers des aménagements et des équipements qui le mette en valeur.Le sentier d’interprétation répond à un besoin, une attente du public qui souhaite avoir une activitéphysique de détente liée à la découverte d’un milieu différent de celui dans lequel il vithabituellement.7. La marche nordiqueLa marche nordique, en anglais " nordic walking", est un nouveau sport santé de pleine nature quiconsiste en une marche accélérée avec des bâtons de marche spécifiques, généralement en matériaucomposite. Ce sport, accessible à tous est extrêmement populaire dans les pays scandinaves et sepratique été comme hiver.Les séances de marche nordique durent entre 1h30 à 2h00 et se composent d’environ 15 minutesd’échauffements, d’une séquence de 60 à 90 minutes de marche tonique et se termine par 15minutes d’étirements. Cette marche avec des bâtons renforce la tonicité musculaire et améliore lescapacités cardio-vasculaires. Durant la marche, de nombreux exercices de renforcement musculairesont proposés.L’utilisation de bâtons en carbone léger engendre des effets bénéfiques pour l’ensemble du corps.En Dordogne, ces parcours de marche nordique se situent essentiellement à Trélissac, Villefranchedu Périgord et Salignac. De nombreuses dates sont prévues toute l’année pour pratiquer cetteactivité.
  • 42. 38IV. Plan marketingA. Analyse SWOTCette partie va permettre de mettre en lumière tous les éléments qui vont être primordiaux dans lamise en place du projet.Cette analyse va conditionner la réussite du projet en mettant en lumière les points positifs, avec lesforces et les opportunités, mais aussi les points faibles, avec les faiblesses et les menaces.Analyse SWOT concernant la valorisation de la randonnée en Dordogne à travers le site internet etles réseaux sociauxForces FaiblessesVisibilité auprès d’un large public Manque de communication entre lespartenaires, ce qui empêche d’être encore plusvisible auprès de tousEntretien d’une relation avec l’utilisateur Manque de temps pour assurer une présenceconstante sur ces réseauxOutil de veille et de prospective pour s’informerdes tendancesResponsables du Service Tourisme non formés àces pratiques internetOpportunités MenacesOutils internet et réseaux sociaux en constanteévolutionBeaucoup de concurrences : nombreux sitesinternet sur la randonnéeFaire connaître l’activité de plein air au plusgrand nombreManque de fidélisation des internautesPermet de mettre en avant le territoire Pratiques internet en constante évolution et ilfaut s’adapter rapidement et constammentSource : de l’auteurB. Segmentation / Cible / Positionnement1. SegmentationLa segmentation des réseaux sociaux peut se définir comme l’identification de sous-ensemblesd’internautes partageant des besoins et des centres d’intérêts similaires. Cela va donc correspondre,
  • 43. 39dans le cadre de ce projet, à des internautes ayant comme centre d’intérêt commun la randonnée enDordogne.Les personnes qui fréquentent la page fan de la randonnée sur le réseau social Facebook sontmajoritairement des personnes entre 25 et 44 ans. Cela comprend des étudiants et des ménages. Ilexiste également des retraités qui se positionnent sur ce réseau social mais ils sont moins nombreuxcar peu utilisent l’outil internet.Il n’est pas possible de définir l’âge des personnes fréquentant le site internet ou le réseau socialTwitter car les outils statistiques ne prennent pas en compte ces données.Toutes les personnes présentes sur les réseaux sociaux sont soucieuses de l’actualité et del’information mais surtout de ce que peuvent leur apporter les pages fan regroupant leurs centresd’intérêt comme celle de la randonnée en Dordogne.2. CiblageLe ciblage va consister à sélectionner un ou plusieurs segments. Pour cela, il va falloir prendre encompte les spécificités de chaque réseau social et du site internet de la randonnée. Dans le casactuel, il va s’agir du réseau social Facebook et du site internet puisque ce sont les internautes quivont être ciblés en tant qu’utilisateurs principaux de ces réseaux.Notre cible pour la valorisation de la randonnée en Dordogne à travers les réseaux sociaux et le siteinternet va être avant toute chose des personnes intéressées par la randonnée et par le territoire.Au niveau du réseau social Facebook, les cibles sont les étudiants (de 18 à 24ans) et les ménages (de25 à 44 ans). Même si les ménages et les étudiants représentent une majorité au sein de la page fanFacebook, les salariés de 45-54 ans ne sont pas à négliger car ils prennent une place de plus en plusimportante au sein de ce réseau depuis quelques mois (de 42.000 à 85.000 utilisateurs en 3 mois).
  • 44. 40Source : Mashable.com, 2012Les utilisateurs de la page fan Facebook de la randonnée sont principalement des femmes et dontl’origine géographique se concentre sur la France et particulièrement sur Bordeaux et Périgueux.Source : Facebook.com, 2012En ce qui concerne le site internet créé par le Service Tourisme du Conseil général de la Dordogne,les utilisateurs viennent de France et plus précisément de Bordeaux et Périgueux, suivi de Paris etLimoges.
  • 45. 41Source : www.google.com/analytics, 2012Dans tous les cas, ces personnes vont chercher des informations concernant la randonnée enDordogne : actualités, randonnées à venir, informations sur le territoire, etc.3. PositionnementLe positionnement sur les réseaux sociaux dépend du public que nous ciblons, de celui avec qui noussouhaitons interagir. En effet, certains réseaux sociaux privilégieront la relation avec la clientèle(B2C : Business to Client) tandis que d’autres privilégieront les relations entre professionnels (B2B :Business to Business).
  • 46. 42Source : scribd.com, 2012En ce qui concerne le choix de positionnement du Service Tourisme du Conseil général pour lavalorisation de la randonnée en Dordogne, on peut voir que les réseaux sociaux utilisés ont desinteractivités différentes.Facebook est utilisé dans un but de loisirs et dans le sens d’une relation qui tend plus vers le B2B(Business to Business) car une entreprise a besoin de partenariat pour être plus visible auprès de sesconsommateurs.Twitter est utilisé également dans un but de loisirs et toujours dans une relation plus basée B2B. Celas’explique par la grande importance des professionnels sur ce réseau et des relations ainsi facilitéesentre eux.Youtube est un outil B2C (Business to Client) car les vidéos sont visibles en masse et par n’importequel utilisateur.C. Marketing mixIl ne m’est pas possible de répondre à cette partie car ce qui est proposé par le Service Tourisme duConseil général de la Dordogne est l’activité de plein air à travers la randonnée essentiellement.Cependant, cette activité est libre, elle peut être pratiquée par tous et n’est pas payante. Personnene retire de bénéfices sur l’activité en elle-même car les sentiers ne sont pas soumis à desrèglementations tarifaires.
  • 47. 43V. Plan de communicationLa communication sur la randonnée en Dordogne va permettre de donner envie aux touristes et auxpopulations locales de venir découvrir le territoire par la marche.Cela va permettre également de fidéliser les randonneurs, de leur donner envie de revenir, dedécouvrir d’autres éléments du territoire lors d’une prochaine visite.Il faut donner envie à ces populations de se déplacer dans ce sens, de venir découvrir les trésors duPérigord par la randonnée.A. Spot vidéoUn spot vidéo sur l’activité de plein air va permettre de communiquer à grande échelle tout enfaisant passer un message visuel sur le territoire. Si on ne filme que des images avec de la musiquemais sans paroles, la vidéo peut ainsi être diffusée partout dans le monde et toucher un large public.Ces dernières années, la vidéo s’est fortement démocratisée sur le net, elle possède le plus grandpouvoir d’impact et permet d’être visualisée depuis un grand nombre de sources : TV, sites internet,Youtube, IPhone…Un spot vidéo sur la randonnée en Dordogne permettrait de visualiser des randonneurs sur lessentiers tout en montrant les éléments de patrimoine associé à ces chemins. Une vidéo montrant lesrandonneurs pendant leur ballade tout en y associant la nature, le patrimoine, les animaux, tout cequi se trouve sur leur chemin de randonnée permet d’être plus pertinent dans l’offre proposée.Ainsi, sur Youtube, une vidéo de Tourisme Béarn Pays basque, associe ces éléments. La vidéo montreles randonneurs qui marchent le long des sentiers et dès qu’il y a un animal, une vue sur un paysage,la flore…, il est filmé en gros plan.Une musique entrainante est importante car elle va accompagner l’envie de se rendre sur les lieux.Filmer les randonneurs sur les chemins permet de s’identifier à eux. Filmer les éléments quicaractérisent le territoire permet d’avoir un aperçu de celui-ci. En combinant les deux, on fait passerle message suivant : venez nous rejoindre et découvrir comme ces randonneurs, les joies et lesbeautés de l’activité de plein air.Ce spot vidéo pourra ensuite être diffusé sur notre site internet, sur les réseaux sociaux et nouspermettra ainsi d’être encore plus efficace dans la valorisation de l’activité et du territoire.
  • 48. 44B. LogotypeLe logotype est un élément essentiel de la communication. En effet, il va permettre d’identifierl’institution, ici la randonnée valorisée par le Service Tourisme du Conseil général. Il renforce l’imageque l’institution souhaite dégager.Il est le premier élément à mettre en place, il va pouvoir se retrouver sur tous les supports decommunication mis en place par le Service Tourisme. Il va se retrouver sur les affiches lors decommunication sur les animations telles que Randonnée en fête ou La randonnée en vallée de l’Isle.Ce logo est d’une composition relativement simple.Tout d’abord, il met en avant le territoire : Dordogne – Périgord et l’activité : pleine nature.La vague représente la rivière de la Dordogne et la couleur cyan est liée à la sagesse et à la sérénité.Le bleu est l’écho de la vie, du voyage et des découvertes.Le vert représente la nature et la jeunesse. Cette couleur est apaisante, rafraîchissante et mêmetonifiante. On l’associe souvent à l’espoir.La couleur orange représente ici l’énergie et l’enthousiasme. On associe souvent cette couleur à lacréativité et à la communication.De plus, ces couleurs s’harmonisent parfaitement avec celles du logotype du Conseil général.Le logo a pour but de rappeler l’esprit des activités de pleine nature cest-à-dire le calme, la naturesous toutes ces formes et l’énergie que l’on peut puiser de cette nature.Logotype des activités de pleine nature en Dordogne. Source : PDF du service de la communication duConseil général, 2012Le logo pourra être utilisé seul lors de manifestation où l’institution est abondamment représentée,sur certains supports particuliers, ou à chaque fois que l’on souhaite éviter toute redondance maiscependant, il est le plus souvent utilisé avec le logo du Conseil général.
  • 49. 45Bloc marque :Bloc marque des activités de pleine nature en Dordogne. Source : PDF du service de la communicationdu Conseil général, 2012Le bloc marque se compose de l’image (le logotype) et de l’entité institutionnelle (le Conseil généralde la Dordogne) qui forment un ensemble cohérent et dynamique. La symbolique se veut avant toutqualitative et souligne un certain engagement de l’institution départementale qui met ses moyensfinanciers, techniques et humains au service des loisirs de pleine nature.C’est ce bloc marque qui est la représentation officielle des activités de pleine nature en Dordogne.C. Livret « Randonnée en fête »La page de couverture du livret randonnée en fête reprend les éléments sur lesquels le ServiceTourisme souhaite communiquer : la nature, les paysages et l’activité de pleine nature.Ce livret est un moyen de communication essentiel sur les randonnées animées et accompagnées àeffectuer sur le territoire pendant la période d’Avril à Octobre.Cette animation a été mise en place il y a 11 ans et se renouvelle chaque année.Le fond bleu de l’affiche rappelle la sensation de calme, de sérénité et en même temps fait un lienvers l’eau de la rivière de la Dordogne.Le « logo » randonnée en fête permet d’identifier l’animation qui est renouvelé chaque année doncqui doit avoir une cohérence dans sa mise en page pour être visible auprès de tous.
  • 50. 46Cette page veut montrer les éléments de nature, de paysage qui seront visibles sur les sentiers derandonnée tout en faisant apparaître des randonneurs présents sur ces chemins. Cela permet des’identifier à eux, de se projeter dans ces randonnées, de se dire que ces itinéraires sont accessibles àtous.Des pictogrammes sont présents en bas de la page et représente les différentes activités de pleinenature que l’on peut pratiquer en Dordogne : randonnée pédestre, cyclo, équestre, marchenordique…La cible principale de ce livret est les populations de randonneurs, tant les touristes que lespopulations locales mais les français principalement car le livret n’est pas traduit. Il faudrait inclureun texte en anglais et un autre en espagnol pour être accessibles aux touristes étrangers.Ce livret édité en 15*10,5 cm va être distribué dans les offices de tourisme, le Comité Départementaldu Tourisme, etc.En bas de la page de couverture, on retrouve le bloc marque précédemment expliqué. Cela permetd’assurer la visibilité de l’institution et des activités proposées.Un lien vers le site internet du Service Tourisme est également visible et permet de valoriser l’outilinternet, d’inciter les personnes à s’y rendre pour de plus amples informations.Page de couverture animation Randonnée en fête. Source : base de donnéesservice tourisme, 2012
  • 51. 47D. Les autres médiasLe Service Tourisme du Conseil général assure déjà une présence sur internet à travers son site et lesréseaux sociaux sur lesquels ils se sont positionnés. Cela permet d’être visible et de communiquerauprès des internautes intéressés par cette activité de plein air.La communication s’effectue également à travers le magazine « Vivre en Périgord » édité par leConseil général mais aussi par les journaux locaux (Sud Ouest, Dordogne Libre) qui relatent parfoisdes animations mises en place par le Service Tourisme.Le magazine est très intéressant pour la communication car il est distribué à tous les locaux, il permetde faire passer le message à grande échelle.
  • 52. 48ConclusionCe stage m’a permis d’en apprendre beaucoup sur les réseaux sociaux et le web 2.0.C’est une opportunité qui me sera utile à long terme et qui permettra de medifférencier dans la vie professionnelle.J’ai eu l’occasion de travailler avec des personnes très compétentes et sympathiques,que cela soit au sein du Service Tourisme ou auprès des spécialistes des réseauxsociaux que j’ai rencontré.Les internautes ont répondu positivement aux actions que j’ai pu mettre en place, cequi m’a permis de mieux analyser leurs besoins.La mise en place d’un projet comme celui-ci fut extrêmement intéressante car j’ai puapprofondir mes connaissances sur un sujet que je ne maîtrisais pas au départ et j’aiégalement pu mettre en pratique les enseignements des deux années d’études ausein du département CS Gestion urbaine Développement Touristique de l’IUT dePérigueux ainsi que de mon année d’étude à l’Ecole de Tourisme de Bordeaux.Le fait d’avoir travaillé sur ce projet m’a permis de m’enrichir et d’en ressortir uneanalyse intéressante au fur et à mesure des actions que j’effectuais. J’ai pu partagermes ressentis et mes analyses avec mon maitre de stage qui va maintenant s’occuperde ce travail en ayant des bases plus concrètes qu’auparavant.J’ai le sentiment d’avoir respecté l’objectif qui m’était fixé, d’avoir su utiliser lesmoyens mis à ma disposition et le résultat à la fin du stage me permet de me sentirplus en confiance dans le domaine du tourisme.
  • 53. 49BibliographieRUIZ JF. (2011) Marketing direct : Réussir avec les réseaux sociaux, Editions Express Roularta,Paris, 223 pagesSitographieSite internet officiel et intranet du Conseil général de la Dordogne : www.cg24.frSite internet du service Tourisme du Conseil général : http://rando.cg24.frSite internet de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre : www.ffrandonnee.frPinterest : http://pinterest.comTwitter : https://twitter.comFacebook : www.facebook.comSites internet publiant des études sur les réseaux sociaux :www.slideshare.frhttp://www.scoop.it/t/tourisme-de-randonneehttp://blog.hubspot.comwww.netpublic.frSite internet de veille touristique : http://www.etourisme.infoSites internet de journaux locaux :www.sudouest.frwww.dordognelibre.frGoogle Maps : www.maps.google.fr
  • 54. ANNEXES
  • 55. SOMMAIREAnnexe I : Exemple de sentier créé avec Google Maps ...................................1Annexe II : PDF du sentier thématique de Bassillac ........................................2Annexe III : Page d’accueil du site internet de la randonnée dand l’Ain...........3Annexe IV : Arborescence du site internet du Service Tourisme de laDordogne......................................................................................................4Annexe V : Page fan Facebook créée par le Service Tourisme du ConseilGénéral de la Dordogne.................................................................................6Annexe VI : Profil Twitter de la Randonnée....................................................7Annexe VII : Profil créé sur Pinterest..............................................................8Annexe VIII : Carte de la Dordogne ................................................................9
  • 56. 1Annexe I : Exemple de sentier créé avec Google MapsSource : www.maps.google.fr
  • 57. 2Annexe II : PDF du sentier thématique de BassillacSource : www.rando.cg24.fr
  • 58. 3Annexe III : Page d’accueil du site internet de la randonnée dans l’AinSource : www.ain-rando.frLes titres changent mais l’image reste la même, c’est ce qui nous a influencé dans notrechoix lors du changement de l’arborescence du site internet de la randonnée en Dordogne.
  • 59. 4Annexe IV : Arborescence du site internet du Service Tourisme de laDordogneListe des randonnées
  • 60. 5Descriptif d’une randonnéeSource : www.rando.cg24.fr
  • 61. 6Annexe V : Page fan Facebook créée par le Service Tourisme du Conseilgénéral de la DordogneSource : http://www.facebook.com/pages/Une-rando-une-histoire-en-Dordogne
  • 62. 7Annexe VI : Profil Twitter de la randonnéeSource : https://twitter.com/RandoDordogne
  • 63. 8Annexe VII : Profil créé sur PinterestListe des tableaux de photosVisuel d’un tableauSource : www.pinterest.com
  • 64. 9Annexe VIII : Carte de la DordogneSource : CDT, 2012