Rapport annuel 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Rapport annuel 2011

on

  • 1,197 views

Rapport annuel 2011 du Marché International de Rungis

Rapport annuel 2011 du Marché International de Rungis

Statistics

Views

Total Views
1,197
Views on SlideShare
1,061
Embed Views
136

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

1 Embed 136

http://www.scoop.it 136

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Rapport annuel 2011 Rapport annuel 2011 Document Transcript

  • MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS rapport annuel 2011Bienvenue À RUNGIS
  • SOMMAIREL’essentiel02 Le message des Présidents04 Chiffres clés06 Les temps forts 2011Stratégie et développement durable12 Investissements16 Exploitation et maintenance19 International20 Marketing et communicationNos métiers26 L’année des entreprises28 Les fruits et légumes32 Les produits carnés36 Les produits de la mer et d’eau douce40 Les produits laitiers et traiteur44 L’horticulture et la décoration48 Un jour à Rungis MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 1
  • L’ESSENTIEL LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS « Un modèle que tous nous envient.» De gauche à droite : Christian Pépineau Marc Spielrein2 rapport annuel 2011
  • MARC SPIELREIN CHRISTIAN PÉPINEAUPrésident de la SEMMARIS Président d’UnigrosLa progression de la fréquentation du Marché Les opérateurs du Marché de Rungis ont-ils souffertde Rungis en 2011 est-elle, selon vous, de la conjoncture économique en 2011 ?la confirmation de son modèle économique ? Dans un contexte où l’on parle de crise et de baisse de laLa fréquentation du Marché s’est en effet avérée très consommation, Rungis a fait mieux que résister. Répondantsatisfaisante, non seulement par le nombre des entrées à une demande forte de nos clients, le nouveau pavillon dedes acheteurs – plus de 1,2 million, soit une augmentation la volaille y a contribué en attirant de nouveaux acheteurs.de 1,8 % par rapport à l’année 2010 –, mais aussi par l’arrivée Dans son ensemble, le secteur des produits carnés a retrouvéde 3 852 nouveaux acheteurs, en hausse de 6,3 % en 2011. la croissance, tant en volume qu’en chiffre d’affaires.À cet égard, la campagne « Bienvenue à Rungis » a engendré Les produits laitiers sont parvenus à redynamiser lades effets très positifs grâce aux nombreux efforts accomplis consommation grâce à l’intensification de la collaborationsur l’accueil, la signalétique ou encore la promotion des ventes. entre nos entreprises et les acteurs de la production qui aConcernant les volumes traités sur le MIN, la SEMMARIS a donné lieu à des animations efficaces en direction de nosréalisé un travail de mise à jour statistique qui nous a permis clients. En fruits et légumes, l’année s’est déroulée de façonde vérifier qu’aux échanges traditionnellement réalisés atypique, avec des périodes de production décalées qui ontsur le marché physique s’ajoutaient près de 900 000 tonnes suscité d’importantes inquiétudes chez les opérateurs.de marchandises transitant sur le site. Le Marché de Rungis Mais, finalement, les résultats sont honorables. Toutefois,constitue donc une plate-forme logistique et commerciale qui la mise en place de la contractualisation montre ses difficultésaccueille près de 2,5 millions de tonnes par an. Ceci ne remet d’application aux marchés physiques. Elle a été conçuepas en cause le caractère fondamental du marché physique : pour des filières très organisées, avec une forte présencesans lui, les autres activités n’existeraient pas. Mais les d’industriels. Sa mise en œuvre dans les fruits et légumessynergies sont très fortes et le fonctionnement simultané reste complexe dans un marché très fluctuant, saisonnierde ces activités complémentaires augmente la valeur ajoutée et difficile à organiser.de l’ensemble. Cela illustre l’originalité d’un modèle que tousles marchés de gros nous envient. Quelles initiatives peuvent mener les grossistes dans le domaine de la contractualisation et dans d’autres ?Comment la conjoncture a-t-elle rejailli Les grossistes réfléchissent à faire évoluer leurs relationssur les performances du Marché en 2011 ? avec la production, notamment par la certification dans2011 n’a pas été une mauvaise année pour le Marché de Rungis des référentiels métiers organisant les échanges amont-aval.malgré une conjoncture économique globale assez moyenne. Si nous restons sceptiques sur les effets de la contractualisation,Il faut notamment remarquer que l’activité touristique soutenue nous voulons représenter une force de proposition poura, sans doute, eu un impact positif sur la restauration. Et sur dégager, avec les producteurs, une réponse professionnellele MIN, l’ouverture du pavillon de la volaille a été une réussite, qui permette d’amener les produits dans les meilleurestant en termes techniques qu’en termes économiques. conditions aux consommateurs. Par ailleurs, les opérateursEn revanche, l’activité des fruits et légumes, déjà handicapée du Marché ont donné naissance à un groupement d’employeurspar certains phénomènes climatiques, a subi les conséquences qui vise à servir d’outil pour répondre à leurs besoinsde la crise sanitaire en Allemagne. Les opérateurs du Marché immédiats et faciliter l’accès à l’emploi, tout en développantont soutenu au maximum les productions françaises, mais cela de nouveaux métiers. Prenons l’exemple de la certification :n’a pu empêcher certains prix de s’effondrer. À ce titre, le décret chaque entreprise ne peut pas toujours lui dédier une personnesur la contractualisation n’a pas permis de limiter les effets responsable ; les PME, voire les TPE, pourront alors mutualiserde ces crises, car il demeure très difficilement applicable ces compétences dans ce groupement.aux spécificités de ce secteur. Comment 2012 s’annonce,Comment Rungis s’inscrit-il dans les mutations selon vous, pour le Marché de Rungis ?de la Région Île-de-France ? Pour 2012, nous avons confiance. Après une année 2011Le projet du Grand Paris a beaucoup progressé, déterminant positive, les grandes tendances de consommation confirmentde nouvelles infrastructures de transport au sein desquelles un retour vers la proximité, tandis que de nouveaux enjeuxla place du Marché de Rungis est reconnue. À ce titre, apparaissent en matière d’environnement et d’urbanisme.la création d’une station de métro baptisée « MIN - Porte Le Marché dispose de beaucoup d’atouts pour répondrede Thiais » en 2018 constituera une véritable révolution et sera à ces challenges d’avenir. Pour servir une métropole en limitantpour le Marché un facteur de développement très important. l’impact sur l’environnement, Rungis constitue naturellementIl faut également noter l’affectation à la SEMMARIS de plus une plate-forme remarquable qui s’impose au cœurde deux hectares, ce qui est loin d’être négligeable dans cette de la réflexion sur le fameux «dernier kilomètre».zone : nous en disposions déjà mais leur occupation durable est Plus généralement, nos entreprises montrent qu’elles sontainsi garantie. Concernant les mutations, je constate également capables de s’adapter à une période un peu plus difficile,que Rungis prend pied dans ce nouveau format majeur de la tout en préparant des projets d’avenir pour continuer à allerdistribution que devient l’e-commerce. Pour être à la hauteur de l’avant.de ces évolutions, nous avons consacré beaucoup d’énergieen 2011 à préparer nos investissements futurs. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 3
  • L’ESSENTIEL CHIFFRES CLÉS Fréquentation globale du Marché 6735 672 entrées Programme d’investissement de la SEMMARIS Occupation des surfaces louables 989 267 2 m de locaux soit 94,18 % de taux d’occupation 24,2 millions d’euros Chiffre d’affaires Chiffre d’affaires des entreprises du Marché des grossistes sur le Marché (en millions d’euros) (en millions d’euros) 2 440 Fruits et légumes 880 Produits laitiers, produits traiteur, 5 469 Grossistes alimentation générale 2 395 Autres activités 1 339 Produits carnés 616 Produits de la mer et d’eau douce 194 Horticulture et décoration 7 86 M€ + 3,5 % 4 5 46 M€ + 4,0 % 9 chiffre d’affaires 2010 estimation chiffre d’affaires 2010 estimation de la variation 2011/2010 de la variation 2011/2010 Effectifs employés Nombre d’entreprises sur le Marché sur le Marché 3 376 Fruits et légumes 338 Fruits et légumes 1 515 Produits laitiers, produits traiteur, 121 Produits laitiers, produits traiteur, alimentation générale alimentation générale 1 513 Produits carnés 91 Produits carnés 817 Produits de la mer 55 Produits de la mer et d’eau douce et d’eau douce 443 Horticulture et décoration 153 Horticulture et décoration 4 019 Autres activités 446 Autres activités 11 683 1 204 employés entreprises4 rapport annuel 2011
  • Nouveaux acheteurs 3 852 créations de cartes d’acheteur soit + 6,3 % par rapport à 2010Arrivages sur le Marché physique1 451 388 Arrivages des activités logistiquestonnes 900 000de produits alimentaires tonnessoit + 1,5 % par rapport à 2010 de produits alimentaires estimation 2011 Fréquentation des acheteurs Variation 2011 2011/2010 Commerces de détail Chiffre d’affaires en magasin 652 795 + 0,9 % des autres activités sur le Marché Commerces de détail (en millions d’euros) sur marché 342 980 + 2,1 % Commerces de gros 91 421 + 0,1 % 1 295 Courtiers et sociétés Restauration 60 639 + 5,0 % d’import-export 649 Transports Divers 61 104 + 9,4 % 403 Activités diverses Total 1 208 939 + 1,8 % et services 48 Producteurs Arrivages (en tonnes) 2 395 M€ + 2,3 % 2011 Variation 2011/2010 chiffre d’affaires 2010 estimation de la variation 2011/2010 Fruits et légumes 806 885 + 1,2 % Produits carnés 299 894 + 0,3 % Produits laitiers et avicoles 64 300 - 2,7 % Répartition des arrivages de produits Produits traiteur alimentaires sur le Marché physique et d’alimentation générale 110 646 + 10,4 % (en %) Produits de la mer 56 Fruits et légumes et d’eau douce 169 663 + 1,5 % 20 Produits carnés Total 1 451 388 + 1,5 % 4 Produits laitiers Fleurs coupées (en milliers de tiges) 187 103 - 6,8 % 8 Produits traiteur, alimentation générale Plantes en pot (en milliers de pots) 16 575 + 5,4 % 12 Produits de la mer et d’eau douce NDLR : les arrivages en tonnes évoqués dans ce rapport, ainsi que leurs évolutions par rapport à l’année précédente, sont ceux du Marché physique de Rungis. Ils intègrent des volumes déclarés par les grossistes et les producteurs sur carreau, mais ne prennent pas en compte les activités logistiques en entrepôts. Ces dernières sont estimées à hauteur de 40 % des arrivages globaux du MIN. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 5
  • L’ESSENTIEL LES TEMPS FORTS 201 1 Janvier 1 Lancement de la nouvelle Appli IPhone : l’application Rungis Mobile mobile officielle du Marché International de Rungis. tout le marché sur votre 2 Shooting photo des employés du VG1 par le photographe Matt LARSON pour la réalisation d’une fresque de 30 mètres de long installée au cœur du pavillon de la volaille. Téléchargez-la vite, elle est gratuite ! 1 www.rungisinternational.com 2 "scannez-moi !" Création : www.Lillustrateur.com R u n gis m , p ro vean a s, n ce Ru ngi ma n ce p ro ve n a , R u n gis R u n g is, , ma u n gisR a p ro ve n a n ce m n a n ce ve Rung 2011 ma nc e p ro ve n a is_map ro 2011 caron caron s_O s_OK K.ind .indd 4 2011 2011 Rungis_macarons_ OK.indd 2 03/01/11 10:48 03/01/11 10:48 03/01 /11 10:48 d 1 ns_OK.indd Rungis_macaro /11 10:48 03/01 3 .indd ns_OK.indd caron s_OK acaro Rungis_ma 3 R u n gis, ma 2011 provena nce 03/01/11 17:09 2011 Rungis_ma caron s_OK.indd 5 Février Rungis_ma carons_OK .indd 6 03/01/11 10:48 Mars 3 Distribution des Macarons Rungis 2011 : Partenariat avec la 1re édition du Festival « Rungis ma provenance fraîcheur » International du Livre Culinaire à Paris. L’identification du savoir-faire de nos acheteurs, Rungis partenaire officiel à destination des consommateurs. de la Grande Quinzaine des Marchés. Ouverture d’une représentation commerciale Présence sur le CCC (Salon de la restauration Rungis à Shanghai pour 18 mois. collective autogérée) et sur la SITL (Semaine Internationale du Transport et de la Logistique). 6 rapport annuel 2011
  • Avril 4 Crémaillère au VG1 organisée pour l’ensemble des salariés du pavillon et leurs familles. 5 Implantation de la nouvelle signalétique Accueil Rungis. 4 5 7 6 8Mai6 Traditionnelle remise du muguet à l’Élysée et à la Mairie de Paris.7 Délégation Mercamadrid de 17 chefs d’entreprise à Rungis.8 Animation - Présentation et vente de produits fermiers locaux sur le carreau des producteurs en fruits et légumes.9 Inauguration du centre d’opérations Univeg Katopé France sur la Zone EuroDelta. 9 MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 7
  • L’ESSENTIEL LES TEMPS FORTS 201 1 Juin 10 Inauguration du pavillon de la volaille en présence de Frédéric LEFEBVRE, secrétaire10 d’État chargé du Commerce. 5e session de stage des enseignants des filières cuisine, service, gestion hôtelière et logistique. 11 10 Juillet 11 Animations « Rungis Plage » distribution de cadeaux dans tous les pavillons du Marché aux clients et aux salariés. 12 13 Septembre Octobre 12 6e édition des Entretiens de Rungis : 13 Remise du prix Littéraire 2011 « Quel cap pour l’agriculture et l’alimentation ? » de la Commanderie des Gastronomes Rungis partenaire du 1er Salon des métiers Ambassadeurs de Rungis, à Anne de bouche à Paris. GARABEDIAN pour son ouvrage « REINE SAMMUT à la Fenière de Lourmarin ». 8 rapport annuel 2011
  • Novembre Rungis partenaire de la 1re Assemblée Générale des Maîtres Restaurateurs à l’Espace Rungis. Présence sur le salon Hortifair à Amsterdam Référence mondiale de l’horticulture décoration. 14 Organisation et gestion du stand des Marchés de Gros de France sur le Salon des Maires. 15 Inauguration de la rue du Gers dans le secteur des produits carnés. 14 15 16 17Décembre16 Mise en service de lieux d’accueil pour Visite Rungis Salle dédiée et supports pédagogiques à la marée, aux fruits & légumes et dans le pavillon des viandes.17 Traditionnelles Visites Presse Comme chaque année, plus d’une cinquantaine de médias ont parcouru le Marché à la découverte des produits de fin d’année. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 9
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Un marché accueillant, moderne et dynamique10 rapport annuel 2011
  • Pour soutenir l’activité du Marché de Rungis, la SEMMARISs’appuie sur trois piliers : les investissements qui visentà le placer à la pointe de la modernité ; la maintenancequi veille à rendre son exploitation toujours plus respectueusede l’environnement et le marketing qui imprime un sensfédérateur à sa mission de pôle de compétence agroalimentaire.Un savoir-faire qui s’exporte à l’international. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 11
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE INVESTISSEMENTS Le Marché optimise ses infrastructures D’importants travaux conduits sur le Marché de Rungis ces dernières années ont célébré leur complet achèvement en 2011. En attendant une nouvelle vague de grands chantiers, la SEMMARIS poursuit la mise à jour de ses installations pour les porter à la pointe de l’innovation. Allée centrale et entrée principale du VG1, avec l’accueil du secteur produits carnés SEMMARIS, au contact direct des utilisateurs du pavillon.12 rapport annuel 2011
  • Totem d’entrée et accueil du secteur horticulture et décoration SEMMARIS. Nouveau péage de la Porte de Rungis.Au regard des budgets, l’année 2011 De même, 2011 aura concrétiséde la SEMMARIS peut sembler calme la mise en service, au mois d’avril,en matière d’investissement : 25 millions de l’entrepôt réfrigéré DE1 confiéd’euros environ. Elle se situe en réalité sur plus de 8 000 mètres carrésà la croisée des chemins, entre la à l’exploitation du groupe Univegconcrétisation finale d’importants (voir aussi dans L’annéetravaux et le lancement de nouveaux des Entreprises).à venir : près de 50 millions d’euros Enfin, deux paravents de toile, longssont d’ores et déjà prévus en 2012. de 370 mètres, ont été installés sur le nouveau terminal ferroviaire pour BienvenueDeux inaugurations majeures offrir une protection supplémentaireDe fait, l’année aura surtout été contre les intempéries, neige ou pluie à Rungis !marquée par l’ouverture, au mois légères détournées par le vent.d’avril, du nouveau pavillon de Un complément de 1,3 million d’euros Dans le but de donner une meilleurela volaille. Bien que sa construction qui semble avoir suscité la satisfaction visibilité aux fonctions d’accueilait déjà été achevée pour l’essentiel générale des utilisateurs du terminal. de la SEMMARIS sur le Marché de Rungis,de ses 18 000 mètres carrés, le trois totems ont été installés en 2011bâtiment V2P devenu VG1 avait encore Les péages rénovés à l’entrée de l’espace Rungis Accueilsuscité quelques travaux de finition. L’année 2011 a également clos ainsi que dans les secteurs produitsOutre sa réussite commerciale (voir en l’opération de modernisation carnés et horticulture. À terme,rubrique Produits carnés), ses objectifs des cinq péages du MIN. Ces derniers cette nouvelle signalétique sera déclinéed’exploitation ont été atteints : coûts constituent le premier contact des dans les principaux points d’accèsréduits, notamment en termes d’énergie clients avec le Marché et leur réfection des visiteurs, c’est-à-dire, outre les troisou de manutention, niveau de froid a participé des nombreux efforts premiers mentionnés, les autres secteursmaintenu, sécurités alimentaires accomplis par la SEMMARIS pourou incendie optimisées. À peu près améliorer l’accueil offert par Rungis (fruits et légumes, marée, ainsi quesimultanément, le bâtiment V3P à ses visiteurs. Le péage EE1, produits laitiers et traiteur) et les péages.devenait le VG2, offrant 3 000 mètres dit de la Porte de Rungis, a donc été Avec toujours un maître mot, « Accueil »,carrés d’entrepôt à un opérateur réimplanté à la faveur de la création et un habillage rouge et blanc les rendantunique. d’une nouvelle gare pour le tramway repérables du premier coup d’œil. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 13
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE INVESTISSEMENTS Réfection des verrières Test d’une nouvelle ambiance commerciale : de la serre Végétal. éclairage, couleurs, enseignes, signalétique, dans un pavillon de vente fruits et légumes, bâtiment B2. r à glace e la tou itation d e. Réhabil ur maré du secte au cœur prolongeant la ligne 7 du métro. Pour entrepôt réfrigéré en fruits et légumes un demi-million d’euros, cette nouvelle constitué de modules flexibles entrée comptant trois voies d’accès, et polyvalents de 500 mètres carrés, plus une spéciale pour les deux-roues, assortis d’un nouveau parking en a été dotée d’un auvent en toile tendue sous-sol permettant de libérer de style contemporain et dispose des surfaces en extérieur. Pour d’une base vie confortable munie un investissement total d’environ d’un bungalow préfabriqué. 20 millions d’euros, ce nouvel ensemble Par ailleurs, parallèlement à la création garantissant des températures de la route de Chevilly constituant comprises entre 1 et 10 degrés sera une sorte de périphérique au Marché, achevé à la fin de l’année 2012. tous les parkings du centre administratif ont été restructurés pour Une nouvelle tour à glace 1,7 million d’euros, donnant naissance, Reprise par un nouvel opérateur au passage, à deux parkings payants. spécialisé (voir aussi dans L’Année Mais l’achèvement fructueux de ces des Entreprises), la tour à glace efforts s’est également accompagné jouxtant le pavillon de la marée a été de nouveaux démarrages. Ainsi, intégralement rénovée. Afin de lui le chantier du bâtiment C3 a commencé permettre de produire 30 tonnes au mois de juin par les travaux de glace par jour, principalement de démolition de l’ancienne structure. à destination des poissonniers, Il s’agit de développer, sur plus mais également des traiteurs ou de 23 000 mètres carrés, un nouvel d’autres professionnels, elle a été14 rapport annuel 2011
  • Livraison de l’entrepôt et du siège de la société Univeg Katopé France.équipée d’un générateur de glace L’innovationsous forme de paillettes, de glaçons Enfin, les deux tiers de la toiture duou de pains. Ses silos ont été revêtus pavillon de la marée – 18 000 mètresd’acier inoxydable et trois containers carrés au total – ont été reconçusmaritimes ont été mis en place pour pour en remplacer le support, l’isolantun stockage sous température négative, et le complexe d’étanchéité. Ce chantierle tout, bien sûr, dans le plus strict de trois millions d’euros sera achevérespect des normes sanitaires. en 2012, pour garantir davantageAutre rénovation, le bâtiment DOD- la régularité thermique du bâtimentVégétal a vu les verrières de sa serre et, de ce fait, diminuerde vente de plantes en pot ses coûts énergétiques.intégralement refaites. Car au-delà de la modernisationAprès consultation d’un expert nécessaire du site, les investissementset recarénage du bâtiment, l’ensemble de la SEMMARIS constituent desde la toiture (plus de 2 000 mètres vecteurs d’innovation technologique.carrés) et des façades (plus de Cela concerne l’ingénierie des1 600 mètres carrés) a été sécurisé bâtiments, l’organisation des fluxpar l’installation de verre feuilleté, de marchandises, l’optimisationdit Triplex. Tout en assurant des opérations de manutention,une luminosité intégrale, ce dispositif l’amélioration des conditions de travail,garantit son étanchéité. le respect rigoureux des normesÀ noter également que la démolition sanitaires et, tout particulièrementdu C5B a été accomplie pour permettre dans le premier marché de produitsla reconstruction en 2012 d’une frais au monde, celui des contraintesplate-forme moderne qui sera partagée de température de conservation.entre un atelier de produits de la meret un entrepôt de fruits et légumes. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 15
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EXPLOITATION ET MAINTENANCE Le souci de l’environnement au cœur de l’exploitation Parmi les plus importants sites de la première région de France, le Marché de Rungis organise des opérations d’exploitation dont les enjeux sont majeurs en matière de développement durable. du réseau ont été poursuivis pour lutter en conformité progresse au rythme contre les fuites. Il s’agit de maintenir des modernisations et des nouvelles nt le taux de rendement du Marché, installations, avec en 2012 des t de l’équipeme Renouvellemen ide. qui atteint d’ores et déjà 93 %. réducteurs de débit équipant les comptage eau fro Par ailleurs, le renouvellement caniveaux des parkings poids lourds. des compteurs a été entamé pour que la précision de leurs mesures Modernisation du réseau Dans la dernière décennie, les actions garantisse toujours une facturation d’éclairage public de la SEMMARIS ont déjà placé le MIN exacte aux opérateurs. Le cahier des charges relatif sur la voie d’une activité raisonnée, L’eau, c’est aussi la qualité des rejets. à la rénovation des éclairages en matière d’eau, d’énergie ou Un arrêté préfectoral de 2004 fixe publics a été finalisé durant l’année, de traitement des déchets notamment. des seuils maximaux de pollution permettant de lancer la consultation Désormais, l’heure est à l’intensification dans les réseaux d’eaux usées nécessaire au démarrage des travaux de ces pratiques, à la traque comme dans ceux des eaux pluviales. au mois de septembre 2012. du gaspillage et à l’informatisation Concernant les eaux usées, quatre Ces derniers porteront tant sur de la gestion des déchets. nouvelles conventions de rejet ont la distribution électrique – passage Ainsi, la consommation d’eau été signées en 2011 avec des de la haute à la basse tension pour du Marché a déjà été sensiblement établissements présentant un risque viabiliser les installations en évitant réduite par une meilleure maîtrise potentiel, portant leur nombre à 49 : le recours à des transformateurs – des installations et une plus grande il n’en reste donc plus que six que sur l’éclairage lui-même responsabilisation des utilisateurs. à finaliser par la SEMMARIS en 2012. par le remplacement d’environ Avec plus de 500 000 mètres cubes Concernant les eaux pluviales 3 000 lampes. par an, le MIN de Rungis fait partie déversées dans la Seine après Cette rénovation permettra de réduire des quatre sites franciliens les plus prétraitement, la SEMMARIS a installé les coûts d’exploitation, d’améliorer importants en matière plus de 10 500 mètres cubes la sécurité routière, la sûreté de consommation d’eau. de volume de rétention par parcelle : des personnes et d’apporter un meilleur l’objectif est d’atteindre un débit confort visuel par la qualité des L’eau sous surveillance de rejet de 10 litres par seconde lampes choisies (intensité, couleur…). Dans le cadre d’une consommation par hectare, contre les 35 qui étaient Par ailleurs, le processus désormais stabilisée, des travaux auparavant autorisés par de renouvellement des éclairages de renouvellement des canalisations la réglementation. Cette mise intérieurs se poursuit avec la même16 rapport annuel 2011
  • Récupération du carton au Point E et implantation de points propreté.ambition grâce au choix de lampes Fiabilisation Amélioration continuebasse consommation, éventuellement du réseau de chaleur de la gestion des déchetsaccompagnées de détecteurs Le renouvellement du réseau Les déchets, justement, sont un autrede présence pour les déclencher de chaleur se poursuit également : axe du développement durable àou de systèmes de gradation selon pour viabiliser ses 60 kilomètres Rungis. L’activité du MIN en génèrel’apport de lumière naturelle. de tuyauterie, la SEMMARIS a étudié environ 60 000 tonnes par an. en 2011 la mise en place d’alarmes Outre l’instauration du tri sélectif,Du R22 au R404A dans les bâtiments dont les produits la politique de conteneurisation viseDe même, le remplacement des fluides présentent une grande sensibilité la réduction des déchets laissés au sol :frigorigènes est poursuivi, afin aux variations de température. ils ont encore diminué de 9 000de respecter l’échéance de la fin Installés en sous-stations, à 7 000 tonnes en 2011 et quatredu R22 programmée en 2014. 70 % ces dispositifs d’alerte permettent nouveaux points propreté ont étédu programme étaient réalisés à fin d’être informé en temps réel d’éventuels installés, dont deux au bâtiment B3.2010 ; en 2011, ce niveau a atteint dysfonctionnements et d’intervenir Un effort que la SEMMARIS compte95 % avec des travaux menés dans avec une meilleure réactivité. amplifier, notamment en luttantles pavillons des produits laitiers L’année 2011 a également fourni contre les palettes abandonnées(D4 et D5). En 2012, ces opérations l’occasion d’initier une étude indûment sur le Marché.seront achevées avec deux ans de faisabilité d’une connexion L’élimination des biodéchets a faitd’avance par la réalisation du même du réseau de chaleur du MIN de Rungis l’objet en 2011 de la créationtype de travaux sur le pavillon V1T, avec les communes de Choisy-le-Roi d’un progiciel – baptisé Sesamdans le secteur viandes. À noter que et de Vitry-sur-Seine. Rappelons qu’il (système électronique de saisiecette avance permet d’éviter l’élévation s’agit d’une chaleur « verte » provenant de marchandises) – permettantdes coûts de remplacement qui de l’incinération d’une partie aux concessionnaires d’effectuerne manque pas de s’opérer au fur des déchets du site. leurs demandes de retraitet à mesure que l’échéance et d’élimination depuis l’extranetréglementaire approche. du site www.rungisinternational.com. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 17
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EXPLOITATION ET MAINTENANCE Finalisation du cahier des charges relatif à la rénovation des éclairages publics. La gestion des enlèvements est s’appliquer fin 2013. La rénovation donc réalisable directement sur de la toiture du pavillon de la marée ces le Web permettant ainsi un suivi – 18 000 mètres carrés au total – ent des espa Réaménagem EuroDelta. des historiques de collecte a vu sa première tranche achevée, verts sur la Zone et l’édition de certificats de retrait un chantier complexe qui s’effectue de marchandises. Résultat : un suivi dans un bâtiment non seulement de la traçabilité de ces déchets, en en exploitation, mais de surcroît conformité avec les recommandations sous agrément sanitaire. Bienvenue du Grenelle II de l’environnement qui impose, depuis le 1er janvier 2012, Des espaces verts à Rungis ! leur « retour à la terre » (méthanisation aux fonctions multiples ou compost), et donc la capacité Enfin, l’achèvement de la construction Battant son plein entre deux et sept de l’attester. du dernier bâtiment de la zone heures du matin, le Marché de Rungis Parmi d’autres actions plus modestes EuroDelta en 2010 a été l’occasion est d’abord et avant tout un site nocturne. mais néanmoins indispensables de réaménager les espaces verts sur Son éclairage est donc un élément pour le Marché, la SEMMARIS a choisi, un hectare environ. Outre leur rendu fondamental de l’accueil des acheteurs en avril 2011, une nouvelle entreprise esthétique, ces espaces contribuent et de la qualité de leurs visites. pour assurer la lutte contre les nuisibles à l’amélioration environnementale Le chantier de remplacement de quelque (dératisation, désinsectisation) aux et les espèces végétales qui les 3 000 lampes lumineuses permettra non abords et dans les parties communes composent sont notamment choisies seulement des économies d’exploitation, des bâtiments collectifs du Marché pour leur résistance à la sécheresse, mais également un renforcement ainsi que dans les parties privatives et par conséquent leur arrosage réduit. des grands bâtiments des secteurs onze hectares d’espaces verts couvrent de la sécurité routière et de la sûreté PLA et Fruits et Légumes. L’année 2011 le MIN et leur réaménagement pourrait des personnes, un meilleur confort a également été marquée par la fin s’accompagner de l’installation visuel par la qualité des lampes choisies des travaux de mise en conformité de bassins de rétention d’eau, (intensité, couleur…), ainsi de 51 appareils de levage (monte- actuellement à l’étude avec l’Agence qu’une harmonisation générale charge ou ascenseurs), en anticipation de l’eau Seine-Normandie. de l’architecture des candélabres. d’une réglementation devant18 rapport annuel 2011
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLEINTERNATIONALL’expertisede Rungis s’exportePas un promoteur de marché de gros dans le mondene fait l’impasse sur une visite du Marché de Rungis.Fort de ce constat, la SEMMARIS propose avec RungisConsultant de faire bénéficier des fruits de son expérience.Plan-masse sur la phase II Étude de faisabilitédu marché de Nanning. d’une grande plate-forme pour l’agglomération de Moscou.Comment fonctionnent les flux en Chine, mais également en Inde, finalisé et la construction de sonet la distribution des produits en Afrique du Sud, au Pérou, mur de clôture est déjà en cours.alimentaires dans un pays ? en Belgique… Une dizaine de missions Situé au nord de Delhi, au cœurQuel peut être le modèle opérationnel a déjà été achevée et une autre des zones de production, ce sitedu marché de gros dans ce contexte ? dizaine est en cours de réalisation. pourrait servir de plate-formeQuelle localisation choisir pour Parmi elles, on remarque trois à 80 % des échanges indiensl’implanter ? Quel plan-masse appliquer avancées accomplies en 2011. en fruits et légumes.à cette localisation particulière ? En Chine, la première tranche Enfin, une étude de faisabilitéQuelle organisation intérieure en du marché de Nanning a été mise a été réalisée pour doter Moscoudécoule ? Avec quel business plan ? en service au mois de juin, d’une plate-forme agroalimentaireC’est à toutes ces questions que Rungis avec 17 hectares voués aux fruits, de 200 à 300 hectares : sa validationConsultant contribue à répondre. avant qu’une seconde tranche économique – projection des coûtsEn huit années, cette cellule a noué ne soit destinée aux légumes. et des revenus – est en cours.une cinquantaine d’échanges En Inde, le plan-masse d’un sitedans le monde, dont près d’une moitié de 204 hectares à Ganaur a été MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 19
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE MARKETING ET COMMUNICATION Un pôle de compétence qui s’affirme La stratégie marketing et communication de la SEMMARIS s’appuie sur une vision renouvelée de la vocation du Marché de Rungis : un pôle de compétence, c’est-à-dire l’accumulation de tous les savoir-faire des métiers de l’alimentaire et du frais, sur un même site, conférant à ce dernier une position clé dans la compétition mondiale. Durant neuf mois de l’année 2011, Ce constat est venu confirmer où leur mission n’est pas toujours la SEMMARIS a mené une étude le positionnement de Rungis en tant bien présente à l’esprit des décideurs approfondie pour mieux appréhender que pôle de compétence alimentaire politiques. la globalité des flux de marchandises majeur en France. Que cela soit dans Les 19 marchés de France s’étaient transitant sur le Marché de Rungis. le cadre de la construction du « Grand réunis pour témoigner de leur Traditionnellement, les statistiques Paris » ou dans celui de la compétition contribution à l’équilibre et à qu’elle recueille auprès des entreprises mondiale, le Marché apporte une l’excellence de l’offre alimentaire : concernent essentiellement les plate-forme multiple aux échanges, en maillons indispensables entre la tonnages réalisés sur le marché dit Île-de-France mais aussi au-delà, dans production et toutes les formes de physique, c’est-à-dire les pavillons où tout le pays et à l’export également. commerce, du détail à la restauration, grossistes et producteurs mettent leurs Il combine donc les atouts d’un marché garants d’un rapport qualité-prix produits en marché « sur carreau ». physique – qualité, variété et sécurité équitable, du développement de Or depuis une bonne décennie, de l’offre – et ceux d’une puissante l’agriculture raisonnée ou biologique, le développement du MIN s’est plate-forme d’expertise – optimisation de la défense des commerces accompagné de l’essor d’autres logistique, emploi et formation, services de proximité et de l’animation catégories d’échanges commerciaux, périphériques, etc. des quartiers, de la promotion fondés sur la logistique, le transport des productions locales et de De la pédagogie politique ou le courtage par exemple ; couvrant l’optimisation de la logistique à la communication digitale la quasi-intégralité du chiffre d’affaires du dernier kilomètre… généré par Rungis. Cette étude a La stratégie marketing et Mais cette stratégie ne se borne pas identifié plus de 900 000 tonnes communication de la SEMMARIS se aux sphères politiques ; la SEMMARIS d’échanges se rapportant à cette fonde sur cette dynamique. Illustration a définitivement pris le tournant activité. On sait désormais que le parmi d’autres, la participation – avec de la communication digitale. En 2011, Marché « pèse » près de 2,5 millions la Fédération des Marchés de Gros le Marché a été doté de son application de tonnes, dont 60 % pour son activité de France – au Salon des Maires iPhone offrant toutes les physique et 40 % pour ses activités au mois de novembre. L’opération fonctionnalités propres aux nouvelles dites logistiques . consistait à présenter une pédagogie technologies de communication : des marchés de gros dans un contexte20 rapport annuel 2011
  • 23 juin : inauguration du nouveau pavillon de la volaille, avec son déménagement du V1G au VG1. VG1, ur du ng , au cœ mètres de lo lon. llation 0 il Insta e de 3 du pav fresqu ployés d’une les em entant représ Tout au long de l’année, de nombreuses animations et opérations de promotion des ventes, organisées avec l’aide de la SEMMARIS, ont favorisé la dynamique commerciale au sein du VG1.moteur de recherche reprenant Agricultural Products Company)les informations du « Qui Fait Quoi dans la co-entreprise Shanghai Rungisà Rungis », le guide officiel du MIN, Market Management Company.informations pratiques sur C’est d’ailleurs dans les locauxle fonctionnement du Marché, de cette dernière qu’une jeune chefgéolocalisation pour s’orienter sur de projet marketing s’est installéele site… Un mois après son lancement pour y effectuer une mission analogueen mars, l’application avait déjà à celle réalisée à Londres il y trois ans.enregistré plus de 1 300 téléchargements Objectif : étudier les modeset 3 500, six mois plus tard. Durant de consommation et les réseauxce temps, Rungis comptait près de distribution chinois, mieux identifierd’un millier de fans sur Facebook, les opportunités de commerce entretandis que le site Internet du Marché la France et la Chine, favoriser la misese dotait d’une version chinoise. en relation entre les opérateurs… Ces actions multiples vers l’extérieurDe la Chine au carreau ne réduisent pas pour autant,des producteurs naturellement, la poursuiteChose logique puisque la SEMMARIS des opérations traditionnellesentretient d’importants liens avec de communication et de promotionl’empire du Milieu, notamment par du Marché. Notons en 2011son partenariat avec SZAP (Shenzhen le renouvellement annuel du fameux MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 21
  • STRATÉGIE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE MARKETING ET COMMUNICATION Installation de tablettes pédagogiques sur les coursives des bâtiments A4 et B2, afin de favoriser les visites en étage. pes ur les grou accueil po du pavillon d’un e salle d’ étag e commerciale le 5 avril. Un hors-série Création premier Rungis au de Rungis Actualités y a été consacré, de Visite ée. de la mar une fresque a été réalisée par le photographe Matt Larson à partir macaron que peuvent afficher fois d’un stage pour 25 enseignants de photos d’employés du pavillon. les clients du MIN – restaurateurs, des filières hôtellerie-restauration En écho automnal à ces festivités poissonniers, bouchers, etc. – pour et économie-gestion pour leur printanières, le 24 novembre 2011 affirmer « Rungis, ma provenance permettre de découvrir les métiers était enfin inaugurée la rue du Gers, fraîcheur ». Ou le partenariat officiel de Rungis, ou le soutien apporté, bordant le nouveau pavillon, donnant avec la Quinzaine des Marchés au mois de septembre, à l’opération lieu à une vaste animation dégustation d’Île-de-France durant la seconde « Le panier des Essentiels » lancée en présence d’hôtes prestigieux. moitié de mars. Ou la mise en avant par le secrétariat d’État au Commerce. Enfin, 2011 a également été marquée de produits régionaux sur le carreau par la poursuite du programme des producteurs de Rungis, au mois De l’inauguration de la volaille Bienvenue à Rungis. Après un audit de mai 2011. Ou, encore, l’opération à l’optimisation de l’accueil mené en 2010 sur l’accueil réservé « Tous à la plage avec Rungis », début sur le Marché aux professionnels sur le Marché, juillet, permettant aux acheteurs Et puis, il y a eu l’événement phare la SEMMARIS a démarré la mise du marché physique de gagner de l’année 2011 : l’inauguration en œuvre des actions qu’il a permis une nouvelle collection de cadeaux… du nouveau pavillon de la volaille, de déterminer. Une nouvelle D’autres actions contribuent à renforcer qui symbolise à sa manière le nouveau signalétique (voir en rubrique la place de Rungis comme pôle positionnement du Marché, alliant Investissements) est en cours de de compétence alimentaire : sa vocation historique avec les déploiement tant sur les équipements la participation de la SEMMARIS, technologies modernes. Pour l’occasion, d’orientation que, déjà, dans trois pour la seconde année consécutive, un plan de communication riche a été points d’accueil SEMMARIS. à la SITL (Semaine Internationale déployé sur six mois, avec pour point Les projets en cours liés à l’évolution du Transport et de la Logistique), d’orgue l’inauguration officielle des accès et de la carte d’acheteur, l’organisation pour la cinquième le 23 juin, après sa mise en service sésame pour rentrer sur le Marché,22 rapport annuel 2011
  • Guide des entreprises, pageFacebook, site Web et appliIPhone, supports sectorisésde promotion des ventes...de nombreux outils cibléssont mis à la dispositiondes différents utilisateurspar la Direction Marketinget Communicationde la SEMMARIS.ont été complétés par l’installationd’une seconde borne de rechargementau cœur du secteur horticultureet décoration. À noter au passageque les détenteurs d’une carte sontdésormais avertis par SMS, dix minutesaprès leur entrée sur le Marché,de la nécessité de la renouvelerlorsqu’elle s’approche de sa fin Bienvenue à Rungis !de validité.Premiers résultats : 3 852 nouvelles Au-delà de la venue des acheteurs niveau d’information. Ensuite, unecartes ont été créées, en hausse professionnels sur le Marché qui quinzaine de modules de visite différentsde 6,3 %. Et en 2011, la fréquentation constitue le cœur de son fonctionnement, ont été conçus afin de s’adapterdu Marché a augmenté de 1,8 % (+5 % Rungis attire de nombreux visiteurs. aux profils des visiteurs : écolespour les restaurateurs et +2 % La SEMMARIS a conçu une nouvelle professionnelles, entreprises, organismespour les détaillants sur marché, organisation de ces visites pour professionnels, VIP, particuliers…parmi les cibles prioritaires du MIN), en améliorer les fruits tout en réduisant Par ailleurs, des coursives ont étéportant le nombre de passages au maximum la gêne qu’elles peuvent installées dans les bâtiments A4 (marée)à plus de 1,2 million par an.2012 parachèvera ces efforts : en occasionner pour le bon fonctionnement et B2 (fruits et légumes) pour organiserrenforçant la qualité de son accueil, des opérations commerciales. la visite en étage. Et des panneauxRungis enracinera de manière durable Première étape, une salle a été aménagée d’information ont été érigéssa vocation de pôle de compétence au pavillon de la marée pour délivrer, dans les bâtiments A4, V1P (viandes),alimentaire de premier plan. avant la visite des pavillons, un premier puis au secteur des fruits et légumes. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 23
  • NOS MÉTIERS Du producteur à l’acheteur, les meilleurs professionnels de France24 rapport annuel 2011
  • Plus de 1 200 entreprises s’affairent quotidiennementà Rungis pour en faire le plus beau marché de produitsfrais au monde. Elles se créent, se développent ouse transforment pour s’adapter aux mutations de leurmarché et, dans tous les secteurs, maintenir leur offreà un haut niveau d’excellence. Dans une conjoncturedifficile, les résultats sont au rendez-vous, confirmantle positionnement stratégique du Marché. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 25
  • NOS MÉTIERS L’ANNÉE DES ENTREPRISES Une offre qui s’élargit Chaque année, de nouvelles entreprises s’implantent sur le Marché de Rungis et d’autres s’y agrandissent. Parallèlement, l’offre se diversifie vers des services et des produits complémentaires qui transforment le MIN en un pôle de compétence complet au service de la chaîne alimentaire. Com exa De nouvelles entreprises se sont de fréquence, récupération de chaleur…) de leur marché. Leur extension est installées sur le Marché en 2011, pour le groupe Univeg, leader européen également l’occasion pour elles témoignant de l’efficacité du site des fruits et légumes pour lequel le d’investir dans de nouveaux pour la vente de toutes les catégories choix de Rungis était «une évidence». équipements optimisant tant de produits frais à tous les types leur productivité que la qualité de clientèle. L’Angevin Primeur a été créée par de leur offre. un ancien salarié travaillant depuis Godard - Chambon & Marrel s’est près de trente années sur le MIN. Banagrumes a mis en service implantée sur le Marché de Rungis Un magasin de près de 500 mètres carrés cinq nouvelles mûrisseries pour en 2011 afin d’y distribuer directement a été repris et d’importantes démarches un mûrissage à la fois plus fin et plus ses marques de foie gras (Godard) commerciales ont été entreprises efficace ainsi qu’une productivité et de truffes fraîches (Chambon pour attirer une clientèle très diversifiée optimisée (un gain de temps de 20 & Marrel). L’entreprise fabrique vers une offre large : à l’exception à 25 %). Après une seconde tranche elle-même ses produits dans le Lot, des produits exotiques, tous ses de travaux prévue pour l’été 2012, les premiers à Gourdon et les seconds besoins en fruits et légumes peuvent l’entreprise sera en mesure de traiter à Souillac. Elle propose également être satisfaits. 7 000 tonnes de bananes, à ses clients des jambons ibériques essentiellement issues de Martinique ou, même, du caviar en complément Maison Magellan a installé un showroom et de Guadeloupe. Grâce à une maîtrise de gamme. Misant sur sa maîtrise de près de 200 mètres carrés dans le thermique plus fine, les produits complète d’une filière 100 % française secteur horticulture, un emplacement présentent une meilleure tenue et son histoire démarrée il y a un siècle atypique pour cette entreprise à la vente aux consommateurs. et demi, l’entreprise est ainsi parvenue spécialisée dans l’épicerie fine à doubler ses ventes sur le MIN. biologique. Emplacement qui s’explique Comexa a également installé cinq par son développement, depuis 2007, mûrisseries d’avocats et de mangues, Univeg Katopé France a inauguré dans la transformation alimentaire principalement destinés à la grande en 2011 son entrepôt « dernière des fleurs (confits de rose, de jasmin…) distribution. Afrique du Sud, Chili, génération » sur la zone Eurodelta : depuis son atelier de Montreuil, en Pérou, etc. pour les premiers, ou 7 000 mètres carrés sous température Seine-Saint-Denis. Outre l’hôtellerie Côte-d’Ivoire, Brésil et d’autres pour dirigée, 2 700 mètres carrés de luxe, la restauration ou les traiteurs, les secondes, les origines des produits de mûrisserie de bananes, ces produits visent également sont multiples afin de pouvoir couvrir 1 000 mètres carrés de station les fleuristes ou les jardineries, les besoins sur toute l’année. de conditionnement, un laboratoire pour un usage en confiture À la faveur d’un déménagement qualité, 90 000 tonnes de capacité ou cocktail notamment. lui permettant de tripler les surfaces annuelle… Douze millions d’euros à 3 000 mètres carrés, les équipements ont été investis dans ce bâtiment Outre ces installations, d’autres ont été modernisés et deux lignes de « intelligent et responsable » (fibre entreprises de Rungis se sont agrandies conditionnement (filets ou barquettes) optique, fluide propre, variateurs pour répondre au développement y ont été ajoutées.26 rapport annuel 2011
  • Bocc a-Sa cs esh DelifrBanagrumesDesmettre s’est agrandie dans le secteur de quatre heures du matin à vingt-deux gamme de produits et accessoiresdes fruits et légumes où sa surface de heures – et une traçabilité en temps indispensables aux commerçants,vente, dépassant le millier de mètres réel des températures et du suivi notamment des métiers de bouche :carrés, est passée de 22 à 26 portes des livraisons. emballages, manutention, décoration,pour accueillir une nouvelle activité agencement, outillage, coutellerie,de fruits secs. Traitant 30 000 tonnes En termes de services produits d’entretien, vaissellepar an, l’entreprise est spécialisée dans complémentaires, l’offre du MIN à usage unique, etc.la fourniture de fruits et légumes en s’est également enrichie en matièrevolumes importants à prix discount. de gestion des ressources humaines. Rungis Glaces a repris l’activité de la Tour à glace installée à proximitéMais le développement du Marché Forma2l est un nouveau centre de du pavillon de la marée. Les travauxcomme pôle de compétence (voir en formation spécialisé en agroalimentaire de rénovation seront achevésMarketing) favorise également (hygiène, HACCP, gestion de crise) durant l’année 2012 (voir aussil’implantation d’acteurs mais également dans des domaines en Investissements) pour apportercomplémentaires à l’activité du MIN. transversaux (prévention des risques un service indispensable aux grossistesLa logistique y tient une place professionnels, bureautique, et aux usagers du MIN, poissonniersprépondérante, notamment pour développement personnel). Présente d’abord, mais également traiteursrésoudre la difficile équation de la au pied de la tour Rungis, l’entreprise et organisateurs de réception, en leurlivraison du « dernier kilomètre ». s’adapte aux besoins spécifiques fournissant de la glace à rafraîchir. des entreprises du Marché, notammentLR Services a choisi Rungis pour y avec des horaires et des rythmes Enfin, le Marché de Rungis, c’est aussi uninstaller en test sa base de départ adaptés (des sessions peuvent lieu de vie où, par exemple, la présencelivraison pour le compte de McDonald’s. démarrer dès deux heures du matin). de restaurants est très appréciée.En deux navettes par jour, l’entrepriselivre les restaurants parisiens de Rungis Emploi Formation est En 2011, trois restaurants du Marchél’enseigne grâce à deux caisses mobiles, un groupement d’employeurs ont été repris par de nouveauxl’une en frais et surgelés, l’autre en qui recrute et met du personnel exploitants, signe du dynamisme deproduits secs. Elles sont chargées à la disposition de ses adhérents. cette activité sur Rungis : Les Oliviers,depuis Rungis par un camion électrique Il répond notamment à leurs besoins par des professionnels de la filièrerespectant les normes de protection spécifiques en matière de temps viande, L’Océan qui va être rebaptisécontre le bruit (moins de 70 décibels), partiels, de postes saisonniers XXL Café, ainsi que Les Vendanges,garantissant une livraison silencieuse ou de compétences très spécialisées. anciennement appelé Le Grillon.et non polluante (aucun CO2 dégagé Il propose également l’emploidans la capitale). Un concept qui de salariés en temps partagé entrepourrait être développé pour résoudre plusieurs entreprises. Le groupementla question de l’approvisionnement permet ainsi de répondre auxdes centres-ville. variations d’activité des entreprises, à leur désir d’expérimenterDelifresh est une société spécialisée des fonctions nouvelles oudans la livraison « fine » de petites d’accompagner leurs projetscommandes sur la région francilienne de développement particuliers.pour toutes les catégories de produits,sous froid (positif et négatif) ou à Par ailleurs, les services surtempérature ambiante. Elle dispose Rungis, ce sont aussi les produitsdésormais sur Rungis d’une quarantaine complémentaires à l’offre alimentairede camions pour mutualiser les mais nécessaires au bonopérations logistiques des opérateurs fonctionnement de l’activitéen massifiant leurs volumes. Résultat : commerciale des clients du MIN.une réduction des coûts bien sûr, maiségalement un service très précis en Bocca-Sacs s’est dotée d’un nouveltermes horaires – sept jours sur sept, espace papeterie pour étoffer sa Godard - Chambon & Marrel MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 27
  • 28 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSLES FRUITS& LÉGUMES Tributaire des saisons et du climat, le marché des fruits et légumes a été fortement impacté par des événements internationaux majeurs. 2 853 76 K€ 785 % Grossistes CA 2010 : 2 439 826 K€ ESTIMATION 11 / 10 : 0,0 % chiffre d’affaires 2010 Estimation 2011 / 2010 : - 0,3 % 1% Producteurs CA 2010 : 20 120 K€ ESTIMATION 11 / 10 : 0,0 % Courtiers14 % et sociétés Import / Export CA 2010 : 393 821 K€ ESTIMATION 11 / 10 : - 2,1 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 29
  • Les fruits & légumes 2011 se caractérise par des phénomènes contradictoires : un contexte à de multiples égards difficile, avec également des crises de production sur certaines catégories et une offre souvent abondante. 2011 a été une année difficile sur certaines catégories, et une offre De fortes disparités pour le secteur des fruits et légumes souvent abondante. dans les fruits sur Rungis. Si le début de l’année s’est De même qu’en légumes, des produits montré favorable grâce à la douceur Des légumes en hausse de masse sur Rungis ont connu climatique, le secteur était déjà pénalisé, Ainsi, les arrivages de légumes ont des progressions importantes : pour certaines catégories du moins, augmenté de 6,3 % en 2011, soit plus clémentines (+16,8 % à près par les suites difficiles de l’élection de 24 000 tonnes supplémentaires, de 40 500 tonnes), oranges (+6,4 % présidentielle en Côte-d’Ivoire. Parmi pour dépasser les 399 000 tonnes à près de 37 000 tonnes), raisins ces catégories, les bananes ont vu sur le secteur. Derrière cette évolution (+17,9 % à plus de 25 000 tonnes), également leurs arrivages des DOM- générale se cachent des progressions nectarines (+14 % à plus TOM diminuer du fait du conflit social très diverses et, cette année, de 16 000 tonnes), avocats (+15,2 % mené par les dockers aux Antilles. d’amplitude assez importante. à 17 000 tonnes). Et des catégories Et puis il y a eu la fameuse semaine Côté hausses, on trouve des produits moins fortes ont même rencontré 22 ! Où une crise sanitaire occasionnée à forts volumes : oignons (+8,5 % à de véritables essors : mangues (+71,7 % par une contamination à la bactérie 31 500 tonnes), carottes (+2,3 % à près à 10 500 tonnes), pomelos (+55,2 % E. coli en Allemagne fut, faussement, de 25 000 tonnes), courgettes (+4,8 % à 10 500 tonnes également), citrons attribuée à des concombres espagnols à près de 16 500 tonnes), poivrons (+28,7 % à plus de 9 000 tonnes), (l’origine provenait en réalité de graines (+13,3 % à plus de 15 500 tonnes), kiwis (+32,6 % à 8 000 tonnes). de fenugrec germé). Conséquence : champignons de Paris (+4,5 % à plus Sont à la baisse : les pommes (-6,5 % une perte quasi immédiate des de 10 000 tonnes). Mais certaines à moins de 42 000 tonnes), les ananas arrivages de l’ordre de 85 % notamment catégories de taille plus modeste ont (-12,3 % à moins de 14 000 tonnes), en provenance d’Espagne, touchant connu des progressions plus fortes les pastèques (-7 % à 15 000 tonnes). bien sûr le concombre, mais aussi des encore : choux-fleurs (+25,4 % produits proches – ou du moins jugés à 5 600 tonnes), artichauts (+13 % Vers la modernisation du secteur comme tels – comme la tomate ou à près de 4 800 tonnes), aulx (+12,4 % Parmi les phénomènes marquants la courgette. Perte à laquelle s’ajouta à 4 250 tonnes). observés sur le marché, les fruits alors la fermeture des frontières russes Côté baisses, on trouvera naturellement et légumes biologiques poursuivent entraînant l’arrivée massive de produits les concombres dont les volumes ont, leur croissance à deux chiffres : dit de dégagement sur le MIN. sur l’année complète, chuté de 6,8 %, à un dynamisme qui profite surtout À un printemps doux – entrecoupé moins de 12 000 tonnes. Mais d’autres aux opérateurs spécialisés, ce créneau d’une parenthèse caniculaire – légumes ont subi une forte contre- nécessitant d’y réserver une compétence occasionnant une avance de végétation, performance en 2011 : endives (-10,6 % quasi exclusive. À l’image d’autres succéda un été pluvieux perturbant à 8 500 tonnes), haricots verts (-11,4 % secteurs, les opérateurs de fruits la consommation. à un peu plus de 10 000 tonnes), et légumes continuent à fortement Et l’année s’acheva plus calmement navets (-5,6 %, à près de 4 700 tonnes). se développer dans les services sans performance particulière, si ce Pour leur part, les fruits ont vu de livraison à destination de leurs n’est pour certains produits exotiques leurs volumes baisser de 3,48 % clients. portés par les fêtes. Finalement, 2011 sur le Marché en 2011, à près Le secteur attend en 2012 la livraison se caractérise par des phénomènes de 407 000 tonnes, soit un manque du nouveau bâtiment C3. contradictoires : un contexte à de 14 000 tonnes. Comme pour de multiples égards difficile, avec les légumes, cette année s’est avérée également des crises de production très disparate en termes d’évolutions.30 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSCONJONCTURELES ACHATS DES MÉNAGESONT BAISSÉ EN 2011Selon Kantar Worldpanel, également diminué de 4,5 % les exportations atteignentles quantités de fruits achetées par rapport à 2010, même s’ils 801 millions d’euros pourpar les Français en 2011 ont restent en hausse de 1,1 % des importations de 1,36 milliarddiminué de 5,1 %, cette baisse en comparaison de la moyenne sur les onze premiers moisse retrouve à travers toute des années 2005 à 2010. de l’année 2011. En fruits,l’Europe. Les prix moyens ont Par ailleurs, les quantités le déficit est plus importantaugmenté de 1,4 % par rapport de légumes biologiques du fait des produits exotiquesà 2010, et même de 4,7 % continuent leur progression : et des agrumes : 2,66 milliardspar rapport à la moyenne elles représentent désormais d’euros importés contredes années 2005 à 2010. 4,8 % des achats des ménages. 1,25 milliard d’euros exportés.On note que, bien que très Bien que le nombre de ménagesélevé (98,9 %), le taux acheteurs ait diminué de 6,4 %,de pénétration dans les achats les volumes consommés ontdes ménages de cette catégorie augmenté de 6,3 % en 2011,a légèrement diminué de 0,3 %. occasionnant une hausse globale de 47 % par rapportCôté légumes, si le taux aux cinq années précédentes.de pénétration est resté stable(99,2 %), les volumes ont À l’international, la balancebaissé de 2,3 % en 2011. commerciale française resteLeurs prix ont pourtant déficitaire. En légumes frais, 338 entreprises dont : 200 grossistes 66 producteurs 72 courtiers et sociétés d’Import / Export employés 3 376 dont : 3 031 chez les grossistes 66 chez les producteurs 279 chez les courtiers et sociétés d’Import / Export Variation ARRIVAGES (en tonnes) 2011/2010 Fruits et légumes 806 885 + 1,2 % Fruits 407 243 - 3,4 % Légumes 399 642 + 6,3 % NDLR : les arrivages en tonnes évoqués dans ce rapport, ainsi que leurs évolutions par rapport à l’année précédente sont ceux du marché physique de Rungis. Ils intègrent des volumes déclarés par les grossistes et producteurs sur carreau, mais ne prennent pas en compte les activités logistiques en entrepôts. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 31
  • 32 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSLES PRODUITSCARNÉS Le nouveau pavillon de la volaille a tiré l’ensemble des activités du secteur, à l’exception du porc qui n’a pas échappé aux difficultés rencontrées cette année par la filière. 89 % Grossistes CA 2010 : 1 339 109 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 7,8 % 53 % en viandes de boucherie 11% Courtiers et sociétés Import / Export CA 2010 : 169 618 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 16,4 % CA 2010 : 698 550 K€ Estimation 11/10 : + 8,6 % 18 % en volailles et gibier CA 2010 : 245 732 K€ 1 508 727 K€ Estimation 11/10 : + 12,8 % 11 % en porc CA 2010 : 150 936 K€ Estimation 11/10 : + 0,3 % 18 % en triperie CA 2010 : 243 891 K€ chiffre d’affaires 2010 Estimation 11/10 : + 5 % Estimation 2011 / 2010 : + 8,8 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 33
  • Les produits carnés Le nouveau pavillon de la volaille a suscité la venue de nouveaux acheteurs, voire motivé le retour d’anciens, d’autant que les opérateurs ont profité de l’occasion pour amplifier leur prospection commerciale. Après plusieurs années de réflexion un esprit de marché préservé un rôle à part, dans un contexte et dix-huit mois de chantier, le nouveau par des aires de vente ouvertes. de consommation qui reste en régression pavillon de la volaille a métamorphosé, Outre l’incontournable restaurant Saint (voir en encadré Conjoncture). en 2011, le secteur des produits carnés Hubert, des services nouveaux sont Et les autres espèces de viande de Rungis. Événement rare par définition désormais proposés aux visiteurs grâce de boucherie sont d’ailleurs, elles aussi, sur le Marché, cette mise en service, à l’arrivée de deux accessoiristes, parvenues à maintenir leur activité : au mois d’avril, a immédiatement porté déjà présents sur le Marché et qui ont mouton stable à 31 500 tonnes et veau, ses fruits. Et sa réussite a autant été choisi d’y décliner leur présence. à près de 18 000 tonnes. De même, saluée par les opérateurs grossistes Les capacités de stockage ont été les produits tripiers, après quelques que par leurs clients. augmentées mais, surtout, années d’essor succédant aux affres Conséquence : le sous-secteur l’aménagement des quais des crises de l’ESB, se stabilisent des volailles a clôturé l’année 2011 de chargement et de déchargement à plus de 27 500 tonnes. avec une croissance de ses volumes de a fluidifié les opérations 4,6 %, pour dépasser les 90 000 tonnes. de manutention, engendré des gains Réflexions autour du porc Et certains opérateurs ont enregistré de temps impactants et permis Seules, les viandes de porc subissent des développements plus forts encore, de nouvelles activités à caractère une baisse de leurs volumes de 6,1 %, de l’ordre de 20 %. Une croissance qui logistique. Cela a notamment été perdant plus de 4 000 tonnes a été constatée aux premiers jours remarqué le mardi, journée pour atteindre 63 500 tonnes. de fonctionnement du nouveau traditionnellement la plus active, Elles souffrent naturellement pavillon, dès ce moment porté par ou durant les fêtes de fin d’année. des difficultés de la production des tendances avoisinant les +10 %. L’instauration de ce nouvel outil n’a en amont et d’un contexte très Il est vrai que ce sous-secteur est déjà pas manqué, de surcroît, de générer concurrentiel qui, de plus, tire favorisé par des évolutions de la un impact positif sur l’ensemble les prix vers le bas. Des difficultés consommation favorables à la volaille des produits carnés. Une fois à Rungis, qui interviennent alors que démarre à (sauf en 2011, voir Conjoncture) et, les nouveaux clients – bouchers, Rungis une réflexion sur un processus de ce fait, propices à une hausse restaurateurs… – peuvent aisément de restructuration du secteur. des achats des clients du MIN. étudier les autres offres. Si cet impact Ce dernier doit, à son tour, procéder Mais le nouveau pavillon a également n’est pas quantifiable, il n’en demeure à sa modernisation ; toutes les solutions suscité la venue de nouveaux pas moins que l’ensemble des produits sont à l’étude pour confirmer acheteurs, voire motivé le retour carnés a connu une année 2011 la pertinence d’une offre porcine d’anciens, d’autant que les opérateurs plutôt positive. sur le Marché de Rungis. Pertinence ont profité de l’occasion pour amplifier jamais démentie, et même validée leur prospection commerciale. Le bœuf retrouve la croissance par la présence de grands intervenants C’est surtout le cas des viandes notamment, mais à laquelle une Convivialité et efficacité de boucherie portées par la reprise évolution maîtrisée permettra Au-delà de sa réussite économique, des volumes en viande bovine. d’apporter un nouveau dynamisme. le nouveau pavillon a tout de suite Après une année 2010 déjà favorable, profité des progrès techniques et ces derniers ont gagné 1,4 % fonctionnels que sa construction a pour dépasser les 65 000 tonnes, permis – notamment un froid garanti mettant un terme à leur régression à trois degrés – tout en maintenant chronique depuis plusieurs années. son identité et sa convivialité, avec Signe que Rungis parvient à tenir34 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSCONJONCTURELA CONSOMMATION BAISSEDANS SON ENSEMBLEEn 2011, le secteur des produits selon Kantar Worldpanel cité Quant aux produits surgeléscarnés est sans doute celui par FranceAgriMer : bœuf (7 % de la consommationde Rungis qui s’est le plus à -3,7 % en volume, veau globale de produits carnés),affranchi du contexte global à -3,8 %, ovins à -5,4 %, porc ils ont également affichéde la consommation. Il reste, à -2,5 %, abats à -3,5 % et, des baisses en viandescertes, concerné par les même, produits élaborés bovines : -1,7 % pour le steaktendances qui marquent à -1 %. haché qui représente le groscette dernière, mais son du marché, -19 % pour les Moins touchées, les volaillespositionnement particulier autres références. En revanche, ont sans doute pâti d’une– fondé notamment sur les volailles ont progressé de hausse de leurs prix de 5,8 %les boucheries artisanales 4,3 % et les abats, un segment (alors que la viande augmentaitqui maintiennent désormais très modeste, de 9,5 %. de 2,8 % seulement), en raisonleurs parts de marché – du renchérissement deslui permet d’en atténuer céréales. Leurs volumes ontles effets les plus négatifs. diminué de 1,6 %, entraînésSur le plan national, par une chute du lapinla consommation de viandes de 6,9 %, la baisse des pouletsde boucherie fraîches était restant limitée à 1 % (avecen baisse de 2,9 % sur les neuf des découpes en haussepremiers mois de l’année 2011 de 2,6 %). 91 entreprises dont : 67 grossistes : 30 en viande de boucherie, 18 en volaille et gibier, 7 en porc, 12 en triperie. 24 courtiers et sociétés d’Import / Export employés 1 513 dont : 1 444 chez les grossistes : 725 en viande de boucherie, 270 en volaille et gibier, 242 en porc, 207 en triperie. 69 chez les courtiers et sociétés d’Import / Export Variation ARRIVAGES (en tonnes) 2011/2010 Produits carnés 299 894 + 0,3 % Viande de boucherie 118 427 + 0,8 % Volaille et gibier 90 332 + 4,6 % Porc 63 508 - 6,1 % Triperie 27 627 + 0,5 % NDLR : les arrivages en tonnes évoqués dans ce rapport, ainsi que leurs évolutions par rapport à l’année précédente sont ceux du marché physique de Rungis. Ils intègrent des volumes déclarés par les grossistes et producteurs sur carreau, mais ne prennent pas en compte les activités logistiques en entrepôts. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 35
  • 36 rapport annuel 2011
  • LES PRODUITSDE LAMERET D’EAU DOUCE Malgré des prix tirés vers le haut, le secteur de la marée maintient ses volumes et développe même son offre haut de gamme. 76 57 1 K€ 4 chiffre d’affaires 2010 Estimation 2011 / 2010 : + 6,1 % 81 % Grossistes CA 2010 : 616 280 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 10,9 % Courtiers 19 % et sociétés Import / Export CA 2010 : 148 291 K€ ESTIMATION 11 / 10 : - 13,7 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 37
  • Les produits de la mer et d’eau douce Une année somme toute assez calme, tandis que l’année précédente avait été plus mouvementée. Les ventes de poissons et de produits climatiques particulièrement clémentes, du filetage à Rungis, notamment pour de la mer sont restées stables sur le mois de décembre 2011 affiche un la restauration. Globalement, l’année le Marché de Rungis en 2011. Elles ont +3,8 % par rapport à l’année précédente. 2011 s’est terminée par une stabilité certes enregistré une légère baisse Souvent interprétée comme une réaction des poissons de mer qui représentent sur le pavillon de la marée : -1,3 %, hédoniste à la morosité conjoncturelle, près de la moitié de l’ensemble soit moins de 800 tonnes perdues cette bonne activité festive – désormais des tonnages du pavillon de la marée. pour un total annuel dépassant récurrente à Rungis dont l’offre haut les 62 200 tonnes. Mais cette baisse Contre-performance du saumon de gamme favorise le maintien – a largement été compensée par une s’illustre particulièrement sur le pavillon Pour leur part, les poissons d’eau douce reprise de 3,2 % des zones annexes de la marée. Ainsi, les homards ont vu ont légèrement fléchi, de 3,3 % à d’entrepôts (soit plus de 3 300 tonnes, une hausse de 19,2 % de leurs volumes 11 000 tonnes environ, essentiellement pour un total de près de 107 432 tonnes), à près de 700 tonnes. Même les huîtres, à cause de la contre-performance après une année 2010 où ces dernières fortement pénalisées par la surmortalité du saumon : abonné aux fortes avaient légèrement réduit leurs flux. et la hausse des prix d’au moins 20 % croissances ces dernières années, Une année somme toute assez calme, qui en a découlé, sont parvenues il a vu ses tonnages, pour la première tandis que l’année précédente avait été à maintenir leurs arrivages à près fois depuis longtemps, diminuer plus mouvementée : après un premier de 3 000 tonnes. notamment parce que l’offre norvégienne semestre des plus encourageant, s’est davantage tournée vers les l’activité du secteur avait été fortement Le haut de gamme en tête États-Unis faisant face à la raréfaction pénalisée par les grèves du mois Plus généralement, deux espèces de leurs approvisionnements chiliens d’octobre 2010, suivies par une vague ont connu une année particulièrement habituels. Toutefois, le saumon de neige en décembre dont, seules, favorable. Les bars ont vu leurs et ses 9 700 tonnes accaparent non les fêtes de fin d’année avaient tonnages augmenter de 25,8 % seulement l’essentiel de sa catégorie, permis d’effacer les effets négatifs. à 2 500 tonnes, et les dorades mais il reste la première espèce vendue Plus tranquille donc, 2011 a toutefois de 17,6 % à plus de 3 200 tonnes. sur le secteur. reproduit le même schéma cyclique, Portées par l’élevage, elles sont Les coquillages ont également diminué au point qu’il est envisageable que pourtant positionnées à des prix élevés, de 3,5 %, en raison d’une baisse de 4,4 % ce dernier devienne la règle au pavillon mais leur haute qualité en fait des des ventes de moules, descendues de la marée. produits très prisés, par la restauration à un peu plus de 5 700 tonnes et, notamment. En revanche, d’autres dans une moindre mesure, des coquilles Un cycle annuel s’installe catégories plus traditionnelles sont Saint-Jacques, -3,1 % à 2 900 tonnes. Le premier semestre s’est montré bien à la peine : cabillaud (-6,5 % à un peu Inversement, les crustacés ont gardé orienté, avec des volumes d’arrivages plus de 1 500 tonnes), maquereaux une tendance positive, malgré en nette croissance (un cumul à +2,6 % (-9,4 % au même niveau), merlans une baisse notable des langoustines à fin mai) ; puis, l’été a marqué (-12,3 % à un millier de tonnes) et thon (-24,3 % à 615 tonnes). Outre le homard une pause certaine, et logique, albacore (-9,8 % à un peu plus de déjà cité, les crevettes tropicales tirent dans l’activité des opérateurs (+0,2 % 1 000 tonnes, notamment parce qu’il le marché, en augmentation de 8 % à fin août) à laquelle la rentrée est de plus en plus vendu sous forme pour dépasser les 2 000 tonnes. de septembre n’est pas parvenue de longe et non entier, ce qui engendre À noter également la croissance à mettre un terme. Les mois d’automne une perte mécanique de volumes). de 10,4 % des tourteaux dont les s’inscrivent alors à la baisse (-1,9 % Enfin, après plusieurs années volumes ont dépassé les 800 tonnes. à fin novembre) et, une nouvelle fois, de croissance, l’arrivage de poissons Enfin, l’activité de transformation les fêtes de fin d’année redressent en filets affiche une baisse de 6,1 %, (charcuteries de la mer, filets fumés…) assez nettement l’activité annuelle : à un peu plus de 3 400 tonnes ; avec en est restée stable à près aidé notamment par des conditions corollaire un développement significatif de 1 300 tonnes.38 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSCONJONCTURERUNGIS MIEUX QUELA CONSOMMATION NATIONALESi les volumes d’arrivages Est-ce la faute de la hausse La première raison est sansen produits aquatiques se sont des prix ? Ces derniers ont doute que ces statistiquesmaintenus à Rungis en 2011, en effet augmenté de 5,4 % n’intègrent pas les achatscela ne semble pas avoir été en moyenne, la plupart de la restauration qui semblele cas sur l’ensemble du marché des espèces affichant même au contraire se tournernational. Selon FranceAgriMer des inflations supérieures. davantage vers le poissons’appuyant sur les études Parmi les plus fortes baisses et dont le segment supérieurde Kantar Worldpanel, de volumes, le panga (-29,4 %), a le vent en poupe. Or les partsles ménages ont diminué leurs la dorade (-20,2 %), la truite de marché de Rungis sontachats de poissons frais (-19,9 %) ou le saumon fortes sur les poissonneriesde 6,3 % en volume sur (-12,5 %). Et la conjoncture n’a de détail et la restauration,les neuf premiers mois pas été plus favorable deux circuits qui valorisentde l’année. À noter que les aux coquillages (-9,4 %, mieux le haut de gammepoissons découpés affichent dont -20,1 % pour les huîtres) et la variété.même – contrairement ou aux crustacés (-3,6%).à l’habitude – une tendance Le contexte général présenteencore plus négative (-6,9 %), donc des différences notablesde même que les poissons avec l’activité du MIN.préemballés (-9,7 %). 55 entreprises dont : 34 grossistes 21 courtiers et sociétés d’Import / Export employés 817 dont : 745 chez les grossistes 72 chez les courtiers et sociétés d’Import / Export Variation ARRIVAGES (en tonnes) 2011/2010 Produits de mer et d’eau douce 169 663 + 1,5 % Pavillon 62 231 - 1,3 % Autres entrepôts 107 432 + 3,2 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 39
  • 40 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSLES PRODUITSLAITIERSET TRAITEUR Nette reprise des produits traiteur, aiteur, redressement des fromages… Et les professionnels redoublent ent d’efforts commerciaux.6 % 0 Grossistes CA 2010 : 879 734 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 5,4 % 48 % en produits laitiers 40 % Courtiers et sociétés Import / Export CA 2010 : 576 215 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 14,7 % CA 2010 : 425 200 K€ 64 % en produits laitiers Estimation 11/10 : + 3,9 % CA 2010 : 370 279 K€ 52 % en produits traiteur Estimation 11/10 : NC CA 2010 : 454 534 K€ 36 % en produits traiteur Estimation 11/10 : + 6,8 % CA 2010 : 205 936 K€ Estimation 11/10 : + 14,7 % 1 455 949 K€ chiffre d’affaires 2010 Estimation 2011 / 2010 : + 7,2 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 41
  • Les produits laitiers et traiteur Côté produits, on remarque la poursuite de l’essor des produits biologiques ainsi que la bonne tenue des produits exotiques. Le secteur des produits laitiers des volumes en hausse de 1,7 %, à plus (+11 % à 26 500 tonnes), les conserves et traiteur a enregistré en 2011 de 9 200 tonnes, tandis que la hausse et produits d’épicerie (+8,3 % à une hausse de l’ensemble de des pâtes pressées cuites (+2,1 % à près 11 500 tonnes), les produits élaborés ses arrivages de 5,2%. Cette hausse de 5 200 tonnes) compense largement frais (+10,5 % à 2 300 tonnes) résulte d’une légère baisse des volumes la légère érosion des pâtes pressées non ou les produits congelés et surgelés de produits laitiers et avicoles (-2,7 %), cuites (-0,3 %, à plus de 5 500 tonnes). (+5,3 % à 24 500 tonnes). largement compensée par une forte Et les autres catégories de fromages hausse (+10,4 %) des produits traiteur. affichent de belles performances, Export, livraison et animation La diminution des produits laitiers même si elles se produisent sur De façon générale, l’activité du secteur et avicoles, à 64 300 tonnes, est des volumes beaucoup plus faibles. reste portée par deux nouveaux axes essentiellement due à celle des produits La première, les fromages de chèvre, a de développement qui s’imposent : laitiers en dehors des fromages (-9,3 %) : progressé de 7,1 % pour dépasser l’exportation – notamment pour les laits liquides ou en poudre baissent les 2 400 tonnes, et la seconde, les fromages – d’une part, et la livraison de 14,3 %, à 12 500 tonnes, les beurres les fromages de brebis, a gagné 1 %, d’autre part. De plus en plus d’entreprises de 9 % à 3 600 tonnes et les yaourts dépassant le millier de tonnes. du Marché lui allouent d’importants ou desserts lactés de 4 % à un peu plus moyens et la flotte de véhicules ... et une année faste de livraison présents sur le secteur de 4 000 tonnes. En revanche, pour le traiteur s’est d’ailleurs sensiblement étoffée les crèmes redressent leurs volumes de 2,4 %, à plus de 4 500 tonnes. Pour leur part, les produits traiteur en 2011. À noter également l’éclosion De leur côté, les produits avicoles ont connu une année faste, passant incontestable des ventes sur Internet. régressent de 0,7 %, malgré le maintien de 100 000 tonnes à plus de Côté produits, on remarque la poursuite des œufs frais à près de 9 500 tonnes, 110 000 tonnes. Ce sous-secteur de l’essor des produits biologiques, mais en raison d’une chute importante rassemble par nature une grande ainsi que la bonne tenue des produits – en dépit de leurs volumes modestes – hétérogénéité de produits qui, par exotiques. Concernant les produits des ovoproduits. conséquent, connaissent des évolutions festifs, les commandes pour les fêtes assez contrastées. de fin d’année se sont déclarées assez Une bonne année Les produits à base de viandes ont tard, mais le fait que les réveillons pour les fromages… gagné 3,6 %, à plus de 10 600 tonnes, soient placés un samedi a largement Pour autant, les fromages, qui pèsent notamment grâce à une hausse de 2,8 % profité à la semaine qui les précédait. 46 % de l’ensemble du sous-secteur des charcuteries et salaisons qui en Enfin, le secteur des produits laitiers des produits laitiers et avicoles, ont représentent près de 60 %. À noter et traiteur est particulièrement friand connu une année favorable : malgré que les foies gras ont vu leurs ventes sur Rungis d’animations et dégustations un premier semestre difficile, les ventes augmenter de 13,5 %, sur des volumes en tous genres, organisées en ont repris au second semestre, leur bien sûr plus réduits. Les produits à base partenariat avec Stratégie Gourmet : permettant de clore l’année avec des de poisson ont également progressé « Rungissants de Printemps » volumes en hausse de 2,8 %, à près de de 12,6 %, pour atteindre 2 500 tonnes. avec les Compagnons Fromagers 30 000 tonnes. Chose logique puisqu’ils Les fruits et légumes ont progressé en mai 2011, « Avant-goût d’été » puis en représentent 85 %, la moitié de 4 600 tonnes dont 2 000 tonnes «Gruyère français» en juin, « Trois jours de cette hausse est le fait des fromages pour les produits Bio. fous » avec Les Fromageries occitanes au lait de vache, notamment tirés Enfin, les autres catégories qui en décembre. Elles témoignent par la croissance de 5,6 % des fromages composent le sous-secteur ont presque d’un effort renouvelé des opérateurs frais, qui dépassent les 4 000 tonnes. toutes connu une année 2011 positive : pour développer une politique Le poids lourd des fromages, les pâtes les huiles (+16,4 % à près commerciale conquérante. molles, reste bien orienté avec de 1 500 tonnes), les boissons42 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSCONJONCTURELES ACHATS DES MÉNAGES SE SONT STABILISÉSAu niveau national, En fromages, la conjoncture et surtout la mozzarella a connu que la consommationla consommation de produits nationale s’est avérée plus une véritable explosion avec alimentaire s’est stabiliséelaitiers s’est montrée assez modérée que sur le MIN. des achats consommateurs en 2011.stable en 2011. Selon Les achats ont progressé de augmentant de 11,1 %. En dehors du rebondKantar Worldpanel cité par 0,8 % sur l’ensemble : +0,9 % Les autres catégories des boissons, favoriséesFranceAgriMer, elle a pour les fromages au lait de produits couvertes par par la météorologie, la plupartlégèrement progressé de 0,3 % de vache, +0,3 % pour le secteur des produits laitiers des familles de produitsen volume, malgré une hausse les fromages de chèvre et, et traiteur du MIN sont trop affichaient des taux de variationdes prix de l’ordre de 2,6 %. même -1,4 % pour les nombreuses pour être ici inférieurs à 1 %, en positifSi les achats de lait de fromages au lait de brebis. répertoriées. Notons toutefois comme en négatif.consommation ont régressé Parmi les produits pharesde 0,4 % comme sur Rungis, du marché, le camembertceux de produits ultra frais baisse de 1,7 %,(yaourts et desserts) ont le coulommiers de 1,4 %,augmenté de 1,2 % en volume. et le fromage à raclette deLa consommation de crème a, 9,1 %, sans doute en raisonpour sa part, augmenté de températures hivernalesde 2,8 %, tandis que celle plus douces qu’à l’accoutumée.de matières grasses solides En revanche, l’emmental a vu(beurres, margarines) ses volumes augmentera légèrement baissé de 0,5 %. de 1,1 %, le comté de 1,9 % 121 entreprises dont : 66 grossistes : 30 en produits laitiers, 36 en produits traiteur 55 courtiers et sociétés d’Import / Export : 8 en produits laitiers, 47 en produits alimentaires divers 1 515 employés dont : 1 306 chez les grossistes : 387 en produits laitiers, 919 en produits traiteur 209 chez les courtiers et sociétés d’Import / Export : 51 en produits laitiers, 158 en produits alimentaires divers Variation ARRIVAGES (en tonnes) 2011/2010 Produits laitiers et traiteur 174 946 + 5,2 % Produits laitiers et avicoles 64 300 - 2,7 % Produits traiteur et d’alimentation générale 110 646 + 10,4 % NDLR : les arrivages en tonnes évoqués dans ce rapport, ainsi que leurs évolutions par rapport à l’année précédente sont ceux du marché physique de Rungis. Ils intègrent des volumes déclarés par les grossistes et producteurs sur carreau, mais ne prennent pas en compte les activités logistiques en entrepôts. MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 43
  • 44 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERS HORTICULTUREL’ET LA DÉCORATION Si les fleurs coupées souffrent des difficultés économiques, les plantes en pot ont repris leur progression en 2011. 87 % Grossistes CA 2010 : 194 301 K€ ESTIMATION 11 / 10 : + 1,0 % 32 % en plantes 1% Courtiers et sociétés Import / Export CA 2010 : 2 757 K€ ESTIMATION 11 / 10 : 0,0 % CA 2010 : 62 293 K€ Estimation 11/10 : + 4,3 % 68 % en fleurs coupées, feuillages 224 446 K€ CA 2010 : 132 008 K€ Estimation 11/10 : - 0,6 % 12 % Producteurs CA 2010 : 27 388 K€ ESTIMATION 11 / 10 : 0,0 % chiffre d’affaires 2010 Estimation 2011 / 2010 : + 1,0 % MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 45
  • L’h ti lture L’horticulture et la décoration Les orchidées tiennent tête. Elles ont vu leurs volumes augmenter de 13,9 %, à plus de 1,8 million de tiges. Elles profitent d’un phénomène de mode qui leur est favorable. Comme en 2010, le secteur été la première touchée : une baisse les plantes à massif, en hausse de 6,5 % de l’horticulture et de la décoration a de 5,3 % qui représente plus à plus de 6,4 millions de pots, profitent souffert de la conjoncture économique. de 3,7 millions de tiges. Mais d’autres quant à elles de la poursuite des efforts C’est du moins le cas des fleurs coupées ont également souffert : alstroemeria des collectivités locales pour embellir dont les arrivages sur Rungis ont (-12,7 % à 3,4 millions de tiges), fleurs leur environnement. diminué de 6,8 %, passant d’un peu exotiques (-12,8 % à 2,1 millions), plus de 200 millions de tiges en 2010 anthurium (-16,9 % à 1,5 million), Au rythme des fêtes à 187 millions en 2011. Mais elles sans oublier les bouquets en baisse Enfin, le sous-secteur de la décoration constituent de loin la première famille de 12 %, à 4,6 millions de tiges. ne connaît plus les progressions du secteur, puisque leur chiffre Parmi les seules à tenir tête, spectaculaires qu’il avait connues entre d’affaires représente plus des deux les orchidées ont vu leurs volumes les années 2005 et 2008. Mais après tiers de ses ventes. augmenter de 13,9 %, à plus un tassement de son chiffre d’affaires Or, à la différence des produits de 1,8 million de tiges. Elles profitent en 2009, il connaîtrait plutôt désormais alimentaires, les fleurs coupées d’un phénomène de mode qui leur est une stabilisation logique. Reste que ne relèvent pas de la nécessité ; favorable. De même, les feuillages sont la période de fin d’année lui est elles sollicitent des achats de plaisir, parvenus à maintenir leurs volumes favorable, ainsi qu’aux branchages par nature temporaire, généralement à près de 6,3 millions de bottes. peints ou, bien sûr, aux sapins. En 2011, liés à l’acte d’offrir. D’ailleurs, elles sont Paradoxalement, il est probable que les ventes de sapins verts se sont la catégorie dont les amplitudes ces derniers profitent de la conjoncture maintenues, tandis que celles de sapins de variations suivant les mois sont puisqu’ils contribuent, du fait de leur floqués (enduits de couleurs ou givrés les plus fortes sur Rungis ; logiquement, coût inférieur, à préserver la marge de blanc) ont augmenté de 7 % malgré ce sont elles aussi dont le creux estival, des fleuristes qui doivent affronter des prix de vente supérieurs. en juillet et en août, est le plus marqué. la concurrence grandissante de l’offre Car le secteur horticulture et décoration Certains opérateurs parviennent en grande distribution et en commerce vit avant tout au rythme des saisons à résister à ce contexte, notamment sous enseigne. et des fêtes qui émaillent l’année. quand ils sont spécialisés sur des Ces dernières évoluent d’ailleurs Les plantes en pot en croissance parallèlement aux tendances niches de produits – certaines origines lointaines notamment – ou quand ils Pour des raisons différentes, les plantes de la société : le muguet du 1er mai bénéficient de liens privilégiés avec en pot n’ont pas pâti de la conjoncture. perd de son intensité, ce qui encourage la production française qui leur Ces produits, par nature plus durables, les opérateurs à mieux maîtriser permettent de préserver une variété ont même vu leurs volumes augmenter leur activité en ce domaine ; d’offre les exemptant de la baisse de 5,4 %, à 16,6 millions d’unités. la commémoration des défunts début des marges qui affectent les catégories Les plantes vertes, dont le positionnement novembre est également en retrait les plus standardisées. est le plus proche des fleurs coupées, progressif comme en témoignent ont subi une légère dégradation les arrivages de chrysanthèmes La rose souffre, de leurs arrivages (-4,4 % à près en baisse de 2,9 % en 2011, même l’orchidée profite de 1,4 million de pots). s’ils représentent toujours près La plupart des variétés vendues sur Mais les deux poids lourds du sous- de 7 millions de tiges. le Marché ont été affectées par segment ont suffi à tirer l’ensemble : Inversement, la Saint-Valentin reste une baisse de leurs volumes en 2011. les plantes fleuries en hausse de 5,3 %, un temps fort sur le Marché, tandis La rose – la première d’entre elles à plus de 7,5 millions de pots, ont sans que la Fête des grand-mères monte puisque ses 66 millions de tiges doute profité d’un début de printemps régulièrement en puissance et que représentent 35 % des arrivages de favorable aux replantations la Fête des mères reste un événement fleurs coupées à Rungis – a également dans les jardins ou sur les balcons ; incontournable.46 rapport annuel 2011
  • NOS MÉTIERSCONJONCTUREUNE CONFIRMATIONDES TENDANCES DU MARCHÉBien que les statistiques d’affaires, les fleurs coupées sur l’exploitation (9 %),horticulture de FranceAgriMer reculent de 8,9 % en volume marchés (6 %), ventesne soient pas encore connues et de 2,6 % en valeur. par correspondanceen 2011, on observe que En revanche, les végétaux ou libres-servicesles chiffres de l’année 2010 d’extérieur étaient à la hausse agricoles (3 % chacun).annoncent les évolutions en 2010 dans les achats Enfin, le commerce extérieurconstatées sur le Marché des ménages : +3,7 % en horticole français reste marquéde Rungis l’année d’après. volume et +3,2 % en valeur. par un volume d’importationsLes achats de végétaux Les plantes à massif huit fois supérieur à celui desd’ornement par les particuliers représentent 52 % des volumes exportations, même si 96,4 %ont représenté 3,3 milliards achetés, en hausse de 2,9 % des échanges sontd’euros en 2010, se répartissant (+7,9 % en valeur). intracommunautaires.à 70 % pour les végétaux À noter que, si les fleuristesd’intérieur et à 30 % pour conservent 40 % des ventesles végétaux d’extérieur. de détail, le marché est répartiOr les premiers affichent entre un nombre importantdes volumes stables pour une de types d’acteurs : jardineriesdépense en valeur en hausse spécialisées (21 %), grandesde 1,5 %. Représentant plus et moyennes surfaces (13 %),de la moitié du chiffre mais aussi ventes 153 entreprises dont : 67 grossistes : 9 en plantes, 58 en fleurs coupées, feuillages 82 producteurs 4 courtiers et sociétés d’Import / Export 443 employés dont : 355 chez les grossistes : 57 en plantes, 298 en fleurs coupées, feuillages 82 chez les producteurs 6 chez les courtiers et sociétés d’Import / Export Variation ARRIVAGES 2011/2010 Fleurs coupées(1) 187 103 - 6,8 % Plantes en pot (2) 16 575 + 5,4 % (1) en milliers de tiges (2) en milliers de pots MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS 47
  • UN JOUR À RUNGIS48 rapport annuel 2011
  • Un jour à Rungis 5 avril 2011 : premier jour d’exploitation et d’activité commerciale pour le nouveau pavillon de la volaille VG1 et sa plate-forme logistique VG2. Beaucoup d’acheteurs fidèles ce jour-là, ainsi que de nombreux prospects venus à l’invitation des grossistes. Aux dires de tous, une vraie réussite.Imprimé dans le Val-de-Marne par SIO, sur papier Condat Silk, certifié FSC et PEFC. Conception et réalisation : . Photos : SEMMARIS. Rédaction : ICAAL.
  • SEMMARIS1, rue de la Tour – BP 40316 – 94152 Rungis Cedex www.rungisinternational.com