Your SlideShare is downloading. ×
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

3 partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en tournaisis 14-18

85

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
85
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. DEBUT DES NOTES qui racontent le séjour à Gaurain-Ramecroix, dans le Tournaisis de Jean-Marie THOMAS pendant la guerre 14-18. Nous sommes en 1916. Mardi 6 novembre, le matin le comte d’Haussy, avec sa famille, son personnel et les bonnes sœurs apporte du lait et du café. Enfin en route à 10 heures, passé par Valenciennes, St Amand les Eaux et entrée en Belgique puis Tournai, aiguillé le train passé par Antoingt et arrivés à Barritz à 3 heures de l’après-midi. Descendu bagages et chargé pêle-mêle sur des chariots qui nous attendent pour Gaurain Ramecroix qui est à 20 minutes seulement, arrivés à 5 heures du soir. Nous sommes 48 avec nos amis les Belges, très bon accueil, dévouement de tous les habitants, on se rend au patronage où on sert de la soupe et tartines, on nous délivre des billets de logement pour deux, Mme Barry et Alice chez M Beaudechon, grand-mère et Jean chez M Lucien Lethellier, le père et moi à la ferme Graux chez M Degaene, grosse culture, bon accueil et bonne nuit. Mercredi, parti après déjeuner chercher après la famille, trouvé et été faire le triage des bagages à la perche, tout retrouvé sans dégâts, on s’occupe pour centraliser toute la famille dans un même logement, on y arrivera, on transporte avec un ouvrier tous les bagages chez M Beaudechon, après-midi on nous désigne comme logement une maison avec 3 pièces, chez M Tonneau, ancien bourgmestre, c’est très bien et très propre, on retransporte les bagages, le soir il est décidé que nous coucherions encore dans les mêmes logements, on a touché au ravitaillement ; lard, graisse, haricots et pains, c’est parfait, on fait un lit et nous couchons dedans, bonne nuit, on dort bien. Jeudi, mon père a été rechercher nos petits bagages à Graux qui se trouve au milieu des champs à 20 minutes de Gaurain, expliquer notre cas et les remercier, on range tout, été touché 9 kilos de pommes de terre par tête pour un mois au ravitaillement, puis un sac de charbon, on s’occupe de Léontine qui n’est pas encore installée en famille, elle va venir à côté de chez nous chez le même propriétaire, en résumé bon accueil partout et braves gens. Vendredi, été au ravitaillement chercher 3 pains grands, les distributions se feront les mardis et vendredis, semé blé chez Tonneau et fini de ranger tout. Samedi, hersé blé, été chercher un sac de charbon chez M Beaudechon gratuit et deux fagots secs pour préparer le feu, on entend le canon du côté de la Bassée, tout va bien sauf le feu qui laisse à désirer. Dimanche 12 novembre, rien de nouveau, été aux offices, chez Léontine ça s’arrange avec du mal, elle a un sac d’égaré, son principal, et nulle trace jusqu’à présent, on a tué une vache, été en chercher, bonne journée, promenade. Lundi, il fait toujours beau temps, on entend toujours le canon direction Ypres, Lille et la Somme, M Tonneau et sa famille bonne gens, il faut faire visite, bien reçu, été semer blé après-midi pour M Tonneau, on a été donné des renseignements au Comité pour nous établir de nouvelles cartes d’identité, on peut aussi échanger les billets français contre de l’argent belge, le feu ne marche pas trop bien, on y remédiera, on va chercher deux litres de lait turbiné tous les jours à la ferme de M Tonneau. Mardi, on a remédié au poêle qui va mieux, été chercher un bon au Comité pour avoir à la scierie une brouette de bois gratuit, été au pain comme le Comité l’a décidé, 3 grands pains les mardis et vendredis. Mercredi, été au ravitaillement chercher ; riz, haricots, pois, après-midi été travailler à la ferme, couvert carottes, arrangé betteraves, je suis nourri plus ou moins mais cela fera du bien à la ration, il commence à geler, on dort très bien, on arrange lumière dans un verre, avec de la graisse et mèche, c’est la guerre. 1
  • 2. Jeudi, été avec Gaston travaillé à la ferme, on bat l’avoine, été chercher brouettée bois et ensuite hersé le blé de M Tonneau et M Lefebvre jusqu’au soir. Vendredi 17 novembre, M Tierny, fils de M Tierny avocat à Arras, à Antoingt, est venu causer du pays, très content, bonne après-midi, été à la ferme, touché pain, été touché au Comité secours soit 0 franc 30 par jour et par personne et ce, tous les 15 jours. Samedi, été travailler à la ferme, il gèle fort, il fait froid, tri pommes de terre et rentré betteraves au fournil, toujours lait battu à manger et ça ne me goûte pas fort surtout sans sucre, après-midi il pleut. Dimanche 19 novembre, été aux offices, rendu visite à la ferme Graux, très bon accueil, bon dimanche passé, rien de nouveau. Lundi, arraché navets à la ferme, on tire toujours du canon direction habituelle. Mardi, été au ravitaillement, touché graisse, riz, céréaline haricots et pains, on a fait faire un pain pour Jean à une voisine, très bien réussi, été à la maison communale faire changer cartes d’identité, été trouvé le garde du bois avec une lettre de M Beaudechon pour avoir bois mort pour le feu, fait voir petit chêne que nous devons abattre. Mercredi, été au bois avec Gaston, scié au pied et nous devrons le ramener sur petite charrette quand il sera débité à 0 mètre80, on commence aujourd’hui à passer la visite du docteur Coppens pour tous les évacués par ordre alphabétique, très bon,, la famille a été rendre visite à Graux, bien reçue, continue le bois à midi pendant le dîner, les Lensois nous ont soulagé de 4 longueurs. Jeudi, été avec charrette à bras chercher le reste du bois, beaucoup de mal, à midi terminé, on l’a déposé à l’usine de M Beaudechon pour le fendre, aurons outils là, été chercher au Comité un bon pour 100 kilos de charbon gratuit, après-midi été le chercher, fait plaisir au menuisier qui a prêté charrette en lui conduisant du charbon. Vendredi, rien de nouveau, on entend toujours le canon, été au pain, été au moulin avec M Tonneau pour mouture, il pleut. Samedi 25 novembre, été travaillé à Graux, il a plu toute la journée, déchargé pulpes, bonne journée, rapporté pommes de terre. Dimanche, été aux offices, sorti avec M Lefebvre. Lundi, été travailler à Graux aux pulpes, très bien, rapporté pommes de terre. Mardi, été à la visite de santé, bien passée, au ravitaillement au magasin communal ; confitures, sel, allumettes, pain, après-midi été à navets à la ferme, il fait froid. Mercredi abattu bois, déplanté arbres et replanté, fagots chez M Tonneau, été chercher un sac de poussière de coke à l’usine pour rallonger le charbon, le matin à la messe pour Fernande. Jeudi, été à la ferme, semis et arraché navets, il circule des bruits de paix, Bachelet a changé de logement. Vendredi 1° décembre, 49 fendu bois à la carrière de M Beaudechon avec Gaston, on se fait inscrire au Comité pour avoir le médecin et la pharmacie gratuits en cas de maladie, on a installé des cuisines scolaires et populaires, il faut se faire inscrire à Vélone si on veut y avoir droit, 1 litre par jour par bouche, les enfants mangeront à l’école le tout gratuit. Samedi, été touché 56 kilos de pommes de terre et 30 kilos de rutabaga été battu à la ferme, après-midi été à le ferme pour M Tonneau, bien, été touché allocation à 0 franc 30 par jour, on a eu un reliquat venant de Haussy. Dimanche 3 décembre, été charger les navets, aux offices, promené avec M Lefebvre. 2
  • 3. Lundi, battu avoine à la ferme, touché l’échange des bons contre marks ou monnaie belge. Mardi, battu avoine, été au ravitaillement, touché lard, graisse, riz et céréaline, été au pain, fait faire un pain blanc, on parle de rapatrier en France 20000 évacués, soit les femmes, les enfants, les vieillards, deux trains de 500 par jour afin que tout soit terminé pour Noël. Mercredi, rien de nouveau, chargé fumier à la ferme. Jeudi, comme le précédent. Vendredi, été touché quelques vêtements au Comité de secours, ravitaillement, chargé fumier à la ferme. Samedi, été chercher 100 kilos de charbon à Vélone pour 2 francs 20, le canon va très fort, les trains d’évacués partent régulièrement en France, dit-on, le fumier est fini. Dimanche 10 décembre, été aux offices, on entend très fort le canon, été voir Eloi à la Louviére, joué aux cartes, bon dimanche. Lundi, on entend le canon, été répandre du fumier avant midi, à navets après-midi, touché chicorée au magasin communal en payant. Mardi, été fendre et scier des billes de Chemin de fer pour M Beaudechon et nous, il pleut et il fait froid, on commence aujourd’hui la première distribution de soupe aux écoles et aux évacués, elle est bonne et les vivres qui sont courts se trouveront soulagés. Mercredi, encore scié du bois et ramené à la maison, rien de nouveau. Jeudi, chargé fumier chez M Tonneau et rangé paille, on parle de la part des Allemands de propositions de paix qui sait ! , les moulins arrêtent de tourner le 15 décembre, les habitants vont être rationnés, on annonce un succès important des Allemands en Roumanie. Vendredi, été trié un sac de charbon chez M Beaudechon, touché allocation 28 francs, l’Allemagne offres des propositions de paix, les Alliés répondent par la guerre à outrance. Samedi, rangé maison, aide à M Tonneau dans travaux, on entend fort le canon. Dimanche, aux offices, promenade. Lundi, été au ravitaillement ; riz, haricots et une boite de lait, gratuit, on entend le canon, on accuse des pertes importantes dans la Somme. Mardi, rien de nouveau, été au pain et scié bois. Mercredi 20 décembre, été au contrôle à Tournai après-midi, bon voyage, tram gratuit, retour à pied. Jeudi, aide à M Tonneau, toujours le canon. Vendredi, il pleut fort, été vanné avoine avec M Tonneau et ramené le grain, on attend de la troupe, on entend toujours le canon. Samedi, grande tempête, été finir fendre le bois avec Gaston à la carrière, M Lefebvre donné tabac. Dimanche 24 décembre, anniversaire de Fernande, temps beau, aux offices, on va chercher du lait chez M Noulet, un litre tous les deux jours. Lundi 25 décembre, jour de Noël, fait mon devoir, très beaux offices, on entend le canon très fort jour et nuit, triste Noël. Mardi, scié bois coupe tabac avec M Lefebvre. Mardi, messe anniversaire de Fernande, triste cérémonie, été trier sac de charbon M Beaudechon, été à Graux après-midi, bon accueil. Jeudi, toujours le canon, le ravitaillement diminue de plus en plus, été répandre du fumier avec M Lefebvre. Vendredi, été au carbure pour M Tonneau, au pain, il pleut beaucoup, on emmène encore des nouveaux civils belges prisonniers. Samedi, inondations partout, été toucher ration de farine M Tonneau, touché hier allocation 28 francs, de l’eau dans la cave. 3
  • 4. Dimanche, aux offices, on rapporte malle coût 15 francs, été en soirée chez M Beaudechon tous pour souper, une bonne soirée et retour à 9 heures. Lundi 1° janvier, triste nouvel an, souhaits à M Tonneau, Beaudechon et famille de Grévillers, après-midi on a joué. Mardi, gravé nom sur la malle avec outils de M Beaudechon, touché 36 kilos de petites pommes de terre et rutabagas, été au pain, une coquille gratuite a été distribuée aux enfants. Mercredi, coupé tabac, été au ravitaillement, touché ; lard, graisse café, riz, haricots en petite quantité. Jeudi, il va y avoir du changement dans nos allocations et nous paierons nos denrées, nous ne serons pas mieux. Vendredi, été signer au Comité ceux qui ont eu des effets, été causer avec un prisonnier civil de retour. Samedi, il paraît un avis que ceux qui veulent être rapatriés en payant peuvent se faire inscrire au Comité, beaucoup y vont, été à Graux, bon accueil, 250 grammes de beurre. Dimanche, aux offices, été pompé l’eau chez M Beaudechon, on tire toujours le canon. Lundi, scié bois, il est affiché qu’à partir du jeudi 11 janvier on paiera par litre de soupe 0 franc 15, les denrées augmentent et on est à court, on ne touchera plus de pommes de terre. Mardi, il pleut toujours, été au pain, on choisira son boulanger, tamisé farine pour M Tonneau, bon travail. Mercredi, beau temps, été à la ration farine pour M Tonneau, acheté 100 kilos de charbon à 3 francs 70, touché les 8, 9 et 10 janvier au nouveau tarif. Jeudi, on se fait inscrire pour la soupe payante à raison, pour nous, de 2 litres et 1 litre pour Mme Barry, été chercher un lit en fer chez Foncine pour Jean pour propreté et tout, les temps deviennent durs pour toute la vie, la santé et le manger, il faut beaucoup de propreté. Vendredi, été à la distribution de savon gratuit 300 grammes par tête, été avec Marcel faire des coins en tôle pour malle. Samedi, il neige un peu, passé toute la farine qui s’est bien conservée, dans un fin tamis, passé aussi la ration de M Tonneau, fait plaisir à Mme Tonneau qui sont très bons pour nous, touché allocations pour 5 personnes soit 50 francs, sur le journal on va encore rapatrier sous peu 50000 évacués. Dimanche 13 janvier, été aux offices, il fait froid, bon dimanche passé aux cartes, l’eau afflue dans la cave, on a vu la réponse des Alliés qui déclarent la guerre à outrance. Lundi, été trier un sac de charbon de M Beaudechon, visite à Arthur, on entend toujours le canon. Mardi, distribution de saindoux en tout, 650 grammes, au pain et distribution de bons de soupe, le minimum est fixé à un demi-litre. Mercredi, il neige, nettoyé, été au ravitaillement ; 250 grammes de lard,250 grammes de haricots, 250 grammes de pois, 750 grammes de riz, cherché paille à M Tonneau à la grange. Jeudi, on tire toujours le canon, mon père et Marceau qui n’ont pas été au contrôle à Tournai ont été à la maison communale passer visite d’un Allemand, en revenant mon père a reçu un coup de pied de cheval qui marque bien au bras. Vendredi, il fait froid, pas dormi à cause du père, été à Graux , bonne visite. Samedi, été à la ration pour M Tonneau, été au pain, pris le train à midi au coiffeur avec M Beaudechon pour rapporter commissions, bon voyage, acheté casquette, revenu à pied à 5 heures, il gèle et il fait froid. Dimanche, été aux offices, promenade avec M Lefebvre. Lundi, scié bois, il gèle fort, rien de nouveau, les pommes de terre diminuent et impossible de s’en procurer d’autres. Mardi, chercher bons de soupe, rangé les pommes de terre avec M Lefebvre. 4
  • 5. Mercredi, fendu du bois, on tire le canon beaucoup, il gèle très fort, touché allocation 50 francs. Jeudi, été à Antoingt au contrôle, belle petite ville propre, vu le château du Prince et l’Escaut, acheté différentes choses, été vite au contrôle, rentré pour midi, été demandé au garde du bois quelques fagots (oui). Vendredi, été trier un sac de charbon M Beaudechon, été chercher fagots, on tire beaucoup, il gèle très fort. Samedi, été trier charbon pour M Beaudechon, les Allemands par affiche demandent ouvriers toutes catégories. Dimanche, aux offices, bon dimanche, M Lefebvre coupe tabac pour moi, les Allemands recherchent toutes les écuries pour logement de l’artillerie. Lundi, au ravitaillement ; 250 grammes de riz, 250 grammes de haricots, 350 grammes de lard, c’est peu, ça diminue de plus en plus, aide M Tonneau à brouetter bottes, il fait très froid, on entend le canon. Mardi, été à Tournai chercher cuir pour M Beaudechon 20 francs, acheté cartes des opérations, pelle à charbon, bon voyage, après-midi visite du père Rémy qui était à Haplincourt, causé l’après-midi. Mercredi, été chercher charbon pour M Tonneau, au pain, été chercher pour avoir charbon gratuit, il fait toujours très froid, tamisé farine ration M Tonneau. Jeudi, on a tiré beaucoup le canon vers Ypres, ressemelé bottines de M Beaudechon. Vendredi, été touché 300 kilos de charbon gratuit, 150 kilos par ménage, nous et Mme Barry, touché du 1° au 15 février 55 francs. Samedi, été à la ration M Tonneau, touché pains, il fait grande propreté, il arrive batteries allemandes à Gaurain Ramecroix de Bapaume. 50 Dimanche 4 février, il fait très froid, il est arrivé de l’artillerie quelques batteries venant des environs de Bapaume du 271°, tous jeunes, bon dimanche, aux offices, après-midi été promener, on tire le canon ouest et la Bassée. Lundi, été chercher à pommes de terre avec M Lefebvre, trouvé 25 kilos pour 3. Francs 50, bien content, Alice, trouvé aussi un peu, été au ravitaillement, peu de choses. Mardi, il gèle de plus en plus fort, été chercher bons de soupe, on dit que les évacués qui ont payé leur voyage vont partir sous peu, on verra, on parle d’une rupture diplomatique entre l’Amérique et l’Allemagne, que va-t-il se passer ? , nous sommes très peu ravitaillés, ce n’est pas gai. Mercredi 7 février, aide à M Lefebvre à betteraves, réparé panier en osier et mis ferrures à la caisse, on tire beaucoup le canon. Jeudi, il gèle de plus en plus, été charger avoine avec M Tonneau. Vendredi 9 février, été touché 250 grammes de graisse par personne, on s’occupe pour racheter tout ce que l’on peut comme denrées, on tire toujours le canon. Samedi, il fait toujours très froid, on tire toujours le canon, été vanner et ramené grain M Tonneau. Dimanche, aux offices, été promené à Ramecroix, la nuit très violente canonnade. Lundi, tendance au dégel, réparation chaussures de M Beaudechon, été pour avoir ration ravitaillement à plusieurs familles, il gèle fort, accepté. Mardi, été trier un sac de charbon M Beaudechon, il va geler de nouveau, il est affiché que nous allons avoir double ration, été au ravitaillement ; 250 grammes de riz, 250 grammes de haricots, 250 grammes de céréaline,100 grammes de lard, c’est trop peu pour y arriver, enfin on verra mais il faut serrer la ceinture d’un cran. 5
  • 6. Mercredi, pesé et chargé avoine, vanné et ramené grain, tamisé ration tout le jour chez M Tonneau. Jeudi, il gèle fort de nouveau, été voir pour pommes de terre, accepté, on entend de nouveau le canon, le journal dit que S E l’ambassadeur d’Espagne demande aux Comités locaux de lui transmettre d’urgence les noms de tous les réfugiés par commune et le lieu d’habitation avant l’évacuation, été chercher le soir 5 kilos de pommes de terre à 0 franc 50. Vendredi, il commence à dégeler, touché l’allocation de 13 jours soit 71 francs 50, réparé chaussures, on peut se faire inscrire celui qui veut être rapatrié sans payer. Samedi, le canon va très fort, été au pain, il continue de dégeler, réparé chaussures. Dimanche, été aux offices, il dégèle toujours, promenade avec M Lefebvre, été porter farine à Foncine pour faire un pain. Lundi, arrangé mon sac, cousu pour mettre une chaîne, on dit que les évacués sont appelés à la Kommandantur à Antoingt pour être rapatriés, Eloi y est parti car on dit que ce sont les lettres A et B. Mardi, arrangé ration de M Tonneau, on tire de nouveau le canon, il arrive de nouvelles troupes artillerie, la ration de pain par bouche est encore diminuée à 2 kilos 100 grammes par bouche et par semaine, c’est très peu et pas autre chose. Mercredi, aux Cendres cérémonie, au pain, travail d’ordre. Jeudi, on fait logement pour troupes nouvelles, rangé tout avec M Lefebvre, été chercher blé vanné à la grange, il dégèle pour de bon. Vendredi, concassé blé pour M Tonneau, bon travail, ramené seigle vanné, il arrive des troupes artillerie, 6 chevaux et 4 hommes logent, instructions pour ceux qui doivent être rapatriés. Samedi, au pain, rien de nouveau, quelques familles de Oignies, environs de Douai, vont retourner pour travailler aux mines. Dimanche, été au contrôle à Antoingt le 25, Jean est venu avec nous, vite fait et j’ai retourné de suite, été aux offices, après-midi joué aux cartes, à 2 heures 30 le garde est venu dire que grand-mère devait aller à Tournai demain lundi au contrôle. Lundi, j’ai été à Tournai avec Léontine pour Gaston qui a eu un certificat du médecin, moi pas, contrôlé tout de même, bon voyage, été consulté et rapporté pharmacie pour mon père qui a une cruelle maladie, après-midi été à la menuiserie Hautem pour apprendre à chauffer locomobile de batterie pour fabriquer sabots à la machine, directeur M Beaudechon, instruction, ça ira. Mardi, allumé machine à 7 heures 30, ça va, mais pas de charbon convenable, Mme Berry a donné pharmacie grande misère, mon père est très affecté et tous. Mercredi, allumé machine à 6 heures 30, ça va bien. Jeudi, allumé machine pour après-midi, ça va mais mauvais charbon. Vendredi, ça ne va pas mais il manque charbon, touché 500 grammes de graisse par bouche. Samedi, pas de travail, écrasé blé pour M Tonneau, on va toucher du charbon gratuit lundi, été touché du 1° au 15 mars moi-même pour tous, été au pain à la coopérative aprèsmidi, beau mais grande diminution, c’est triste, on aura faim, été chercher 50 kilos de pommes de terre, M Roussel bon pour nous, on a touché carte pour moi et Jean aller lundi toucher un vêtement quelconque à la perche du Comité de secours. Dimanche, été aux offices, fini et tamisé farine, joué aux cartes, Alice et Jean promenade à Ramecroix avec M et Mme Tonneau, été averti d’aller allumer la machine demain à 6 heures. Lundi, été chauffé machine et marché jusqu’à 4 heures, bon travail, après 4 heures, été chercher 125 kilos de charbon gratuit pour nous et 125 kilos Mme Barry, Alice et Jean été touché vêtements etc. du Comité de secours, bon. 6
  • 7. Mardi, été à ma machine, bon, touché 100 grammes de savon noir par personne, 0 franc 20, ceux qui vont être rapatriés ont porté leurs bagages à Antoingt. Mercredi, été à la machine, très froid, il gèle fort. Jeudi, la machine ne marche pas, il gèle très fort, écrasé blé et tamisé ration M Tonneau, cassé appareil. Vendredi, pèse blé et conduit à la gare et M Beaudechon, Alice et Jean ont été à Tournai avec Mme Tonneau, acheté vêtements et différents objets, bon voyage, il neige, trié charbon pour avoir gaillettes, il gèle toujours, on a tiré beaucoup le canon tout le jour, il est arrivé de l’artillerie venant du Transloy en déroute, été au tram recherché voyageurs, été au ravitaillement, touché 100 grammes de lard et 100 grammes de saindoux gratuit provenant de l’adhésion à la soupe populaire, les rapatriés sont partis ce matin pour passer 5 jours à Tournai et être visités et fouillés. Samedi, on tire fort au canon, continué blé chez M Tonneau, été nettoyé machine, reçu dix francs pour la semaine dernière ou 8 marks, très content, il dégèle, au pain, on devra lundi choisir son médecin au lieu du docteur Coppens qui est rapatrié en France. Dimanche, été aux offices, il fait très beau et très bon, c’est le printemps qui va venir, le canon va très fort de notre côté, été en promenade avec M Lefebvre, joué aux cartes. Lundi 12 mars, concassé blé et rangé différentes affaires de M Tonneau, été voir le fils de Foncine qui est revenu prisonnier civil. Mardi, bon temps, Alice va à Antoingt pour affaires à mon père, été au bois chercher rutabagas, ont été appelés à Antoingt ; vieillards, infirmes, malades et nombreuses familles, pas été, quelques uns y ont été, et les malades et infirmes seront rapatriés, ceux qui étaient reparti à Oignies pour travailler sont revenus à Gaurain et vont être rapatriés d’office. Mercredi, travaillé à sac, été chercher pain et cartes de soupe. Jeudi, travaillé M Tonneau, vidé avec M Lefevre purin et chercher paille, demain à la machine à 5 heures 30, beau temps, Foncine a fait un pain. Vendredi, ceux qui ont été à Antoingt mardi ont porté hier leurs bagages à la Kommandantur à Antoingt, été à ma machine, été bien, touché allocation du 15 au 30. Samedi, à la machine, été bien, touché 8 marks pour deux semaines, au pain et touché 800 grammes de farine mais été au ravitaillement M Tonneau. Dimanche 18 mars, été aux offices, vu que Grévillers était anglais, révolution en Russie, joué aux cartes M Lefebvre, bon dimanche. Lundi 19 mars, répandu fumier, arrangé fraises et bêché, planté pois et tamisé ration, bonne journée, bien. Mardi, été à la machine, très froid, il neige, beaucoup de travail. Mercredi, resté à la maison, distribué 400 grammes de saindoux, au pain et distribution de 200 grammes de pain d’épice, bon, été avec M Tonneau, blé triste tableau, il y a du nouveau à l’ouest, progression des Alliés partout de St Quentin à Arras, que va-t-il se passer ? Jeudi, été chercher bière pour communion, abattu arbre M Tonneau, touché 150 grammes de café, il continue de faire froid, encore deux jours et la communion. Vendredi, il fait très froid, touché comme allant à la soupe un hareng par famille et 40 grammes de café par bouche et un peu de savon blanc une briquette, aide M Tonneau dans ses ouvrages, tué un beau lapin qu’il nous donne pour la communion et un pour lui. Samedi, il fait toujours froid, été retiré carte médicale gratuite au Comité, été au pain, préparation pour la Communion solennelle de Jean qui est très heureux, on fait quelques friandises et tartes chez M Tonneau, c’est bien. Dimanche, Communion solennelle, fait tout, grand jour, à 7 heures messe, très bien, belle cérémonie touchante, bon petit déjeuner en famille, seconde messe et bon dîner, M Beaudechon et toute la famille M 7

×