Your SlideShare is downloading. ×

Le Tourisme Social

1,797

Published on

Travel with a disability

Travel with a disability

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,797
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
20
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LE TOURISME SOCIALoN 154 DA N S LE MO N D E Février 2013 Social Tourism International Dossier : Le tourisme accessible Accessible Tourism ISTO’s 50th Anniversary and European Social Tourism Forum Social Tourism European Exchanges Platform (STEEP) Country Profile: Morocco , Revue d’information de l Organisation Internationale du Tourisme Social
  • 2. Are you over 55 years old? Do you like travelling?Come to Spain With Europe Senior Tourism, the program developped by the Spanish Government, which enables you to travel during the winter time at subsidized prices.
  • 3. SommaireEditorial ..........................................................3-4BITAC 2012 ......................................................... 4Dossier : Le tourisme accessible.............. 5-11L’ANCV, 30 ans au service desvacances pour tous ................................. 12-13A European platform promotingsocial tourism : The STEEP project E ditorial Par Jean Marc Mignon, Président de lOITS Une année dense se termine pour l’OITS, moins affectés, ce sont souvent les disposi-moves forward.......................................... 14-15Congrès mondial du tourisme social marquée à la fois par la tenue de notre tions sociales qui sont les premières victi-à Essaouira ................................................ 16-17 congrès mondial au Maroc, à Essaouira, et mes de politiques de rigueur drastiques ; leRegards croisés sur le tourisme par le travail engagé autour de la consti- risque existe donc bel et bien que les politi-social .......................................................... 18-19 tution d’une plate-forme européenne du ques sociales d’aides au départ en vacancesISTO celebrates its 50th anniversary tourisme social – le projet STEEP. soient progressivement rognées …and organises European Social Tourism Suivant un avis largement partagé, notre Sans méconnaître que 2 + 2 font toujoursForum .................................................................19 congrès, le premier que nous n’ayons ja- 4, nous sommes profondément convaincusFITS 2012 : Rencontre avec mais organisé sur le continent africain, et que cette prédominance absolue donnéeJean-Marie Collombon .................................20 plus spécifiquement au Maghreb, a été une à l’Economie (et aux économies) produitCountry Profile : Morocco ..................... 21-23 réussite ; le défi était pourtant réel, puisque l’effet inverse à celui recherché et aggraveOn the Agenda ................................................23 nous n’avions pas de membre pour nous ap- la situation, creuse l’austérité et les souf- puyer sur place. Mais, grâce à un très gros frances de segments croissants des popula- investissement de notre directeur et de no- tions et renvoie à plus tard le redémarrage tre équipe – un grand merci à eux -, grâce pourtant indispensable de la croissance; aussi au soutien très précieux du ministère l’accès aux vacances n’y échappe hélas pas. marocain du tourisme, des autorités de la Il n’en est que plus important pour nous Province d’Essaouira et de l’Agence de dé- de constater l’implication de la Commis- veloppement social, grâce à l’aide de mem- sion européenne dans le tourisme social, bres importants et fidèles de l’OITS (les ré- au travers notamment de la création de la gions françaises Provence Alpes Côte d’Azur plate-forme déjà citée, et qui a été confiée, et Aquitaine et l’Agence Nationale pour le comme vous le savez, au consortium mis en Chèque Vacances), grâce enfin à l’appui place par l’OITS. Le travail est considérable,Editeur responsable : Yves Godin technique d’agences et de personnalités lo- parfois complexe car l’objectif partagé estRédacteur en chef : Alain Brohez cales, nous avons pu surmonter les difficul- bien de créer un outil utile et pérenne, ré-Coordination de la rédaction : tés et proposer un congrès où ne manquè- pondant, bien sûr, à la commande. Le pre-Charles-Etienne Bélanger rent ni le contenu ni une indéniable chaleur mier semestre 2013 nous verra y consacreret Ruut Van Laer humaine, dans ce si beau site d’Essaouira. encore beaucoup de temps et l’OITS plaideCrédits photos : Ce fut notamment l’occasion de revenir pour que la Commission s’implique dura-Toerisme Vlaanderen – Infopunt Toegankelijk longuement sur le rôle du tourisme social blement dans ce dossier, d’autant plus queReizen, SEGITTUR, OITS, Borsa Italiana del Turismo dans le développement des tourismes « do- nous sommes dans cette période de crise.Cooperativo e Associativo (BITAC), European mestiques », avec le représentant de l’OMT, Mais je ne saurai non plus oublier que cetteNetwork for Accessible Tourism (ENAT), Aïcha qui s’investit dorénavant sur cette dernière année qui commence est celle qui nousNyström, Tourism for All UK, ANCV, Si MohamedBen Massou, J.M. Mignon, C. Bélanger thématique. Ce fut aussi l’occasion d’exa- verra aussi célébrer le premier cinquante- miner les différentes formes de l’apport du naire de la création du BITS, en 1963, et,OITS tourisme social à la solidarité, qu’elle soit à l’invitation de nos membres belges, nousSiège Social : nationale ou internationale, et de voir la nous retrouverons donc début octobre pourRue Haute, 26-28 - B 1000 BruxellesJean Marc Mignon, Président réalité de ce que nous faisons en faveur des mesurer le chemin parcouru mais plus en-Yves Godin, Secrétaire général publics prioritairement visés par le projet core voir le rôle que nous pouvons et de-Charles-Etienne Bélanger, Directeur européen Calypso, en présence de la Com- vons jouer dans notre société d’aujourd’hui,Jacques Rayet, Chargé de projets mission européenne. Je n’omettrai pas non dans les trois continents où nous sommesRuut Van Laer, Chargée de communication plus de rappeler un vrai moment d’émotion présents : l’Europe bien sûr (nous aurons laTél : +32 2 549 56 89/90 lorsque, pendant la session consacrée à 7e édition du Forum européen du tourismeFax : +32 2 514 16 91 l’Afrique, nos amis maliens rappelèrent les social à Blankenberge, en Flandre), les Amé-info@oits-isto.org - www.oits-isto.org épreuves endurées par leur pays et nous de- riques (où nous avons décidé de tenir auhttp://www.holidays-for-all.com mandèrent de ne pas les oublier. Brésil notre congrès de 2014), en Afrique Mais notre congrès ne fit pas non plus … et enfin, où tant est à faire.OITS Amériques4545, Avenue Pierre de Coubertin c’est heureux ainsi, l’économie des difficul- Pour conclure, je dirai que le travail, uneC.P. 1000, Succursale M - Montréal (Québec) tés auxquelles nous sommes confrontés, qui fois de plus, ne va pas manquer, et que leCanada H1V 3R2 sont autant de défis à relever dans cette an- soutien des membres de l’OITS comme deJacques Perreault, Président née 2013 qui débute. Plusieurs des grands ceux qui croient au tourisme social, à unVeronica Gomez, Directrice pays de tourisme social sont en effet parmi tourisme social lui-même renouvelé, seraTél : +1 514 252 3208 les plus touchés par la crise qui frappe nom- nécessaire et constituera un grand atoutFax : +1 514 252 3024 bre de nos économies, et, dans d’autres pays supplémentaire pour le mener à bien. ■Photo de couverture :Toerisme Vlaanderen – Infopunt Toegankelijk Reizen Oits information no 154 • page 3
  • 4. EDITORIAL By Jean Marc Mignon, ISTO PresidentAn intense year comes to an end for ISTO, national or international, and had the European Commission in social tourism,marked both by the organisation of our opportunity to see the actual impact of notably through the creation of theworld conference in Essaouira, Morocco, our actions on the priority groups targeted above mentioned platform, which hasand by the work realised on the formation by the European project Calypso, with the been assigned, as you must know, toof a Social Tourism European Platform – attendance of the European Commission. the consortium established by ISTO.the STEEP project. Lets not forget either the true emotional The amount of work is considerable,In accordance with a widespread opinion, moment of the conference, during the sometimes complex, because the commonour world conference, the first one we session dedicated to Africa, when our goal is indeed to create a useful andever organised on the African continent, Malian friends reminded us of the ordeal sustainable tool that complies, of course,and more specifically in the Maghreb, of their country and asked us not to forget with its mission. During the first semesterwas a success; it was however quite them. of 2013, we will still be dedicating a lot ofchallenging, since we did not have any time to this task, and ISTO pleads for the But our conference did not avoid – andmember to support us on location. But, Commission to get involved in the long thankfully so – to address the difficultiesthanks to the hard work and dedication run in this action, especially since we are we are facing. All of them are challengesof our director and our team - a heartfelt in times of crisis. that have to be overcome during the yearthanks to them -, to the invaluable support 2013 that just started. Several major social I shall also remind you that this year thatof the Moroccan ministry of tourism, of tourism countries stand among the most just started will see us celebrate the fiftieththe officials of the Essaouira province and severely affected by the crisis that impacts anniversary of the creation of ISTO, inof the Social Development Agency, to the many of our economies, and in other less 1963, and upon invitation of our Belgianhelp of important and faithful members affected countries, social measures are members, we will meet at the beginning ofof ISTO (French regions Provence Alpes often the first victims of drastic rigour October to assess the progress made, butCôte dAzur and Aquitaine, and the French most importantly to see the role that we policies. As a consequence, there is anAgence Nationale pour les Chèques can and must play in our current society, actual risk to see holiday-related socialVacances [National Agency for Holiday on the three continents where we are policies reduced gradually ...Vouchers]), and, last but not least, thanks active: Europe, of course, (the 7th Europeanto the technical support of local agencies Even though we do not deny that 2 + 2 Forum of Social Tourism will be held inand individuals, we were able to overcome always equal 4, we are absolutely convinced Blankenberge, Flanders), the Americasall difficulties and offer a world conference that giving an absolute predominance (where we decided to organise our worldwith great content and human warmth, in to the Economy (and economies) has an conference in 2014), and in Africa, wherethe magnificent site of Essaouira. impact that is the opposite of the intended so much has yet to be done. one. It worsens the situation, increasesWe notably discussed in details the role To conclude, I would say that we will have,of social tourism in the development austerity and sufferings of more and more once again, plenty of work to do, and thatof "domestic" forms of tourism, with population groups, and delays the vital the support of ISTO members as well asthe attendance of the UNWTO, which is economic rebound; access to holidays is of all those who believe in social tourism,currently involved in this field. We also unfortunately not spared. in a renewed social tourism, will be muchlooked into the different forms of benefits It is all the more important to us needed and will be a great additional assetof social tourism to solidarity, whether to observe the involvement of the to realise it. ■ The Chairman of Legacoop Turismo Mau- participating in the project, but others are BITAC 2012 rizio Davolio presented the project and its interested to join it. The fifth edition of the BITAC (Borsa Italiana progress. In 2013, ISTO will be deeply involved in the del Turismo Cooperativo, Italian Coopera- Among the speakers, the representatives of BITAC that will become the ISTO’s main tive Tourism Exchange) was held in Florence the Council of Europe Alberto D’Alessandro, commercial event. on 10th and 11th November 2012. the Representative of the European Com- BITAC will be duly prepared, and informa- Jean Marc Mignon, President of ISTO, offi- mission Cinzia De Marzo, the general Direc- tion on it will be provided on time to all cially opened the Exchange. In his speech tor of CECOP Bruno Roelants. ISTO members. ■ Mignon stressed the collaboration between Eighteen partners from 11 countries are ISTO and the newly established organiza- From left to right : tion ACI Turismo (Italian Cooperative Al- Maurizio Davolio liance, Tourism) that organized the event; (Chairman Legacoop the collaboration concerns not only the BI- Turismo), Lanfranco TAC (that aims to become international) but Massari (President also the STEEP project, the internal activity Federcultura Turismo Sport Confcooperative), within ISTO, and the European Route of Co- Cinzia De Marzo operative Heritage. (National Expert, Over 60 tourism cooperatives participated Tourism Policy Unit as sellers in the BITAC and met the same European Commission), amount of buyers, mostly tour operators Jean Marc Mignon and representatives of associations. (ISTO President), Carlo Scarzanella (President The day before the Exchange, a conference of Culturalia, AGCI) was held on the European Route of Coop- and Valerio Pellirossi erative Heritage. (Confcooperative)Oits information no 154 • page 4
  • 5. Le Dossier Le tourisme accessible Accessible TourismAujourd’hui, plus d’un milliard1 de personnes dans le Today, more than a billion people1 in the worldmonde ont un handicap. Puisque les personnes handi- experience disability. Because people with disabilitiescapées sont souvent confrontées à plus de difficultés often face more difficulties and obstacles in termset d’obstacles en termes de service, il est important de of service, it is important to overcome those barriers,surmonter ces barrières, y compris en tourisme où l’ac- also in tourism where accessibility is a very importantcessibilité est une question très importante. C’est pour- topic. This is why tourism organisations should providequoi les organismes de tourisme devraient fournir des clear information and adapt their service to this targetinformations claires et adapter leurs services à ce groupe group. ISTO believes that people with disabilities deservecible. L’OITS croit que les personnes handicapées ont a good holiday, adjusted to their needs, which makes adroit à des vacances de qualité, adaptées à leurs besoins, proper development and implementation of accessibilityce qui implique la mise en œuvre de mesures adéqua- inevitable. This dossier starts with a contribution on thetes. Ce dossier présente tout d’abord une contribution global issue of accessibility in tourism by Ivor Ambrose,d Ivor Ambrose, directeur général du Réseau Européen the Managing Director of The European Network fordu Tourisme Accessible (ENAT), sur la question globale Accessible Tourism (ENAT) and highlights several concretede l’accessibilité en tourisme. Il apporte ensuite quelques examples, geographically widespread, of initiatives ofexemples concrets de pratiques d’organisations actives organisations that are active in the field of accessibledans le domaine du tourisme accessible dans différentes tourism.parties du monde.Accessible Tourism – Essential for Some, Good for AllBy Ivor Ambrose, Managing Director, European Network for Accessible Tourism vast majority of tourism destinations and venues in Europe and around the world are simply not accessible. Travel is made difficult – or even impossible – firstly, by a lack of information about the accessibility one can expect at the destination and by the many barriers in transport, in the physical environment, at hotels and in attractions and services. In addition, people with disabilities are more likely to be poor, out of work and with less disposable income for travel and leisure activities. Social Tourism organisations are fulfilling a vital need by connecting disabled people (and their organisations) with those hoteliers, campsite and holiday village owners and other tourism providers who make it their business to offer accessible facilities and services of the necessary standard. ENAT, the European Network forThe Social Tourism sector rightly deserves with both mild and severe disabilities and Accessible Tourism, is now working withrecognition and respect for its role in their families could quite easily have been OITS-ISTO to bring more social tourismenabling hundreds of thousands of persons left behind by a tourism industry which, organisations into the pool of tourismwith disabilities to enjoy the pleasures of in some quarters, seems to revolve around providers who are able to offer a hightravelling and having holidays over the self-indulgence, exclusivity and excess. standard of accessibility, comfort andpast decades. Without the dedicated work Everyone enjoys a holiday but it is safety to disabled visitors.of many private, public and third-sector unfortunately still the case that not allorganisations to make holidays accessible disabled people have the opportunity to In general, most of the European tourismand affordable for these persons, people be a tourist. For the disabled traveller the industry is not familiar with the needs of1 http://www.who.int/disabilities/world_report/2011/en/index.html Oits information no 154 • page 5
  • 6. Le Dossier Le tourisme accessiblecustomers who make up the accessible to design itineraries and create accessibletourism market. Research studies have routes for disabled and elderly customers,estimated this market at over 134 million pointing out the various attractions, shops,people (or 27 % of the European popula- food and drink outlets and accommodationtion) when family and friends are includ- that can support them throughout theired. Often their needs and requirements are stay. Also, it is essential that public spaces,unknown or misunderstood; investment pavements and local transport meetcosts are accordingly exaggerated. And access requirements, enabling freedomwith a dominating focus on “compliance” of movement at the destination for allwith laws and regulations, accessibility is visitors.seen mainly as a problem for businesses, Fundamentally, there needs to be arather than a golden opportunity. Main- change of attitude in the tourism industry,stream tourism businesses are hesitant recognising that guests of all ages andabout this market and most of them do abilities are part of every tourism segment.not have the knowledge and confidence to The social tourism sector has an importantserve customers with access needs. ENAT is role to play in demonstrating the “besttherefore offering training and guidance practices” that have been developed toto overcome the gaps in knowledge and serve a diverse range of tourists. Here,awareness about accessibility among tour- ENAT will also play its part in disseminatingism businesses, their managers and staff. good examples and promoting these social take part in cultural -, rural -, gastronomy, enterprises and organisations through adventure tourism, or whatever otherTourist destinations can – and must - its networks, conferences and online experience may be on offer. It must beplay a key role in binding together the channels. remembered that, while accessibility isaccessibility efforts of individual tourism an essential requirement for those withenterprises, including social tourism Essentially, Accessible Tourism must not be a disability, it also gives added value andproviders. The access improvements made regarded as a new kind of tourism, offering quality to all visitors as they experienceby small businesses will be of little use segregated travel which is only for people the joys of tourism and cultural exchangeif the destination does not help them to with disabilities. Rather, accessibility must on a trip away from home. ■reach the regional, national and global be integrated in every kind of tourismmarkets. In addition, destinations can help venue and activity, allowing all people to ENAT website: www.accessibletourism.orgWorking to Improve Access in Tourism, Travel, andHospitality in New Zealand By Sandra Rhodda, Director, Access Tourism New ZealandAccess Tourism New Zealand (ATNZ) was any print material is accessible (and in thefounded in 2006 after Director Sandra case of print material, provided in Braille),Rhodda carried out a tourism research improving techniques for communicatingproject for a regional polytechnic. The with disabled customers, stating on theresearch showed that while over 90 % of business website how accessible the busi-tourism business owners or operators in ness is, and having at hand informationthe region said their businesses were ac- about other services in the area for peo-cessible to wheelchair-users, only about ple with disabilities. ATNZ also provided34 % actually were. Wheelchair-access information about the large and grow-was chosen as a benchmark for the study, ing access sector as many (perhaps most)but of course, if access for people with New Zealand tourism businesses are still Some progress is being made. The centralother disabilities - such as hearing or sight unaware of the need to adapt to serve this government recently undertook to fund aloss - had also been assessed, the number market. The aim was to show how cater- disabilities NGO to (amongst other things)of tourism businesses that had good ac- ing for people with disabilities and oth- create and administer access assessmentscess would have been even fewer. ers needing improved access makes good of businesses. So far, about 20 accommo-This result is not good because New Zea- dation providers, 100 places of entertain- business sense.land is, comparatively speaking, a fairly ment, and 50 hospitality businesses have As the main activity of ATNZ is to advo-accessible country. Of course, some tour- been assessed and have earned an access cate for the development of AT in thisism businesses in New Zealand have good rating which they can use in their advertis- country, it has a website with informa-access, but few advertise this fact because ing. As part of this initiative, ATNZ created tion designed to educate the industry andfew realize the huge potential of the ac- an Access Toolkit which has since evolved encourage that development. The websitecessible tourism (AT) market. Certainly, the to include ten easily-achievable steps busi- carries mainly positive stories about thenational ministry responsible for tourism, nesses – including tourism businesses - can development of AT globally in an attemptlocal governments, and tourism organiza- take to welcome customers with disabili-tions in general are also unaware of this ties. The ten steps cover such aspects as to encourage the industry in New Zealandpotential and do not focus on advocat- simple changes to improve physical access to change. ■ing for improved access. ATNZ hopes to to businesses, ensuring the business web-change that through the work it does. site, debit and credit card machines, and Website : www.accesstourismnz.org.nz/Oits information no 154 • page 6
  • 7. Accessible Tourism Par Helmut Heinen, administrateur-directeur de l’Office pour personnes handicapéesEUREWELCOME en Communauté Germanophone de BelgiqueSoyez les bienvenus ! C’est en même temps un slogan et un labelde qualité qui a été créé par les responsables pour les politiques enfaveur des personnes handicapées en Eurégio Meuse-Rhin et dansune partie de la Grande Région. Une vaste région transfrontalièrecomptant 4,5 Mio d’habitants sur quatre pays et sept régions.Depuis que bon nombre de pays ont ratifié la Convention desNations Unies sur les droits des personnes handicapées qui sebase sur l’inclusion des personnes handicapées dans tous les doivent souscrire une charte assurant des aménagementsdomaines de la vie en ce compris le tourisme et les loisirs. En raisonnablesadoptant les dispositions de cette convention, les états s’engagent - en vue d’une amélioration de l’accessibilité par l’éliminationà rendre accessibles aux personnes handicapées les bâtiments, proactive d’obstacles,l’environnement, les équipements, l’information et les offres - par une information à la portée de tous, privilégeant paren prenant en considération les besoins individuels de tous les exemple le langage « facile à lire » et les pictogrammes.clients. Ils sont tenus en outre, de garantir un accueil chaleureux, uneLe Label EUREWELCOME s’inscrit dans cette optique. Il est attitude respectueuse, obligeante et serviable envers tous leursdestiné au secteur culturel, sportif, de loisirs et de tourisme. Des clients avec ou sans adaptations ou besoins spécifiques.indications précises et fiables sur les conditions d’accessibilité Ce label est affiché à l’entrée des installations et signale auxdoivent être relevées pour que les personnes concernées puissent personnes handicapées qu’elles sont les bienvenues. Pour lesplanifier leur séjour, leur activité ou leur voyage en connaissance promoteurs il signifie une valeur ajoutée sociale reconnue par unde cause. Pour obtenir le label Eurewelcome, les promoteurs label officiel. ■ Site web : www.eurecard.orgAccessible Travel Info Point By Pieter Ghijsels, Policy advisor in Accessible Tourism, Tourism FlandersTo enable every Flemish citizen to par- trip into a disappointing experience.ticipate in tourism is an overall objective Tourism Flanders has closely involved thefor the Tourism Board of Flanders. In this disability movement in the efforts to im-context, ‘Tourism for All’ is the ambitious prove the situation.goal of the organisation. An accessibility Meanwhile, Tourism Flanders’ accessibilityaction plan (2001) was developed, based policy has engaged the commercial tour-on the recommendations of the disability Toegankelijke ism sector, and most notably the accom-movement. The action plan resolutely opts vakantieverblijven modation sector. Since the start of the ac- in Vlaanderenfor an inclusive and integrated approach. en Brussel cessibility label in 2007, more than 1000Accessibility has become a standard con- 2013 companies have joined the programmedition for grants by Tourism Flanders and and more than 200 obtained an A or A+‘Design for all’ has become the golden rule label.when building, renovating or designing This success with the holiday accommoda-for better accessibility. tion sector now triggers a similar effectTrainings deal with the “accessibility” of from other relevant fields in the accessiblethe personnel’s mentality, an aspect that, tourism value chain. With the help of thein conjunction with the material adapta- national, regional and local stakeholders,tions, ensures that a tourist infrastructure these areas can upgrade to the level of anis perceived as accessible. overall accessible holiday destination.Furthermore, the need for reliable infor- The project “The Great War Centenary: ac- sentatives from the disability movementmation is met by the Accessible Travel Info cessible to everyone” in the Westhoek re- and the tourism sector. It is this commit-Point – a dedicated service within Tourism gion is a pilot project in which the idea of tee that decides which label a building willFlanders – and the objective measurement ‘accessible holiday destination’ is manifest. be awarded or what conditions must firstdata of an extensive databank with a wide With the experience gained, further work be fulfilled. The label was originally onlyrange of buildings and premises. on an Accessible Flanders will be carried available for holiday accommodation, but A label that is linked to the databank re- out in the other regions. will be extended towards tourist informa-duces the abundance of information to tion offices and recreational premises.its essence and allows a better promotion The project “The Great War Centenary : ac-for those enterprises that meet the high- Creating an accessible cessible to everyone” fits perfectly withinest standards. The Flemish label for acces- the strategic goal of Tourism Flanders ofsible tourism distinguishes three levels, destination is a long- improving the international reputation ofalthough the “empty” logo (objectively term project. Flanders as a tourist destination and de-examined, but does not meet the stand- Today, buildings, premises, public trans- veloping it into a quality, exciting and sus-ards) is not actually promoted as an acces- port, streets and squares are still often in- tainable destination, also for people withsibility label. The results of the evaluation sufficiently accessible to disabled persons. a disability. ■are presented to a committee with repre- These inconveniences often turn a pleasant Website : www.toegankelijkreizen.be Oits information no 154 • page 7
  • 8. Le Dossier Le tourisme accessible« Cool » : Redefining the image of traveling with disabilitiesBy Laurent Roffé and Aïcha Nyström, co-founders and managers of Tapooz TravelWhen we decided to create Tapooz Trav-el, a tours and adventures company fortravelers of all abilities, it was clear that itshould be a reflection of where we live andwho we are. We are very fortunate to re-side in California, a region known as muchfor its natural beauty and rich culturaldiversity, as for its can-do spirit. In addi-tion to being avid travelers and outdoorsenthusiasts, we are experienced leadersof sea-kayak and ski trips for people withdisabilities and youth groups.The concept was simple to formulate: Workwith dedicated and experienced teammembers. Combine the best elements ofculture, food, nature and the outdoors todeliver the richest possible experience of aregion and its people. Incorporate activi-ties such as kayaking, sailing and cooking.Always look for unique and out-of-the-ordinary experiences. We also called on Nicole, a Tapooz contrib- carded a number of methods. EventuallyMake it attractive and accessible to all, utor and advisor. Nicole, who is paraplegic, we devised a method involving a smallwith and without disabilities. Make it fun is part of our new programs development custom-designed bench that ensures theand engaging. In other words, make it team and an invaluable resource in under- most comfortable and safe transfer in the“cool”. standing the reality of accessibility issues. least amount of steps. All along, we tookNaturally, going from concept to reality Her feedback ranges from the minute de- careful notes, measurements and picturesdemands the rigorous application of best tails, such as slopes and terrain conditions, to document the whole process. This nowpractices. Each element of our program is to the overall experience, including the serves as a detailed operation manual forthoroughly examined, physically tested for intensity and length of an activity. Most this particular activity.numerous different conditions, adapted importantly, Nicole is a great assessor of We then went out for two hours of purewhen needed, then constantly re-assessed the “cool” factor of our new programs. fun across the waters of the San Franciscoand refined. Together with Captain Charles and Nicole, Bay and its landmarks: the Bay Bridge, Al-This is true when planning a tour in San we spent a day examining every detail of catraz and Angel Island, the Golden GateFrancisco or a nature hike in Yosemite. The getting from the parking lot at the marina, Bridge and the shorelines of San Fran-physical conditionsof every part of the down the ramp to the dock, into the boat cisco and Sausalito. At times, we zippedroute are meticulously tested. The location and out on the Bay. and took sharp turns at high-speed acrossand accessibility of the accommodations The design of this boat, with its rigid in- the swell. Apart from the excitement, weare carefully identified. Together, this all flatable construction and open deck, is wanted to test the reliability of the safety-forms each activity’s detailed description well suited for our purpose. The top of belt system used to stabilize Nicole in herof its path-of-travel. the inflated tube is only about 15 inches seat. At other times, we slowed down toEven when planning a nature hike, ad- (about 38 centimeters) above the level of drift among the curious harbor seals anddressing path-of-travel’s issues is a fairly the dock. Made of sturdy, rigid but soft explore the small coves around Treasurestraightforward process. The challenge lies rubber, it offers a wide and leveled surface Island.with developing activities for which there plane for a two-step transfer from a wheel- It hardly gets cooler than that.are no precedent, such as one we recently chair on the dock and onto the boat. From This activity, and many others like it, isdeveloped to explore the beauty of the there, the options are then to sit securely now part of our travel programs. As we de-San Francisco Bay at sea level, literally. in one of the seats or to retransfer into a velop and offer more of these, we becomeOur goal was to offer an opportunity to wheelchair. The wheelchair, positioned in part of a virtuous circle of redefining theexperience this body of water, its bridges, the center aisle of the vessel, is secured image of travelers with disabilities: active,islands and coastal features in an acces- with anchors to the deck. Once seated in dynamic, cool.sible, safe and, yes, fun manner while ad- the vessel, the unobstructed views and the As this image evolves and enters thedressing the needs of travelers with mobil- exposure to the air and water make this as mainstream, we see more and more serv-ity impairments. lively an experience as it can be. ice providers and companies competingWe worked closely with Captain Charles, In this case, we wanted to test the option for the business of this already significantthe owner and skipper of a 28 feet-long of transferring and securing a passenger economic force in the tourism industry.(9 meters), 300 horsepower open-deck RIB to a seat. Using basic adaptive equip- By developing new products or adaptingmotorboat. This is the same type of vessels ment, such as pillows, pads, webbing, existing ones, these companies themselvesused by the US Navy and Coast Guards. Velcro belt and clips, we tested the best become part of the cycle.They are considered to be among the saf- ways to transfer Nicole from her chair and In the USA, being cool is good business. ■est and fastest available. secure her for the trip. We tried and dis- Wesite : www.tapooztravel.comOits information no 154 • page 8
  • 9. Accessible TourismLabel « Tourisme et Handicap » près de 5000 sitestouristiques labellisés Par Mme Annette Masson, Présidente de Tourisme et HandicapsL’association tourisme et Handicaps, crée formation fiable sur l’accessibilité desen 2001 à l’initiative des professionnels lieux de loisirs et de vacances. L’offre doitdu tourisme et des associations de per- couvrir tout le champ des prestations tou-sonnes handicapées, regroupe près de 80 ristiques pour permette de passer des va-membres (associations, fédérations, syndi- cances agréables.cats) qui ont pour objectif de sensibiliser,informer, former, aider les professionnels Quelques statistiquesdu tourisme – tous secteurs d’activités – Par pictogramme handicap : 65 % des sitesà rendre accessibles les lieux de loisirs, de sont labellisés handicap auditif, 89 % desculture, de vacances accessibles à la clien- sites sont labellisés handicap mental, 72 %tèle handicapée en prenant en compte les des sites sont labellisés handicap moteurquatre familles de handicap (auditif, men- et 38 % des sites sont labellisés handicaptal, moteur, visuel). visuel. Par catégorie : 57 % d’héberge- ments (meublés, hôtels, chambres d’hôtes,L’association Tourisme et Handicaps a camping, centres de vacances), 7 % de res-des correspondants Tourisme et Handi- taurants et 36 % de sites culturels ou d’ac-cap dans tous les départements français tivités de loisirs.et d’outremer qui mènent une action deterrain incluant l’objectif de faire changer Pour progresser dans l’objectif d’une of-les mentalités. fre cohérente sur un territoire touristique, - Développer une offre touristique adaptée nous espérons le lancement prochain d’unEn cette fin d’année 2012, près de 5000 et intégrée à l’offre généraliste. nouveau label « Destination Pour Tous ».sites touristiques sont labellisés Tourisme Ce dernier permettra de mettre en valeuret Handicap (*) et marquent ainsi cette évo- Un label évolutif des territoires touristiques accessibles quilution dans le secteur touristique français. Un établissement peut recevoir le label permettent ainsi de passer des séjours deAprès des actions de sensibilisation et de pour deux pictogrammes au minimum vacances en autonomie avec des activi-motivations mais aussi souvent des tra- (obligatoire depuis le 1er janvier 2012 afin tés. Le label Destination Pour tous incluravaux à entreprendre, La commission na- de faire encore mieux progresser l’acces- non seulement les prestations touristiquestionale d’attribution du label reçoit plus sibilité) mais l’objectif est de l’amener à mais aussi les autorités locales, les trans-de 100 dossiers par mois à étudier. obtenir les quatre pictogrammes : 26 % des ports, les commerçants, et tous les acteurs sites labellisés sont à fin décembre label- locaux. ■Un label, pourquoi ? lisés pour les 4 handicaps et ce taux pro-Le label répond à deux objectifs : gresse de plusieurs points chaque année. Site web: www.tourisme-handicaps.org- Apporter une information fiable, des- (*) Label Tourisme et Handicap – marque de l’Etat criptive et objective de l’accessibilité se- Un label, pour qui ? Français lon des critères nationaux applicables à Le label est destiné à la clientèle à besoin tous. Aucun déclaratif accepté. spécifique afin qu’elle bénéficie d’une in- New book on Accessible Tourism Best Practice in Accessible Tourism: Inclusion, Disability, Ageing Population and Tourism Edited by Dimitrios Buhalis (Bournemouth University), Simon Darcy (University of Technology Sydney) and Ivor Ambrose (Managing Director and co-founder of ENAT) This book succeeds to integrate the work of several key players, resulting in an excellent overview of the international efforts that are made to increase accessible tourism for everyone. It presents different country reports, detailed case studies and technical guidance from leading experts. It brings together global expertise in planning, design and management to inform and stimulate providers of tourism services, to serve guests who require good accessibility. “The editors have assembled an excellent compilation of thought provoking, cutting-edge international chapters in accessible tourism. The text provides important insights into current practices and policies, but also critically reflects on what more needs to be done. It is a must read for practitioners, policy makers and academics” (David J. Telfer, Brock University, Canada). ■ Oits information no 154 • page 9
  • 10. Le Dossier Le tourisme accessible2012 Games: boost for accessible tourismBy Jennifer Littman, Chief Executive of Tourism For All UKTourism for All UK is a national char- impact.ity dedicated to standards of world class Tourism for All created a short video withtourism which are welcoming to all. For some of the Paralympians visiting Lon-the past 35 years they have been provid- don following the Games, and were privi-ing information to the public, especially to leged to make use for the filming of theolder or disabled people, on where their Queen’s Barge, The Gloriana, created forspecific access needs can be met, so that the Queen’s Diamond Jubilee earlier in thethey can fully participate in travel and lei- year. The athletes, who were from Nepal,sure. They receive over 400,000 visits, 5m Rwanda and Haiti, enjoyed an iconic viewhits to their website www.tourismforall. of Tower Bridge in London, and shared theirorg.uk and are relaunching a UK specific views of the visit. It is clear in these thatwebsite, www.openbritain.net at the end the welcome that they received, helpedof January with the support of VisitEng- by the volunteer ‘Games Makers’ made aland. Thousands of information requests big difference. This reinforces TFA’s view the Paralympians have inspired us all. As aare met by their helpline each year. They that training and customer service are the result, the UK’s reputation in the world hasalso champion the cause of accessible most important ingredients of accessibil- risen. And there will be benefits to tourismtourism with policy-makers in the UK and ity, along with reasonable standards of ac- for years to come.Europe, and host the Accessible Tourism cessible provision. Tourism for All has also been supportingStakeholders Forum with VisitEngland and TFA’s concern now is to keep the momen- an exciting new development by VisitEng-the government department responsible tum of change going, and to make the land in which they will run a first everfor tourism. link between ‘world class’ and ‘accessible’ marketing campaign promoting accessi-They state that hosting the Olympics and an unbreakable bond. Lets stop seeing the ble destinations. With government fund-Paralympics in London in 2012 represent- disability and instead see visitor or cus- ing of £ 100,000, plus other support, theed an unparalleled opportunity to change tomer. campaign, to be launched on 23 June, willattitudes to disability and to prompt busi- Keep going the Extra feature Leicester, Brighton, Newcastle andnesses to become more accessible. Gateshead, Bath and Chester & Cheshire.Immediately following the Paralympic Mile …! It pays … The initiative will encourage the wider in-Games, an opinion poll showed 80 % of The UKs commitment to action against dustry to take the accessible tourism mar-people viewing disabled people positively, disability discrimination, and promise to ket seriously, and is backed by Paralympianwhereas prior to the Games, a different deliver a fully accessible Games, were key and tv broadcaster, Ade Adepitan. ■poll had shown that 64% of people were elements in the success of its bid to hostafraid of meeting disabled people. So the Games. The UK has widely been per- Website : www.tourismforall.org.ukthere can be no doubt there has been an ceived to have met that challenge - andVillage for All – V4A® Par Roberto Vitali, Président de Village for allV4A® est la Marque de Qualité internatio- perts avant affiliation selon une méthodo-nale pour le tourisme accessible, qui ga- logie éprouvée garantissant des informa-rantit que, par l’information divulguée, les tions concernant les mesures, les grandeurspersonnes ayant un handicap, soit moteur et les espaces, sans donner de « licencesou sensoriel, les personnes ayant des aller- d’accessibilité », mais en offrant aux gensgies alimentaires ou environnementales, la possibilité de choisir leurs vacances deles personnes âgées, les patients dialysés, façon autonome dans l’établissement tou-les personnes en surpoids et les familles ristique qui satisfait leurs besoins de laavec des petits enfants, auront la possibi- meilleure façon.lité de faire des choix éclairés pour savoiroù passer leurs vacances. La création d’un outil nova- teur« Vacances pour tout le monde » - C’est Nous avons créé le « V4AInside », une ap-l’idée qui a conduit à la création du pro- plication professionnelle, une innovationjet V4A®, qui fonctionne avec un objectif : technologique et organisationnelle dans lela promotion du tourisme accessible, l’in- V4A® est également le premier réseau processus de collecte et de traitement declusion sociale et le droit à des vacances international de centres touristiques ac- l’information relative à l’accessibilité despour tous. Tourisme accessible signifie cessibles aux personnes handicapées qui équipements touristiques à travers l’utili-un ensemble de services et d’installations propose actuellement 40 établissements sation de technologies de pointe. Elle ga-pouvant permettre aux personnes ayant en Italie et en Croatie (il atteindra 200 en- rantit une information objective accessibledes besoins spécifiques de profiter de leurs droits cette année). à tous, car elle n’est pas liée à des normesvacances et de leur temps libre, sans obs- Il assure des informations fiables et préci- nationales. La vocation de V4A® est de gé-tacles et difficultés. ses : chaque centre est vérifié par nos ex- rer un réseau de structures touristiques deOits information no 154 • page 10
  • 11. Accessible Tourismqualité qui offre des vacances et des servi- Pour la cinquième année, V4A® agit aussi l’Atelier BIFA – « Acheter l’Italie pour tous »ces pour tous les clients, indépendamment à titre de consultant de la « Vicenza Fair » – la seule occasion annuelle pour les ex-de leur nationalité d’origine. pour l’organisation de Gitando.all, l’unique ploitants d’entreprises touristiques accessi-V4A® est parrainé par le Ministère du exposition sur le tourisme pour tous en Ita- bles (vendeurs italiens) pour rencontrer desTourisme, ENIT (Office National Italien lie, qui se tiendra du 21 au 24 mars 2013. tour-opérateurs, agences de voyages et as-du Tourisme), FAITA (Federcamping), FISH Parmi les événements les plus importants il sociations intéressées à acheter le produit(Fédération Italienne pour Surmonter les y a la réunion internationale sur le tourisme italien de tourisme accessible (acheteursHandicaps) et SìPuò (National Laboratoire accessible (MITA), un temps de discussion italiens et internationaux). ■du Tourisme Accessible). Depuis 2011, V4A® et de débat avec les principaux acteurs, Site web : www.villageforall.netest également un membre d’ENAT et de- sur l’état de les situation et les meilleurespuis 2012 un membre de l’OMT. pratiques du tourisme accessible, ainsi queLe tourisme accessible au Mexique et l’action de l’OITSAmériques Par Veronica Gomez, Directrice de l’OITS AmériquesL’accès au tourisme et aux loisirs pour les clientèle. L’intégration des personnes han-personnes handicapées est à l’agenda du dicapées au sein de l’industrie touristiqueMexique qui compte plus de 5,7 millions de est atteinte par une sensibilisation faitepersonnes handicapées, soit 5,1 % de la po- auprès des restaurateurs et des hôtelierspulation totale qui se chiffre à 112 millions qui débouche dans la plupart des cas pard’habitants. l’embauche de ces personnes. Les personnesLes droits des personnes handicapées sont ayant un handicap intègrent ainsi un mar-pris en compte dans la Constitution du pays ché du travail qui leur était exclu aupara-et, depuis 2011, la loi générale pour l’inclu- vant. De plus, la création du parcours tou-sion des personnes handicapées qui est en ristique « SENTIR PARA VER » (toucher pourvigueur prévoit dans son article 27, que le voir), permet aux visiteurs de découvrir àSecrétariat du Tourisme (SECTUR) fasse la pied le centre historique de San Luis Potosi.promotion du droit des personnes handi- L’originalité de cette visite est que le visi-capées à l’accès aux services touristiques, teur a les yeux bandés et qu’il est accompa-récréatifs ou de loisirs. gné en tout temps par un guide touristiqueUn guide de conception universelle avec aveugle.des recommandations générales pour le Concernant le développement de produitssecteur touristique, conçu par SECTUR et le touristiques, le Secrétariat du Tourisme aConseil national pour le développement et notamment décidé de former des presta-l’inclusion des personnes handicapées, a été taires touristiques aux rudiments de la lan-distribué à tous les Secrétariats de Tourisme San Luis Potosi, Sentir para ver gue de signes mexicaine (LSM) afin qu’ilsdes États mexicains. De plus, une campagne puissent améliorer leurs service pour lesde sensibilisation sur le tourisme accessible de sensibilisation dans cinq États mexicains, personnes sourdes que ce soit à la récep-à laquelle l’OITS Amériques a participé, fut à savoir Puebla, Tlaxcala, Quintana Roo, tion à l’hôtel, dans les parcours et visitesorganisée dans 10 États mexicains en 2012. Chiapas et Chihuahua. touristiques ou pour l’accompagnementConcrètement, des séminaires de sensibi- Parmi les différentes initiatives mises de dans des activités de tourisme d’aventure.lisation sur le tourisme accessible furent l’avant dans certains États, il est intéressant Le Secrétariat du Tourisme a parallèle-proposés aux autorités locales et munici- de souligner le cas de San Luis Potosi qui ment développé le produit « TURISOR », quipales, aux opérateurs touristiques et aux a créé le « Programme pour l’intégration compte plus de 20 forfaits touristiquesorganisations de la société civile afin qu’ils des personnes ayant un handicap à l’acti- spécialement conçus pour les personnesdécouvrent les opportunités et les exigen- vité touristique » qui comporte deux grands sourdes. Chaque forfait, d’une durée d’un àces opérationnelles pour travailler avec axes : l’inclusion des personnes handica- deux jours, comprend un dépliant explicatifdes personnes handicapées. C’est ainsi que pées au sein du secteur touristique et le et un guide accompagnateur formé en LSMl’OITS Amériques a participé à des actions développement d’une offre adaptée à cette pendant tout le séjour. ■ Montréal 2014 Sommet Mondial Destinations pour Tous Le Sommet Mondial Destinations pour Tous 2014 ayant pour thème « Tourisme, Culture et Transports : une stratégie commune à l’international » se tiendra du 19 au 22 octobre 2014. En fait, les principales associations sectorielles internationales actives dans les domaines du tourisme, de la culture et des transports seront invi- tées à dévoiler les engagements qu’elles prendront pour améliorer sensiblement les conditions de voyages et de tourisme pour les personnes handicapées. Le Sommet Mondial devrait également engager tous les partenaires à se joindre à un effort pour faire des tests d’accessibilité et avoir des normes uniformes dans les établisse- ments et des lieux touristiques, les attractions et les services de transport. ■ Plus d’infos : http://www.keroul.qc.ca/ Oits information no 154 • page 11
  • 12. L’ANCV, 30 ans au service des vacances pour tousPar Julien Nessi, Direction Marketing et Communication à l’ANCV Un modèle proche de l’économie sociale et solidaire S’appuyant sur un modèle qui conjugue efficacité économique et valeurs sociales, l’ANCV occupe une place originale parmi les établissements publics industriels et commerciaux. Dès sa création en 1982, l’ANCV a eu pour objectif d’autofinancer son développement, sans percevoir aucune subvention de l’État ou des collectivitésL’Agence Nationale pour les Chèques-Va- ministères en charge de l’Economie, des territoriales. Le dispositif Chèque-Vacan-cances vient de franchir le cap symbolique Finances et du Tourisme. Sa mission est de ces, qui repose d’abord sur un particularis-des trente ans. Pour fêter cet événement, favoriser l’accès aux vacances pour tous. me français, fondé sur l’action des comitésle principal opérateur des politiques socia- Pour mener à bien cette mission d’intérêt d’entreprise, des comités des œuvres socia-les du tourisme en France a organisé, en général, l’Agence s’appuie sur deux activi- les (COS) et des comités d’action sociale2012, un tour de France des régions du- tés complémentaires : le Chèque-Vacances (CAS), constitue un outil de redistributionrant l’automne et un colloque national à destiné aux salariés du secteur public et et de politique sociale particulièrement ef-la Bibliothèque Nationale de France le 15 privé (3,7 millions de bénéficiaires) et des ficace, dont les excédents de gestion sontnovembre dernier à Paris. Le colloque pari- actions de solidarité. Destiné dès le départ intégralement redistribués au profit desien a rassemblé plus de 320 personnes im- aux salariés aux revenus modestes et dis- l’aide au départ en vacances des publicspliquées dans le tourisme social en France. tribué par les comités d’entreprise sous défavorisés (familles monoparentales, per-Un moment fort d’échanges, de partage conditions de critères sociaux, le Chèque- sonnes âgées ou handicapées, jeunes end’expériences et de réflexions prospectives Vacances constitue une aide au départ en situation précaire). Ce modèle est au cœursur les pistes de développement du Chè- vacances d’autant plus appréciée dans un du développement de l’Agence, qui s’inscritque-Vacances et des actions de solidarité, contexte de crise économique et de pou- aujourd’hui dans la mouvance de l’écono-en présence de Sylvia Pinel, la ministre voir d’achat en berne. mie sociale et solidaire.française en charge du Tourisme, et AndréHenry, l’ancien ministre du temps libre et Parallèlement à son activité de diffusion Quatre axes defondateur de l’ANCV et du Chèque-Va-cances. « Le Chèque-Vacances est devenu des Chèques-Vacances, l’Agence développe développementen trente ans un symbole du tourisme à également ses actions de solidarité en di- Aujourd’hui, l’Agence est engagée dans unla française. Sa réussite est exemplaire. rection de différents publics : salariés des contrat d’objectifs et de performance pourLe Chèque-Vacances est désormais in- petites entreprises très nombreuses sur la période 2013-2016. Signé à l’occasioncontournable et fait partie de notre pay- les territoires, personnes âgées isolées qui du colloque anniversaire, le 15 novembresage touristique français », a précisé Sylvia partent plus régulièrement en dehors de la dernier, ce contrat conforte la mission so-Pinel, lors de son discours de clôture. saison touristique jeunes adultes exclus ou lidaire et sociale de l’Agence. Il traduit la en rupture, familles monoparentales ou en- volonté réaffirmée des pouvoirs publics deAujourd’hui, un peu plus d’un Français sur core personnes en situation de handicap … faire de l’ANCV un acteur essentiel de la po-trois ne part pas en vacances, en majorité Ces programmes d’action sociale, mis en litique de départ en vacances pour tous enpour des motifs économiques, mais aussi œuvre par l’ANCV, bénéficient à plus de France. Il fixe quatre grandes orientationspour d’autres types de raisons, notamment 201.000 personnes en situation de fragi- stratégiques pour la période 2013-2016 :liées aux habitudes vacances et aux senti- lité, avec l’appui de ses 3.500 partenaires - le développement de l’accès aux vacan-ments de sécurité du départ. La réduction (associations, collectivités territoriales, or- ces pour le plus grand nombre, avec deuxdes inégalités dans l’accès aux loisirs et aux ganismes sociaux). objectifs chiffrés à l’horizon 2016 : aug-vacances par l’aide au départ des person-nes à faibles revenus constitue une prio-rité sociale de premier plan. L’expertise de Les chiffres clefs de l’ANCV (fin 2011)l’Agence sur toute la chaine d’émission et • 3,7 millions de bénéficiaires des Chèques-Vacances (9,1 millions de personnesde diffusion des Chèques-Vacances, lui a avec leur famille).permis de s’imposer depuis 30 ans commel’un des principaux outils de l’État pour • 23.600 clients comités d’entreprise, organismes sociaux et petites entreprises.l’aide au départ en vacances des Français. • 170.000 professionnels du tourisme et des loisirs.Aujourd’hui, près de 9 millions de person- • 1,327 milliard d’euros de volume d’émission (soit un doublement en 10 ans).nes bénéficiaires avec leurs familles sont • 224 collaborateurs au siège et dans 6 directions régionales.concernées par le Chèque-Vacances. • 201.000 bénéficiaires des programmes d’action sociale.Une mission solidaire • Près de 19 millions d’euros de crédits d’intervention pour les aides à la personnetrentenaire et le financement du patrimoine du tourisme social.Créée en mars 1982, l’ANCV est un établis- • 3.500 partenaires de l’action sociale.sement public original, sous la tutelle desOits information no 154 • page 12
  • 13. Chronologie 1982-2012 26 mars 1982 : le Chèque-Vacances et l’ANCV sont créés, par une ordonnance de François Mitterrand, préparée par André Henry, ministre du temps libre. 1983 : Les premières conventions « clients » et « prestataires du tourisme » sont si- gnées. 1984 : Le ministre des Affaires sociales, Pierre Bérégovoy, invite les comités d’entre- prise à s’intéresser activement à la distribution du Chèque-Vacances. 1987 : Lancement des premiers programmes d’action sociale sous la forme d’aides à la personne. 2.000 bourses-vacances sont attribuées. La mise en place du Chèque-Vacan- ces est généralisée dans la Fonction Publique d’Etat. 1989 : Pour la première fois, l’Agence affiche un premier résultat bénéficiaire. 1992 : Le volume d’émission de l’Agence atteint le milliard de francs. 1994 : Premières aides aux équipements touristiques à vocation sociale. L’Agence sou- tient la rénovation de 80 équipements à vocation sociale (20 millions de francs). 1998 : La loi relative à l’exclusion dispose que « l’égal accès pour tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs constitue un objet national. Il permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté ». Elle crée aussi la Bourse Solidarité Vacances financée par l’ANCV. 1999 : Lancement du Coupon Sport ancv à l’initiative du Ministère de la jeunesse etmenter de plus de 10% le volume d’émis- des sports.sion des Chèques-Vacances et toucher500.000 bénéficiaires supplémentaires de 2004 : L’Agence installe son siège à Sarcelles (200 personnes).Chèque-Vacances ; 2005 : Le volume d’émission des Chèques-Vacances atteint 1 milliard d’euros avec 16.000 clients actifs.- le déploiement de l’action sociale et so-lidaire, avec l’objectif d’atteindre le seuil 2006 : La Bourse Solidarité Vacances rejoint les programmes de l’ANCV.des 200.000 salariés bénéficiaires de Chè- 2007 : Reprise du programme Seniors en Vacances avec pour objectif de toucherque-Vacances dans les petites entreprises 100.000 seniors.à l’horizon 2016. Le soutien au départ envacances par les politiques sociales de 2009 : La loi de modernisation et de développement des services touristiques permetl’Agence est également réaffirmé, avec le aux entreprises de moins de 50 salariés dépourvues de comité d’entreprises, de vérita-lancement d’un nouveau dispositif à des- blement accéder au Chèque-Vacances.tination des jeunes adultes de 18 à 25 ans. 2011 : L’ANCV donne un nouveau cap à l’action sociale en fixant quatre nouveauxObjectif : ouvrir le dispositif à l’ensemble axes d’intervention pour ses aides à la personne et renforce sa politique de soutien aud’une classe d’âge et aider 20.000 jeunes patrimoine immobilier du tourisme social.en 2016. Par ailleurs, la progression du 2012 : L’ANCV franchit le cap symbolique des trente ans et s’engage officiellementbudget de soutien aux équipements du avec l’Etat dans son premier contrat d’objectifs et de performance pour la périodetourisme social est réaffirmée, avec un 2013-2016.investissement de 40 millions d’euros de2012 à 2016.- la dématérialisation du Chèque-Va- trésorerie en Investissement Socialement le montant de leur chéquier, ils contri-cances : l’Agence entend poursuivre la Responsable (ISR). buent à de fortes retombées économiquesdématérialisation de la relation client en dans le secteur touristique. Une manne quiaméliorant ses outils, avec pour objectif Le Chèque-Vacances, un profite aux collectivités locales, dont l’ac-d’atteindre 90 % de taux de commande levier économique pour tivité touristique constitue bien souvent l’une des ressources principales. ■en ligne du Chèque-Vacances à l’horizon les territoires2016. Il s’agit également pour l’Agence L’Agence joue également un rôle essentield’anticiper la dématérialisation du Chè- dans le développement économique desque-Vacances et de lancer une réflexion territoires. La diffusion du Chèque-Vacan-concertée sur le passage du titre papier au ces et les actions de solidarité portées partitre numérique. Une expérimentation ci- l’Agence ont des effets directs et indirectsblée sur un titre dématérialisé est prévue sur le maintien de l’emploi, l’équilibre éco- Pour en savoir plus :pour début 2015 auprès des jeunes agents nomique des équipements touristiques www.ancv.comde la fonction publique d’État et préfigu- à vocation sociale et le prolongement Pour revivre le colloque des 30 ans de l’AN-rera la dématérialisation totale ou partielle de la saison des opérateurs touristiques. CV, récupérer les discours, lire la synthèsedu Chèque-Vacances à terme. Aujourd’hui, le Chèque-Vacances qui pèse des interventions et revoir le film anniver-- l’amélioration de la performance : plus de 1,3 milliard d’euros, irrigue un ré- saire :l’Agence va améliorer sa performance par seau de 170.000 professionnels du tourisme http://ancv30ans.weavent.fr/ ouune maitrise des ses équilibres économi- et des loisirs. Sachant que les bénéficiaires http://www.ancv.com/Qui-est-l-ANCV/Les-ques et par le placement de 100 % de sa de Chèques-Vacances dépensent plus que 30-ans-de-l-ANCV Oits information no 154 • page 13
  • 14. A European platform promoting social tourismThe STEEP project moves forward By Sophie Le Rue, Project Manager of STEEPContext as to ISTO members during the World access codes, following adoption of an Congress on Social Tourism in Essaouira, ethical charter. The latter reflects theThe STEEP project (Social Tourism Morocco, in October 2012. values and guiding principles of socialEuropean Exchanges Platform) aims to tourism, as well as the compliance withdevelop a social tourism web platform The homepage of this initial version legal and social standards, accessibilityto stimulate and facilitate transnational offers, besides an overall presentation and sustainability.European exchanges between EU Member of the platform, an overview ofStates, especially in the low season. The organisations having recently joined What are the main chal-project is mainly aimed at professionals:on the one hand accommodation the platform as members, as well as lenges of the platform? the most popular offers for each target Early 2013, the platform shall haveproviders, on the other hand intermediary group. Additionally, there is a “News”organisations facilitating the departure completed its technical structure and segment and a “Notice Board” which tested its functionalities. It shall alsoon holidays of four target groups (youth, allows members to ask for informationfamilies facing difficulties, seniors and integrate a calendar of the school about package deals (intermediary holidays in the different Europeanpeople with disabilities). organisations, for example), look for countries in order to highlight the low partners (for setting up consortia) and season. It could also highlight the SeniorThe project is carried out by a consortium post tenders (in the framework of publicof seven European organisations, led by Initiative promoted by the European procurement).ISTO. Other members include SEGITTUR Commission.(Spain), UNAT (France), Floréal (Belgium), The “Resources” section provides athe European Network for Accessible In Spring 2013, the platform will get virtual documentation center offeringTourism (ENAT), Legacoop and Consorzio promoted among the operators of publications, reports and researchSiena Hotels Promotion (Italy). The social tourism in the different Member documents, as well as audio-visualproject started in April 2012 for a States of the European Union, to recruit resources on social tourism in Europe.15-month duration. Its overall budget new members active with the fouris estimated at EUR 1.014.525. It is co- The “Directory” section lists the members target groups and to establish strategicfunded by the European Commission, of the platform. It can be consulted by partnerships with operators likely towith a maximum contribution of EUR typology (buyer, seller), country or target offer a significant volume of supply and760.894, the remaining amount being group. Similarly for the “Offer” section, demand.borne by the consortium. which includes a range of offered services or packages. Finally, a legal structure, close to aEight working groups have been set up, European non-profit organisation type,including one per target group. The goal The “Calypso” section is designed to will be set up to manage the platform, andis to better understand the needs and provide a platform and a privileged an economic model will be developed toexpectations of operators active in the exchange space for projects which are ensure the sustainability of the platformsector. The four other groups work on supported by the European Commission, after the co-financing by the Europeanthe functional analysis of the platform; thus allowing them to continue their Commission.an ethical charter to which operators activities after the co-financing period.will be invited to subscribe when joining; The final version of the platform will bepromotion and marketing; and the future The private section is reserved for launched in June 2013. In the meantime,structure to manage the platform. organisations joining the platform as social tourism operators – both on members, either as accommodation the supply and demand sides - areWhat is the progress of providers or as intermediary organisations. strongly encouraged to take part in thisthe project? Access will be provided through individual initiative. ■The web platform contains a publicsection, which is accessible to everyone, Joining the platform www.ecalypso.eu: what areand a private section, restricted tomembers, with marketing and booking the benefits ?modules. Eventually, the platform will Accommodation providers Intermediary organisationsbe developed in five languages : French, • Widen your market, beyond the • Diversify your catalogue ofEnglish, Spanish, Italian and German. domestic clientele destinations • Increase the visibility of your offers • Offer new destinations in Europe atA presentation of the beta version of the • Open up to a new, high potential affordable pricesplatform, available at www.ecalypso.eu, clientele • Widen the horizons of your targetwas given at the European Commission in • Compensate for low-seasonality groupsSeptember 2012, with the participation • Free trial without any commitment • Strengthen the European citizenshipof representatives of EU Member States until end of June 2013 • Free trial without any commitmentand the private tourism sector, as well until end of June 2013Oits information no 154 • page 14
  • 15. The eCalypso platform interface design, the EU guidelines for cessibility of accommodation venues. It websites and the ten general principles is with this principle in mind that theand accessibility of user interface design. Thus, the tem- Europe for All (www.europeforall.com)The integration of the principle of acces- porary version of the eCalypso platform website was developed.sibility is explicitly recognised as one of has been evaluated along five criteria :the specific objectives of the web plat- navigation; functionality; user interface It offers accommodation providers theform. That relates to both the usability and layout; quality issues and integrity; possibility to promote the accessibilityof the platform and the accessibility of and content structure and presentation. of their venues, through three levels ofaccommodation venues. Due to the unfinished status of the eCa- access auditing. The first level, which is a lypso website, it was not possible to pro- self-assessment questionnaire gatheringAccessibility of the eCalypso web vide a full evaluation of all those criteria critical basic accessibility informationplatform at that time, but a similar assessment will (about 60 questions) could be adoptedENAT, the European Network for Acces- be carried out again at a more advanced by the eCalypso platform to stimulatesible Tourism, which is the leading mem- development stage. Meanwhile, the find- tourism venues accessibility among itsber of the consortium on issues related ings and recommendations made will be members. ■to accessibility, recommends that the useful to improve the design and acces-web platform meets the requirements of sibility of the platform. Further information:the international standard WCAG-2.01. steep@oits-isto.orgTo evaluate the overall usability of the Accessibility of the tourism ac- Tel. +32.2.274.15.37current website (www.ecalypso.eu), commodation venues Mobile: +32.486.041.416ENAT has produced in November a Usa- Impaired travelers, such as some seniorsbility Report, based on the five attributes or people with disabilities, need to findof usability, the eight “golden rules” of reliable and accurate information on ac-1 “Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0 covers a wide range of recommendations for making Web content more accessible. Following these guidelineswill make content accessible to a wider range of people with disabilities, including blindness and low vision, deafness and hearing loss, learning disabilities,cognitive limitations, limited movement, speech disabilities, photosensitivity and combinations of these. Following these guidelines will also often make your Webcontent more usable to users in general.” Source: http://www.w3.org/TR/WCAG/ Oits information no 154 • page 15
  • 16. Congrès mondial du tourisme social à EssaouiraPar Charles-Etienne Bélanger, Directeur de l’OITS cadre d’une économie sociale et solidaire. Quant aux points de distinction, il faut re- connaître que les acteurs sont différents, que le tourisme social vise prioritairement à répondre à la demande de départ en va- cances, tandis que le tourisme solidaire s’occupe davantage de développer une of- fre locale avec l’idée d’avoir le maximum de retombées socio-économiques pour les communautés visitées. Comme pour la contribution du tourisme social au tourisme domestique, il n’est pas toujours facile de mesurer adéquatement la contribution du tourisme social à la solidarité par manque d’outils appropriés, même si des efforts sont réalisés pour élaborer des indicateurs fiables tels qu’ils furent présentés par les conférenciers en- gagés dans des réseaux de tourisme soli- Intervenants à la séance d’ouverture. De gauche à droite : Philippe Lemaistre (Coordinateur de programmes à daire au travers d’expériences de tourismel’OMT), Mohamed El Farrah (Président du Conseil Municipal d’Essaouira), Abdelouahab El Tabri (Gouverneur de solidaire et communautaire, qu’elles soient la Province d’Essaouira), Nada Roudies (Secrétaire générale du Ministère du Tourisme du Maroc), Jean Marc Mignon (Président de l’OITS) et Yves Godin (Secrétaire général de l’OITS) de Colombie, du Bénin, de Mauritanie, du Mali ou du Maroc.L’Organisation internationale du tourisme et aux vacances, et enfin de revendiquer Sans oublier que des expériences de tou-social tenait du 16 au 19 octobre dernier la mise en place de politiques sociales du risme solidaires peuvent être vécues en Eu-à Essaouira (Maroc) son congrès sur le tourisme par les pouvoirs publics natio- rope, notamment en milieu rural, tel quethème « Le tourisme social : une vision au naux, régionaux et locaux qui sont nos l’a évoqué le Maire de Vaison-la-Romainebénéfice de tous les citoyens ». Ce congrès partenaires naturels ». en France et Président du Comité régionaltenu pour la première fois sur le continent Le deuxième concerne les séances pléniè- du tourisme de la Région PACA, M. Pierreafricain et qui réunissait plus de 180 par- res sur la contribution du tourisme social Meffre. Plusieurs de ces expériences fu-ticipants provenant de 21 pays, s’articu- au tourisme domestique et celles sur la rent d’ailleurs débattues lors du Forumlait autour de trois grands axes thémati- contribution du tourisme social à la soli- international du tourisme solidaire (FITS)ques : la contribution du tourisme social darité. qui se déroulait à Tiznit au Maroc quelquesau tourisme domestique, à la solidarité et jours après le congrès de l’OITS (voir articleau développement des segments de mar- Par rapport à la contribution du tourisme dans ce numéro).ché à fort potentiel. social au tourisme domestique, les parti- cipants ont notamment pu découvrir les Le troisième concerne la séance de clô- ture avec l’adoption d’une motion sur leQuels ont été les temps efforts consentis par les autorités maro- Mali suite à la session qui était spéciale- caines pour le développement du tourismeforts du congrès ? domestique avec un programme spécifique ment consacrée à la situation du tourismeLe premier concerne la séance d’ouvertu- social et du tourisme solidaire en Afrique. dédié aux nationaux en ayant à l’esprit lere, tenue en présences des autorités loca- En effet, après avoir écouté avec émotion souci de diversifier les segments de mar-les, provinciales et nationales marocaines le témoignage de leur membre malien, ché, de mieux répartir les richesses avecet du représentant de l’Organisation mon- l’Association malienne de promotion du une préoccupation constante pour la du-diale du tourisme (OMT), qui a été marquée tourisme social et solidaire (AMPTS), les rabilité de l’activité. En dehors des autori-par deux discours forts. Tout d’abord celui congressistes ont décidé d’exprimer leur tés marocaines, d’autres expériences de lade la Secrétaire générale du Ministère du solidarité envers le peuple malien dans les France, du Brésil, de la Hongrie, du Québec,Tourisme, Mme Nada Roudies, qui a ex- épreuves qu’il traverse en adoptant cette de la Belgique, de l’Italie et de la Tunisie etpliqué la politique du Maroc en matière motion d’appui. d’Asie ont mis en exergue cette contribu-de développement touristique fortement tion. En guise de conclusion, comme le souli-marquée par la dimension de durabilité. gnait le Secrétaire général de l’OITS, Yves Quant à la contribution du tourisme so-Ensuite, celui du Président de l’OITS, Jean Godin, ce congrès aura permis d’affirmer cial à la solidarité, la séance plénière sur ceMarc Mignon, qui a rappelé le pourquoi et de démontrer que le tourisme social ap- thème a permis de bien mettre en évidencedu tourisme social en affirmant que nous porte une véritable vision au bénéfice de les importants points de convergence et lesentendons à la fois « affirmer une philo- tous les citoyens. quelques points de distinctions entre lessophie – un tourisme qui met l’homme au concepts de tourisme social et de tourisme Le Congrès fut aussi l’occasion pour l’OITScœur de son action -, décrire un secteur solidaire. Sur le plan de la convergence, il de réunir son Conseil d’administration, dedu tourisme où les opérateurs partagent y a une philosophie commune à savoir que tenir son Assemblée générale et d’avoirdes objectifs communs permettant au le tourisme doit être au service de l’Hom- des réunions de ses sections régionales –plus grand nombre d’accéder au tourisme me avec des retombées équitables dans le Amériques, Europe et Afrique ainsi que duOits information no 154 • page 16
  • 17. Réseau des autorités locales et régionales domestique ainsi que pour celle à la soli- vraient davantage être prises au sérieuxet de l’Alliance pour la formation et la darité. par les gouvernements qui ont parfois troprecherche en tourisme social et solidaire. tendance à ne voir que le tourisme inter- Ceci étant dit, les diverses expériencesLors de la réunion de la section Europe, les national et à se retourner ver le tourisme présentées, notamment sur la question duavancées du projet de plateforme d’échan- interne qu’en temps de crise. tourisme domestique, ont permis de dé-ges européen en matière de tourisme so- montrer que les mécanismes et systèmescial (STEEP) furent aussi présentées (voir Quels sont les pro- qui facilitent l’accès aux vacances pour learticle dans ce numéro). plus grand nombre, que ce soit au niveau chains rendez-vous ? de la demande - par des programmes d’aide Le prochain Congrès mondial du tourismeQuels enseignements au départ en vacances - ou au niveau de social se tiendra à l’invitation du Serviçoretenir à l’issue du l’offre - par des appuis à la construction ou Social do Comercio (SESC) à Sao Paulo aucongrès ? modernisation d’équipements pouvant ac- Brésil en octobre 2014 mais auparavant, cueillir divers publics recherchant des tarifs c’est en Belgique que les membres et par-Un des principaux enseignements de ce accessibles avec un contenu répondant à tenaires se sont donnés rendez-vous pourcongrès, davantage axé sur la contribution leur besoin en matière d’animation et d’ac- célébrer les 50 ans de l’OITS et pour la 7edu tourisme social plutôt que ses réalisa- tivités – contribuent au développement du édition du Forum européen du tourismetions propres, est que cette contribution tourisme interne ou domestique. social qui se tiendra à Blankenberge, enn’est pas toujours bien reconnue par les Flandre, du 1er au 3 octobre 2013. ■pouvoirs publics et les autres acteurs du Dans le contexte de crise actuelle qui souf-tourisme, notamment par le fait qu’elle est fle à l’échelle mondiale et plus particuliè- Les présentations, la liste des participantsintrinsèquement difficile à mesurer. Cela rement en Europe, les mesures destinées à ainsi que les communiqués sont disponiblesest vrai pour la contribution au tourisme encourager un tourisme domestique de- sur le site de l’OITS : www.oits-isto.org Maria Ceciliano de Souza, Flavia Roberta Costa et Silvia Eri Hirao du Brésil Louis Jolin et Sonia Vaillancourt du Québec aux côtés de Bassirou Diarra du Mali. Veronica Gomez de l’OITS Amériques entourée de Patricia Alvarenga Bernal du Paraguay et de Nicole Forget Bashonga du Québec Alain Clauwaert et Filip Delmotte de Belgique Ponnudurai Satyamoorthy et Kandiah Paramas Varan Participants à la réception de bienvenue de Malaisie Salma Chekkouri du Ministère du Tourisme du Maroc Délégation Italienne en séance plénière Délégation française lors d’un déjeuner et Oskar Jimenez de Colombie Oits information no 154 • page 17
  • 18. Regards croisés sur le tourisme socialPar Anya Diekmann et Louis Jolin, ils font partie du comité de coordination de l’Alliance de formation et de recherche entourisme social et solidaire de l’OITSÀ quelques mois du 50e anniversaire de lacréation, en 1963, du Bureau internatio-nal du tourisme social (dénommé mainte-nant Organisation internationale du tou-risme social), l’Alliance de formation et derecherche en tourisme social et solidaire,en collaboration avec l’Université libre deBruxelles (ULB), a tenu le 24 mai 2012 sapremière conférence internationale aprèsle lancement de l’Alliance en 2011 ayantpour titre « Le tourisme social dans lemonde : état de la situation ».La Conférence a réuni dans les locaux del’ULB près de 80 participants (des cher-cheurs universitaires, des responsablesassociatifs et quelques représentants d’or-ganisations internationales) provenant dequatorze pays : une quinzaine d’entre eux De gauche à droite : Charles-Etienne Bélanger (Directeur de l’OITS), Anya Diekmann (Présidente du Master en Sciencesont présenté une communication à carac- et Gestion du Tourisme, Co-directrice LIToTes, IGEAT (ULB), Charlotte Hermans (Chargée de communication en 2012),tère scientifique. Jean Marc Mignon (Président de l’OITS) et Louis Jolin (Professeur à l’école des sciences de la gestion de l’UQAM et Coordinateur de l’Alliance).La Conférence avait pour buts de jeterun regard analytique sur la situation du différences entre l’approche contractuelle remplacées par des catégories de classestourisme social dans divers contextes na- et communautaire du phénomène dans sociales moyennes et supérieures » ; Lau-tionaux, de prendre la mesure d’un cer- les pays anglo-saxons (USA, Canada…) et rence Moisy (Université d’Angers) a faittain nombre de ses impacts et de mettre celle caractérisée par la légalité et la jus- état d’une recherche qui vise à mesurer lede l’avant quelques-unes de ses pratiques. tice sociale des pays latins, dont plusieurs chemin parcouru par le tourisme associa-Elle permettait ainsi de constituer les ba- ont inscrit le droit aux vacances dans leur tif à vocation sociale à partir des témoi-ses pour les futurs travaux de l’Alliance loi constitutionnelle. gnages de grands acteurs.qui vise à devenir une plateforme pour larecherche académique dans le domaine Après la présentation des perspecti- Ces exposés ont été suivis de deux autresdu tourisme social dans le monde. Dans ves continentales du tourisme social, les portraits : celui du tourisme social en Tur-cette perspective, plusieurs des communi- conférenciers suivants ont fait part de quie, présenté par Akan Perran (Universitécations seront reproduites dans un ouvra- leur propre analyse du tourisme social du Bosphore) qui a rappelé les premiè-ge à paraître en octobre 2013 à l’occasion dans leur pays respectif. res initiatives gouvernementales dans cedes festivités du 50e anniversaire du BITS/ pays à compter des années 1960 jusqu’au Marcelo Viela de Almeida (Université de Plan stratégique (national) du tourismeOITS. Sao Paulo) a analysé l’évolution du tou- de 2003, et celui d’Anya Diekmann etLe tourisme social risme social au Brésil en s’appuyant sur d’Isabelle Bauthier (Université libre de les programmes nationaux du tourisme àmarqué au sceau de la partir de 2003. Evgeny N. Trofimov (Aca- Bruxelles) qui ont exposé la situation en Wallonie sous l’angle des publics visés etdiversité démie russe internationale de tourisme), des clients actuels des hébergements deSi le tourisme social s’est développé et tout en rappelant les réalisations du tou- tourisme social.imposé dans un premier temps en Europe, risme social de l’ère soviétique, a tracé unil ne s’est pas limité à ce seul continent, portrait de la situation actuelle en Russie. Quelques impacts etayant fleuri aussi dans les Amériques dès Si Mohamed Ben Massou (École supé- quelques pratiques dule milieu du siècle dernier et même un peu rieure de technologie d’Essaouira) a cernéavant dans quelques pays d’Amérique du les contours du tourisme social au Maroc, tourisme socialSud. Lynn Minnaert (Université de Surrey), qui reste encore à un stade embryonnaire Pour cerner la réalité du tourisme socialcodirectrice avec Scott McCabe et Anya malgré les efforts déployés dans la der- sur le plan mondial, il ne suffit pas d’enDiekmann, du livre Social Tourism in Eu- nière décennie. tracer les grands contours dans divers paysrope. Theory and Pratice, a proposé en dé- mais d’essayer d’en mesurer les effets.but de Conférence un cadre d’analyse du Deux conférenciers français ont proposétourisme social en Europe sur la base de une lecture partielle de l’évolution du Dans cette perspective, Scott McCabequatre concepts-clés (participation, inclu- tourisme social en France : Gilles Caire (Université de Nottingham) a communi-sion, adaptation, stimulation) tandis que (Université de Poitiers) , en s’appuyant sur qué les résultats de deux recherches : uneLouis Jolin (Université du Québec à Mon- les données de fréquentation de VVF, sou- première, réalisée en collaboration avectréal) a rappelé la vitalité du tourisme so- ligne que les catégories populaires sont Sarah Johnson (Family Holiday Associa-cial dans les Amériques, particulièrement moins présentes qu’auparavant dans les tion), qui explore les effets bénéfiques desen Amérique latine tout en rappelant les établissements d’hébergement et « sont vacances sur le bien-être et la qualité deOits information no 154 • page 18
  • 19. vie, une seconde avec Lilan Bos (Université l’occasion de prendre connaissance de de guerre, cette dernière expérience étantde Wageningen) qui démontre que le tou- quelques expériences pratiques origina- présentée par Seppo Aho (Université derisme social représente un contexte d’ap- les : celle des écoles vertes en Pologne et Laponie).prentissage éprouvé. Le « tourisme social en France grâce à une analyse compara-accessible » est à la fois un concept mais tive de Katarzyna Bogacz (Université Lyon Bien que la Conférence se soit tenue enaussi un outil opérationnel dans les politi- 2), celle des vacances des familles italien- une journée seulement, elle fut riche enques sociales du tourisme en vue d’accroî- nes dans un contexte résidentiel (« fait rencontres et en matière contenu, donnanttre la qualité de vie sous divers aspects, maison ») en s’appuyant sur la recherche ainsi lieu à de très intéressants échangessociaux et économiques. Tel fut le propos de Tullio Romita (Université de Calabre), à la suite des exposés. Elle fut l’occasionde Stephanie Carretero, Mirea Ferri et Jor- Francesco Favia et Lucia Groe (Apuliae) de fournir un ensemble de connaissancesge Garcès (Université de Valence). ainsi que celle des stations thermales en nouvelles qui constitueront le substrat de Finlande qui ont joué un rôle détermi- l’ouvrage promis par l’Alliance pour souli-Enfin la Conférence internationale fut nant dans la réhabilitation des vétérans gner le 50e anniversaire du BITS/OITS. ■ ISTO celebrates its 50th anniversary and organises European Social Tourism Forum By Luc Gobin, Head of Department Tourism For All at Tourism FlandersFrom October 1st to October 3rd 2013the ISTO (International Social TourismOrganisation) will host the 7th editionof the European Forum on Social Tour-ism. Due to the fact that ISTO (which hasBrussels as its home base) also celebratesits 50th birthday in 2013, the Forum isbeing held at the Belgian coast, morespecifically in the Floreal Holiday Centreat Blankenberge.Based on the previous edition in Malta,the organisation expects some 200 par-ticipants from about 20 different coun-tries to attend the event. Flanders Field Museum - YpresThe main goal of the European Forum visit to the various historic sites bearing future development of social tourismfor Social Tourism is to establish the witness to the First World War as an in- throughout Europe you simply cannotcompletion of a Memorandum on Social spiration for the participants. The com- afford to miss ! ■Tourism in view of the European elec- memoration of World War I from 2014tions in 2014. Therefore lectures will till 2018 is an initiative worth the respectbe held by prominent speakers on the of the social tourism sector. The partici-various aspects of social tourism such as pants will be able to see for themselvesphilosophy or economics. not only the sometimes still very visibleA second theme will be tourism as a remnants of the First World War but alsomeans of European citizenship, as a way the efforts that have been made for theto help ensure a peaceful society with a commemoration in building a durable in- frastructure, with respect for the social, ethical and environmental aspects and which is accessible to all. Finally participants will be able to expe- rience the launching of the Calypso web platform (STEEP). And last but by no means least an inter- national event to celebrate ISTO’s 50th birthday will be hosted in Brussels on Friday October 4th. We call upon you all to lock the dates into your calendar as the European Forum on Floréal Hotel - Blankenberge Social Tourism will be a key-event for the Grand Place - Brussels Oits information no 154 • page 19
  • 20. Rencontre avec Jean-Marie CollombonVoici un entretien avec Jean-Marie Col- à Tiznit pour l’ouest et d’Oujda à Tiznit pourlombon, Coordinateur Général du Forum l’est, une Conférence nationale à Rabat, desInternational sur le Tourisme Solidaire Ateliers internationaux de terrain à Taliouine,(FITS) dont la dernière édition s’est tenue Tafraout, Tazeroualt, ont permis de mobiliserau Maroc en Octobre 2012. 1.460 participants. Nous espérons que cette large mobilisation aura permis à des responsa-1. Comment envisagez-vous bles de prendre conscience de l’intérêt de cesl’avenir du tourisme responsable formes de tourisme et de l’importance de leset solidaire ? appuyer pour que cela se traduise par des pro-Tout dépend de ce que l’on entend par tou- jets de terrain.risme responsable et solidaire. Pour nous, il Les besoins sont immenses : créer des structu- que cette stratégie ne permettra pas d’attein-s’agit d’un tourisme capable de créer des em- res d’accueil, renforcer les capacités à tous les dre l’objectif de 20 millions de touristes inter-plois pérennes bien rémunérés, de valoriser niveaux, organiser les réseaux, réussir la pro- nationaux en 2020.les patrimoines et les productions locales, de motion et la commercialisation etc. Ce que l’on ne comprend pas c’est la raison pourrespecter l’environnement et les cultures. Un Le FITS a permis la production de différentes laquelle une plus large place ne soit pas laisséetourisme maîtrisé par les populations locales déclaration, dont la Déclaration de Tiznit, la au tourisme alternatif. Le gouvernement maro-et à leur profit. formulation de Recommandations pour un cain, comme bien d’autres gouvernements, seVu de cette manière, le tourisme responsable Plan d’Action élaboré progressivement au prive ainsi d’un levier essentiel de développe-et solidaire a un bel avenir. Depuis 60 ans la cours de ces 14 manifestations et présenté lors ment local durable. Quand on dispose d’atoutsFrance développe un tourisme de territoire, du forum final à Tiznit. comme ceux des zones de montagne et d’ar-diffus, divers, ancré dans les « pays ». Il contri- Nous espérons maintenant que ces recomman- rière-pays du Maroc, on doit tout mettre enbue très largement au succès du tourisme dans dations se traduiront sur le terrain et que le œuvre pour les valoriser. Les propositions de laun pays qui accueille 75 millions de touristes Gouvernement marocain, comme d’autres gou- Vision 2020 sont insuffisantes. Il faut favoriserinternationaux chaque année. vernements de la Méditerranée les prendront la concertation interinstitutionnelle, apporterLe tourisme responsable et solidaire s’en ins- en compte et encouragerons les initiatives. plus d’appui financier aux projets, adapter lespire largement. Il représente une très bonne réglementations, mettre en place des forma- 3. Quelle est votre évaluationsolution pour résoudre les problèmes de pays tions, appuyer les réseaux. de l’expérience marocaine en laqui doivent impérativement générer des reve- matière ? 5. Le tourisme classique denus pour les populations des zones fragiles, en Le Maroc est en avance sur d’autres pays dans masse et le tourisme solidaireparticulier les femmes et les jeunes. Si le tou- ce domaine. C’est un très beau pays qui dis- peuvent-ils inscrire leurs actionsriste européen amène de l’argent au douar il pose d’atouts considérables, la beauté et lan’est pas nécessaire d’émigrer pour aller cher- dans une démarche de complé- diversité de ses paysages et de ses villages, soncher l’argent en Europe. mentarité ? patrimoine naturel et culturel, sa gastronomie,2. Quel est le bilan que vous l’hospitalité et la gentillesse de sa population. Dans les années qui viennent le tourisme detirez du FITS Maroc 2012 ? Des initiatives nombreuses, portées par des as- masse va stagner et le tourisme solidaire seC’est un bilan très positif malgré les problèmes sociations locales mettent déjà en valeur ces développer. La demande en Europe évolue. Delogistiques que nous avons eus, dus principa- atouts et attirent de plus en plus de touristes, plus en plus de voyageurs souhaitent plus delement au manque de moyens financiers. Sans en particulier pour les randonnées. Les initiati- nature, d’authenticité, de convivialité, d’équi-la mobilisation des associations et leur béné- ves se fédèrent. Des réseaux se constituent. Les té. Un nombre croissant de voyageurs souhaitevolat et sans l’appui des collectivités (la région informations circulent. rencontrer et échanger avec la population. LesPACA, les collectivités de Tiznit) et des agen- opérateurs nationaux et internationaux du 4. Quelle est la contribution que tourisme de masse peuvent prendre en compteces marocaines de développement, ce forum pourrait apporter ce type de tou- cette nouvelle donne, sortir leurs clients desn’aurait pas été possible.Le FITS Maroc était le 5° FITS que nous avons risme pour atteindre les objec- ghettos touristiques où ils les enferment pourorganisé depuis le FITS de Marseille en 2003. tifs de développement touristi- les amener à la rencontre des associationsPour la première fois ce FITS a été organisé à que fixés par le gouvernement villageoises et des coopératives. Les touristesl’initiative de la société civile et avec l’appui marocain ? y achèteront du safran ou de l’huile d’argandes collectivités locales. La politique touristique du gouvernement ma- et aideront les villageois et les organisations àLa mobilisation des associations, en particulier rocain est orientée vers un tourisme de « plage- accroître leurs revenus.Migrations & Développement et des réseaux, soleil », concentré dans de grands complexes Mais si c’est pour appliquer à ces zones les mé-comme le Réseau Marocain d’Economie Sociale balnéaires comme celui de Saïdia dans l’orien- thodes qu’ils appliquent en général, qui consis-et le Réseau Marocain d’Ecotourisme Solidaire, tal, avec ses 32 000 lits. Cela amène des devises tent à écraser au maximum les prix locaux,a été déterminante. et des emplois au pays, même si ces emplois pour maximiser leur profit, il vaut mieux qu’ilsL’autre motif de satisfaction a été la très sont précaires et saisonniers. laissent leurs clients dans leurs complexes tou-large mobilisation locale à l’occasion des 14 Ce tourisme enrichit essentiellement les pro- ristiques. Les villageois se débrouilleront trèsmanifestations organisées dans le pays entre moteurs et les tours opérateurs qui sont sur- bien sans eux. ■le 15 et le 23 octobre : 4 Forums régionaux tout en Europe. Il ne contribue pas à résoudre Tous les documents disponibles sur le FITS Ma-à Tanger, Oujda, Guelmim et Tata, 2 Carava- les problèmes essentiels du pays profond, que roc 2012 se trouvent sur le site suivant : http://nes solidaires qui se sont déplacées de Tanger sont l’emploi et le revenu. Ma conviction est www.tourisme-solidaire.org/2012/med12.aspOits information no 154 • page 20
  • 21. Country Social Tourism in Morocco Profile By Sidi Mohamed BEN MASSOU, University Professor, Head of the department of Tourism Management and Promotion, École Supérieure de Technologie Essaouira, Cadi Ayyad University Place Jamaa LafnaIntroduction sports, and of professionals of the tour- Luxury tourism, and all its components ism sector. Some associate social tour- (hotel, restaurant, transport, amuse-Social tourism, as defined by scholars, ism with domestic tourism, others with ment ...), was given a significant boost.aims to guarantee the right to holidays mass tourism, but it remains unknown as The year 2000 was a milestone in the na-and the access to tourism for all so- a form of tourism that aims at allowing tional tourism policy. The Moroccan gov-cial classes, especially those with lower access to tourism for all social classes, es- ernment adopted a new strategy namedresources, through realisations, pro- pecially those with lower income, and at "Plan Azur 2010" with the objective ofgrammes and strategies implemented ensuring the right to holidays for all. creating six seaside resorts and boostingby the public and private sectors, trade Morocco, under the protectorate, and mass tourism (domestic and external) inunions and associations. since the creation of the central commit- order to reach 10 million tourists. That isThe concept of social tourism has been tee of tourism (Comité Central du Tour-completely ignored in Moroccos tour- how the first forms of a Moroccan social isme - CCT) in 1918, focused on devel- tourism emerged, although limited toism strategy. Even though they did adopt oping luxury tourism for the upper class.several social-related programmes, suc- some population groups with sufficient Following the creation of the ministry financial means to travel.cessive governments did not show any of tourism in 1965, the kingdom imple-interest in this form of tourism, that In November 2010, Morocco adopted mented a strategy to establish priorityremains totally unknown by the general another tourism policy named "Vision development areas (Zones à Aménage-public. 2020", designed as a continuation of the ment Prioritaire - ZAP), including mostlyThe purpose of this article is to give an "Plan Azur 2010 ". The new goals were to small seaside resorts and imperial cities,account of the history of social tourism promote each region of the kingdom and in order to develop seaside and culturalin Morocco, the programmes and future initiate environment-friendly tourism. tourism.prospects for this form of tourism in theKingdom, while addressing the challeng- In order to respond to a growing inter- Programmes adopted by national demand, Morocco invested in national stakeholderses Morocco is facing regarding access to building new tourism infrastructuresholidays. Efforts made by the ministry of youth (accommodation establishments, amuse- and sports only target a specific andHistorical overview of ment parks...), in developing current in- limited population group. frastructures and fostering quality elitetourism in Morocco tourism, that can draw significant re- - State programmes :and the emergence of sources for the countrys GDP. The State, through the ministries ofsocial tourism The national tourism policy was long tourism and of youth and sport, adoptedThe term "social tourism" remains ex- based on a growth model aiming at at- programmes to stimulate domestic tour-cluded from the jargon of the ministry tracting elite and wealthy visitors, a cat- ism.of tourism, of the ministry of youth and egory known to be the biggest spender. - Vacances pour tous (Holidays for all) : Oits information no 154 • page 21
  • 22. a trip in Morocco to 4,500-15,000 MAD The representation of employees in com- for a trip abroad. panies and civil servants in public depart- Network of holiday camps : ments is ensured by trade unions, which role is mainly to defend their interests It includes 8-day holiday camps for and labour law in general. Even though teenagers aged 15-17, permanent holi- trade unions have played an important day centres for teenagers for a period of role in the development of social tourism 12 days in the summer season and 8 days in Europe, Moroccan trade unions have during the spring and autumn holidays, remained uninvolved in an actual social and urban centres that welcome children policy for holidays in Morocco. aged 8-14 for 6 days. - Associations : - Clubs : holiday centres for members of a ministry or a socio professional sec- Non-profit associations are influential tor (teachers club, justice club, Bank Al stakeholders in the field of social tour- Maghreb club ...). In addition to accom- ism at the international level. At the modation, those clubs can provide their national level, only 159 associations are clients with catering and leisure activi- active in the tourism and eco-tourism ties. industries. However, few associations work for social tourism in Morocco. For - Plan Biladi ("My country" Plan) : sched- reference, we can mention the associa- ules the creation of eight new integrated tion "Maroc chez lhabitant " (Home-stay areas for domestic tourism, with a ca- in Morocco), based in Lyon, France, andprogramme launched in 2002 by the pacity of 30,000 beds (11,000 beds in the founded in 2000, the association "MarocMoroccan ministry of Youth and sports form of tourism residences and holiday istiqbal" (Welcome Morocco) establishedin cooperation with several networks villages, and 19,000 beds in camp-sites). in 2009, the "association marocaine duof associations. It allows children from It includes Grand Casablanca (Sidi Ra- tourisme familial " (Moroccan associa-families with lower income to go on hal), Marrakech-Tensift-Al Haouz, Tan- tion for family tourism) created in 2011...holiday camps. In 2010, 300,000 children gier-Tetouan (Assilah, Kaa Srass), Sous- Massa-Draâ (Agadir/Immiwadar, near The goal of those associations is to fos-benefited from this programme and the Taghazout), Rabat-Salé-Gharb (Moulay ter relationships between travellers andinvestment of the ministry amounted to Bousselham), Doukkala-Abda (Azem- host families through short stays of 327,250,000 MAD.1 mour/Lalla Aïcha El Bahria), Fès-Meknès- days. Prices range from 350 to 459 MAD- Safar Attaalim (travels for the educa- per day with half-board. The host familytion sector) : travel services for the edu- Ifrane (Ifrane), and Oriental (Lazzanane). receives a stay allowance amounting tocation sector, initiated by the Fondation - Kounouz Biladi (wealth of my coun- between 50 and 60 % of the price paidMohammed VI de promotion des œuvres try) : a new accommodation formula, by travellers.sociales (Mohammed VI Foundation for established jointly with the nationalthe promotion of social welfare), in as- federation of the hotel industry (Fédéra- Challenges and futuresociation with the travel agency "Atlas tion Nationale de l’Industrie Hôtelière – prospects for socialvoyages " and Atlas Hospitality Hotel & FNIH). This operation includes 200 hotelResorts, a branch of Royal Air Maroc. This establishments with a capacity of 8,000 tourism in Moroccoprogramme allows teachers and their beds. Prices range from 260 MAD per The most disadvantaged populationfamily to go on holidays in Morocco or room for a 2-star hotel to 60% discount groups have great hopes in social tour-abroad. A website is at the disposal of for 5-star hotels. ism as an indirect means to fight againstMoroccan teachers to make their book- - Moussems : religious festivals and com- poverty, precarious conditions, margin-ings (www.safartaalim.ma). mercial fairs, moussem attract people alisation, debauchery and social exclu- from all regions of the kingdom to cel- sion.- Language study holiday : organised byhost institutions that come under the ebrate a saint. For those spiritual events, Social tourism should play an activedelegations of the ministry of youth and low-cost accommodation is made avail- role in land-use planning, and in thesports, for young Moroccans aged 15- able to visitors. There are more than 60017, during spring and summer holidays, moussems in Morocco throughout theagainst financial contribution. national territory.- Youth travel programme : this pro- - The private sector :gramme, initiated by the ministry of In the framework of its contribution toyouth and sports, targets mainly the the development of domestic tourismyouths aged 13-30 that would like to go and promotion of holidays, the privateon cultural and discovery trips for a du- Moroccan sector (banks and companies)ration of 6-11 days, in Morocco or sev- provides its staff with holiday vouchers,eral countries, including France, Greece, during holiday periods, that can be usedGermany, Turkey, Cyprus, South Korea, in Moroccan accommodation establish-Senegal, Egypt ... The financial contribu- ments to cover part of the expenses.tion ranges from 1,000-3,000 MAD for - Trade unions :1 11 MAD (Moroccan Dirham) equal approximately €1Oits information no 154 • page 22
  • 23. local and regional development of the - Add more flexibility to current pro- Conclusioncountry. As a stakeholder of the social grammes through the conclusion of Social tourism in Morocco is still at aneconomy, social tourism should create bilateral or multilateral cooperation early stage, with economic, political andemployment for those who dont have agreements between all sectors; sociocultural impediments that slowhigh education levels, develop the re- - Develop the conditions for the creation down the democratization of travel andgions, foster exchanges and interactions of a social tourism platform with scope the development of this form of tourism.among the population, promote travel in the Maghreb and Arab region, that The low level of involvement of associa-and encourage both municipalities and will allow all Arab citizens to partici- tions and trade unions in the field oflocal citizens to safeguard local heritage pate in tourism exchanges on a perma- social tourism undermines the – meagreand preserve it for future generations. nent basis; – effort made by the public and privateNevertheless, the lack of a national strat- - Develop a travel culture; sectors.egy focusing on social tourism crushes The development of social tourism in - Help families in need to go on holi-the hopes of the local population. Morocco depends, on the one hand, on days;There are still hundreds of thousands of the effective involvement of all tourism - Strengthen the middle class;unemployed citizens that are deprived stakeholders in designing clear and tar-of the right to travel, and hundreds of - Promote the role of tourism coopera- geted strategies towards the most disad-thousands of families that do not or no tives that enhance the development of vantaged populations, and on the otherlonger have the financial means to go local populations and improve their liv- hand, on a strong political will to includeon holidays. Even though we note a de- ing conditions; social tourism among the strategic pri-crease in poverty levels (9 % in 2007) and - Invite accommodation establishments, orities of the country, in order to guar-vulnerability (17.5 % in 2007), the part especially those located in rural areas, antee the access to travel for all citizensof the population that goes on holidays to adopt new information and commu- and allow for mobility. ■hardly exceeds 30 %. nications technologies (NICT).In 2011, Morocco had 2,041 graded ac-commodation establishments, including78 inns, 41 tourism holiday villages (VVT) On the Agenda ! Conference: European tourism system of indicators for sustainable management atand 28 guest houses, that is to say 7.2 % destination level, 22/02/2013, Brussels (Belgium)of accommodation establishments dedi- http://ec.europa.eu/enterprise/newsroom/cf/itemdetail.cfm?item_id=6325&lang=encated to social tourism. The part of social ITB Fair, 6-10/03/2013, Berlin (Germany) http://www.itb-berlin.de/en/accommodation in the total accommo-dation does not exceed 8 %. 3rd Annual Conference of the Global Partnership, 25-27/03/2013, Bonn (Germany) http://www.globalsustainabletourism.com/Public and private stakeholders, associa- Rendez-vous UNAT, 29-30/05/2013, Stella Plage (France)tions and trade unions should get more http://www.unat.asso.fr/flash/2012/03/vie-de-lunat/involved in popular tourism, for thebenefits of all Moroccan citizens. The 7th World Day for responsible tourism, 03/06/2013, Paris (France)encouraging suggestions listed below http://www.coalition-tourisme-responsable.org/can provide guidelines to revive social UNWTO General Assembly, 26-29/08/2013, Victoria Falls (Zambia/Zimbabwe)tourism and allow the access to travel www.unwto.orgfor all : World Youth & Student Travel Conference, 17-20/09/2013, Sydney (Australia)- Develop tourism accommodation for http://wystc.org/ social tourism by increasing the bed European Social Tourism Forum, 01-03/10/2013, Blankenberge (Belgium) capacity dedicated to this form of http://www.oits-isto.org tourism; 50th anniversary ISTO, 04/10/2013, Brussels (Belgium) http://www.oits-isto.org- Regulate non-market accommodation European Tourism Forum, 17-18/10/2013, Vilnius (Lithuania) and help families to declare and for- http://ec.europa.eu/enterprise/sectors/tourism/index_en.htm malise their guest house, for greater transparency; New Staff at the ISTO Secretariat- Include the local population in the Since November 2012, ISTO is happy to welcome Ruut Van wealth creation process; Laer as a new staff member.- Support equipments and accommoda- Thanks to the support of Tourism Flanders, she will be work- tions for people with reduced mobil- ing on the organisation of our next European Social Tourism ity; Forum, to be held in Blankenberge in October 2013. Further, she will be in charge of communication, hereby replacing- Widen current programmes proposed Charlotte Hermans. by both the public and private sectors, and increase the number of citizens that can benefit from social tourism in the different regions of the kingdom; AVIS AUX LECTEURS L’OITS aimerait enrichir sa photothèque et fait donc appel aux brillants pho-- Invite non-profit associations and tographes amateurs et professionnels qui souhaiteraient voir paraître leurs photos libres de droits trade unions to play an effective role dans une de nos publications. in promoting social tourism; Les personnes intéressées peuvent s’adresser à Ruut Van Laer, chargée de communication, à l’adres- se suivante: rvanlaer@oits-isto.org Oits information no 154 • page 23
  • 24. 30 ANS D’ACTION ET D’INNOVATION AU SERVICE DES VACANCES POUR TOUSL’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances a organisé le 15 novembre 2012 à Paris, uncolloque national sur les enjeux de l’accès aux vacances pour tous à l’occasion de ses 30 ans.Cette manifestation a réaffirmé avec force le rôle de l’Agence comme acteur global despolitiques de soutien au départ en vacances du plus grand nombre.Pour revivre l’événement, récupérer les discours officiels, lire la synthèse des interventionset revoir le film anniversaire : http://ancv30ans.weavent.fr/

×