Your SlideShare is downloading. ×
la salle de rédaction réinventée_trends 2001
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

la salle de rédaction réinventée_trends 2001

172
views

Published on

Published in: News & Politics, Business

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
172
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La salle de rédaction redéfinie Il y a quasiment des décennies que les dirigeants Mission de journaux n’avaient accordé autant d’attention aux rouages internes de leurs salles de rédaction. Une génération entière de journalistes a été élevée Aujourd’hui, cette tendance s’affirme. et formée dans des salles de rédaction au sein des- quelles les exigences en matière de production de Cette époque révolue était celle des années 70 et page représentaient le nec plus ultra des standards 80, lorsque les progrès au niveau de la technologie de performance. Aujourd’hui, sous l’influence du de mise en page avaient entraîné une hausse des cycle d’information de 24 heures et du volume ventes en gros de systèmes rédactionnels et des d’information infini des sites Web, cette éthique de changements significatifs dans le fonctionnement production est remplacée par une éthique d’infor- des salles de rédaction. Les éditeurs étaient alors mation. L’efficacité de la production reste incontes- avides de récolter les gains de productivité et les tablement importante. Mais il lui est de moins en économies de production promis par les systèmes moins permis de définir à elle seule le processus. électroniques de mise en page basés sur la salle de rédaction. Par exemple, l’une des pierres angulaires de la pro- ductivité rédactionnelle au 20ème siècle était le L’évolution technologique est évidemment au cœur concept d’une mise en page dictée par la forme. de l’attention portée actuellement aux opérations Bien que le fait de laisser la mise en page influen- rédactionnelles. Internet a ouvert la voie à la cer le traitement de l’information soit resté en tra- Société de l’Information et entraîné une redéfini- vers de la gorge des journalistes, il était évidem- tion de l’information et des médias d’information. ment inutile qu’un journaliste écrive un volume Les journaux répondent par l’élargissement de plus important que l’espace disponible pour l’im- leurs activités rédactionnelles aux médias multi- pression. Cela représentait une perte de temps et ples, particulièrement au World Wide Web. Ainsi, d’effort pour le journaliste et une charge de travail les salles de rédaction doivent, une fois de plus, supplémentaire pour les secrétaires de rédaction, faire face au double défi suivant : adopter les nou- qui passaient déjà trop de temps à la rédaction du velles technologies et s’adapter aux nouvelles exi- fait de leurs obligations quant à la mise en page. gences imposées aux journalistes. A l’opposé, les salles de rédaction d’aujourd’hui Les éditeurs surveillent avec anxiété ce processus, introduisent une plus grande séparation entre qu’ils encouragent par ailleurs, car ils réalisent que forme et fonction, entre génération de contenu et les campagnes visant à augmenter la diffusion et présentation. Il est demandé aux journalistes d’é- les incitations publicitaires ne sont plus les crire différentes versions d’un même sujet, certai- moteurs de croissance qu’elles étaient autrefois. Le nes pour le journal imprimé et d’autres pour le contenu est la nouvelle priorité, la nouvelle diffé- Web ou d’autres diffusions électroniques. On attend renciation, qui de nouveau a fait des salles de également d’eux qu’ils collectent des documents et rédaction l’élément central. d’autres matières premières pouvant être intégrés dans une base de données et, au bout du compte, La réaction à cette tendance peut être observée utilisés comme lien en ligne vers l’article sous dans trois secteurs : mission, technologie et orga- forme de texte. Les photographes sont équipés de nisation. façon à rapporter une plus grande variété d’images comprenant à la fois des images et des vidéos numériques pour la diffusion audiovisuelle et Web. 62 Ifra Trends 2001
  • 2. Kerry J. Northrup Ifra Technologies Editor Camden, United States of America Les salles de rédaction les plus perfectionnées tra- Enfin, XML deviendra le format interne standard vaillent au développement de puissantes bases de de données pour tous les systèmes de contenu données regroupant autant d’informations que pos- rédactionnel. En outre, il deviendra aussi transpa- sible et mettent en place des « salles de rédaction rent pour les membres de l’équipe rédactionnelle virtuelles » dans lesquelles tout membre de l’équipe que l’est PostScript pour la conception et la sortie peut effectuer des recherches dans ces informations des pages imprimées – un format que nous utili- et y accéder à partir de n’importe quel endroit du sons constamment mais dont nous avons peu à monde, à travers un intranet rédactionnel robuste. nous soucier en terme de fonctionnement. En résumé, le réseau devient la salle de rédaction Cependant, cette éventualité est toujours assez et le flux d’information/du contenu sur un réseau lointaine. Pour le moment, les éditeurs cherchent à représente la force vitale du journal. mieux comprendre XML, à accroître leur expérien- ce avec ce format et commencent à indiquer aux Technologie fournisseurs qu’il constituera un point essentiel des futurs investissements dans les systèmes rédaction- Ce transfert de priorité de la production à l’infor- nels. mation met à rude épreuve les systèmes rédaction- nels actuels, qui sont conçus en premier lieu pour Les outils de collecte de l’information constituent gérer l’espace, pas l’information. Les fournisseurs l’autre domaine dans lequel la technologie des sal- travaillent fiévreusement à l’amélioration de l’inté- les de rédaction progresse rapidement. Les journa- gration des flux de production de l’imprimé et du listes peuvent plus facilement, aujourd’hui, sortir Web dans leurs offres. Mais les journaux se prépa- de la salle de rédaction, armés d’un ordinateur por- rent déjà à la nécessité d’éditer le contenu dans table et quelques appareils sans fil permettant de bien plus de formats, comme le Wap pour les télé- se connecter au réseau de la salle de rédaction afin phones mobiles ou d’autres appareils de communi- de télécharger le contenu vers le serveur et les res- cation sans fil. sources vers leur ordinateur portable. De plus, ils sont équipés d’autres matériels de collecte de l’in- En conséquence, un revirement fondamental dans formation, petits, légers et mobiles, comme les l’architecture des systèmes rédactionnels est entre- scanners de documents, les enregistreurs audio de pris, avec en son cœur, le standard relativement mini-disques, les appareils de capture vidéo et les nouveau pour la gestion et la distribution de l’in- assistants personnels portables. Comme le démont- formation électronique XML, ou langage extensible re le projet annuel de l’Ifra NewsGear, les capacités de balisage de documents. Présenté comme le rem- de cet équipement augmentent d’autant que la plaçant du langage original du Web HTML (langa- technologie se fait plus petite, moins chère et plus ge de balisage hypertexte), XML promet aux édi- facile à utiliser. teurs un contrôle et une flexibilité plus importants dans l’utilisation simultanée du contenu dans dif- férents médias. Mais au-delà de cela, XML possède le potentiel permettant aux salles de rédaction d’exploiter plus en profondeur les connaissances et informations traitées chaque jour. Avec un article balisé en interne pour différencier, par exemple, les noms de société, de personne, de lieu et de choses, > les recherches peuvent être effectuées plus effica- cement et les tendances pour les nouveaux thèmes peuvent être identifiées plus rapidement. Ifra Trends 2001 63
  • 3. Organisation Attributs clés du modèle du Chicago Tribune : les différents médias restent autonomes sur la manière Comme c’était le cas il y a 20 ans, les nouvelles dont ils traitent l’information et aucun journaliste exigences en termes d’emploi et les nouvelles tech- d’aucune des équipes n’est obligé de travailler pour nologies donnent naissance à un nouveau type de les autres médias. Bien que le Chicago Tribune management et de nouvelles structures de travail encourage et récompense le développement des dans la salle de rédaction. En particulier, une compétences crossmédia, chaque journaliste est recherche est en cours pour trouver un moyen effi- libre de ne pas participer à l’effort de synergie – cace et économique afin d’intégrer les flux d’infor- pour le moment. mation imprimés et non-imprimés avec le moins de bouleversements possible. Au contraire, au Orlando Sentinel, basé en Floride et appartenant à la même société que le Chicago Trois modèles primaires sont apparus jusqu’à pré- Tribune, la politique de synergie d’entreprise a été sent, dont les journaux des Etats-Unis se sont fait mise en place à l’entrée du flux d’informations les champions bien qu’ils ne soient pas très répan- plutôt qu’à la sortie. Dans le modèle du Orlando dus même dans ce pays. Sentinel, le bureau multimédia – une structure style Star Trek ostensiblement située au centre de Au Chicago Tribune, l’imprimé, le Web, la diffusion la salle de rédaction – est le lieu où les rédacteurs audiovisuelle et les autres moyens d’édition opè- en chef de chaque média s’assoient et travaillent rent pour l’essentiel indépendamment les uns des ensemble. Lorsqu’un nouveau sujet fait son appari- autres. Chacun a sa propre équipe rédactionnelle et tion, les journalistes des différentes éditions – ses propres articles. Mais une politique s’appliquant imprimée, Web, télévisée et autres – discutent à à l’échelle de la société et visant une synergie l’avance de la personne qui le prendra en charge et maximale parmi les différents médias résulte en un comment ils pourront se partager le contenu qui partage généralisé du contenu et du personnel. en résultera. Afin de coordonner les demandes d’une salle de De même qu’à Chicago, chaque journaliste et rédaction à l’autre, un petit bureau multimédia a photographe a le droit de refuser de s’impliquer été créé. Les journalistes travaillant à ce bureau dans un média en dehors de son propre domaine aident à la gestion de problèmes (exemple de diffi- de spécialité. Pour ceux qui choisissent cependant culté : un des médias de Tribune se met en situa- de participer au programme de synergie, le niveau tion de concurrence avec un autre pour avoir l’ex- de ce que les Européens appellent maintenant la clusivité sur un sujet). Ils encouragent non seule- « multi-qualification » est élevé. Les photographes ment le partage du contenu mais aussi sa promo- manient à la fois appareils photo et vidéo numé- tion croisée dans les différents médias. Et ils orga- riques, effectuant des prises à la fois pour les nisent l’échange de journalistes d’une salle de médias imprimés et télévisuels. Et les journalistes rédaction vers une autre (lorsque, par exemple, les de presse écrite reçoivent une formation spéciale journalistes du journal imprimé doivent apparaître sur la manière de présenter leurs sujets à la télévi- à l’écran afin de parler de leur article). sion. 64 Ifra Trends 2001
  • 4. De façon générale, le modèle de l’Orlando Sentinel L’élément central de l’organisation dans le modèle est similaire à celui du Chicago Tribune en ce sens du Stampa Tribune est un rédacteur multimédia, que les différents médias conservent une certaine un poste supérieur impliquant la responsabilité du indépendance au niveau de la décision sur la partage du contenu, de l’identification et de la manière d’utiliser et de partager le contenu. Mais direction de la collecte crossmédia de l’informa- l’approche du Orlando Sentinel est bien plus agres- tion. Alors que le Stampa Tribune garde des rédac- sive – bien que conservant une dose de tolérance – teurs spécialisés dans chaque média pour gérer la dans la recherche d’une plus grande efficacité à production d’informations particulières, il rejette la travers l’emploi de moins de journalistes pour cou- majeure partie de l’approche de la commission du vrir simultanément plus d’informations pour plus Orlando Sentinel en faveur d’une prise de décision de médias. centrale et forte. Un troisième modèle d’intégration de collecte d’in- Alors que le modèle du Tampa Tribune est plus formations pour les médias imprimés/en ligne est exigeant envers les journalistes (ces derniers doi- apparu dans les six derniers mois dans les activités vent acquérir de nouvelles compétences et accepter imprimées, Web et télévisées du Pampa Tribune, la responsabilité de reportage sortant de leur basé en Floride. Ce qui différencie le modèle de ce domaine de spécialité), les premières constatations journal de ceux du Chicago Tribune ou du Orlando indiquent que cette approche n’a pas généré plus Sentinel est que l’intégration est appliquée de de problèmes qu’à Chicago ou Orlando. façon bien plus évidente. La mission et la technologie crossmédia des salles Les nouveaux employés doivent pour la plupart de rédaction de journaux augmentant pour l’année travailler sur plusieurs médias. Par exemple, les à venir, d’autres éditeurs dans le monde devraient journalistes spécialisés dans la presse écrite cou- opérer des changements en vue d’adopter ou adap- vrant un incendie récent dans la ville ont été diri- ter l’un de ces modèles pour l’intégration impri- gés plusieurs fois sur les lieux, au cours de leur mée/en ligne dans le cadre de leurs propres efforts collecte d’informations, afin d’effectuer des repor- pour redéfinir la salle de rédaction. tages audio de dernière minute en direct, transmis par téléphone mobile à la station de télévision. C’est ainsi que lorsqu’un sujet d’actualité d’une présentatrice de télévision portant sur un certain thème n’a pas pu être diffusé comme prévu le soir, elle a dû transmettre son texte au journal pour l’é- dition du lendemain matin, plutôt que de le garder pour le journal télévisé du lendemain soir. Ifra Trends 2001 65